Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Chroniqueur Actualités

    Le Figaro : "une erreur de configuration d'un serveur Elasticsearch a conduit à la fuite de 8 To de données"
    Des données personnelles appartenant aux abonnés du site Internet du Figaro étaient exposées sur un serveur Elasticsearch,
    la base de données concernée contenait environ 7,4 milliards de fichiers

    Les abonnés du site internet du Figaro sont exposés à un risque de piratage et de fraude. En effet, 8 To de données, contenant des données personnelles d’abonnés et d’inscrits au site ont été accessibles en ligne depuis plusieurs mois, révèle Safety Detective, une entreprise de sécurité informatique, dans un rapport. Pour y accéder, aucun mot de passe n’est requis. Il suffit de connaître l’adresse IP de la base de données.


    Base de données hébergée sur un serveur Elasticsearch

    La base de données du Figaro est hébergée en France sur un serveur Elasticsearch appartenant à Poney Telecom. Celle-ci contenait « des journaux API pour ses sites Internet Classique et mobile, datant des trois derniers mois », explique Safety Detectives.

    « Les journaux API de la base de données contenaient les données des utilisateurs ayant créé un compte d’abonnement sur le site Internet du Figaro entre février et avril 2020, ainsi que les données des utilisateurs préexistants s’étant connectés à leurs comptes pendant cette période », précise le rapport.

    Les données personnelles accessibles étaient :
    • les adresses électroniques des abonnés ;
    • leurs noms complets ;
    • leur adresse postale ;
    • les mots de passe des nouveaux utilisateurs (au moins 42 000 entre février et avril 2020) et leur empreinte MD5 ;
    • leur pays de résidence et leur code postal ;
    • les adresses IP ;
    • les « jetons d’accès au serveur interne ».

    De plus, les données personnelles appartenant aux journalistes et salariés du Figaro ont également été exposées.

    « La base de données compromise contenait également de nombreux journaux techniques exposant les serveurs « back end » du Figaro et potentiellement davantage de données sensibles pouvant être précieuses aux yeux de pirates souhaitant compromettre l’infrastructure de données de l’entreprise », ajoute Safety Detectives.

    Une fuite dangereuse

    « Les données exposées peuvent être utilisées par des pirates pour usurper l’identité et mener différentes formes de fraude contre ceux dont les données ont fuité. En combinant l’adresse électronique, les données personnelles et d’autres détails appartenant à un utilisateur, des pirates auront amplement la possibilité de commettre des fraudes financières, fiscales, à l’assurance, et bien d’autres », indique le rapport.

    De plus, les mots de passe exposés pourraient être utilisés par les pirates pour se connecter aux autres adresses électroniques des utilisateurs, comme Orange, Hotmail, Gmail, iCloud, ceux-ci utilisant généralement le même mot de passe pour plusieurs comptes.

    Les adresses électroniques exposées peuvent également être la cible de campagnes d’hameçonnage très efficaces, visant les victimes et leurs contacts, et même l’entreprise.

    Bases de données Elasticsearch : mal sécurisées

    Des fuites de données impliquant des bases de données Elasticsearch ont déjà été révélées auparavant. En août 2019, 40 Go de données et 134 millions de documents appartenant au constructeur automobile japonais Honda ont été exposés via une base de données Elasticsearch. L’intégralité du plan d’adressage réseau de l’entreprise, tous les postes des employés, y compris celui du CEO, étaient ainsi accessibles. En octobre dernier, les informations de près de 7,5 millions d’utilisateurs d’Adobe Creative Cloud ont été exposées sur Internet via le même type de base de données. Et récemment, en février, des chercheurs ont trouvé une base de données de Decathlon sur un serveur Elasticsearch non sécurisé se trouvant en Espagne. 9 Go de données, comprenant environ 123 millions d’enregistrements sur les clients et les employés de l’entreprise française étaient alors exposées.


    Par ailleurs, Poney Telecom souffre aussi d’une mauvaise réputation. En effet, cette société de serveurs Internet dirigée depuis la France est souvent critiquée pour ses pratiques douteuses et contraires à l’éthique en matière d’hébergement. De plus, de nombreuses attaques en ligne provenant de son réseau de serveurs ont déjà été signalées. Toutefois, Poney Telecom reste en activité malgré les poursuites judiciaires dont il fait l’objet depuis quelques années.

    Source : Safety Detectives

    Et vous ?

    Qu'en pensez-vous ?

    Voir aussi :

    Les données personnelles de 7,5 millions d'utilisateurs d'Adobe Creative cloud exposées, via une base de données Elasticsearch non sécurisée
    Amazon annonce Open Distro for Elasticsearch, une distribution à valeur ajoutée d'Elasticsearch, qui est 100% open source
    Un pirate a supprimé les données et défacé plus de 10 000 serveurs Elasticsearch exposés sur la toile sans MdP, selon Vinny Troia, ces attaques auraient été commises par le groupe The Dark Overlord
    108 millions de paris de clients de casinos en ligne exposés via une instance Elasticsearch mal configurée, y compris les détails des utilisateurs
    Un serveur du département des valeurs mobilières de l'Oklahoma permettait à quiconque, de télécharger des données gouvernementales confidentielles
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Expert confirmé
    J'en pense que lefigaro.fr va en profiter pour réduire sa facture d'hébergement mais pas changer de fournisseur malheureusement. On pointe Poney telecom mais je pense que ces mauvaises pratiques sont répandues du fait de l'explosion du numérique et donc du manque de personnel qualifié.
    Repeat after me
    Le monsieur lutte pour la défense des libertés individuelles et collectives

    Repeat after me...

  3. #3
    Membre à l'essai
    Erreur à propos de Poney Telecom
    L'article reprend les erreurs de l'article d'origine qui est une source peu fiable.

    Une simple recherche suffit pour trouver que Poney Telecom est le nom donné au réseau de Scaleway (anciennement appelé Online SAS). Et il n'y a aucune source donnée correspondant au manque de fiabilité de cet hébergeur ! On peut critiquer les services d'un hébergeur "low cost" (et je le fais), mais pas sans donner des arguments ou des sources.

  4. #4
    Responsable Qt & Livres

    Les empreintes MD5 des mots de passe ont été révélées, c'est bien ça !? Autant dire que les mots de passe étaient stockés en clair dans leur base de données…
    Vous souhaitez participer aux rubriques Qt ou PyQt (tutoriels, FAQ, traductions), HPC ? Contactez-moi par MP.

    Créer des applications graphiques en Python avec PyQt5
    Créer des applications avec Qt 5.

    Pas de question d'ordre technique par MP !

  5. #5
    Membre émérite
    Bonsoir,

    Il y a de quoi paniquer :

    1) les users utilisant facebook ou google ou orange pour se connecter au figaro peuvent pleurer car si les mots de passes sont déchiffrés ... ba possibilité d'accéder aux comptes du fai et de faire de la fraude télécom ... carte sim, ouverture intempestive de ligne, fermer une ligne à l'insu du propriétaire légitime ...
    2) si des employés du figaro ou d'autres journalistes sont des lanceurs d'alertes ... bah adresse postale en clair ... je vous dis pas le merdier si des autorités étrangères ou des personnes mal intentionnées tombent dessus. Les journalistes devront vivement faire attention à leur fesses et leur proche chez eux !!!

  6. #6
    Membre éprouvé
    Les médias Français, n’ont plus un indice de confiance favorable, en ce qui concerne les informations qu’ils diffusent .
    Si à cela ils ajoutent des couches de déficiences de sécurisation des données utilisateurs.
    Ils ne devront pas s’étonner, le jour où ils devront fermer boutique !!!
    Ne pas savoir n’est pas une faute si l’on cherche à combler ses lacunes.

    "Il n'y a pas d'obstacles infranchissables , il y a des volontés plus ou moins énergiques voilà tous" Jules Vernes

  7. #7
    Chroniqueur Actualités

    Le Figaro : "une erreur de configuration d'un serveur Elasticsearch a conduit à la fuite de 8 To de données"
    « Une erreur a été commise dans le paramétrage de la sécurisation des accès du serveur », explique le Figaro à propos d’une fuite de 8 To de données
    Dont celles d’abonnés et de journalistes

    Le Groupe Figaro n’a pas attendu longtemps pour faire une sortie afin d’apporter la lumière sur la fuite de données récemment révélée par SafetyDetectives. Dans un communiqué de presse paru le même jour que le rapport de la firme de sécurité, il explique que :

    « Dans le cadre d’une opération de maintenance, il a été procédé à la migration d’un serveur de logs (journaux d’événements permettant de monitorer en temps réel l’activité d’un site). Cette migration s’est terminée le 8 avril.

    Lors de l’installation de ce nouveau serveur, une erreur a été commise dans la sécurisation des accès à celui-ci. Celle-ci a rendu certaines données théoriquement accessibles du 8 au 28 avril 2020. Il s’agit d’informations parcellaires, très peu exploitables.

    Une fois identifiée, la faille a été immédiatement corrigée. Aucune fuite de données n’a, à ce stade, été constatée.

    Conformément à la réglementation, une déclaration de l’incident est en cours auprès de la CNIL.

    Le Figaro, qui accorde une importance toute particulière à la protection des données relatives à la navigation de ses lecteurs, regrette cet incident. Des process de sécurité supplémentaires sont mis en place afin de s’assurer que ce type d’incident ne se produise plus. »

    Sur certains aspects, c’est une communication positionnée aux antipodes de ce que la publication de la firme de sécurité SafetyDetectives souligne. En effet, là où le Figaro affirme « qu’aucune fuite de données n’a, à ce stade, été constatée », il y a quand même que SafetyDetectives a eu accès aux contenus, ce qui ouvre la porte à la même possibilité pour d’autres tiers. En sus, le rapport de la firme de sécurité fait état de ce qu’au sein du lot de données susceptibles d’être aux mains de pirates informatiques on retrouve : les adresses électroniques des abonnés ; leurs noms complets ; leurs adresses postales ; les mots de passe des nouveaux utilisateurs (au moins 42 000 entre février et avril 2020) et leurs empreintes MD5 ; les pays de résidence et les codes postaux ; les adresses IP ; les jetons d’accès au serveur interne.

    Bref, tout ce qu’il faut à des tiers malveillants pour « usurper l’identité des possesseurs desdites données et mener différentes formes de fraude en leur nom. » Pourtant, le communiqué du Figaro parle d’informations parcellaires, très peu exploitables là où on peut bien se rendre compte que les mots de passe étaient stockés en clair dans la base de données.


    Ce sont des développements qui rappellent avec emphase la sensibilité des contenus mis sur des plateformes en ligne. En effet, la possibilité pour des autorités étrangères ou des tiers malveillants d’entrer en possession de ces derniers fait peur quand on sait que les journalistes concernés pourraient être des lanceurs d’alerte. Pourtant, il s’agit de cas récurrents avec des bases de données hébergées sur des serveurs Elasticsearch. Les cas du constructeur automobile Honda et d’Adobe Creative Cloud (pour ne citer que ceux-là) l’illustrent à souhait.

    Source : Groupe Figaro

    Et vous ?

    Que pensez-vous du communiqué du Figaro ?
    Qu’est-ce qui explique cette recrudescence de fuites de données hébergées sur des serveurs Elasticsearch ?

    Voir aussi :

    Les données personnelles de 7,5 millions d'utilisateurs d'Adobe Creative cloud exposées, via une base de données Elasticsearch non sécurisée
    Un pirate a supprimé les données et défacé plus de 10 000 serveurs Elasticsearch exposés sur la toile sans MdP, selon Vinny Troia, ces attaques auraient été commises par le groupe The Dark Overlord
    108*millions de paris de clients de casinos en ligne exposés via une instance Elasticsearch mal configurée, y compris les détails des utilisateurs
    Un serveur du département des valeurs mobilières de l'Oklahoma permettait à quiconque, de télécharger des données gouvernementales confidentielles
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  8. #8
    Expert confirmé
    Que va en penser la CNIL rapport au RGPD.
    Repeat after me
    Le monsieur lutte pour la défense des libertés individuelles et collectives

    Repeat after me...

  9. #9
    Membre actif
    Ils écrivent les logins et les mots de passes dans les logs ??????

  10. #10
    Membre émérite
    Bonsoir

    Que va en penser la CNIL rapport au RGPD.
    J'espère une extrême sévérité. Plus forte que Darty par exemple. C'est à la famille Dassault de passer à la caisse.

    Citation Envoyé par cd090580 Voir le message
    Ils écrivent les logins et les mots de passes dans les logs ??????
    Plus rien ne me choque ... Des boites ou je suis déjà passé écrivaient des mdp en clair dans des BDD mysql ou oracle ... en open bar sur le réseau interne de boite . Avec le rgpd la politique a changé et l'arrache ... pour "mise en conformité"