Après votre décès, la gestion de vos nombreux comptes devient un véritable cauchemar pour votre famille,
un terrain d'opportunité pour les entreprises ou une véritable préoccupation ?

Le problème courant auquel de nombreuses familles sont confrontées est la gestion des actifs numériques après le décès d'un proche. Lorsque Paul décède soudainement, sa femme Rebecca se retrouve dans un cauchemar : accéder à ses nombreux comptes en ligne. Sans testament ni accès au téléphone de Paul, elle est privée de photos, de documents et de comptes financiers essentiels. Cette histoire tragique reflète un problème de plus en plus courant : la gestion des actifs numériques après le décès d'un proche. Avec chaque personne possédant en moyenne une centaine de comptes en ligne, la planification de l'héritage numérique devient cruciale.

Des services comme Everplans offrent des solutions pour organiser les informations et les souhaits posthumes, tandis que les gestionnaires de mots de passe facilitent l'accès aux comptes pour les proches désignés. Apple et Google proposent également des options pour désigner des contacts d'héritage et accéder aux appareils et aux données après le décès. En fin de compte, préparer son héritage numérique devient aussi important que la rédaction d'un testament traditionnel.


Nom : Memorial.jpg
Affichages : 10186
Taille : 33,9 Ko

Des plateformes en ligne telles que Google, Facebook, LinkedIn et Instagram ont déjà envisagé des solutions à cet égard. Par exemple, Google explore la possibilité de permettre aux utilisateurs de transférer leurs données à un contact de confiance après une période d'inactivité de leur choix. Cependant, la plupart des autres plateformes imposent des procédures plus complexes aux proches du défunt, rendant souvent difficile la suppression de comptes inactifs en l'absence d'instructions ou de mots de passe préalablement confiés par le défunt.

Dans une période de deuil déjà difficile, trouver comment accéder à ses comptes, les maintenir ou les fermer peut aller de la difficulté personnelle à la nécessité financière. Bien que la planification de l'héritage numérique puisse alléger ce fardeau, les experts estiment que trop peu de personnes tirent parti de ces outils. « Il avait un code d'accès à quatre chiffres et j'ai littéralement essayé tout ce que je pouvais », a déclaré Bistany, qui vit à Long Island, dans l'État de New York. « J'ai gardé une liste de ce que j'ai essayé parce que plus vous vous trompez, plus longtemps vous serez bloqué. Je l'ai fait tellement de fois que je ne peux même plus essayer ».

Bien qu'elle ait contacté Apple, AT&T et même la police pour demander de l'aide afin de déverrouiller le téléphone, les entreprises n'autorisent pas les membres de la famille à y accéder, à moins que le propriétaire ne les désigne comme contact privilégié. Malgré tout, elle garde son numéro de téléphone actif, paie un forfait mensuel et espère pouvoir un jour accéder non seulement à ses comptes financiers, mais aussi à des années de photos et de vidéos de leur vie commune.

Même pour les personnes qui peuvent accéder aux comptes de leurs proches, le processus peut être décourageant. Laura Orrico, une veuve de Chicago, raconte qu'elle a dû faire appel à un informaticien pour l'aider à passer en revue tout ce qui se trouvait sur l'ordinateur de son défunt mari. « J'avais le cerveau d'une veuve », dit-elle. Je n'arrivais même pas à ranger un tiroir et encore moins à comprendre son ordinateur. Les experts recommandent aux personnes de tous âges d'élaborer un plan d'héritage numérique, qu'il s'agisse de mettre les mots de passe en un seul endroit ou de décider de ce qu'il adviendra de votre présence sur les médias sociaux.

La France face à la mort numérique : entre identité et transmission

De manière générale, le patrimoine englobe tous les biens et obligations d'une personne, tant actifs que passifs, considérés comme une entité juridique, un ensemble comprenant non seulement ses biens actuels, mais également ceux à venir. Cependant, la notion de patrimoine « numérique » du défunt est plus complexe à définir. Actuellement, il n'existe pas de définition légale ou jurisprudentielle claire et précise du patrimoine numérique. Il peut être assimilé à l'ensemble des données personnelles générées pendant notre vie via les réseaux sociaux, les courriels, les plateformes de streaming, les sites de vente en ligne, etc., ainsi que les biens numériques possédés tels que les cryptomonnaies, les logiciels, les photos, les vidéos, etc. Ces éléments constituent notre identité numérique, bien que cette dernière se concentre davantage sur la manière dont une personne est représentée et identifiée en ligne, tandis que le patrimoine numérique englobe l'ensemble de ces biens et données numériques de manière plus large.

Dans sa Charte pour la conservation du patrimoine numérique du 17 octobre 2003, l'UNESCO définit le patrimoine numérique comme des matériaux informatiques de valeur durable devant être préservés pour les générations futures. Cette définition met en lumière l'importance croissante des données constituant notre patrimoine numérique, ainsi que leur valeur transmissible aux héritiers. Par exemple, les NFT (tokens non fongibles) générés par le défunt pendant sa vie peuvent avoir une valeur significative, notamment financière, ce qui souligne l'importance d'anticiper leur transmission et leur partage parmi les héritiers.

Le Règlement Européen sur la protection des données ne couvre pas les données des individus décédés, laissant cette question à la discrétion de la législation nationale de chaque État membre. Les données des personnes décédées posent un enjeu significatif, compte tenu de la masse croissante de données que nous générons tout au long de notre vie, allant des formalités administratives dématérialisées aux profils sur les réseaux sociaux et aux achats en ligne. La plupart des individus ne prennent pas en compte la conservation et la transmission de leurs données après leur décès. Par exemple, plus de 8000 profils Facebook appartenant à des personnes décédées sont abandonnés chaque jour.

La France a introduit la notion de mort numérique par le biais de la loi n°2016-1321 pour une République numérique du 7 octobre 2016, modifiant ainsi la loi du 6 janvier 1978. L'article 40-1 de la loi Informatique et libertés a pour objectif de réglementer le traitement des données personnelles après le décès des individus concernés.

Analysons minutieusement la procédure de création d'un plan d'héritage numérique

Pour commencer, la première étape consiste à dresser l'inventaire de vos actifs numériques et à déterminer leur valeur, qu'elle soit financière, sentimentale ou informationnelle. Cela peut inclure des médias sociaux, des comptes de messagerie, des services de cloud computing, des cryptoactifs, des points de fidélité dans des portefeuilles électroniques ou des comptes de jeux en ligne.

Abby Schneiderman, cofondatrice d'Everplans, souligne l'importance de rendre accessible à un proche de confiance le code de déverrouillage de votre téléphone et de votre ordinateur, car de nombreux autres comptes peuvent être réinitialisés une fois l'accès à la messagerie électronique obtenu. Il est également judicieux de conserver les appareils intelligents pendant un certain temps avant de les réinitialiser.

Ensuite, il est recommandé de désigner un exécuteur testamentaire numérique qui vous aidera à mettre en œuvre votre plan d'héritage numérique. Cette personne devrait être informée régulièrement des modifications apportées au plan et connaître les détails des actifs numériques et de leur emplacement. Les avocats spécialisés dans la planification successorale intègrent désormais fréquemment des informations sur les actifs numériques dans les testaments, mais ceux qui n'ont pas mis à jour leur testament depuis un certain temps devraient envisager de le faire.

Enfin, envisagez d'utiliser un service de planification de l'héritage. Jamie McDonald, 60 ans, mère de trois enfants, a été profondément marquée par l'histoire d'une famille déchirée après la mort soudaine des parents dans un accident de voiture. Les survivants ont dû se partager la maison, les meubles et d'autres biens, ce qui souligne l'importance de planifier et de documenter vos souhaits pour éviter des conflits similaires à vos proches.

En France, examinons de près la méthode pour élaborer un plan d'héritage numérique

Les dispositions des articles 84 à 86 du décret du 29 mai 2019, qui découlent de la loi Informatique et Libertés, règlent la transmission du patrimoine numérique. Deux scénarios se présentent alors. Dans le premier cas, si le défunt n'a pas pris de mesures préventives, ses données demeurent accessibles en ligne, exposées aux risques de violation de la vie privée, d'usurpation d'identité, de piratage ou d'exploitation frauduleuse. Pour remédier à cette situation, la loi autorise la désignation d'une personne de confiance certifiée par la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) pour gérer les données en ligne après le décès. Ainsi, le notaire joue un rôle crucial dans la transmission des données numériques.

L'intégration de ces données dans un testament notarié assure leur authenticité et leur validité juridique, tout en garantissant le respect des volontés concernant le patrimoine numérique. Le notaire est en mesure de sensibiliser ses clients sur les implications de la transmission des identités numériques. Il est conseillé au testateur de mentionner dans son testament ses comptes en ligne et les mots de passe associés, permettant ainsi à ses héritiers de prendre des décisions éclairées concernant leurs données. Par exemple, les héritiers peuvent choisir de fermer les comptes du défunt, de s'opposer au traitement des données personnelles ou de les mettre à jour. Enfin, lors de la rédaction du testament, il est possible d'opter pour un coffre-fort numérique pour stocker en toute sécurité des documents numériques et autoriser l'accès à la famille.

Gestionnaire de compte inactif chez Google

Un gestionnaire de mots de passe est une application installée sur votre téléphone, votre tablette ou votre ordinateur, qui stocke vos mots de passe afin que vous n'ayez pas à vous en souvenir. Une fois que vous vous êtes connecté au gestionnaire de mots de passe à l'aide d'un mot de passe « maître », il génère et mémorise vos mots de passe pour tous vos comptes en ligne. De nombreux gestionnaires de mots de passe peuvent également saisir automatiquement vos mots de passe sur les sites web et les applications, de sorte que vous n'avez même pas besoin de les taper à chaque fois que vous vous connectez.

Il existe de nombreux gestionnaires de mots de passe différents, dont beaucoup peuvent être utilisés gratuitement si vous acceptez certaines limitations. Cela vaut donc la peine de rechercher des avis en ligne et de trouver celui qui répond à vos besoins. Le NCSC fournit également des conseils techniques sur les caractéristiques de sécurité à prendre en compte lors du choix d'un gestionnaire de mot de passe. Si vous utilisez MacOS, vous pouvez utiliser Keychain, un système de gestion des mots de passe intégré au système d'exploitation.

Google a anticipé la possibilité de votre décès, même si ce n'est pas encore le cas. Son gestionnaire de compte inactif vous permet de partager des parties de vos données ou d'avertir automatiquement quelqu'un si vous êtes considéré comme "inactif" (c'est-à-dire sans connexion, sans activité habituelle ou sans utilisation d'applications mobiles) pendant une période déterminée.

Personnellement, j'ai choisi une période de trois mois, mais vous pouvez choisir une période plus longue, comme six mois. Sauf si je choisis expressément de conserver certaines informations telles que mon adresse e-mail et les emplacements enregistrés sur Maps, jusqu'à 10 personnes de confiance seront averties et pourront accéder à des informations personnelles telles que les contacts, les discussions, les photos, les notes, l'audio du téléphone, les achats, les tâches, et plus encore, dans un délai de trois à dix-huit mois. Un mois avant la fin de la période de 90 jours, Google m'envoie un SMS et un courrier électronique pour confirmer que je n'utilise plus mon compte.


Les utilisateurs de Gmail ont également la possibilité de mettre en place un message de réponse automatique pour informer les personnes contactant leur compte inactif. (Imaginez recevoir un message de réponse automatique informant du décès d'une personne). Si tout cela semble trop complexe (ou si vous ne souhaitez pas que votre famille ou vos amis aient accès à des vidéos privées sur YouTube), vous pouvez laisser Google effacer votre existence numérique après la période de temps que vous avez déterminée.

Apple propose un programme d'héritage numérique qui vous permet de désigner des contacts légaux qui pourront accéder à votre compte en cas de décès. Toute personne utilisant iOS 15.2, iPadOS 15.2 et macOS 12.1 ou une version ultérieure, avec l'authentification à deux facteurs activée, peut donner à ses contacts de confiance l'accès à certaines données stockées dans son compte Apple, telles que les photos, les messages, les notes, les fichiers, les applications et les sauvegardes d'appareils. Cependant, certaines informations telles que les films, la musique, les livres et les abonnements achetés avec l'identifiant Apple, ainsi que les informations de paiement, les mots de passe et les clés stockées dans le trousseau, ne sont pas accessibles aux contacts de confiance.

Sources : National Cyber Security Centre, CNN

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Pourquoi est-il important de prendre en considération son empreinte numérique après son décès ?

Voir aussi :

Proton Pass, le gestionnaire de mots de passe chiffré de bout en bout est disponible gratuitement, mais ne serait pas sans limites

LastPass, le gestionnaire de mots de passe, confirme que les pirates ont eu un accès interne à son système, pendant quatre jours