Microsoft annonce la disponibilité générale d'Azure IoT Edge, son service cloud entièrement géré
qui aide les entreprises à générer des informations plus utiles

Mercredi, Microsoft a annoncé la disponibilité générale d'Azure IoT Edge, un service cloud entièrement géré qui aide les entreprises à générer des informations plus utiles à partir des données collectées des appareils IdO. Azure IoT Edge sort donc de sa phase bêta en prenant en charge les nouveaux périphériques matériels, les services de gestion et les outils de développement.

Avec Azure IoT Edge, vous pouvez :
  • réagir en temps quasi réel : Microsoft rappelle que la plupart des données deviennent inutiles quelques secondes seulement après leur génération. Il est donc vital de réduire autant que possible la latence entre la génération des données et la prise de décision. IoT Edge optimise les performances entre la périphérie et le cloud, tout en assurant la gestion, la sécurité et la mise à l’échelle ;
  • sécuriser la périphérie intelligente : vos appareils connectés sont exposés à des menaces de sécurité allant de l’altération physique au piratage d’adresses IP. Microsoft assure qu’Azure IoT Edge est conçu pour une sécurité s’étendant à différents profils de risque et scénarios de déploiement, et offre la même protection à laquelle vous pouvez vous attendre de tous les services Azure ;
  • déployer une IA et de l’analytique : Azure IoT Edge vous permet de déployer une IA dans des applications de traitement des événements complexes (CEP), d’apprentissage automatique, de reconnaissance d’images et autres applications de valeur supérieure, sans écriture de code en interne. Exécutez des services Azure tels que Functions, Stream Analytics et Machine Learning localement. Créez des modules d’intelligence artificielle et mettez-les à la disposition de la communauté ;
  • réduire les coûts liés aux solutions IdO : seule une fraction des données IdO acquises est significative après analyse. Vous pouvez vous servir des services tels qu’Azure Stream Analytics ou des modèles formés pour traiter les données localement afin de n’envoyer au cloud que les informations nécessaires pour une analyse plus approfondie. Cela réduit le coût associé à l’envoi de vos données au cloud tout en préservant une qualité de données élevée ;
  • simplifier le développement : IoT Edge suit le même modèle de programmation que les autres services Azure IoT. Par exemple, le même code peut être exécuté sur un périphérique ou dans le cloud. IoT Edge prend en charge des systèmes d’exploitation tels que Linux et Windows, ainsi que des langages tels que Java, .NET Core 2.0, Node.js, C et Python. Vous pouvez ainsi coder dans un langage que vous connaissez, et utiliser la logique métier existante sans devoir écrire du code à partir de rien.
  • opérer hors ligne ou avec une connectivité intermittente : la gestion des appareils par Azure IoT synchronise automatiquement le dernier état des appareils une fois ceux-ci reconnectés pour garantir une opérabilité homogène.

« Depuis que nous avons présenté Azure IoT Edge il y a un peu plus d'un an, nous avons vu de nombreux exemples de l'impact réel de la solution, allant de l'usine à la ferme, qui ont exploité le cloud intelligence directement sur les appareils IdO », a assuré Sam George d’Azure Internet of Things, qui a annoncé la disponibilité générale. « Désormais, les périphériques peuvent agir immédiatement sur des données en temps réel - qu'il s'agisse de reconnaître une fissure dans un tuyau à partir d'une vue aérienne ou de prévoir une panne d'équipement avant qu'elle ne se produise ».

Azure IoT Edge a été publié en préversion en novembre 2017. Avec la disponibilité générale, Microsoft en a profité pour étoffer un peu plus sa solution en proposant un certain nombre de nouvelles fonctionnalités. Sam George a profité de cette annonce pour indiquer un certain nombre de décisions prises par Microsoft.

Nom : azure.png
Affichages : 1401
Taille : 91,8 Ko

L’ouverture et la flexibilité pour un plus grand choix

Azure IoT Edge a été publié en open source : Microsoft estime que cela va offrir aux développeurs une plus grande flexibilité et un meilleur contrôle de leurs solutions de pointe, ce qui leur permettra de modifier les problèmes d'exécution et de débogage.

Prise en charge du système de gestion des conteneurs Moby : Moby est la plateforme open source sur laquelle Docker s'appuie pour étendre les concepts de conteneurisation, d'isolation et de gestion du cloud aux périphériques périphériques. Les conteneurs Moby fonctionnent sur les systèmes basés sur Docker, et vice versa. Aucune modification n'est requise pour les modules existants (basés sur Docker).

Avec la disponibilité générale, Microsoft a proposé un trio de services complémentaires, notamment Device Provisioning Management (DPM), security manager et Automatic Device Management (ADM).

DPM permet aux administrateurs de configurer les périphériques connectés sur le terrain et de les provisionner tous en même temps - théoriquement « des milliers » à la fois, comme l’a déclaré Microsoft. Le gestionnaire de sécurité pour sa part permet aux fabricants de périphériques d'implémenter leur choix de module de sécurité matérielle. Parallèlement, la gestion automatique des appareils permet aux utilisateurs de déployer les modules Azure IoT Edge (les conteneurs qui exécutent les services Azure ou le code personnalisé) sur les appareils en direct.

Une meilleure expérience de développement

Enfin, Microsoft rationalise l'expérience des développeurs dans Azure IoT Edge, principalement en augmentant le nombre de langages de programmation pris en charge dans les kits de développement de logiciels (SDK) et en introduisant des outils pour Visual Studio Code. Les développeurs peuvent coder, tester et déboguer des modules Azure IoT Edge à partir de Visual Studio et travailler avec d'autres contributeurs dans Visual Studio Team Services.

Parallèlement au lancement officiel d'Azure IoT Edge, Microsoft étend son programme Azure Certified for IoT, un écosystème de matériel testé par des fabricants tels que Dell, Raspberry Pi, Intel, Panasonic, Toshiba et MSI, pour certifier des fonctionnalités telles que gestion des périphériques et sécurité.

Les nouveaux clients qui souhaitent démarrer avec Azure IoT Edge ont besoin d'une instance Azure IoT Hub pour connecter et gérer les périphériques (s'ils n'utilisent pas une solution tierce), ainsi que les modules IoT Edge Runtime et Edge. IoT Edge lui-même est gratuit, mais les services sur Microsoft Azure seront facturés en fonction de leur prix spécifique.

Le lancement d'Azure IoT Edge réaffirme l'engagement de Microsoft sur le marché de l'internet des objets. En avril, la société a annoncé qu'elle investirait 5 milliards de dollars dans l'infrastructure des appareils connectés au cours des quatre prochaines années, triplant ainsi ses dépenses antérieures. L'industrie de l'Internet des objets devrait atteindre 457 milliards de dollars en 2020, selon Statista, ce qui se traduira par une augmentation de la productivité de 1,9 billion de dollars et une réduction des coûts de 177 milliards de dollars.

« Avec notre plateforme IoT couvrant le cloud, le système d'exploitation et les périphériques, nous sommes idéalement positionnés pour simplifier le parcours de l'IoT, quels que soient sa taille, son expertise technique et son budget. l'industrie, ou d'autres facteurs - peuvent créer des solutions fiables et connectées qui améliorent les expériences des entreprises et des clients, ainsi que la vie quotidienne des gens partout dans le monde », expliquait alors Julia Blue, directrice de Microsoft Azure, dans un blog en avril,

Les clients qui utilisent déjà IoT Edge incluent Rockwell Automation, Mapbox, Qualcomm, Schneider Electric, Chevron, Vulcan Steel, Amano McGann, Redis Labs et Moxa.

Source : Annonce Microsoft

Voir aussi :

Azure cloud est le nouveau Windows de Microsoft, soutient l'analyste James Cordwell au regard de la croissance continue de la plateforme cloud
Microsoft va imposer l'authentification multifacteurs sur les comptes admin d'Azure AD pour réduire le risque quand un mot de passe est compromis
GitLab annonce que le processus de migration d'Azure à Google cloud platform court vers son terme : encore un mois
Azure SQL Data Sync est disponible et permet de synchroniser les données entre une BD SQL Azure et les autres points de terminaison SQL
À tous ceux qui ont fui GitHub suite au rachat par Microsoft : GitLab est hébergé sur Microsoft Azure