Le travail à distance marque un pic dans l'utilisation de la sécurité basée sur le cloud pour protéger les données sensibles des entreprises,
d’après les résultats d’une enquête de Exabeam

Exabeam, une société de gestion de l'information et des événements de sécurité, qui analyse l'adoption et l'utilisation des outils de sécurité basés sur le cloud, a révélé les résultats d'une nouvelle enquête faite auprès des professionnels de la sécurité au Royaume-Uni. Cette récente enquête a montré une nette augmentation de l'adoption de ces outils de sécurité par rapport à une étude antérieure réalisée en mars 2020, avant le confinement dû à la pandémie COVID-19. 88 % des personnes interrogées récemment ont déclaré que l'accélération du passage au cloud était due à la nécessité de soutenir une main-d'œuvre à distance.

Parmi les préoccupations liées au passage des dispositifs de sécurité dans le cloud, la confidentialité et la souveraineté des données figurent en tête de liste, avec respectivement 56 % et 41 %. Environ un tiers (31 %) s'inquiète de l'accès non autorisé. Toutefois, cette dernière étude montre que près de la moitié des organisations interrogées (44 %) utilisent désormais des produits de sécurité dans le cloud pour protéger les informations financières des entreprises. Cela représente une augmentation spectaculaire, potentiellement par nécessité pendant la période de confinement, par rapport à l'étude précédente d'Exabeam (où seulement 12 % protégeaient les informations financières des entreprises de cette manière).


Malgré cette adoption accrue des outils de sécurité dans le cloud, 86 % des personnes interrogées considèrent toujours que cette initiative est risquée, et 47 % la considèrent comme "à haut risque". Ces préoccupations contrastent fortement avec les 87 % de personnes interrogées qui se considèrent comme bien équipées pour orchestrer une migration vers le cloud.

Étant donné que la visibilité de l'événement doit s'étendre à chaque cloud virtuel et service cloud utilisé par une organisation, une conclusion positive du rapport est que 79 % ont une bonne ou une très bonne visibilité de leurs applications cloud. La pandémie entraînant le passage à une main-d'œuvre à distance, 84 % des organisations ont considérablement amélioré leurs efforts pour assurer une meilleure visibilité des applications basées sur le cloud. Un peu plus d'un quart des personnes interrogées, soit 26 %, estiment avoir une "très bonne visibilité" sur les applications basées sur le cloud.

Les résultats de l'enquête confirment les avantages du passage à un modèle basé sur le cloud, notamment la minimisation des ressources et des frais généraux, qui permet aux analystes de la sécurité d'accomplir leurs tâches plus rapidement et aux ingénieurs de se concentrer sur d'autres projets. L'amélioration de la surveillance et du suivi des attaques (21 %) et l'accès aux dernières fonctionnalités (20 %) sont considérés comme les gains les plus importants de l'utilisation des outils de sécurité basés sur le cloud. Un délai de rentabilisation plus court (15 %), une maintenance réduite (13 %) et une diminution des dépenses d'investissement (13 %) sont des facteurs qui favorisent l'adoption du cloud, mais qui sont considérés comme moins importants.

Au nombre des autres conclusions, on peut noter :

  • 90 % des entreprises sont d'accord pour dire qu'elles ont introduit des produits de sécurité basés sur le cloud au bon moment pour l'entreprise ;
  • hormis les informations financières des entreprises (44 %), les outils de sécurité dans le cloud sont le plus souvent utilisés pour protéger les informations des clients (50 %), le partage de fichiers (48 %) et le courrier électronique (38 %) ;
  • les autres sujets de préoccupation liés aux outils de sécurité dans le nuage sont l'intégration avec d'autres outils (31 %) et les interruptions de service (29 %) ;
  • lors du déploiement de solutions de sécurité basées sur le cloud, les répondants étaient partagés entre la migration des produits basés sur l'ancien système actuellement utilisés (44 %) et le remplacement par des outils de sécurité cloud-native (42 %).


« La dynamique en faveur de l'adoption d'outils de sécurité dans le cloud se développe depuis un certain temps. Le passage soudain et inattendu au travail à distance en mars a ouvert la voie aux solutions de sécurité basées sur le cloud, car les entreprises ont dû migrer des données commerciales critiques vers le cloud presque du jour au lendemain. Cette enquête reflète ce que nous voyons et entendons de la part de nos clients. L'appétit et l'intention de migrer vers le cloud existent, et beaucoup en récoltent aujourd'hui les bénéfices. En grande partie grâce à la COVID-19, les organisations qui avaient adopté une approche " wait and see " n'ont pas eu d'autre choix que de monter à bord du bus du cloud, quelles que soient leurs préoccupations », a déclaré Samantha Humphries, stratège en sécurité chez Exabeam.

L'enquête a été réalisée par Censuswide, une société internationale de conseil en études de marché dont le siège est à Londres.. Elle a interrogé 131 professionnels de la sécurité informatique basés au Royaume-Uni, âgés de 18 ans et plus, entre le 9 et le 11 juin 2020.

Source : Exabeam

Et vous ?

Que pensez-vous de cette étude ?
Quelles sont les difficultés que vous avez rencontrées pendant la mise en place du Cloud Computing dans votre entreprise ou pour vos projets ?
Hésitez-vous à migrer vers le Cloud Computing à cause de tous ces risques ?

Voir aussi :

Surcharge du Cloud Computing : alors que le cloud devient le principal environnement de données des organisations, la sécurité est à la traîne, selon un nouveau rapport

La sécurité dans le Cloud reste challengée par la complexité et le Shadow IT d'après IBM. Principales menaces : Vol de données, cryptomining et ranswomware

Les dépenses liées aux services cloud computing atteignent un niveau record au premier trimestre 2020, en hausse de 34*% en raison de la demande de travail à distance, selon Canalys

Le marché du cloud chinois a connu une croissance de 67% au dernier trimestre 2019, un essor qui ne sera pas freiné par la pandémie COVID-19 selon Canalys