Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Consultant informatique
    Inscrit en
    avril 2018
    Messages
    571
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Côte d'Ivoire

    Informations professionnelles :
    Activité : Consultant informatique
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : avril 2018
    Messages : 571
    Points : 17 294
    Points
    17 294

    Par défaut Au G7, la France fait signer une charte sur la modération des contenus en ligne

    Au G7, la France a fait signer une charte sur la modération des contenus en ligne à plusieurs géants du Web ainsi qu’aux pays membres sauf les USA,
    D’autres sujets comme l’IA ont aussi été abordés

    Il y a eu des avancées dans l’édification de la lutte contre les contenus illicites sur Internet lors du dernier sommet du G7 qui s’est achevé lundi soir. En effet, cette réunion qui s’est tenue à Biarritz en France a permis la publication officielle d’une « charte pour un Internet ouvert, libre et sûr ». Sous l’impulsion de la France, qui est bien décidée à se positionner comme pays leader sur la modération des contenus haineux en ligne, cette charte a été signée par plusieurs géants du Web, notamment Facebook, Google (propriétaire de YouTube) ou Twitter. Aussi tous les pays membres permanents du groupe l’ont signée, à l’exception d’un seul : les États-Unis.

    Cedric O, secrétaire d'État chargé du Numérique de la République française a expliqué : « Nous voulions consacrer le principe de responsabilité des plateformes pour lutter contre les contenus haineux dans le cadre du G7 ». « La charte consacre quatre grands principes : la liberté d’expression, la protection des victimes, le retrait immédiat des contenus terroristes et la lutte contre les contenus haineux », a-t-il ajouté.

    Nom : co001.jpg
Affichages : 1166
Taille : 35,7 Ko

    Voulue par la présidence française du G7 qui souhaite qu'elle soit signée par les gouvernements, le secteur privé et la société civile, la charte doit permettre de lutter contre les contenus haineux, le cyber harcèlement et le terrorisme en ligne. Selon l'Elysée, elle s'inscrit dans la continuité de l' « appel de Christchurch » - lancé en mai par vingt-six pays et géants d'Internet - en élargissant le périmètre des engagements pris par les plateformes.

    Plusieurs projets de modération de contenus en ligne existent déjà au niveau des gouvernements locaux et au niveau européen

    La « charte pour un Internet ouvert, libre et sûr » n’est que l’un des nombreux projets proposés autour de la modération en France et au niveau européen depuis plusieurs mois. En mai 2016, les principales plateformes de contenus en ligne ont signé un code de conduite sur Internet, par lequel elles se sont engagées volontairement auprès de l'UE à respecter certaines prescriptions dans le but de retirer les contenus illicites de la toile. Après cet engagement, elles ont fourni des efforts pour satisfaire à la demande de l'UE.

    Mais la Commission a estimé que ces progrès dans la suppression de contenu illicite n'étaient pas suffisants, et a donné de nouvelles consignes à Google, YouTube, Facebook et Twitter. L’UE, qui est plus préoccupée par les contenus à caractère terroriste plus que toutes les autres dimensions de la préoccupation, avait donc pour cette question en particulier, demandé que les contenus signalés soient désormais retirés dans l'heure et non dans les 24 heures, comme pour les contenus incitant à la haine. En avril dernier, le Parlement de l'UE a voté en faveur d'une amende pour les entreprises du numérique, afin de les obliger à supprimer le contenu extrémiste du Web dans l’heure, après leur signalement. Le texte devra encore faire l’objet d’un vote final avec les nouveaux députés européens.

    Des travaux sont également en cours au G7 depuis la présidence française du groupe sur la lutte contre l'utilisation de l'Internet à des fins terroristes et extrémistes. Ces travaux ont été accentués suite à la fusillade de Christchurch en Nouvelle-Zélande, qui a occasionné la mort par balle de 51 musulmans en mars dernier et qui a été diffusée sur les médias sociaux. En mai, après l’événement terroriste, le Premier ministre néo-zélandais Jacinda Ardern a annoncé un nouvel engagement appelé « Christchurch Call », qui appelle les plateformes technologiques et les gouvernements à adopter et à appliquer des lois pour supprimer les contenus extrémistes.

    Plusieurs pays, y compris la France, l'Australie, le Canada et le Royaume-Uni, ainsi que des grandes entreprises technologiques comme Facebook, Twitter, Google et Microsoft ont signé l’engagement international. Mais la Maison-Blanche a décliné l’offre, en disant tout de même qu'elle « sera aux côtés de la communauté internationale pour condamner les contenus terroristes et extrémistes ». En effet, The Washington Post avait rapporté à l’époque que l’administration Trump a déclaré que la liberté d'expression les empêchait de s'engager officiellement dans la plus grande campagne en ligne jamais menée contre l'extrémisme.

    Parallèlement, la France a adopté, cet été, sa propre loi pour lutter contre la haine en ligne. Elle consacre notamment une obligation pour les grandes plateformes à retirer sous 24 heures les contenus «manifestement haineux». La loi, votée en première lecture en juillet à l’Assemblée nationale par 434 voix pour, 33 contre et 69 abstentions, a tout de même suscité quelques inquiétudes à cause du flou qui entoure la notion de « haine ».

    En effet, certains élus craignent que les réseaux sociaux ne se livrent à de la « surcensure », préférant effacer allègrement des contenus sans analyse du contexte, plutôt que de risquer une lourde sanction financière. Ce qui constitue, en quelque sorte, une menace pour la liberté d’expression. Le texte français est directement inspiré d’une autre loi, adoptée en Allemagne en 2017 pour lutter contre la haine en ligne.

    Dans l’un de ses tweets concernant la dernière réunion du G7, Cédric O a déclaré que les plus grandes plateformes se sont engagées pour la charte :

    Nom : Co01.PNG
Affichages : 1091
Taille : 164,5 Ko

    Mais selon le Figaro, cet enchevêtrement de projets nationaux et européens provoque un certain scepticisme, du côté des entreprises comme de certains experts, les visions défendues n’étant pas forcément les mêmes. Par exemple, le président américain Donald Trump dénonce davantage la supposée censure menée par les réseaux sociaux contre les personnalités conservatrices, que la lutte contre les contenus terroristes. Surtout quand les attentats en question sont menés au nom d’une idéologie d’extrême droite, comme ce fût le cas lors du massacre de Christchurch. Toutefois, les États-Unis continueront de participer aux discussions sur la charte, même s’ils ne l’ont pas signé.

    Cédric O s’est félicité de ce que les Etats-Unis restent tout de même autour de la table de discussion : « C’est une bonne chose qu’il y ait une prise de conscience internationale sur le sujet. Les Américains reconnaissent désormais qu’il y a un problème et que les réseaux sociaux doivent prendre leurs responsabilités ». « L’objectif final est que ça se traduise au niveau européen », a-t-il ajouté.

    Le G7 a aussi discuté d’un partenariat mondial autour de l’intelligence artificielle

    Le groupe a aussi parlé d’autres sujets du numérique, comme l’intelligence artificielle et un « Global Partnership for AI » (Partenariat mondial pour l’intelligence artificielle) va être annoncé dans les déclarations finales d’Emmanuel Macron et Donald Trump, après plusieurs mois de négociation, d’après un tweet de Cedric O.
    «Cette initiative franco-canadienne vise à créer une instance de réflexion mondiale permettant d’éclairer les pays sur l’utilisation de l’intelligence artificielle et éviter ses dérives », a expliqué le secrétaire d’Etat au numérique. « C’est la première discussion multipartite, où se rencontreront à la fois les responsables politiques des pays membres de l’OCDE, des chercheurs, des entreprises, pour parler des risques et opportunités de cette technologie, par exemple dans le domaine de la reconnaissance faciale », poursuit-il. Une source proche du dossier a affirmé que c’est un thème particulièrement sensible pour le Président Emmanuel Macron.

    Nom : co002.png
Affichages : 1074
Taille : 130,2 Ko

    Toutefois, les contours de ce partenariat mondial restent encore relativement flous et s’orientent davantage vers la diplomatie que la régulation. « L’objectif n’est pas d’aboutir à des recommandations règlementaires, mais d’ouvrir pour la première fois une telle discussion à l’international », précise ainsi Cédric O. L’OCDE et la Commission européenne s’étaient en effet déjà emparées du sujet de l’intelligence artificielle en créant des groupes de réflexion et en promulguant des conseils autour de l’éthique en intelligence artificielle.

    En ce qui concerne la « charte pour un Internet ouvert, libre et sûr », l’accord ne mentionne également aucun délai de temps obligatoire pour modérer les contenus haineux. Le sujet a déjà fait l’objet d’âpres débats lors du vote de la loi française sur le sujet. Seuls les contenus terroristes font l’objet d’un engagement de retrait « immédiat ». Espérons que, comme son nom l’indique, la charte transforme l’Internet en un lieu plus fréquentable.

    Sources : Tweet Cédric O

    Et vous ?

    Que pensez-vous de la « charte pour un Internet ouvert, libre et sûr » du G7 ?
    Quel avenir prévoyez-vous pour la nouvelle charte ?
    Quel commentaire faites-vous de la discussion autour de l’IA ?
    Pensez-vous que le « Global Partnership for AI » sera un outil efficace dans la lutte contre les dérives de l’IA ?

    Lire aussi

    Régulation d'Internet : Zuckerberg salue le plan français contre les contenus haineux comme un modèle pour l'UE, après avoir rencontré Emmanuel Macron
    Propos haineux sur Internet : l'Assemblée nationale adopte la loi Avia, mais certains s'inquiètent du flou qui entoure la notion de «haine»
    Les États-Unis ne signeront pas l'appel de Christchurch contre l'extrémisme en ligne, mais continueront à soutenir ses objectifs globaux
    Le Royaume-Uni dévoile un outil de blocage des contenus extrémistes basé sur l'IA, qui pourrait faciliter les opérations de modération des PME
    Le Parlement de l'UE vote en faveur d'une amende pour les entreprises du numérique, afin de les obliger à supprimer rapidement le contenu extrémiste
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Membre éprouvé
    Profil pro
    Inscrit en
    décembre 2007
    Messages
    470
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2007
    Messages : 470
    Points : 1 087
    Points
    1 087

    Par défaut

    Macron a part censurer a tout va... Il n'est pas si pressé de faire signer une charte de bonne conduite a Rugy.

  3. #3
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    décembre 2008
    Messages
    5 628
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 31
    Localisation : France, Doubs (Franche Comté)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2008
    Messages : 5 628
    Points : 8 277
    Points
    8 277

    Par défaut

    Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message
    En effet, certains élus craignent que les réseaux sociaux ne se livrent à de la « surcensure », préférant effacer allègrement des contenus sans analyse du contexte, plutôt que de risquer une lourde sanction financière. Ce qui constitue, en quelque sorte, une menace pour la liberté d’expression. Le texte français est directement inspiré d’une autre loi, adoptée en Allemagne en 2017 pour lutter contre la haine en ligne.
    Beaucoup trop de choses risquent d'être censuré.

    Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message
    Mais selon le Figaro, cet enchevêtrement de projets nationaux et européens provoque un certain scepticisme, du côté des entreprises comme de certains experts, les visions défendues n’étant pas forcément les mêmes. Par exemple, le président américain Donald Trump dénonce davantage la supposée censure menée par les réseaux sociaux contre les personnalités conservatrices, que la lutte contre les contenus terroristes.
    La modération peut être contraire à la liberté d'expression et à la liberté d'opinion. On peut l'utiliser pour supprimer des idées.

    Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message
    Mais la Commission a estimé que ces progrès dans la suppression de contenu illicite n'étaient pas suffisants, et a donné de nouvelles consignes à Google, YouTube, Facebook et Twitter. L’UE, qui est plus préoccupée par les contenus à caractère terroriste plus que toutes les autres dimensions de la préoccupation, avait donc pour cette question en particulier, demandé que les contenus signalés soient désormais retirés dans l'heure et non dans les 24 heures, comme pour les contenus incitant à la haine. En avril dernier, le Parlement de l'UE a voté en faveur d'une amende pour les entreprises du numérique, afin de les obliger à supprimer le contenu extrémiste du Web dans l’heure, après leur signalement. Le texte devra encore faire l’objet d’un vote final avec les nouveaux députés européens.
    1h c'est beaucoup trop court pour déterminer si un contenu est légal ou pas.
    Pour ne prendre aucun risque il faudra censurer automatiquement l'intégralité du contenu signalé et ensuite faire la modération pour voir si c'est légal ou pas.
    Donc des gens qui veulent faire chier pourraient signaler tout ce qu'ils n'aiment pas, les messages seraient censuré pendant un moment avant qu'on les analyses.
    R.I.P Keith Flint 1969 - 2019
    ***** **** **** **** ***** ****** !

  4. #4
    Membre éclairé
    Homme Profil pro
    Développeur backend junior - Symfony
    Inscrit en
    janvier 2018
    Messages
    290
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 25
    Localisation : France, Aisne (Picardie)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur backend junior - Symfony
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : janvier 2018
    Messages : 290
    Points : 668
    Points
    668

    Par défaut

    Je vois "modération de contenus en ligne" et un État (peut importe lequel) puis je vois un dirigeant très limite vis à vis de son comportement dont l'ONU a en plus critiqué la réaction policière : j'ai peur.

    PS : je ne prends parti de rien du tout ici, je ne fais que dire un ressenti sur une situation.

Discussions similaires

  1. Réponses: 29
    Dernier message: 17/01/2019, 17h32
  2. Réponses: 0
    Dernier message: 30/11/2014, 12h12
  3. Réponses: 1
    Dernier message: 05/03/2014, 16h33
  4. Réponses: 0
    Dernier message: 11/10/2013, 23h22
  5. [XL-2003] Adapter Formule qui fait référence à une cellule sur la même ligne
    Par toukii dans le forum Macros et VBA Excel
    Réponses: 1
    Dernier message: 05/06/2009, 00h25

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo