IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #461
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    Décembre 2008
    Messages
    9 676
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 36
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : Décembre 2008
    Messages : 9 676
    Points : 18 641
    Points
    18 641
    Par défaut
    Citation Envoyé par Mathis Lucas Voir le message
    Environ 20 % des enfants de 5 ans ont leur propre téléphone, et presque tous les enfants en ont un à l'âge de 12 ans.
    Purée il y a beaucoup de parents qui ont laissé tombé l'éducation de leurs enfants.
    Ils avaient la flemme alors ils leur ont donné un smartphone.

    À cause des carrières les parents n'ont plus le temps ni l'énergie de s'occuper de leurs enfants, la solution de simplicité consiste à leur donner une tablette et d'un coup ils ne bougent plus et ne font plus de bruit.

    ====
    Je trouve que les PC de bureau sont moins dangereux que les smartphones, tablettes, PC portable.
    Parce que dès que tu sors de la salle qui contient le PC de bureau t'es déconnecté.
    En plus c'est plus facile à contrôler, il est possible de fermer à clé la salle qui contient le PC de bureau.
    Keith Flint 1969 - 2019

  2. #462
    Membre émérite
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    Novembre 2021
    Messages
    1 107
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Drôme (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : Novembre 2021
    Messages : 1 107
    Points : 2 964
    Points
    2 964
    Par défaut
    Sous l'âge de 11/12 ans environ, on est clairement das le domaine de la responsabilité parentale. Si on commence à accuser les plate-formes, on ne v pas y arriver. On peux dans ce cas accuser n'importe quel fabricant de produit inadaptée aux enfants, ça deviendrai vite ridicule.

    Après, il faut bien avoir conscience que l'Ofcom est une autorité britannique, pays connu par avoir depuis quelques temps une politique répressive, contre la vie privée et la liberté d'expression sur le web. Les droits de l'homme ne sont plus du tout respectés là bas sur ce domaine ; ce qui peux faire douter de la véracité des chiffres avancés par l'Ofcom (il y a peut-être une exagération, dans le but de faire peur).

    De plus, cette étude, totalement centré sur les enfants, opère un glissement malhonnête sur les adolescents :

    Environ 20 % des enfants de 5 ans ont leur propre téléphone, et presque tous les enfants en ont un à l'âge de 12 ans. Le rôle des médias numériques augmente entre 8 et 12 ans. Plus de 20 % des mineurs auraient un profil adulte qui leur permet d'accéder à tous les contenus de ces plateformes. Certains militants souhaitent que des limites d'âge soient introduites pour l'utilisation des smartphones et que les limites existantes soient relevées pour les médias sociaux. En effet, les moins de 18 ans ne peuvent pas signer de contrat et la plupart des grands opérateurs affirment qu'ils ne vendent pas de téléphones aux moins de 16 ans.
    Source : rapport de l'Ofcom
    Là l'Ofcom donne la parole à des militants extrémistes, qui souhaites que des mesures liberticides et anti-vie privée soit introduite, en total violation des droits fondamentaux. Un smartphone, pour être respectueux de l'utilisateur, devrait être vendu avec aucun mouchard et aucune restriction d'utilisation. Une limite d'âge élevé sur les RS risque de violer la liberté d'expression de toute une génération, et à retarder l’insertion dans le monde professionnel. Et en plus, en cas de limite avec vérification d'identité, l’anonymat risque de totalement disparaitre.
    Quand au "Rôle des médias numériques augmente entre 8 et 12 ans", c'est en réalité totalement logique ; on peu écrire la même chose pour n'importe quel sujet où l'enfant prend de l'autonomie.

  3. #463
    Membre émérite

    Homme Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    Octobre 2013
    Messages
    1 069
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique
    Secteur : Conseil

    Informations forums :
    Inscription : Octobre 2013
    Messages : 1 069
    Points : 2 576
    Points
    2 576
    Par défaut
    Si a 5 6 ans ils savent lire sans problème c'est positif. ouarffff

    A la maternelle je balbutiais.
    Je crois qu'au CP je commençais vraiment à apprendre à lire.
    Au CE1 j'commençais à être autonome mais avec des difficultés, je lisais parfois avec le doigt ou une règle et quand on pouvait on voulait montrer qu'on pouvait s'en passer.
    Je lisais surtout Boule et Bill
    Et au CE2 c'était bon.

    Alors l'âge de 5 ans annoncé dans l'article ça me laisse songeur.
    Et je n'ose pas imaginé l'orthographe et la compréhensibilité de leurs poste à 5 ans.

    JE ne dis pas que les mômes sont plus stupides .de nos jours;
    J'ai l'impression que 5 ans c'est annoncé pour faire peur

    Bon c'est sûr il faudrait qui lisent un contenu de meilleur qualité.
    Consultez mes articles sur l'accessibilité numérique :

    Comment rendre son application SWING accessible aux non voyants
    Créer des applications web accessibles à tous

    YES WE CAN BLANCHE !!!

    Rappelez-vous que Google est le plus grand aveugle d'Internet...
    Plus c'est accessible pour nous, plus c'est accessible pour lui,
    et meilleur sera votre score de référencement !

  4. #464
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    Décembre 2008
    Messages
    9 676
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 36
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : Décembre 2008
    Messages : 9 676
    Points : 18 641
    Points
    18 641
    Par défaut
    Citation Envoyé par CoderInTheDark Voir le message
    J'ai l'impression que 5 ans c'est annoncé pour faire peur
    C'est vrai que ça parait beaucoup 20%.
    Mais c'est peut-être vrai, il y a beaucoup de parents qui ont abandonné "prends ce smartphone et ferme ta gueule".

    Citation Envoyé par CoderInTheDark Voir le message
    Bon c'est sûr il faudrait qui lisent un contenu de meilleur qualité.
    Ils lisent que dalle sur Instagram, ils regardent des photos et des vidéos, il n'y a pas beaucoup de texte.
    Keith Flint 1969 - 2019

  5. #465
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 614
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 614
    Points : 200 840
    Points
    200 840
    Par défaut 46 % pensent que la Chine utilise TikTok pour espionner les Américains
    La moitié des adultes américains soutiennent l'interdiction de TikTok et 46 % pensent que la Chine utilise l'application pour espionner les Américains,
    mais 46 % reconnaissent que l'interdiction de TikTok porterait atteinte aux droits du premier amendement

    Dans un contexte de tensions croissantes entre les États-Unis et la Chine, la question de l’application TikTok, propriété de l’entreprise chinoise ByteDance, est devenue un sujet brûlant. Selon un sondage récent de Reuters/Ipsos, environ la moitié des adultes américains soutiennent une interdiction nationale de TikTok, invoquant des préoccupations liées à la vie privée et à la propagande chinoise.

    Les jeunes adultes sont les moins susceptibles de soutenir une interdiction, tandis que les personnes âgées de 35 ans et plus sont plus enclines à la soutenir. De plus, 55% des Américains croient que ByteDance utilise l’application pour influencer l’opinion publique aux États-Unis, et 46% pensent que le gouvernement chinois utilise TikTok pour espionner les Américains. Le sondage révèle également que si TikTok était interdit, 90% des adultes américains croient que les créateurs de contenu migreraient vers d’autres plateformes.


    Le président Biden a signé la loi “Protecting Americans’ Data From Foreign Adversaries Act of 2024” le 24 avril, qui exige que ByteDance vende sa participation dans TikTok dans un délai de neuf mois, sous peine de voir l’application interdite sur le territoire américain. Cette décision a été prise malgré le fait que TikTok ait affirmé qu’elle ne partagerait pas les données de ses 170 millions d’utilisateurs américains avec le gouvernement chinois.

    De hauts responsables du renseignement américain, dont le directeur de la CIA William Burns et le directeur du FBI Christopher Wray, ont déclaré aux législateurs américains que TikTok représentait une menace pour la sécurité nationale en raison de l'accès de Pékin aux grandes quantités de données collectées par l'application. Le PDG de TikTok, Shou Chew, a déclaré devant le Congrès au printemps dernier que l'entreprise « ne promeut ni ne supprime de contenu à la demande du gouvernement chinois ».

    Ce qui est intéressant, c'est que le sondage ne représente pas l'opinion des Américains de moins de 18 ans, soit la grande majorité des 170 millions d'utilisateurs de TikTok aux États-Unis.

    Cependant, le débat ne se limite pas à la sécurité nationale. Environ 46% des Américains pensent que l’interdiction de TikTok constituerait une violation des droits garantis par le premier amendement, qui protège la liberté d’expression. Cette préoccupation est partagée par TikTok, qui a annoncé son intention de contester la loi sur la base des droits du premier amendement.

    Nom : tik.png
Affichages : 4513
Taille : 543,3 Ko

    Les opinions sur TikTok sont partagées et varient selon l’âge et l’utilisation de l’application

    Environ 50 % des Américains sont favorables à une interdiction de TikTok, 32 % s'y opposent et 18 % ne sont pas sûrs. Seulement 31 % des 18-34 ans se disent en faveur d'une interdiction, et 50 % s'y opposent. La plupart des Américains âgés de 35 à 54 ans (54 %) et de 55 ans et plus (60 %) se disent favorables à une interdiction de l'application.

    Environ 55 % des Américains pensent que ByteDance, la société mère de TikTok, utilise l'application pour influencer l'opinion publique aux États-Unis. En outre, 46 % pensent que le gouvernement chinois utilise TikTok pour espionner les Américains (16 % disent qu'ils ne pensent pas que ce soit le cas ; 37 % ne sont pas sûrs), selon le sondage Ipsos/Reuters. En outre, 58 % des personnes interrogées pensent que le gouvernement chinois utilise TikTok pour influencer l'opinion publique américaine, tandis que 13 % pensent que ce n'est pas le cas et 28 % ne sont pas sûrs.

    La semaine dernière, avant le vote sur le projet de loi de cession ou d'interdiction de TikTok, la sénatrice Maria Cantwell (D-Wash.), présidente de la commission sénatoriale du commerce, des sciences et des transports, a laissé entendre que TikTok et ByteDance « militaient » en faveur de l'utilisation des données et de l'IA pour espionner les Américains, y compris les journalistes qui couvrent l'entreprise. En 2022, ByteDance a déclaré avoir licencié quatre employés pour « mauvaise conduite » après avoir découvert qu'ils avaient accédé aux données de TikTok concernant plusieurs utilisateurs, dont deux journalistes.

    Selon le sondage Ipsos/Reuters, 90 % des adultes américains pensent que les créateurs de contenu migreraient vers d'autres plateformes si TikTok était interdit. En outre, 45 % d'entre eux craignent qu'une interdiction de TikTok ait un impact négatif sur les petites entreprises ou les artistes interprètes, et 46 % sont d'accord pour dire qu'une interdiction porterait atteinte aux droits de la liberté d'expression.

    Dans l'ensemble, environ 17 % des Américains disent utiliser TikTok fréquemment. Parmi les jeunes Américains (18-34 ans), 34 % disent utiliser fréquemment l'application - bien plus que les 35-54 ans (16 %) ou les 55 ans et plus (7 %).

    Le sondage Ipsos a été réalisé les 29 et 30 avril pour le compte de Reuters sur la base d'un échantillon représentatif de 1 022 résidents américains âgés de 18 ans ou plus. La marge d'erreur d'échantillonnage est de +/- 3,2 points de pourcentage au niveau de confiance de 95%, pour les résultats basés sur l'ensemble de l'échantillon d'adultes.

    TikTok et l'influence politique

    La question de savoir si la Chine utilise l'application pour influencer les prochaines élections américaines, prévues pour le 5 novembre, a également fait l'objet de nombreuses discussions au Capitole. Parmi les personnes interrogées, 60 % pensent qu'il est inapproprié que les candidats politiques américains utilisent TikTok pour promouvoir leur campagne.

    Ironiquement, du côté du parti démocrate, le camp électoral de Joe Biden a rejoint l'application en février. Le candidat républicain à la présidence, Donald Trump, qui a critiqué une éventuelle interdiction, n'est pas encore présent sur l'application.

    Le nouveau projet de loi donne à ByteDance une date limite du 19 janvier pour céder ses actifs américains, un jour seulement avant l'investiture d'un nouveau président (ou du même président). Biden a la possibilité de prolonger le délai de trois mois s'il estime que ByteDance progresse dans la cession de l'application.

    Conclusion

    L'application est omniprésente aux États-Unis. Même la campagne de réélection de Joe Biden l'utilise comme outil pour gagner des électeurs avant l'élection présidentielle du 5 novembre. Le rival de Biden, le républicain Donald Trump, qui a critiqué une éventuelle interdiction et qui est le propriétaire majoritaire de la société qui exploite son application de médias sociaux Truth Social, n'a pas adhéré à l'initiative.

    La situation de TikTok aux États-Unis est complexe, impliquant des questions de sécurité nationale, de droits constitutionnels et d’impact économique. Alors que le gouvernement américain cherche à protéger ses citoyens contre les menaces étrangères, il doit également naviguer dans les eaux troubles des libertés civiles et de l’expression en ligne. L’avenir de TikTok aux États-Unis reste incertain, mais une chose est claire : le débat autour de TikTok est loin d’être terminé.

    Source : Reuters/Ipsos poll

    Et vous ?

    Pensez-vous que la sécurité nationale justifie l’interdiction d’une application comme TikTok, même si cela pourrait porter atteinte à la liberté d’expression ?
    Comment les gouvernements devraient-ils équilibrer la protection des données personnelles avec les droits à la liberté d’expression et d’accès à l’information ?
    Si TikTok était interdit, quel impact cela aurait-il sur les créateurs de contenu et les petites entreprises qui dépendent de l’application ?
    Croyez-vous que les applications comme TikTok sont utilisées par des gouvernements étrangers pour espionner les citoyens d’autres pays ?
    Quelles mesures alternatives pourraient être prises pour protéger les données des utilisateurs sans recourir à une interdiction totale ?
    Une interdiction de TikTok serait-elle efficace, ou les utilisateurs se déplaceraient-ils simplement vers d’autres plateformes ?
    Quel rôle les utilisateurs eux-mêmes devraient-ils jouer dans la protection de leurs données personnelles sur les réseaux sociaux ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  6. #466
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 614
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 614
    Points : 200 840
    Points
    200 840
    Par défaut Les efforts de TikTok pour cloisonner les données des utilisateurs US n'ont porté que sur la «porte d'entrée»
    Les efforts de TikTok pour cloisonner les données des utilisateurs américains n'ont porté que sur la « porte d'entrée »,
    négligeant ainsi la porte dérobée qui reste grande ouverte, selon d'anciens employés

    TikTok, l’application de partage de vidéos qui a conquis le monde entier, est au cœur d’une controverse concernant la protection des données de ses utilisateurs américains. Malgré les efforts déployés pour sécuriser ces données, d’anciens employés affirment que la société n’a concentré ses efforts que sur la « porte d’entrée », négligeant ainsi la « porte dérobée » qui reste grande ouverte.

    En mars 2023, le PDG de TikTok, Shou Zi Chew, a témoigné devant une commission du Congrès américain, assurant que les allégations selon lesquelles TikTok partagerait des données d’utilisateurs américains avec le gouvernement chinois étaient « catégoriquement fausses ». Il a souligné l’initiative de l’entreprise, baptisée « Projet Texas », qui consiste en un investissement de 1,5 milliard de dollars visant à isoler les données des utilisateurs américains des opérations et des employés en Chine.

    Cependant, cette affirmation a été accueillie avec scepticisme par certains critiques. Une enquête datant de 2022 a révélé que des employés de ByteDance en Chine avaient « à plusieurs reprises » accédé à des données d’utilisateurs américains non publiques. De plus, des chercheurs de l’Université de Toronto ont contesté la caractérisation de leur analyse par TikTok, affirmant qu’ils n’avaient « aucune visibilité sur ce qui arrivait aux données des utilisateurs une fois qu’elles étaient collectées et transmises aux serveurs de TikTok ».

    L'initiative très médiatisée de TikTok visant à séparer les données des utilisateurs américains de celles de sa société mère basée en Chine, comme le demandaient les critiques, n'a pas permis de couper les liens entre les deux sociétés en raison de la complexité de la structure de son réseau informatique, selon l'ancien responsable du programme technique de l'entreprise pour l'ingénierie de la sécurité.

    ByteDance, le propriétaire de TikTok, a conservé le contrôle de certains systèmes informatiques utilisés par les employés de TikTok, notamment la messagerie ainsi que les logiciels de gestion des produits et de la technologie, selon Patrick Spaulding Ryan, qui a dirigé la conformité de TikTok en matière de sécurité de mars 2020 à juin 2022.

    Les employés partageaient régulièrement des données d'utilisateurs, y compris des données d'utilisateurs américains, sur ces systèmes internes à des fins de test, de développement de produits et de dépannage, a déclaré Ryan, dont le récit a été corroboré par un autre ancien employé qui a quitté TikTok au début de l'année 2023. Cette pratique rendait les données des utilisateurs américains vulnérables à l'espionnage par les employés de ByteDance basés en Chine, ont déclaré Ryan et l'autre source, du moins tant qu'ils faisaient encore partie de l'effectif de TikTok.

    « Il y a une porte d'entrée que tout le monde regarde, mais le moyen d'accéder au réseau passe par les employés », a déclaré Ryan.

    Nom : un.png
Affichages : 6096
Taille : 546,0 Ko

    Cette allégation met encore plus à mal l'affirmation de TikTok selon laquelle les données des utilisateurs américains ne sont pas entre les mains de sa société mère

    Les critiques se sont inquiétés du fait que les données pourraient être utilisées par les fonctionnaires du gouvernement chinois pour espionner les Américains, dont les emplacements et les comportements en ligne sont suivis dans les moindres détails par des services en ligne tels que TikTok, bien qu'il n'y ait aucune preuve que cela se soit réellement produit.

    En réponse aux dernières allégations, un porte-parole de TikTok a déclaré dans un communiqué : « Ces informations sont inexactes et sont manifestement le fait de sources anonymes ayant des intentions préconçues. Les données des utilisateurs de TikTok ont été stockées en Virginie et à Singapour en 2022, loin de la Chine ». Le porte-parole a refusé de répondre aux allégations selon lesquelles certains de ses systèmes d'entreprise étaient hébergés en Chine au moins jusqu'en 2022.

    Quoiqu'il en soit, le président Biden, évoquant une inquiétude quant à des possibilités d'espionnage, a signé un projet de loi qui oblige ByteDance à vendre TikTok à une entreprise non chinoise. La loi donne à ByteDance neuf mois pour vendre TikTok, avec une possibilité de prolongation de trois mois, si nécessaire, sous peine d'interdiction de TikTok aux États-Unis.

    Dans un communiqué publié sur X, l'ancien Twitter, TikTok a qualifié la nouvelle loi d'inconstitutionnelle et a déclaré qu'il la contesterait devant les tribunaux. « Nous pensons que les faits et la loi sont clairement de notre côté et que nous finirons par l'emporter. Le fait est que nous avons investi des milliards de dollars pour assurer la sécurité des données américaines et préserver notre plateforme de toute influence ou manipulation extérieure », a déclaré TikTok.

    En 2021, alors qu'elle était confrontée à une interdiction des États-Unis par le président Trump de l'époque, TikTok a lancé une initiative visant à garder les données des utilisateurs américains à l'écart de ByteDance. L'entreprise a finalement repoussé l'interdiction, mais a poursuivi ce qui est connu sous le nom de Projet Texas, un effort de 1,5 milliard de dollars pour stocker les données des utilisateurs américains aux États-Unis dans un environnement cloud sécurisé hébergé par le géant de la technologie Oracle.

    Nom : deux.png
Affichages : 724
Taille : 531,5 Ko

    TikTok a déjà admis que certaines données de ses utilisateurs sont stockées en Chine

    Dans une lettre adressée à deux sénateurs américains, la société a reconnu que des données spécifiques des créateurs, telles que des contrats et des documents connexes, sont stockées sur des serveurs chinois. Ces données comprennent des informations personnelles cruciales, notamment des numéros de sécurité sociale, des numéros d'identification fiscale et d'autres détails financiers.

    TikTok a déclaré dans cette lettre qu’il définissait les créateurs comme des utilisateurs « qui entrent dans une relation commerciale » avec lui, comme les influenceurs qui créent du contenu payant pour l’application de diffusion de vidéos. Les contrats et les « documents connexes » de ces personnes sont conservés en dehors des États-Unis, a déclaré la société dans une lettre adressée à deux sénateurs américains. Des informations sur les créateurs, telles que les formulaires fiscaux et les numéros de sécurité sociale, sont stockées en Chine.

    TikTok a précisé qu'il n'avait pas partagé ces données avec le gouvernement chinois, soulignant qu'il ne se conformerait pas à de telles demandes si elles étaient faites. Un porte-parole de la société a déclaré : « TikTok n’a pas été sollicité pour ces données par le gouvernement chinois ou le [Parti communiste chinois]. TikTok n’a pas fourni ces données au gouvernement chinois ou au PCC, et TikTok ne le ferait pas ». Néanmoins, cette révélation a suscité des inquiétudes quant à la sécurité de la plateforme et à la confidentialité des données des utilisateurs américains.

    Les préoccupations ne se limitent pas aux États-Unis

    En Europe, TikTok a été condamné à une amende de 5 millions d’euros par la CNIL, l’autorité française de protection des données, pour des violations de la vie privée liées à son site web.

    Citation Envoyé par Cnil
    Entre mai 2020 et juin 2022, la CNIL a effectué plusieurs missions de contrôle en ligne sur le site web « tiktok.com » et sur pièces, c’est-à-dire sur la base de documents demandés à la société par la CNIL.

    Les contrôles ont uniquement porté sur le site web de TIKTOK, dans un espace non authentifié, et non sur l’application mobile.

    Sur la base des constatations effectuées lors des contrôles, la formation restreinte – organe de la CNIL chargé de prononcer les sanctions – a considéré que les sociétés TIKTOK INFORMATION TECHNOLOGIES UK LIMITED (TIKTOK ROYAUME-UNI) et TIKTOK TECHNOLOGY LIMITED (TIKTOK IRLANDE) avaient manqué aux obligations prévues par l’article 82 de la loi Informatique et Libertés.

    Le montant de cette amende a été décidé au regard des manquements retenus, du nombre de personnes concernées – notamment des mineurs - et des nombreuses communications antérieures de la CNIL sur le fait qu’il doit être aussi simple de refuser les cookies que de les accepter.

    Les manquements à la loi Informatique et Libertés

    Lors du contrôle effectué en juin 2021, la CNIL a constaté que si les sociétés TIKTOK ROYAUME-UNI et TIKTOK IRLANDE proposaient bien un bouton permettant d’accepter immédiatement les cookies, elles ne mettaient pas en place de solution équivalente (bouton ou autre) pour permettre à l’internaute de refuser aussi facilement leur dépôt. Plusieurs clics étaient nécessaires pour refuser tous les cookies, contre un seul pour les accepter.

    La formation restreinte a considéré que rendre le mécanisme de refus plus complexe revient en réalité à décourager les utilisateurs de refuser les cookies et à les inciter à privilégier la facilité du bouton « Tout accepter ». Elle en a conclu que ce procédé portait atteinte à la liberté du consentement des internautes et constituait une violation de l’article 82 de la loi Informatique et Libertés puisqu’il n’était pas aussi simple de refuser les cookies que de les accepter au moment du contrôle en ligne de juin 2021 et jusqu’à la mise en place d’un bouton « Tout refuser » en février 2022.

    De plus, les utilisateurs n’étaient pas informés de façon suffisamment précise des finalités (objectifs) des cookies tant sur le bandeau d’informations au premier niveau que dans le cadre de l’interface de choix accessible après avoir cliqué sur un lien présent dans la bannière.

    La formation restreinte a donc conclu à plusieurs manquements à l’article 82 de la loi Informatique et Libertés.
    La plateforme est également sous le feu des projecteurs en Europe pour des inquiétudes similaires concernant les transferts de données et l’accès potentiel par le gouvernement chinois.

    L’Union européenne a lancé un ultimatum de 24 heures à TikTok pour fournir une évaluation des risques concernant sa nouvelle application, TikTok Lite, qui a été discrètement lancée en France et en Espagne. Cette application permet aux utilisateurs de gagner des récompenses en regardant des vidéos, ce qui soulève des inquiétudes quant à son impact potentiel sur la protection des mineurs et la santé mentale des utilisateurs, notamment en ce qui concerne la stimulation possible de comportements addictifs.

    Cette situation est particulièrement préoccupante pour les enfants, étant donné l'absence présumée de mécanismes efficaces de vérification de l'âge sur TikTok. L'absence de mécanismes efficaces de vérification de l'âge et le caractère addictif présumé des plateformes font déjà l'objet d'une enquête dans le cadre de la première procédure formelle engagée à l'encontre de TikTok.


    La Commission européenne a réclamé, mercredi 17 avril 2024, à TikTok de lui fournir sous 24 heures des explications sur les risques liés au déploiement de sa nouvelle appli en France et en Espagne. Puis, le 22 avril, la Commission a ouvert une deuxième procédure formelle à l'encontre de TikTok en vertu de la loi sur les services numériques (DSA)

    Conclusion

    La situation actuelle soulève des questions cruciales sur la capacité de TikTok à protéger efficacement les données de ses utilisateurs et sur la confiance que l’on peut accorder à une entreprise dont la maison mère, ByteDance, est basée à Pékin. Alors que TikTok continue de nier tout lien étroit avec le Parti communiste chinois et tout risque pour les données des citoyens américains, la controverse persiste et alimente un débat mondial sur la sécurité des données et la souveraineté numérique.

    Sources : Cnil, rapport du Congrès, NYT

    Et vous ?

    Quelle importance accordez-vous à la sécurité de vos données personnelles sur les plateformes sociales comme TikTok ?
    Pensez-vous que les entreprises technologiques sont suffisamment transparentes concernant l’utilisation et le partage de vos données ?
    Les efforts de TikTok pour isoler les données des utilisateurs américains vous semblent-ils suffisants ? Pourquoi ?
    Comment les révélations sur l’accès aux données par des employés en Chine influencent-elles votre perception de TikTok ?
    Quelles mesures concrètes TikTok devrait-elle prendre pour renforcer la confiance des utilisateurs en matière de protection des données ?
    La réglementation actuelle est-elle adéquate pour protéger les données des utilisateurs contre les accès non autorisés ?
    Quel rôle le gouvernement devrait-il jouer pour assurer la protection des données des citoyens sur les plateformes numériques ?
    En tant qu’utilisateur, quelles actions êtes-vous prêt à entreprendre pour sécuriser vos données en ligne ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  7. #467
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Bruno
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Mai 2019
    Messages
    1 900
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Produits et services télécom et Internet

    Informations forums :
    Inscription : Mai 2019
    Messages : 1 900
    Points : 37 166
    Points
    37 166
    Par défaut L'interdiction de TikTok transformerait le paysage en ligne en un endroit plus sûr pour les enfants
    L'interdiction de TikTok transformerait le paysage en ligne en un endroit plus sûr pour les enfants,
    affirment des parents dans une nouvelle étude

    Une nouvelle étude révèle que de nombreux parents américains soutiennent l'interdiction de TikTok, affirmant que cela rendrait l'environnement en ligne plus sûr pour les enfants. Avec près de 170 millions d'utilisateurs quotidiens aux États-Unis, dont plus de 50 millions de moins de 15 ans, les préoccupations concernant la vie privée, la sécurité et la santé mentale des jeunes sont de plus en plus graves. Les parents estiment que TikTok expose les enfants à des contenus inappropriés et influents, ce qui justifie la nécessité de mesures législatives plus strictes pour protéger les mineurs en ligne. Près d'un tiers des parents soutiennent l'interdiction de l'application, tandis que la moitié pense qu'elle renforcerait la sécurité de leurs enfants. De plus, Snapchat est également considéré comme une application dangereuse pour les mineurs, suscitant des inquiétudes similaires en matière de contenu et de réglementation.

    Une étude technique réalisée en collaboration avec l'Institut de Transparence Algorithmique et AI Forensics, utilisant des comptes automatisés, a révélé qu'après 5 à 6 heures d'utilisation de TikTok, près de la moitié des vidéos étaient liées à la santé mentale et pouvaient potentiellement être nocives, soit environ 10 fois plus que pour les comptes sans cet intérêt. Ce phénomène, appelé « effet trou de lapin », s'est manifesté encore plus rapidement lorsque des chercheurs ont examiné manuellement les vidéos liées à la santé mentale suggérées à des comptes « marionnettes » imitant des utilisateurs de 13 ans au Kenya, aux Philippines et aux États-Unis.

    À l'heure actuelle, environ 31 % des parents sont favorables à l'interdiction de l'application, tandis que près de la moitié estiment que cela augmenterait la sécurité générale de leurs enfants. De plus, 25 % des parents ont désigné TikTok comme l'une des applications les plus risquées pour les jeunes dans le monde des médias sociaux, en réponse à une enquête visant à déterminer la plateforme de médias sociaux la plus dangereuse pour les enfants de moins de 18 ans.

    Nom : Digit.jpg
Affichages : 6604
Taille : 36,5 Ko

    Le modèle économique de TikTok est critiqué pour son caractère intrinsèquement abusif, privilégiant l'engagement des utilisateurs afin de collecter davantage de données. Ces pratiques, combinées à un système de recommandation de contenus et à une collecte de données invasifs, représentent un danger pour les jeunes en amplifiant les contenus dépressifs et suicidaires. Deux rapports publiés par Amnesty International aujourd'hui mettent en lumière ces risques. Les jeunes qui consomment des contenus liés à la santé mentale sur TikTok sont susceptibles d'être entraînés dans des « trous de lapin » de contenus potentiellement dangereux, y compris des vidéos qui romantiquent ou encouragent la dépression, l'automutilation et le suicide.

    Une autre étude publiée par l'Ofcom, l'autorité de régulation des télécommunications du Royaume-Uni, met en lumière une augmentation constante du nombre d'enfants âgés de 5 à 7 ans utilisant les médias sociaux, notamment TikTok. Les données montrent que l'utilisation des plateformes telles que TikTok, WhatsApp et Instagram par ce groupe vulnérable a augmenté de 5 % en un an seulement. Le régulateur a exprimé des inquiétudes quant à l'application par les parents des règles de ces plateformes, qui semble diminuer. Ces chiffres sont perçus comme une « sonnette d'alarme » pour l'industrie, les incitant à redoubler d'efforts pour protéger les enfants.

    L'augmentation significative de l'utilisation de TikTok par les enfants de 5 à 7 ans suscite des préoccupations croissantes parmi les régulateurs britanniques, comme le souligne la dernière étude de l'Ofcom. Cette recherche offre un aperçu du paysage actuel de l'utilisation des technologies par les enfants et les jeunes en ligne, mettant en lumière leur communication en ligne, leurs activités de divertissement en ligne, ainsi que les efforts déployés pour les sensibiliser à la sécurité en ligne, y compris l'implication des parents. Les conclusions de l'étude soulignent une tendance alarmante.

    TikTok dans la tourmente: le Sénat Américain emboîte le pas à l'Inde

    Le Sénat américain a donné son approbation à un projet de loi visant à interdire TikTok à moins qu'elle ne se détache de sa société mère chinoise. TikTok a vivement réagi, déclarant que cette législation porterait atteinte aux droits à la liberté d'expression de 170 millions d'Américains. Le président Joe Biden devrait signer le projet de loi, bien que des contestations devant les tribunaux soient attendues. La proposition donne à ByteDance, la société mère chinoise, neuf mois pour vendre la plateforme. Elle a été incluse dans un ensemble plus large de 95 milliards de dollars comprenant une aide à l'Ukraine et à Israël.

    Le vote a été largement approuvé par le Sénat et la Chambre des représentants, les deux partis affirmant que TikTok représentait une menace pour la sécurité nationale en raison de son potentiel d'espionnage et de manipulation par le gouvernement chinois. Cette décision intervient peu de temps après que le Congrès a réautorisé un programme controversé autorisant la surveillance des communications des citoyens américains sans mandat judiciaire. TikTok a maintenu qu'elle n'avait jamais partagé les données des utilisateurs américains avec le gouvernement chinois et prévoit de contester juridiquement la constitutionnalité de la loi.

    En juin 2020, les utilisateurs indiens de TikTok ont été contraints de renoncer à l'application populaire, propriété de la société chinoise ByteDance. Cette décision est intervenue après que New Delhi eut brusquement interdit l'application, ainsi que des dizaines d'autres applications chinoises, à la suite d'un affrontement militaire le long de la frontière entre l'Inde et la Chine. La perte de vingt soldats indiens et de quatre soldats chinois dans cet incident a entraîné une détérioration des relations entre les deux géants asiatiques. Le gouvernement indien a invoqué des préoccupations relatives à la vie privée et a déclaré que les applications chinoises représentaient une menace pour la souveraineté et la sécurité de l'Inde.

    Le ministère indien de l'Électronique et des Technologies de l'Information a ordonné l'interdiction de TikTok ainsi que de 58 autres applications chinoises, invoquant un comportement malveillant en matière de collecte de données de ses citoyens :

    « Des inquiétudes ont été exprimées concernant la sécurité des données et la protection de la vie privée des 130 crores d'Indiens. Il a été observé récemment que ces préoccupations menaçaient également la souveraineté et la sécurité de notre pays. Le ministère des Technologies de l'information a reçu de nombreuses plaintes de diverses sources, notamment plusieurs rapports faisant état d'une utilisation abusive de certaines applications mobiles disponibles sur les plateformes Android et iOS, qui ont volé et transmis subrepticement des données d'utilisateurs de manière non autorisée à des serveurs situés en dehors de l'Inde. La compilation, l'extraction et le profilage de ces données par des éléments hostiles à la sécurité nationale et à la défense de l'Inde, qui finissent par porter atteinte à la souveraineté et à l'intégrité de l'Inde, sont une question très profonde et immédiate qui nécessite des mesures d'urgence ».

    TikTok se bat depuis plusieurs années pour conserver sa place sur le marché américain

    ByteDance et TikTok ont investi 7 millions de dollars en lobbying et en publicité pour contrer toute éventuelle interdiction aux États-Unis. ByteDance, le géant chinois derrière TikTok, aurait consacré plus de 2 millions de dollars au lobbying pour contrecarrer les efforts américains visant à forcer la vente ou l'interdiction de TikTok. Cette dépense visait à contrer le projet de loi du Congrès américain, qui exigerait la vente de TikTok à une entité locale, sous peine de bannissement du marché américain, où l'application compte plus de 170 millions d'utilisateurs. De son côté, TikTok aurait dépensé jusqu'à 4,5 millions de dollars cette année pour une campagne publicitaire télévisée et numérique visant à contrer la législation qui pourrait interdire l'application.

    TikTok lutte depuis plusieurs années pour maintenir sa présence sur le marché américain, notamment sous la présidence de Donald Trump, et ces problèmes se sont intensifiés ces derniers mois. En parallèle, TikTok a lancé une campagne publicitaire d'envergure, investissant plus de 4,5 millions de dollars dans des publicités télévisées et numériques. Cette campagne avait pour objectif principal de s'opposer aux mesures législatives proposées menaçant la présence de TikTok aux États-Unis. Cette initiative témoigne des efforts de lobbying de TikTok auprès du Congrès et du bureau exécutif du président américain Joe Biden.

    Un porte-parole de TikTok a souligné que ces dépenses considérables visaient à informer les décideurs politiques des répercussions potentielles des mesures législatives sur l'ensemble de ses 170 millions d'utilisateurs américains. TikTok s'engage activement dans des activités de lobbying pour garantir un accès durable à sa plateforme aux Américains. La Chine a exprimé son opposition à toute interdiction potentielle de TikTok, la qualifiant d'« acte d'intimidation » qui se retournerait contre les États-Unis. Les critiques ont également souligné le traitement des plateformes de médias sociaux en Chine, où de nombreuses plateformes occidentales sont censurées ou interdites.

    En plus de ses efforts de lobbying internes, ByteDance a fait appel à des consultants externes pour renforcer ses efforts de représentation, notamment en engageant des lobbyistes chevronnés et en dépensant des sommes importantes en lobbying. TikTok a promis de poursuivre en justice le gouvernement des États-Unis suite à la signature par le président Joe Biden d’une législation qui pourrait interdire l’application sur le territoire américain.

    Si les recours juridiques ne parviennent pas à changer la situation, ByteDance envisage de fermer TikTok plutôt que de la vendre. Les algorithmes essentiels au fonctionnement de TikTok sont considérés comme cruciaux pour les opérations globales de ByteDance, ce qui rend improbable la vente de l'application avec ces algorithmes. Bien que TikTok représente une petite partie des revenus totaux de ByteDance et de ses utilisateurs actifs quotidiens, la société mère préférerait fermer l'application aux États-Unis plutôt que de la vendre à un acheteur américain potentiel.

    ByteDance a affirmé dans un communiqué publié sur Toutiao, une plateforme de médias qu'elle possède, qu'elle n'avait pas l'intention de vendre TikTok. Cette déclaration faisait suite à un article de The Information indiquant que ByteDance envisageait des scénarios de vente des activités américaines de TikTok sans l'algorithme de recommandation de vidéos. Bien que ByteDance ne divulgue pas publiquement ses performances financières, elle génère principalement ses revenus en Chine, notamment grâce à des applications telles que Douyin.


    Les États-Unis ont représenté environ 25 % du chiffre d'affaires global de TikTok l'année dernière. Les revenus de ByteDance ont augmenté de 80 milliards de dollars en 2022 à près de 120 milliards de dollars en 2023, selon deux sources. En outre, le nombre d'utilisateurs actifs quotidiens de TikTok aux États-Unis ne représente que 5 % du nombre total d'utilisateurs actifs quotidiens de ByteDance dans le monde.

    Les parents américains affirment qu'une interdiction de TikTok rendrait l'environnement en ligne plus sûr pour les enfants, selon une étude récente. Cette interdiction est au centre de l'attention alors que le président Biden a approuvé le projet de loi, donnant à TikTok neuf mois pour se séparer de sa société mère chinoise ou quitter le marché américain. Près de 170 millions d'Américains, dont plus de 50 millions ont moins de 15 ans, utilisent TikTok quotidiennement, soulevant des préoccupations quant à leur vie privée, leur sécurité et leur santé mentale. Les parents réclament des mesures plus strictes pour protéger les enfants en ligne, avec une majorité soutenant une interdiction de TikTok. Ils soulignent les contenus inappropriés et influents sur TikTok, demandant des protections législatives renforcées et un meilleur contrôle parental.

    Environ 90 % des parents interrogés veulent empêcher les plateformes de médias sociaux d'obtenir des données personnelles des enfants. TikTok et Snapchat sont considérés comme les applications les plus dangereuses pour les mineurs, alimentant l'appel à leur interdiction.

    Source : Security[.]org

    Dans quelle mesure l'interdiction de TikTok pourrait-elle réellement améliorer la sécurité en ligne des enfants, étant donné qu'ils pourraient simplement se tourner vers d'autres plateformes sociales présentant des risques similaires ?

    Quels sont les autres moyens efficaces de protéger les enfants en ligne, en dehors de l'interdiction de TikTok ? Cette interdiction est-elle une solution proportionnée par rapport aux autres mesures possibles ?

    Quels sont les rôles respectifs des parents, des éducateurs et des gouvernements dans la protection des enfants en ligne, et comment peuvent-ils collaborer pour atteindre cet objectif sans restreindre excessivement l'accès à Internet ?

    Voir aussi :

    ByteDance envisage la fermeture de TikTok aux États-Unis si les recours juridiques échouent et dément les rumeurs de médias annonçant qu'elle étudiait des scénarios de vente sans l'algorithme de TikTok

    TikTok va porter plainte contre son interdiction potentielle aux États-Unis au nom de la liberté d'expression, mais le succès d'une action en justice n'est pas garanti

    Le Sénat américain adopte un projet de loi visant à forcer la vente de TikTok et l'envoie à Biden, TikTok déclare que la législation bafouerait les droits à la liberté d'expression de 170 millions d'Américains

    TikTok pourrait être interdit aux États-Unis : voici ce qui s'est passé lorsque l'Inde l'a fait, un boulevard pour les formats de vidéos courtes proposées par les Shorts de YouTube et les Reels d'Instagram
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  8. #468
    Membre extrêmement actif
    Homme Profil pro
    Graphic Programmer
    Inscrit en
    Mars 2006
    Messages
    1 572
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Graphic Programmer
    Secteur : High Tech - Multimédia et Internet

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2006
    Messages : 1 572
    Points : 4 028
    Points
    4 028
    Par défaut
    donc allons au bout et faisons de meme pour :
    - facebook
    - twitter
    - instagram

    ah non suis-je bete, ces reseaux sont americains, donc en fait c'est bon, c'est sans danger...

  9. #469
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    Décembre 2008
    Messages
    9 676
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 36
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : Décembre 2008
    Messages : 9 676
    Points : 18 641
    Points
    18 641
    Par défaut
    Citation Envoyé par Bruno Voir le message
    Dans quelle mesure l'interdiction de TikTok pourrait-elle réellement améliorer la sécurité en ligne des enfants, étant donné qu'ils pourraient simplement se tourner vers d'autres plateformes sociales présentant des risques similaires ?
    Effectivement les autres plateformes présentent des risques similaires.
    Il y a juste l'algorithme qui change, TikTok n'est pas contrôlé par les USA, par conséquent son algorithme n'est pas un outil de propagande contrôlé par les USA, comme le sont Facebook, YouTube, Instagram, etc.

    Citation Envoyé par Bruno Voir le message
    Quels sont les autres moyens efficaces de protéger les enfants en ligne, en dehors de l'interdiction de TikTok ? Cette interdiction est-elle une solution proportionnée par rapport aux autres mesures possibles ?
    Normalement les parents contrôlent un minimum ce que font leurs enfants et ne leur donnent pas accès à un smartphone ou une tablette.
    Bon à la limite vers la fin du collège il y a peut-être moyen de donner un téléphone sans accès à internet et sans caméra.
    C'est un autre problème, mais, il y a des collégiennes qui se prennent en photo nue, qui envoie les photos à leur petit ami, et parfois ça fuite dans tout le collège.
    Du coup la fille n'est pas très bien.

    Citation Envoyé par Bruno Voir le message
    Quels sont les rôles respectifs des parents, des éducateurs et des gouvernements dans la protection des enfants en ligne, et comment peuvent-ils collaborer pour atteindre cet objectif sans restreindre excessivement l'accès à Internet ?
    On pourrait former les jeunes aux dangers d'internet.
    Il y a plein de choses à comprendre, par exemple :
    - les photos sont retouchées numériquement ("tu ne seras jamais aussi bonne que l'influenceuse que tu suis sur Instagram, elle n'est pas réelle", ou "oui ils sont musclé mais ils se chargent comme des dromadaires et ce n'est pas une super idée")
    - il y a des mensonges
    - si t'envoies des photos érotique elles risquent de circuler
    Keith Flint 1969 - 2019

  10. #470
    Membre extrêmement actif Avatar de Jon Shannow
    Homme Profil pro
    Responsable de service informatique
    Inscrit en
    Avril 2011
    Messages
    4 414
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 60
    Localisation : France, Ille et Vilaine (Bretagne)

    Informations professionnelles :
    Activité : Responsable de service informatique
    Secteur : High Tech - Électronique et micro-électronique

    Informations forums :
    Inscription : Avril 2011
    Messages : 4 414
    Points : 9 903
    Points
    9 903
    Par défaut
    Citation Envoyé par CoderInTheDark Voir le message
    Et je n'ose pas imaginé l'orthographe et la compréhensibilité de leurs poste à 5 ans.
    En fait, c'est le même niveau quand ils sont adultes. Et, ça doit dater d'avant Tiktok, quand on déchiffre lit certains posts sur ce forum...
    Au nom du pèze, du fisc et du St Estephe
    Au nom du fric, on baisse son froc...

  11. #471
    Membre expert
    Homme Profil pro
    ingénieur qualité
    Inscrit en
    Mars 2015
    Messages
    1 188
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : ingénieur qualité
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2015
    Messages : 1 188
    Points : 3 626
    Points
    3 626
    Par défaut
    Citation Envoyé par Bruno Voir le message
    L'interdiction de TikTok transformerait le paysage en ligne en un endroit plus sûr pour les enfants,
    affirment des parents dans une nouvelle étude
    Beau travail de lobbying, oui TikTok peut être dangereux pour les enfants mais comme les réseaux américains, par contre le gouvernement US semble bien décidé à l'interdire et ça passe mieux quand c'est toxique pour les enfants.
    Internet sans TikTok serait il plus sûr? Probablement pas, la toxicité se déplacera probablement dans un autre réseau.
    Mais on les US contrôleront surement mieux la toxicité et bénéficieront en partie de leurs revenus donc c'est pas si toxique...
    Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
    On pourrait former les jeunes aux dangers d'internet.
    Ca a été beaucoup fait pendant un temps, le problème est qu'on dispense des formations dans un cadre qui garantisse le minimum d'impact.
    C'est bien de dire que les influenceuses sont retouchées par 10 filtres insta et que les influenceurs aussi en plus de faire leurs vidéos après une session de sport pour être bien congestionné mais est-ce que c'est pas beaucoup plus efficace si tu regardes un vidéo avec eux pour décrypter ça et conclure que s'ils parlent d'un produit à la fin c'est pas un hasard et que le produit n'est en rien pour leur état de forme parce qu'ils ne l'utilisent pas.

  12. #472
    Membre expérimenté

    Homme Profil pro
    Collégien
    Inscrit en
    Juillet 2010
    Messages
    551
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Afghanistan

    Informations professionnelles :
    Activité : Collégien

    Informations forums :
    Inscription : Juillet 2010
    Messages : 551
    Points : 1 418
    Points
    1 418
    Par défaut
    donc allons au bout et faisons de meme pour :
    - facebook
    - twitter
    - instagram
    Je rajouterais aussi le forum developpez.com tant qu'on y est

    Promis c'est pour notre bien et celui de nos enfants

  13. #473
    Membre expert
    Homme Profil pro
    ingénieur qualité
    Inscrit en
    Mars 2015
    Messages
    1 188
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : ingénieur qualité
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2015
    Messages : 1 188
    Points : 3 626
    Points
    3 626
    Par défaut
    Citation Envoyé par mith06 Voir le message
    Je rajouterais aussi le forum developpez.com tant qu'on y est
    Ah NON.
    Citation Envoyé par mith06 Voir le message
    Promis c'est pour notre bien et celui de nos enfants
    Bon OK alors

  14. #474
    Communiqués de presse

    Femme Profil pro
    Traductrice Technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    1 152
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Traductrice Technique

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 1 152
    Points : 80 532
    Points
    80 532
    Par défaut TikTok poursuit le gouvernement américain : l'interdiction ou la vente forcée serait inconstitutionnelle
    TikTok poursuit le gouvernement américain : l'interdiction ou la vente forcée serait inconstitutionnelle et violerait le premier amendement, les États-Unis avaient adopté la loi au motif de "sécurité nationale".

    TikTok poursuit le gouvernement américain déclarant que l'interdiction ou la vente forcée serait inconstitutionnelle et violerait le premier amendement. Les États-Unis avaient adopté la loi au motif que "l'application constitue une menace pour la sécurité nationale".

    Alléguant des violations du premier amendement sur la liberté d'expression, TikTok et sa société mère chinoise ByteDance ont intenté une action en justice devant un tribunal fédéral afin de bloquer une nouvelle loi qui forcerait la vente ou l'interdiction à l'échelle nationale de l'application populaire de vidéos de courte durée. La loi "obligera à fermer TikTok d'ici le 19 janvier 2025, réduisant au silence les 170 millions d'Américains qui utilisent la plateforme pour communiquer d'une manière qui ne peut être reproduite ailleurs", indique la pétition.

    L'action en justice de TikTok, qui conteste la loi pour des raisons constitutionnelles, fait également état d'obstacles commerciaux, techniques et juridiques, ainsi que de l'opposition de Pékin. La cession est "tout simplement impossible", surtout dans un délai de 270 jours, affirme la pétition. Selon la pétition, le gouvernement chinois "a clairement indiqué qu'il n'autoriserait pas la cession du moteur de recommandation qui est l'une des clés du succès de TikTok aux États-Unis".


    TikTok conteste l'interdiction potentielle dans une action en justice

    "Pour la première fois dans l'histoire, le Congrès a promulgué une loi qui soumet une seule plateforme d'expression nommée à une interdiction permanente à l'échelle nationale, et empêche chaque Américain de participer à une communauté en ligne unique regroupant plus d'un milliard de personnes dans le monde", a déclaré l'entreprise dans sa pétition.

    TikTok a déposé une requête auprès d'une cour d'appel fédérale à Washington, D.C. Elle cherche à obtenir une ordonnance empêchant les États-Unis d'appliquer la loi, qui a été signée par le président Joe Biden il y a moins de deux semaines et qui a été adoptée à une écrasante majorité par le Congrès. Joe Biden pourrait repousser de trois mois l'échéance de janvier.

    Un risque grave pour la sécurité nationale et le peuple américain

    En adoptant la loi "Protecting Americans From Foreign Adversary Controlled Applications Act", les législateurs ont invoqué des problèmes de sécurité nationale liés à la propriété chinoise de TikTok, alléguant que TikTok pourrait divulguer des données sensibles sur les Américains ou utiliser l'application pour diffuser de la propagande.

    "Le Congrès et l'exécutif ont conclu, sur la base d'informations publiques et confidentielles, que TikTok représentait un risque grave pour la sécurité nationale et le peuple américain", a déclaré dans un communiqué le président républicain de la commission spéciale de la Chambre des représentants sur le Parti communiste chinois, John Moolenaar (Michigan). "Il est révélateur que TikTok préfère consacrer son temps, son argent et ses efforts à se battre devant les tribunaux plutôt que de résoudre le problème en rompant avec le PCC. Je suis persuadé que notre législation sera maintenue".

    TikTok affirme qu'il ne lui a jamais été demandé de fournir des données d'utilisateurs américains au gouvernement chinois et qu'il ne le ferait pas si on le lui demandait. ByteDance a déclaré qu'elle ne vendrait pas ses activités aux États-Unis.

    Nom : 1.jpg
Affichages : 8391
Taille : 47,7 Ko

    La bataille juridique autour de TikTok se dirige probablement vers la Cour suprême

    Les précédentes tentatives visant à restreindre TikTok aux États-Unis ont été rejetées par les tribunaux. Si ByteDance ne vend pas TikTok, la loi interdirait aux magasins d'applications et aux services d'hébergement web de mettre le service à la disposition des Américains. "Nous n'allons nulle part", a déclaré le PDG de TikTok, Shou Zi Chew, dans une vidéo de TikTok en avril. "Les faits et la Constitution sont de notre côté."

    Les experts juridiques estiment que cette bataille juridique aux enjeux considérables se déroulera devant les tribunaux dans les mois à venir et qu'elle atteindra probablement la Cour suprême. Selon Carl Tobias, professeur de droit à l'université de Richmond, l'issue de cette affaire n'est pas claire. "Il existe peu de précédents directement pertinents", a-t-il déclaré.

    Bien que la loi mette en cause la liberté d'expression, "la justification de la sécurité nationale est raisonnablement forte et les tribunaux la prendront probablement très au sérieux", a déclaré Justin "Gus" Hurwitz, maître de conférences et directeur académique du Centre pour la technologie, l'innovation et la concurrence à la faculté de droit de l'université Penn Carey. "Il est difficile de savoir comment la Cour suprême trancherait la question", a ajouté M. Hurwitz. "La composition actuelle de la Cour est très favorable au premier amendement. D'un autre côté, il est très probable que les juges prennent très au sérieux les questions de sécurité nationale."

    Les groupes de défense de la liberté d'expression ont apporté leur soutien à TikTok. "Restreindre l'accès des citoyens aux médias étrangers est une pratique qui a longtemps été associée aux régimes répressifs, il est donc triste et alarmant de voir notre propre gouvernement s'engager dans cette voie. La contestation de l'interdiction par TikTok est importante et nous espérons qu'elle aboutira", a déclaré Jameel Jaffer, directeur exécutif du Knight First Amendment Institute de l'université de Columbia, dans un communiqué.

    Et vous ?

    Pensez-vous que cette plainte est crédible ou pertinente ?
    Quel est votre avis sur la suite de cette affaire ?

    Voir aussi :

    TikTok va porter plainte contre son interdiction potentielle aux États-Unis au nom de la liberté d'expression, mais le succès d'une action en justice n'est pas garanti

    Loi TikTok : des experts juridiques affirment que la loi de l'administration Biden pourrait tenir devant les tribunaux, même si ByteDance dispose d'arguments solide en s'appuyant sur le premier amendement

    L'interdiction de TikTok transformerait le paysage en ligne en un endroit plus sûr pour les enfants, affirment des parents dans une nouvelle étude
    Publication de communiqués de presse en informatique. Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  15. #475
    Communiqués de presse

    Femme Profil pro
    Traductrice Technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    1 152
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Traductrice Technique

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 1 152
    Points : 80 532
    Points
    80 532
    Par défaut Un rapport de l'ASPI met en lumière les efforts de la Chine pour collecter des données par différents moyens
    Il n'y a pas que TikTok, les applications chinoises, les médias sociaux et les jeux en ligne espionnent également les utilisateurs du monde entier pour collecter leurs données personnelles, avertit une étude.

    Un nouveau rapport de l'Australian Strategic Policy Institute (ASPI) met en lumière les efforts potentiels de la Chine pour collecter des données sur les utilisateurs par le biais de diverses plateformes de médias sociaux et de jeux en ligne, et pas seulement par le biais de l'application de vidéos courtes TikTok, qui fait l'objet d'un vaste débat. ByteDance conteste les allégations de partage de données, tandis que des experts débattent des implications du rapport sur la collaboration technologique mondiale.

    Le rapport de l'ASPI révèle les efforts considérables déployés par la Chine pour collecter des données au-delà de TikTok, suscitant débats et inquiétudes. Le rapport affirme que les autorités chinoises collaborent avec des entreprises technologiques telles que DiDi (application de covoiturage), Genshin Impact (jeu d'action) et Temu (marché en ligne) pour collecter des informations sur les utilisateurs. Selon l'ASPI, ces données pourraient être utilisées pour comprendre les préférences des utilisateurs, influencer la perception de l'information au niveau mondial et, en fin de compte, renforcer l'influence internationale de la Chine.

    Le rapport souligne que les préoccupations vont au-delà de TikTok, qui a fait l'objet d'un examen minutieux en raison du partage potentiel de données avec les autorités chinoises. ByteDance, la société mère de TikTok, a nié de telles pratiques et conteste une proposition de loi américaine qui pourrait restreindre la plateforme. Si le rapport de l'ASPI suscite des inquiétudes, certains experts estiment qu'il exagère la situation. Marina Zhang, universitaire spécialisée dans les relations Chine-Australie, débat du fait que lier toutes les apps de médias sociaux à un effort de propagande coordonné pourrait être excessif. Elle préconise la collaboration technologique plutôt que la confrontation, craignant l'isolement de la Chine en cas d'escalade des tensions.

    Cette nouvelle fait suite à l'interdiction par l'Australie, en 2023, de TikTok sur les appareils gouvernementaux en raison de craintes liées à la sécurité et à la surveillance. Le rapport de l'ASPI relance le débat sur la portée potentielle des efforts de la Chine en matière de collecte de données et sur la meilleure approche à adopter pour résoudre ce problème complexe.


    Voici quelques détails du rapport :

    Vérité et réalité des caractéristiques chinoises

    Le Parti communiste chinois (PCC) s'appuie sur son système de propagande pour créer une boîte à outils permettant de mener des campagnes d'information. Son objectif est de contrôler la communication et de façonner les récits et les perceptions sur la Chine afin de présenter une version spécifique de la vérité et de la réalité, tant au niveau national qu'international. En fin de compte, le PCC vise à renforcer son emprise sur le pouvoir, à légitimer ses activités et à consolider l'influence culturelle, technologique, économique et militaire de la Chine.

    Le PCC cherche à maintenir un contrôle total sur l'environnement de l'information en Chine, tout en s'efforçant d'étendre son influence à l'étranger afin de remodeler l'écosystème mondial de l'information. Il s'agit non seulement de contrôler les médias et les plateformes de communication en dehors de la Chine, mais aussi de veiller à ce que les technologies et les entreprises chinoises deviennent la couche fondamentale de l'avenir de l'échange d'informations et de données dans le monde entier.

    Les chercheurs résument l'étude en déclarant :

    Ce rapport de recherche montre que le PCC cherche à collecter des données auprès de diverses sources, y compris des entités commerciales, afin de mieux connaître les publics cibles de ses campagnes d'information. Nous définissons une campagne d'information comme un plan ciblé et organisé d'opérations d'information liées et intégrées, utilisant des capacités liées à l'information (outils, techniques ou activités) avec d'autres lignes d'opération pour influencer, perturber, corrompre ou manipuler l'information - y compris la prise de décision individuelle ou collective basée sur cette information - et délibérément disséminée à grande échelle. Le parti investit également dans des technologies émergentes telles que l'intelligence artificielle (IA) et les technologies immersives qui façonnent la manière dont les gens perçoivent la réalité et s'engagent dans l'information. L'objectif est de mieux contrôler, voire de dominer, l'écosystème mondial de l'information.

    Pour comprendre les moteurs, les outils et les résultats de ce processus, le présent rapport et le site web qui l'accompagne examinent les activités de la République populaire de Chine (RPC) dans le domaine de l'information, en particulier ses investissements dans les entreprises de technologie et de recherche et développement (R&D) qui pourraient servir de "blocs de construction" pour les campagnes d'information du parti.

    Plus précisément, cette étude dresse une carte complète du système de propagande du PCC, en mettant en évidence les liens entre le département central de la propagande, les entités de propagande appartenant à l'État ou contrôlées par lui, les activités de collecte de données et les investissements technologiques dans les entreprises chinoises, dont un grand nombre opèrent désormais à l'échelle mondiale.

    Cette étude illustre les différentes façons dont le parti-État valorise le système de propagande et les entités commerciales pour accéder aux données qu'il considère comme stratégiquement valorisées pour le système de propagande et ses opérations d'information en cours. Il montre également comment le système de propagande utilise des technologies nouvelles et émergentes, notamment l'IA générative, les jeux mobiles et les technologies immersives, pour établir et maintenir le contrôle de la narration et affiner en permanence sa boîte à outils et ses techniques.
    Nom : 1.jpg
Affichages : 6604
Taille : 72,4 Ko

    Selon le rapport, il est impératif que les décideurs politiques développent des défenses et des contre-mesures solides contre les futures campagnes d'information perturbatrices de Pékin et qu'ils garantissent un environnement d'information mondial ouvert et sûr. En cartographiant les entreprises liées au système de propagande chinois qui cherchent à dominer le marché des technologies clés, et en montrant comment leurs activités peuvent soutenir les efforts du PCC pour façonner l'environnement mondial de l'information, le rapport vise à éclairer les décisions des gouvernements et de l'industrie sur la sécurité de la chaîne d'approvisionnement numérique, en soutenant les politiques pour des technologies numériques plus sûres et plus sécurisées.

    Le rapport expose les fondements de la théorie de la PCC qui, au fil des décennies, ont défini la stratégie du parti-État dans le domaine de l'information. Une compréhension théorique de la manière dont le PCC conceptualise ses objectifs est importante pour analyser les différents outils utilisés pour les atteindre. Il décrit le vaste et complexe système de propagande du PCC et son fonctionnement. Il développe également la manière dont la théorie du PCC sous-tend le système de propagande et ses activités, notamment par le biais d'exemples pratiques et d'études de cas.


    Méthodologie de recherche

    Les efforts de propagande du PCC sur les médias sociaux ont été largement étudiés, ce qui a permis d'acquérir une compréhension de base des récits et tactiques communs. Des recherches antérieures de l'ASPI, par exemple, ont permis de suivre une campagne d'influence persistante et à grande échelle liée à des acteurs de l'État chinois sur Twitter et Facebook. Plusieurs autres instituts de recherche ont publié des recherches importantes sur la façon dont l'État-parti chinois tente de contrôler l'environnement de l'information à l'échelle mondiale.

    Le système de propagande de la Chine est une vaste structure. Sous son contrôle direct ou avec son soutien direct, il existe un réseau d'entités supplémentaires dont le portefeuille contribue à la capacité du parti à atteindre ses objectifs stratégiques dans l'environnement de l'information. Les pays qui comprennent "l'architecture invisible" du système et des technologies de propagande du PCC seront mieux à même de faire face et de répondre à ses efforts globaux pour fausser l'environnement de l'information.

    D'importantes questions de recherche restent sous-étudiées. En particulier, la recherche sur les éléments constitutifs qui doivent être en place pour soutenir et éclairer les efforts fructueux visant à façonner l'environnement de l'information est limitée. Que fait le parti-État chinois pour renforcer sa capacité à contrôler la "vérité" et à influencer la manière dont les publics externes perçoivent la réalité, s'y engagent et la remettent en question ?

    Pour combler cette lacune, le rapport examine comment le parti-État tire parti du système de propagande :

    • par l'intermédiaire d'entités commerciales, en collectant des données ou en accédant à des ensembles de données qu'il juge stratégiquement valorisés et qui pourraient être utilisés à des fins de propagande, y compris potentiellement pour des opérations d'information actuelles ou futures (par exemple, en entreprenant des activités de collecte de données qui renforcent la capacité de l'État-parti à générer des connaissances sur les cibles actuelles ou potentielles des opérations d'information).
    • par le soutien de l'État, en investissant dans la R&D et l'accès aux technologies nouvelles et émergentes afin de façonner ou de fausser l'environnement de l'information, tant au niveau national que mondial.


    Nom : 3.jpg
Affichages : 1010
Taille : 68,9 Ko

    Les chercheurs commentent :

    Notre projet est basé sur le rapport 2019 de l'ASPI, Engineering global consent. Ce rapport a d'abord identifié Global Tone Communications Technology (GTCOM), une société de traduction automatique contrôlée par le département central de propagande du PCC. GTCOM affirme qu'elle accède aux données des médias sociaux et qu'elle a un accès en aval aux ensembles de données de l'internet des objets (IoT) et aux produits logiciels qu'elle fournit, principalement à d'autres entreprises technologiques de la RPC, afin de générer des informations pour soutenir la sécurité de l'État et le travail de propagande de la Chine.

    En nous appuyant sur le consentement global de l'ingénierie, nous avons cherché à identifier et à expliquer comment le système de propagande expansif du parti-État chinois exploite les technologies nouvelles et émergentes et cherche à façonner ou à déformer l'environnement de l'information à la fois au niveau national et mondial. Pour répondre à ces questions, nous avons créé des graphiques de réseau décrivant les relations entre les entreprises de notre base de données, qui sont pour la plupart des entreprises d'État chinoises ou soutenues par des fonds d'État, et qui ont des liens directs avec le système de propagande et d'autres entités. Nous avons utilisé cette recherche pour mieux comprendre les domaines d'activité commerciale associés au système de propagande de la RPC, en particulier lorsque cette activité est liée à la collecte, à l'agrégation et au traitement des données.

    Nos recherches ont consisté à identifier les entités liées au département de la propagande du comité central du parti communiste chinois ("département central de la propagande"), aux départements de la propagande au niveau provincial ou à d'autres organes du parti-État liés au système de propagande, tels que le ministère de la culture et du tourisme. Ce projet a commencé par un effort de plusieurs mois pour construire un graphe de réseau des entreprises directement et indirectement liées au Département central de la propagande. Nos recherches ont porté sur les filiales, les actionnaires et les partenaires de coopération stratégique et de protocole d'accord des entreprises que nous avons identifiées. Nos sources d'information se sont concentrées sur les bases de données d'entreprises et d'actionnaires basées en RPC, et comprenaient des sites web d'entreprises, des communiqués de presse d'entreprises et des documents d'information d'entreprises. Nous avons ensuite restreint le champ de nos recherches pour nous concentrer sur les études de cas spécifiques couvertes par le présent rapport.

    Les organes d'information et de publication de l'État-parti ont été inclus dans notre recherche parce que le département central de la propagande est responsable de la supervision des organes d'information et de publication, et que ces organes sont des plateformes clés pour la diffusion de l'information. Cependant, plutôt que de simplement recenser les noms des médias et des maisons d'édition, ainsi que leurs publications en Chine et à l'étranger, notre recherche s'est concentrée sur l'identification des endroits où ces maisons d'édition établissent des succursales ou des partenariats qui étendent leurs activités commerciales à des domaines liés aux technologies nouvelles et émergentes.
    Bien que cette recherche ait révélé de grandes quantités d'informations auparavant inaccessibles sur les entreprises chinoises ayant des liens avec les institutions de propagande du PCC, elle s'appuie sur des sources d'information publiquement disponibles et accessibles en dehors de la Chine continentale. Il est nécessaire de poursuivre les recherches sur ces liens, ainsi que sur les liens entre ces types d'entreprises et d'autres parties de la bureaucratie du parti-État.


    Principales conclusions

    Le rapport place le système de propagande de la RPC dans le contexte des cadres stratégiques globaux du PCC, qui sont filtrés en fonction des résultats politiques spécifiques. Les principales conclusions sont les suivantes :

    • Le parti-État chinois considère les données comme un élément central de sa capacité à moderniser ses efforts de propagande dans l'environnement mondial de l'information. Contrairement à la législation d'autres acteurs étatiques, la loi chinoise de 2021 sur la sécurité des données énonce clairement une vision de la manière dont les données et les échanges de données contribuent à une stratégie nationale globale. Elle donne la priorité à l'accès aux données et à la réglementation des flux de données dans le cadre de ses efforts pour assurer le contrôle.

      • Ces données sont mondiales. Par exemple, le People's Public Opinion Cloud de la Chine combine environ un demi-million de sources d'information dans 182 pays et 42 langues pour répondre aux besoins de communication internationale du gouvernement chinois et des entreprises de la RPC. La plateforme a des applications à la fois pour le gouvernement et les entreprises et fournit des outils aux agences de sécurité publique pour surveiller l'environnement de l'information et le sentiment du public sur des événements et des sujets sensibles.

    • Le PCC considère les technologies émergentes, telles que le commerce électronique, la réalité virtuelle et les jeux, comme un moyen de promouvoir un point de vue favorable au PCC sur la vérité et la réalité, qui soutient le récit officiel que le PCC cherche à projeter (même si ces technologies peuvent également être potentiellement dangereuses pour les intérêts du parti). Cela est particulièrement vrai en ce qui concerne la capacité du PCC à mener des campagnes d'information et à façonner les normes d'information mondiales et les technologies fondamentales.

      • Les listes nationales d'entreprises et de projets d'exportation culturelle clés du PCC (versions 2021-22 et 2022-2023) mentionnent des dizaines d'entreprises de jeux mobiles et de jeux mobiles qui reçoivent un soutien de l'État, y compris des subventions, afin qu'ils puissent continuer à jouir d'un succès mondial et contribuer à faire avancer la mission de renforcement de la puissance culturelle de la Chine (soft power).

      • Dans le domaine du commerce électronique, par exemple, des entreprises telles que Temu (qui est devenue l'application iPhone gratuite la plus téléchargée aux États-Unis en 2023) collectent également de grandes quantités de données susceptibles d'être partagées avec le système de propagande de la RPC. Dans le domaine des jeux, les jeux vidéo populaires tels que Genshin Impact, dont les développeurs bénéficient du soutien de l'État chinois lié au système de propagande, créent des risques de sécurité similaires en raison de la valeur stratégique des données d'utilisateur qu'ils génèrent et collectent.

    • Sous la direction de Xi Jinping, le PCC a remis l'accent sur une stratégie nationale de convergence des médias qui réunit les médias traditionnels et "émergents" dans diverses dimensions - contenu, canaux, plateformes, opérations et gestion - afin d'améliorer l'agilité des initiatives de propagande pour répondre aux changements en temps réel du sentiment public. La convergence des médias est directement liée à la perception que l'absence d'orientation de l'opinion publique met en danger la sécurité et la stabilité de la Chine. Le parti utilise les médias numériques, en particulier les ressources en données qu'ils contribuent à générer, pour améliorer sa capacité à utiliser efficacement les médias dans sa stratégie de communication et pour créer des boucles de rétroaction en Chine et à l'échelle internationale9.


    Nom : 2.jpg
Affichages : 1023
Taille : 69,1 Ko


    Recommandations

    Les décideurs politiques sont confrontés à deux défis majeurs : premièrement, appliquer le mode de pensée du PCC aux efforts visant à contrer les campagnes d'information avant qu'elles ne soient menées ; deuxièmement, résister aux efforts de la Chine pour façonner les normes d'information mondiales et les technologies fondamentales du Web 2.0 et au-delà.

    Sur la base des conclusions de ce rapport, les chercheurs formulent les recommandations suivantes à l'intention des gouvernements, de la société civile, des plateformes de médias sociaux et des développeurs et vendeurs de matériel et de logiciels :

    1. Les gouvernements devraient faire pression sur les entreprises technologiques pour qu'elles procèdent à des examens plus approfondis de leurs chaînes d'approvisionnement numériques afin de garantir que leurs fondations Web 2.0 et Web 3.0 futures, ainsi que les entreprises et les technologies sur lesquelles elles s'appuient, sont transparentes et sûres. L'amélioration de la diligence raisonnable, de la transparence, de la confiance et de la sécurité dès la conception dans la chaîne d'approvisionnement numérique, tant au niveau de la technologie que des systèmes/applications, doit être envisagée, en particulier pour les entreprises qui participent à des marchés publics. On peut y parvenir en imposant des exigences plus strictes en matière de rapports, en élaborant des cadres pour les fournisseurs à haut risque, en imposant et en appliquant des exigences en matière de protection de la vie privée et des données, et en élaborant des approches cohérentes en matière de minimisation des données. Les États-Unis et les pays partenaires ont déjà cherché à renforcer la sécurité des logiciels en exigeant des entreprises travaillant avec les gouvernements qu'elles fournissent des "nomenclatures" de logiciels. Les "principes communs pour des logiciels sûrs " du Partenariat pour la cybersécurité de la Quadrilatérale constituent un excellent modèle pour envisager une réglementation améliorée en matière de transparence.

      • Les entreprises technologiques, y compris les fournisseurs, les plateformes et les développeurs, devraient s'engager et adhérer au Cybersecurity Tech Accord, élaborer des normes de sécurité dès la conception et imposer des normes de modération et de vérification des faits plus strictes sur les plateformes en ligne, les médias sociaux, etc. afin de réduire les risques d'attaques contre la disponibilité, la confidentialité et l'intégrité des données, des produits, des services et des réseaux et de mettre en évidence les informations erronées et la propagande. Alors que les campagnes d'information de la Chine cherchent à militariser la vérité et la réalité, il convient de faire preuve d'une vigilance, d'une vérification et d'une véracité accrues pour que les consommateurs d'informations aient les meilleures chances d'identifier les influences de la désinformation et de la mésinformation.

    2. Les gouvernements doivent accorder beaucoup plus d'attention à la réglementation des technologies utilisées pour la surveillance et des technologies immersives connexes. Peu de gouvernements ont élaboré des définitions générales de ces technologies ou étudié leur impact sur la vie privée et la sécurité des données. Par conséquent, leur réglementation n'a pas été efficace et ne s'est pas concentrée sur leurs futures implications sociétales et de sécurité nationale. Plus précisément :

      • Les gouvernements devraient définir l'apprentissage automatique et les données du cloud comme des biens de surveillance ou à double usage. Par exemple, l'Union européenne a identifié les applications à double usage des systèmes d'IA comme un domaine de préoccupation dans leur processus d'évaluation dans le cadre des lignes directrices en matière d'éthique pour une IA digne de confiance. Le Conseil de l'Europe a également soulevé des préoccupations concernant le logiciel de surveillance Pegasus. Les États-Unis ont identifié les données du cloud comme une exportation en vertu des règlements sur l'administration des exportations qui peuvent faire l'objet d'un contrôle du double usage. Bien que ces efforts soient significatifs, la réglementation reste en retard sur l'utilisation de l'apprentissage automatique et des données du cloud par les entreprises et les gouvernements, ce qui se traduit par une application incohérente, une situation propice à l'exploitation par les régimes autoritaires. Les gouvernements devraient normaliser et renforcer la réglementation sur les technologies et les services qui ne sont pas traditionnellement considérés comme des produits de surveillance ou à double usage (données), y compris les produits et services générateurs de données dans les industries de jeux en ligne. Cela leur permettrait d'appliquer les outils traditionnels pour empêcher l'accès à des biens de cette nature, tels que les contrôles à l'exportation, les technologies et les services qui ne sont pas traditionnellement considérés comme des produits de surveillance ou à double usage (données), y compris les produits et services générateurs de données dans les industries de jeux en ligne.
      • En outre, une transparence accrue concernant les acteurs et entités technologiques, qu'ils soient impliqués dans des activités de R&D ou dans la vente de produits, qui agissent au nom des intérêts d'un État, pourrait clarifier quelles données sont utilisées à des fins de surveillance et quelles données peuvent être utilisées pour porter atteinte à la souveraineté d'un autre État.

    3. Pour accroître encore la transparence, les gouvernements devraient également définir plus clairement quels acteurs individuels et quelles entités sont tenus de s'enregistrer dans le cadre des systèmes d'enregistrement des agents étrangers. Il s'agit notamment du système australien de transparence de l'influence étrangère, de la loi américaine sur l'enregistrement des agents étrangers (FARA) et des équivalents émergents dans d'autres pays, tels que le futur système d'enregistrement de l'influence étrangère du Royaume-Uni. Les États-Unis, par exemple, ont utilisé la FARA pour obliger les entreprises médiatiques appartenant à l'État chinois, telles que Xinhua et CGTN, à s'enregistrer en tant qu'agents de l'État. Selon la même logique, toute entreprise technologique liée directement au système de propagande chinois ou recevant un soutien de l'État pour faciliter les efforts de propagande du parti-État pourrait être obligée de s'enregistrer.

    4. Au niveau international, les gouvernements devraient s'efforcer de normaliser les modes de partage des données et de réglementer de manière proactive la manière dont elles peuvent être produites et stockées. Jusqu'à présent, les efforts n'ont pas abouti à un accord, et beaucoup ont été cloisonnés dans des domaines fonctionnels spécifiques (tels que les données météorologiques, les services sociaux, l'alimentation et l'agriculture, la finance, etc.) Ces efforts peuvent réduire les possibilités pour les régimes autoritaires de collecter, d'utiliser et d'abuser des données de manière à nuire aux communautés ethniques, à dénigrer les autres points de vue et à faire taire les dissidents dans l'environnement mondial de l'information. L'Organisation internationale de normalisation, ainsi que le Centre des Nations unies pour la facilitation du commerce et les transactions électroniques, entre autres, devraient mettre en place des mécanismes de normalisation conjoints entre le gouvernement et l'industrie.

    5. Au niveau multilatéral, les gouvernements démocratiques devraient travailler ensemble pour développer une meilleure compréhension institutionnelle des vulnérabilités et des risques futurs des nouvelles technologies, en particulier dans l'écosystème de la technologie numérique. Cette compréhension devrait guider l'élaboration de nouvelles normes pour les technologies émergentes et aider l'industrie à commercialiser ces technologies dans le but d'assurer la sûreté et la sécurité dès la conception. Les principes Quad sur les normes relatives aux technologies critiques et émergentes sont un bon exemple des travaux qui doivent être menés sur les vulnérabilités et les risques futurs des nouvelles technologies.

    6. Au niveau local, les gouvernements et la société civile devraient établir des garde-fous contre les effets négatifs des efforts déployés par les PCC pour façonner l'environnement de l'information, notamment par le biais de campagnes d'information telles que des campagnes d'éducation aux médias et de réflexion critique ciblant les individus et les communautés. Les efforts devraient non seulement aider les utilisateurs à comprendre ce qui est "vrai" et ce qui est "faux", mais aussi veiller à ce qu'ils aient une conscience plus large de la manière dont les entités soutenant les campagnes d'information étrangères peuvent être présentes dans leurs chaînes d'approvisionnement, de sorte que les risques associés à ces entités soient identifiés et contrôlés de manière plus fiable.
    Source : "Truth and reality with Chinese characteristics : The building blocks of the propaganda system enabling CCP information campaigns"

    Et vous ?

    Pensez-vous que ce rapport est crédible ou pertinente ?
    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Voir aussi :

    Le FBI craint que la Chine ne vole la technologie de l'IA pour intensifier l'espionnage et dérober des informations personnelles, afin de constituer des dossiers sur des millions d'Américains

    TikTok peut être utilisé comme un outil d'espionnage et de manipulation par le gouvernement chinois, d'après Vinod Khosla, qui soutient le projet de cession forcée de TikTok

    Microsoft met en garde contre des campagnes chinoises sur les réseaux sociaux qui réussissent à se faire passer pour des électeurs américains, ces campagnes utilisent des images générées par l'IA
    Publication de communiqués de presse en informatique. Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  16. #476
    Communiqués de presse

    Femme Profil pro
    Traductrice Technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    1 152
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Traductrice Technique

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 1 152
    Points : 80 532
    Points
    80 532
    Par défaut Le chef du renseignement de sécurité du Canada avertit que la Chine peut utiliser TikTok pour espionner
    Le chef du renseignement de sécurité du Canada avertit que la Chine peut utiliser TikTok pour espionner les utilisateurs, selon CBC

    Le chef du Service canadien du renseignement de sécurité a mis en garde les Canadiens contre l'utilisation de l'application vidéo TikTok, affirmant que les données recueillies auprès de ses utilisateurs "sont à la disposition du gouvernement chinois".

    TikTok est un service d'hébergement de vidéos de courte durée appartenant à la société Internet chinoise ByteDance. Depuis son lancement, TikTok est devenu l'une des plateformes de médias sociaux les plus populaires au monde, grâce à des algorithmes de recommandation plus performants que les autres applications pour mettre en relation les créateurs de contenu avec de nouveaux publics.

    TikTok a fait l'objet d'un examen minutieux en raison de violations de la confidentialité des données, de problèmes de santé mentale, de désinformation, de contenu offensant et de son rôle pendant la guerre entre Israël et le Hamas. Des pays ont infligé des amendes, interdit ou tenté de restreindre TikTok pour protéger les enfants ou pour des raisons de sécurité nationale en raison de la collecte possible de données d'utilisateurs par le gouvernement chinois par l'intermédiaire de ByteDance.

    Récemment, le chef du renseignement de sécurité du Canada avertit que la Chine peut utiliser TikTok pour espionner les utilisateurs, a rapporté CBC News. "Ma réponse en tant que directeur du Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) est qu'il existe une stratégie très claire de la part du gouvernement chinois pour pouvoir obtenir des informations personnelles de n'importe qui dans le monde", a déclaré David Vigneault, directeur du SCRS.

    "Ces affirmations ne sont pas étayées par des preuves, et le fait est que TikTok n'a jamais partagé de données d'utilisateurs canadiens avec le gouvernement chinois, et nous ne le ferions pas si on nous le demandait", a déclaré un porte-parole de TikTok en réponse.


    En septembre, le Canada a ordonné l'examen, sous l'angle de la sécurité nationale, d'une proposition de TikTok visant à développer les activités de l'application de vidéos courtes dans le pays. M. Vigneault a déclaré qu'il participerait à cet examen et qu'il donnerait des conseils, a rapporté CBC.

    "Nous continuerons à dialoguer avec les autorités canadiennes et nous serions heureux de rencontrer le SCRS pour discuter de la manière dont nous protégeons la vie privée et la sécurité des Canadiens", a ajouté le porte-parole.

    TikTok et sa société mère chinoise ByteDance ont intenté une action en justice devant un tribunal fédéral américain ce mois-ci afin de bloquer une loi signée par le président Joe Biden qui obligerait à céder l'application de vidéos courtes utilisée par 170 millions d'Américains ou à l'interdire. La loi, signée par Joe Biden le 24 avril, donne à ByteDance jusqu'au 19 janvier pour vendre TikTok, sous peine d'interdiction. La Maison Blanche a déclaré qu'elle souhaitait que la propriété chinoise prenne fin pour des raisons de sécurité nationale, mais qu'elle ne voulait pas interdire TikTok.

    Source : David Vigneault, directeur du SCRS

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Voir aussi :

    L'envers du décor de TikTok : Quelles données collecte-t-il réellement ? TikTok récupère vos données même si vous n'avez jamais utilisé l'application que l'app soit supprimée ou non, selon un rapport

    Les efforts de TikTok pour cloisonner les données des utilisateurs américains n'ont porté que sur la « porte d'entrée », négligeant ainsi la porte dérobée qui reste grande ouverte, selon d'anciens employés

    TikTok admet que certaines données de ses utilisateurs sont stockées en Chine. Ces données contiennent des informations personnelles cruciales comme les numéros de sécurité sociale
    Publication de communiqués de presse en informatique. Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  17. #477
    Membre émérite
    Homme Profil pro
    Ingénieur en génie logiciel
    Inscrit en
    Juin 2012
    Messages
    874
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur en génie logiciel
    Secteur : High Tech - Opérateur de télécommunications

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2012
    Messages : 874
    Points : 2 485
    Points
    2 485
    Par défaut
    et comme les usa peuvent utiliser linkedin, facebook, twitter, instagram pour les utilisateurs mais ils n'ont pas le courage de les dénoncer...

    avec les millions d'application américaine et grace au patriot act, cloud act... les américains ont tous les loisirs de prendent tous les informations qu'ils veulent... mais les médias, gouvernement préfère dénoncer la chine... qui est en train de prendre le lead

  18. #478
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    Décembre 2008
    Messages
    9 676
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 36
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : Décembre 2008
    Messages : 9 676
    Points : 18 641
    Points
    18 641
    Par défaut
    Citation Envoyé par marc.collin Voir le message
    comme les usa
    Ouais mais personne n'ose critiquer ce que font les USA.
    Officiellement les pays disent "les USA sont nos alliés, donc ils ont le droit de nous surveiller".

    En réalité nous n'avons aucune raison d'être plus pote avec les USA qu'avec la Chine.
    Les USA sont nos bourreaux.
    Keith Flint 1969 - 2019

  19. #479
    Membre habitué
    Homme Profil pro
    Architecte réseau
    Inscrit en
    Février 2024
    Messages
    60
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 43
    Localisation : Allemagne

    Informations professionnelles :
    Activité : Architecte réseau

    Informations forums :
    Inscription : Février 2024
    Messages : 60
    Points : 177
    Points
    177
    Par défaut
    Tiktok est une source d'informations ouverte. N'importe-qui peut espionner les citoyens canadiens qui utilisent l'appli. Oui c'est un souci de sécurité nationale, non ça n'a rien de répréhensible.

  20. #480
    Membre émérite
    Profil pro
    Inscrit en
    Juin 2009
    Messages
    923
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2009
    Messages : 923
    Points : 2 836
    Points
    2 836
    Par défaut
    Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
    Ouais mais personne n'ose critiquer ce que font les USA.
    Officiellement les pays disent "les USA sont nos alliés, donc ils ont le droit de nous surveiller".

    En réalité nous n'avons aucune raison d'être plus pote avec les USA qu'avec la Chine.
    Les USA sont nos bourreaux.
    Pour moi c'est même pas ça, mais plutôt que ça d'une façon ou d'une autre été banalisé que les USA sont partout mais que c'est "normal" que pour eux. Des société fantômes de la CIA en france ? En angleterre ? normal, la même version DGSE aux USA, en Angleterre ? Oula scandale en vue

Discussions similaires

  1. [Android] Application élections présidentielles
    Par Upx_man dans le forum Mon application mobile
    Réponses: 0
    Dernier message: 10/02/2012, 15h27
  2. Votre vote pour les élections présidentielles 2007 ?
    Par hegros dans le forum Politique
    Réponses: 615
    Dernier message: 29/04/2007, 21h24

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo