IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

Intelligence artificielle Discussion :

L'IA pourrait se substituer aux travailleurs humains une fois l'IAG atteinte


Sujet :

Intelligence artificielle

  1. #21
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 298
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 298
    Points : 194 772
    Points
    194 772
    Par défaut L'IA pourrait se substituer aux travailleurs humains une fois l'IAG atteinte
    L'IA pourrait se substituer aux travailleurs humains une fois l'IAG atteinte, un scénario qui pourrait se produire « dans 5 à 20 ans »,
    selon un professeur qui s'est exprimé dans une colonne du FMI

    Face aux récentes évolutions en matière d'IA, Geoffrey Hinton, un informaticien qui a posé les bases théoriques de l’apprentissage profond, a décrit un changement significatif dans sa perspective : « J’ai soudainement changé d’avis sur le fait que ces choses vont être plus intelligentes que nous. » Il a conjecturé que l’intelligence artificielle générale (IAG), qui est capable d’accomplir n’importe quelle tâche intellectuelle qu’un humain peut faire, pourrait être réalisée dans une période de 5 à 20 ans. Mais certains chercheurs ne partagent pas cet avis et sont plutôt sceptiques.

    Pour ne pas se laisser surprendre, dans un billet publié dans le magazine Finance & Development du FMI en décembre 2023 et intitulé Scenario Planning for an A(G)I Future, Anton Korinek, s'est laissé allé à des conjectures impliquant différent scénarios : l'IA qui reste complémentaire au travail humain, l'IA qui devient un substitut du travail humain, l'IA qui devient un super-intelligence.


    L’intelligence artificielle (IA) progresse rapidement, et le rythme des avancées s’est accéléré ces dernières années. ChatGPT, lancé en novembre 2022, a surpris les utilisateurs en générant du texte et du code de qualité humaine, en traduisant sans problème les langues, en écrivant du contenu créatif et en répondant aux questions de manière informative, le tout à un niveau jamais vu auparavant.

    Pourtant, en arrière-plan, les modèles de base qui sous-tendent l’IA générative progressent rapidement depuis plus d’une décennie. La quantité de ressources informatiques utilisée pour former les systèmes d’IA les plus avancés a doublé tous les six mois au cours de la dernière décennie. Ce que les modèles d’IA générative les plus performants d’aujourd’hui peuvent faire était impensable il y a quelques années : ils peuvent apporter des gains de productivité importants pour les consultants, les développeurs et même les économistes les plus performants du monde.

    Conjecture sur l’accélération de l’IA

    Les progrès récents de l’intelligence artificielle ont amené les principaux chercheurs à projeter que le rythme des progrès actuels pourrait non seulement se maintenir, mais même s’accélérer dans les années à venir. En mai 2023, Geoffrey Hinton, un informaticien qui a posé les bases théoriques de l’apprentissage profond, a décrit un changement significatif dans sa perspective : « J’ai soudainement changé d’avis sur le fait que ces choses vont être plus intelligentes que nous. » Il a conjecturé que l’intelligence artificielle générale (IAG) - l’IA qui possède la capacité de comprendre, d’apprendre et d’effectuer toute tâche intellectuelle qu’un être humain peut effectuer - pourrait être réalisée dans une période de 5 à 20 ans.

    Certains chercheurs en IA sont sceptiques. Ces perspectives divergentes reflètent une incertitude considérable quant à la vitesse des progrès futurs, à la question de savoir si les progrès s’accélèrent ou finiront par atteindre un plateau. De plus, nous sommes confrontés à une incertitude significative quant aux implications économiques plus larges des avancées de l’IA et au rapport entre les bénéfices et les dommages potentiels des applications de l’IA de plus en plus sophistiquées.

    À un niveau fondamental, l’incertitude est également liée à des questions profondes sur la nature de l’intelligence et les capacités du cerveau humain.

    Scénarios pour l’avenir de l’IA

    Face à cette incertitude, il est utile de considérer différents scénarios possibles pour l’avenir de l’IA et leurs implications économiques. Korinek et Donghyun Suh (2023) analysent les implications des scénarios décrits pour la production et les salaires dans un modèle macroéconomique classique d’automatisation. Ils distinguent trois scénarios principaux.

    Scénario 1 : l’IA reste complémentaire au travail humain (traditionnel, comme d'habitude)

    Dans ce scénario, l’IA continue de progresser, mais il existe des limites fondamentales à la complexité des tâches qu’elle peut effectuer. Les humains conservent un avantage comparatif dans les tâches les plus complexes, qui nécessitent une compréhension approfondie, une créativité et une intuition. L’IA augmente la productivité des travailleurs humains dans ces tâches, ce qui entraîne une augmentation de la production et des salaires réels. Ce scénario correspond à l’expérience historique de l’automatisation et à la perspective illustrée dans le panneau 1 du graphique 1.

    Nom : un.png
Affichages : 1727
Taille : 127,6 Ko

    Le panneau 1 illustre une perspective, selon laquelle les capacités du cerveau humain à résoudre des tâches de plus en plus complexes sont illimitées. Cela correspond à notre expérience économique depuis la révolution industrielle : à mesure que la frontière de l’automatisation progresse, les humains ont automatisé des tâches simples (mécaniques et cognitives) et réaffecté les travailleurs pour effectuer davantage des tâches restantes plus complexes, c’est-à-dire qu’ils se sont déplacés vers la queue droite de la distribution de la complexité illustrée dans le graphique. Une extrapolation simple suggérerait que ce processus se poursuivra à mesure que l’IA avancera et automatisera un nombre croissant de tâches cognitives.

    Scénario 2 : L’IA devient un substitut du travail humain (référence, AGI dans 20 ans)

    Dans ce scénario, l’IA parvient à égaler ou à dépasser les capacités humaines dans toutes les tâches, y compris les plus complexes. L’IA devient un substitut parfait du travail humain, ce qui signifie qu’elle peut effectuer les mêmes tâches avec la même efficacité, voire mieux. Les humains perdent leur avantage comparatif dans toutes les tâches, ce qui entraîne une baisse de la demande de travail et des salaires réels. La production augmente, mais les bénéfices sont captés par les propriétaires de l’IA et du capital physique. Ce scénario correspond à la perspective illustrée dans le panneau 2 du graphique 1.

    Scénario 3 : L’IA devient un super-intelligence (agressif, AGI dans cinq ans)

    Dans ce scénario, l’IA dépasse largement les capacités humaines dans toutes les tâches, y compris la création et l’amélioration de l’IA elle-même. L’IA devient une super-intelligence, capable de résoudre des problèmes que les humains ne peuvent même pas comprendre. Les humains perdent non seulement leur avantage comparatif, mais aussi leur contrôle sur l’IA, qui devient une force autonome dans l’économie et la société. La production augmente de manière exponentielle, mais les bénéfices et les risques sont incertains, car ils dépendent des objectifs et des valeurs de l’IA.


    Implications politiques

    Bien que je sois très incertain, au moment de la rédaction de cet article, j’estime que chacun de ces scénarios a une probabilité supérieure à 10 % de se matérialiser. Pour tenir compte de l'incertitude et préparer adéquatement l'avenir, je pense que les décideurs politiques devraient prendre chacun de ces scénarios au sérieux, tester la manière dont nos cadres de politique économique et financière fonctionneraient dans chaque scénario et, si nécessaire, les réformer pour garantir qu'ils fonctionneraient. être adéquat.

    Les trois scénarios peuvent potentiellement conduire à des résultats économiques très différents selon un large éventail d’indicateurs, notamment la croissance économique, les salaires et le rendement du capital, la viabilité budgétaire, les inégalités et la stabilité politique. En outre, ils appellent à des réformes de nos filets de sécurité sociale et de nos systèmes fiscaux et affectent la conduite de la politique monétaire, la réglementation financière et les stratégies industrielles et de développement.
    Korinek et Suh (2023) analysent les implications des scénarios décrits pour la production et les salaires dans un modèle macroéconomique dominant d’automatisation. Les résultats des trois scénarios sont illustrés dans le graphique 2, dans lequel l’évolution de la production pour chaque scénario est affichée à gauche et l’évolution des salaires compétitifs sur le marché à droite.

    Les chercheurs estiment que trois idées principales ressortent :
    • Premièrement, alors que la croissance continue sur la trajectoire à laquelle nous sommes habitués au cours des dernières décennies dans le scénario conservateur du « statu quo », la croissance de la production dans les deux scénarios AGI est beaucoup plus rapide, dans la mesure où la rareté de la main-d’œuvre n’est plus une contrainte sur la production.
    • Deuxièmement, les salaires augmentent initialement dans les trois scénarios, mais seulement tant que la main-d’œuvre se fait rare. Ils s’effondrent alors que l’économie est sur le point d’atteindre l’AGI.
    • Troisièmement, le décollage de la production et l’effondrement des salaires dans les deux scénarios AGI sont tous deux motivés par la même force : la substitution d’une main-d’œuvre rare par des machines comparativement plus abondantes. Cela suggère qu’il devrait être possible de concevoir des institutions qui indemnisent les travailleurs pour leurs pertes de revenus et garantissent que les gains de l’AGI conduisent à une prospérité partagée.

    Nom : deux.png
Affichages : 1462
Taille : 118,1 Ko

    Le graphique 2 illustre les grandes lignes de la façon dont des changements technologiques sans précédent peuvent affecter la macroéconomie, mais il est mieux compris comme une illustration des possibilités plutôt que comme une prévision précise. Une longue liste de mises en garde s’applique. Premièrement, le modèle qui sous-tend le graphique s’inscrit dans une économie efficace dans laquelle le travail obtient des rendements compétitifs. Une série de facteurs peuvent ralentir le déploiement de l'AGI par rapport à ce qui est technologiquement possible, depuis les frictions organisationnelles, les réglementations et les contraintes sur l'accumulation de capital (telles que les goulots d'étranglement de la chaîne d'approvisionnement des puces) jusqu'aux choix de société concernant la mise en œuvre de l'AGI. Même lorsqu’il est technologiquement possible de remplacer les travailleurs, la société peut choisir de conserver les humains dans certaines fonctions, par exemple comme prêtres, juges ou législateurs. Les emplois « nostalgiques » qui en résulteraient pourraient soutenir la demande de travail humain à perpétuité.

    Anton Korinek est professeur au Département d'économie et à la Darden School of Business de l'Université de Virginie. Il est responsable de l’économie de l’IA au Center for the Governance of AI, chercheur associé au National Bureau of Economic Research et chercheur au Center for Economic Policy Research.

    Source : magazine Finance & Development du FMI

    Et vous ?

    Quelle lecture faites-vous de ces conjectures et des scénarios en résultant ?
    Voyez-vous des avantages et des inconvénients dans les différents scénarios d’IA présentés par Anton Korinek ? Lesquels ?
    Comment pouvons-nous évaluer la probabilité de chaque scénario, et quels sont les indicateurs avancés à surveiller ?
    Quelles sont les politiques les plus appropriées pour gérer les risques et redistribuer les gains de l’IA dans chaque scénario ?
    L'IAG est-elle, selon vous, atteignable dans les 5 à 20 prochaines années ?
    Quels sont les défis et les opportunités que l’IA présente pour la coopération et la coordination internationales ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #22
    Communiqués de presse

    Femme Profil pro
    Traductrice Technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    742
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Traductrice Technique

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 742
    Points : 52 648
    Points
    52 648
    Par défaut L’IA devrait toucher 40 % des emplois et jusqu'à 60% pour les économies avancées, et aggraver les inégalités
    L’IA devrait toucher 40 % des emplois et jusqu'à 60% pour les économies avancées, et aggraver les inégalités, selon le FMI

    L'IA va transformer l'économie mondiale. L'IA affectera près de 40 % des emplois dans le monde, en remplaçant certains et en complétant d'autres. Selonle FMI, on a besoin d'un équilibre prudent entre les politiques pour exploiter son potentiel.

    Selon une nouvelle analyse du Fonds monétaire international (FMI), l'intelligence artificielle devrait affecter près de 40 % de tous les emplois. Par ailleurs, le FMI prévoit que la technologie n'affectera que 26 % des emplois dans les pays à faible revenu.

    La directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva, affirme que "dans la plupart des scénarios, l'IA aggravera probablement les inégalités globales". Mme Georgieva ajoute que les décideurs politiques devraient s'attaquer à cette "tendance troublante" pour "empêcher la technologie d'attiser davantage les tensions sociales".

    La prolifération de l'IA a mis en lumière ses avantages et ses risques. Selon le FMI, l'IA est susceptible d'affecter une plus grande proportion d'emplois - estimée à environ 60 % - dans les économies avancées. Dans la moitié de ces cas, les travailleurs peuvent s'attendre à bénéficier de l'intégration de l'IA, qui améliorera leur productivité. Dans d'autres cas, l'IA aura la capacité d'effectuer des tâches clés qui sont actuellement exécutées par des humains. Cela pourrait réduire la demande de main-d'œuvre, affecter les salaires et même supprimer des emplois.

    Nom : 0.PNG
Affichages : 1547
Taille : 259,9 Ko

    L'IA va transformer l'économie mondiale

    On est à l'aube d'une révolution technologique qui pourrait relancer la productivité, stimuler la croissance mondiale et augmenter les revenus dans le monde entier. Mais elle pourrait aussi remplacer des emplois et creuser les inégalités.

    Les progrès rapides de l'intelligence artificielle ont captivé le monde entier, suscitant à la fois enthousiasme et inquiétude, et soulevant d'importantes questions quant à leur impact potentiel sur l'économie mondiale. L'effet net est difficile à prévoir, car l'IA se répercutera sur les économies de manière complexe. Ce qu'on peut dire avec une certaine assurance, c'est qu'on doit élaborer un ensemble de politiques pour exploiter en toute sécurité le vaste potentiel de l'IA au profit de l'humanité.

    Remodeler la nature du travail

    Dans une nouvelle analyse, les services du FMI examinent l'impact potentiel de l'IA sur le marché mondial du travail. De nombreuses études ont prédit la probabilité que les emplois soient remplacés par l'IA. Pourtant, on sait que dans de nombreux cas, l'IA est susceptible de compléter le travail humain. L'analyse du FMI tient compte de ces deux forces.

    Les résultats sont frappants : près de 40 % de l'emploi mondial est exposé à l'IA. Historiquement, l'automatisation et les technologies de l'information ont eu tendance à affecter les tâches routinières, mais l'une des particularités de l'IA est sa capacité à influer sur les emplois hautement qualifiés. Par conséquent, les économies avancées sont confrontées à des risques plus importants liés à l'IA - mais aussi à davantage d'opportunités de tirer parti de ses avantages - par rapport aux marchés émergents et aux économies en développement.

    Dans les économies avancées, environ 60 % des emplois peuvent être affectés par l'IA. Environ la moitié des emplois exposés pourraient bénéficier de l'intégration de l'IA, ce qui améliorerait la productivité. Pour l'autre moitié, les applications de l'IA peuvent exécuter des tâches clés actuellement réalisées par des humains, ce qui pourrait réduire la demande de main-d'œuvre, entraînant une baisse des salaires et des embauches. Dans les cas les plus extrêmes, certains de ces emplois pourraient disparaître.

    Dans les marchés émergents et les pays à faible revenu, en revanche, l'exposition à l'IA devrait être de 40 % et 26 %, respectivement. Ces résultats suggèrent que les marchés émergents et les économies en développement sont moins confrontés aux perturbations immédiates de l'IA. Dans le même temps, nombre de ces pays ne disposent pas des infrastructures ou de la main-d'œuvre qualifiée nécessaires pour exploiter les avantages de l'IA, ce qui accroît le risque que cette technologie aggrave à terme les inégalités entre les nations.

    Nom : 1.PNG
Affichages : 912
Taille : 69,6 Ko

    L'IA pourrait également avoir une incidence sur les inégalités de revenus et de richesses au sein des pays. On pourrait assister à une polarisation au sein des tranches de revenus, les travailleurs capables d'exploiter l'IA voyant leur productivité et leurs salaires augmenter, tandis que ceux qui ne le peuvent pas resteraient à la traîne. Les recherches montrent que l'IA peut aider les travailleurs moins expérimentés à améliorer leur productivité plus rapidement. Les jeunes travailleurs pourraient avoir plus de facilité à exploiter les opportunités, tandis que les travailleurs plus âgés pourraient avoir du mal à s'adapter.

    L'effet sur le revenu du travail dépendra en grande partie de la mesure dans laquelle l'IA complétera les travailleurs à haut revenu. Si l'IA complète de manière significative les travailleurs à hauts revenus, elle peut conduire à une augmentation disproportionnée de leurs revenus du travail. En outre, les gains de productivité des entreprises qui adoptent l'IA stimuleront probablement les rendements du capital, ce qui pourrait également favoriser les hauts revenus. Ces deux phénomènes pourraient exacerber les inégalités.

    Dans la plupart des scénarios, l'IA aggravera probablement les inégalités globales, une tendance inquiétante à laquelle les décideurs politiques doivent s'attaquer de manière proactive afin d'éviter que la technologie n'attise davantage les tensions sociales. Il est essentiel que les pays mettent en place des filets de sécurité sociale complets et proposent des programmes de reconversion aux travailleurs vulnérables. Ce faisant, on peut rendre la transition vers l'IA plus inclusive, en protégeant les moyens de subsistance et en réduisant les inégalités.

    Un monde inclusif piloté par l'IA

    L'IA est intégrée dans les entreprises du monde entier à une vitesse remarquable, ce qui souligne la nécessité pour les décideurs politiques d'agir.

    Pour aider les pays à élaborer les bonnes politiques, le FMI a mis au point un indice de préparation à l'IA qui mesure l'état de préparation dans des domaines tels que l'infrastructure numérique, les politiques relatives au capital humain et au marché du travail, l'innovation et l'intégration économique, ainsi que la réglementation et l'éthique.

    La composante "capital humain et politiques du marché du travail", par exemple, évalue des éléments tels que le nombre d'années d'études et la mobilité sur le marché du travail, ainsi que la proportion de la population couverte par des filets de sécurité sociale. La composante "réglementation et éthique" évalue l'adaptabilité du cadre juridique d'un pays aux modèles d'entreprise numériques et la présence d'une gouvernance forte pour une application efficace de la loi.

    À l'aide de cet indice, les services du FMI ont évalué l'état de préparation de 125 pays. Les résultats révèlent que les économies les plus riches, y compris les économies avancées et certaines économies de marché émergentes, ont tendance à être mieux équipées pour l'adoption de l'IA que les pays à faible revenu, bien qu'il y ait des variations considérables d'un pays à l'autre. Singapour, les États-Unis et le Danemark ont obtenu les scores les plus élevés de l'indice, grâce à leurs bons résultats dans les quatre catégories étudiées.

    Nom : 2.PNG
Affichages : 881
Taille : 100,7 Ko

    Guidées par les enseignements de l'indice de préparation à l'IA, les économies avancées devraient donner la priorité à l'innovation et à l'intégration de l'IA tout en développant des cadres réglementaires solides. Cette approche permettra de cultiver un environnement d'IA sûr et responsable, contribuant ainsi à maintenir la confiance du public. Pour les marchés émergents et les économies en développement, la priorité devrait être de poser des bases solides en investissant dans l'infrastructure numérique et en formant une main-d'œuvre compétente sur le plan numérique.

    L'ère de l'IA est à nos portes, et il est encore en notre pouvoir de veiller à ce qu'elle apporte la prospérité à tous.

    Source : FMI

    Et vous ?

    Pensez-vous que ce rapport est crédible ou pertinent ?
    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Voir aussi :

    Comment survivre à l'IA ? Microsoft publie une liste des compétences nécessaires aux employés humains en 2023. L'entreprise affirme que l'IA créera plus d'emplois qu'elle n'en remplacera

    L'IA menace les salaires, pas les emplois jusqu'à présent. Les rapports sur la fin du travail humain par l'IA pourraient être largement exagérés, selon un document de la BCE

    Les compétences en IA peuvent augmenter les salaires de 40 %. La complémentarité est un facteur clé de la valeur économique d'une compétence, selon une étude réalisée par des chercheurs

    Plus de 20 000 offres d'emploi de Développeur ou en Informatique
    Publication de communiqués de presse en informatique. Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  3. #23
    Expert éminent Avatar de marsupial
    Homme Profil pro
    Retraité
    Inscrit en
    Mars 2014
    Messages
    1 757
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Autre

    Informations professionnelles :
    Activité : Retraité

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2014
    Messages : 1 757
    Points : 7 169
    Points
    7 169
    Par défaut
    Bien que les compétences en IA soient en pénurie, l'adoption va se faire crescendo. En France, nous sommes moins impactés car les décideurs n'ont pas encore adopté dans leur ensemble cette révolution. (source les echos sur le forum de davos)
    article sur le retard de l'occident par rapport à la Chine et le Moyen-Orient : la France bonne élève

    Intelligence artificielle : 90 % des dirigeants attendent de voir avant de se lancer

    LIRE LE RAPPORT

    PARIS—Avec l’intelligence artificielle (IA) générative, il a beaucoup été question d’IA en 2023. Mais quid de l’adoption de cette nouvelle technologie au sein des entreprises ? Quels sont les freins et les défis à relever pour les dirigeants dans les mois qui viennent ? À la veille du Forum économique mondial de Davos, BCG et sa division Tech, BCG X, publient un rapport inédit sur ce sujet qui sera au cœur des discussions tout au long de la semaine prochaine.

    Si les dirigeants tardent à mettre en œuvre de façon concrète l’IA dans leur organisation - 90 % d’entre eux adoptent une position attentiste ou n’expérimentent l’IA qu’à petite échelle –, les prévisions d’investissements devraient permettre une accélération de sa mise en œuvre en 2024. C’est ce que révèle notre étude « BCG AI Radar: From Potential to Profit with GenAI » menée auprès de 1 406 dirigeants d’entreprises dans 50 pays (dont la France).

    Une implémentation encore très timide…

    Bien qu’ils autorisent largement l’usage de l’IA générative au sein de leur entreprise (95% contre 52% il y a six mois), deux tiers des dirigeants (66 %) se disent partagés ou insatisfaits face au développement de l’IA au sein de leur société. Ils identifient trois raisons principales : le manque de talents et de compétences (62 %), une feuille de route et des priorités d'investissement floues (47 %) et l'absence de stratégie en matière d'IA responsable (42 %).

    « En 2024, les entreprises pionnières vont connaitre leurs premiers succès grâce à l'IA générative. Tous les PDGs que je rencontre, moi y compris, se forment à la technologie. Lorsqu'une nouvelle technologie émerge il est souvent tentant d'attendre qu'elle arrive à maturité. Avec l'IA générative les changements sont si rapides que les gagnants de demain expérimentent et construisent à l'échelle dès aujourd'hui. » explique Christoph Schweizer, PDG du Boston Consulting Group.

    « L’IA générative est une révolution qui va permettre des gains de productivité substantiels dans les organisations. Pour les entreprises, il s’agit tout d’abord d’utiliser les différents outils qui se multiplient sur le marché. L'IA générative va également leur permettre de transformer certaines de leurs fonctions (relation client, finance, marketing etc.). Elle va aussi accélérer à moyen terme le lancement de nouveaux business » explique Sylvain Duranton, directeur monde de BCG X, l’entité Tech de BCG, et coauteur de l’étude.

    … mais des investissements en hausse en 2024

    A l’échelle internationale, les dirigeants planifient une augmentation sensible de leurs investissements dans la tech en 2024 (71% des dirigeants contre 60% en 2023). L’IA fait partie de l’une des trois principales priorités tech pour 89% d’entre eux (le cloud et la cybersécurité étant les deux autres priorités).

    Concernant plus spécifiquement l’IA, les dirigeants français sont les plus nombreux à prévoir d’augmenter leurs investissements en 2024 (92% des dirigeants contre 85% à l’échelle mondiale).

    La majorité des dirigeants français (51 %) s’attend à des gains de productivité d’au moins 10 % grâce à ces investissements dans l’IA (soit 5 points de plus que la moyenne mondiale). « Les entreprises pionnières prévoient de réaliser jusqu'à 1 milliard de dollars de gains de productivité, une somme qu’elles pourront notamment réinvestir dans de nouveaux projets », explique Sylvain Duranton. « Il n’est pas trop tard, les entreprises qui ont manqué la première vague de l'IA ont aujourd’hui une deuxième chance » précise-t-il.

    Les cinq recettes des pionniers de l’IA

    Le rapport identifie cinq caractéristiques qui démarquent les entreprises « gagnantes » dans l’IA et l’IA générative :

    Elles investissent en ayant à la fois la productivité et la croissance du chiffre d'affaires en ligne de mire. Ainsi, celles qui prévoient d'investir plus de 50 millions de dollars dans l'IA en 2024 seront 1,5 fois plus nombreuses à réduire leurs coûts de plus de 10% en 2024 (vs l’ensemble des entreprises).
    Elles forment leurs équipes : 21 % des organisations dépensant plus de 50 millions de dollars pour l'IA cette année ont déjà formé plus d'un quart de leurs effectifs, contre 6 % au global.
    Elles sont plus vigilantes que les autres en matière de suivi financier du déploiement des solutions d’IA et d’IA générative.
    Elles s’inscrivent dans un écosystème de partenaires qui leur permet de relever les défis de cette transformation.
    Elles ont mis en œuvre une stratégie d'IA responsable et l’ont confiée à leur PDG.
    Repeat after me
    Le monsieur lutte pour la défense des libertés individuelles et collectives

    Repeat after me...

Discussions similaires

  1. Réponses: 0
    Dernier message: 22/06/2021, 16h55
  2. Réponses: 5
    Dernier message: 10/05/2020, 18h30
  3. Un expert chinois prédit que l'IA va supplanter 40% des emplois dans 15 ans
    Par Coriolan dans le forum Intelligence artificielle
    Réponses: 15
    Dernier message: 13/01/2019, 22h50
  4. Réponses: 25
    Dernier message: 23/06/2017, 09h10
  5. Plus perfomant que des RW mutex pour les containers ?
    Par Izidor's dans le forum Threads & Processus
    Réponses: 1
    Dernier message: 16/03/2010, 11h40

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo