Amazon a annoncé qu'il va construire ses propres puces pour piloter ses serveurs
Intel devrait-il s'inquiéter ?

Amazon a annoncé le mois dernier qu’il entend mettre sur pied une nouvelle puce personnalisée qu’il utilisera pour faire fonctionner ses serveurs et faire baisser sa dépendance vis-à-vis de Intel. Amazon rejoint donc le club des géants de la technologie qui développent leurs propres processeurs. Amazon veut donc renforcer sa position au sein des GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft) qui sont les principaux acteurs du secteur technologique avec des chiffres d’affaires colossaux chaque année. Le géant américain de l'e-commerce se lance un nouveau défi, celui de rivaliser avec ses pairs Facebook et Microsoft par exemple qui eux ont déjà indiqués dans le passé qu'ils travaillent sur des puces d’IA.

Ces entreprises ont fortement développé l'Internet et la technologie ou en encore les réseaux informatiques. Elles disposent des services de cloud computing qui ne cessent de croître en raison des investissements qu’elles injectent dans l’obtention de nouveaux équipements toujours plus performants. Elles ont donc des besoins importants en matière de processeurs pour leurs serveurs, pour l’IA, pour smartphones. Tout comme Google qui a développé de nombreux processeurs et d’outils d’IA et qui continue d’augmenter sa part du marché dans les services du cloud, Amazon investit depuis un bon moment également dans ce sens. C’est le cas de son outils Alexa qui analyse votre voix afin de déterminer si vous êtes malade ou déprimé et de vous vendre des produits en fonction de votre état physique ou émotionnel.

Nom : faceb.jpg
Affichages : 2638
Taille : 32,9 Ko

Jusque-là, les puces pour serveur d’Amazon ou autres équipements sont tous fournis par le géant équipementier Intel qui détient 96,6 % de la part du marché malgré la présence de son concurrent direct AMD. Intel ne juge pas cette décision de son client et déclare par le biais de sa vice-présidente Lisa Spelman qui dit qu'elle n'est pas « au courant de la dynamique. Notre objectif est de comprendre et de reconnaître respectueusement ce désir ». Cela, quand bien même on sait que cette décision de Amazon de concevoir des puces locales et personnalisées pour ses serveurs va affecter d’une manière ou d’une autre les revenus de Intel de ce côté-là.

Intel continue de gagner gros puisque ses bénéfices ont augmenté comparativement à l’année antérieur à hauteur de 6,1 milliards de dollars soit environ 26 %. Toutefois, Intel se retrouve délaissé par ses concurrent sur le marché des smartphones car son industrie serait vétuste de ce côté-là, selon NYT. Amazon a assuré que contrairement à d’autres firmes le processeur n’est pas dédié à la vente directe aux clients et que cela va permettre à l’entreprise d’économiser davantage en investissant dans la conception de puces personnalisées et adaptées à un besoin spécifiques que de continuer à acheter des puces conçues pour le grand public et qu’il faudra adapter par la suite. Cependant, la société n’entend pas arrêter de s’approvisionner chez Intel mais compte réduire le coût de ses dépenses vis-à-vis de ce dernier. La nouvelle puce ne prendra donc pas en charge tout le besoin de la société.

A ce propos, Andrew Feldman, directeur général de la startup Cerebras et ancien cadre du fabricant de puces AMD, a alors déclaré : « nous considérons cela comme un tournant décisif ». Amazon assure également que la puce est moins gourmande en énergie et contribuera à réduire le coût de l’énergie de ses centre de données avec un service de l'informatique en nuage facturé à moins de 45 % par rapport aux autres options de services qu’offre l’entreprise dans le but de permettre aux clients d’utiliser la nouvelle puce.

Pour les internautes, certains estiment qu’il est plus qu’intéressant de voir qu’aujourd’hui, la plupart des sociétés internet se lancent dans la construction de leurs serveurs, ordinateurs et leurs propres équipements réseaux. Ils témoignent que les services AWS d’Amazon leur permettent d’économiser près 35 % de leur budget d’hébergement par an tout en augmentant la fiabilité, la disponibilité et la sécurité.

Il y en a qui pensent que sans un nombre suffisant de composants de base dans la pile technologique standard du secteur, les entreprises qui développent ce genre de solution risquent de restreindre la liberté d’utilisation. Par exemple, Apple a pu posséder la quasi-totalité de sa pile d'iDevice, de la fabrication au silicium en passant par le micrologiciel, le système d'exploitation et l'écosystème. Ils sont très peu incités à interagir avec des organisations externes via des normes ouvertes car ils possèdent bon nombre d’éléments qui ne prennent pas en compte cela.

Source : NYT

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi

Amazon obtient un brevet pour Alexa qui lui permettrait de déterminer si vous êtes malades et vous proposer d'acheter des médicaments

Amazon révèle que son outil automatique de recrutement exerce une discrimination contre les femmes et décide de le suspendre

Le gouvernement US dit n'avoir aucune raison de douter d'Apple et d'Amazon qui démentent la présence de micropuces « espion » dans leurs serveurs

Antitrust : l'UE ouvre une enquête sur la manière dont Amazon exploite les données collectées au cours des transactions

Amazon franchit le cap de 1000 milliards USD de capitalisation boursière, et rejoint Apple dans ce cercle fermé