Oracle abandonne Terraform, un environnement logiciel d'« infrastructure en tant que code », au profit d'OpenTofu
et demande à ses clients de passer à la dernière MAJ construite sur des logiciels libres

La Fondation Linux a lancé OpenTofu, une alternative open source à Terraform, en réponse aux changements de licence de ce dernier. Oracle a rapidement adopté OpenTofu, remplaçant Terraform dans son Oracle E-Business Suite Cloud Manager. Cette transition vers OpenTofu vise à éviter les complications de licence, offrant ainsi une solution permissive et fiable pour la gestion de l'infrastructure en cloud. Avec le soutien de leaders de l'industrie, OpenTofu s'engage à promouvoir le développement collaboratif et transparent, soulignant l'importance de l'open source dans l'innovation technologique.

Terraform, conçu par HashiCorp, est un logiciel d'« infrastructure as code » qui automatise la création des éléments nécessaires à une infrastructure de centre de données, incluant le réseau, les machines virtuelles, les groupes de sécurité et les bases de données. Il propose un processus uniforme pour provisionner et gérer l'infrastructure à toutes les étapes de son cycle de vie, aussi bien pour les composants fondamentaux tels que le calcul, le stockage et le réseau que pour les éléments avancés comme le DNS et les services SaaS.

IBM est en passe d'acquérir HashiCorp, selon des sources rapportées par le Wall Street Journal. Cette nouvelle a entraîné une hausse significative du cours de l'action HashiCorp, tandis que celui d'IBM a également enregistré une légère augmentation. L'accord devrait être finalisé dans les prochains jours et pourrait inclure une prime par rapport au cours de l'action avant l'annonce. Basée à San Francisco, HashiCorp propose des logiciels permettant de gérer l'infrastructure des fournisseurs de cloud publics tels qu'Amazon Web Services et Microsoft Azure. Cette acquisition s'inscrit dans la stratégie d'IBM, qui se focalise de plus en plus sur les logiciels, en particulier dans le domaine de l'intelligence artificielle. Avec cette acquisition potentielle, IBM vise à renforcer sa position sur le marché des services cloud.

Nom : tofu.jpg
Affichages : 41341
Taille : 10,2 Ko

En septembre 2023, la Fondation Linux a dévoilé OpenTofu, une solution open source destinée à concurrencer Terraform, un outil de provisionnement de code et d'infrastructure largement répandu. Autrefois connu sous le nom d'OpenTF, OpenTofu représente une initiative ouverte et collaborative en réaction au récent changement de licence de Terraform. Ce dernier est passé de la Mozilla Public License v2.0 (MPLv2) à la Business Source License v1.1. OpenTofu offre ainsi une alternative open source fiable, sous une gouvernance neutre et communautaire.

« Notre dernière mise à jour d'Oracle E-Business Suite (EBS) Cloud Manager, 24.1.1.1, est maintenant disponible. Nous vous recommandons vivement d'adopter cette nouvelle version 24.1.1.1 de Cloud Manager dès que possible. Dans cette version, nous sommes passés de Terraform à OpenTofu en raison des changements de licence à venir pour Terraform. Vous devez donc mettre à jour votre Cloud Manager vers la version 24.1.1.1 au plus tard le 30 juin 2024 », Terri Noyes, directeur de la gestion des produits.

Terraform orchestre la création et la gestion de ressources sur diverses plateformes cloud et autres services via leurs API. Grâce à la prise en charge de nombreux fournisseurs, il peut interagir avec pratiquement toutes les plateformes ou services disposant d'une API accessible. En fournissant une visibilité totale sur les changements planifiés pour votre infrastructure, Terraform élabore un plan et vous demande votre accord avant d'effectuer toute modification. De plus, il maintient un enregistrement précis de l'état actuel de votre infrastructure pour garantir sa conformité avec la configuration désirée.

En adoptant des fichiers de configuration déclaratifs, Terraform décrit de manière claire l'état final souhaité de votre infrastructure, éliminant ainsi la nécessité d'instructions complexes. En construisant un graphique des ressources et en gérant les interdépendances, Terraform peut provisionner efficacement les ressources en parallèle. Par le biais de modules configurables et réutilisables, Terraform facilite la création de configurations standardisées. Que vous utilisiez les modules du registre Terraform ou que vous en conceviez vous-même, cette approche favorise l'efficience et encourage l'adoption de bonnes pratiques.

Oracle a choisi OpenTofu, une version open source, pour son Oracle E-Business Suite (EBS) Cloud Manager, en remplacement de Terraform. Les clients sont encouragés à migrer vers cette nouvelle version d'ici le 30 juin 2024. Le Cloud Manager, considéré comme l'outil principal pour les clients EBS, facilite la transition vers Oracle Cloud en permettant la migration, la provision de nouveaux environnements et la gestion du cycle de vie. Cette décision découle des changements de licence imminents de Terraform, incitant Oracle à choisir OpenTofu pour éviter les complications. Cette transition reflète la robustesse perçue d'OpenTofu, signalant son adoption par des entreprises sérieuses.

OpenTofu, une alternative open source en réaction aux changements de licence

OpenTofu, un fork entièrement open source de Terraform, représente une alternative directe à la version 1.6 de Terraform tout en restant rétrocompatible avec toutes les versions antérieures. Initié par OpenTF et soutenu par des entreprises telles que Gruntwork, Spacelift, Harness, Env0, Scalr, et d'autres, OpenTofu est une réponse aux changements de licence de HashiCorp en août 2023. Dérivé de Terraform version 1.5.6, OpenTofu conserve les fonctionnalités qui ont fait le succès de Terraform tout en apportant des améliorations significatives.

Intégré à la Fondation Linux, avec un objectif ultime de rejoindre la Cloud Native Computing Foundation (CNCF), OpenTofu est désormais un projet majeur. Sa première version stable a été lancée en janvier 2023, et la version 1.7, publiée récemment, propose de nouvelles fonctionnalités, des améliorations et des correctifs de bogues visant à optimiser l'expérience utilisateur et la gestion de l'infrastructure en tant que code.

L'initiative OpenTofu a suscité un vif intérêt dès ses débuts, avec un soutien substantiel de la part de diverses entreprises et individus. Son manifeste, publié le 15 août, expose clairement ses intentions et objectifs, offrant ainsi une feuille de route pour assurer la pérennité de Terraform en tant qu'outil open source. L'adhésion à la Fondation Linux confère à OpenTofu une structure organisationnelle solide et respectée, garantissant son indépendance vis-à-vis de toute influence extérieure. Cette décision stratégique répond aux préoccupations de la communauté open source concernant le contrôle monopolistique d'un seul acteur.

OpenTofu a été créé pour garantir le développement continu de l'écosystème Terraform, en réponse aux incertitudes suscitées par le changement de licence de HashiCorp pour la Business Source License (BSL). Bien que les FAQ de HashiCorp fournissent des clarifications initiales, les implications à long terme de la licence suscitent des inquiétudes quant à la liberté d'utilisation commerciale de Terraform.

L'adoption d'OpenTofu soulève des questions et des défis potentiels

En rejoignant la Fondation Linux et en soumettant une demande d'adhésion à la CNCF, les responsables d’OpenTofu visent à consolider son statut d'outil essentiel de gestion d'infrastructure tout en garantissant sa gouvernance communautaire et son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'initiative OpenTofu, lancée par la Fondation Linux en réponse aux changements de licence de Terraform, présente plusieurs aspects positifs. Tout d'abord, elle offre une alternative open source à Terraform, répondant aux préoccupations de la communauté quant aux implications des nouvelles conditions de licence. De plus, l'adoption rapide d'OpenTofu par des entreprises comme Oracle témoigne de son attractivité en tant que solution de remplacement fiable et permissive.

Cependant, malgré ses avantages, l'adoption d'OpenTofu soulève également des questions et des défis potentiels. Tout d'abord, bien que la transition vers OpenTofu évite les complications de licence, elle pourrait entraîner des coûts et des efforts supplémentaires pour les entreprises qui doivent migrer de Terraform vers cette nouvelle plateforme. De plus, bien qu'OpenTofu soit soutenu par des leaders de l'industrie, sa fiabilité à long terme et sa capacité à maintenir un développement collaboratif et transparent doivent encore être démontrées.


En outre, le remplacement rapide de Terraform par OpenTofu par des entreprises comme Oracle pourrait soulever des préoccupations quant à la dépendance envers une seule solution pour la gestion de l'infrastructure en cloud. Bien que la diversité des options soit bénéfique pour encourager l'innovation et la concurrence, une adoption précipitée d'OpenTofu sans une évaluation approfondie des alternatives pourrait potentiellement limiter le choix et l'agilité des entreprises dans le futur.

Si OpenTofu représente une réponse positive aux changements de licence de Terraform et bénéficie d'un soutien significatif de l'industrie, il n'en demeure pas moins vrai que son adoption nécessite une évaluation prudente de ses avantages et de ses inconvénients, ainsi qu'une attention continue à sa gouvernance, sa fiabilité et sa durabilité à long terme.

Source : Oracle

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Quels sont les principaux avantages qu'OpenTofu offre par rapport à Terraform, en particulier en termes de gestion de la licence et de permissivité ?

Quelles sont les implications à long terme de la décision d'Oracle d'adopter OpenTofu pour son Oracle E-Business Suite Cloud Manager, en termes de coûts, d'efforts de migration et de performance ?

Voir aussi :

OpenTF annonce la mise en place d'un fork de l'environnement logiciel d'"infrastructure as code" Terraform, dans le but de garder l'outil en open source

La Linux Foundation lance OpenTofu, une nouvelle alternative Open Source à Terraform, avec l'objectif de devenir la solution de référence en matière d'infrastructure en tant que code