IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #21
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 614
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 614
    Points : 200 840
    Points
    200 840
    Par défaut La loi EU sur le droit à la réparation demande aux fabricants des réparations pouvant aller jusqu'à 10 ans
    Droit à la réparation en UE : les équipementiers produisant des biens soumis à des exigences de réparabilité sont tenus de les réparer 5 à 10 ans après l'achat,
    si un client le demande et la réparation est possible

    La Commission européenne a adopté un nouvel ensemble de règles sur le droit à la réparation qui, entre autres, ajouteront des appareils électroniques tels que les smartphones et les tablettes à une liste de biens qui doivent être fabriqués en gardant à l'esprit la réparabilité. Les nouvelles règles devront être négociées entre le Parlement européen et les États membres avant de pouvoir être transformées en loi. Si tel est le cas, bien plus que les seules exigences de réparabilité changeront.

    Une disposition obligera les entreprises vendant des biens de consommation dans l'UE à proposer des réparations (par opposition au simple remplacement d'un appareil endommagé) gratuitement pendant une période de garantie légale, à moins qu'il ne soit moins coûteux de remplacer un article endommagé.

    Au-delà de cela, la directive ajoute également un ensemble de droits pour la réparabilité des appareils en dehors des périodes de garantie légale qui, selon la CE, contribueront à faire de la réparation une meilleure option que de simplement jeter un produit endommagé.

    En vertu de la nouvelle règle de la période post-garantie, les entreprises qui produisent des biens que l'UE définit comme soumis à des exigences de réparabilité (par exemple, des appareils électroménagers, du matériel informatique commercial et bientôt des téléphones portables et des tablettes) sont tenues de réparer ces articles pendant cinq à dix ans après l'achat si un client le demande et la réparation est possible.

    Nom : garan.png
Affichages : 2598
Taille : 24,2 Ko

    Les équipementiers devront également informer les consommateurs des produits qu'ils sont susceptibles de réparer, et les consommateurs pourront demander un nouveau formulaire d'informations sur la réparation à toute personne effectuant une réparation, ce qui rend les prix et les frais plus transparents.

    La règle de réparation post-période de garantie établit également la création d'une "plate-forme de mise en relation des réparations" en ligne pour les consommateurs de l'UE et appelle à la création d'une norme de réparation européenne qui "aidera les consommateurs à identifier les réparateurs qui s'engagent pour une qualité supérieure".

    « La réparation est essentielle pour mettre fin au modèle du "prendre, fabriquer, casser et jeter" qui est si nocif pour notre planète, notre santé et notre économie », a déclaré Frans Timmermans, vice-président exécutif du Green Deal européen, qui vise à faire l'ensemble de l'UE neutre en carbone d'ici 2050.

    Sur cette note, la CE a proposé un ensemble de lois anti-greenwashing en plus d'adopter sa règle sur le droit à la réparation qui rendrait illégal de faire des allégations écologiques sur un produit sans preuve.

    Citant le fait que 94% des Européens pensent que la protection de l'environnement est importante, la CE a déclaré que sa proposition couvre toute allégation explicite et volontaire « qui concerne l'impact environnemental, l'aspect ou la performance d'un produit ou du commerçant lui-même ». Toute allégation de ce type, comme un ordinateur portable fabriqué à partir de plastique recyclé, devrait être vérifiée de manière indépendante et prouvée par des preuves scientifiques, a déclaré la Commission européenne.

    Nom : veri.png
Affichages : 1115
Taille : 14,8 Ko

    Communiqué de la Commission

    Aujourd'hui, la Commission européenne a adopté une nouvelle proposition de règles communes favorisant la réparation des biens, qui se traduira par des économies pour les consommateurs et soutiendra les objectifs du Green Deal européen en réduisant les déchets, entre autres. Au cours des dernières décennies, le remplacement a souvent été privilégié par rapport à la réparation lorsque les produits deviennent défectueux et les consommateurs n'ont pas été suffisamment incités à réparer leurs biens à l'expiration de la garantie légale. Grâce à la proposition, il sera plus facile et plus rentable pour les consommateurs de réparer plutôt que de remplacer des biens. De plus, une demande accrue se traduira par un coup de pouce pour le secteur de la réparation tout en incitant les producteurs et les vendeurs à développer des modèles commerciaux plus durables.

    La proposition d'aujourd'hui garantira qu'un plus grand nombre de produits seront réparés dans le cadre de la garantie légale et que les consommateurs disposeront d'options plus simples et moins chères pour réparer les produits techniquement réparables (tels que les aspirateurs, ou bientôt les tablettes et les smartphones) lorsque la garantie légale a expiré ou lorsque le bien n'est plus fonctionnel suite à l'usure.

    De nouvelles mesures pour favoriser et faciliter la réparation et la réutilisation

    La proposition introduit un nouveau « droit à la réparation » pour les consommateurs, tant dans le cadre qu'au-delà de la garantie légale.

    Dans le cadre de la garantie légale, les vendeurs seront tenus de proposer la réparation sauf si celle-ci est plus onéreuse que le remplacement.

    Au-delà de la garantie légale, un nouvel ensemble de droits et d'outils sera mis à la disposition des consommateurs pour faire de la « réparation » une option facile et accessible :
    • un droit pour les consommateurs de demander réparation aux producteurs, pour les produits qui sont techniquement réparables en vertu du droit de l'UE, comme une machine à laver ou un téléviseur. Cela garantira que les consommateurs aient toujours quelqu'un vers qui se tourner lorsqu'ils choisissent de réparer leurs produits, tout en encourageant les producteurs à développer des modèles commerciaux plus durables ;
    • une obligation des producteurs d'informer les consommateurs sur les produits qu'ils sont tenus de réparer eux-mêmes ;
    • une plate-forme de réparation de jumelage en ligne pour mettre en relation les consommateurs avec les réparateurs et les vendeurs de produits remis à neuf dans leur région. La plate-forme permettra des recherches par emplacement et par normes de qualité, aidant les consommateurs à trouver des offres attractives et augmentant la visibilité des réparateurs ;
    • un formulaire européen d'information sur les réparations que les consommateurs pourront demander à n'importe quel réparateur, apportant de la transparence sur les conditions et le prix des réparations, et facilitant la comparaison des offres de réparation pour les consommateurs ;
    • une norme de qualité européenne pour les services de réparation sera élaborée pour aider les consommateurs à identifier les réparateurs qui s'engagent à offrir une qualité supérieure. Cette norme de «réparation facile» sera ouverte à tous les réparateurs de l'UE désireux de s'engager à respecter des normes de qualité minimales, par exemple en fonction de la durée ou de la disponibilité des produits.

    Les nouvelles règles ne suffisent pas, estiment les défenseurs du droit à la réparation

    La coalition pour le droit à la réparation Right to Repair a déclaré dans un communiqué que, bien qu'elle se félicite de l'avancée des nouvelles règles de réparabilité de l'UE, « l'opportunité de rendre le droit à la réparation universel est manquée ».

    Bien que les règles de la Commission européenne se concentrent sur la réduction des déchets en rendant les produits plus facilement réparables, elles ne font rien pour remédier à l'accessibilité en termes pécuniaires des réparations ou aux pratiques anti-réparation, a déclaré Right to Repair. Les pièces de rechange et les frais de réparation, selon le groupe, pourraient encore être à des prix exorbitants et inaccessibles au consommateur moyen.

    Nom : right.png
Affichages : 1117
Taille : 68,6 Ko

    Citation Envoyé par Right to Repair
    Après deux retards de dernière minute, la Commission européenne a lancé aujourd'hui un texte très limité mais essentiel de la "proposition européenne sur le droit à la réparation". Nous, la coalition pour le droit à la réparation (R2R), saluons cette avancée, mais notons le manque d'ambition de l'UE pour faire de la réparabilité une réalité abordable. Une fois de plus, l'occasion d'universaliser le droit à la réparation est manquée.

    La proposition d'aujourd'hui n'aborde pas les questions brûlantes de l'abordabilité des réparations - bien qu'elles prétendent le faire - et des pratiques anti-réparation. La proposition vise à réduire le remplacement des produits dans le cadre de la garantie légale, en obligeant les vendeurs à réparer lorsque les coûts sont égaux ou inférieurs. Elle oblige également les fabricants à fournir une option de réparation au-delà de la garantie, mais uniquement pour un ensemble très limité de produits (par exemple, les machines à laver domestiques, les sèche-linge, les aspirateurs, les lave-vaisselle et, dans un futur proche, les smartphones et les tablettes). Cependant, cette approche ne s'attaque pas au coût de la réparation : obliger les fabricants à fournir un service de réparation ne signifie pas qu'il sera abordable, et la législation proposée ne couvre pas non plus le coût des pièces de rechange. Pour que les clients se sentent en confiance dans la réparation, celle-ci doit être rendue accessible, abordable et grand public.

    Quelques pas dans la bonne direction

    Parmi les petites victoires, la proposition d'aujourd'hui introduit l'obligation pour les États membres de créer des plateformes nationales en ligne pour enregistrer les réparateurs, les reconditionneurs et les acheteurs de biens défectueux à reconditionner - avec la possibilité d'étendre son champ d'application pour inclure les relations interentreprises ainsi que les communautés -initiatives de réparation dirigées. Nous saluons cette proposition comme une première étape pour soutenir les citoyens à la recherche d'options de réparation ou de lieux circulaires pour leurs anciens appareils. Il s'agit également d'une étape importante vers la légitimation du rôle des réparateurs indépendants dans la fourniture de solutions en cas de défaillance du produit (par exemple, l'accès aux pièces et aux informations).

    Une autre petite amélioration est que, à la demande du consommateur, les réparateurs doivent soumettre un devis/estimation de réparation harmonisé appelé "Formulaire européen d'information sur la réparation" comprenant des informations obligatoires telles que le type ou la réparation suggérée et son prix ou, si le coût précis ne peut être calculé, la méthode de calcul applicable et le prix maximum de réparation. Malheureusement, bien que l'information des consommateurs soit essentielle, l'harmonisation suggérée des devis ne rendra pas automatiquement toute réparation abordable. Lors de la présentation de la proposition, le commissaire européen Reynders a souligné que l'outil rendra la réparation abordable, en créant un environnement concurrentiel pour les PME de réparation. Mais nous considérons cela insuffisant, sans s'attaquer aux pièces de rechange coûteuses et autres obstacles à la réparation.

    La proposition porte principalement sur la réparation pendant les garanties légales et la réparation au sein des réseaux constructeurs. D'une part, elle introduit une obligation pour les vendeurs de réparer les appareils dans le cadre de la garantie légale, mais uniquement lorsque le coût de la réparation est égal ou inférieur au coût de remplacement.

    La priorité accordée à la réparation plutôt qu'au remplacement est la bonne direction pour réduire l'empreinte environnementale des déchets inutiles. Toutefois, l'obligation, telle que proposée, ne s'appliquerait qu'à une très petite partie des cas réels. De plus, la Commission ne précise pas qui devrait vérifier si une réparation serait plus abordable qu'un remplacement et selon quelle méthodologie.

    La proposition écarte complètement le potentiel d'économie circulaire des réparateurs indépendants. Nous plaidons pour un droit universel à la réparation : les consommateurs devraient avoir le droit de chercher une réparation auprès de n'importe quel fournisseur de leur choix, également pendant la période de garantie légale.

    D'autre part, la proposition introduit une obligation pour les fabricants d'équipement d'origine (OEM) de réparer au-delà de la garantie légale à la demande du consommateur, si le produit concerné est couvert par des mesures d'écoconception pour la réparabilité.

    Une fois de plus, cela s'appliquera à un ensemble extrêmement limité de produits, et rien n'est prévu pour garantir le caractère abordable de ces réparations. Étant donné que les équipementiers déterminent le prix des pièces de rechange et sont en mesure d'empêcher l'utilisation de pièces tierces via la sérialisation logicielle, ils n'ont que très peu ou pas de pression concurrentielle de la part d'autres réparateurs. Par conséquent, si le désavantage concurrentiel des réparateurs indépendants n'est pas abordé dans les négociations ultérieures de la proposition, les équipementiers continueront d'avoir un grand contrôle sur la réparation, ce qui n'aidera pas à réduire les prix de réparation. De plus, en limitant la gamme de produits couverts à ceux déjà couverts par l'écoconception, cette législation ne modifie pas les conditions de réparation d'une grande partie des produits de grande consommation.

    On est encore loin d'un Droit à la Réparation universel

    La proposition de la Commission se concentre principalement sur le rôle direct des fabricants et des vendeurs et ne couvre qu'un petit scénario de cas de réparation. Pourtant, l'autonomisation des réseaux de réparation indépendants est essentielle pour rendre la réparation plus courante et garantir un prix abordable. Par conséquent, nous considérons comme très problématique que nos demandes d'un droit à la réparation véritablement universel aient été ignorées dans la proposition, y compris l'accès universel à des pièces de rechange abordables, des manuels de réparation et des outils de diagnostic ; l'interdiction de toutes les pratiques anti-réparation et des mesures garantissant activement l'abordabilité des réparations.

    À défaut d'accorder aux consommateurs un accès horizontal et équitable à la réparation, la Commission est prête à continuer de gaspiller de précieuses ressources dans une montagne croissante de déchets électroniques dangereux. Dans le contexte géopolitique actuel, c'est aussi une occasion manquée de réduire notre dépendance aux matières premières et composants critiques importés de l'étranger. Comme l'a documenté le propre service de recherche de la Commission européenne, la promotion de la réparation créerait des emplois locaux, car le secteur est relativement à forte intensité de main-d'œuvre, local et présente de faibles barrières à l'accès aux compétences.


    Cristina Ganapini , la coordinatrice Right to Repair Europe, a déclaré :

    « Les obligations concrètes de réparation proposées sont trop étroites pour provoquer la révolution de la réparation dont nous avons besoin. Demander aux vendeurs de réparer au cours des deux premières années, mais uniquement lorsqu'ils sont moins chers que le remplacement, et accorder aux consommateurs un accès post-garantie à la réparation, mais seulement pour quelques catégories de produits, ne suffit tout simplement pas. Nous appelons le Parlement et le Conseil de l'UE à renforcer l'ambition de cette première proposition sur le droit à la réparation dans l'UE ».

    Sources : Commission européenne (1, 2, 3), Right to Repair

    Et vous ?

    Comment accueillez-vous cette décision de l’UE ?
    Que pensez-vous du « oui, mais » de Right to Repair Europe qui pense qu'il y avait mieux à faire ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #22
    Communiqués de presse

    Femme Profil pro
    Traductrice Technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    1 152
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Traductrice Technique

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 1 152
    Points : 80 530
    Points
    80 530
    Par défaut Le Parlement européen est parvenu à un accord provisoire sur la directive au droit à la réparation
    Le Parlement européen est parvenu à un accord provisoire sur la directive qui encourage la réparation des biens cassés ou défectueux, connue sous le nom de directive au droit à la réparation (ou R2R).

    L'UE adopte une nouvelle législation accordant aux consommateurs un "droit à la réparation" des produits. Les consommateurs européens auront le droit de faire réparer les appareils ménagers courants, y compris les téléphones portables, tandis que les pays de l'UE devront mettre en place des programmes visant à augmenter les taux de réparation, conformément à la nouvelle loi adoptée.

    En 2023, la Commission européenne a proposé une nouvelle loi donnant aux consommateurs le droit de faire réparer leurs appareils, longtemps après l'expiration de la garantie. Le Conseil et le Parlement européen sont parvenus à un accord provisoire sur la directive qui encourage la réparation des biens cassés ou défectueux, également connue sous le nom de directive sur le droit à la réparation (Right To Repair ou R2R)

    La Commission européenne a déclaré que sa proposition initiale permettrait d'économiser quelque 18 millions de tonnes de CO2 sur 15 ans, tout en permettant aux consommateurs d'économiser 176 milliards d'euros. Un mandat pour des frais de réparation "raisonnables" sera inclus dans le texte final. La nouvelle loi établira une "obligation pour le fabricant de réparer les produits ménagers courants tels que les machines à laver, les aspirateurs et même les smartphones". Cette liste de produits peut être élargie par une loi secondaire connue sous le nom de règlement sur l'écoconception.

    D'autres règles visent à faciliter la vie des consommateurs : les vendeurs doivent informer leurs clients de leur droit à la réparation, et ceux-ci peuvent emprunter un produit de remplacement pendant la réparation - ou opter immédiatement pour un produit de remplacement remis à neuf. L'accès en ligne aux prix indicatifs des réparations doit également être facilité. Les consommateurs restent libres d'opter pour la réparation ou l'achat d'un nouvel appareil.

    Selon l'accord, les pays de l'UE doivent introduire au moins une mesure pour inciter les consommateurs à utiliser les services de réparation, comme des bons de réparation, des fonds ou une réduction de la TVA. Les pays de l'UE ont 24 mois pour transposer la directive dans leur droit national une fois qu'elle a été adoptée par le Conseil et le Parlement, et publiée au Journal officiel de l'UE.


    Économie circulaire : Accord provisoire sur la directive relative au droit à la réparation

    Le Conseil et le Parlement européen sont parvenus à un accord provisoire sur la directive visant à promouvoir la réparation des biens cassés ou défectueux, également connue sous le nom de directive sur le droit à la réparation (ou R2R). La législation adoptée permettra aux consommateurs d'avoir plus facilement recours à la réparation plutôt qu'au remplacement en rendant l'accès aux services de réparation plus facile, plus rapide, plus transparent et plus attrayant.

    L'accord provisoire s'applique à tous les produits soumis à des obligations de réparation en vertu du droit communautaire, impose une obligation de réparation aux fabricants de biens soumis à des obligations de réparation, établit un formulaire d'information européen fournissant aux consommateurs des données essentielles sur le service de réparation et unifie les plateformes nationales d'information sur la réparation en une plateforme européenne en ligne.

    Voici ce que déclare Alexia Bertrand, secrétaire d'État belge au budget et à la protection des consommateurs, sur l'accord :

    Avec l'accord conclu aujourd'hui, l'Europe fait clairement le choix de la réparation plutôt que de l'élimination. En facilitant la réparation des biens défectueux, nous donnons non seulement une nouvelle vie à nos produits, mais nous créons également des emplois de qualité, nous réduisons nos déchets, nous limitons notre dépendance à l'égard des matières premières étrangères et nous protégeons notre environnement.
    Priorité : réparation et réutilisation

    Bien souvent, lorsque l'aspirateur, le lave-vaisselle, la machine à café ou tout autre produit tombe en panne ou est défectueux, il est plus facile de s'en débarrasser et d'en acheter un nouveau que de le faire réparer, surtout lorsque la garantie légale a expiré. La directive adoptée par les colégislateurs incite les consommateurs à prolonger la durée de vie du produit en le faisant réparer, ce qui aura pour effet de stimuler le secteur de la réparation, de réduire les déchets et de promouvoir des modèles commerciaux plus durables.

    Pour ce faire, la directive propose une nouvelle série d'outils destinés à rendre la réparation plus attrayante pour les consommateurs. Il s'agit notamment :

    • la possibilité pour les consommateurs de demander aux fabricants de réparer les produits qui sont techniquement réparables en vertu de la législation européenne (par exemple, les machines à laver, les aspirateurs ou les téléphones portables)

    • un formulaire européen d'information sur la réparation que les réparateurs peuvent proposer aux consommateurs et qui contient des informations claires sur les conditions de réparation, le délai d'exécution des travaux, les prix, les produits de remplacement, etc.

    • une plateforme européenne de réparation en ligne pour faciliter la mise en relation des consommateurs et des réparateurs

    • une extension de 12 mois de la période de responsabilité du vendeur après la réparation d'un produit.


    Principaux éléments de l'accord

    L'accord provisoire conclu aujourd'hui par le Conseil et le Parlement maintient le droit du consommateur de choisir entre la réparation et le remplacement lorsqu'un produit est cassé ou défectueux. L'accord soutient également les objectifs généraux de la directive, mais introduit quelques améliorations concernant le champ d'application, l'obligation de réparation, le contenu du formulaire d'information et la plateforme en ligne.

    Champ d'application

    L'accord provisoire limite le champ d'application de la directive aux produits pour lesquels la législation de l'UE prévoit des exigences de réparabilité (c'est-à-dire les lave-linge, les lave-vaisselle, les réfrigérateurs ou les aspirateurs). À l'avenir, la Commission pourra introduire des exigences de réparabilité pour les nouveaux produits, par le biais du règlement sur l'écoconception, qui seront alors ajoutés à la liste des produits couverts par la directive R2R.

    L'accord oblige les fabricants à fournir des informations sur les pièces détachées sur leur site web, à les mettre à la disposition de toutes les parties du secteur de la réparation à un prix raisonnable et à interdire les pratiques qui empêchent l'utilisation de pièces détachées d'occasion ou imprimées en 3D par des réparateurs indépendants.

    Obligation de réparation et liberté de choix

    Le texte adopté impose aux fabricants d'effectuer les réparations nécessaires dans un délai raisonnable et, à moins que le service ne soit fourni gratuitement, à un prix raisonnable également, afin d'encourager les consommateurs à opter pour la réparation. Toutefois, l'accord maintient également le droit des consommateurs de choisir entre la réparation et le remplacement des produits défectueux pendant la période de responsabilité du vendeur incluse dans la garantie. Si le consommateur opte pour la réparation du bien, la période de responsabilité du vendeur sera prolongée de 12 mois à compter de la mise en conformité du produit. Cette période peut être prolongée par les États membres s'ils le souhaitent.

    Formulaire européen d'information sur les réparations

    Afin de réduire la paperasserie pour les réparateurs (en particulier les petits), la fourniture d'un formulaire européen standardisé est facultative. Toutefois, si les réparateurs fournissent le formulaire au consommateur, les conditions énoncées dans le formulaire seront contraignantes pour eux. Le formulaire doit être fourni gratuitement, bien que le consommateur puisse être invité à payer le coût du service de diagnostic. Les informations clés contenues dans le formulaire sont valables pendant 30 jours civils, mais le consommateur et le réparateur peuvent convenir de prolonger cette période.

    Plateforme européenne de réparation en ligne

    L'accord conclu propose la création d'une plateforme européenne de réparation en ligne conçue et gérée au niveau européen, au lieu de 27 plateformes nationales. L'objectif de cette plateforme est de mettre à la disposition des consommateurs les différents services de réparation au niveau de l'UE, mais aussi au-delà des frontières et dans chaque État membre. La plateforme européenne comportera donc des sections pour chaque État membre, avec des informations provenant également des plateformes nationales de réparation, qu'elles soient publiques ou privées. Dans le même temps, les plateformes nationales auront la possibilité d'inclure des informations sur les initiatives de réparation menées par les communautés.

    Prochaines étapes

    L'accord provisoire conclu avec le Parlement européen doit maintenant être approuvé et formellement adopté par les deux institutions.

    Contexte

    Cette proposition a été présentée par la Commission le 22 mars 2023 et s'inscrit dans le cadre du nouvel agenda pour les consommateurs et du plan d'action pour l'économie circulaire. Elle complète d'autres initiatives législatives récentes visant à promouvoir la consommation durable, telles que le règlement sur l'écoconception (qui encouragera la production de produits réparables) et la directive relative à la responsabilisation des consommateurs en matière de transition écologique (qui permettra aux consommateurs de prendre des décisions d'achat mieux informées sur le lieu de vente).

    Source : Accord provisoire sur le droit à la réparation (Conseil européen)

    Et vous ?

    Pensez-vous que cet accord est crédible ou pertinent ?
    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Voir aussi :

    UE : les équipementiers produisant des biens soumis à des exigences de réparabilité sont tenus de les réparer 5 à 10 ans après l'achat, si un client le demande et la réparation est possible

    La nouvelle législation européenne sur le "droit de réparation" exige que la technologie dure une décennie. Les appareils doivent être conçus de façon à être démontés avec des outils conventionnels

    Des documents suggèrent que l'Europe se prépare à adopter un Fair Repair Act, pour mieux combattre l'obsolescence programmée de certains dispositifs électroniques
    Publication de communiqués de presse en informatique. Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  3. #23
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Bruno
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Mai 2019
    Messages
    1 900
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Produits et services télécom et Internet

    Informations forums :
    Inscription : Mai 2019
    Messages : 1 900
    Points : 37 167
    Points
    37 167
    Par défaut Droit de réparation de l'UE : Les vendeurs seront responsables pendant un an après la réparation des produits
    Droit de réparation de l'UE : Les vendeurs seront responsables pendant un an après la réparation des produits,
    avancée significative ou compromis fragile ?

    Le Parlement européen et le Conseil ont conclu un accord provisoire sur le droit à la réparation, également connu sous le nom de directive R2R. Selon cet accord, les vendeurs seront tenus de garantir leurs produits pendant un an supplémentaire après la réparation, offrant ainsi aux consommateurs la possibilité de choisir entre la réparation et le remplacement des produits défectueux. La période de responsabilité du vendeur devrait être d'au moins deux ans avant toute prolongation possible par les États membres. L'accord vise à promouvoir la réparation plutôt que l'élimination des produits défectueux, avec l'objectif de stimuler le secteur de la réparation, de réduire les déchets et de favoriser des modèles commerciaux durables.

    La directive encourage les consommateurs à prolonger la durée de vie de leurs produits en facilitant l'accès aux services de réparation. Elle introduit plusieurs mesures pour rendre la réparation plus attractive, telles que la possibilité pour les consommateurs de demander aux fabricants de réparer des produits techniquement réparables, un formulaire européen d'information sur la réparation, une plateforme européenne de réparation en ligne, et une prolongation de 12 mois de la période de responsabilité du vendeur après la réparation.

    Nom : reparation.png
Affichages : 4495
Taille : 173,9 Ko

    L'accord prévoit également des obligations pour les fabricants, notamment la fourniture d'informations sur les pièces détachées, l'interdiction de pratiques empêchant l'utilisation de pièces détachées d'occasion, et des réparations dans un délai raisonnable et à un prix raisonnable. Une plateforme européenne de réparation en ligne sera mise en place pour faciliter la mise en relation entre les consommateurs et les réparateurs. L'accord doit encore être formellement adopté par le Parlement et le Conseil, entrant en vigueur 20 jours après sa publication officielle.

    La Commission européenne se félicite de l'accord politique provisoire conclu entre le Parlement européen et le Conseil sur la proposition de la Commission de mars 2023 relative à des règles communes visant à promouvoir la réparation des biens pour les consommateurs. Une fois adoptées, les nouvelles règles introduiront un nouveau « droit à la réparation » pour les consommateurs, à la fois dans le cadre et au-delà de la garantie légale, qui leur permettra de réparer plus facilement et de manière plus rentable les produits au lieu de simplement les remplacer par des neufs. Cela permettra aux consommateurs de réaliser des économies, de stimuler l'économie circulaire et de soutenir les objectifs de la consommation durable et du marché vert européen en réduisant les déchets.

    De nouvelles règles facilitant la réparation

    Lorsqu'un défaut apparaît dans le cadre de la garantie légale, les consommateurs bénéficieront désormais d'une garantie légale prolongée d'un an s'ils choisissent de faire réparer leurs produits. À l'expiration de la garantie légale, les consommateurs pourront demander une réparation plus facile et moins coûteuse des défauts des produits qui doivent être techniquement réparables (tels que les tablettes, les smartphones, mais aussi les lave-linge, les lave-vaisselle, etc.) Les fabricants seront tenus de publier des informations sur leurs services de réparation, y compris les prix indicatifs des réparations les plus courantes.

    Pour stimuler le développement du marché de la réparation, les nouvelles règles garantiront que les pièces détachées pour les biens techniquement réparables sont disponibles à un prix raisonnable ; et il sera interdit aux fabricants d'utiliser des barrières contractuelles, matérielles ou logicielles à la réparation, telles que l'empêchement de l'utilisation de pièces détachées d'occasion, compatibles et imprimées en 3D par des réparateurs indépendants, conformément aux lois applicables.

    L'accord provisoire s'applique à tous les produits soumis à des obligations de réparation en vertu du droit communautaire, impose une obligation de réparation aux fabricants de biens soumis à des obligations de réparation, établit un formulaire d'information européen fournissant aux consommateurs des données essentielles sur le service de réparation et unifie les plateformes nationales d'information sur la réparation en une plateforme européenne en ligne.

    « Avec l'accord conclu aujourd'hui, l'Europe fait clairement le choix de la réparation plutôt que de l'élimination. En facilitant la réparation des biens défectueux, nous donnons non seulement une nouvelle vie à nos produits, mais nous créons également des emplois de qualité, nous réduisons nos déchets, nous limitons notre dépendance à l'égard des matières premières étrangères et nous protégeons notre environnement », a déclaré Alexia Bertrand, secrétaire d'État belge au budget et à la protection des consommateurs, au ministre de la justice et de la mer du Nord.

    Priorité : réparation et réutilisation

    Très souvent, lorsque l'aspirateur, le lave-vaisselle, la machine à café ou tout autre produit tombe en panne ou est défectueux, il est plus facile de s'en débarrasser et d'en acheter un nouveau que de le faire réparer, surtout lorsque la garantie légale a expiré. La directive adoptée aujourd'hui par les colégislateurs incite les consommateurs à prolonger la durée de vie du produit en le faisant réparer, ce qui aura pour effet de stimuler le secteur de la réparation, de réduire les déchets et de promouvoir des modèles commerciaux plus durables. Pour ce faire, la directive propose une nouvelle série d'outils destinés à rendre la réparation plus attrayante pour les consommateurs. Il s'agit notamment :

    • la possibilité pour les consommateurs de demander aux fabricants de réparer les produits qui sont techniquement réparables en vertu de la législation européenne (par exemple, les machines à laver, les aspirateurs ou les téléphones portables) ;
    • un formulaire européen d'information sur la réparation que les réparateurs peuvent proposer aux consommateurs et qui contient des informations claires sur les conditions de réparation, le délai d'exécution des travaux, les prix, les produits de remplacement ;
    • une plateforme européenne de réparation en ligne pour faciliter la mise en relation des consommateurs et des réparateurs ;
    • une prolongation de 12 mois de la période de responsabilité du vendeur après la réparation d'un produit.

    L'accord provisoire conclu par le Conseil et le Parlement maintient le droit du consommateur de choisir entre la réparation et le remplacement lorsqu'un produit est cassé ou défectueux. L'accord soutient également les objectifs généraux de la directive, mais introduit quelques améliorations concernant le champ d'application, l'obligation de réparation, le contenu du formulaire d'information et la plateforme en ligne.

    L'accord provisoire limite le champ d'application de la directive aux produits pour lesquels la législation de l'UE prévoit des exigences de réparabilité (c'est-à-dire les lave-linge, les lave-vaisselle, les réfrigérateurs ou les aspirateurs). À l'avenir, la Commission pourra introduire des exigences de réparabilité pour les nouveaux produits, par le biais du règlement sur l'écoconception, qui seront alors ajoutés à la liste des produits couverts par la directive R2R (annexe 2).

    L'accord oblige les fabricants à fournir des informations sur les pièces détachées sur leur site web, à les mettre à la disposition de toutes les parties du secteur de la réparation à un prix raisonnable et à interdire les pratiques qui empêchent l'utilisation de pièces détachées d'occasion ou imprimées en 3D par des réparateurs indépendants.

    Obligation de réparer et liberté de choix

    Le texte adopté impose aux fabricants d'effectuer les réparations nécessaires dans un délai raisonnable et, à moins que le service ne soit fourni gratuitement, à un prix raisonnable également, afin d'encourager les consommateurs à opter pour la réparation. Toutefois, l'accord maintient également le droit des consommateurs de choisir entre la réparation et le remplacement des produits défectueux pendant la période de responsabilité du vendeur incluse dans la garantie. Si le consommateur opte pour la réparation du bien, la période de responsabilité du vendeur sera prolongée de 12 mois à compter de la mise en conformité du produit. Cette période peut être prolongée par les Etats membres s'ils le souhaitent.

    Afin de réduire la paperasserie pour les réparateurs (en particulier les petits), la fourniture d'un formulaire européen standardisé est facultative. Toutefois, si les réparateurs fournissent le formulaire au consommateur, les conditions énoncées dans le formulaire seront contraignantes pour eux. Le formulaire doit être fourni gratuitement, bien que le consommateur puisse être invité à payer le coût du service de diagnostic. Les informations clés contenues dans le formulaire sont valables pendant 30 jours civils, mais le consommateur et le réparateur peuvent convenir de prolonger cette période.

    L'accord conclu propose la création d'une plateforme européenne de réparation en ligne conçue et gérée au niveau européen, au lieu de 27 plateformes nationales. L'objectif de cette plateforme est de mettre à la disposition des consommateurs les différents services de réparation au niveau de l'UE, mais aussi au-delà des frontières et dans chaque État membre. La plateforme européenne comportera donc des sections pour chaque État membre, avec des informations provenant également des plateformes nationales de réparation, qu'elles soient publiques ou privées. Dans le même temps, les plateformes nationales auront la possibilité d'inclure des informations sur les initiatives de réparation menées par les communautés.

    L'initiative « droit à la réparation » complète plusieurs autres propositions présentées par la Commission pour parvenir à une consommation durable tout au long du cycle de vie d'un produit, en établissant le cadre d'un véritable « droit à la réparation » dans l'ensemble de l'Union européenne. Cette proposition s'inscrit dans le cadre de l'ambition plus large de la Commission européenne de faire du continent le premier à atteindre la neutralité climatique d'ici 2050. Atteindre cet objectif nécessite un changement dans la façon dont les consommateurs et les entreprises produisent et consomment, en privilégiant des pratiques plus durables.

    Vers une économie circulaire : analyse approfondie de la proposition sur le 'droit de reparer

    La proposition relative au "droit de réparer" a été dévoilée dans le cadre du nouveau programme pour les consommateurs et du plan d'action pour l'économie circulaire. Elle vise à éliminer les obstacles qui dissuadent les consommateurs de choisir la réparation en raison des inconvénients, du manque de transparence ou des difficultés d'accès aux services de réparation. En encourageant la réparation en tant qu'option de consommation durable, cette proposition contribue aux objectifs environnementaux et climatiques au sein du marché vert européen.

    Cette initiative vient compléter d'autres instruments alignés sur les objectifs du Green Deal européen, cherchant à promouvoir une consommation durable par le biais de la réparation. Le règlement sur l'écoconception des produits durables encourage la réparabilité lors de la phase de production, tandis que la proposition de directive sur la responsabilisation des consommateurs pour la transition écologique permet aux consommateurs de prendre des décisions d'achat informées. La proposition sur le "droit de réparer" renforce la demande en encourageant la réparation dans la phase post-vente, formant ainsi un ensemble cohérent couvrant l'intégralité du cycle de vie des produits.

    En outre, l'initiative sur la justification des allégations écologiques facilitera aux consommateurs le soutien de la transition écologique par leurs choix d'achat et empêchera les entreprises de faire des déclarations trompeuses sur les aspects environnementaux de leurs produits et services. Cette initiative complète également la proposition visant à « Donner aux consommateurs les moyens de la transition écologique », établissant un cadre global dans la lutte contre le blanchiment d'argent.

    Maroš Šefčovič, vice-président exécutif chargé du marché vert européen, des relations interinstitutionnelles et de la prospective, souligne que l'accord sur le "droit de réparer" constitue une étape cruciale vers la promotion de la réparation des produits en tant qu'option accessible, abordable et attrayante pour les consommateurs. Cela s'inscrit dans la transition de l'Europe vers une économie verte et circulaire, générant des emplois, réduisant les déchets et complétant les règles d'écoconception pour garantir la réparabilité des produits sur le marché de l'UE.

    Věra Jourová, vice-présidente chargée des valeurs et de la transparence, souligne que ces nouvelles règles offrent aux consommateurs européens le choix entre réparer un produit endommagé et en acheter un nouveau, permettant ainsi de façonner leurs habitudes de consommation selon leurs préférences plutôt que selon les directives des fabricants.

    Didier Reynders, commissaire à la justice, souligne l'importance de cette directive pour répondre aux souhaits des consommateurs qui souhaitent contribuer à un environnement plus durable en favorisant la réparation plutôt que le remplacement automatique des biens, soulignant que la réparation deviendra plus facile, accessible et abordable grâce à cette nouvelle directive.

    L'accord provisoire entre le Parlement européen et le Conseil sur le droit à la réparation représente une avancée positive vers une approche plus durable de la consommation. L'extension de la période de responsabilité du vendeur après la réparation de 12 mois, la promotion de la réparation plutôt que du remplacement automatique, et les mesures incitatives telles que le formulaire européen d'information sur la réparation et la plateforme en ligne sont des initiatives louables.


    La directive met l'accent sur la prolongation de la durée de vie des produits, la réduction des déchets et la promotion de modèles commerciaux durables, alignant ainsi l'Union européenne sur ses objectifs environnementaux et climatiques. L'incitation à la réparation plutôt qu'à l'élimination des produits défectueux est une approche nécessaire pour réduire l'empreinte écologique liée à la production et à l'élimination de biens de consommation.

    Les obligations imposées aux fabricants, telles que la fourniture d'informations sur les pièces détachées et l'interdiction de pratiques qui entravent la réparation, contribuent à créer un environnement propice à la réparation des produits. De plus, la création d'une plateforme européenne de réparation en ligne facilitera la mise en relation entre les consommateurs et les réparateurs, rendant ainsi la réparation plus accessible.

    Cependant, il est important de noter que cet accord doit encore être formellement adopté par le Parlement et le Conseil. L'efficacité réelle de ces mesures dépendra de leur mise en œuvre et de l'engagement des États membres à les appliquer de manière cohérente.

    Dans l'ensemble, cette directive reflète un pas en avant significatif vers une économie circulaire et une consommation plus durable. Elle offre aux consommateurs une alternative à la culture du jetable, encourage la responsabilité des fabricants et contribue à l'atteinte des objectifs ambitieux de l'UE en matière de durabilité environnementale.

    Sources : European Commission, European Council (1, 2)

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Estimez-vous que prolonger la période de responsabilité du vendeur à seulement 12 mois après la réparation est adéquat pour assurer la durabilité effective des produits, et considérez-vous cela comme un véritable progrès significatif ?

    Comment la directive R2R va-t-elle résoudre les possibles conflits entre les législations nationales et les normes communes, étant donné que chaque État membre pourrait choisir de prolonger la période de responsabilité du vendeur à sa discrétion ?

    Voir aussi :

    Droit à la réparation : les fermiers obligés de pirater le firmware de leurs propres tracteurs en raison de l'enfermement propriétaire des constructeurs, l'UE et les USA œuvrent à changer la donne

    Le Parlement européen vote le "droit de réparation" afin de soutenir la réparation des téléphones, tablettes et des ordinateurs portables

    La nouvelle législation européenne sur le "droit de réparation" exige que la technologie dure une décennie, les appareils doivent être conçus de façon à être démontés avec des outils conventionnels
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  4. #24
    Membre habitué
    Homme Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    Mai 2002
    Messages
    272
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 49
    Localisation : France, Haut Rhin (Alsace)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : Mai 2002
    Messages : 272
    Points : 166
    Points
    166
    Par défaut Réparation des PC (portables)
    Bonjour,

    Pour m'être séparé de mes deux derniers PC portable à cause du GPU (Le CPU, l'écran, le clavier, etc... Fonctionnaient encore très bien) je suis favorable à des lois permettant de limiter au plus possible l'obsolescence programmé.

    Je viens d'acheter un FrameWork Laptop 13 https://frame.work/fr/fr/products/laptop-diy-13-gen-amd (qui se veut réparable), j'espère m'en servir pendant plusieurs années...

  5. #25
    Communiqués de presse

    Femme Profil pro
    Traductrice Technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    1 152
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Traductrice Technique

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 1 152
    Points : 80 530
    Points
    80 530
    Par défaut Droit à la réparation : Faciliter la réparation et la rendre plus attrayante pour les consommateurs
    Droit à la réparation : Faciliter la réparation et la rendre plus attrayante pour les consommateurs, clarifier les obligations des fabricants et encourager à prolonger le cycle de vie d'un produit.

    Le Parlement européen vient d'adopter le "Droit à la réparation". Le fabricant doit réparer un produit à un prix et dans un délai raisonnables après la période de garantie légale. Les consommateurs pourront avoir accès aux pièces détachées, aux outils et aux informations sur la réparation. Cette directive est une incitation à opter pour la réparation.

    Le Parlement a adopté la directive sur le « droit à la réparation » pour les consommateurs par 584 voix pour, 3 contre et 14 abstentions. Les règles clarifient les obligations des fabricants en matière de réparation des biens et encouragent les consommateurs à prolonger le cycle de vie d'un produit par la réparation.

    Les nouvelles règles renforcent le droit à la réparation, visent à réduire les déchets et à soutenir le secteur de la réparation en rendant plus facile et plus rentable la réparation des biens.

    Obligation de réparation

    Les nouvelles règles garantissent que les fabricants fournissent des services de réparation rapides et rentables et qu'ils informent les consommateurs de leurs droits en matière de réparation. Les biens réparés dans le cadre de la garantie bénéficieront d'une extension supplémentaire d'un an de la garantie légale, ce qui incitera davantage les consommateurs à choisir la réparation plutôt que le remplacement.

    Après l'expiration de la garantie légale, le fabricant est toujours tenu de réparer les produits ménagers courants, qui sont techniquement réparables en vertu de la législation européenne, tels que les lave-linge, les aspirateurs et même les smartphones. La liste des catégories de produits peut être étendue au fil du temps. Les consommateurs peuvent également emprunter un appareil pendant que le leur est en réparation ou, s'il ne peut être réparé, opter pour un appareil remis à neuf.



    Informations sur les conditions et les services de réparation

    Un formulaire d'information européen peut être proposé aux consommateurs pour les aider à évaluer et à comparer les services de réparation (en détaillant la nature du défaut, le prix et la durée de la réparation). Pour faciliter le processus de réparation, une plateforme européenne en ligne avec des sections nationales sera mise en place pour aider les consommateurs à trouver facilement des ateliers de réparation locaux, des vendeurs de biens remis à neuf, des acheteurs d'articles défectueux ou des initiatives de réparation communautaires, telles que des points de réparation.

    Revitaliser le marché de la réparation

    Les règles visent à renforcer le marché européen de la réparation et à réduire les coûts de réparation pour les consommateurs. Les fabricants devront fournir des pièces détachées et des outils à un prix raisonnable et il leur sera interdit d'utiliser des clauses contractuelles, du matériel ou des techniques logicielles qui entravent les réparations. En particulier, ils ne pourront pas empêcher l'utilisation de pièces détachées d'occasion ou imprimées en 3D par des réparateurs indépendants, ni refuser de réparer un produit uniquement pour des raisons économiques ou parce qu'il a déjà été réparé par quelqu'un d'autre.

    Promouvoir des réparations abordables

    Pour rendre les réparations plus abordables, chaque État membre devra mettre en œuvre au moins une mesure visant à promouvoir la réparation, telle que des bons et des fonds de réparation, des campagnes d'information, des cours de réparation ou le soutien à des espaces de réparation gérés par la communauté.

    Le rapporteur René Repasi (S&D, DE) a déclaré :

    Le droit des consommateurs à réparer les produits va maintenant devenir une réalité. Il sera plus facile et moins cher de réparer plutôt que d'acheter de nouveaux articles coûteux. Il s'agit d'une avancée significative pour le Parlement et son engagement à donner aux consommateurs les moyens de lutter contre le changement climatique. La nouvelle législation prolonge les garanties légales de 12 mois en cas de réparation, facilite l'accès aux pièces détachées et assure une réparation plus facile, moins chère et plus rapide.
    Prochaines étapes

    Une fois la directive formellement approuvée par le Conseil et publiée au Journal officiel de l'UE, les États membres auront 24 mois pour la transposer en droit national.

    Contexte

    Selon la Commission européenne, l'élimination prématurée des biens de consommation produit 261 millions de tonnes d'émissions d'équivalent CO2, consomme 30 millions de tonnes de ressources et génère 35 millions de tonnes de déchets dans l'UE chaque année. Les consommateurs perdent également environ 12 milliards d'euros par an en remplaçant les biens plutôt qu'en les réparant. En outre, les nouvelles règles devraient générer 4,8 milliards d'euros de croissance et d'investissement au sein de l'UE. La directive complète d'autres nouvelles règles de l'UE sur l'écoconception et sur la responsabilisation des consommateurs dans le cadre de la transition écologique.

    Source : Parlement européen

    Et vous ?

    Pensez-vous que cette initiative est crédible ou pertinente ?
    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Voir aussi :

    Droit de réparation de l'UE : Les vendeurs seront responsables pendant un an après la réparation des produits. Avancée significative ou compromis fragile ?

    Le Parlement européen est parvenu à un accord provisoire sur la directive qui encourage la réparation des biens cassés ou défectueux, connue sous le nom de directive au droit à la réparation (ou R2R)

    UE : les équipementiers produisant des biens soumis à des exigences de réparabilité sont tenus de les réparer 5 à 10 ans après l'achat, si un client le demande et la réparation est possible
    Publication de communiqués de presse en informatique. Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  6. #26
    Expert confirmé
    Homme Profil pro
    Développeur
    Inscrit en
    Août 2003
    Messages
    1 304
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 37
    Localisation : France, Charente Maritime (Poitou Charente)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur

    Informations forums :
    Inscription : Août 2003
    Messages : 1 304
    Points : 4 197
    Points
    4 197
    Par défaut
    Pour certaines choses, ce droit s'améliore mais pour d'autre c'est au point mort j'ai l'impression : imprimante, petit électronique, multimedia (enceintes, casque, ...)

  7. #27
    Membre émérite
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    Novembre 2021
    Messages
    1 107
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Drôme (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : Novembre 2021
    Messages : 1 107
    Points : 2 964
    Points
    2 964
    Par défaut
    Citation Envoyé par smarties Voir le message
    Pour certaines choses, ce droit s'améliore mais pour d'autre c'est au point mort j'ai l'impression : imprimante, petit électronique, multimedia (enceintes, casque, ...)
    Et je ne suis pas sûr que les voitures soit concernés, alors que c'est de pire en pire, les constructeurs sont en roue libre en ce moment, notamment depuis l'arrivé des moteurs électriques.

  8. #28
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Anthony
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Novembre 2022
    Messages
    1 035
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Gironde (Aquitaine)

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique

    Informations forums :
    Inscription : Novembre 2022
    Messages : 1 035
    Points : 17 140
    Points
    17 140
    Par défaut Les pays de l'UE doivent mettre en œuvre des lois sur le droit à la réparation dans un délai de deux ans
    Les pays de l'UE doivent mettre en œuvre des lois sur le droit à la réparation dans un délai de deux ans, afin de permettre aux consommateurs de demander plus facilement une réparation plutôt qu'un remplacement

    Le Conseil européen a adopté ce 30 mai 2024 une directive visant à promouvoir la réparation des biens cassés ou défectueux, également connue sous le nom de directive sur le droit à la réparation (ou R2R). Grâce à cette législation, les consommateurs pourront plus facilement demander une réparation plutôt qu'un remplacement et les services de réparation deviendront plus accessibles, plus transparents et plus attrayants. L'adoption de la directive est la dernière étape du processus décisionnel législatif.

    Selon Alexia Bertrand, secrétaire d'État belge au budget et à la protection des consommateurs :
    La directive adoptée aujourd'hui consacre un nouveau droit pour les consommateurs : le droit de faire réparer les produits défectueux de manière plus facile, moins chère et plus rapide. Elle incite également les fabricants à fabriquer des produits qui durent plus longtemps et qui peuvent être réparés, réutilisés et recyclés. Enfin, elle fait de la réparation une activité économique plus attrayante, susceptible de créer des emplois de qualité en Europe. Tous les acteurs économiques sont gagnants, et l'environnement aussi.

    Des réparations plus faciles

    La directive adoptée le 30 mai 2024 crée un ensemble d'outils et d'incitations visant à rendre la réparation plus attrayante pour les consommateurs. Il s'agit notamment de l'obligation pour les fabricants de réparer les produits qui sont techniquement réparables en vertu du droit communautaire, de la mise à disposition d'un formulaire de réparation volontaire contenant des informations claires sur le processus de réparation (délais, prix, etc.), d'une plateforme européenne en ligne où les consommateurs peuvent facilement trouver des services de réparation et de l'extension de la garantie légale à 12 mois si les consommateurs optent pour la réparation plutôt que pour le remplacement.

    La liste des produits réparables pourra être allongée à l'avenir : chaque fois que la Commission introduira de nouvelles exigences de réparabilité pour certains produits, celles-ci seront ajoutées à la directive R2R.

    Prochaines étapes

    Suite à l'approbation du Conseil du 30 mai, l'acte législatif a été adopté. Après avoir été signée par le président du Parlement européen et le président du Conseil, la directive sera publiée au Journal officiel de l'Union européenne et entrera en vigueur le vingtième jour suivant sa publication. Les États membres disposeront de 24 mois à compter de l'entrée en vigueur pour transposer la directive en droit national.

    Contexte

    Cette proposition a été présentée par la Commission le 22 mars 2023 et fait partie du nouveau programme pour les consommateurs et du plan d'action pour l'économie circulaire. Elle complète d'autres textes législatifs européens récents visant à promouvoir la consommation durable, tels que le règlement sur l'écoconception des produits durables (qui encouragera la production de produits réparables) et la directive sur la responsabilisation des consommateurs pour la transition écologique (qui permettra aux consommateurs de prendre des décisions d'achat mieux informées sur le lieu de vente).

    Source : Conseil de l'Union européenne

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Trouvez-vous cette directive du Conseil européen crédible ou pertinente ?

    Voir aussi :

    Droit à la réparation : Faciliter la réparation et la rendre plus attrayante pour les consommateurs, clarifier les obligations des fabricants et encourager à prolonger le cycle de vie d'un produit

    Droit de réparation de l'UE : Les vendeurs seront responsables pendant un an après la réparation des produits, avancée significative ou compromis fragile ?

    Le Parlement européen est parvenu à un accord provisoire sur la directive qui encourage la réparation des biens cassés ou défectueux, connue sous le nom de directive au droit à la réparation (ou R2R)
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

Discussions similaires

  1. Réponses: 0
    Dernier message: 02/10/2019, 14h58
  2. [C#] [TreeView] [contextMenu] selection sur un click droit
    Par weejungle dans le forum Windows Forms
    Réponses: 25
    Dernier message: 03/08/2009, 11h52
  3. Afficher un menu contextuelle sur le click droit d'une image
    Par PrinceMaster77 dans le forum Général JavaScript
    Réponses: 2
    Dernier message: 13/01/2006, 12h19
  4. Nouvelle connexion réseau sur la même carte réseau
    Par beegees dans le forum Windows XP
    Réponses: 2
    Dernier message: 30/11/2005, 14h40
  5. Est t il possible d'avoir un menu sur un clic droit ???
    Par almisuifre dans le forum C++Builder
    Réponses: 6
    Dernier message: 21/12/2004, 11h21

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo