La FCC a rejeté le projet de Starlink de déployer des milliers de satellites internet sur des orbites terrestres très basses, pour ne pas entraver les opérations de la Station spatiale internationale

La FCC a une nouvelle fois rejeté le projet de Starlink de déployer des milliers de satellites internet sur des orbites terrestres très basses (VLEO) allant de 340 à 360 kilomètres. Dans une ordonnance publiée la semaine dernière, la FCC a écrit : "SpaceX ne peut déployer aucun satellite conçu pour des altitudes opérationnelles inférieures à la Station spatiale internationale", dont l'orbite peut descendre jusqu'à 370 kilomètres.

Starlink compte actuellement près de 6 000 satellites en orbite à environ 550 kilomètres, qui fournissent un accès à l'internet à plus de 2,5 millions de clients dans le monde. Mais son service est actuellement plus lent que la plupart des réseaux terrestres en fibre optique, avec des latences moyennes (le temps que mettent les données à voyager entre l'origine et la destination) de plus de 30 millisecondes au mieux, et le double aux heures de pointe.

Nom : ISS.png
Affichages : 16991
Taille : 227,6 Ko

"D'un point de vue technique, le principal objectif de Starlink est de ramener le temps de latence moyen à moins de 20 millisecondes", a déclaré Elon Musk lors d'un événement organisé par SpaceX en janvier. "Pour la qualité de l'expérience Internet, c'est en fait une très grosse affaire. Si vous jouez à des jeux vidéo comme je le fais parfois, c'est également important, sinon vous perdez".

Le moyen le plus simple de réduire le temps de latence est de raccourcir la distance que les données doivent parcourir. Dans une lettre datée de février, SpaceX a donc demandé à la FCC d'autoriser sa constellation VLEO à : " Opérer à ces altitudes plus basses [ce qui] permettra à SpaceX de fournir un service satellitaire de meilleure qualité et à plus faible latence pour les consommateurs, afin de répondre à la demande croissante d'applications en temps réel. " Ces applications comprennent désormais l'utilisation militaire de Starlink pour les communications dans les zones de guerre telles que l'Ukraine.

Starlink a également fait valoir que ses satellites VLEO auraient des probabilités de collision dix fois inférieures à celles des satellites situés sur des orbites plus élevées, et qu'ils seraient plus faciles à désorbiter à la fin de leur vie fonctionnelle.

Mais la FCC a refusé. L'agence avait déjà reporté les opérations VLEO lorsqu'elle avait autorisé les opérations Starlink en décembre 2022, et a utilisé des termes très similaires dans son ordonnance de la semaine dernière : "SpaceX doit communiquer et collaborer avec la NASA pour s'assurer que le déploiement et l'exploitation de ses satellites n'entravent pas indûment le déploiement et l'exploitation des biens et des missions de la NASA, soutiennent la sécurité des biens et des missions de SpaceX et de la NASA, et préservent des services de communication spatiaux durables à long terme."

Source : FCC

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Trouvez-vous que la décision prise par la FCC est crédible ou pertinente ?

Voir aussi :

La FCC autorise SpaceX à réduire l'altitude des satellites pour améliorer la vitesse et la latence de Starlink, elle a rejeté l'opposition de Viasat, Hughes, OneWeb et Kuiper

La FCC émet des réserves sur la capacité du projet Starlink de SpaceX à fournir un service internet à faible latence, l'entreprise pourrait ne pas pouvoir postuler pour un financement fédéral

SpaceX a obtenu l'autorisation conditionnelle d'utiliser des ondes radio en bande E à très haute fréquence pour améliorer la capacité de sa constellation à large bande Starlink en orbite basse