IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Dirigeant
    Inscrit en
    Juin 2016
    Messages
    3 160
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Dirigeant
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2016
    Messages : 3 160
    Points : 66 267
    Points
    66 267
    Par défaut La cryptomonnaie Worldcoin est interdite en Espagne en raison de préoccupations liées à la vie privée
    Edward Snowden critique le projet Worldcoin de Sam Altman : « Ne cataloguez pas les globes oculaires »
    Worldcoin envisage de créer une base de données mondiale des scans rétiniens des utilisateurs

    Edward Snowden, expert en sécurité informatique et lanceur d'alerte, a saisi Twitter samedi pour partager ses inquiétudes à propos du projet "Worldcoin" de Sam Altman, président de l'incubateur Y Combinator et cofondateur avec Elon Musk de l'organisation à but non lucratif OpenAI. Pour promouvoir l'utilisation et la diffusion des cryptomonnaies, Worldcoin a l'intention d'offrir gratuitement des cryptomonnaies en échange de l'analyse de l'iris, et c'est là l'objet de la critique de Snowden. Il estime que le projet se contente de stocker une base de données mondiale des scans de l'iris des personnes, sans tenir compte des conséquences potentielles.

    Une nouvelle monnaie alternative attire les regards - presque littéralement. Le cofondateur de Worldcoin, Sam Altman, souhaite fusionner la blockchain et la biométrie afin que ceux qui acceptent qu'on scanne leurs yeux soient récompensés par des Worldcoins (WDC). En effet, alors que les problèmes de cybersécurité et de fuites de données se multiplient, Sam Altman a lancé le projet Worldcoin pour limiter les escroqueries et les violations causées par les robots et les mauvais acteurs en scannant vos globes oculaires et en vous attribuant des cryptomonnaies. Selon certaines sources, le prix du Worldcoin était en hausse dimanche à 0,07004 dollar.

    Nom : def.png
Affichages : 2738
Taille : 86,2 Ko

    Worldcoin, qui serait déjà évalué à 1 milliard de dollars, vise à faire entrer davantage de personnes dans la cryptographie en distribuant gratuitement des pièces à toute personne qui scanne ses yeux à l'aide d'un appareil appelé "Orb", qui convertira l'image de vos yeux en "code numérique court" afin de vérifier si vous possédez déjà des Worldcoins. Près de 200 000 personnes se seraient déjà inscrites. Cependant, le défenseur de la vie privée Edward Snowden, l'homme devenu célèbre pour avoir divulgué des documents sur des programmes et des outils gouvernementaux de surveillance de masse, a beaucoup de problèmes avec le concept.

    La première conclusion du lanceur d'alerte de la NSA était simple. Citant un message d'Altman sur Twitter, Snowden s'est exprimé à ses cinq millions d'abonnés en ces termes : « On dirait qu'il s'agit de produire une base de données globale (hachée) des scans de l'iris des personnes (par souci d'"équité"), et d'écarter les implications en disant "nous avons supprimé les scans !" Oui, mais vous sauvegardez les *hashs* produits par les scans. Des hashs qui correspondent à de futurs scans. Ne cataloguez pas les globes oculaires ». Notons que depuis les révélations de 2013, Snowden s'oppose à la plupart des cas d'utilisation de la biométrie.

    Entrant dans les détails techniques, il a souligné que même si les scans des yeux étaient supprimés, les hashs issus des scans précédents pourraient permettre d'identifier les personnes scannées à nouveau à l'avenir. Beaucoup ont raillé le concept, notamment en prédisant une violation de données inévitable qui pourrait entraîner la fuite et la vente d'informations biométriques sur Internet. D'autres ont souligné qu'il n'y a aucune garantie que les données ne tomberont pas entre les mains de tiers. Worldcoin devra espérer que la promesse de cryptomonnaie gratuite sera suffisante pour dissuader ces inquiétudes.

    À son tour, Altman a répondu aux critiques de Snowden en défendant le modèle de confidentialité de Worldcoin. « Je pense que Worldcoin préserve mieux la vie privée que les services centralisés que nous utilisons aujourd'hui. Tout ce que Worldcoin, ou qui que ce soit, peut dire, c'est si quelqu'un s'est déjà inscrit au service. Le hash est découplé cryptographiquement du portefeuille et de toutes les transactions futures », a-t-il déclaré. Malgré ces explications, Snowden était loin d'être satisfait. Snowden a admis que les techniques de protection de la vie privée mises en place par Worldcoin étaient "intelligentes et appréciées".

    Nom : fde.png
Affichages : 2553
Taille : 49,4 Ko

    Mais il a souligné que les données biométriques pouvaient toujours être utilisées à mauvais escient. S'il reconnaît que les processeurs de paiement existants constituent un "désastre absolu en matière de protection de la vie privée", il est convaincu que la solution n'est pas "un autre clone ennuyeux du bitcoin". « La distribution n'est pas le besoin essentiel du public. Les gens achèteront clairement des bitcoins à presque n'importe quel prix. La 'désintermédiation' est la demande. Éliminez les intermédiaires (entreprises et États), en leur permettant d'effectuer des transactions avec n'importe qui, n'importe où et pour n'importe quoi », a conseillé Snowden.

    « Ne vous insérez pas comme un autre intermédiaire », a-t-il insisté. Pour sa part, Altman a avoué avoir sous-estimé "la réaction viscérale" des gens à la biométrie comme forme d'identification. Il a également affirmé que les tests de terrain de Worldcoin n'ont pas révélé ce résultat. Toutefois, il convient de noter que Snowden a précisé qu'il ne s'adressait pas à Altman en particulier. Ce n'est pas la première fois que Snowden s'exprime contre un projet basé sur la cryptographie. Il a déjà publié un article dans une lettre d'information dans lequel il affirmait que les CBDC étaient "le plus récent danger qui se profile à l'horizon public".

    L'acronyme CBDC signifie "central bank digital currency", ce qui en français donne "monnaie numérique de banque centrale" (MDBC). Par ailleurs, Snowden a exploré comment les CBDC et les portefeuilles de cryptomonnaie pourraient avoir la capacité d'accéder aux données de santé des utilisateurs. Il a suggéré que la technologie pourrait empêcher les utilisateurs de CBDC à risque d'acheter ce qu'ils veulent, même s'il ne s'agit que d'une barre chocolatée. D'autres ont également critiqué le projet Worldcoin, laissant entendre qu'il s'agit simplement d'une entreprise de collecte de données biométriques.

    « Voici ce que j'en pense : vous pouvez éventuellement remplacer leur dispositif biométrique par un générateur de hash aléatoire. Si cela fonctionne, cela signifie que la monnaie n'est pas distribuée équitablement, mais que toute personne envoyant des hashs valides à leur réseau reçoit des jetons, indépendamment de l'existence des globes oculaires décrits par ces hashs. C'est ce qu'on appelle une attaque Sybil. Si cela ne fonctionne pas, cela signifie qu'il y a un contrôle secret ou centralisé que le réseau effectue, ce qui signifie que la monnaie n'est pas ouverte », a écrit un commentateur sur Hacker News.

    « C'est pourquoi nous utilisons toujours la preuve de travail malgré sa dépense énergétique : elle est simple à comprendre, elle ne peut pas être falsifiée et elle peut être vérifiée ouvertement. Ne soutenez donc pas cette entreprise de collecte de données biométriques », a-t-il mis en garde.

    Source : Edward Snowden, Worldcoin

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Êtes-vous prêt à faire scanner vos yeux pour obtenir gratuitement des cryptomonnaies ?
    Pensez-vous qu'il y a une autre idée derrière ce projet ? Que gagnent finalement les promoteurs du projet ?
    Que pensez-vous de l'analyse d'Edward Snowden ? Et que pensez-vous des monnaies numériques de banques centrales ?

    Voir aussi

    Edward Snowden : « Des gens mourront si vous affaiblissez le chiffrement », il estime que la vie privée est un pouvoir essentiel

    Edward Snowden estime que Facebook est une société de surveillance qui se fait passer pour un réseau social

    Snowden avertit que les États utilisent le coronavirus pour construire « l'architecture de l'oppression » et prédit que les mesures prises pour lutter contre le COVID-19 vont persister longtemps

    États-Unis : les autorités fédérales ont secrètement ordonné à Google de suivre les personnes qui recherchent certains noms ou certaines informations, selon des documents divulgués

    Le lanceur d'alerte Edward Snowden et l'EFF critiquent le projet d'Apple de scanner les messages et les images iCloud, des milliers de personnes demandent à l'entreprise de suspendre ses plans
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Candidat au Club
    Profil pro
    cto
    Inscrit en
    Avril 2007
    Messages
    1
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France, Seine Saint Denis (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : cto

    Informations forums :
    Inscription : Avril 2007
    Messages : 1
    Points : 4
    Points
    4
    Par défaut Au pays des aveugles le borne est roi
    Possible Futur demande dans le Darknet
    "J'ai besoin de quelques globes oculaires, vous en avez en dispo ?"

  3. #3
    Membre émérite
    Profil pro
    Inscrit en
    Juin 2009
    Messages
    920
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2009
    Messages : 920
    Points : 2 836
    Points
    2 836
    Par défaut
    J'aime le principe, ça donne un bon argument pour ne pas utiliser la reconnaissance rétinienne.

  4. #4
    Expert éminent Avatar de marsupial
    Homme Profil pro
    Retraité
    Inscrit en
    Mars 2014
    Messages
    1 772
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Autre

    Informations professionnelles :
    Activité : Retraité

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2014
    Messages : 1 772
    Points : 7 214
    Points
    7 214
    Par défaut
    Et pour certains lorsqu'ils vieillissent leur rétine s'altère les excluant. C'est valable pour la reconnaissance faciale également.
    Repeat after me
    Le monsieur lutte pour la défense des libertés individuelles et collectives

    Repeat after me...

  5. #5
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Dirigeant
    Inscrit en
    Juin 2016
    Messages
    3 160
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Dirigeant
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2016
    Messages : 3 160
    Points : 66 267
    Points
    66 267
    Par défaut Sam Altman serait sur le point de lever 100 millions de dollars pour son projet de cryptomonnaie Worldcoin
    Le PDG d'OpenAI, Sam Altman, s'apprête à lever 100 millions de dollars pour son projet de cryptomonnaie Worldcoin
    qui vise à créer une base de données mondiale des scans rétiniens des utilisateurs

    Le projet Worldcoin de Sam Altman pourrait franchir une nouvelle étape importante très prochainement. Des personnes au fait des discussions ont rapporté la semaine dernière que la société s'apprêtait à lever 100 millions de dollars auprès d'investisseurs existants et nouveaux avant un lancement potentiel dans les prochaines semaines. La startup souhaite utiliser la technologie de balayage des yeux pour créer un système d'identification numérique qui permettrait aux personnes du monde entier d'accéder à un jeton numérique gratuit appelé Worldcoin. Mais le projet est très controversé et a été dénoncé par des acteurs comme Edward Snowden.

    Worldcoin est un projet de cryptomonnaie annoncé en 2019. Cofondée par Sam Altman d'OpenAI, l'entreprise souhaite fusionner la blockchain et la biométrie afin que ceux qui acceptent qu'on scanne leurs yeux soient récompensés par un jeton numérique appelé Worldcoins (WDC). En effet, alors que les problèmes de cybersécurité et de fuites de données se multiplient, Altman a lancé le projet pour limiter les escroqueries et les violations causées par les robots et les mauvais acteurs en scannant vos globes oculaires et en vous attribuant des cryptomonnaies. Une phase bêta serait déjà en cours et le projet pourrait être lancé avant la fin du mois de juin.

    Le site du projet indique : « Worldcoin est un protocole à code source ouvert, soutenu par une communauté mondiale de développeurs, d'individus, d'économistes et de technologues qui s'engagent à élargir la participation et l'accès à l'économie mondiale. La Worldcoin Foundation en est l'intendante ; elle soutiendra et développera la communauté Worldcoin jusqu'à ce qu'elle devienne autosuffisante. Tools for Humanity a participé au lancement de Worldcoin et joue actuellement le rôle de conseiller auprès de la fondation et d'opérateur de l'application World App. Actuellement en version bêta, Worldcoin devrait être lancé au cours du premier semestre 2023 ».


    Citant trois personnes au courant de l'affaire, le Financial Times a rapporté que Worldcoin est en pourparlers pour un nouveau cycle de financement d'une valeur d'au moins 100 millions de dollars. Selon l'une de ces personnes, ce tour de table est soutenu à la fois par des investisseurs existants et par de nouveaux investisseurs. Les anciens bailleurs de fonds sont a16z crypto, Coinbase, Khosla Ventures et Sam Bankman-Fried, le fondateur en disgrâce de la bourse de cryptomonnaies FTX. L'année dernière, Worldcoin a obtenu 100 millions de dollars de la part d'investisseurs grâce à une vente de jetons qui a valorisé la société à environ 3 milliards de dollars.

    Ce tour de table, qui a eu lieu en mars 2022, a précédé une période difficile pour les cryptomonnaies, au cours de laquelle les actifs phares tels que le bitcoin et l'éther ont vu leur prix s'effondrer et des entreprises de premier plan, dont FTX, se sont effondrées. Le financement à risque des startups du Web3 a chuté de 9,1 milliards de dollars au premier trimestre 2022 à 1,7 milliard de dollars en 2023, soit une baisse de 82 % d'une année sur l'autre. « C'est un marché baissier. Il est remarquable qu'un projet dans cet espace obtienne un tel montant d'investissement », a déclaré l'une des sources à propos du financement obtenu par le projet Worldcoin.

    La technologie bêta de Worldcoin s'appelle "The Orb", qui capture une image de l'iris d'un utilisateur pour l'embarquer, peu importe qui il est, et où il se trouve dans le monde. L'image est ensuite convertie en un code de hachage alphanumérique. Si le code n'a jamais été téléchargé auparavant, il est alors enregistré dans la base de données du projet et génère un portefeuille de cryptomonnaies avec un code QR unique. Selon le site du projet, il s'agit du premier jeton à être distribué globalement et gratuitement à des personnes pour le simple fait d'être un individu unique. Et le système aurait été créé en tenant compte de la protection de la vie privée.

    Ainsi, la base de données est remplie de codes de hachage plutôt que de photos de globes oculaires, et les utilisateurs sont identifiés par des codes de portefeuille QR plutôt que par leur vrai nom. Une fois qu'un portefeuille unique est généré, les utilisateurs reçoivent de l'argent gratuitement. Les utilisateurs inscrits dans la base de données de Worldcoin recevront 80 % de l'offre de cryptomonnaie, tandis que 10 % seront réservés à l'entreprise et 10 % iront aux investisseurs. Mais intégrer tout le monde dans le système Worldcoin s'avère une tâche très difficile, étant donné que la technologie Orb est nécessaire, mais qu'il n'existe que 30 prototypes d'Orb.

    Un peu plus de 1 700 000 personnes se seraient déjà inscrites au projet Worldcoin, notamment en Amérique latine, en Europe, en Afrique et en Asie. Cependant, le système pose des préoccupations liées à la vie privée et d'ordre éthique. Le défenseur de la vie privée Edward Snowden, l'homme devenu célèbre pour avoir divulgué en 2013 des documents sur des programmes et des outils de surveillance de masse des États-Unis, a beaucoup de problèmes avec le concept. Snowden, qui s'oppose à la plupart des cas d'utilisation de la biométrie depuis ses révélations en 2013, a demandé à Altman et ses associés de ne pas cataloguer les globes oculaires.

    « On dirait qu'il s'agit de produire une base de données globale (hachée) des scans de l'iris des personnes (par souci d'"équité", et d'écarter les implications en disant "nous avons supprimé les scans !" Oui, mais vous sauvegardez les "hashs" produits par les scans. Des hashs qui correspondent à de futurs scans. Ne cataloguez pas les globes oculaires », a-t-il dans une série de tweets en octobre 2021 lorsque Worlcoin a révélé ses plans pour la première fois. Snowden a souligné que même si les scans des yeux étaient supprimés, les hashs issus des scans précédents pourraient permettre d'identifier les personnes scannées à nouveau à l'avenir.

    Beaucoup ont raillé le concept, notamment en prédisant une violation de données inévitable qui pourrait entraîner la fuite et la vente d'informations biométriques sur Internet. D'autres ont souligné qu'il n'y a aucune garantie que les données ne tomberont pas entre les mains de tiers. Worldcoin devra espérer que la promesse de cryptomonnaie gratuite sera suffisante pour dissuader ces inquiétudes. Altman a répondu aux critiques de Snowden en défendant le modèle de confidentialité sur lequel se base Worldcoin. « Je pense que Worldcoin préserve mieux la vie privée que les services centralisés que nous utilisons aujourd'hui », a-t-il déclaré.

    « Tout ce que Worldcoin, ou qui que ce soit, peut dire, c'est si quelqu'un s'est déjà inscrit au service. Le hash est découplé cryptographiquement du portefeuille et de toutes les transactions futures », a-t-il déclaré. Malgré ces explications, Snowden était loin d'être satisfait. Snowden a admis que les techniques de protection de la vie privée mises en place par Worldcoin étaient "intelligentes et appréciées". Mais il a souligné que les données biométriques pouvaient toujours être utilisées à mauvais escient. En outre, Snowden est également comme pour ses critiques virulents à l'encontre des monnaies numériques de banque centrale (MNBC).

    Par le passé, Snowden a publié un article dans une lettre d'information dans lequel il affirmait que les monnaies numériques de banque centrale étaient "le plus récent danger qui se profile à l'horizon pour le public". Il a déclaré que les MNBC pourraient permettre aux autorités fiscales et gouvernementales d'accéder aux données de santé des utilisateurs. Il a suggéré que la technologie pourrait empêcher les utilisateurs de MNBC à risque d'acheter ce qu'ils veulent, même s'il ne s'agit que d'une barre chocolatée. D'autres ont également critiqué le projet Worldcoin, laissant entendre qu'il s'agit simplement d'une entreprise de collecte de données biométriques.

    Source : Worldcoin

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Que pensez-vous du projet de cryptomonnaie Worldcoin ?
    Le projet est-il respectueux de la vie privée comme le prétend Altaman ?
    Selon vous, quelles sont les préoccupations éthiques que pose le projet Worldcoin ?
    Seriez-vous prêt à utiliser la cryptomonnaie Worldcoin ? Pourquoi ?

    Voir aussi

    Edward Snowden critique le projet Worldcoin de Sam Altman : « Ne cataloguez pas les globes oculaires », Worldcoin envisage de créer une base de données mondiale des scans rétiniens des utilisateurs

    Edward Snowden : « Des gens mourront si vous affaiblissez le chiffrement », il estime que la vie privée est un pouvoir essentiel

    Le lanceur d'alerte Edward Snowden et l'EFF critiquent le projet d'Apple de scanner les messages et les images iCloud, des milliers de personnes demandent à l'entreprise de suspendre ses plans
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  6. #6
    Membre émérite
    Profil pro
    Inscrit en
    Juin 2009
    Messages
    920
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2009
    Messages : 920
    Points : 2 836
    Points
    2 836
    Par défaut
    Un accident avec tes paires de mirettes, goodbye €€€€

    Et peut etre d'autres aléas comme la vieillesse ou autres élément qui pourraient faire que l'authentification à l'iris ne fonctionne plus.

  7. #7
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    632
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 632
    Points : 11 474
    Points
    11 474
    Par défaut Le PDG d'OpenAI lance officiellement sa cryptomonnaie Worldcoin qui vise à scanner les globes oculaires
    Sam Altman, PDG d'OpenAI, lance officiellement sa cryptomonnaie Worldcoin qui vise à créer une base de données mondiale des scans rétiniens des utilisateurs
    mais le projet suscite le scepticisme

    Worldcoin, le projet de cryptomonnaie de Sam Altman, PDG d'OpenAI, a été lancé ce lundi. L'entreprise promet d'offrir des jetons aux personnes qui acceptent qu'elle scanne leurs globes oculaires à l'aide d'un orbe futuriste. Ces scans pourront ensuite être utilisés afin de prouver l'"humanité" des personnes dans une société de plus en plus dominée par l'IA. Cependant, l'initiative se heurte à l'hostilité croissante à l'égard de la collecte de données personnelles identifiables. Les internautes sont peu enclins à échanger le scan de leur iris contre des jetons numériques. En outre, Worldcoin est lancé à un moment où le scepticisme à l'égard des cryptomonnaies a atteint un niveau élevé.

    Worldcoin est un projet de cryptomonnaie annoncé en 2019. Cofondée par Sam Altman d'OpenAI, l'entreprise souhaite fusionner la blockchain et la biométrie afin que ceux qui acceptent qu'on scanne leurs iris soient récompensés par un jeton numérique appelé Worldcoins (WDC). En effet, alors que les problèmes de cybersécurité et de fuites de données se multiplient, Altman a lancé le projet afin de limiter les escroqueries et les violations causées par les robots et les mauvais acteurs en scannant vos globes oculaires et en attribuant des jetons. La Worldcoin Foundation est l'intendante du projet et le soutiendra jusqu'à ce qu'il devienne autosuffisant.

    Après trois ans d'essais et de gros titres sur les espoirs ambitieux, les failles fatales et la bizarrerie pure et simple du Worldcoin, le jeton a été lancé aujourd'hui par le biais d'un airdrop (une distribution gratuite de jetons) pour les utilisateurs qui ont été vérifiés à l'aide d'un orbe. Les autres utilisateurs peuvent sécuriser leurs jetons en téléchargeant l'application publiée par la société jusqu'à ce qu'ils aient accès à un orbe, y compris pour les prochains lancements, bien que la distribution des jetons soit limitée à certains pays. Les utilisateurs américains, par exemple, ne sont pas éligibles pour recevoir les jetons en raison de l'incertitude réglementaire.


    Au cœur du projet Worldcoin se trouve une technologie appelée "The Orb", qui capture une image de l'iris de l'utilisateur pour l'embarquer, peu importe qui il est, et où il se trouve dans le monde. L'image est ensuite convertie en un code de hachage. Si le code n'a jamais été téléchargé auparavant, il est alors enregistré dans la base de données du projet et génère un portefeuille de cryptomonnaies avec un code QR unique. Selon le site du projet, il s'agit du premier jeton à être distribué globalement et gratuitement à des personnes pour le simple fait d'être un individu unique. Et le système aurait été créé en tenant compte de la protection de la vie privée.

    Ainsi, la base de données est remplie de codes de hachage plutôt que de photos de globes oculaires, et les utilisateurs sont identifiés par des codes QR de portefeuille plutôt que par leur vrai nom. Une fois qu'un portefeuille unique est généré, l'utilisateur reçoit des jetons gratuits. Après avoir recueilli plus de 2 millions d'utilisateurs au cours de la phase bêta, Worldcoin a déclaré lundi qu'il allait maintenant étendre ses opérations à 35 villes réparties dans 20 pays. De nombreuses bourses ont listé le jeton ou ont déclaré leur intention de le faire, y compris Binance, la plus grande bourse de cryptomonnaie au monde en matière de volume de transactions.

    Selon le site de Worldcoin, le principal acteur derrière Worldcoin est Alex Blania, un ancien doctorant en physique théorique qui occupe aujourd'hui le poste de PDG de Tools for Humanity, l'entreprise mère qui développe Worldcoin jusqu'à ce que le réseau devienne totalement décentralisé. Blania a déclaré que "la nécessité de prouver qu'une personne est réelle n'est plus un sujet de débat sérieux à l'ère de l'IA". Il a indiqué que Worldcoin espère construire un moyen "respectueux de la vie privée, décentralisé et maximalement inclusif" pour résoudre ce problème. Cependant, les deux premières années de l'entreprise ont été marquées par des obstacles.

    Blania a attribué ces problèmes à des tests bêta standard, mais le projet a eu sa part de critiques. Les principales préoccupations portent sur l'utilisation de données biométriques pour vérifier l'identité des utilisateurs, et en particulier sur les risques pour la vie privée liés à la collecte, au stockage et à l'utilisation de ces données. La couverture médiatique autour de Worldcoin a mis en lumière la façon peu méthodique dont le projet a fait appel à des sous-traitants pour capturer les données de l'iris des personnes avec ses scanners (appelés orbes), ainsi que les violations de la législation sur la protection de la vie privée et les allégations de corruption.

    Pour certains, le fait que le projet incite les premiers utilisateurs à s'inscrire en échange d'une partie de jetons a fonctionné comme un pot-de-vin farfelu. Étant donné que l'une des principales utilisations de la blockchain consiste à masquer l'identité d'une personne, d'autres ne sont pas d'accord avec le principe même de l'utilisation du Worldcoin pour identifier des personnes d'une manière aussi personnelle et précise. Mais Blania et ses associés ont rejeté ces allégations. Worldcoin insiste sur le fait qu'il crée un protocole spécial qui protégerait les données biométriques des personnes grâce à un modèle compliqué de techniques cryptographiques.

    Selon Altman, un projet comme Worldcoin semble particulièrement important à l'ère de l'IA, à un moment où il devient de plus en plus difficile de distinguer le travail des humains de celui des machines. « Comme tout projet vraiment ambitieux, il peut fonctionner ou non, mais c'est en essayant des choses comme celles-ci que l'on progresse. Dans tous les cas, nous aimons particulièrement ceux qui nous détestent, cela nous donne de l'énergie », a-t-il déclaré. Toutefois, cette déclaration lui a valu de nombreuses critiques. Certains l'ont accusé d'avoir contribué à créer le problème avec ChatGPT, puis de proposer ensuite "une solution malsaine".

    Altman a déclaré en outre qu'il s'attendait à ce que 2 milliards de personnes s'inscrivent sur Worldcoin, maintenant que la plateforme a été officiellement lancée. Mais il est difficile de savoir à quelle vitesse l'entreprise pourra se développer, notamment en raison de la nécessité de prendre des rendez-vous en personne pour scanner son iris. Dans une interview accordée à Fortune, Blania a déclaré que Worldcoin espère que 1 500 orbes seront opérationnels d'ici la fin de l'année et qu'il s'étendra à de nouveaux marchés. Selon Blania, le lancement du Worldcoin est susceptible de susciter davantage d'intérêt pour les inscriptions.

    Source : Worldcoin

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Que pensez-vous du projet Worldcoin ?
    Êtes-vous prêt à utiliser cette cryptomonnaie ? Pourquoi ?
    Selon vous, quels sont les risques de sécurité que pose Worldcoin ?
    Quels impacts cette cryptomonnaie pourrait-elle avoir sur ses utilisateurs ?

    Voir aussi

    Le PDG d'OpenAI, Sam Altman, s'apprête à lever 100 millions de dollars pour son projet de cryptomonnaie Worldcoin qui vise à créer une base de données mondiale des scans rétiniens des utilisateurs

    Edward Snowden critique le projet Worldcoin de Sam Altman : « Ne cataloguez pas les globes oculaires », Worldcoin envisage de créer une base de données mondiale des scans rétiniens des utilisateurs

    Découvrez Sam Altman, PDG d'OpenAI, qui a appris à programmer à l'âge de 8 ans et qui se prépare également à l'apocalypse avec une réserve d'or, des armes et des masques à gaz

  8. #8
    Expert éminent Avatar de kain_tn
    Homme Profil pro
    Inscrit en
    Mars 2005
    Messages
    1 598
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Suisse

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2005
    Messages : 1 598
    Points : 7 448
    Points
    7 448
    Par défaut
    Citation Envoyé par Mathis Lucas Voir le message
    Que pensez-vous du projet Worldcoin ?
    C'est vraiment dingue. En 2023, on a des "super-vilains" mégalomanes, dignes des plus grosses caricatures des James Bond...

    Il est vraiment complètement taré, ce bonhomme.

    Citation Envoyé par Mathis Lucas Voir le message
    Selon le site du projet, il s'agit du premier jeton à être distribué globalement et gratuitement à des personnes pour le simple fait d'être un individu unique.
    Oui donc en gros on distribue un morceau de vent qui n'a aucune valeur en échange des données biométriques des gens pour les ficher gratuitement! Et le mec veut faire croire en plus qu'il rémunère les gens! Quel escroc!

    Citation Envoyé par Mathis Lucas Voir le message
    Et le système aurait été créé en tenant compte de la protection de la vie privée.
    Oui, oui. La marmotte, le chocolat, tout ça...



    Citation Envoyé par Mathis Lucas Voir le message
    Il a indiqué que Worldcoin espère construire un moyen "respectueux de la vie privée, décentralisé et maximalement inclusif" pour résoudre ce problème.
    Plus c'est gros, plus ça passe... On est à un foutage de gueule maximal, là. Il ne manque plus que "protection des enfants" et "lutte contre le terrorisme", et on fait un bingo.
    Copier c'est copier; voler c'est vendre un CD une vingtaine d'euros!


    Code C : Sélectionner tout - Visualiser dans une fenêtre à part
    1
    2
    3
    4
    5
    6
    7
    #include <stdio.h>
     
    int main(int argc, char **argv) {
     
        printf("So long, and thanks for the fish, Dennis...\n");
        return 0;
    }

  9. #9
    Membre expert
    Homme Profil pro
    ingénieur qualité
    Inscrit en
    Mars 2015
    Messages
    1 186
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : ingénieur qualité
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2015
    Messages : 1 186
    Points : 3 618
    Points
    3 618
    Par défaut
    Citation Envoyé par Mathis Lucas Voir le message
    Ces scans pourront ensuite être utilisés afin de prouver l'"humanité" des personnes dans une société de plus en plus dominée par l'IA.
    Prouver son humanité?
    Dans quelle dystopie vit ce monsieur?
    Au cœur du projet Worldcoin se trouve une technologie appelée "The Orb", qui capture une image de l'iris de l'utilisateur pour l'embarquer, peu importe qui il est, et où il se trouve dans le monde.
    technologie qu'il faudra acheter je suppose, parce que aller dans un OpenStore pour m'identifier sur Amazon n'a pas vraiment d'interet.
    Blania a déclaré que "la nécessité de prouver qu'une personne est réelle n'est plus un sujet de débat sérieux à l'ère de l'IA". Il a indiqué que Worldcoin espère construire un moyen "respectueux de la vie privée, décentralisé et maximalement inclusif" pour résoudre ce problème. Cependant, les deux premières années de l'entreprise ont été marquées par des obstacles.
    Prouver qu'une personne est réelle, les riches vivent dans quel film de SF?
    Comment penser qu'un système tel que celui prévu est inclusif? Combien de personne dans le monde n'ont pas les moyens de se payer un "The Orb".
    Surtout s'ils évitent déjà les USA pour lesquels ils ont des "incertitudes réglementaires"

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Altman semble être de l'école de Musk, il annonce l'apocalypse via une technologie et se lance dans la course à celle ci pour éviter le "destin".
    Je ne comprends vraiment pas ces gens qui combatent le feu en soufflant sur les braises.
    Que pensez-vous du projet Worldcoin ?
    Ca ressemble au délire paranoïaque de deux milliardaires complotistes.
    Êtes-vous prêt à utiliser cette cryptomonnaie ? Pourquoi ?
    Non, je n'ai rien à gagner et ma vie privée à perdre. Qui fait ce pari?
    Prouver mon humanité, vraiment? on est pas dans I, robot
    ils veulent installer 1500 "Orb" dans le monde, quelle est la surface vivable de la Terre? Combien de km à parcourir pour pouvoir certifier à je ne sais quel site que je suis humain.
    Je suis le seul qui ne comprend pas leur concept?
    Ca ressemble à un projet troll d'école d'ingé
    Selon vous, quels sont les risques de sécurité que pose Worldcoin ?
    Worldcoin est un risque de sécurité, identifier une personne et ne pas rendre l'outil accessible, pourquoi donner sa vie privée sans même pouvoir l'utiliser ensuite, je ne comprends pas.

    [Troll]En fait je penses que ce projet est brillant et est un moyen de voir à quel point on est capable de faire adhérer à un projet en sortant un épouvantail fictif et une solution inaplicable[/troll]

  10. #10
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    632
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 632
    Points : 11 474
    Points
    11 474
    Par défaut La CNIL ouvre une enquête pour "pratiques douteuses" sur la cryptomonnaie Worldcoin lancée par le PDG d'OpenAI
    La CNIL ouvre une enquête pour "pratiques douteuses" sur la cryptomonnaie Worldcoin lancée par le PDG d'OpenAI
    elle s'interroge sur la légalité de la collecte de données biométriques par Worldcoin

    La Commission nationale française de l'informatique et des libertés (CNIL) a quelques doutes sur la légalité de la collecte à grande échelle de données biométriques que le PDG d'OpenAI, Sam Altman, est en train de mettre en place à travers sa cryptomonnaie Worldcoin. La CNIL affirme que "la légalité de cette collecte de données semble discutable, ainsi que les conditions de stockage des données biométriques". Elle a confirmé vendredi avoir ouvert des enquêtes sur Worldcoin en vue d'éclairer la situation. Le gendarme français de la protection des données personnelles a ajouté que l'enquête est menée en coordination avec les autorités de l'État de Bavière, en Allemagne.

    Worldcoin a collecté des données en France et la CNIL a ouvert des enquêtes

    « La légalité de cette collecte [de données] semble douteuse, tout comme les conditions de conservation des données biométriques », a déclaré un porte-parole de la CNIL dans une déclaration écrite, faisant référence à la pratique de Worldcoin consistant à scanner les rétines pour s'assurer qu'aucune personne ne peut réclamer deux fois des récompenses en cryptomonnaie. « La CNIL a ouvert des enquêtes, soutenant le travail des régulateurs bavarois de la vie privée qui ont la responsabilité principale en vertu de la loi européenne », a ajouté le porte-parole. L'autorité britannique de régulation des données pourrait aussi ouvrir une enquête bientôt.

    Interrogée sur l'enquête des autorités françaises, la fondation Worldcoin a déclaré : « Worldcoin a été conçu pour protéger la vie privée des individus et a mis en place un solide programme de protection de la vie privée et s'est engagé à respecter les exigences réglementaires. La Worldcoin Foundation se conforme à toutes les lois et réglementations régissant le traitement des données personnelles sur les marchés où le Worldcoin est disponible. Le projet continuera à coopérer avec les organismes de tutelle pour répondre aux demandes d'informations supplémentaires sur ses pratiques en matière de protection des données personnelles et de la vie privée ».

    La cryptomonnaie Worldcoin, lancée lundi par le PDG d'OpenAI, Sam Altman, est basée sur un projet étrange : l'entreprise veut scanner l'iris de millions de personnes à travers le monde et leur donner en échange une carte d'identité numérique et, dans certains pays, des jetons gratuits. La mission supposée de Worldcoin est de créer un système financier décentralisé, le jeton cryptomonnaie Worldcoin servant à distribuer un revenu de base universel aux personnes du monde entier. Worldcoin et sa société mère Tools for Humanity ont commencé à distribué cette semaine les premiers jetons de la cryptomonnaie aux clients qui avaient déjà scanné leurs yeux.

    Le site Web de Worldcoin indique que plus de 2,1 millions de personnes se sont inscrites, principalement dans le cadre d'un essai au cours des deux dernières dernières années. Worldcoin a mis en place des sites d'inscription dans différents endroits du monde, où les gens peuvent s'y rendre pour faire scanner leur visage par un "orbe" sphérique brillant. Lors du lancement officiel lundi, les créateurs de Worldcoin ont déclaré qu'elle n'est pas distribuée aux utilisateurs basés aux États-Unis en raison de l'incertitude réglementaire concernant la cryptomonnaie. Les utilisateurs américains peuvent toujours scanner leurs yeux et créer un profil sur la plateforme.

    La fondation Worldcoin a indiqué que le projet est supervisé dans l'Union européenne par l'Office bavarois de contrôle de la protection des données. (Pour mémoire, la fondation Worldcoin est une entité basée aux îles Caïmans qui se décrit comme un "gardien du protocole Worldcoin".) Mardi, le Bureau du commissaire britannique à l'information (Information Commissioner's Office - ICO) a également confirmé qu'il faisait ses propres recherches. L'ICO a déclaré que les organisations sont tenues de réaliser une évaluation de l'impact sur la protection des données avant de commencer à collecter des informations à "haut risque". L'on ignore si OpenAI a fait étude.

    Face aux spéculations selon lesquelles l'intérêt des consommateurs pour Worldcoin a été pour le moins tiède, Altman a affirmé qu'il y avait eu des "files d'attente folles dans le monde entier", une personne étant vérifiée toutes les huit secondes. Cela dit, si l'on fait le calcul, cela suggère qu'il faudra des décennies pour parvenir à une adoption massive. En supposant que les vérifications se poursuivent au rythme actuel, il faudrait cinq ans pour enregistrer 19,6 millions de personnes, soit 0,00245 % de la population mondiale. Worldcoin prévoit d'augmenter le nombre d'orbes disponible afin d'atteindre une capacité d'inscription cinq fois supérieure.

    La collecte de données biométriques suscite de nombreuses préoccupations

    Pourquoi devrait-on ressentir le besoin de prouver son humanité sur l'internet ? Worldcoin affirme qu'il s'agit d'un moyen unique de prouver l'identité des gens en ligne dans un monde où il devient de plus en plus difficile de distinguer l'activité numérique des bots de celle des humains. En effet, en publiant des outils d'IA avancés tels que ChatGPT, OpenAI a contribué à dégrader davantage l'état du Web. Les contenus générés par ces IA sont très similaires à ce qu'un humain peut écrit, de sorte que de plus en plus de personnes n'arrivent plus à faire la distinction. OpenAI lui-même a échoué à créer un outil pouvant détecter avec précision les contenus générés par l'IA.

    Mais ne vous inquiétez pas ! Altman a une idée pour venir à bout de ce problème qu'il a lui-même contribué à accentuer : fournir un passeport numérique aux gens à partir du balayage de leurs iris. Selon lui, ce passeport permettra à un individu de s'identifier en ligne et de prouver qu'il est un humain. Worldcoin a déployé ses orbes de scan rétinien sur au moins quatre marchés européens jusqu'à présent, à savoir le Royaume-Uni, la France, l'Allemagne et l'Espagne. Selon plusieurs sources, deux orbes sont basés en Grande-Bretagne, un en France et deux en Allemagne. L'entreprise compte déployer à terme plus de 1 500 orbes à travers le monde.

    Cependant, les préoccupations liées à ce projet sont nombreuses. En dehors des régulateurs susmentionnés, de nombreuses organisations et personnes, y compris des acteurs de l'espace des cryptomonnaies, ont exprimé leurs inquiétudes concernant le stockage et la sécurité des données biométriques collectés. Même des poids lourds de l'industrie des cryptomonnaies comme le cofondateur d'Ethereum, Vitalik Buterin, ont tiré la sonnette d'alarme. Buterin a averti que Worldcoin présentait des "problèmes majeurs" et que les données sur l'iris pourraient révéler par inadvertance le sexe, l'origine ethnique et peut-être même l'état de santé d'une personne.

    « Les violations de données se produisent tout le temps, et des personnes sont blessées. Mais lorsque des données biométriques sont divulguées, en particulier dans les pays pauvres où Worldcoin opère, c'est la vie des gens qui est en jeu », a déclaré Pete Howson, universitaire et auteur. Ensuite, il y a la question de savoir qui traite les données, et qui est donc légalement responsable de respecter les lois en matière de protection des données. Le formulaire de consentement de Worldcoin semble indiquer que la fondation Worldcoin, basée aux îles Caïmans, est le responsable du traitement des données biométriques collectées par l'intermédiaire de l'orbe.

    Mais un signal d'alarme concernant la conformité au RGPD (règlement général européen sur la protection des données) apparait si l'on examine la section récapitulative du formulaire de consentement aux données biométriques. Il contient un avertissement en gras selon lequel les personnes qui s'inscrivent avec un orbe (c'est-à-dire celles dont les données biométriques sont collectées) ne seront pas en mesure de faire supprimer leurs données personnelles après cette étape. « Nous créerons un code Iris unique (tel que défini ci-dessous) qui ne pourra plus être supprimé (si nous le supprimions, la preuve de l'unicité ne fonctionnerait pas) », explique Worldcoin.

    Le fait est que le RGPD donne aux Européens une série de droits d'accès à leurs données personnelles, y compris le droit de demander leur suppression. Donc dire qu'il n'est pas possible de les supprimer ne suffira pas et ne semble pas conforme à la loi. Il est donc peu probable que les autorités européennes acceptent que Worldcoin échappe à la réglementation en prétendant que le "code unique de l'iris" dérivé du balayage biométrique n'est pas une donnée à caractère personnel. Ainsi, il est facile de comprendre pourquoi les organismes de protection de la vie privée se sont si rapidement mobilisés pour exprimer leurs préoccupations et agir en conséquence.

    Il reste cependant à voir à quelle vitesse les régulateurs pourraient passer à l'application de la loi si les inquiétudes sont levées. Même la structure de gouvernance du Worldcoin, un projet de cryptomonnaie décrite comment étant décentralisée, semble extrêmement compliquée pour que les gens puissent comprendre à qui ils confient leurs données.

    Sources : livre blanc de Worldcoin, formulaire de consentement à la collecte de données biométriques

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Que pensez-vous des inquiétudes de la CNIL à l'égard de Worldcoin ?
    Que pensez-vous du projet de passeport numérique plébiscité par Worldcoin ?
    Worldcoin doit-il être autorisé à collecter les données biométriques des Français ?
    Quels sont les dangers potentiels de la collecte de données biométriques par Worldcoin ?
    Que pensez-vous de la section selon laquelle les données collectées ne pourront plus être supprimées ?

    Voir aussi

    Sam Altman, PDG d'OpenAI, lance officiellement sa cryptomonnaie Worldcoin qui vise à créer une base de données mondiale des scans rétiniens des utilisateurs, mais le projet suscite le scepticisme

    Edward Snowden critique le projet Worldcoin de Sam Altman : « Ne cataloguez pas les globes oculaires », Worldcoin envisage de créer une base de données mondiale des scans rétiniens des utilisateurs

    Découvrez Sam Altman, PDG d'OpenAI, qui a appris à programmer à l'âge de 8 ans et qui se prépare également à l'apocalypse avec une réserve d'or, des armes et des masques à gaz

  11. #11
    Membre expert
    Homme Profil pro
    ingénieur qualité
    Inscrit en
    Mars 2015
    Messages
    1 186
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : ingénieur qualité
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2015
    Messages : 1 186
    Points : 3 618
    Points
    3 618
    Par défaut
    Citation Envoyé par Mathis Lucas Voir le message
    La mission supposée de Worldcoin est de créer un système financier décentralisé, le jeton cryptomonnaie Worldcoin servant à distribuer un revenu de base universel aux personnes du monde entier.
    C'est un bel appat mais qui y coit?
    Et d'où vient cet argent? (un système financier décentralisé, ça reste vague)
    Citation Envoyé par Mathis Lucas Voir le message
    Face aux spéculations selon lesquelles l'intérêt des consommateurs pour Worldcoin a été pour le moins tiède, Altman a affirmé qu'il y avait eu des "files d'attente folles dans le monde entier", une personne étant vérifiée toutes les huit secondes. Cela dit, si l'on fait le calcul, cela suggère qu'il faudra des décennies pour parvenir à une adoption massive. En supposant que les vérifications se poursuivent au rythme actuel, il faudrait cinq ans pour enregistrer 19,6 millions de personnes, soit 0,00245 % de la population mondiale. Worldcoin prévoit d'augmenter le nombre d'orbes disponible afin d'atteindre une capacité d'inscription cinq fois supérieure.
    il existe 30 orbs, donc 1 enregistrement prend 4 minutes en moyenne, à partir de là créer des "files d'attentes folles" est d'une facilité déconcertante, les festivals ont une procédure d'enregistrement plus courte que ça (je dirais entre 1 et 2 minutes), ils ont facilement 10 caisses et les files sont courantes.
    Donc mesurer sa popularité à la longueur d'une file est loin d'être un indicateur efficace.
    Pourquoi devrait-on ressentir le besoin de prouver son humanité sur l'internet ?
    Et surtout comment? En quoi le Worldcoin que j'ai obtenu garanti qu'une connexion faite grace à lui est faite par moi?
    Ne peut on pas le voler, le vendre (au vue de son estimation pourquoi ne pas le faire?)
    Selon lui, ce passeport permettra à un individu de s'identifier en ligne et de prouver qu'il est un humain. Worldcoin a déployé ses orbes de scan rétinien sur au moins quatre marchés européens jusqu'à présent, à savoir le Royaume-Uni, la France, l'Allemagne et l'Espagne. Selon plusieurs sources, deux orbes sont basés en Grande-Bretagne, un en France et deux en Allemagne. L'entreprise compte déployer à terme plus de 1 500 orbes à travers le monde.
    S'il y en a 1 en France c'est probablement à Paris, qui va se tapper un aller retour à Paris pour s'identifier sur un site?
    Je suis le seul à trouver ce projet techniquement absurde?
    Il contient un avertissement en gras selon lequel les personnes qui s'inscrivent avec un orbe (c'est-à-dire celles dont les données biométriques sont collectées) ne seront pas en mesure de faire supprimer leurs données personnelles après cette étape. « Nous créerons un code Iris unique (tel que défini ci-dessous) qui ne pourra plus être supprimé (si nous le supprimions, la preuve de l'unicité ne fonctionnerait pas) », explique Worldcoin.
    A merde, en plus c'est un contrat à vie.
    Je ne vais pas demandé qui accepterait de signer ça parce que je connais plein de monde qui le ferait sans soucis en échange de quelques services pas du tout indispensables et souvent déjà existants.
    Mais l'impossibilité de revenir en arrière est pour moi un no-go instantanné, fournir ses données biométrique à une entreprise sans possibilité de les supprimer, la garantie d'un dérapage futur.
    Il est donc peu probable que les autorités européennes acceptent que Worldcoin échappe à la réglementation en prétendant que le "code unique de l'iris" dérivé du balayage biométrique n'est pas une donnée à caractère personnel.
    Worldcoin aux clients "Grace à moi on saura garantir que c'est vous et personne d'autre"
    Worldcoin à la CNIL "Non, non, ce code n'est pas un donnée qui identifie chaque personne"
    On entre dans un rhétorique interressante...
    Mais je comprends leur volonté de jouer la montre, toute personne entrée dans le système pendant ce temps est une personne qui ne peut plus en sortir.
    Ce qui me surprend est que les autorité soient incapables de bloquer le truc instantannément, aux vues de dérives possibles et du demitour impossible. Ca sent la décision "Maintenant que c'est fait pourquoi l'interdire?" à la fin.

    Que pensez-vous du projet de passeport numérique plébiscité par Worldcoin ?
    Worldcoin doit-il être autorisé à collecter les données biométriques des Français ?
    On ne nous donnes pas un exemple de cas concret de ce qu'on pourrait y gagner, c'est inquietant, non?
    Je penses qu'il faut interdire cette connerie, on a tout à perdre rien à gagner.

  12. #12
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    632
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 632
    Points : 11 474
    Points
    11 474
    Par défaut Pourquoi Sam Altman veut scanner des milliards d'yeux pour créer une base de données biométriques
    Pourquoi Sam Altman veut scanner des milliards d'yeux pour créer la plus grande base de données biométriques au monde
    un projet qui souffre de plusieurs défaillances techniques

    Sam Altman, PDG d'OpenAI, a récemment lancé son projet de cryptomonnaie Worldcoin à travers lequel il prétend vouloir aider les humains à prouver leur humanité sur le net lorsque l'IA sera omniprésente dans un avenir proche. Pour cela, Worldcoin veut constituer une gigantesque base de données biométriques, le projet suscite un certain nombre de préoccupations en matière de protection de la vie privée et présente des défaillances techniques persistantes. À ce titre, la cryptomonnaie de Sam Altman a été interdite dans certains pays et fait l'objet d'une enquête dans d'autres pays, ces derniers ayant des doutes sur la légalité de cette collecte massive de données.

    Worldcoin : un projet décrié qui semble être basé sur des promesses fallacieuses

    Worldcoin est un projet de cryptomonnaie annoncé en 2019. Cofondée par Sam Altman d'OpenAI, l'entreprise souhaite fusionner la blockchain et la biométrie afin que ceux qui acceptent qu'on scanne leurs iris soient récompensés par un jeton numérique appelé Worldcoins (WDC). En effet, alors que les problèmes de cybersécurité et de fuites de données se multiplient, Altman a lancé le projet afin de limiter les escroqueries et les violations causées par les robots et les mauvais acteurs en scannant les globes oculaires et en attribuant des jetons. La Worldcoin Foundation est l'intendante du projet et le soutiendra jusqu'à ce qu'il devienne autosuffisant.

    Le processus est simple: vous installez une application sur votre téléphone portable et recevez un code QR. Ensuite, vous devez laisser une sphère métallique (appelée orbe) scanner votre œil et générer un "test de personnalité". La preuve est ensuite associée au code QR et l'application devient un passeport appelé World ID. Celle-ci fait également office de portefeuille numérique pour la cryptomonnaie Worldcoin. De nombreux centres commerciaux proposent déjà ce service en Amérique latine, en Asie, en Afrique et en Europe. Mais la question qui se pose est la suivante : pourquoi quelqu'un voudrait-il soumettre ces informations personnelles ?

    Nom : lok4.png
Affichages : 2098
Taille : 129,5 Ko

    La réponse est l'argent. Avant le lancement de ce service le 26 juillet dernier, Altman a sous-traité avec des centaines d'opérateurs tiers, qui facturent le balayage des yeux dans les pays du Sud. Par exemple, en Indonésie, Tools for Humanity, la société qui a développé Worldcoin pour Altman, aurait offert des T-shirts, des Airpods et des bons pour 25 Worldcoins qu'elle évaluait à 55 dollars (aujourd'hui, ils valent moitié moins) pour inciter les gens à scanner leurs yeux. En outre, la startup d'Altman a également organisé des ateliers sur sa nouvelle cryptomonnaie dans des lycées pour scanner des dizaines d'étudiants, dont beaucoup étaient mineurs.

    Cependant, Worldcoin souffre de plusieurs irrégularités, tant en matière de protection de la vie privée qu'en matière de crédibilité. Altman affirme que les passeports et portefeuilles numériques seront essentiels lorsque l'IA aura dépassé la nôtre et que les humains sans emploi auront besoin de recevoir un revenu universel. Il estime en outre qu'il s'agit d'un moyen unique de prouver l'identité des gens en ligne dans un monde où il devient de plus en plus difficile de distinguer l'activité numérique des bots de celle des humains. L'avènement des outils d'IA avancés tels que ChatGPT, Bard et Bing Chat ont contribué à dégrader davantage l'état du Web.

    Selon Altman, le passeport numérique permettra à un individu de s'identifier en ligne et de prouver qu'il est un humain. Worldcoin a déployé ses orbes de scan rétinien sur au moins quatre marchés européens jusqu'à présent, à savoir le Royaume-Uni, la France, l'Allemagne et l'Espagne. Deux orbes sont basés en Grande-Bretagne, un en France et deux en Allemagne. La société compte déployer à terme plus de 1 500 orbes à travers le monde. Pour l'heure, la cryptomonnaie n'est pas encore échangeable et Worldcoin semble n'avoir pas connaissance de défaillances techniques persistantes ni d'opérateurs arrêtés ou agressés pour avoir offert de fausses incitations.

    Les garanties en matière de protection de la vie privée sont peu convaincantes

    Par ailleurs, la Fondation Worldcoin, l'entité qui régit le protocole Worldcoin, est enregistrée aux îles Caïmans, un paradis fiscal. Certaines sources ont rapporté que les tentatives visant à obtenir le statut fiscal de Tools for Humanity par différents canaux, se sont soldées par un échec. Le fait que la Fondation Worldcoin soit enregistrée aux îles Caïmans et la nature nébuleuse de Tools for Humanity amènent les experts à se poser de nombreuses questions. Certains d'entre eux affirment sans hésiter que Worldcoin ressemble à un énorme stratagème pour mettre la main sur une tonne de données biométriques. Ce qu'Altman et les siens démentent.

    « Scannez vos yeux et obtenez 20 dollars en argent fictif qui pourra ou non être échangé plus tard. Et la pièce s'effondrera comme toutes les autres, laissant Sam avec un trésor de données biométriques dont il pourra faire ce qu'il veut », affirme un critique. Worldcoin affirme que le respect de la vie privée est garanti, car l'utilisateur n'a pas à donner son nom lors de l'enregistrement et son iris est stocké sous la forme d'un code numérique abstrait. « Même si cela était vrai - et nous n'avons aucun moyen de le vérifier - l'orbe pourrait se retrouver entre de mauvaises mains », déclare Anna Bacciarelli, responsable des technologies à Human Rights Watch.

    Il y a un autre problème. Le formulaire de consentement (que personne ne prend la peine de lire) indique que les orbes prennent également des images à haute résolution du visage, des yeux et du corps de l'utilisateur, en plus d'enregistrer ses signes vitaux, dont le rythme cardiaque et la respiration. Ces données permettent d'identifier avec précision chaque utilisateur, ce qui contredit les déclarations des responsables de Worldcoin. Les autorités françaises et allemandes chargées de la protection des données voient des signes d'infraction au règlement général européen sur la protection des données (RGPD) et ont lancé une enquête conjointe.

    Worldcoin se présente comme ayant une infrastructure décentralisée et transparente. Mais à l'heure actuelle, l'entreprise est privée, centralisée et opaque. Altman a levé 240 millions de dollars auprès des sociétés de capital-risque les plus connues de la Silicon Valley, notamment Andreessen Horowitz, Tiger Global, Khosla Ventures et Coinbase Ventures. « L'importance du financement du projet souligne l'énorme opportunité commerciale », a déclaré Ella Jakubowska, spécialiste de la biométrie et des droits de l'homme à l'Association européenne pour les droits numériques. Les investisseurs s'attendent d'une manière ou d'une autre à un retour sur investissement.

    Selon Jakubowska, il existe un marché évident pour l'identification des robots et des utilisateurs synthétiques sur les plateformes de services numériques. En ce sens, Worldcoin semble être l'antidote à l'autre projet d'Altman : OpenAI. L'objectif présumé d'Altman à travers le projet Worldcoin est de s'impliquer dans les processus démocratiques et d'améliorer l'accès aux programmes sociaux dans le monde entier. Cependant, Jakubowska estime que sa tentative de collecte de données est sinistre. « Créer un code-barres pour chaque habitant de la planète n'a rien d'humanitaire. Worldcoin est l'antithèse d'une communauté », a-t-elle déclaré.

    Worldcoin expose les données biométriques qu'il collecte à toute forme d'abus

    Les données biométriques sont particulièrement sensibles, car elles sont immuables. Il n'est pas possible pour un individu de changer son iris de la même manière qu'il peut changer son nom ou son adresse. Il en résulte un potentiel d'abus plus important, car les personnes peuvent être identifiées à distance sans leur consentement. Les données biométriques peuvent alors être associées à des paramètres discriminatoires, comme le montre le système d'identification automatique appliqué aux Ouïghours, mis en œuvre par Huawei pour le gouvernement chinois. Il y a deux précédents derrière Worldcoin : l'un est humanitaire, l'autre est gouvernemental.

    Un autre cas controversé d'utilisation des données biométriques est celui d'Aadhaar, la base de données biométriques du gouvernement indien. L'administration Modi a codifié l'enregistrement des empreintes numériques et de l'iris d'un milliard d’Indiens en tant qu'outil essentiel de participation citoyenne pour recevoir des pensions du gouvernement, des bourses d'études ou l'accès à des programmes d'aide pour le carburant et la nourriture. Selon les détracteurs de ce projet gouvernemental (lancé en 2009), il s'agit d'un système de surveillance de masse, déployé par un gouvernement totalitaire dans le cadre d'un processus de radicalisation.

    La saisie de données biométriques est devenue courante dans les contextes de migration, où la numérisation de l'iris est une condition préalable à l'obtention d'un aide humanitaire. En 2019, le Programme alimentaire mondial des Nations unies s'est associé à la société Palantir pour optimiser ces opérations, qui touchent aujourd'hui 160 millions de personnes dans 120 pays. Worldcoin a adopté une rhétorique similaire à celle de ces organisations. En effet, dans les deux cas, la numérisation de l'iris est présentée comme un outil important qui assurera une distribution équitable des ressources, qu'il s'agisse de cryptomonnaie ou d'aide et de nourriture.

    Les réfugiés et les communautés pauvres - où Worldcoin a recueilli le plus d'utilisateurs - ont peu de contrôle sur le consentement et sont vulnérables à l'exploitation. Il y a 160 pays qui enregistrent systématiquement les données biométriques, mais une base de données supranationale entre les mains d'une entreprise privée est beaucoup plus dangereuse.

    Le Kenya a interdit les scanners oculaires de la société, car les agences nationales de protection des données, de sécurité et de services financiers doutent toutes de l'authenticité et de la légalité de telles activités. Le consentement des utilisateurs suscite également un scepticisme généralisé, car les conditions de divulgation des données n'ont pas été traduites dans les langues locales de plusieurs pays.

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Que pensez-vous du projet Worldcoin de Sam Altman ?
    Quels sont les risques liés à Worldcoin ? Ce projet a-t-il de l'avenir ?
    Selon vous, Altman va-t-il être contraint par les régulateurs à mettre fin à ce projet ?

    Voir aussi

    La CNIL ouvre une enquête pour "pratiques douteuses" sur la cryptomonnaie Worldcoin lancée par le PDG d'OpenAI, elle s'interroge sur la légalité de la collecte de données biométriques par Worldcoin

    Sam Altman, PDG d'OpenAI, lance officiellement sa cryptomonnaie Worldcoin qui vise à créer une base de données mondiale des scans rétiniens des utilisateurs, mais le projet suscite le scepticisme

    Edward Snowden critique le projet Worldcoin de Sam Altman : « Ne cataloguez pas les globes oculaires », Worldcoin envisage de créer une base de données mondiale des scans rétiniens des utilisateurs

  13. #13
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    632
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 632
    Points : 11 474
    Points
    11 474
    Par défaut Sam Altman érode la confiance envers OpenAI avec son projet de cryptomonnaie Worldcoin
    Sam Altman est en train d'éroder la confiance vis-à-vis d'OpenAI avec son projet Worldcoin, une cryptomonnaie basée sur "la preuve biométrique d'identité"
    selon le blogueur Michael Petraeus

    La controverse entourant le projet Worldcoin de Sam Altman pourrait entacher la réputation d'OpenAI et détruire la confiance que les gens accordent à la startup d'IA. C'est le constat fait par le blogueur singapourien Michael Petraeus, plus connu sous le nom de Critical Spectator. Il a déclaré dans une récente analyste que Worldcoin est une solution à un problème qu'OpenAI a lui-même contribué à créer, mais qu'il est très peu probable que le projet soit largement adopté en raison des nombreuses préoccupations liées à la vie privée. En revanche, les idées douteuses développées par Altman au sein de Worldcoin pourraient amener les gens à penser qu'il fait de même avec OpenAI.

    Altman veut collecter vos données biométriques en échange de jetons Worldcoin

    Worldcoin est un projet de cryptomonnaie annoncé en 2019. Cofondée par Sam Altman d'OpenAI, l'entreprise souhaite fusionner la blockchain et la biométrie afin que ceux qui acceptent qu'on scanne leurs iris soient récompensés par un jeton numérique appelé Worldcoins (WDC). En effet, alors que les problèmes de cybersécurité et de fuites de données se multiplient, Altman a lancé le projet afin de limiter les escroqueries et les violations causées par les robots et les mauvais acteurs en scannant les globes oculaires en contrepartie de jetons Worldcoin. La Worldcoin Foundation est l'intendante du projet et le soutiendra jusqu'à ce qu'il devienne autosuffisant.

    Worldcoin est une cryptomonnaie basée sur ce que l'on appelle "la preuve d'identité" (Proof of Personhood - PoP). Il s'agit d'un mécanisme qui vise à résoudre le problème des fausses identités à l'ère numérique, en montrant qu'il y a un être humain unique derrière une identité. Cette méthode a gagné en popularité dans le monde décentralisé des cryptomonnaies, où les attaquants peuvent exploiter la nature ouverte et démocratique des systèmes de blockchain et créer de multiples fausses identités pour manipuler les votes ou les récompenses. En particulier, elle tente de résoudre le problème de l'usurpation d'identité en ligne.


    En tant que monnaie numérique, Worldcoin fonctionnera différemment des leaders du marché que sont le Bitcoin et l'Ethereum, en offrant aux utilisateurs un jeton de la future monnaie sans exiger d'eux qu'ils investissent des fonds. Pour recevoir un jeton, les personnes qui s'inscrivent auprès de l'entreprise doivent faire scanner leur iris via un dispositif en forme d'orbe (appelé "The Orb"), une façon de s'assurer que tout individu qui s'inscrit est humain et ne s'inscrit qu'une seule fois. « Worldcoin essaie surtout d'innover en matière d'authentification », a déclaré Jeremy Clark, de l'Institut d'ingénierie des systèmes d'information de Concordia, basé au Canada.

    Le projet a été lancé le 24 juillet 2023 par le biais d'une distribution gratuite de jetons pour les utilisateurs qui ont été vérifiés à l'aide d'un orbe. En émettant des jetons cryptographiques en échange de donnée biométrique, Worldcoin vise à fonctionner à la fois comme un revenu de base universel et comme un système d'authentification permettant de faire la distinction entre les humains et les robots. Selon Worldcoin, après un scan, l'orbe crée et stocke un "IrisHash", un ensemble de nombres générés pour identifier l'individu. Une fois que l'individu a reçu son IrisHash unique et son portefeuille cryptographique, il reçoit une "World ID", ou passeport numérique.

    Ce passeport numérique est censé vous donner accès à des services sur Internet (à condition que ces services acceptent de l'utiliser), leur permettant ainsi d'éviter les problèmes de sécurité. Le passe numérique prouve aux services en ligne que vous êtes "un vrai être humain" ou qui vous prétendez être et non un robot ou une IA qui tente d'usurper votre identité. « Tout le monde peut utiliser des cryptomonnaies comme le bitcoin, en s'inscrivant avec autant d'identités qu'il le souhaite. Cependant, Worldcoin essaie d'obtenir une seule et unique adresse pour pratiquement chaque personne sur la planète », a expliqué Clark.

    Altman tenterait de résoudre un problème qu'il aurait lui-même contribué à créer

    Selon Michael Petraeus, Worldcoin est une solution controversée aux actions d'OpenAI qui ont contribué à dégrader davantage l'état du Web. Les contenus générés par l'IA, notamment par les chatbots comme ChatGPT, sont très similaires à ce qu'un humain peut écrit, de sorte que de plus en plus de personnes n'arrivent plus à faire la distinction. OpenAI a lui-même échoué à créer un outil pouvant détecter avec précision les contenus générés par l'IA. Ainsi, Altman pense que le passeport numérique proposé par Worldcoin devrait permettre de résoudre le problème, en facilitant la détection des contenus générés par l'IA. Mais l'idée est vivement critiquée.

    « Worldcoin est, en grande partie, vendu comme une solution à un problème que des entreprises comme OpenAI ont créé en premier lieu (bien qu'il puisse être acceptable si sa contribution nette est positive et offre une protection contre un déluge de spam généré par l'IA). Toutefois, le plus gros problème est que très peu de choses dans ce que propose Worldcoin inspirent la confiance, ce qui devrait être la pierre angulaire de l'activité d'une telle entreprise. Non seulement le concept est plutôt suspect, mais son exécution est digne d'un méchant de Bond », a déclaré Petraeus. Selon lui, Worldcoin porte à la confidentialité et à la vie privée des utilisateurs.

    En effet, selon le site Web de Worldcoin, la seule donnée stockée après un scan d'iris est l'identifiant "IrisHash". L'orbe ne stockerait aucune autre donnée biométrique. Cependant, certains rapports ont signalé que ce n'était pas le cas. Contrairement aux promesses de Worldcoin, ses représentants - bien qu'ils ne soient en fait que des sous-traitants et non de véritables employés - auraient souvent recueilli les noms, les numéros de téléphone ou les adresses électroniques des personnes enregistrées. Cela contredit l'argument de l'anonymat avancé par Worldcoin. Ces données permettent d'identifier précisément une personne et peuvent faire l'objet d'abus.

    « Je ne me souviens peut-être pas de tout, mais je crois que c'est la première fois qu'un service numérique important est lancé en mettant autant l'accent sur la mise en place d'une base d'utilisateurs à l'aide de tactiques résolument sournoises visant certaines des personnes les plus pauvres du tiers-monde, souffrant des retombées d'une pandémie, plutôt que des influenceurs branchés de Palo Alto », a déclaré Petraeus. L'entreprise s'est vantée d'avoir enregistré environ deux millions d'utilisateurs au cours de la phase bêta, chiffre qui serait passé à 16 millions après le lancement il y a six semaines. Worldcoin serait présent dans environ 100 pays.

    L'entreprise exploite une trentaine d'orbes dans le monde, notamment aux États-Unis et dans certains pays de l'UE, mais aussi en Inde, en Indonésie et dans des pays d'Afrique comme le Ghana, le Kenya, le Soudan, l'Ouganda ou le Zimbabwe. Selon les critiques, le fait qu'Altman associe son nom à une cryptomonnaie telle que Worldcoin est une mauvaise chose pour la réputation d'OpenAI. En général, les cryptomonnaies n'ont jamais eu bonne presse (le marché s'est une fois plus effondré brusquement le mois passé) et les pratiques douteuses sur lesquelles repose Worldcoin sont encore plus controversées qu'auparavant.

    Altman pourrait appliquer les pratiques douteuses de Worldcoin au sein d'OpenAI

    Dans un billet de blogue publié aujourd'hui, Petraeus suggère qu'il est probable qu'OpenAI s'adonne également à des pratiques douteuses dont le public ignore encore l'existence. Petraeus a critiqué le lien entre le projet Worldcoin et OpenAI. « La question la plus importante aujourd'hui est la suivante : voulons-nous que la personne qui a créé ce système soit à la tête de l'un des principaux développeurs de solutions d'IA qui pourraient bientôt dominer de nombreux domaines de notre vie ? ». Même si Altman n'est pas le PDG de Worldcoin, Petraeus pense que les politiques douteuses de Worldcoin peuvent se répercuter sur OpenAI. Il a ajouté :

    Citation Envoyé par Michael Petraeus
    Les coachs en développement personnel aiment à dire que la façon dont vous faites quelque chose est la façon dont vous faites tout et, bien que ce soit peut-être une exagération, il semble que cela pourrait s'appliquer à au moins un domaine d'activité d'une personne (par exemple, les affaires). J'ai du mal à croire qu'une personne puisse diriger une entreprise de manière résolument différente d'une autre.

    Et si Altman n'est pas, à proprement parler, le PDG de Worldcoin (ou de son développeur actuel, Tools for Humanity), il est le président de Tools For Humanity et a cofondé le projet avec Alex Bania, qui en est l'actuel directeur général.

    Le PDG d'OpenAI est donc certainement l'une des forces motrices du projet et pourtant, au cours des dernières années, l'entreprise était occupée à contourner les lois locales, à poursuivre des publics vulnérables dans le tiers-monde et à essayer de les recruter pour scanner leur iris avec des promesses très discutables - en particulier en raison de l'absence de cas d'utilisation réel de World ID.

    Si c'est là le genre de "growth hacking" auquel il se livre, pouvons-nous vraiment lui faire confiance non seulement pour nos données privées, mais aussi pour savoir comment l'IA développée par son autre entreprise va influencer nos vies, la véracité des informations qu'elle fournit et si personne ne l'utilise comme un outil de propagande, pour nous donner des réponses prédéterminées à des questions politiquement et socialement sensibles ?
    Selon Petraeus, même au stade actuel, les réponses de ChatGPT à certaines catégories de questions sur la politique ou les affaires sociales sont biaisées, ce qui amène certains à soupçonner qu'elles pourraient avoir été modifiées par des êtres humains pour produire un résultat souhaitable. « Nous entrons peut-être dans l'ère de l'IA, mais il semble que la personne qui la conçoit ait encore beaucoup d'importance », a-t-il déclaré.

    Les garanties en matière de protection de la vie privée sont peu convaincantes

    La Fondation Worldcoin, l'entité qui régit le protocole Worldcoin, est enregistrée aux îles Caïmans, un paradis fiscal. Certaines sources ont rapporté que les tentatives visant à obtenir le statut fiscal de Tools for Humanity par différents canaux, se sont soldées par un échec. Le fait que la Fondation Worldcoin soit enregistrée aux îles Caïmans et la nature nébuleuse de Tools for Humanity amènent les experts à se poser de nombreuses questions. Certains d'entre eux affirment sans hésiter que Worldcoin ressemble à un énorme stratagème pour mettre la main sur une tonne de données biométriques. Ce qu'Altman et les siens démentent.

    « Scannez vos yeux et obtenez 20 dollars en argent fictif qui pourra ou non être échangé plus tard. Et la pièce s'effondrera comme toutes les autres, laissant Sam avec un trésor de données biométriques dont il pourra faire ce qu'il veut », affirme un critique. Worldcoin affirme que le respect de la vie privée est garanti, car l'utilisateur n'a pas à donner son nom lors de l'enregistrement et son iris est stocké sous la forme d'un code numérique abstrait. « Même si cela était vrai - et nous n'avons aucun moyen de le vérifier - l'orbe pourrait se retrouver entre de mauvaises mains », déclare Anna Bacciarelli, responsable des technologies à Human Rights Watch.

    Il y a un autre problème. Le formulaire de consentement (que personne ne prend la peine de lire) indique que les orbes prennent également des images à haute résolution du visage, des yeux et du corps de l'utilisateur, en plus d'enregistrer ses signes vitaux, dont le rythme cardiaque et la respiration. Ces données permettent d'identifier avec précision chaque utilisateur, ce qui contredit les déclarations des responsables de Worldcoin. Des autorités européennes chargées de la protection des données voient des signes d'infraction au règlement général européen sur la protection des données (RGPD) et ont lancé des enquêtes.

    Worldcoin se présente comme ayant une infrastructure décentralisée et transparente. Mais à l'heure actuelle, l'entreprise est privée, centralisée et opaque. Altman a levé 240 millions de dollars auprès des sociétés de capital-risque les plus connues de la Silicon Valley, notamment Andreessen Horowitz, Tiger Global, Khosla Ventures et Coinbase Ventures. « L'importance du financement du projet souligne l'énorme opportunité commerciale », a déclaré Ella Jakubowska, spécialiste de la biométrie et des droits de l'homme à l'Association européenne pour les droits numériques. Les investisseurs s'attendent d'une manière ou d'une autre à un retour sur investissement.

    Selon Jakubowska, il existe un marché évident pour l'identification des robots et des utilisateurs synthétiques sur les plateformes de services numériques. En ce sens, Worldcoin semble être l'antidote à l'autre projet d'Altman : OpenAI. L'objectif présumé d'Altman à travers le projet Worldcoin est de s'impliquer dans les processus démocratiques et d'améliorer l'accès aux programmes sociaux dans le monde entier. Cependant, Jakubowska estime que sa tentative de collecte de données est sinistre. « Créer un code-barres pour chaque habitant de la planète n'a rien d'humanitaire. Worldcoin est l'antithèse d'une communauté », a-t-elle déclaré.

    De nombreux pays ont ouvert des enquêtes sur les pratiques de Worldcoin

    La biométrie et les cartes d'identité numériques sont de plus en plus utilisées dans le monde pour permettre aux gens de voter et d'accéder à des services de base tels que les soins de santé et les banques alimentaires. Mais la plupart du temps, ces cas d'utilisation des données biométriques sont réservés aux gouvernements. Le fait qu'une entreprise telle que Worldcoin décide de constituer une base de données mondiale de données biométriques a rapidement attiré l'attention des régulateurs, qui ont fait part de diverses préoccupations. Au Kenya, les autorités de régulation ont ordonné à Worldcoin de suspendre les scans d'iris et ont ouvert des enquêtes.

    Le gouvernement kenyan a constitué une commission parlementaire de 15 membres chargée d'enquêter sur cet actif numérique controversé. Worldcoin fait également l'objet d'une action en justice intentée par le bureau du commissaire kenyan aux données. Un tribunal a ordonné que les données déjà collectées par Worldcoin entre avril de l'année dernière et août 2023 soient conservées jusqu'à la fin du procès. Les rapports sur les tactiques controversées du projet ont poussé les gouvernements du Nigeria, du Royaume-Uni, de l'Argentine et de l'Allemagne à enquêter sur Worldcoin. En France, la CNIL a également ouvert des enquêtes le mois dernier.

    La CNIL dit avoir des doutes sur la légalité de la collecte à grande échelle de données biométriques par Worldcoin. « La légalité de cette collecte [de données] semble douteuse, tout comme les conditions de conservation des données biométriques. La CNIL a ouvert des enquêtes, soutenant le travail des régulateurs bavarois de la vie privée qui ont la responsabilité principale en vertu de la loi européenne », a déclaré un porte-parole de la CNIL dans une déclaration écrite. Selon plusieurs sources, le projet de cryptomonnaie d'Altman est suspendu dans plusieurs pays et ferait actuellement l'objet d'enquêtes dans au moins une demi-douzaine de pays.

    Interrogée sur l'enquête des autorités françaises, la fondation Worldcoin a déclaré : « Worldcoin a été conçu pour protéger la vie privée des individus et a mis en place un solide programme de protection de la vie privée et s'est engagé à respecter les exigences réglementaires. La Worldcoin Foundation se conforme à toutes les lois et réglementations régissant le traitement des données personnelles sur les marchés où le Worldcoin est disponible. Le projet continuera à coopérer avec les organismes de tutelle pour répondre aux demandes d'informations supplémentaires sur ses pratiques en matière de protection des données personnelles et de la vie privée ».

    Source : billet de blogue

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Voir aussi

    La CNIL ouvre une enquête pour "pratiques douteuses" sur la cryptomonnaie Worldcoin lancée par le PDG d'OpenAI, elle s'interroge sur la légalité de la collecte de données biométriques par Worldcoin

    Sam Altman, PDG d'OpenAI, lance officiellement sa cryptomonnaie Worldcoin qui vise à créer une base de données mondiale des scans rétiniens des utilisateurs, mais le projet suscite le scepticisme

    Edward Snowden critique le projet Worldcoin de Sam Altman : « Ne cataloguez pas les globes oculaires », Worldcoin envisage de créer une base de données mondiale des scans rétiniens des utilisateurs

    Pourquoi Sam Altman veut scanner des milliards d'yeux pour créer la plus grande base de données biométriques au monde, un projet qui souffre de plusieurs défaillances techniques

  14. #14
    Communiqués de presse

    Femme Profil pro
    Traductrice Technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    1 144
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Traductrice Technique

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 1 144
    Points : 80 102
    Points
    80 102
    Par défaut La cryptomonnaie Worldcoin de Sam Altman annonce l'intégration avec Minecraft, Reddit, Telegram
    La cryptomonnaie Worldcoin de Sam Altman annonce l'intégration avec Minecraft, Reddit, Telegram, Shopify et Mercado, en sus de Discord, Talent Protocol et Auth0 d'Okta

    Worldcoin a lancé une nouvelle version de sa fonction World ID, appelée "World ID 2.0", selon une annonce faite le 12 décembre. La nouvelle version est intégrée à Shopify, Mercado Libre, Reddit et Telegram, ce qui permet aux utilisateurs de prouver leur humanité sur ces plateformes.

    Les nouvelles intégrations d'applications s'ajoutent à celles qui existent déjà, notamment Discord, Talent Protocol et Auth0 d'Okta, selon l'annonce. La nouvelle version permet également aux développeurs d'applications de choisir entre différents niveaux d'authentification, allant de "lite" à "max".

    Selon l'annonce, ces nouveaux niveaux sont destinés à fournir "plus de moyens pour les personnes d'utiliser leur World ID en fonction des besoins de sécurité de l'application et de s'assurer que les personnes ne partagent pas plus d'informations qu'elles n'en ont besoin ou qu'elles ne le souhaitent pour une application donnée". Par exemple, une application qui nécessite une sécurité élevée peut exiger que les utilisateurs aient un identifiant vérifié par l'orbe, tandis que les applications qui sont plus axées sur la commodité peuvent ne nécessiter qu'un identifiant mondial "Device Auth" lié au téléphone portable de l'utilisateur.

    Un représentant de Worldcoin a précisé que les magasins Shopify peuvent désormais choisir individuellement le niveau d'intégration requis. "Pour la nouvelle intégration de Shopify, les magasins pourront créer des coupons et spécifier le niveau d'humanité requis pour les échanger (les options incluent le niveau 'vérifié par l'appareil', qui est effectué sur le smartphone de l'individu, ou le niveau vérifié par Orb)."


    Worldcoin affirme que les nouvelles fonctionnalités permettront de réduire les pertes dues aux bots, mais sans que les utilisateurs aient à donner leurs informations personnelles aux applications qu'ils utilisent. Citant un rapport de CNBC, il affirme que 100 milliards de dollars sont perdus chaque année par les détaillants à cause de la "fraude au retour, des robots et de l'empilement des coupons".

    Le Worldcoin a été lancé pour la première fois en juillet. Il est devenu controversé en raison de son niveau d'authentification le plus sécurisé, qui implique de scanner l'iris de l'utilisateur et de produire une preuve de connaissance zéro du scan, ce qui, selon les critiques, peut conduire à des fuites d'informations biométriques. Worldcoin a défendu cette pratique, affirmant qu'elle ne stocke que la preuve du balayage de l'iris, mais pas le balayage lui-même.

    Source : Worldcoin

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur cette annonce ?

    Voir aussi :

    Sam Altman, PDG d'OpenAI, lance officiellement sa cryptomonnaie Worldcoin qui vise à créer une base de données mondiale des scans rétiniens des utilisateurs, mais le projet suscite le scepticisme

    La CNIL ouvre une enquête pour "pratiques douteuses" sur la cryptomonnaie Worldcoin lancée par le PDG d'OpenAI. Elle s'interroge sur la légalité de la collecte de données biométriques par Worldcoin

    Pourquoi Sam Altman veut scanner des milliards d'yeux pour créer la plus grande base de données biométriques au monde, un projet qui souffre de plusieurs défaillances techniques
    Publication de communiqués de presse en informatique. Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  15. #15
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    632
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 632
    Points : 11 474
    Points
    11 474
    Par défaut Le projet Worldcoin de Sam Altman aurait cessé de scanner de globes oculaires en France, en Inde et au Brésil
    Le projet controversé Worldcoin de Sam Altman aurait cessé de scanner les globes oculaires en France, en Inde et au Brésil
    il serait confronté à de nombreux obstacles réglementaires

    Le projet de cryptomonnaie Worldcoin de Sam Altman semble avoir du plomb dans l'aile. Il aurait cessé le balayage de l'iris des utilisateurs en France, en Inde et au Brésil, ce qui signifie probablement qu'elle ne collectera plus leurs données biométriques. Ce retrait soudain est une surprise, car il intervient seulement quelques mois après que la startup de cryptomonnaies a étendu à ces marchés le dispositif de balayage oculaire en forme d'orbe. La raison exacte à l'origine de ce retrait est inconnue, mais les analystes suggèrent que cela pourrait être lié à des obstacles réglementaires. En France, La CNIL a déjà annoncé avoir ouvert une enquête sur Worldcoin.

    La cryptomonnaie Worldcoin, lancée officiellement en juillet par le PDG d'OpenAI, Sam Altman, est basée sur une idée étrange : la société veut scanner l'iris de millions de personnes dans le monde et leur offrir en échange une carte d'identité numérique et, dans certains pays, des jetons gratuits. La mission supposée de Worldcoin est de créer un système financier décentralisé, le jeton Worldcoin servant à distribuer un revenu de base universel aux personnes du monde entier. Le balayage de l'iris se fait à l'aide d'un dispositif en forme d'orbe appelé "Orb". Worldcoin a étendu la disponibilité de l'orbe à plusieurs pays, dont la France, après le lancement officiel.

    Toutefois, un rapport de Techcrunch signale que Worldcoin a cessé le balayage de globes oculaires en France, en Inde et au Brésil. Tools for Humanity, la fondation qui supervise le développement de Worldcoin, a déclaré au média qu'elle avait étendu l'orbe à de nombreux marchés cette année pour un "accès limité dans le temps". Ce retrait soudain est toutefois une surprise. Worldcoin avait ouvert des kiosques dans plusieurs régions de l'Inde pour enrôler de nouveaux utilisateurs sur la plateforme et attiré des foules de personnes faisant la queue pour s'inscrire et collecter les jetons gratuits. En retour, certains recevront des jetons Worldcoin gratuits.


    Mais selon la rumeur, les acteurs du secteur des cryptomonnaies en Inde murmurent que Worldcoin fait face à des obstacles réglementaires sur le marché. Le projet fait face également à un grand scepticisme en France, notamment de la part des régulateurs. Quelques jours après le lancement officiel en France, la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) a annoncé qu'elle a quelques doutes sur la légalité de la collecte à grande échelle de données biométriques à laquelle le projet s'adonne. La CNIL estime que la légalité de cette collecte de données semble discutable, ainsi que les conditions de stockage des données biométriques.

    La CNIL a annoncé avoir ouvert une enquête sur Worldcoin en vue d'éclairer la situation. Le gendarme français de la protection des données personnelles a ajouté que l'enquête est menée en coordination avec les autorités de l'État de Bavière, en Allemagne. Il s'agit d'une menace pour le bon déroulement du projet. « La légalité de cette collecte [de données] semble douteuse, tout comme les conditions de conservation des données biométriques. La CNIL a ouvert des enquêtes, soutenant le travail des régulateurs bavarois de la vie privée qui ont la responsabilité principale en vertu de la loi européenne », a déclaré un porte-parole de la CNIL dans une déclaration.

    Lily Gordon, porte-parole de la fondation Tools for Humanity, a déclarés que Worldcoin s'engageait à travailler avec des partenaires à l'échelle mondiale pour s'assurer qu'il répond aux exigences réglementaires et fournit un service sûr, sécurisé et transparent pour les humains vérifiés. D'après Altman, Worldcoin vise à construire une solution fiable permettant de distinguer facilement les humains des agents d'IA en ligne, permettre les processus démocratiques mondiaux et augmenter radicalement les opportunités économiques. Mais le projet fait l'objet de nombreuses controverses et est même dénoncé par certains acteurs du secteur des cryptomonnaies.

    Par exemple, le cofondateur d'Ethereum, Vitalik Buterin, a alerté que Worldcoin présente des "problèmes majeurs" et que les données sur l'iris pourraient révéler par inadvertance le sexe, l'origine ethnique et peut-être même l'état de santé d'une personne. « Les violations de données se produisent tout le temps, et des personnes sont blessées. Mais lorsque des données biométriques sont divulguées, en particulier dans les pays pauvres où Worldcoin opère, c'est la vie des gens qui est en jeu », a déclaré Pete Howson, universitaire et auteur. Il y a aussi la question de savoir qui traite les données constituant la base de données biométriques de Worldcoin.

    Le formulaire de consentement de Worldcoin indique que la fondation Worldcoin, basée aux îles Caïmans, est le responsable du traitement des données biométriques collectées par l'intermédiaire de l'orbe. Cependant, un signal d'alarme concernant la conformité au RGPD (règlement général européen sur la protection des données) apparait si l'on examine la section récapitulative du formulaire de consentement aux données biométriques. Le formulaire de consentement contient un avertissement en gras selon lequel les personnes qui s'inscrivent avec un orbe ne seront pas en mesure de faire supprimer leurs données personnelles après cette étape.

    Nom : ygtfcv.png
Affichages : 2432
Taille : 955,2 Ko

    « Nous créerons un code Iris unique (tel que défini ci-dessous) qui ne pourra plus être supprimé (si nous le supprimions, la preuve de l'unicité ne fonctionnerait pas) », explique Worldcoin. Mais le RGPD donne aux Européens une série de droits d'accès à leurs données personnelles, y compris le droit de demander leur suppression. Donc dire qu'il n'est pas possible de les supprimer ne suffira pas et ne semble pas conforme à la loi. Il est donc peu probable que les autorités européennes acceptent que Worldcoin échappe à la réglementation en prétendant que le "code unique de l'iris" dérivé du balayage biométrique n'est pas une donnée à caractère personnel.

    Ainsi, il est facile de comprendre pourquoi les organismes de protection de la vie privée se sont si rapidement mobilisés pour exprimer leurs préoccupations et agir en conséquence. En juillet, le Bureau du commissaire britannique à l'information (Information Commissioner's Office - ICO) a également confirmé qu'il faisait ses propres recherches. L'ICO a déclaré que les organisations sont tenues de réaliser une évaluation de l'impact sur la protection des données avant de commencer à collecter des informations à "haut risque". L'on ignore si Worldcoin a fait cette étude. Selon certains rapports, l'ICO pourrait bientôt ouvrir une enquête sur Worldcoin.

    Interrogée sur l'enquête de la CNIL, la fondation Worldcoin avait déclaré : « Worldcoin a été conçu pour protéger la vie privée des individus et a mis en place un solide programme de protection de la vie privée et s'est engagé à respecter les exigences réglementaires. La fondation Worldcoin se conforme à toutes les lois et réglementations régissant le traitement des données personnelles sur les marchés où le Worldcoin est disponible. Le projet continuera à coopérer avec les organismes de tutelle pour répondre aux demandes d'informations supplémentaires sur ses pratiques en matière de protection des données personnelles et de la vie privée ».

    Worldcoin aurait levé environ 250 millions de dollars au total et compte Andreessen Horowitz, Khosla Ventures et Reid Hoffman parmi ses bailleurs de fonds. Même si les orbes ne sont plus disponibles sur certains marchés, World App continue d'enregistrer des personnes en Inde. World App est le portefeuille mobile compatible avec le protocole de la startup. Worldcoin a récemment mis à jour son protocole vers World ID 2.0 pour différencier les bots des "humains vérifiés" et aider les développeurs à construire de nouvelles intégrations. Elle a annoncé récemment des intégrations pour World ID avec divers services comme Minecraft, Reddit, Shopify, etc.

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Que pensez-vous de l'arrêt du balayage de globes oculaires en France ?
    Selon vous, qu'est-ce qui pourrait expliquer cette décision soudaine de Worldcoin ?
    Que pensez-vous du projet Worldcoin ? Quels sont les risques qu'il pose pour la sécurité ?

    Voir aussi

    La CNIL ouvre une enquête pour "pratiques douteuses" sur la cryptomonnaie Worldcoin lancée par le PDG d'OpenAI, elle s'interroge sur la légalité de la collecte de données biométriques par Worldcoin

    Pourquoi Sam Altman veut scanner des milliards d'yeux pour créer la plus grande base de données biométriques au monde, un projet qui souffre de plusieurs défaillances techniques

    Sam Altman est en train d'éroder la confiance vis-à-vis d'OpenAI avec son projet Worldcoin, une cryptomonnaie basée sur "la preuve biométrique d'identité", selon le blogueur Michael Petraeus

  16. #16
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    632
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 632
    Points : 11 474
    Points
    11 474
    Par défaut La cryptomonnaie Worldcoin est interdite en Espagne en raison de préoccupations liées à la vie privée
    Le projet Worldcoin de Sam Altman, qui scanne les globes oculaires, est interdit en Espagne en raison de préoccupations liées à la vie privée
    et doit cesser de traiter les données déjà collectées

    L'Epagne a temporairement interdit la cryptomonnaie Worldcoin de Sam Altman. L'interdiction fait suite à des risques perçus en matière de protection de la vie privée liés à cette initiative qui consiste à scanner l'iris en échange d'une carte d'identité numérique et de cryptomonnaie gratuite. L'agence espagnole de protection des données (AEPD) a annoncé mercredi avoir ordonné à Worldcoin de cesser immédiatement de collecter des données personnelles et d'arrêter d'utiliser les données qu'il avait déjà collectées. L'interdiction est basée sur les pouvoirs de "procédure d'urgence" du RGPD, ce qui signifie que l'ordonnance peut avoir une durée maximale de trois mois.

    Dans un communiqué de presse publié mercredi, l'AEPD déclare : « l'Agence espagnole de protection des données (AEPD) a ordonné une mesure de précaution à l'encontre de Tools for Humanity Corporation pour qu'il cesse la collecte et le traitement de données personnel qu'il effectue en Espagne dans le cadre de son projet Worldcoin, et pour qu'il procède au blocage des données déjà collectées ». Elle affirme que son action fait suite à plusieurs plaintes concernant des informations insuffisantes, la collecte de données auprès de mineurs ou le fait que Worldcoin ne dispose pas d'un mécanisme de retrait du consentement.

    Worldcoin est un projet de cryptomonnaie annoncé en 2019. Cofondée par Sam Altman d'OpenAI, l'entreprise souhaite fusionner la blockchain et la biométrie afin que ceux qui acceptent qu'on scanne leurs iris soient récompensés par le jeton numérique Worldcoin. Alors que les problèmes de cybersécurité et de fuites de données se multiplient, Altman dit avoir lancé le projet afin de limiter les escroqueries et les violations causées par les robots et les mauvais acteurs en scannant le globe oculaire de l'utilisateur pour la mise en place d'une carte d'identité numérique. Ce qui lui permettra de prouver son identité en ligne.


    Mais le projet d'Altman est fortement controversé depuis qu'il a été annoncé et les experts, ainsi que les régulateurs comme la CNIL française, affirment que la légalité de la collecte de données biométriques par Worldcoin est discutable. Selon les experts, les données biométriques sont "hautement sensibles" et il existe de nombreux risques dans le fait de les confier à une entité privée dont les ambitions restent floues et qui n'offre que des garanties vagues en matière de protections de données. Et Worldcoin ne cite pas un exemple concret de cas d'utilisation dans lequel cette carte d'identité numérique pourrait être utile.

    L'agence espagnole s'appuie sur les pouvoirs de "procédure d'urgence" prévus par le règlement général sur la protection des données (RGPD) de l'Union européenne pour ordonner la cessation temporaire du traitement des données, ce qui signifie que l'ordonnance peut avoir une durée maximale de trois mois (donc jusqu'à la mi-juin). Le RGPD réglemente la manière dont les données personnelles des citoyens de l'UE peuvent être traitées et exige que les entités qui traitent des données comme les noms, les coordonnées, les données biométriques et d'autres identifiants aient une base juridique valide pour leurs opérations.

    Les infractions à ce régime peuvent donner lieu à des amendes allant jusqu'à 4 % du chiffre d'affaires annuel mondial. Les autorités chargées de la protection des données peuvent aussi exiger l'arrêt de tout traitement illégal, y compris à titre temporaire, si elles craignent que les droits des personnes soient gravement menacés, comme c'est le cas ici. L'AEPD a déclaré que ne pas agir priverait les personnes de la protection à laquelle elles ont droit. Elle a déclaré : « le traitement des données biométriques, qui bénéficient d'une protection spéciale en vertu du RGPD, comporte des risques élevés pour les droits des personnes ».

    « Par conséquent, cette mesure de précaution est une décision fondée sur des circonstances exceptionnelles, dans lesquelles il est nécessaire et proportionné d'adopter des mesures provisoires visant à la cessation immédiate de ce traitement de données à caractère personnel, en empêchant leur transfert éventuel à des tiers et en sauvegardant le droit fondamental à la protection des données à caractère personnel », a ajouté l'AEPD. Toutefois, en réponse à l'interdiction, Worldcoin a déclaré que "l'AEPD contourne la législation européenne et diffuse des affirmations inexactes et trompeuses sur la technologie de l'entreprise".

    Jannick Preiwisch, responsable de la protection des données chez Worldcoin, a déclaré que les efforts déployés pour dialoguer avec l'AEPD étaient restés sans réponse pendant des mois. « Nous sommes reconnaissants d'avoir maintenant l'occasion de les aider à mieux comprendre les faits importants concernant cette technologie essentielle et légale », affirme Preiwisch. Il a ajouté que Worldcoin est en contact depuis des mois avec l'agence nationale des données de Bavière, en Allemagne, où son propriétaire Tools for Humanity possède une filiale. Le régulateur bavarois est chef de file de l'enquête sur Worldcoin dans l'UE.

    Il analyse des documents et effectue des contrôles sur place dans le cadre d'une enquête entamée en novembre 2022. Son président, Michael Will, a déclaré que "cela devrait leur permettre de présenter très bientôt la procédure à leurs collègues européens avec une évaluation finale". L'autorité portugaise chargée de la protection des données a déclaré qu'elle est en contact avec son homologue bavaroise pendant qu'elle analyse si le traitement des données biométriques par Worldcoin est conforme au RGPD. Le régulateur portugais a également déclaré qu'il s'entretient avec toutes les entreprises impliquées dans le projet.

    Un porte-parole du bureau du commissaire britannique à l'information (Information Commissioner's Office - ICO) a déclaré que "les organisations doivent disposer d'une base légale claire, mais aussi procéder à une évaluation de l'impact sur la protection des données (DPIA) avant de commencer à traiter des données. « Ils doivent disposer d'une base légale claire pour traiter les données à caractère personnel. Lorsqu'elles s'appuient sur le consentement, celui-ci doit être donné librement et pouvoir être retiré sans préjudice", a déclaré le porte-parole, ajoutant que les enquêtes de l'ICO étaient en cours », a-t-il déclaré.

    Après le lancement mondial de Worldcoin l'année dernière, la CNIL française a ouvert une enquête pour "pratiques douteuses". « La légalité de cette collecte [de données] semble douteuse, tout comme les conditions de conservation des données biométriques. La CNIL a ouvert des enquêtes, soutenant le travail des régulateurs bavarois de la vie privée qui ont la responsabilité principale en vertu de la loi européenne », a déclaré un porte-parole de la CNIL. Toutefois, la CNIL a finalement délégué l'enquête à l'autorité bavaroise de protection des données, car la filiale européenne de Tools for Humanity est basée l'État allemand.

    Les régulateurs ont déterminé que le mécanisme de guichet unique (OSS) du RGPD s'appliquait. (Le communiqué de presse de l'AEPD note également : la société Tools for Humanity Corporation a son établissement européen en Allemagne.) Un porte-parole de l'autorité bavaroise a déclaré à TechCrunch : « notre enquête sur les différentes questions juridiques et techniques progresse. En tant qu'autorité-chef de file, nous avons déjà analysé un grand nombre de documents et effectué des contrôles sur place qui devraient nous permettre de présenter très bientôt la procédure à nos collègues européens avec une évaluation finale ».

    Il a ajouté : « cette évaluation portera aussi sur les questions qui nous ont été soumises par nos collègues espagnols. Jusqu'à présent, compte tenu des résultats préliminaires de nos enquêtes, de notre évaluation des risques pour les droits des personnes concernées et du fait que notre enquête sera bientôt terminée, nous n'avons pas vu de justification suffisante pour prendre des mesures provisoires formelles à l'encontre du responsable du traitement ». Autrement dit, l'autorité bavaroise de la protection des données ne partage pas les craintes de ses collègues et n'a pas l'intention de prendre des mesures provisoires.

    Le fait que l'autorité espagnole ait ressenti le besoin de prendre des mesures unilatérales pour protéger les utilisateurs locaux suggère des divergences d'opinions entre les autorités de protection des données quant à la meilleure ligne de conduite à adopter. Elle pourrait également s'inquiéter du temps qu'il faut à l'autorité bavaroise pour conclure son enquête. Dans sa réponse, le porte-parole de Worldcoin a déclaré : « World ID a été créé pour donner aux gens l'accès, la vie privée et la protection en ligne ». Il le qualifie de "solution la plus respectueuse de la vie privée et la plus sûre pour affirmer l'humanité à l'ère de l'IA".

    Mais les préoccupations en matière de protection de la vie privée sont nombreuses, compte tenu de la nature sensible des données traitées (scans de l'iris), de l'objectif présumé (création d'un identifiant unique et irrévocable), de l'opacité entourant les entités responsables du traitement des données des personnes (qui comprennent un mélange d'organisations à but lucratif et de fondations, y compris "un type d'organisation à but non lucratif" autoproclamé qui est incorporé dans les îles Caïmans), et de l'utilisation de la blockchain et des cryptomonnaies, pour ne citer que quelques-unes des questions soulevées.

    En décembre, il est apparu que Worldcoin avait cessé de scanner les yeux en France, en Inde et au Brésil, bien que l'entreprise ait tenté de présenter ce retrait comme une réduction temporaire de ses activités. L'année dernière, l'autorité kényane chargée de la protection des données a interdit à Worldcoin de traiter les données locales. Le gouvernement du pays a suivi avec un décret lui ordonnant de suspendre les scans. Cet ordre de suspension est toujours en vigueur.

    Le site Web de Worldcoin répertorie actuellement neuf pays dans lesquels il est possible de scanner les globes oculaires : L'Allemagne, l'Espagne et le Portugal en Europe ; l'Argentine et le Chili en Amérique latine ; le Japon et Singapour en Asie ; le Mexique et les États-Unis. Selon certains analystes, si le projet d'Altman, qui vise à créer une base de données de scans rétiniens des utilisateurs de Worldcoin, continue à faire face à de telles oppositions, il pourrait être mis au rebut dans un avenir très proche.

    Source : Agence espagnole de la protection des données

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Que pensez-vous de l'interdiction temporaire de Worldcoin en Espagne ?
    Pourquoi Worldcoin est-il si controversé ? Le projet risque-t-il d'être bientôt abandonné ?
    Que pensez-vous des divergences d'opinions entre l'agence espagnole et le régulateur bavarois ?

    Voir aussi

    Sam Altman, PDG d'OpenAI, lance officiellement sa cryptomonnaie Worldcoin qui vise à créer une base de données mondiale des scans rétiniens des utilisateurs, mais le projet suscite le scepticisme

    La CNIL ouvre une enquête pour "pratiques douteuses" sur la cryptomonnaie Worldcoin lancée par le PDG d'OpenAI, elle s'interroge sur la légalité de la collecte de données biométriques par Worldcoin

    Le projet controversé Worldcoin de Sam Altman aurait cessé de scanner les globes oculaires en France, en Inde et au Brésil, il serait confronté à de nombreux obstacles réglementaires

Discussions similaires

  1. Que pensez vous d'Edward Snowden?
    Par Invité dans le forum Politique
    Réponses: 85
    Dernier message: 27/01/2014, 13h40
  2. Réponses: 19
    Dernier message: 10/07/2013, 09h59
  3. PRISM : la France aurait-elle dû accueillir Edward Snowden ?
    Par Gordon Fowler dans le forum Actualités
    Réponses: 38
    Dernier message: 05/07/2013, 01h57
  4. Réponses: 30
    Dernier message: 02/07/2013, 15h58
  5. [Hadopi] La CNIL critique le projet de loi HADOPI dans son rapport annuel
    Par Pierre Louis Chevalier dans le forum Politique
    Réponses: 4
    Dernier message: 18/05/2009, 18h01

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo