Google paiera 15 milliards de dollars à Apple pour rester le moteur de recherche par défaut de Safari en 2021,
d'après les analystes de Bernstein

Google verse à Apple une grosse somme chaque année pour s'assurer qu'il reste le moteur de recherche par défaut sur iPhone, iPad et Mac. Selon des rapports publiés en octobre 2020 par le ministère américain de la Justice, Google et Apple ont conclu, il y a environ 15 ans, un accord pour que le moteur de recherche de Google soit le choix présélectionné (par défaut) sur l'iPhone et d'autres appareils d’Apple. Courant 2017, l’accord, considéré comme étant l'un des accords commerciaux les plus lucratifs de l'histoire, a été révisé par ces deux géants d’Internet. L'accord actualisé a rapporté des milliards de dollars aux deux entreprises et a consolidé leur statut en tête du classement de l'industrie technologique.

Ces dernières années, Google versait à Apple entre 8 et 12 milliards de dollars chaque année, contre 1 milliard de dollars par an en 2014, en échange de l'intégration du moteur de recherche de Google dans ses produits. Il s'agit probablement du plus gros paiement que Google verse à quiconque et représente 14 à 21 % des bénéfices annuels d'Apple.

La facture de Google avec Apple ne cesse d'augmenter, cependant, Apple a rarement, voire jamais, reconnu publiquement son alliance avec Google. « Leur moteur de recherche est le meilleur », a déclaré Cook lorsqu'Axios lui avait demandé, fin 2018, pourquoi il s'était associé avec une société qu'il critiquait aussi implicitement. Cook a également ajouté qu'Apple avait créé des moyens l’aidant à atténuer la collecte de données par Google, comme un mode de navigation privé sur le navigateur Internet d'Apple. En outre, l’accord ne se limite pas qu'au navigateur Safari.

Il s'étend à pratiquement toutes les recherches effectuées sur les appareils Apple, y compris Siri, l'assistant virtuel d'Apple, et sur l'application iPhone et le navigateur Chrome de Google. Cela est arrivé alors qu’en 2010, quand Steve Jobs a appris que Google a secrètement développé Android, il avait promis de le « détruire ». Et lorsqu’Apple a introduit Siri plus tard, au lieu du moteur de recherche de Google pour soutenir l'assistant virtuel, c'était Bing de Microsoft. Pourtant, le partenariat entre les deux entreprises sur les iPhone s'est poursuivi.

Il était trop lucratif pour que l'une ou l'autre des parties l'annule. Bing a été remplacé plus tard par le moteur de recherche de Google. Un ancien cadre supérieur a déclaré qu’Apple avait arrangé le partenariat de manière à exiger des renégociations périodiques, et chaque fois, il a soutiré plus d'argent à Google.

Vers 2017, l'accord devait être renouvelé. Google était confronté à une pénurie, les clics sur ses publicités mobiles n'augmentant pas assez vite. Apple n'était pas satisfait de la performance de Bing pour Siri. Cook venait d'annoncer qu'Apple avait l'intention de doubler ses revenus de services pour atteindre 50 milliards de dollars d'ici 2020, un objectif ambitieux qui ne serait possible qu'avec les paiements de Google. Ainsi, à l'automne 2017, Apple a annoncé que Google aidait désormais Siri à répondre aux questions. De son côté, Google a révélé que ses paiements pour le trafic de recherche avaient fait un bond.

Nom : bing.png
Affichages : 1136
Taille : 69,3 Ko

La taille de l'enveloppe est susceptible de grossir

Un nouveau rapport des analystes de Bernstein suggère que le paiement de Google à Apple pourrait atteindre 15 milliards de dollars en 2021, contre 10 milliards de dollars en 2020.

Dans la note aux investisseurs, les analystes de Bernstein estiment que le paiement de Google à Apple passera à 15 milliards de dollars en 2021, et entre 18 et 20 milliards de dollars en 2022. Les données sont basées sur « les divulgations dans les documents publics d'Apple ainsi que l'analyse ascendante des paiements TAC (coûts d'acquisition du trafic) de Google »

L'analyste de Bernstein, Toni Sacconaghi, a déclaré que Google « paierait probablement pour s'assurer que Microsoft ne surenchérira pas ». Les analystes décrivent deux risques potentiels pour le paiement de Google à Apple, y compris le risque réglementaire et Google décidant simplement que l'accord n'en vaut plus la peine :

« Nous voyons deux risques potentiels pour les paiements de GOOG à AAPL : (1) le risque réglementaire, que nous pensons réel, mais qui se produira probablement dans des années ; nous voyons un impact potentiel de 4 à 5 % sur les bénéfices bruts d'Apple d'une décision défavorable ; & (2) que Google choisit d'arrêter de payer Apple pour être le moteur de recherche par défaut, ou cherche à renégocier les conditions et à payer moins. Nous avons noté dans des recherches antérieures que GOOG paie probablement pour s'assurer que Microsoft ne puisse pas faire de surenchère. Cela dit, avec des paiements susceptibles d'approcher les 18 à 20 milliards de dollars au cours de son année fiscale 2022, il n'est pas invraisemblable que Google puisse revoir sa stratégie ».

La décision d'Apple de conserver Google comme moteur de recherche par défaut sur iPhone, iPad et Mac a suscité de plus en plus de critiques au fil des ans. Dans une interview plus tôt cette année, la directrice principale de la confidentialité mondiale d'Apple, Jane Horvath, a expliqué le raisonnement de l'accord, malgré les problèmes de confidentialité :

« À l'heure actuelle, Google est le moteur de recherche le plus populaire. Nous prenons en charge Google, mais nous avons également une prise en charge intégrée de DuckDuckGo, et nous avons récemment déployé la prise en charge d'Ecosia ».

Le paiement de Google à Apple représente une part importante du segment toujours important des services d'Apple. Apple a mis l'accent sur les services au fil des ans pour montrer aux investisseurs qu'il existe d'autres moyens d'augmenter ses revenus et ses bénéfices au-delà des ventes de matériel.

Source : Bernstein

Et vous ?

Que pensez-vous de l'accord entre Apple et Google pour définir le moteur de recherche par défaut sur iPhone, iPad et Mac ?