Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Expert éminent sénior
    Elon Musk : la version bêta privée de Starlink commencera dans 3 mois et la version bêta publique dans 6 mois
    La latence et la bande passante de Starlink seront suffisantes pour permettre un usage typique d’Internet
    Incluant le Cloud gaming et le visionnage de films en HD, d'après Elon Musk

    SpaceX, officiellement Space Exploration Technologies Corporation, est une entreprise américaine travaillant dans le domaine de l’astronautique et du vol spatial. Fondée en 2002 par le milliardaire Elon Musk, elle est avec Boeing l’un des deux prestataires privés à qui la NASA a confié un contrat de transport de fret vers la Station spatiale internationale (ISS) dans le cadre du programme COTS.

    À travers son entreprise SpaceX, Elon Musk s’est lancé dans un nouveau défi : celui de permettre aux consommateurs du monde entier d’avoir enfin accès à une connexion Internet haut débit stable et de bonne qualité, mais qui n’est pas onéreuse. À terme, la société souhaite exploiter des milliers de satellites qui feront le tour de la planète à une altitude d’environ 482 à 1126 kilomètres. Ce projet a été baptisé Starlink. S’il aboutit, ce projet pourrait profondément modifier le paysage de l’industrie des télécommunications. Cela pourrait également rapporter des milliards de dollars à SpaceX chaque année (30 milliards de dollars, d’après Elon Musk) si Starlink pouvait effectivement concurrencer les fournisseurs Internet existants et aider à mettre davantage de personnes en ligne.

    Elon Musk, le patron de SpaceX, est persuadé qu’à terme sa constellation Starlink qui se présentera comme un vaste réseau composé de milliers de satellites interconnectés deviendra « ;le système Internet à large bande le plus avancé au monde ;». La société d’Elon Musk a depuis mis en orbite 242 satellites dans le cadre de son projet Starlink dont l’ouverture commerciale de Starlink est prévue pour 2020. Le service Starlink devrait être lancé dans certaines régions des États-Unis cette année, mais il faudra des années avant qu’il ne soit pleinement opérationnel. SpaceX a déjà notifié à la FCC qu’il prévoyait une desserte à l’échelle mondiale.


    Le service haut débit par satellite qu’envisage de déployer la société SpaceX par l’intermédiaire du projet Starlink offrira une latence suffisamment faible pour supporter le Cloud Gaming et sera assez rapide pour que les clients n’aient pas à se soucier de la vitesse de connexion, a récemment déclaré Elon Musk lors de la conférence Satellite 2020 qui s’est tenue à Washington DC. Le PDG de SpaceX a en outre fait valoir que le projet Starlink ne constituera pas une menace majeure pour les entreprises de télécommunications, car le service par satellite qu’il fournira ne sera pas assez bon pour répondre aux besoins des zones à forte densité de population et sera surtout utilisé par les clients ruraux qui n’ont pas accès au haut débit.

    « ;Ce sera une assez bonne expérience, car la latence sera très faible ;», a confié à ce propos Elon Musk avant d’ajouter : « ;Nous visons une latence inférieure à 20 millisecondes afin que chacun puisse jouer à un jeu vidéo fluide à un niveau compétitif, comme s’il s’agissait d’un seuil pour la latence ;». D’après ce dernier, « ;la quantité de bande passante disponible sera suffisante pour permettre une utilisation typique d’Internet, au moins dans les zones rurales ;», ce qui implique de pouvoir regarder des films en HD ou de jouer à des jeux vidéo dématérialisés probablement en HD aussi sans se soucier de la connexion.

    Une latence de moins de 20 ms rendrait la qualité du service offerte par le projet Starlink comparable à celle d’une offre concurrente à large bande câblée. En 2016, lorsque le projet Starlink était encore dans sa phase de planification, SpaceX avait indiqué qu’elle visait une latence comprise entre 25 à 35 ms pour son futur service. Mais Musk table dorénavant sur une latence inférieure à 20 ms et pourrait à l’avenir envisager un seuil potentiellement plus faible (autour de 10 ms).


    Au vu de ses caractéristiques impressionnantes, Starlink pourrait-il au final devenir une bonne option pour quiconque réside aux États-Unis, notamment dans les grands centres urbains – fief des grandes compagnies de télécoms, et souhaiterait utiliser ce service ;?

    Musk est jusqu’à présent catégorique sur ce point : Starlink « ;n’est pas bon pour les emplacements à forte densité ;». C’est probablement pour cette raison que Musk assure que son projet ne constitue pas une menace pour les grandes compagnies du marché des télécoms qui ont tendance à délaisser ou mal desservir les régions moins densément peuplées.

    De l’avis du PDG de SpaceX, Starlink ne desservira probablement que 3 ou 4 % des clients les plus difficiles à atteindre pour les opérateurs de télécommunications ainsi que les personnes qui n’ont toujours pas accès à cette ressource ou qui sont encore mal desservies. « ;Je pense donc qu’il sera réellement utile et qu’il soulagera considérablement les opérateurs de télécommunications traditionnels ;», a ajouté Musk.

    Le point de vue actuel d’Elon Musk pourrait en réalité faire partie d’une stratégie élaborée. Il semble en effet peu probable qu’Elon Musk renonce délibérément à l’attrait économique des grands centres urbains. Il essaie peut-être de retarder le conflit avec les grands câblo-opérateurs, qui ont l’habitude de mettre des bâtons dans les roues de leurs concurrents potentiels afin de retarder leurs progrès. Il peut aussi vouloir maintenir les attentes du public à un faible niveau jusqu’à ce que Starlink ait une capacité suffisante pour desservir efficacement les grandes villes. SpaceX n’a pas dit combien coûtera Starlink, mais la société a souligné que des millions de résidents américains paient 80 dollars par mois pour obtenir un « ;service merdique ;», indiquant peut-être que Starlink coûtera moins cher que cela.

    Actuellement, plusieurs autres entreprises sont à différentes phases de planification et de lancement de leur constellation de satellites positionnés en basse altitude, notamment OneWeb, Telesat, Space Norway, Facebook et Amazon. Soulignant que « ;le monde semble avoir un appétit insatiable pour la bande passante ;» en ce moment, Elon Musk a précisé que sa société est prête à lancer les satellites d’autres entreprises technologiques dans l’espace même si ces derrières sont en concurrence avec Starlink.

    Elon Musk a également abordé l’impact potentiel de Starlink sur l’astronomie, les astronomes s’étant plaints dernièrement des interférences potentielles que sa constellation de satellites SpaceX pourrait avoir sur les observations astronomiques. Selon lui, Starlink n’aura aucun impact sur les découvertes astronomiques.

    Source : Youtube

    Et vous ?

    Que pensez-vous des propos d’Elon Musk et des ambitions qu’il affiche pour Starlink ?
    Pensez-vous qu’une latence maximale de 20 ms soit un objectif réalisable pour le service que souhaite proposer SpaceX via son réseau de satellites en orbite basse ?
    Les entreprises de télécoms n’auraient-elles du souci à se faire, si SpaceX parvenait à concrétiser son projet Starlink ?

    Voir aussi

    SpaceX d'Elon Musk fait un grand pas en avant vers la fourniture d'Internet en Australie à travers Starlink et son vaste réseau de satellites interconnectés
    SpaceX teste un satellite noir pour réduire la menace de la "mégaconstellation" pour l'astronomie, pendant que les astronomes se penchent sur le problème
    SpaceX d'Elon Musk demande l'autorisation pour le lancement de 30 000 satellites Starlink supplémentaires, mais ses motivations ne seraient pas assez claires
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Membre averti
    Le PDG de SpaceX a en outre fait valoir que le projet Starlink ne constituera pas une menace majeure pour les entreprises de télécommunications, car le service par satellite qu’il fournira ne sera pas assez bon pour répondre aux besoins des zones à forte densité de population et sera surtout utilisé par les clients ruraux qui n’ont pas accès au haut débit.
    Seul le temps nous le dira. N'empêche qu'avec la qualité actuelle d'internet ainsi que son coût élevé dans les pays en développement, forte densité ou pas, ce sera probablement une révolution (et probablement aussi une menace majeure pour les entreprises de télécoms ).

  3. #3
    Membre extrêmement actif
    il y a un certain nombres de payes qui n’autoriseront pas Starlink car ce serait un reseau sous controle exclusif américains.

    comment ce passe la communication avec les satellite ? il faudra une antenne spéciale pour communiquer avec le satellite directement ?

    il me semble qu’actuellement, c'est un download stallite et un upload par fil terrestre pour les solution internet satellite ?

  4. #4
    Membre éclairé
    Pour la latence sur certains jeux j'y crois moyen, étant donné qu'on ressent déjà celle des écrans...

  5. #5
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par L33tige Voir le message
    étant donné qu'on ressent déjà celle des écrans...
    Pas tout le monde... Il faut un gros niveau pour ressentir ce type de lag. Je crois qu'à une époque sur Street Fighter V PS4, entre le moment où une action était réalisé sur le stick arcade et le moment où l'action démarrait dans le jeu il y avait 8 frames (1 frame = 1/60 de seconde (16 ms)), les joueurs normaux ne ressentaient pas grand chose.

    De toute façon là on parle de cloud gaming, donc ça peut être des jeux solo qu'on peut faire en casual. Est-ce que c'est vraiment grave si t'as quelque frames de lag quand tu joues à Red Dead Redemption 2 ou The Last Of US ?
    La connexion Starlink ce sera pour ceux qui sont dans des villages paumés, ce sera toujours mieux que rien. Le top ça restera la fibre optique et les câbles RJ45.
    Keith Flint 1969 - 2019

  6. #6
    Membre actif
    il me semble qu’actuellement, c'est un download stallite et un upload par fil terrestre pour les solution internet satellite ?
    Non, on peut faire du full satellite (je l'ai subit pendant plus d'un an), par contre niveau latence c'est plus mini 700 ms / requête et les débit ne sont ni stable ni fulgurant

  7. #7
    Membre éclairé
    Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
    Pas tout le monde... Il faut un gros niveau pour ressentir ce type de lag. Je crois qu'à une époque sur Street Fighter V PS4, entre le moment où une action était réalisé sur le stick arcade et le moment où l'action démarrait dans le jeu il y avait 8 frames (1 frame = 1/60 de seconde (16 ms)), les joueurs normaux ne ressentaient pas grand chose.

    De toute façon là on parle de cloud gaming, donc ça peut être des jeux solo qu'on peut faire en casual. Est-ce que c'est vraiment grave si t'as quelque frames de lag quand tu joues à Red Dead Redemption 2 ou The Last Of US ?
    La connexion Starlink ce sera pour ceux qui sont dans des villages paumés, ce sera toujours mieux que rien. Le top ça restera la fibre optique et les câbles RJ45.
    Je suis d'accord, mais là c'est une latence qu'on rajoute en plus de tout le reste, donc on à la latence du périphérique d'input, + le réseau allé/retour, la latence de l'écran. Donc oui, à la manette sur un red dead ou un witcher, pourquoi pas, mais un counter strike c'est mort. Sachant qu'un jeu solo à une durée de vie (en général) plus limité à style de jeu équivalent, genre RPG vs MMORPG, FPS vs FPS en ligne etc.

  8. #8
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par L33tige Voir le message
    mais un counter strike c'est mort
    Aujourd'hui il y a des jeunes qui jouent à Fortnite sur des tablettes connectés en wifi. Donc à partir de là...
    Il y a des gens qui jouent à Counter Strike avec 70ms de ping et ça se passe très bien, je ne crois pas qu'on connaisse le ping des connexions Starlink pour le moment. Wait & See.

    En tout cas ça va être cool pour les gens qui n'ont pas l'ADSL, ils vont pouvoir avoir un accès à internet rapide.
    Keith Flint 1969 - 2019

  9. #9
    Membre éclairé
    Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
    Aujourd'hui il y a des jeunes qui jouent à Fortnite sur des tablettes connectés en wifi. Donc à partir de là...
    Il y a des gens qui jouent à Counter Strike avec 70ms de ping et ça se passe très bien, je ne crois pas qu'on connaisse le ping des connexions Starlink pour le moment. Wait & See.
    Certes, mais j'ai envie de dire quand on joue à Fortnite c'est déjà qu'on est pas exigeant niveau gaming
    C'est surtout que pour le moment tous les services de cloud gaming sont assez nazes, donc rajouter une contrainte en plus me parait bof.

    En tout cas ça va être cool pour les gens qui n'ont pas l'ADSL, ils vont pouvoir avoir un accès à internet rapide.
    Comme moi par exemple, je suis éligible mais c'est compliqué au niveau des travaux ya trois toitures et donc proprios différents...

  10. #10
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par L33tige Voir le message
    je suis éligible
    En parlant de ça, il y a un truc cool qui est apparu récemment :
    Carte des déploiements fibre (FttH)
    La fibre optique finira par arriver dans presque tous les villages de France
    Les gens auront accès à mieux que la solution de Starlink
    Keith Flint 1969 - 2019

  11. #11
    Membre éclairé
    Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
    En parlant de ça, il y a un truc cool qui est apparu récemment :
    Carte des déploiements fibre (FttH)
    La fibre optique finira par arriver dans presque tous les villages de France
    Les gens auront accès à mieux que la solution de Starlink
    Oui j'ai 80% là ou je suis, en revanche mes parents : Aucun.

  12. #12
    Chroniqueur Actualités

    La FCC approuve le déploiement par SpaceX de jusqu'à 1 million de petites antennes pour Starlink
    La FCC approuve le déploiement par SpaceX de jusqu'à 1 million de petites antennes pour le réseau Internet Starlink,
    Selon des documents fédéraux

    SpaceX d’Elon Musk a franchi un obstacle réglementaire dans sa marche vers le déploiement de son réseau Internet à haut débit fourni par les satellites Starlink. La société a obtenu une licence gouvernementale clé la semaine dernière, la Commission fédérale des communications (FCC) autorisant SpaceX à commencer à déployer jusqu'à un million d'antennes terrestres dont la société aura besoin pour connecter les utilisateurs à son offre de service Internet depuis l’espace, a rapporté CNBC en citant des documents fédéraux.

    Starlink est le plan de SpaceX pour construire un réseau interconnecté, ou "constellation", d'environ 12 000 petits satellites, pour fournir Internet à haut débit partout dans le monde. L'entreprise a déjà lancé 360 satellites Starlink. Le but principal de Musk, PDG de SpaceX, est de mettre des satellites en orbite afin de créer un vaste « Internet spatial » dont l’objectif serait d’accélérer la vitesse du trafic sur le Web, en plus de fournir une connexion à moindre coût aux 4,3 milliards de personnes jugées encore dépourvues, selon les statistiques d’une étude des Nations-Unies. Il espère même que son système sera utilisé un jour pour connecter à Internet des personnes vivant sur Mars, selon ses ambitions affichées en 2015.


    Elon Musk est persuadé qu’à terme sa constellation Starlink, qui se présentera comme un vaste réseau composé de milliers de satellites interconnectés, deviendra « ;le système Internet à large bande le plus avancé au monde ;». Le service Starlink devrait être lancé dans certaines régions des États-Unis cette année, mais il faudra des années avant qu’il ne soit pleinement opérationnel. SpaceX a déjà notifié à la FCC qu’il prévoyait une desserte à l’échelle mondiale.

    Le projet Starlink est destiné aux 3 % environ de « clients les plus difficiles à atteindre » pour les entreprises de télécommunications, dans les zones rurales où « la 5G n'est vraiment pas adaptée », a déclaré M. Musk. SpaceX prévoit que Starlink offre d'une connexion à haut débit pour tous les utilisateurs, avec une latence inférieure à 20 millisecondes.

    Selon les documents vus par CNBC, la licence accordée à SpaceX précise que chaque antenne terrestre a un diamètre de 0,48 mètre. M. MusK a déclaré, dans une interview au début du mois, que « Cela ressemble à un OVNI sur un bâton ». « Il est très important que vous n'ayez pas besoin d'un spécialiste pour l'installer. L'objectif est de ... seulement deux instructions et elles peuvent être faites dans n'importe quel ordre : pointez vers le ciel, branchez ».

    Lors de la conférence Satellite 2020 qui s’est tenue récemment à Washington DC, Elon Musk a déclaré que le service haut débit par satellite que la société SpaceX s’apprête à déployer offrira une latence suffisamment faible pour supporter le Cloud Gaming et sera assez rapide pour que les clients n’aient pas à se soucier de la vitesse de connexion. Toutefois, le PDG de SpaceX a rassuré les entreprises de télécommunications que le projet Starlink ne constituera pas une menace majeure pour elles, car le service par satellite qu’il fournira ne sera pas assez bon pour répondre aux besoins des zones à forte densité de population et sera surtout utilisé par les clients ruraux qui n’ont pas accès au haut débit.

    OneWeb, le concurrent de Starlink, pourrait déposer son bilan

    OneWeb, un concurrent de Starlink soutenu par SoftBank, est également en train de lancer sa propre constellation mondiale de satellites. Mais selon CNBC, pendant que SpaceX va de l’avant avec son projet Starlink, OneWeb pourrait faire faillite. Selon un rapport publié jeudi par Bloomberg, le projet de constellation d'environ 600 satellites de télécommunications qui envisage de fournir aux particuliers une connexion Internet à haut débit dans les régions non desservies par des liaisons terrestres à partir de 2022, envisage de déposer son bilan. Selon le rapport, la société est confrontée à une pénurie de liquidités.

    En effet, OneWeb a levé 3,4 milliards de dollars pour financer son réseau de satellites, mais son PDG Adrián Steckel a déclaré à CNBC dans une interview en février que l'entreprise continue de lever des fonds. CNBC rapporte que juste après le deuxième lancement de l'entreprise, M. Steckel a déclaré : « Nous levons constamment des capitaux ». « Nous ne rendons pas public ce que nous collectons. Le moment venu, nous ferons une annonce », a-t-il ajouté.

    Toutefois, SpaceX n'a pas aussi cessé de collecter des fonds, dont 500 millions de dollars en une seule fois cette année, d’après CNBC. Musk a noté dans l'interview du mois de mars qu'il n'y a « aucune » initiative similaire dans le domaine des satellites « qui n'a pas fait faillite », en référence aux entreprises qui n'ont pas réussi à construire des réseaux au début des années 2000. « Nous voulons juste être dans la catégorie "pas en faillite", c'est notre objectif", a ajouté M. Musk.

    Alors que SpaceX est en tains de franchir des étapes importantes vers la réalisation de son but qui est de fournir aux zones les plus reculées l’Internet moins cher depuis l’espace par le biais des mini satellites que la société est en train de déployer depuis l’année dernière, la pollution lumineuse engendrée par les engins brillants suscite la polémique dans le milieu des astronomes. Les astronomes, qui craignent que l'afflux de satellites sur l'orbite terrestre ne rende les observations plus difficiles au sol, ont appelé en février à une action en justice contre la pollution lumineuse de SpaceX.

    Pour rappel, l’entreprise SpaceX d’Elon Musk a déjà obtenu l’autorisation du lancement de 12 000 satellites Starlink et attend encore une autorisation pour 30 000 engins supplémentaires. Pour les trois astronomes italiens, le déploiement complet de ces constellations de satellites particulièrement brillants perturberait, non seulement, le travail des astronomes et scientifiques étudiant le cosmos depuis la Terre, « puisque les satellites Starlink peuvent changer d’orbite de façon autonome, il est impossible de programmer des observations qui les éviteraient », ont-ils écrit.

    Les astronomes avaient déjà lancé l’alerte en juin 2019, mais la seule réaction fut la décision de SpaceX de tester un nouveau revêtement expérimental un peu moins lumineux sur les parties les plus exposées d’un de ses satellites.

    SpaceX a fait un autre grand pas en avant dans son projet Starlink en février. Le gouvernement australien a approuvé l’inclusion des entreprises SpaceX, Swarm Technologies et Kepler Communications dans l’Australia Foreign Space Objects Determination list, qui répertorie les sociétés étrangères autorisées à demander des autorisations pour fournir des services de communication dans le pays.

    Grâce à cela, SpaceX pourra par exemple demander des licences afin d’établir des communications entre ses satellites et des bases en Australie. Cependant, le régulateur australien a précisé que faire partie de la liste « ;ne confère pas à l’entité un droit pour l’obtention d’une licence, mais constitue plutôt un prérequis pour qu’une licence d’appareil spatial puisse être délivrée ;».

    SpaceX va de l’avant avec Starlink et dit que son offre d’Internet haut débit ne devrait pas constituer une menace majeure pour les entreprises de télécommunications. Mais, selon certains, les FAI dans les pays en développement, dont certains sont de grands monopoles, pourraient interdire la technologie en prétendant qu'il s'agit d'espionnage, et en rendant l'accès à cette technologie illégal.

    Source : CNBC

    Et vous ?

    Qu’en pensez-vous ?
    Que pensez-vous de la nouvelle étape franchie par SpaceX ?
    Vous aussi, pensez-vous que le déploiement du projet Starlink pourrait se heurter à une opposition des FAI dans les pays en développement ?

    Lire aussi

    Les 60 premiers satellites de Starlink, le projet d'Elon Musk pour fournir Internet depuis l'espace, sont lancés en orbite, après deux tentatives
    Elon Musk déclare que Starlink, son projet de fournir d'Internet par satellites, financera sa vision de voyage, sur Mars
    Des astronomes appellent à une action en justice contre la pollution lumineuse de SpaceX, craignant que l'afflux de satellites sur l'orbite terrestre ne rende les observations plus difficiles au sol
    La latence et la bande passante de Starlink seront suffisantes pour permettre un usage typique d'Internet, incluant le Cloud gaming et le visionnage de films en HD, d'après Elon Musk
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  13. #13
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message
    Le projet Starlink est destiné aux 3 % environ de « clients les plus difficiles à atteindre » pour les entreprises de télécommunications, dans les zones rurales où « la 5G n'est vraiment pas adaptée », a déclaré M. Musk. SpaceX prévoit que Starlink offre d'une connexion à haut débit pour tous les utilisateurs, avec une latence inférieure à 20 millisecondes.
    C'est bizarre de dépenser autant de ressources pour si peu de clients potentiels.
    Mais bon il y a des gens dans des villages paumés qui vont avoir un accès à internet rapide grâce à Starlink.

    Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message
    Pour rappel, l’entreprise SpaceX d’Elon Musk a déjà obtenu l’autorisation du lancement de 12 000 satellites Starlink et attend encore une autorisation pour 30 000 engins supplémentaires. Pour les trois astronomes italiens, le déploiement complet de ces constellations de satellites particulièrement brillants perturberait, non seulement, le travail des astronomes et scientifiques étudiant le cosmos depuis la Terre, « puisque les satellites Starlink peuvent changer d’orbite de façon autonome, il est impossible de programmer des observations qui les éviteraient », ont-ils écrit.

    Les astronomes avaient déjà lancé l’alerte en juin 2019, mais la seule réaction fut la décision de SpaceX de tester un nouveau revêtement expérimental un peu moins lumineux sur les parties les plus exposées d’un de ses satellites.
    Il y a des gens qui ne vont pas être content à cause du trop grand nombre de satellites en orbite autour de la terre.
    Keith Flint 1969 - 2019

  14. #14
    Membre extrêmement actif
    Qu’en pensez-vous ?

    Énorme dépense de moyens pour pas grand chose à mon avis.
    Sans compter que parmi les non raccordé/able, combien n'en non pas besoins et/ou ne le veulent pas ?
    Pour dépenser autant pour si peut de raisons, j'ai dans l'idée que Mr Musk et la FCC ne nous disent pas tout des buts finaux de tous ces petits satellites.

    Que pensez-vous de la nouvelle étape franchie par SpaceX ?

    SpaceX avance sur sont projet comme prévue.
    Là dessus, on pourra dire ce que l'on voudra, mais ils avancent.

    Vous aussi, pensez-vous que le déploiement du projet Starlink pourrait se heurter à une opposition des FAI dans les pays en développement ?

    Certainement.
    D'autant plus quand on sait que dans ces pays, les FAI sont sponsorisés par les États.
    Sauf accord douteux, il est évident qu'ils vont s'y opposer, mais on en revient encore au but du schmilblick.

    P.S. : Ça me fait chier qu'une autorité Étatique (FCC et autres), puisse décider d'autoriser unilatéralement le déploiement de satellites (ou autres), à une société privé, alors qu'il s'agit essentiellement d'un déploiement extra territoriale pour le coup.
    Et puis j’attends que la FCC me demande mon autorisation pour accepter tout pourrissement de mon espace nocturne personnel .
    Pas vous ?

  15. #15
    Membre régulier
    Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
    C'est bizarre de dépenser autant de ressources pour si peu de clients potentiels.
    Mais bon il y a des gens dans des villages paumés qui vont avoir un accès à internet rapide grâce à Starlink.
    Tout à fait, et pas uniquement une clientèle de particuliers.

    Je pense, par exemple, à l'usine de sérigraphie installée dans mon village natal depuis l'époque pré-internet, et dont les employés se plaignent aujourd'hui de débits faméliques lors de transfert de gros fichiers. C'est pénalisant face à des concurrents situés en zone urbaine, alors que cette entreprise est par ailleurs reconnue pour la qualité de sa production et son savoir faire.

    Proposer un service très haut débit dans des zones reculées peut être un moteur économique, je ne serais pas surpris que Musk ai cette perspective en ligne de mire.

  16. #16
    Chroniqueur Actualités

    Elon Musk : la version bêta privée de Starlink commencera dans 3 mois et la version bêta publique dans 6 mois
    Elon Musk : la version bêta privée de Starlink commencera dans environ trois mois et la version bêta publique dans six mois,
    Alors que SpaceX a demandé l’approbation des orbites encore plus basses

    Pendant que SpaceX a lancé mercredi un autre lot de 60 satellites Starlink complétant la constellation à « 420 satellites Starlink opérationnels », selon le PDG SpaceX Elon Musk, nous avons une idée plus précise du moment où les clients pourraient commencer à utiliser la constellation Starlink. En effet, selon M. Musk, le projet, conçu pour apporter l'Internet aux communautés rurales par le biais de milliers de petits satellites, commencera sous les hautes latitudes avec une version "bêta privée" dans environ trois mois, a déclaré Musk, suivie d'une version "bêta publique" dans environ six mois.

    L'objectif ultime de Starlink est bien sûr de fournir un accès Internet de haute qualité à des clients situés partout sur la Terre, mais les objectifs initiaux seront, selon les propres termes de SpaceX, des endroits où l'Internet est « peu fiable, coûteux ou totalement indisponible ». Dans des tweets publiés mercredi, le fondateur de SpaceX a donné plus de détails sur la date à laquelle, cette année même, le service Internet par satellite Starlink à faible latence et à large bande passante sera effectivement disponible pour les clients.


    SpaceX pourrait commencer à tester sa constellation de satellites Starlink dans trois mois seulement, ce qui pourrait donner le coup d'envoi d'une version bêta privée à un moment donné au cours du troisième trimestre 2020. Le test bêta initial s'appliquera à des endroits qui sont situés à des « hautes latitudes », a ajouté M. Musk. Pendant cette période, SpaceX s’attèlera certainement à faire de nombreux essais. Outre la qualité, la fiabilité et la convivialité du réseau lui-même seront testées.

    Le service bêta privé pourrait signifier qu'il sera réservé aux employés de SpaceX et Tesla et à leurs familles, a supposé le site Web Teslarati. « Tout comme Tesla teste actuellement les premiers logiciels construits sur les voitures de ses employés, ces clients serviraient de cobayes beaucoup plus organisés, offrant probablement un retour d'information détaillée tout au long de leur essai de Starlink Internet », a écrit le site Web.


    Une fois que la majorité des bogues et des problèmes les plus gênants auront été résolus, SpaceX pourra commencer ce que Musk a décrit comme une version bêta publique dans six mois à peine, c'est-à-dire au quatrième trimestre 2020. « Une bêta publique impliquerait très probablement que les clients intéressés dans les bons endroits géographiques fassent une demande en ligne et soient inscrits sur une liste d'attente », a également supposé Teslarati.

    Selon Musk, le service Starlink sera initialement mis à la disposition des clients au Canada et dans le nord des États-Unis en 2020, avec une extension supplémentaire du service à d'autres régions du monde tout au long de 2021. Sur Twitter, en réponse à une question sur le fait de savoir si l'Allemagne compte comme « haute latitude », Musk a répondu par l'affirmative, indiquant que le service bêta au moins pourrait être disponible sur plus de marchés que les États-Unis et le Canada avant l'année prochaine.


    SpaceX a placé en orbite 420 satellites Starlink, mais il est prévu d'en mettre 12 000 en orbite basse d'ici la fin de la décennie. Les dossiers internationaux montrent que SpaceX pourrait à terme porter la constellation à plus de 40 000 satellites, dans la poursuite de son objectif de rendre le haut débit abordable et à faible latence disponible presque partout sur la planète. Mais SpaceX est encore dans l’attente d’une éventuelle autorisation pour l’exploitation de 30 000 satellites supplémentaires.

    Le mois dernier, SpaceX a reçu l'approbation de la FCC pour déployer jusqu'à un million de terminaux d'utilisateurs aux États-Unis. En fin de l’année dernière, pendant qu’on attendait son service d'accès à Internet haut débit par satellite pour cette année, le PDG de SpaceX a testé la connexion en envoyant deux tweets.

    SpaceX, aux côtés d'autres entreprises comme Amazon, OneWeb et peut-être Apple, espère combler un vide dans l'infrastructure mondiale des communications qui a laissé un énorme fossé entre les villes urbaines bien connectées et les zones rurales sans infrastructure de réseau décente. Comme exemple de projets satellitaires qui visent à combler cette lacune, nous avons le projet Alphabet Loon, qui utilise des ballons stratosphériques comme tours de téléphonie cellulaire pour permettre l'accès à des endroits difficile à atteindre.

    SpaceX sollicite des orbites encore plus basses pour augmenter la couverture et minimiser les débris spatiaux

    Bien avant de partager ces détails sur le lancement cette année de la phase bêta de son service Internet, SpaceX a fait une demande de modification de son autorisation initiale à la FCC afin d’obtenir l'autorisation d'exploiter des milliers de satellites Starlink à des altitudes bien plus basses que celles prévues initialement. La société affirme que ce changement permettra d'obtenir une meilleure couverture à large bande et de réduire les débris orbitaux.

    SpaceX veut obtenir l'accord de la FCC pour ce changement de licence qui réduirait l'altitude des autres satellites et diminuerait également légèrement le nombre total. Il a déclaré à la FCC dans un dossier la semaine dernière :

    « Plus précisément, SpaceX cherche à relocaliser 2 824 satellites qui étaient auparavant autorisés à fonctionner à des altitudes allant de 1 100 km à 1 330 km à de nouvelles altitudes allant de 540 km à 570 km. En raison de l'augmentation de la traînée atmosphérique à cette basse altitude, cette relocalisation renforcera considérablement la sécurité spatiale en garantissant que tout débris orbital rentrera et disparaîtra rapidement dans l'atmosphère ».

    SpaceX espère aussi par ce changement améliorer le débit de son service Internet : « Et en raison de sa proximité avec les consommateurs sur Terre, cette modification permettra au système SpaceX de fournir aux Américains non desservis et mal desservis un service à large bande à faible latence, comparable à celui qui n'était auparavant disponible que dans les zones urbaines. Enfin, cette modification améliorera le service aux clients - y compris les utilisateurs fédéraux - qui ne pourraient pas atteindre les zones polaires autrement ».

    En cherchant à réduire de moitié l'altitude orbitale de ces satellites, SpaceX veut répondre aux nombreuses préoccupations de la communauté des astronomes. Ces derniers craignent que l'afflux massif de satellites lumineux n'ait des conséquences négatives pour les observateurs au sol. Mais au-delà des perturbations lumineuses, cette explosion du nombre d'objets orbitant autour de notre planète pose des problèmes encore plus préoccupants. En septembre, l'Agence spatiale européenne a ainsi mis en garde sur le risque accru de collisions, après avoir dû modifier la trajectoire de l'un de ses satellites scientifiques pour éviter un accrochage avec un satellite Starlink.

    Cette probabilité croissante de collisions pose aussi la question des débris spatiaux. Alors que les satellites progressent à grande vitesse sur l’orbite, le moindre incident peut générer un nombre très important de débris, eux-mêmes susceptibles de percuter d'autres objets, entraînant une réaction en chaîne. SpaceX veut résoudre ce problème en rapprochant davantage certains satellites au-dessus de nos têtes. Si la question de débris sera réglée, qu’en sera-t-il pour les trainées lumineuses qui se rapprocheront des observateurs au sol ? Mais là aussi, SpaceX a commencé à trouver des solutions en appliquant un "traitement expérimental d'obscurcissement", visant à réduire la luminosité de la mégaconstellation de satellites. Et vous, que pensez-vous d’une éventuellement réduction de moitié de l'altitude orbitale des satellites Starlink ?

    Sources : Tweet, Demande d’autorisation

    Et vous ?

    Que pensez-vous du programme de lancement de la phase bêta du service Internet Starlink donné par Elon Musk ?
    Quel commentaire faire vous d’une nouvelle demande de réduction de l'altitude orbitale des satellites Starlink déposée par SpaceX ?
    Pensez-vous qu’elle lui sera accordée ?

    Lire aussi

    La FCC approuve le déploiement par SpaceX de jusqu'à 1 million de petites antennes pour le réseau Internet Starlink, selon des documents fédéraux
    SpaceX d'Elon Musk fait un grand pas en avant vers la fourniture d'Internet en Australie à travers Starlink, et son vaste réseau de satellites interconnectés
    SpaceX veut apporter aux consommateurs du monde entier une connexion Internet haut débit qui n'est pas chère. Baptisé Starlink, ce projet pourrait modifier le paysage de l'industrie des télécoms
    SpaceX d'Elon Musk demande l'autorisation pour le lancement de 30 000 satellites Starlink supplémentaires, mais ses motivations ne seraient pas assez claires
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  17. #17
    Chroniqueur Actualités

    SpaceX et l'armée US auraient signé un accord pour tester le haut débit Starlink pour l’usage militaire
    SpaceX et l'armée américaine auraient signé un accord pour tester le haut débit Starlink
    Pour l’usage militaire


    Elon Musk avait annoncé en avril dernier que la version bêta privée du projet Starlink commencerait dans environ trois mois, avec une disponibilité des services Starlink pour des clients au Canada et dans le nord des États-Unis. SpaceX vient d’avoir un nouveau client : l’armée de terre américaine. SpaceX a signé un nouvel accord avec l'armée américaine qui permettra à ce service de la Défense de tester le futur réseau à large bande par satellite Starlink de SpaceX pendant trois ans afin d'évaluer son utilité pour répondre à leurs besoins, a rapporté SpaceNews en citant une source de l’Armée.

    Selon l’agence de presse, le 20 mai, US Army et SpaceX ont signé un accord de type Cooperative Research and Development Agreement (CRADA), a déclaré une source de l'armée. Cet accord permettra à l'Armée d'utiliser le service Starlink à large bande afin de déterminer s'il doit être déployé pour une utilisation plus large. A travers ce premier contrat, l'Armée cherchera à savoir quel type d'investissement elle doit engager dans l'infrastructure des stations au sol et à intégrer la connectivité réseau de SpaceX avec ses systèmes existants, a rapporté SpaceNews.


    Le réseau Starlink de SpaceX, qui est toujours en cours de développement, vise à fournir une connectivité Internet à haut débit et à faible latence dans le monde entier en utilisant de petits satellites en orbite terrestre basse. La constellation de satellites a été spécifiquement déployée pour répondre aux besoins des clients situés dans des zones difficiles d'accès et mal desservies, avec une connectivité réseau que l'entreprise espère meilleure et plus fiable que les connexions par satellite existantes, qui reposent sur des satellites géostationnaires situés beaucoup plus loin de la Terre.

    « Les accords CRADA sont couramment utilisés par l'armée pour évaluer les technologies et les services du secteur privé avant de s'engager à les acheter », a écrit SpaceNews. « Dans ce cas, l'armée veut pouvoir évaluer la performance du service Internet Starlink en orbite basse [LEO] lorsqu'il est connecté à des systèmes militaires. L'armée cherchera des réponses à des questions clés telles que les équipements au sol dont elle aura besoin pour utiliser Starlink et l'ampleur du travail d'intégration des systèmes qui pourrait être nécessaire », lit-on.

    Le nouvel accord avec SpaceX « permettra à l'armée de comprendre les applications potentielles des avancées de pointe dans le domaine des "RF SATCOM" commerciales telles que la nouvelle constellation Starlink LEO et les développements de terminaux SATCOM modernes capables de suivre les satellites LEO », d’après l’agence de presse. L'accord avec SpaceX fait suite à d'autres CRADA que l'armée a signés avec des sociétés comme Kratos et SES pour évaluer l'utilisation des SATCOM commerciales.

    US Army essaie de résoudre des problèmes de débit limité et d’un temps de latence élevé

    Pour accéder à l’Internet durant ses opérations, l"armée de terre utilise actuellement des satellites traditionnels, géostationnaires et placés en orbite haute, qui offrent une connexion fiable, mais peu rapide. SpaceX déploie de son côté, dans le cadre de son projet Starlink, des satellites de petite taille. Les mini-satellites starrlink, placés en orbite basse et déployés en très grand nombre, visent à offrir une connexion haut débit depuis l’espace.

    L'armée aurait pour objectif de renforcer sa connectivité satellitaire, car son système actuel d'accès aux satellites géostationnaires a une latence élevée et une faible capacité. « Les centres de commandement des opérations de l'armée accèdent aux satellites géostationnaires via de grandes antennes paraboliques montées sur des remorques et peu mobiles », a écrit SpaceNews, tout en citant un responsable de l'Armée.

    Joseph Welch, directeur adjoint du programme de commandement, contrôle et communications tactiques (C3T), a déclaré que l'armée essayait de répondre à une demande croissante de connectivité sur le terrain, « Nous avons aujourd'hui un nombre limité de SATCOM dans nos formations de manœuvre », a-t-il déclaré lors d'une conférence à l'automne dernier. L'un des plus grands défis est l'intégration des applications matérielles et logicielles dans les formations de l'armée de terre, a-t-il dit. M. Welch a comparé le système actuel à une « paille de soda » parce qu'il ne fournit pas un débit suffisant pour soutenir ses utilisateurs.


    SpaceNews a également écrit que « Pour utiliser le haut débit LEO comme Starlink, l'armée aura besoin d'antennes à écran plat pour suivre des milliers de satellites ». Il faudra déterminer le coût de déploiement de ce matériel. Comme on pouvait s'y attendre, l'armée évaluera également la sécurité dans le cadre de ses essais. En effet, une préoccupation est la sécurité des données acheminées vers les stations au sol. Actuellement, les satellites Starlink ne sont pas connectés dans l'espace par des liaisons optiques, de sorte que les données sont envoyées à des stations terrestres situées dans le monde entier. « L'armée américaine préfère utiliser des systèmes avec des liaisons intersatellites afin que les données puissent être acheminées jusqu'au point d'entrée souhaité », a écrit SpaceNews.

    US Army et SpaceX devraient aussi répondre au problème de la dépendance du modèle d'exploitation de Starlink à l'égard des stations au sol, qui peuvent ne pas être accessibles à l'Armée sur n'importe quel théâtre d'opérations où elle se trouvera. Néanmoins, il est très possible que Starlink puisse répondre aux besoins de certaines de ses opérations et pas d'autres, mais apporter de grandes améliorations dans les domaines où il travaille.

    Les plans de SpaceX pour fournir le haut débit par la constellation Starlink aux militaires

    SpaceX prévoit d'offrir le haut débit dans le monde entier et dans certaines régions des États-Unis, en se concentrant prioritairement sur les zones à faible densité qui ne disposent pas du haut débit moderne. Mais en plus de son plan pour le haut débit résidentiel, SpaceX préparait déjà le terrain pour fournir le haut débit aux militaires. En octobre 2019, Gwynne Shotwell, directrice de l’exploitation de SpaceX, a déclaré à SpaceNews qu'il considérait l'armée comme un client potentiel du haut débit de la société. « Nous parlons à l'armée de Starlink et du Starship », a-t-elle déclaré à l'époque.

    Shotwell a également déclaré en octobre que l'armée de l'air utilise Starlink pour tester des services Internet chiffrés pour les avions militaires, d’après un article de Reuters également publié en octobre 2019. « Nous fournissons une large bande passante dans le cockpit des avions de l'armée de l'air », a déclaré Mme Shotwell. « Pour l'instant, nous testons juste la capacité et trouvons comment la faire fonctionner », avait-elle ajouté.

    Les contrats avec les branches militaires et d'autres grandes organisations peuvent être cruciaux pour assurer le succès financier de Starlink. Les entreprises de satellites LEO ont un historique de faillite, et le PDG de SpaceX, Elon Musk, a récemment déclaré que ce serait « un grand pas d'avoir plus de zéro [entreprises de satellites LEO] dans la catégorie des entreprises non en faillite ». En effet, la jeune pousse OneWeb, qui poursuit le même objectif, apparaissait également comme une rivale potentielle jusqu’à ce que la crise du coronavirus porte atteinte à sa santé financière et la conduise à la banqueroute en mars dernier. Amazon, avec son projet Kuiper, entend également déployer plusieurs satellites en orbite.

    Les lancements de Starlink devraient se poursuivre à un rythme régulier tout au long de l'année, alors que SpaceX continue à développer son réseau de plusieurs centaines de satellites. Plus SpaceX a de satellites en orbite, plus sa portée géographique est grande et moins son réseau risque de connaître des interruptions de service. Outre le défi technique consistant à gérer une gigantesque flotte de satellites, chose qui n’a jamais été faite jusqu’à présent, ces entreprises doivent composer avec un autre défi : la pollution lumineuse. Starlink a en effet été vivement critiquée récemment pour ses satellites qui produisent des tracés lumineux dans le ciel nocturne.

    Source : SpaceNews

    Et vous ?

    Que pensez-vous de ce nouvel accord ?
    Selon vous, Starlink est-il la solution la plus adaptée pour US Army ? Pourquoi ?

    Lire aussi

    Elon Musk : la version bêta privée de Starlink commencera dans environ trois mois et la version bêta publique dans six mois, alors que SpaceX a demandé l'approbation des orbites encore plus basses
    SpaceX d'Elon Musk demande l'autorisation pour le lancement de 30 000 satellites Starlink supplémentaires, mais ses motivations ne seraient pas assez claires
    SpaceX d'Elon Musk fait un grand pas en avant vers la fourniture d'Internet en Australie à travers Starlink, et son vaste réseau de satellites interconnectés
    La FCC approuve le déploiement par SpaceX de jusqu'à 1 million de petites antennes pour le réseau Internet Starlink, selon des documents fédéraux
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  18. #18
    Membre extrêmement actif
    Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message
    Que pensez-vous de ce nouvel accord ?
    L'armée US a un budget illimité grâce à le FED qui peut créer de l'argent à l'infini. Starlink a besoin d'argent, parce que c'est bien beau d'envoyer des milliers de satellites mais au bout d'un moment il faut des clients qui paient et l'armée US a les moyens.

    Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message
    Selon vous, Starlink est-il la solution la plus adaptée pour US Army ? Pourquoi ?
    Être connecté partout sur terre, ça peut être utile pour une armée.
    Là ils vont pouvoir développer des protocoles de communications sécurisés, donc c'est cool pour eux.
    Est-ce que la NSA collabore avec l'armée US ? Parce qu'elle s'y connait un peu en chiffrement de données.

    ===
    Si c'est vrai cette histoire de latence faible ça pourrait être une excellente nouvelle pour les joueurs en ligne, ce serait génial que des français puissent jouer en ligne contre des japonais, des coréens ou des étasuniens dans des bonnes conditions.

    Cette année il y a ça :
    L'EVO Online 2020 se précise, Super Smash Bros. Ultimate absent du lineup
    Mais ça risque d'être bof. Et je ne pense pas que des joueurs du monde entier vont participer parce que le ping va être trop élevé.
    Keith Flint 1969 - 2019

  19. #19
    Expert confirmé
    Pour l'instant, nous testons juste la capacité et trouvons comment la faire fonctionner
    Il faut qu'il pense à la sécurité aussi. Ils n'en sont pas encore là.
    Repeat after me
    Le monsieur lutte pour la défense des libertés individuelles et collectives

    Repeat after me...