IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    juin 2016
    Messages
    1 802
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : juin 2016
    Messages : 1 802
    Points : 40 506
    Points
    40 506
    Par défaut La police de New York retire le robot "Digidog" après une réaction négative du public
    Boston Dynamics vend Digidog, son chien-robot, aux services de police,
    mais certains craignent qu'il ne devienne un outil de surveillance dangereux

    Le robot Spot commercialisé par Boston Dynamics ouvre à nouveau le débat sur les enjeux éthiques et les problèmes de confidentialité inhérents aux armes autonomes. La société a conçu et vendu un chien-robot au département de la police de New York que ce dernier a récemment testé lors d'une prise d'otage. Si les autorités policières déclarent que le robot a été déployé pour s'assurer que le terrain est sûr avant d'envoyer des agents pour intervenir, certaines personnes sont sceptiques sur le sujet. Elles craignent que le robot ne dérive de son objectif initial et devienne un outil de surveillance agressif.

    Le NYPD est blâmé pour avoir fait usage d'un robot de Boston Dynamics

    Racheté par le Sud-Coréen Hyundai au Japonais SoftBank en 2020, Boston Dynamics est une entreprise américaine spécialisée dans la robotique, notamment à usage militaire. SoftBank lui-même l'avait racheté à Alphabet Inc., la maison de Google, en 2017. Ces dernières années, la société a travaillé sur un robot quadrupède qu'elle a commencé à commercialiser à l’été 2019 sous le nom de Spot. Boston Dynamics avait déclaré l'année dernière que ses nouveaux robots quadrupèdes ne sont pas destinés à un usage militaire. Toutefois, il le vend désormais aux services de police aux États-Unis, et le département de la police de New York (NYPD) s'en est servi la semaine dernière.

    Nom : m1.png
Affichages : 2956
Taille : 24,2 Ko

    En effet, à la suite d'une prise d'otage dans le Bronx, le NYPD a déployé son Spot personnalisé qu'il a baptisé Digidog. La police devait aller à la rescousse d'un homme retenu prisonnier par deux autres hommes. Digidog est un chien-robot possédant des caméras et des lumières fixées sur son châssis, et un système de communication bidirectionnelle qui permet à l'agent qui le manœuvre à distance de voir et d'entendre ce qui se passe. Le NYPD a déclaré que le Digidog peut voir dans le noir et évaluer la sécurité des agents qui pénètrent dans un appartement ou un bâtiment où il peut y avoir une menace.

    La police a ajouté que Digidog avait aidé les agents à déterminer qu'il n'y avait personne à l'intérieur, leur permettant ainsi d'intervenir en toute "sécurité". « La police de New York utilise des robots depuis les années 1970 pour sauver des vies lors de prises d'otages et d'incidents liés aux produits dangereux », a déclaré le NYPD sur Twitter. « Ce modèle de robot est testé pour évaluer ses capacités par rapport à d'autres modèles utilisés par notre unité de services d'urgence et notre équipe de déminage ». Cependant, des voix s'élèvent contre l'utilisation de ce type d'engin par la police, déclarant que cela pose des problèmes de confidentialité.

    La représentante démocrate Alexandria Ocasio-Cortez, a décrit Digidog sur Twitter comme étant un drone de "surveillance robotique au sol". « Posez-vous la question : quand avez-vous vu pour la dernière fois une technologie de classe mondiale de nouvelle génération pour l'éducation, les soins de santé, le logement, etc., systématiquement priorisée pour des communautés mal desservies comme celle-ci », a-t-elle écrit sur Twitter. En outre, dans une vidéo prise par le vidéaste Daniel Valls de FreedomNews.tv, l'on peut entendre une voix dire "cette chose est effrayante".



    Jay Stanley, un analyste politique senior de l'Union américaine des libertés civiles (ACLU), a déclaré que le fait de donner à un robot le pouvoir de faire le travail de la police pourrait avoir des conséquences sur les préjugés, la surveillance mobile, le piratage et la vie privée. D'autres craignent aussi que le robot puisse être couplé à d'autres technologies et être utilisé comme une arme. « Nous voyons beaucoup de services de police adopter de nouvelles technologies de surveillance et autres sans en parler, et encore moins sans demander aux communautés qu'ils servent », a-t-il déclaré.

    « L'ouverture et la transparence sont donc essentielles ». Toutefois, il semblerait que ce soit uniquement la société civile qui voit la chose de cette manière. Selon Keith Taylor, un ancien sergent de l'équipe SWAT du NYPD qui enseigne au "John Jay College of Criminal Justice", un appareil mobile pouvant recueillir des renseignements à distance sur une situation explosive a "un potentiel énorme" pour limiter les blessures et les décès. « Il est conçu pour aider les forces de l'ordre à obtenir les informations dont elles ont besoin sans avoir à se battre contre des incendies meurtriers, par exemple », a-t-il déclaré.

    Rappelons que le conseil municipal de la ville a adopté la loi sur la surveillance publique via des technologies de surveillance en juin dernier, dans le cadre des efforts visant à remanier les forces de police. La loi exige que le département de police soit plus transparent sur ses outils de surveillance, y compris Digidog, ce qui, selon les défenseurs des libertés civiles, faisait défaut. Un porte-parole du NYPD a déclaré que le robot est en phase de test, probablement pour voir s'il est réellement utile sur le terrain.

    À son lancement, Spot n'était pas destiné à un usage militaire

    Comme souligné plus haut, Boston Dynamics a commencé par commercialiser son robot quadrupède Spot l'année dernière. Il s'agit en effet d'un robot agile qui grimpe les escaliers et traverse les terrains accidentés avec une grande facilité, tout en étant assez petit pour être utilisé à l'intérieur. Spot est conçu pour être une plateforme robuste et personnalisable. L'été dernier, la société a déclaré que Spot répond de manière autonome aux besoins en matière de détection industrielle et d'exploitation à distance. Elle estime que son robot peut aller là où vous lui dites, même les endroits où les robots à roues ne peuvent pas aller.



    Il serait également capable d'éviter les obstacles et de garder son équilibre dans des circonstances extrêmes. Selon l’entreprise, tout ceci constitue des compétences cruciales si vous essayez de naviguer dans un environnement inconnu. Elle estime aussi que Spot peut transporter des charges utiles dont l'endurance dépasse de loin celle des drones aériens. Spot serait en mesure de transporter jusqu’à quatre modules matériels sur son dos et sa capacité d’emport serait de 14 kilogrammes. Le robot possède une vision à 360 degrés et utilise des caméras stéréoscopiques pour éviter les obstacles et les personnes lorsqu'il se déplace.

    La société estime que Spot est conçu pour résister aux environnements industriels poussiéreux et humides. Il serait aussi doté d’une protection en cas d'accident. Boston Dynamics concevait des robots pour la plupart orientés vers le domaine militaire, mais dans le cas du Spot, l’entreprise a indiqué l'année passée qu'il n’était en aucun cas destiné à un usage militaire. « Nous ne voulons pas voir Spot faire quoi que ce soit qui nuit aux gens, même si c’est de façon simulée », a déclaré Michael Perry, vice-président du développement commercial chez Boston Dynamics.

    « C'est quelque chose sur quoi nous sommes plutôt fermes quand nous parlons aux clients », ajouta-t-il. Selon ce dernier, au lancement, la plupart des acheteurs ont été des entreprises de services publics et d'énergie ainsi que des fabricants et des entreprises de construction, qui l'utilisent pour pénétrer dans des espaces trop dangereux pour les humains. Il a déclaré que le robot a été utilisé pour inspecter des sites contenant des matières dangereuses. Au début de la pandémie, il aurait été utilisé par des travailleurs de la santé pour communiquer avec des patients potentiellement malades sur les sites de dépistage.

    Nom : m2.png
Affichages : 2797
Taille : 35,0 Ko

    Il a ajouté que la plupart des entreprises renomment le robot après l'avoir acheté. Cela dit, même s'il existe une différence fondamentale entre la fonction policière et la fonction militaire, des critiques estiment que Boston Dynamics n'a pas tenu sa promesse de départ en vendant ses robots dotés de capacités "surprenantes" à la police. Selon des rapports sur le sujet, le NYPD est l'un des trois départements de police du pays à posséder le Spot. La police d'État du Massachusetts et le département de police d'Honolulu l'utiliseraient également. Il a une autonomie de 90 minutes et marche à une vitesse d'environ 4 km/h.

    D'autres services de police auraient appelé l'entreprise pour en savoir plus sur le robot, qui a un prix de départ d'environ 74 000 dollars. Perry a déclaré qu'il pourrait coûter plus cher lorsque l'acheteur souhaite avoir des fonctionnalités supplémentaires. En réponse aux inquiétudes liées à la confidentialité et la surveillance de masse, Perry a déclaré que le chien mécanique n'a pas été conçu pour servir d'outil secret de surveillance de masse. « Il est bruyant et a des lumières clignotantes. Ce n'est pas quelque chose de discret », a-t-il déclaré pour tenter de convaincre les sceptiques.

    Par ailleurs, l'utilisation de robots pouvant être déployés dans des situations dangereuses pour garder les policiers hors de danger pourrait devenir la norme. À Dallas, en 2016, la police a mis fin à une impasse avec un homme armé recherché dans le meurtre de cinq officiers en le faisant exploser à l'aide d'un robot. En 2015, un homme armé d'un couteau qui avait menacé de sauter d'un pont à San Jose, en Californie, a été arrêté après que la police eut fait apporter par un robot un téléphone portable et une pizza.

    Et en 2014, la police d'Albuquerque, au Nouveau-Mexique, aurait utilisé un robot pour "déployer des munitions chimiques" dans une chambre de motel où un homme s'était barricadé avec une arme à feu. Il se serait rendu ensuite. Enfin, ce n'est pas la première fois que le NYPD déploie un des robots de Boston Dynamics. En octobre dernier, le département a utilisé un autre Spot pour retrouver un homme armé qui s'était barricadé dans un bâtiment après avoir accidentellement tiré une balle dans la tête de quelqu'un lors d'un conflit de stationnement à Brooklyn.

    Source : Vidéo

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Pensez-vous que les services de police devraient utiliser ce type d'engin ?

    Voir aussi

    L'entreprise américaine Boston Dynamics a officiellement lancé la commercialisation de son robot Spot à travers un programme de leasing

    Boston Dynamics veut vendre ses chiens-robots SpotMini aux ménages et aux entreprises, le succès sera-t-il au rendez-vous ?

    Au cours d'une conférence, Boston Dynamics a présenté un petit extrait vidéo où son robot SpotMini danse sur un morceau de musique

    Hyundai va acquérir Boston Dynamics pour près de 1 milliard de dollars, alors que le groupe a choisi la robotique comme l'un de ses nouveaux moteurs de croissance

    L'ACLU veut des détails sur les vidéos du robot de Boston Dynamics dans les exercices de la police, qui aurait déjà utilisé le robot dans des cas réels
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Consultant informatique
    Inscrit en
    avril 2018
    Messages
    1 424
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Côte d'Ivoire

    Informations professionnelles :
    Activité : Consultant informatique
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : avril 2018
    Messages : 1 424
    Points : 31 969
    Points
    31 969
    Par défaut La police de New York retire le robot "Digidog" après une réaction négative du public
    La police de New York retire le robot "Digidog" après une réaction négative du public,
    Et met fin à un contrat de 94 000 dollars avec Boston Dynamics

    Autrefois salué comme l'avenir de la lutte contre le crime à New York, le "Digidog" prend sa retraite de façon prématurée. Le département de la police de New York (NYPD) n'utilisera plus le chien-robot Spot, fabriqué par la société américaine Boston Dynamics, à la suite d'une vive réaction du public, ont confirmé des autorités de la ville. En effet, le maire de New York, Bill de Blasio, a ordonné que le robot controversé baptisé "Digidog", en cours d'essai avec la police de la ville, soit retiré de la circulation, et qu'un contrat de 94 200 dollars avec Boston Dynamics soit annulé.

    Le NYPD a acquis le robot en 2020 dans le cadre d'un test pour une nouvelle génération d'engins robotisés de la police. John Miller, commissaire adjoint de la police de New York chargé du renseignement et de la lutte contre le terrorisme, a déclaré au média que le contrat de location de 94 000 dollars, qui devait initialement se terminer en août, a été annulé de manière anticipée le 22 avril. Le robot canin Digidog doit être renvoyé à son fabricant à la suite de l'indignation suscitée par les appels à la réduction du financement de la police et de l'accès des forces de l'ordre au matériel développé pour l'armée.

    Nom : d01.jpg
Affichages : 39946
Taille : 39,5 Ko

    Boston Dynamics avait déclaré l'année dernière que ses nouveaux robots quadrupèdes ne sont pas destinés à un usage militaire. Toutefois, il l’a vendu à des services de police aux États-Unis, et le département de la police de New York (NYPD) s'en est servi sur le champ d’opération. Digidog est un chien-robot possédant des caméras et des lumières fixées sur son châssis, et un système de communication bidirectionnelle qui permet à l’agent qui le manœuvre à distance de voir et d'entendre ce qui se passe. Le NYPD a déclaré que Digidog peut voir dans le noir et évaluer la sécurité des agents qui pénètrent dans un appartement ou un bâtiment où il peut y avoir une menace.

    Plus tôt cette année, le département a décrit le robot comme un outil pouvant être utilisé pour désamorcer des situations dangereuses et a déclaré qu'il aiderait les agents à rester hors de danger. « La police de New York utilise des robots depuis les années 1970 pour sauver des vies lors de prises d'otages et d'incidents liés aux produits dangereux », a déclaré le NYPD plus tôt cette année. « Ce modèle de robot est testé pour évaluer ses capacités par rapport à d'autres modèles utilisés par notre unité de services d'urgence et notre équipe de déminage ».

    Mais le chien-robot a suscité une réaction immédiate, les critiques notant que les chiens policiers ont traditionnellement été utilisés pour supprimer et intimider les communautés de couleur. Certains ont également souligné qu'il rappelait les chiens robots de la série dystopique de Netflix, Black Mirror.

    « Crier à tous ceux qui se sont battus contre les défenseurs de la communauté qui ont exigé que ces ressources aillent plutôt à des investissements comme l'orientation scolaire », a déclaré la représentante américaine Alexandria Ocasio-Cortez sur Twitter. « Maintenant, des drones terrestres de surveillance robotique sont déployés pour être testés sur les communautés de couleur à faible revenu alors que des écoles sont insuffisamment dotées de ressources ».

    « S'il vous plaît, demandez-vous : à quand remonte la dernière fois où vous avez vu une technologie de nouvelle génération et de classe mondiale pour l'éducation, les soins de santé, le logement, etc. systématiquement priorisée pour les communautés mal desservies comme celle-ci ? » a écrit Ocasio-Cortez en février.

    Nom : d02.png
Affichages : 4609
Taille : 49,4 Ko

    Un chien-robot high-tech « effrayant, aliénant » qui envoie « le mauvais message aux New-Yorkais »

    Alors que le robot devait être renvoyé à Boston Dynamics, le maire de New York, Bill de Blasio, a déclaré qu'il était « heureux que le Digidog ait été abattu », ajoutant par l'intermédiaire d'un porte-parole que le robot était « effrayant, aliénant et qu'il envoyait le mauvais message aux New-Yorkais ».

    Le chien-robot policier high-tech a naturellement fait déborder les imaginations, mais Spot n'est qu'une caméra mobile à commande humaine, par opposition à une version autonome et armée de cette machine. Les conditions de vente de Boston Dynamics interdisent l'armement de Spot, la section "utilisations interdites" dans les conditions d’utilisation interdisant « l'utilisation intentionnelle de l'équipement pour blesser ou intimider une personne ou un animal, comme une arme, ou pour activer une arme ». Mais les règles ne sont bonnes que si elles sont appliquées, et on peut soutenir que l'utilisation du robot par la police est considérée comme de l'intimidation. Quoi qu'il en soit, le fait d'armer la police d'un dispositif de surveillance d'une valeur de 100 000 dollars n'a pas valu au département beaucoup d'éloges.

    La réglementation des nouvelles technologies de l’IA fait l’objet de débat à travers le monde entier. Alors que l'UE cherche à établir des règles mondiales pour l'utilisation de l'IA, Thierry Breton a déclaré lors d'une conférence de presse : « Derrière le terme d'intelligence artificielle, il y a des croyances populaires et des peurs qui ont longtemps été véhiculées par l'industrie cinématographique »,a-t-il dit. « Il est vrai que le petit robot (personnage du film d'animation de Walt Disney) WALL-E n'a malheureusement pas pu nous faire oublier le T-800 (robot) de Terminator. Il faut donc naviguer entre tout cela et ne pas stigmatiser la technologie », a-t-il ajouté lors de la présentation du projet loi. Quant à Margrethe Vestager, la responsable européenne de la technologie, elle a déclaré dans un communiqué qu’« En matière d'intelligence artificielle, la confiance est un impératif, pas un luxe à avoir ».


    La police utilise des robots démineurs depuis un certain temps déjà, et en 2016, un service de police de Dallas a même utilisé un robot désamorceur pour déposer une bombe, tuant à distance l’un des hommes qui ont attaqué et tué des policiers et des civils lors d’une manifestation. Le NYPD a récemment déclaré que Spot était en fait moins cher que certains des robots que le département utilise déjà. Mais rien n'attire autant l'attention que les robots de Boston Dynamics, avec leurs mouvements d'animaux. Les capacités tout-terrain des robots leur permettent également d'être déployés dans beaucoup plus de situations qu'un robot à roues qui sert à délivrer des bombes.

    S'il est vrai qu'ils sont idéaux pour des situations qui pourraient être dangereuses pour les humains, ils suscitent également des craintes de surveillance non désirée et des questions sur l'utilisation des fonds par la police. Ils ont également suscité la conservation de technologies préoccupantes telles que les drones armés.

    L'armée française a testé Spot dans le cadre d'exercices de combat. Bien que Spot n'ait pas été militarisé lors de ces exercices, ce qui aurait enfreint les conditions d'utilisation de Boston Dynamics, et qu'il ait plutôt été utilisé pour la surveillance avancée, cela soulève tout de même des questions. À la nouvelle des exercices de l’armée française avec Spot, le vice-président du développement commercial de Boston Dynamics, Michael Perry, a déclaré que « Nous sommes en train de l'apprendre comme vous le faites ». « Nous ne sommes pas certains sur la portée exacte de cet engagement », a-t-il ajouté.

    Toutefois, Perry a ajouté que l'entreprise "évalue encore" si elle doit ou non interdire les déploiements non armés par les clients militaires. « Nous pensons que l'armée, dans la mesure où elle utilise la robotique pour mettre les gens hors d'état de nuire, est une utilisation parfaitement valable de cette technologie », a déclaré Perry en s’adressant à un média. « Avec ce modèle de déploiement avancé dont vous discutez, c'est quelque chose que nous devons mieux comprendre pour déterminer si oui ou non il est activement utilisé pour nuire aux gens ». Mais les critiques affirment qu'il est inévitable que ces machines soient utilisées comme armes.

    Lorsque Boston Dynamics a construit Spot, la société a déclaré qu'elle envisageait d'utiliser le robot pour surveiller des zones industrielles dangereuses telles que « les centrales nucléaires, les champs pétrolifères offshore, les sites de construction et les mines », et non pour des missions de police. Bien que Digidog ait été retiré, il n’est pas exclu que le chien-robot revienne des années plus tard parmi les machines de la police de New York.

    Boston Dynamics affirme avoir vendu plus de 400 unités à ce jour. SpaceX a récemment employé, selon Space Eplored, deux de ces robots pour un usage plus approprié : la surveillance de ses installations de lancement de fusées, où les robots peuvent repérer des situations potentiellement dangereuses comme des fuites de gaz ou les conséquences de l'explosion d'un vaisseau spatial.

    Source : Le maire de New York

    ET vous ?

    Qu’en pensez-vous ?
    Ce retrait de Digidog annonce-t-il une interdiction définitive de l’usage de Spot par les forces de l’ordre ?
    Digidog est-il, selon vous, un outil de surveillance dangereux ?

    Voir aussi :

    Boston Dynamics vend Digidog, son chien-robot, aux services de police, mais certains craignent qu'il ne devienne un outil de surveillance dangereux
    Boston Dynamics dévoile Stretch : un nouveau robot conçu pour décharger des camions, utilisant un logiciel pour détecter et déplacer jusqu'à 800 cartons par heure
    L'UE cherche à établir des normes mondiales pour l'utilisation de l'IA, mais des groupes de défense des droits civils s'inquiètent
    L'armée française teste Spot, le chien-robot de Boston Dynamics, dans des scénarios de combat, ce qui soulève des questions quant à l'endroit où le robot sera déployé à l'avenir
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  3. #3
    Membre extrêmement actif
    Homme Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    octobre 2017
    Messages
    975
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Suisse

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique

    Informations forums :
    Inscription : octobre 2017
    Messages : 975
    Points : 3 435
    Points
    3 435
    Par défaut
    Déjà qu'il n'y avait pas beaucoup d'applications pour le bidule de Boston Dynamics...

    Tous les espoirs de Boston Dynamics reposent désormais sur... l'armée française.

  4. #4
    Membre à l'essai
    Inscrit en
    mars 2007
    Messages
    6
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Âge : 41

    Informations forums :
    Inscription : mars 2007
    Messages : 6
    Points : 11
    Points
    11
    Par défaut Essai non concluant
    Les tests effectues par l'armee francaise ont donne une reponse:

    Le robot est utile pour faire de la reconnaissance MAIS sa batterie est trop limitee.
    Les operations effeectuees etaient moins risquees mais prenaient plus longtemps.

    A la fin, quand la batterie etait a plat, les soldat on du finir les operations... en transportant le robot inerte.

    http://lignesdedefense.blogs.ouest-f...res-22012.html

Discussions similaires

  1. Réponses: 0
    Dernier message: 06/01/2017, 11h46
  2. Twitter et le New York Times ont été victimes d'une cyberattaque
    Par olivier.pitton dans le forum Actualités
    Réponses: 2
    Dernier message: 28/08/2013, 19h49
  3. Réponses: 1
    Dernier message: 27/10/2009, 10h46
  4. Un article sur R dans le New York Times
    Par hoccha dans le forum R
    Réponses: 1
    Dernier message: 09/01/2009, 15h26

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo