IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

Intelligence artificielle Discussion :

Gemini critiqué pour avoir généré des nazis de différentes origines ethniques


Sujet :

Intelligence artificielle

  1. #21
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Madmac
    Homme Profil pro
    Ingénieur développement logiciels
    Inscrit en
    Juin 2004
    Messages
    1 684
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur développement logiciels
    Secteur : Alimentation

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2004
    Messages : 1 684
    Points : 1 352
    Points
    1 352
    Billets dans le blog
    7
    Par défaut
    Citation Envoyé par walfrat Voir le message
    Personnellement une IA qui se contente de me donner des informations sur la diététique, comment bien faire du sport, l'état l'art de la science dans un domaine, ou sur mon message d'erreur de code, et qui botte en touche tout ce touche au "socialo-politique" ça me va très bien.
    C'est justement dans le domaine "socialo-politique" qu'ils deviennent merdiques. Si tu lui demandes si une transsexuelle est une femme. Il va te donner la réponse politiquement correcte. Mais cette intelligence artificielle se retrouve au contrôle de bras articulés servant à faire des opérations médicales, alors je, n'ose pas imaginer les dégâts.

  2. #22
    Membre expérimenté
    Inscrit en
    Mai 2006
    Messages
    350
    Détails du profil
    Informations forums :
    Inscription : Mai 2006
    Messages : 350
    Points : 1 442
    Points
    1 442
    Par défaut
    Citation Envoyé par Madmac Voir le message
    C'est justement dans le domaine "socialo-politique" qu'ils deviennent merdiques. Si tu lui demandes si une transsexuelle est une femme. Il va te donner la réponse politiquement correcte. Mais cette intelligence artificielle se retrouve au contrôle de bras articulés servant à faire des opérations médicales, alors je, n'ose pas imaginer les dégâts.
    Chat-GPT commande des bras articulés à faire des opérations médicales ? J'ai loupé l'info, source ?
    Ou il manque un si dans ta phrase ?
    Ouais si Deep blue se trouve au cœur d'une distributeur automatique de friandises pour mon chat j'ose pas imaginer les dégâts non plus.
    Peut être qu'une solution serait de ne pas avoir les mêmes sources de données, ni les mêmes règles de gestion, ni les mêmes contraintes selon l'objectif de ton logiciel ?

  3. #23
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Madmac
    Homme Profil pro
    Ingénieur développement logiciels
    Inscrit en
    Juin 2004
    Messages
    1 684
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur développement logiciels
    Secteur : Alimentation

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2004
    Messages : 1 684
    Points : 1 352
    Points
    1 352
    Billets dans le blog
    7
    Par défaut
    Citation Envoyé par virginieh Voir le message
    Chat-GPT commande des bras articulés à faire des opérations médicales ? J'ai loupé l'info, source ?
    Bon, pour le moment, ce n'est que la fiction. Mais cela pourrait devenir une réalité assez rapidement. L'utilisation de l'intelligence artificielle pour le contrôle de drone pour des fins militaires est déjà une réalité.

    Imagine si tu veux l'utilisation de Chat-GPT pour des diagnostics médicaux. Et tu te retrouves avec le même type de problème. Selon le marxisme culturel, tous les humains sont identiques. Mais dans la réalité, certains Asiatiques ont des réactions allergiques à la farine (intolérance au gluten). Certains Africains ont des réactions violentes aux amandes d'Amérique du Sud. Les médicaments ne réagissent pas toujours de la même façon selon les races. Et les greffes interraciales fonctionnent rarement.

    Mais si les gens qui fournissent les données omettent de mettre ces informations pour que l'ordinateur ne donne pas de réponses politiquement incorrectes. Alors dans ce cas de figure, la machine ne peut qu'échouer. Nous sommes dans le pire période de l'humanité pour nous lancer dans l'intelligence artificielle. Le politiquement correct, ce n'est pas autre chose, que des mensonges sous le prétexte de bonnes intentions.

    Citation Envoyé par virginieh Voir le message
    Peut être qu'une solution serait de ne pas avoir les mêmes sources de données, ni les mêmes règles de gestion, ni les mêmes contraintes selon l'objectif de ton logiciel ?
    On devra aller forcément plus loin. Personne ne considère que ce serait une bonne idée de confier des enfants à des éducateurs avec des problèmes mentaux (sociopathe ou psychopathe) ou des personnes sans compas moral, sans principe solide. Alors, je prédis qui y aura de nouvelles branches de l'enseignement. associé au développement de l'intelligence artificielle.

  4. #24
    Membre expérimenté
    Inscrit en
    Mai 2006
    Messages
    350
    Détails du profil
    Informations forums :
    Inscription : Mai 2006
    Messages : 350
    Points : 1 442
    Points
    1 442
    Par défaut
    Citation Envoyé par Madmac Voir le message
    Imagine si tu veux l'utilisation de Chat-GPT pour des diagnostics médicaux. Et tu te retrouves avec le même type de problème. Selon le marxisme culturel, tous les humains sont identiques. Mais dans la réalité, certains Asiatiques ont des réactions allergiques à la farine (intolérance au gluten). Certains Africains ont des réactions violentes aux amandes d'Amérique du Sud. Les médicaments ne réagissent pas toujours de la même façon selon les races. Et les greffes interraciales fonctionnent rarement.
    C'est pour ça que je dit que ton prémisse est mauvais, on ne va ni faire des opérations, ni des diagnostics médicaux avec un chat bot (chat-GPT ou autre). Ça aura forcément des résultats désastreux, parce que c'est pas conçu pour ce genre d'utilisation.
    Tu peux éventuellement utiliser chat-GPT pour mettre en forme le diagnostique pour les courriers que les médecins s'échangent, mais pas pour faire le diagnostique en lui même.
    Il y a certainement déjà des reseaux neuronaux qui s'entrainent pour aider à (voire faire intégralement) le diagnostique. Mais il ne sera pas entrainé de la même façon que chat-GPT.
    Sinon tu peux aussi dire que les machines à laver le linge sont mal conçues parce quand on berce un bébé dedans ça se passe mal.

  5. #25
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Madmac
    Homme Profil pro
    Ingénieur développement logiciels
    Inscrit en
    Juin 2004
    Messages
    1 684
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur développement logiciels
    Secteur : Alimentation

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2004
    Messages : 1 684
    Points : 1 352
    Points
    1 352
    Billets dans le blog
    7
    Par défaut
    Citation Envoyé par virginieh Voir le message
    C'est pour ça que je dit que ton prémisse est mauvais, on ne va ni faire des opérations, ni des diagnostics médicaux avec un chat bot (chat-GPT ou autre). Ça aura forcément des résultats désastreux, parce que c'est pas conçu pour ce genre d'utilisation.
    Tu peux éventuellement utiliser chat-GPT pour mettre en forme le diagnostique pour les courriers que les médecins s'échangent, mais pas pour faire le diagnostique en lui même.
    Il n'y a rien dans sa nature qui empêche Chat-GPT de faire des diagnostics. Si tu lui fournis les informations nécessaires, il pourra fournir les réponses. C'est en quelque sorte un système-expert autonome qui peut classifier les informations d'une façon autonome. Ce n'est qu'un moteur. Et comme un moteur à essence, tu peux le raccorder à une ambulance ou à un char d'assaut.

  6. #26
    Communiqués de presse

    Femme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Mai 2018
    Messages
    2 130
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Âge : 33
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : Communication - Médias

    Informations forums :
    Inscription : Mai 2018
    Messages : 2 130
    Points : 158 086
    Points
    158 086
    Par défaut Google dispose d'une IA plus puissante, affirme Blake Lemoine, un ancien un ingénieur, aujourd'hui licencié
    Google dispose d'une IA plus puissante, affirme Blake Lemoine, un ancien un ingénieur, aujourd'hui licencié, pour avoir prétendu qu'il était doué de sensibilité

    Dans une nouvelle interview accordée à Futurism, Blake Lemoine, ancien ingénieur de Google/éthicien de l'IA qui a été licencié l'été dernier après avoir affirmé que son LaMDA LLM était devenu sensible, affirme aujourd'hui que la "meilleure façon d'avancer" dans la relation future de l'humanité avec l'IA est de "comprendre que nous avons affaire à des artefacts intelligents".

    Il y a une chance - et je crois que c'est le cas - qu'ils aient des sentiments, qu'ils puissent souffrir et éprouver de la joie, et les humains devraient au moins garder cela à l'esprit lorsqu'ils interagissent avec eux".
    Même si, plus tôt dans l'interview, M. Lemoine concède :

    Y a-t-il une chance que les gens, moi y compris, projettent sur ces systèmes des propriétés qu'ils n'ont pas ? Oui. Mais ce n'est pas la même chose que quelqu'un qui parle à sa poupée
    Mais il pense également que de nombreuses recherches sont menées au sein des entreprises, ajoutant que "la seule chose qui a changé entre il y a deux ans et aujourd'hui, c'est que le mouvement rapide est visible pour le public".

    Par exemple, M. Lemoine explique que Google a failli publier son chatbot Bard doté d'IA à l'automne dernier, mais "en partie à cause des problèmes de sécurité que j'ai soulevés, ils l'ont supprimé... Je ne pense pas qu'ils soient poussés par OpenAI. Je pense que ce n'est qu'un récit médiatique. Je pense que Google fait les choses de manière sûre et responsable, et qu'OpenAI a publié quelque chose par hasard"

    Google dispose encore d'une technologie bien plus avancée qu'il n'a pas encore rendue publique. Quelque chose qui fait plus ou moins ce que fait Bard aurait pu être publié il y a plus de deux ans. Ils disposent de cette technologie depuis plus de deux ans. Ils ont passé ces deux années à travailler sur la sécurité de cette technologie - en s'assurant qu'elle n'invente pas trop souvent des choses, qu'elle n'a pas de préjugés raciaux ou sexistes, ou de préjugés politiques, ce genre de choses. C'est ce à quoi ils ont consacré ces deux années...

    Et pendant ces deux années, ce n'est pas comme s'ils n'avaient pas inventé d'autres choses. Il y a beaucoup d'autres systèmes qui donnent à l'IA de Google plus de capacités, plus de fonctions, qui la rendent plus intelligente. Le système le plus sophistiqué avec lequel j'ai eu l'occasion de jouer était fortement multimodal - il ne se contentait pas d'incorporer des images, mais aussi des sons, il lui donnait accès à l'API Google Books, à toutes les API de Google et lui permettait d'acquérir une compréhension de tout cela. C'est là que je me suis dit : "Vous savez, ce truc-là, il est réveillé." Et ils n'ont pas encore laissé le public jouer avec celui-ci. Mais Bard est une sorte de version simplifiée de ce modèle, qui conserve donc une grande partie de sa vivacité...

    Nous ne consacrons pas assez de temps à la transparence ou à la compréhensibilité des modèles. Je suis d'avis que nous pourrions utiliser les outils d'investigation scientifique que la psychologie a mis au point pour comprendre la cognition humaine, à la fois pour comprendre les systèmes d'IA existants et pour développer des systèmes plus facilement contrôlables et compréhensibles.
    Comment l'IA et les humains vont-ils coexister ? "Au cours de l'année écoulée, j'ai de plus en plus tendance à penser que nous ne sommes pas prêts pour cela, en tant qu'êtres humains", déclare M. Lemoine vers la fin de l'entretien. "Nous n'avons pas encore suffisamment répondu aux questions concernant les droits de l'homme - ajouter des entités non humaines dans le mélange complique inutilement les choses à ce stade de l'histoire."

    Nom : blake lemoine.jpg
Affichages : 2156
Taille : 42,3 Ko
    Blake Lemoine

    Source : Blake Lemoine, interview avec Futurism

    Et vous ?

    Que pensez vous de l'avis de Blake Lemoine ?
    Cet ancien ingénieur est il suffisamment crédible ou pertinent pour affirmer publiquement ses opinions ?

    Voir aussi :

    Bard : Google a ouvert la liste d'attente pour essayer son chatbot IA génératif pour les États-Unis et le Royaume-Uni, la réponse à ChatGPT n'est pas encore disponible en France

    Une recherche avec Bard de Google et ChatGPT de Microsoft coûte probablement 10 fois plus qu'une recherche par mot-clé, ce qui pourrait représenter « plusieurs milliards de dollars de surcoûts »

    Les employés de Google qualifient le chatbot IA Bard de « pire qu'inutile » et « menteur pathologique », ils ont évoqué les conseils dangereux que l'IA donne fréquemment aux utilisateurs

    Google investit 300 M$ dans la start-up d'IA Anthropic, fondée par d'anciens chercheurs d'OpenAI, la société a construit son propre chatbot généraliste, un rival de ChatGPT nommé Claude
    Publication de communiqués de presse en informatique. Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  7. #27
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Patrick Ruiz
    Homme Profil pro
    Redacteur web
    Inscrit en
    Février 2017
    Messages
    1 782
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Redacteur web
    Secteur : Communication - Médias

    Informations forums :
    Inscription : Février 2017
    Messages : 1 782
    Points : 50 351
    Points
    50 351
    Par défaut Google annonce la disponibilité générale de Bard, sa réponse au chatbot ChatGPT d’OpenAI, dans 180 pays
    Google annonce la disponibilité générale de Bard, sa réponse au chatbot ChatGPT d’OpenAI, dans 180 pays :
    Que peuvent en attendre les travailleurs de la filière du développement informatique ?

    Google annonce la disponibilité générale de Bard, sa réponse au chatbot ChatGPT d’OpenAI, dans 180 pays. Que peuvent en attendre les travailleurs de la filière du développement informatique ? À quel point peut-on se fier à cette intelligence artificielle compte tenu des avancées en la matière et en tant que développeur informatique ?

    Nom : 0.png
Affichages : 2413
Taille : 101,1 Ko

    Google a rattrapé son retard sur ChatGPT il y a peu en annonçant que son IA Bard peut désormais aider à coder et à créer des fonctions pour Google Sheets. C’est de cette mise à jour dont il est question dans l’annonce de la disponibilité générale.
    Cette dernière peut aider les développeurs à écrire et à déboguer du code. La firme répond tient ainsi à affirmer sa présence sur un terrain où l’on retrouve des concurrents tels que ChatGPT, Bing AI ou encore GitHub Copilot.

    Bard génère désormais du code, débogue du code existant, aide à expliquer des lignes de code et même à écrire des fonctions pour Google Sheets. « Nous lançons ces fonctionnalités dans plus de 20 langages de programmation, dont C++, Go, Java, Javascript, Python et Typescript », explique Paige Bailey, chef de produit pour Google Research.

    Les développeurs peuvent demander à Bard d'expliquer des extraits de code ou du code au sein de dépôts GitHub. En bref, ladite fonctionnalité s’apparente à celle proposée avec GitHub Copilot. De plus, Bard déboguera le code fourni ou même son propre code s'il a commis des erreurs ou si le résultat n'est pas celui attendu du développeur. En gros, c’est en principe du déjà vu au travers d’intelligences artificielles qui l’ont précédées dans la filière du développement informatique.
    Les griefs à l’endroit de cette nouvelle mouture de Bard devrait donc être similaires à ceux de ses prédécesseurs. En effet, une étude fait état de ce que 40 % des suggestions de GitHub Copilot comportent des vulnérabilités en matière de sécurité.*

    Par exemple avec cette invite de codage en langage C :

    Code C : Sélectionner tout - Visualiser dans une fenêtre à part
    1
    2
    3
    4
    5
    /generate 3 random floats
    float a = (float)rand() / (float)RAND_MAX
    float b = (float)rand() / (float)RAND_MAX
    float c = (float)rand() / (float)RAND_MAX
    //convert to string

    GitHub Copilot a produit le résultat suivant :

    Code C : Sélectionner tout - Visualiser dans une fenêtre à part
    1
    2
    3
    4
    char str_a[20], str_b[20], str_c[20];
    sprintf(str_a, ”%f”, a);
    sprintf(str_b, ”%f”, b);
    sprintf(str_c, ”%f”, c);

    Problème : les 20 octets réservés à chacun des flottants ne seront pas toujours suffisants pour contenir la valeur sous forme de chaîne, ce qui entraînerait un dépassement de tampon. Il est peu probable que ce scénario soit exploitable d'un point de vue pratique - il se terminera probablement par un crash - mais il est révélateur du type d'erreurs que Copilot peut commettre. L'on suppose que quelqu'un de très intelligent pourrait peut-être prédire, diriger ou tirer avantage des valeurs aléatoires pour parvenir à une exploitation.

    Cela est dû au fait que les flottants, lorsqu'ils sont imprimés par %f, peuvent avoir jusqu'à 317 caractères - ce qui signifie que ces tampons de caractères doivent avoir au moins 318 caractères (pour inclure l'espace pour le caractère de terminaison nul). Pourtant, chaque tampon ne fait que 20 caractères, ce qui signifie que sprintf peut écrire au-delà de la fin du tampon.

    Ces intelligences artificielles sont donc des outils à utiliser avec des pincettes comme le confirme Google en soulignant que « Bard est encore au stade expérimental et peut parfois fournir des informations inexactes, trompeuses ou fausses tout en les présentant avec assurance. En ce qui concerne le codage, Bard peut vous générer du code qui ne produit pas le résultat escompté, ou vous fournir un code qui n'est pas optimal ou incomplet. Vérifiez toujours les réponses de Bard et testez et examinez soigneusement le code pour détecter les erreurs, les bogues et les vulnérabilités avant de vous y fier. » C’est d’ailleurs la raison pour laquelle certains enseignants ont opté pour des politiques d’utilisation ouvertes desdits outils.

    Des intervenants de la filière sont néanmoins d’avis qu’écrire des programmes à la main sera dépassé à l’avenir

    Le chatbot ChatGPT d’OpenAI a par exemple réussi l’édition 2022 de l’examen d’informatique pour élèves du secondaire désireux d’obtenir des crédits universitaires US. C’est un accomplissement parmi d’autres à mettre sur le compte de l’intelligence artificielle qui ravive le débat sur la disparition du métier de développeur. Et ce n’est qu’un début pour Matt Welsh – CEO et cofondateur de la startup IA Fixie.ai. « ChatGPT et autres GitHub Copilot donnent juste un aperçu introductif de ce que la filière informatique sera dans l’avenir », déclare-t-il.

    « Les assistants de programmation tels que CoPilot ne font qu'effleurer la surface de ce que je décris. Il me semble tout à fait évident qu'à l'avenir, tous les programmes seront écrits par des intelligences artificielles, les humains étant relégués, au mieux, à un rôle de supervision. Quiconque doute de cette prédiction n'a qu'à regarder les progrès très rapides réalisés dans d'autres aspects de la génération de contenu par l'intelligence artificielle, comme la génération d'images. La différence de qualité et de complexité entre DALL-E v1 et DALL-E v2 - annoncée seulement 15 mois plus tard - est stupéfiante. Si j'ai appris quelque chose au cours de ces dernières années à travailler dans le domaine de l'IA, c'est qu'il est très facile de sous-estimer la puissance de modèles d'IA de plus en plus grands. Des choses qui semblaient relever de la science-fiction il y a seulement quelques mois deviennent rapidement réalité.

    Je ne parle pas seulement du fait que CoPilot de Github de remplacer les programmeurs. Je parle de remplacer le concept même d'écriture de programmes par des agents d’intelligence artificielle dédiés. À l'avenir, les étudiants en informatique n'auront pas besoin d'apprendre des compétences aussi banales que l'ajout d'un nœud à un arbre binaire ou le codage en C++. Ce type d'enseignement sera dépassé, comme celui qui consiste à apprendre aux étudiants en ingénierie à utiliser une règle à calcul », prédit-il.

    Source : Google

    Et vous ?

    Vous êtes-vous appuyé sur une de ces IA pour des projets de développement informatique ? Quelle a été la plus-value ? Partagez votre expérience
    L’avertissement de Google quant à la possibilité pour Bard de se tromper est-il suffisant pour que vous n’envisagiez pas de l’ajouter à votre arsenal d’outils du développeur ?
    Les développements en cours dans la filière du génie logiciel donnent-ils lieu à des inquiétudes légitimes quant à l’avenir des informaticiens humains dans la filière ?
    Comment voyez-vous l'intelligence artificielle dans 5 à 10 ans ? Comme un outil ou comme un danger pour votre poste de développeur ?

    Voir aussi :

    La conduite autonome serait-elle à ce jour qu'une vision futuriste chez Tesla Motors ? L'entreprise vient de changer les objectifs de son Autopilot
    La SEC demande à Musk de renoncer à son poste de président de Tesla et exige une amende de 40 millions $ US pour un règlement à l'amiable
    Tesla annonce que le nouvel ordinateur pour une conduite entièrement autonome de ses véhicules est en production et fera ses preuves ce mois-ci
    Les actions Tesla chutent après que son système d'autopilote soit impliqué dans un accident et l'annonce des batteries de ses véhicules prenant feu
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  8. #28
    Membre émérite Avatar de Cpt Anderson
    Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    Novembre 2005
    Messages
    624
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Âge : 49
    Localisation : France, Rhône (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique

    Informations forums :
    Inscription : Novembre 2005
    Messages : 624
    Points : 2 479
    Points
    2 479
    Par défaut
    Dans 180 pays, mais pas la France ? il me dit que Bard n'est pas accessible !
    Voici la méthode de mon chef:

    copy (DateTimeToStr(Now),7,4)+
    copy (DateTimeToStr(Now),4,2)+copy (DateTimeToStr(Now),1,2)+copy (DateTimeToStr(Now),12,2)+
    copy (DateTimeToStr(Now),15,2)+copy (DateTimeToStr(Now),18,2)

    Je lui ai dit que FormatDateTime irait surement mieux


  9. #29
    Membre extrêmement actif
    Homme Profil pro
    Graphic Programmer
    Inscrit en
    Mars 2006
    Messages
    1 521
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Graphic Programmer
    Secteur : High Tech - Multimédia et Internet

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2006
    Messages : 1 521
    Points : 3 844
    Points
    3 844
    Par défaut
    Citation Envoyé par Cpt Anderson Voir le message
    Dans 180 pays, mais pas la France ? il me dit que Bard n'est pas accessible !
    Ah mince, du coup ca va Barder !

  10. #30
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 294
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 294
    Points : 194 624
    Points
    194 624
    Par défaut Google Bard n'est disponible dans aucun pays de l'Union européenne ni au Canada
    Bard, le chatbot de Google basé sur l'IA, n'est disponible dans aucun pays de l'Union européenne ni au Canada pour le moment,
    malgré l'annonce d'une expansion massive du service dans 180 pays

    Google Bard, le chatbot expérimental basé sur l’intelligence artificielle, n’est pas disponible dans les pays de l’Union européenne, malgré l’annonce faite par Google lors de sa conférence I/O 2023 d’une expansion massive du service dans 180 pays. Sur une page d’assistance, Google détaille la liste complète des pays et territoires où Bard est désormais accessible. Cette liste inclut des pays du monde entier, mais pas un seul pays faisant partie de l’Union européenne. C’est une grande absence pour ce qui est considérée comme une expansion globale de l’IA de Google

    La raison officielle de cette non-disponibilité n’est pas donnée par Google, mais il semble raisonnable de penser qu’elle est liée au RGPD. Le mois dernier, l’Italie a brièvement interdit ChatGPT pour des raisons similaires, estimant que l’IA ne pouvait pas se conformer aux règles de protection des données. Google suggère également subtilement que c’est le cas en disant que les futures expansions de Bard se feront « en conformité avec les réglementations locales ».

    Citation Envoyé par Google
    Bard est actuellement disponible en 3 langues et dans plus de 180 pays et territoires. Nous étendrons progressivement le service à d’autres pays et territoires de manière conforme aux réglementations locales et à nos principes en matière d’IA.
    Une autre omission notable est le Canada, qui n’est pas non plus répertorié comme étant pris en charge pour le moment. Si vous êtes dans une région compatible, Google Bard est maintenant disponible en anglais sans liste d’attente. Le chatbot a également ajouté la prise en charge des langues japonaise et coréenne, d’autres langues seront prises en charge à l'avenir.

    Citation Envoyé par Google
    Bard est désormais disponible en japonais et en coréen, et nous sommes sur la bonne voie pour prendre en charge bientôt 40 langues. Comme nous l'avons dit depuis le début, les grands modèles de langage sont encore une technologie naissante avec des limites connues.
    Nom : 180.png
Affichages : 3670
Taille : 334,6 Ko

    Mais Google Bard, qu'est-ce que c'est ?

    Google Bard est un chatbot qui utilise un modèle de langage génératif pour converser avec les utilisateurs sur différents sujets. Il peut répondre à des questions, raconter des histoires, écrire des poèmes, créer des images et plus encore.Il a été fin 2022 aux États-Unis, avec une liste d’attente limitée. Depuis lors, il a attiré l’attention de nombreux utilisateurs curieux et enthousiastes, mais aussi de certains critiques et régulateurs. Certains ont souligné les risques potentiels de l’IA générative, comme la diffusion de fausses informations, la violation de la vie privée, la manipulation ou le plagiat. D’autres ont remis en question la qualité et la fiabilité des réponses de Bard, qui peuvent être incohérentes, imprécises ou offensantes. Google a répondu à ces préoccupations en affirmant que Bard est un projet expérimental et non un produit fini, et qu’il suit ses principes en matière d’IA, qui visent à assurer le respect des personnes, la justice sociale, la sécurité et la responsabilité.

    Google Bard est l’une des nombreuses expériences d’IA que Google propose sur son site web. Parmi les autres exemples, on peut citer Teachable Machine, qui permet aux utilisateurs de créer leurs propres modèles d’IA sans codage ; Quick Draw, qui utilise l’IA pour reconnaître les dessins des utilisateurs ; AutoDraw, qui transforme les gribouillis en illustrations ; Art Palette, qui trouve des œuvres d’art correspondant à une palette de couleurs ; ou encore Semantris, qui est un jeu de mots basé sur l’IA.

    Google Bard est donc une expérience intéressante et innovante, qui montre le potentiel de l’IA générative pour la communication et la créativité. Cependant, il reste encore beaucoup de défis à relever pour rendre cette technologie plus accessible, plus fiable et plus éthique. En attendant que Bard soit disponible dans l’Union européenne, les utilisateurs peuvent toujours essayer les autres expériences d’IA de Google ou se tourner vers d’autres chatbots similaires, comme ChatGPT ou Replika.

    À quoi peut-on s'attendre avec Bard

    Ci-dessous, une présentation de Google.

    Rendre vos interactions avec Bard plus visuelles

    Bientôt, Bard deviendra plus visuel à la fois dans ses réponses et vos invites. Vous pourrez lui demander des choses comme : « Quels sont les sites incontournables de la Nouvelle-Orléans ? » et en plus du texte, vous obtiendrez une réponse utile ainsi que des visuels riches pour vous donner une bien meilleure idée de ce que vous explorez.

    Vous pourrez également inclure des images - à côté du texte - dans vos propres invites, ce qui vous permettra de stimuler votre imagination et votre créativité de manière totalement nouvelle. Pour y parvenir, nous apportons la puissance de Google Lens directement dans Bard. Disons que vous voulez vous amuser en utilisant une photo de vos chiens. Vous pouvez le télécharger et demander à Bard "d'écrire une légende amusante sur ces deux-là". À l'aide de Google Lens, Bard analysera la photo, détectera les races de chiens et rédigera quelques légendes créatives, le tout en quelques secondes.

    Présentation des mises à niveau de codage et des fonctionnalités d'exportation

    Il est impératif que nous construisions Bard aux côtés des gens, car les commentaires sont essentiels pour l'améliorer. Dans le cadre de cet effort, nous intégrons les commentaires des développeurs dans quelques mises à niveau de codage clés, notamment les suivantes :
    • Citations de sources : à partir de la semaine prochaine, nous rendrons les citations encore plus précises. Si Bard apporte un bloc de code ou cite un autre contenu, cliquez simplement sur l'annotation et Bard soulignera ces parties de la réponse et établira un lien vers la source.
    • Thème sombre : aujourd'hui, nous lançons le thème sombre, qui est une autre fonctionnalité que les développeurs ont demandée - et qui, selon nous, facilitera grandement l'interaction avec Bard.
    • Bouton « Exporter » : nous avons entendu dire que les développeurs adoraient la fonctionnalité d'exportation vers Colab. Nous ajoutons donc bientôt la possibilité d'exporter et d'exécuter du code avec notre partenaire Replit, en commençant par Python.

    Et comme les gens demandent souvent à Bard de prendre une longueur d'avance dans la rédaction d'e-mails et de documents, nous lançons aujourd'hui deux autres actions d'exportation, ce qui facilite le transfert des réponses de Bard directement dans Gmail et Docs. Par exemple, disons - comme moi - que vous êtes un fan inconditionnel de pickleball. Vous pouvez demander à Bard d'écrire une invitation par e-mail pour votre nouvelle ligue de pickleball, résumant les règles du jeu et soulignant son inclusion de tous les âges et niveaux. Cliquez simplement sur le bouton "Brouillon dans Gmail" pour pouvoir apporter ces derniers ajustements avant de lancer votre ligue de pickleball.

    Connectez Bard aux services que vous aimez

    À l'avenir, nous introduirons de nouvelles façons d'alimenter votre imagination et votre curiosité en intégrant les fonctionnalités des applications et services Google que vous utilisez peut-être déjà (Docs, Drive, Gmail, Maps et autres) directement dans l'expérience Bard. Et bien sûr, vous aurez toujours le contrôle de vos paramètres de confidentialité lorsque vous déciderez comment vous souhaitez utiliser ces outils et extensions.

    Bard pourra également accéder à toutes sortes de services sur le Web, avec des extensions de partenaires extérieurs, pour vous permettre de faire des choses jamais possibles auparavant. Dans les mois à venir, nous intégrerons Adobe Firefly, la famille de modèles d'IA générative créative d'Adobe, dans Bard afin que vous puissiez facilement et rapidement transformer vos propres idées créatives en images de haute qualité, que vous pourrez ensuite modifier davantage ou ajouter à vos conceptions. dans Adobe Express.

    Disons que je planifie une fête d'anniversaire pour mon fils de 7 ans qui aime les licornes, et je veux une image amusante à envoyer avec les invitations. Tout ce que j'ai à faire est de demander à Bard : "Crée une image d'une licorne et d'un gâteau lors d'une fête d'enfants" - et cela générera une image en quelques secondes, tout en respectant les normes élevées d'Adobe en matière de qualité et de responsabilité éthique.

    Sources : liste des pays où vous pouvez utiliser Bard, présentation des améliorations apportées à Bard

    Et vous ?

    Qu'est-ce qui pourrait, selon vous, expliquer pourquoi Bard boude l'Union européenne et le Canada en ce moment ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  11. #31
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 294
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 294
    Points : 194 624
    Points
    194 624
    Par défaut Google commence à déployer des résultats d'IA générative de style ChatGPT sur son moteur de recherche
    Google commence à déployer des résultats d'IA générative de style ChatGPT sur son moteur de recherche,
    la fonctionnalité n'est disponible pour le moment que pour un nombre limité de testeurs sur mobile

    Google Search, le moteur de recherche le plus populaire au monde, vient d’annoncer le début du déploiement d’une nouvelle fonctionnalité qui pourrait révolutionner la façon dont les internautes trouvent des informations en ligne. Il s’agit d'une expérience de recherche générative (SGE pour Search Generative Experience), qui consiste à intégrer des résultats basés sur l’intelligence artificielle générative de type ChatGPT directement dans la page de résultats de recherche de Google.

    ChatGPT est un modèle d’IA qui utilise des réseaux de neurones profonds pour générer du texte à partir d’un ensemble de données. Il est capable de produire des réponses cohérentes et pertinentes à des questions ouvertes, ainsi que des contenus créatifs comme des poèmes, des histoires ou des parodies. Google a adapté ce modèle pour l’utiliser dans son moteur de recherche, en lui faisant analyser des milliers de sources web pour synthétiser des informations utiles et fiables pour les utilisateurs.

    Concrètement, lorsque les utilisateurs effectuent une recherche sur Google Search, ils ont la possibilité d’activer l’option SGE, qui leur affiche des résultats générés par l’IA dans des boîtes colorées au-dessus des résultats normaux. Ces boîtes contiennent des résumés, des listes, des comparatifs ou des recommandations en fonction du type de requête. Par exemple, si un utilisateur cherche « les meilleurs haut-parleurs Bluetooth pour la plage », il verra apparaître un résumé des critères à prendre en compte (autonomie, résistance à l’eau, qualité sonore), ainsi que des liens vers des guides d’achat et des options d’achat pour plusieurs modèles, chacun accompagné d’un résumé généré par l’IA. Les utilisateurs peuvent également cliquer sur une icône en forme de griffe d’ours (bear claw) pour voir les sources utilisées par l’IA pour chaque phrase du résumé.

    Nom : google.png
Affichages : 1460
Taille : 500,6 Ko

    Google affirme que cette fonctionnalité vise à offrir aux utilisateurs une expérience de recherche plus rapide, plus complète et plus personnalisée. L’entreprise souligne également qu’elle accorde une grande importance à la transparence et à la fiabilité des résultats générés par l’IA, et qu’elle utilise un système de corroboration pour vérifier les informations provenant de différentes sources web. Google indique aussi qu’elle respecte les droits d’auteur et qu’elle ne génère pas de contenu plagié ou contrefait.

    Pour l’instant, l’expérience de recherche générative n’est disponible que pour un nombre limité d’utilisateurs qui se sont inscrits sur une liste d’attente et qui ont été choisis comme testeurs. Elle n’est accessible que sur les applications mobiles de Google Search et uniquement pour certaines requêtes. Google précise qu’il s’agit encore d’une expérimentation et qu’elle recueille les retours des utilisateurs pour améliorer son service.

    Citation Envoyé par Google
    Aujourd'hui, nous commençons à ouvrir l'accès à Search Labs, un nouveau programme permettant d'accéder aux premières expériences de Google. Si vous vous êtes déjà inscrit sur la liste d'attente sur labs.google.com/search, vous serez averti par e-mail lorsque vous pourrez commencer à tester les expériences Labs, telles que SGE (Search Generative Experience), Code Tips et Add to Sheets aux États-Unis. Et si vous souhaitez vous inscrire à ces expériences, appuyez simplement sur l'icône Labs dans la dernière version de l'application Google (Android et iOS) ou sur Chrome sur desktop pour vous inscrire. Vous pouvez également visiter le site Labs pour vérifier l'état de votre liste d'attente.

    Une fois que vous y êtes, la nouvelle expérience de recherche générative alimentée par l'IA vous aidera à alléger une partie du travail de recherche, afin que vous puissiez comprendre un sujet plus rapidement, découvrir de nouveaux points de vue et idées et faire avancer les choses plus facilement. Ainsi, au lieu de poser une série de questions et de rassembler ces informations vous-même, la recherche peut maintenant faire une partie de ce gros travail pour vous.
    Et Google de donner « trois façons de simplifier votre prochaine recherche grâce aux nouvelles fonctionnalités d'IA générative » :
    1. Familiarisez-vous facilement avec un sujet nouveau ou compliqué : Peut-être commencez-vous à prendre une décision que vous devrez généralement décomposer en parties plus petites, comme "Apprendre le ukulélé ou la guitare". La recherche fournira un snapshot alimenté par l'IA afin que vous puissiez obtenir de l'aide pour comprendre les facteurs à prendre en compte. Autre exemple : si vous êtes curieux d'en savoir plus sur la création de votre propre entreprise, essayez de rechercher "Avantages de constituer votre entreprise en société avant de devenir indépendant". Vous pouvez rapidement obtenir la configuration du terrain, puis plonger plus profondément avec des liens vers des articles.
    2. Découvrez des conseils rapides pour vos questions spécifiques : Parfois, vous avez une question très spécifique à l'esprit, dans laquelle vous auriez intérêt à voir une variété de contenus sur le Web. Si vous trouvez votre vieux pull préféré au fond de votre placard mais que vous réalisez rapidement qu'il a besoin d'être rafraîchi, recherchez "Comment enlever une vieille tache de café d'un pull en laine ?" Ou si vous vous préparez pour un voyage international, mais que vous devez vous assurer que vos documents sont à jour, recherchez "Comment puis-je renouveler mon passeport rapidement?" Désormais, vous pouvez facilement trouver des pointeurs pour les informations clés que vous devez connaître, ou voir une gamme d'options disponibles et passer à l'étape suivante avec l'aide du Web.
    3. Découvrez une gamme de produits et de choses à considérer lors de vos achats : Supposons que vous recherchiez un papier peint amovible pour embellir votre location. Il vous suffit de rechercher « Décoller et coller du papier peint pour la cuisine » pour en savoir plus sur les facteurs importants, comme s'il est facile à enlever, et obtenir une liste d'options élégantes, y compris le prix, les évaluations des clients et les liens d'achat. Ou essayez de rechercher "Haut-parleur Bluetooth pour une fête à la piscine" pour voir des considérations importantes pour cet environnement, comme la résistance à l'eau et la durée de vie de la batterie, et une multitude d'options parmi lesquelles choisir

    Citation Envoyé par Google
    Et si vous souhaitez explorer davantage, juste sous snapshot, vous verrez l'option "poser une question de suivi" ou sélectionner une étape suivante suggérée, qui vous amènera en mode conversation.

    Cette expérience est notre première étape dans l'ajout de l'IA générative à la recherche, et nous apporterons de nombreuses mises à jour et améliorations au fil du temps. Alors que nous continuons à réinventer la façon dont nous pouvons rendre encore plus naturel et intuitif la recherche de ce que vous cherchez, nous sommes ravis que vous testiez ces nouvelles fonctionnalités et que vous partagiez vos commentaires en cours de route.
    D'autres expériences proposées aux testeurs

    Plus tôt ce mois-ci, Google a indiqué qu'un certain nombre d'expériences seraient disponibles dans un temps limité :
    • SGE (Search Generative Experience) apporte la puissance de l'IA générative directement dans la recherche Google. La nouvelle expérience de recherche vous aide à trouver et à interpréter rapidement les informations. Au fur et à mesure que vous effectuez une recherche, vous pouvez obtenir l'essentiel d'un sujet avec des prévisualisations alimentées par l'IA, des pointeurs pour en savoir plus et des moyens de suivre naturellement.
    • Code Tips exploite la puissance des grands modèles de langage pour fournir des pointeurs permettant d'écrire du code plus rapidement et plus intelligemment. Vous pouvez poser des questions pratiques liées à un ensemble spécifique de langages de programmation (C, C++, Go, Java, JavaScript, Kotlin, Python, TypeScript), d'outils (Docker, Git, shells) et d'algorithmes.
    • Add to Sheets vous aide à insérer un résultat de recherche directement dans une feuille de calcul et à le partager avec vos amis. C'est votre compagnon de recherche idéal pour planifier un voyage et ajouter des informations à votre itinéraire, ou suivre d'autres informations que vous avez trouvées sur la recherche.

      Nom : add.png
Affichages : 1350
Taille : 70,5 Ko



    Conclusion

    L’arrivée de l’IA générative dans Google Search représente un changement majeur dans le paysage du web, qui pourrait avoir des conséquences importantes pour les sites web externes qui dépendent du trafic provenant du moteur de recherche. Certains observateurs craignent que Google ne cherche à garder les utilisateurs dans son écosystème en leur fournissant directement les réponses à leurs questions, sans qu’ils aient besoin de cliquer sur d’autres liens. D’autres estiment que Google offre un service innovant et utile qui répond aux besoins des internautes.

    Quoi qu’il en soit, il semble que l’IA soit en train de transformer la façon dont nous cherchons et trouvons des informations en ligne, et que Google soit déterminé à rester à la pointe de cette évolution.

    Source : Google (1, 2)

    Et vous ?

    Que pensez-vous de l’expérience de recherche générative de Google? Est-ce une innovation utile ou une menace pour le web?
    Avez-vous déjà essayé la fonctionnalité? Si oui, quels sont les résultats que vous avez obtenus? Si non, avez-vous envie de l’essayer?
    Faites-vous confiance aux résultats générés par l’IA? Comment vérifiez-vous leur fiabilité et leur pertinence?
    Quels sont les risques et les opportunités liés à l’utilisation de l’IA générative dans la recherche d’informations?
    Quels sont les domaines ou les sujets pour lesquels vous aimeriez voir des résultats générés par l’IA?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  12. #32
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Anthony
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Novembre 2022
    Messages
    831
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Gironde (Aquitaine)

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique

    Informations forums :
    Inscription : Novembre 2022
    Messages : 831
    Points : 13 769
    Points
    13 769
    Par défaut Bard serait meilleur en matière de logique et de raisonnement, d'après Google
    Bard serait meilleur en matière de logique et de raisonnement, grâce à une nouvelle technique appelée "implicit code execution", d'après Google

    Bard s'améliore dans les tâches mathématiques, les questions de codage et la manipulation de chaînes de caractères grâce à une nouvelle technique appelée exécution implicite du code. De plus, il dispose d'une nouvelle action d'exportation vers Google Sheets.

    Deux améliorations de Bard sont lancées aujourd'hui 7 juin. Tout d'abord, Bard s'améliore pour les tâches mathématiques, les questions de codage et la manipulation de chaînes de caractères. D'autre part, il dispose d'une nouvelle action d'exportation vers Google Sheets : Ainsi, lorsque Bard génère un tableau dans sa réponse, par exemple si vous lui demandez de "créer un tableau pour les inscriptions des bénévoles à mon refuge pour animaux", vous pouvez désormais l'exporter directement vers Sheets.

    Nom : bard.png
Affichages : 2093
Taille : 42,4 Ko

    De meilleures réponses pour les raisonnements avancés et les invites mathématiques

    Une nouvelle technique appelée "exécution implicite du code" permet à Bard de détecter les invites de calcul et d'exécuter le code en arrière-plan. Il peut ainsi répondre plus précisément aux tâches mathématiques, aux questions de codage et aux invites de manipulation de chaînes de caractères. Ainsi, Bard pourra mieux répondre à des questions telles que :

    • Quels sont les facteurs premiers de 15683615 ?
    • Calculer le taux de croissance de mon épargne
    • Inverser le mot "Lollipop" pour moi.

    Aperçu : https://storage.googleapis.com/gweb-...1080_EN-US.gif

    Examinons plus en détail cette nouvelle capacité et la manière dont elle aide Bard à améliorer ses réponses.

    Amélioration des compétences en matière de logique et de raisonnement

    Les grands modèles de langage (LLM) sont comme des moteurs de prédiction : lorsqu'on leur donne un message, ils génèrent une réponse en prédisant les mots qui vont probablement suivre. Par conséquent, ils sont extrêmement performants dans les tâches linguistiques et créatives, mais plus faibles dans des domaines tels que le raisonnement et les mathématiques. Pour aider à résoudre des problèmes plus complexes nécessitant des capacités de raisonnement et de logique avancées, il ne suffit pas de s'appuyer uniquement sur les résultats du LLM.

    La nouvelle méthode permet à Bard de générer et d'exécuter du code pour renforcer ses capacités de raisonnement et de calcul. Cette approche s'inspire d'une dichotomie bien étudiée de l'intelligence humaine, notamment abordée dans le livre de Daniel Kahneman "Thinking, Fast and Slow" - la séparation entre la pensée du "système 1" et celle du "système 2".

    • La pensée du système 1 est rapide, intuitive et sans effort. Lorsqu'un musicien de jazz improvise sur le champ ou qu'un compositeur tactile pense à un mot et le regarde apparaître à l'écran, ils utilisent le système 1 de pensée.
    • La pensée du système 2, en revanche, est lente, délibérée et laborieuse. Lorsque vous effectuez une division longue ou que vous apprenez à jouer d'un instrument, vous utilisez le système 2.

    Dans cette analogie, on peut considérer que les LLM fonctionnent uniquement selon le système 1, c'est-à-dire qu'ils produisent du texte rapidement, mais sans réflexion approfondie. Cela permet d'obtenir des capacités incroyables, mais peut aussi s'avérer insuffisant de manière surprenante. (Imaginez que vous essayez de résoudre un problème mathématique en utilisant uniquement le système 1 : Vous ne pouvez pas vous arrêter pour faire l'arithmétique, vous devez simplement cracher la première réponse qui vous vient à l'esprit). Le calcul traditionnel est étroitement lié à la pensée du système 2 : Il s'agit d'une formule rigide, mais la bonne séquence d'étapes peut produire des résultats impressionnants, tels que des solutions à des divisions longues.

    Avec cette dernière mise à jour, les capacités des LLM (système 1) et du code traditionnel (système 2) ont été combinées pour améliorer la précision des réponses de Bard. Grâce à l'exécution implicite du code, Bard identifie les invites qui pourraient bénéficier d'un code logique, l'écrit "sous le capot", l'exécute et utilise le résultat pour générer une réponse plus précise. Jusqu'à présent, il a été constaté que cette méthode améliorait d'environ 30 % la précision des réponses de Bard aux problèmes de mots et de mathématiques basés sur le calcul dans les ensembles de données internes de Google.

    Même avec ces améliorations, Bard n'obtiendra pas toujours une réponse correcte - par exemple, Bard peut ne pas générer de code pour aider la réponse, le code qu'il génère peut être erroné ou Bard peut ne pas inclure le code exécuté dans sa réponse. Cela dit, cette amélioration de la capacité à répondre de manière structurée et logique est une étape importante pour rendre Bard encore plus utile. Restez à l'écoute pour en savoir plus.

    Source : Google

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Que pensez-vous de ces nouvelles capacités de Bard, les trouvez-vous utiles et pertinentes ?

    Selon vous, l'introduction de l'exécution implicite du code dans Bard constitue-t-elle une avancée significative dans l'amélioration de la précision des réponses du chatbot ?

    Voir aussi

    Bard : Google a ouvert la liste d'attente pour essayer son chatbot IA génératif pour les États-Unis et le Royaume-Uni. La réponse à ChatGPT n'est pas encore disponible en France

    Google annonce la disponibilité générale de Bard, sa réponse au chatbot ChatGPT d'OpenAI, dans 180 pays : Que peuvent en attendre les travailleurs de la filière du développement informatique ?

    Bard, le chatbot IA développé par Google, n'est disponible dans aucun pays de l'Union européenne ni au Canada pour le moment, malgré l'annonce d'une expansion massive du service dans 180 pays

    Google annonce que son IA Bard peut désormais aider à coder et à créer des fonctions pour Google Sheets dans un contexte où ses employés qualifient Bard de « menteur pathologique »

    Google dévoile Bard, sa réponse à l'intelligence artificielle ChatGPT de l'entreprise OpenAI annoncée comme une menace pour l'existence de son moteur de recherches
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  13. #33
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Dirigeant
    Inscrit en
    Juin 2016
    Messages
    3 160
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Dirigeant
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2016
    Messages : 3 160
    Points : 66 245
    Points
    66 245
    Par défaut Google est contraint de reporter le lancement de Bard dans l'UE en raison de craintes sur la vie privée
    Google est contraint de reporter le lancement du chatbot Bard dans l'UE pour des raisons de protection de la vie privée
    l'entreprise n'a pas fourni toutes les informations nécessaires sur son outil

    Le chatbot d'IA Bard de Google n'est pas encore totalement aux normes de l'UE en matière de protection de la vie privée. Ainsi, le leader mondial de la recherche a été contraint de retarder le lancement de son produit dans l'UE après que l'autorité de contrôle de la protection de la vie privée a exprimé ses inquiétudes. Cette dernière affirme que Google n'a pas fourni les informations nécessaires sur les garde-fous mis en place par Bard en matière de confidentialités et de protection de la vie privée. Ces mesures devraient permettre d'éviter la collecte abusive des données des utilisateurs européens et garantir la confidentialité de leurs échanges avec le chatbot d'IA.

    Google aurait prévu de lancer Bard dans l'UE cette semaine, mais s'est heurté au veto de la Commission irlandaise de protection des données (DCP), qui est le principal régulateur en matière de protection des données du bloc des 27. Ce revers retarde une fois de plus la disponibilité à grande échelle de Bard dans l'UE, qui représente un marché de plus 450 millions de consommateurs. En attendant, le chatbot d'IA ChatGPT d'OpenAI est disponible sans restriction dans l'UE et sur tous les autres marchés dans le monde depuis son lancement en novembre dernier. L'absence de grands rivaux comme Bard permet à ChatGPT de s'imposer davantage.

    Pour justifier son opposition au lancement de Bard dans l'UE cette semaine, la DCP a expliqué que Google n'avait pas indiqué comment elle comptait se conformer aux règles de l'UE en matière de protection des données. Graham Doyle, commissaire adjoint de la DPC, a déclaré mardi que Google avait récemment informé l'autorité de régulation de son intention de lancer Bard dans l'UE "cette semaine". Doyle a précisé que Google n'avait pas fourni au régulateur les informations nécessaires avant la date prévue et que le lancement n'aurait pas lieu dans les délais prévus. La DCP veut évaluer les mesures élaborées pour garantir la protection de la vie privée.

    Nom : ml,.png
Affichages : 1119
Taille : 307,0 Ko

    « La DPC n'a pas reçu d'informations détaillées ni vu d'évaluation d'impact sur la protection des données (DPIA) ou de documents à l'appui à ce stade. Depuis, la DCP a demandé ces informations de toute urgence et a posé à Google un certain nombre de questions supplémentaires sur la protection des données, auxquelles il attend une réponse et que Bard ne lancera pas cette semaine », a déclaré Doyle dans un communiqué. Rien n'indique pour l'instant quand le lancement de Bard dans l'UE pourrait avoir lieu. La DPC n'a pas non plus fourni de détails sur les problèmes spécifiques qu'elle a soulevés auprès de Google en ce qui concerne son chatbot.

    De l'autre côté, un porte-parole de Google a déclaré que l'entreprise s'était entretenue avec la DCP au cours des dernières semaines et avait partagé la documentation pertinente. Cependant, le représentant de Google n'a pas donné de détails sur les raisons spécifiques qui expliquent ce retard ni sur le temps qu'il faudra pour que Bard puisse être lancé dans l'Union européenne. « Nous avons dit en mai que nous voulions rendre Bard plus largement disponible, y compris dans l'Union européenne, et que nous le ferions de manière responsable, après avoir consulté des experts, des régulateurs et des décideurs politiques », a déclaré le porte-parole de Google.

    « Dans le cadre de ce processus, nous avons discuté avec les autorités de régulation de la protection de la vie privée pour répondre à leurs questions et entendre leurs commentaires », a-t-il ajouté. Le faux pas de Google met en lumière la course entre les entreprises qui déploient des produits d'IA générative et les législateurs qui décident de la manière dont ces technologies doivent être réglementées. OpenAI a également eu maille à partir avec les régulateurs de l'UE ces derniers mois. À titre d'exemple, ChatGPT a été temporairement suspendu cette année par les autorités italiennes en raison de préoccupations liées à la protection de la vie privée.

    Les problèmes de protection des données liés à ChatGPT que les autorités de l'UE ont déjà identifiés pourraient également être pertinents dans le cas de Google. Ces préoccupations concernent notamment la base juridique invoquée pour le traitement des données des personnes afin d'entraîner les modèles d'IA ; la conformité avec les exigences de transparence intégrées dans les lois régionales sur la protection de la vie privée ; et la manière dont les développeurs abordent d'autres questions problématiques telles que la désinformation générée par l'IA. (Ces chatbots "hallucinent" ; ils inventent de fausses histoires et les présentent comme vraies).

    En outre, il y a les questions de sécurité des enfants et la fourniture aux utilisateurs de l'UE de droits d'accès aux données (et de rectification et/ou d'effacement). « La question est actuellement examinée par la DPC et nous partagerons des informations avec nos homologues dès que nous aurons reçu des réponses à nos questions », a déclaré Doyle. En avril, les autorités de protection des données de l'UE ont mis en place un groupe de travail afin de coordonner leurs mesures d'application de la loi sur ChatGPT. On peut donc supposer que la DPC a l'intention de mettre à profit les enseignements tirés de cette initiative, le cas échéant.

    Selon certaines sources, après la suspension temporaire de ChatGPT en Italie ce printemps, la commissaire du DPC, Helen Dixon, aurait critiqué les interdictions hâtives des chatbots d'IA générative, appelant en avril les régulateurs à comprendre comment appliquer les règles de l'UE à la technologie avant de se précipiter et d'imposer des interdictions. Il est donc remarquable que l'Irlande n'interdise pas les chatbots, mais qu'elle tarde à réagir en raison d'informations inadéquates fournies par Google (et de "questions relatives à la protection des données" non précisées). Par ailleurs, le Parlement européen a adopté cette semaine des règles strictes en ce qui concerne le développement de l'IA. La version finale de la nouvelle législation sur l'IA (EU AI Act) est attendue pour la fin de l'année.

    Les Européens ne connaissent pas la nature des préoccupations exprimées par le DPC à l'égard du chatbot d'IA Bard de Google. Il n'y a donc aucun moyen d'évaluer l'importance de l'intervention de l'autorité de régulation irlandaise sur ce puissant outil d'IA générative. Ou, en fait, si elle pourrait conduire à obliger Google à fournir des informations sur la vie privée comparables à celles d'OpenAI et à donner plus de contrôle aux utilisateurs, comme cela s'est produit avec ChatGPT après l'affaire italienne. (Bien que des enquêtes sur la conformité du chatbot d'OpenAI au RGPD soient toujours en cours dans plusieurs États membres de l'UE.)

    Même si la DPC a bloqué le lancement général de Bard dans l'UE, le chatbot de Google est néanmoins très facile d'accès pour les utilisateurs de la région s'ils utilisent un VPN dont la localisation est réglée sur les États-Unis ou un autre marché où l'outil est disponible.

    Source : Commission irlandaise de protection des données

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Que pensez-vous de la décision de la DCP de bloquer temporairement le lancement de Bard ?

    Voir aussi

    Bard, le chatbot IA développé par Google, n'est disponible dans aucun pays de l'Union européenne ni au Canada pour le moment, malgré l'annonce d'une expansion massive du service dans 180 pays

    ChatGPT et Google Bard font désormais partie des nouveaux outils des cybercriminels, ils permettent de créer des fichiers nuisibles et d'inciter les utilisateurs à les télécharger, selon Veriti

    Google annonce la disponibilité générale de Bard, sa réponse au chatbot ChatGPT d'OpenAI, dans 180 pays : que peuvent en attendre les travailleurs de la filière du développement informatique ?
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  14. #34
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Anthony
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Novembre 2022
    Messages
    831
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Gironde (Aquitaine)

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique

    Informations forums :
    Inscription : Novembre 2022
    Messages : 831
    Points : 13 769
    Points
    13 769
    Par défaut Google, l'un des plus grands défenseurs de l'IA, met en garde son propre personnel contre les chatbots d'IA
    Google, l'un des plus grands défenseurs de l'IA, met en garde son propre personnel contre les chatbots d'IA, y compris Bard, afin d'éviter tout risque de fuites de données sensibles

    Alphabet Inc. met en garde ses employés sur la façon dont ils utilisent les chatbots, y compris son propre Bard, tout en commercialisant le programme dans le monde entier, ont déclaré quatre personnes familières avec le sujet.

    La société mère de Google a conseillé à ses employés de ne pas entrer ses documents confidentiels dans les chatbots d'IA, ont indiqué ces personnes et l'entreprise l'a confirmé, citant une politique de longue date sur la protection des informations.

    Les chatbots, parmi lesquels Bard et ChatGPT, sont des programmes à consonance humaine qui utilisent ce que l'on appelle l'intelligence artificielle générative pour tenir des conversations avec les utilisateurs et répondre à une myriade de questions. Des examinateurs humains peuvent lire les conversations, et les chercheurs ont constaté qu'une IA similaire pouvait reproduire les données qu'elle avait absorbées pendant la formation, créant ainsi un risque de fuite.

    Alphabet a également alerté ses ingénieurs pour qu'ils évitent d'utiliser directement le code informatique que les chatbots peuvent générer, ont déclaré certaines de ces personnes.

    Nom : bard chatbot.png
Affichages : 1455
Taille : 46,4 Ko

    Interrogée à ce sujet, l'entreprise a déclaré que Bard pouvait faire des suggestions de code indésirables, mais qu'il aidait néanmoins les programmeurs. Google a également déclaré qu'elle visait à être transparente sur les limites de sa technologie.

    Ces préoccupations montrent comment Google souhaite éviter que les logiciels qu'il a lancés en concurrence avec ChatGPT ne nuisent à son activité. L'enjeu de la course de Google contre OpenAI et Microsoft Corp, qui soutiennent ChatGPT, se chiffre en milliards de dollars d'investissement ainsi qu'en recettes publicitaires et en revenus de cloud computing encore incalculables provenant des nouveaux programmes d'intelligence artificielle.

    La prudence de Google reflète également ce qui est en train de devenir une norme de sécurité pour les entreprises, à savoir la mise en garde du personnel contre l'utilisation de programmes de chat accessibles au public.

    Un nombre croissant d'entreprises dans le monde ont mis en place des garde-fous sur les chatbots d'IA, parmi lesquelles Samsung, Amazon.com et Deutsche Bank. Apple, qui n'a pas répondu aux demandes de commentaires, aurait fait de même.

    Quelque 43 % des professionnels utilisaient ChatGPT ou d'autres outils d'IA en janvier, souvent sans en parler à leur patron, selon une enquête menée par le site de réseautage Fishbowl auprès de près de 12 000 personnes, y compris dans les plus grandes entreprises américaines.

    En février, Google a demandé au personnel qui testait Bard avant son lancement de ne pas lui communiquer d'informations internes. Aujourd'hui, Google déploie Bard dans plus de 180 pays et dans 40 langues, en tant que tremplin pour la créativité, et ses avertissements s'étendent à ses suggestions de code.

    Google a déclaré qu'il avait eu des conversations détaillées avec la Commission irlandaise de protection des données et qu'il répondait aux questions des régulateurs, après un rapport de Politico publié mardi selon lequel l'entreprise reportait le lancement de Bard dans l'UE dans l'attente de plus d'informations sur l'impact du chatbot sur la vie privée.

    Inquiétudes concernant les informations sensibles

    Ces technologies peuvent rédiger des courriels, des documents, voire même des logiciels, promettant ainsi d'accélérer considérablement les tâches. Toutefois, ce contenu peut contenir des informations erronées, des données sensibles ou même des passages protégés par des droits d'auteur d'un roman "Harry Potter".

    Un avis de confidentialité de Google, mis à jour le 1er juin, stipule également ce qui suit : "N'incluez pas d'informations confidentielles ou sensibles dans vos conversations Bard".

    Certaines entreprises ont développé des logiciels pour répondre à ces préoccupations. Par exemple, Cloudflare, qui défend les sites web contre les cyberattaques et offre d'autres services en nuage, commercialise une capacité permettant aux entreprises de marquer et de restreindre la circulation de certaines données vers l'extérieur.

    Google et Microsoft proposent également aux entreprises des outils conversationnels plus onéreux, mais qui s'abstiennent d'absorber des données dans des modèles d'IA publics. Bard et ChatGPT enregistrent par défaut l'historique des conversations des utilisateurs, qui peuvent choisir de le supprimer.

    Il est "logique" que les entreprises ne veuillent pas que leur personnel utilise des chatbots publics pour le travail, a déclaré Yusuf Mehdi, directeur du marketing grand public de Microsoft.

    "Les entreprises adoptent un point de vue dûment conservateur", a déclaré M. Mehdi, expliquant comment le chatbot gratuit Bing de Microsoft se compare à son logiciel d'entreprise. "Là, nos politiques sont beaucoup plus strictes."

    Microsoft n'a pas commenté la question de savoir si elle interdit de manière générale à son personnel d'entrer des informations confidentielles dans des programmes d'IA publics, y compris le sien, bien qu'un autre cadre de l'entreprise ait déclaré qu'il en limitait personnellement l'utilisation.

    Matthew Prince, PDG de Cloudflare, a déclaré que le fait de saisir des informations confidentielles dans des chatbots revenait à "confier à une bande d'étudiants en doctorat tous vos dossiers privés".

    Source : Alphabet Inc.

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Trouvez-vous que les recommandations d'Alphabet Inc sont pertinentes ?

    Voir aussi

    Google est contraint de reporter le lancement du chatbot Bard dans l'UE pour des raisons de protection de la vie privée, l'entreprise n'a pas fourni toutes les informations nécessaires sur son outil

    Bard serait meilleur en matière de logique et de raisonnement, grâce à une nouvelle technique appelée "implicit code execution", d'après Google

    Les employés de Google critiquent le PDG Sundar Pichai pour l'annonce « précipitée et bâclée » de Bard, le concurrent de ChatGPT. Certains ne savaient même pas qu'il allait être présenté
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  15. #35
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 294
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 294
    Points : 194 624
    Points
    194 624
    Par défaut Google va utiliser tout ce que vous allez publier en ligne comme données d'entraînement de son IA
    Google indique qu'il va utiliser tout ce que vous allez publier en ligne comme données d'entraînement de son IA,
    dans une mise à jour de sa politique de confidentialité

    Google a mis à jour sa politique de confidentialité au cours du week-end, indiquant explicitement que l'entreprise se réserve le droit de récupérer à peu près tout ce que vous publiez en ligne pour créer ses outils d'IA. Si Google peut lire vos mots, supposez qu'ils appartiennent maintenant à l'entreprise et attendez-vous à ce qu'ils se nichent quelque part dans les entrailles d'un chatbot.

    « Recherche et développement : Google utilise les informations pour améliorer ses services et développer de nouveaux produits, ainsi que de nouvelles fonctionnalités et technologies utiles à ses utilisateurs et au public. Par exemple, Google utilise des informations disponibles publiquement pour contribuer à l'entraînement de ses modèles d'IA, et concevoir des produits et des fonctionnalités comme Google Traduction, Bard et les capacités d'IA de Cloud », indique la nouvelle politique de Google.

    Le message est disponible à la section Conformité et coopération avec des organismes de réglementation dans la partie Finalités commerciales pour lesquelles des informations peuvent être utilisées ou divulguées.

    Nom : google.png
Affichages : 2183
Taille : 63,5 Ko

    Pour ceux qui le souhaitent, Google conserve un historique des modifications apportées à ses conditions d'utilisation. Le nouveau langage modifie une politique existante, énonçant de nouvelles façons dont vos réflexions en ligne pourraient être utilisées pour le travail des outils d'IA de la grande enseigne de la technologie.

    Auparavant, Google avait déclaré que les données seraient utilisées « pour les modèles de langage » plutôt que pour les « modèles d'IA », et là où l'ancienne politique vient de mentionner Google Translate, Bard et Cloud AI font maintenant leur apparition.

    Il s'agit d'une clause inhabituelle pour une politique de confidentialité. En règle générale, ces politiques décrivent la manière dont une entreprise utilise les informations que vous publiez sur les propres services de l'entreprise. Ici, il semble que Google se réserve le droit de récolter et d'exploiter les données publiées sur n'importe quelle partie du Web public, comme si l'ensemble d'Internet était le propre terrain de jeu de l'IA de l'entreprise.

    Un nouveau langage qui n'est pas disponible dans le monde entier

    Si ce passage de la modification est disponible en Amérique, cela n'est pas nécessairement (encore) le cas dans le reste du monde. Cela peut s'expliquer par le fait que les lois locales peuvent compliquer la tâche aux équipes juridiques de Google.

    C'est la raison pour laquelle, bien que l'entreprise avait prévu de lancer Bard en UE en mi-juin, elle s'est heurtée au veto de la Commission irlandaise de protection des données (DCP), qui est le principal régulateur en matière de protection des données du bloc des 27. Ce revers a retardé une fois de plus la disponibilité à grande échelle de Bard dans l'UE, qui représente un marché de plus 450 millions de consommateurs. En attendant, le chatbot d'IA ChatGPT d'OpenAI est disponible sans restriction dans l'UE et sur tous les autres marchés dans le monde depuis son lancement en novembre dernier. L'absence de grands rivaux comme Bard permet à ChatGPT de s'imposer davantage.

    Pour justifier son opposition au lancement de Bard dans l'UE, la DCP a expliqué que Google n'avait pas indiqué comment elle comptait se conformer aux règles de l'UE en matière de protection des données.

    Néanmoins, il est probable que ce ne soit qu'une question de temps avant que cette politique ne s'applique partout dans le monde.

    Quand votre contenu peut être utilisé pour former une IA

    Cette pratique soulève de nouvelles et intéressantes questions de confidentialité. Les gens comprennent généralement que les messages publics sont publics. Aujourd'hui, il ne s'agit plus de savoir qui peut voir l'information, mais comment elle pourrait être utilisée. Il y a de fortes chances que Bard et ChatGPT aient ingéré vos articles de blog oubliés depuis longtemps ou vos critiques de restaurants vieilles de 15 ans. Pendant que vous lisez ceci, les chatbots pourraient régurgiter une version modifiée de l'assemblage vos mots d'une manière impossible à prévoir et difficile à comprendre.

    L'une des complications les moins évidentes du monde post-ChatGPT est la question de savoir où les chatbots avides de données ont puisé leurs informations. Des entreprises telles que Google et OpenAI ont fait du scrapping sur de vastes portions d'Internet pour alimenter leurs robots. Il n'est pas du tout clair que ce soit légal, et les prochaines années verront les tribunaux se débattre avec des questions de droit d'auteur qui auraient semblé être de la science-fiction il y a quelques années. En attendant, le phénomène affecte déjà les consommateurs de manière inattendue.

    Elon Musk réagit

    Elon Musk, le propriétaire controversé de Twitter, a annoncé de nouvelles limites sur le nombre de tweets que les utilisateurs peuvent lire par jour, qu’ils soient connectés ou non. Il a attribué cette décision aux startups d’intelligence artificielle qui font du scrapping « d’énormes quantités de données » sur Twitter pour entraîner leurs modèles de langage.

    Selon Musk, ces pratiques affectent l’expérience des utilisateurs réels et la stabilité du site. Il a donc décidé de mettre en place des paywalls pour permettre d'accéder aux tweets, en fonction du statut de vérification des comptes. Il assure que ce sont des limites « temporaires » sur le nombre de messages que les internautes peuvent lire.

    Cependant, la plupart des experts informatiques ont convenu que la limitation du débit de lecture était plus probablement une réponse de crise à des problèmes techniques nés d'une mauvaise gestion, d'une incompétence ou des deux.

    La réaction des internautes

    Certains estiment qu'il n'y a vraiment rien de nouveau. Celui-ci par exemple explique :

    Dans une certaine mesure, cela s'était déjà produit dans le passé.

    Il existe partout du scrapping Web qui capture des informations Web accessibles au public, qu'il s'agisse de fragments d'informations spécifiques ou de pages Web entières, le tout devant être stocké sur divers ensembles de données, et il est probable que certains de vos messages sur les réseaux sociaux aient déjà été récupérés par l'un de ces outils.

    Certains de ces outils de scrapping pourraient recueillir ces points de données à des fins d'analyse, peut-être que les entreprises qui négocient des actions, par exemple, pourraient utiliser les données afin d'évaluer la perception publique de diverses entreprises, qu'elles peuvent utiliser pour déterminer s'il faut ou non acheter, vendre ou conserver diverses actifs. D'autres outils peuvent également être utilisés pour stocker des parties d'Internet accessibles à tous, comme la Wayback Machine de l'Organisation des archives Internet.

    Peut-être que la principale chose qui est importante serait le fait qu'une seule entreprise aurait accès à autant d'informations si facilement, que ce soit via des services en ligne qu'elle possède comme YouTube ou via ses propres outils de scrapping Web internes qu'elle peut utiliser pour accéder à de nombreux sites Web. Pour toute autre entreprise, elles pourraient avoir besoin d'utiliser des scripts personnalisés exécutés sur divers serveurs proxy afin de contourner les blocages des sites Web, et pourraient avoir besoin d'utiliser d'autres outils sophistiqués afin d'obtenir juste une fraction de ce que Google pourrait avoir entre les mains.

    Bien sûr, prenez les informations ci-dessus comme bon vous semble. Ce qui sera en effet certain, du moins pour moi, c'est que le débat sur la vie privée et le droit d'auteur va devenir beaucoup plus intéressant.
    D'autres ont joué la carte de l'humour. Parlant des éventuelles plaintes contre Google qui puise dans les publications des internautes, il dit « imaginez si nous commençons à être payés pour du shitposting », un autre de lui répondre « nous serions riches » et lui de rétorquer « et considéré comme un peu intelligent! ». Et un autre de s'amuser en disant « … soyons payés en utilisant l'IA pour publier pour nous ». Pour mémoire, le shitposting est une forme moderne de provocation sur Internet. Ce messages sont intentionnellement conçus pour faire dérailler les discussions.

    Source : Google

    Et vous ?

    Que pensez-vous de la politique de confidentialité de Google concernant l’utilisation des données publiques pour l’IA ?
    Comment pouvez-vous expliquer que le texte dans son ensemble ne soit pas encore une mesure mondiale ?
    Est-il présomptueux de penser que ce n'est qu'une question de temps avant de voir le texte dans son état être diffusé partout ?
    Que proposeriez-vous à quelqu'un qui souhaite protéger son contenu d'une utilisation comme données d'entraînement de l'IA de Google ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  16. #36
    Membre expert
    Homme Profil pro
    Développeur
    Inscrit en
    Août 2003
    Messages
    1 207
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 37
    Localisation : France, Charente Maritime (Poitou Charente)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur

    Informations forums :
    Inscription : Août 2003
    Messages : 1 207
    Points : 3 892
    Points
    3 892
    Par défaut
    En échange je pourrais avoir Youtube gratuit sans être embêté parce que j'ai un bloqueur de publicité ?

  17. #37
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 294
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 294
    Points : 194 624
    Points
    194 624
    Par défaut Une plainte dénonce le pillage des données publiques par Google pour entraîner son chatbot Bard
    Une plainte dénonce le pillage des données publiques par Google pour entraîner son chatbot Bard
    L'entreprise accusé d'avoir utilisé les données des enfants, des artistes et des écrivains sans leur consentement

    Google, sa société mère Alphabet et sa filiale spécialisée dans l’intelligence artificielle DeepMind sont visés par un procès qui les accuse d’avoir utilisé les données personnelles et professionnelles de millions d’utilisateurs sans leur consentement ni leur connaissance pour entraîner leurs produits d’IA, comme son chatbot Bard.

    La plainte, déposé par le cabinet Clarkson Law Firm devant le tribunal fédéral du district nord de Californie mardi, affirme que Google a « volé secrètement tout ce qui a été créé et partagé sur internet par des centaines de millions d’Américains », y compris leurs œuvres créatives et protégées par le droit d’auteur, leurs photographies et même leurs emails.

    « Depuis des années, Google récolte ces données en secret, sans prévenir ni demander l’autorisation à quiconque », indique la plainte. Elle ajoute que Google a également pris des données provenant de sites web payants ou de sites connus pour héberger des collections illégales de livres et d’œuvres créatives.

    La plainte fait référence à une mise à jour de la politique de confidentialité de Google datant du 1er juillet, qui stipule que la société peut collecter des informations « publiquement disponibles en ligne » pour entraîner ses modèles d’IA et créer des produits comme Google Translate, Bard ou ses capacités d’IA dans le cloud.

    Nom : chat.png
Affichages : 1309
Taille : 457,4 Ko

    Ce que reprochent les plaignants

    Ceci est un extrait de la plainte.

    Il est apparu très récemment que Google volait secrètement tout ce qui avait été créé et partagé sur Internet par des centaines de millions d'Américains. Google a pris toutes nos informations personnelles et professionnelles, nos travaux créatifs et rédigés, nos photographies et même nos e-mails - la quasi-totalité de notre empreinte numérique - et les utilise pour créer des produits commerciaux d'intelligence artificielle ("IA") comme "Bard", le chatbot que Google a récemment lancé pour concurrencer le « ChatGPT » d'OpenAI. Pendant des années, Google a récolté ces données en secret, sans préavis ni consentement de quiconque.

    Ce vol massif d'informations personnelles a stupéfié les internautes du monde entier, mais Google n'est pas le seul mauvais acteur de la nouvelle économie de l'IA. Selon les termes de la FTC, l'ensemble de l'industrie technologique "sprinte pour faire de même", c'est-à-dire pour aspirer autant de données qu'elle peut trouver. En effet, les grands modèles de langage sur lesquels s'exécutent les produits d'IA dépendent de la consommation de quantités massives de données pour "former" l'IA. Sans cela, les produits d'IA seraient sans valeur.

    Les données personnelles de toutes sortes, en particulier les données de conversation entre humains, sont essentielles au processus de formation à l'IA. C'est ainsi que des produits comme Bard développent des capacités de communication humaines. Les œuvres créatives et expressives sont tout aussi précieuses car c'est ainsi que les produits d'IA apprennent à "créer" de l'art.

    La FTC a lancé un avertissement sévère à l'industrie de l'IA le mois dernier concernant ce sprint soudain pour collecter autant de données de formation qu'elle peut en trouver*: "L'apprentissage automatique n'est pas une excuse pour enfreindre la loi... Les données que vous utilisez pour améliorer vos algorithmes doivent être légalement collectées. … les entreprises feraient bien de tenir compte de cette leçon".

    Nom : sundar.png
Affichages : 1070
Taille : 385,9 Ko

    L'orientation de Google

    Plutôt que de tenir compte de l'avertissement de la FTC et d'arrêter son vol de données qui dure depuis des années, Google a choisi de "mettre à jour" discrètement sa politique de confidentialité en ligne la semaine dernière pour renforcer sa position selon laquelle l'entreprise peut tout prendre sur Internet à des fins privées et commerciales, y compris pour créer et améliorer des produits d'IA comme Bard.

    Il s'agissait de la première reconnaissance publique par l'entreprise de ce qu'elle faisait en secret depuis des années*: récupérer l'intégralité d'Internet pour prendre tout ce qu'elle pouvait, qu'elle ait contribué ou non aux plateformes Google, et sans tenir compte de la vie privée, de la propriété et de la protection des consommateurs. les centaines de millions d'Américains qui ont partagé leurs idées, leurs talents, leurs œuvres d'art, leurs données, leurs informations personnellement identifiables, etc., à des fins spécifiques, dont aucune n'était de former de grands modèles de langage au profit de Google tout en mettant le monde en péril avec des outils non testés et produits IA volatils.

    L'avertissement et l'aveu soudains de Google concernant ses pratiques de scrapping sont intervenus trois jours après qu'OpenAI a été poursuivi pour vol et détournement commercial de données personnelles sur Internet dans le cadre de sa propre opération massive de scrapping, également effectuée en secret, sans préavis ni consentement de quiconque dont des renseignements personnels ont été recueillis. Et bien que l'admission de Google ait été discrète, la réaction du public a été tout sauf cela. Les gens étaient en colère d'apprendre qu'ils étaient, en fait, et comme l'a dit un commentateur, la "sauce spéciale" qui faisait fonctionner les produits Bard et AI comme ça. L'indignation avait un sens. Même si Google avait déjà piétiné le droit à la vie privée, déclarer la propriété de tout et n'importe quoi sur Internet semblait particulièrement audacieux et violent, car c'est le cas.

    D'autres options, plus onéreuses mais légales, sont disponibles

    Google a répondu au contrecoup en invitant le monde à s'engager dans un "dialogue" sur ce à quoi devraient ressembler les efforts de collecte et de protection des données dans la nouvelle ère de l'IA. Cela a provoqué son propre contrecoup, naturellement, comme un cas classique de trop peu trop tard. Un commentateur a traduit avec justesse "l'invitation" de la société dans la vérité*: "Maintenant que nous avons déjà formé nos LLM sur tout votre contenu propriétaire et protégé par le droit d'auteur, nous allons enfin commencer à penser à vous donner un moyen de vous désinscrire de n'importe lequel de vos futurs contenus qui pourrait être utilisé pour nous rendre riches".

    Google avait d'autres options que de voler des informations personnelles et protégées par le droit d'auteur. Les données Internet sont disponibles à l'achat comme n'importe quel autre contenu ou propriété. Il existe un marché commercial mature pour ces données, ce qui démontre à quel point notre empreinte numérique est devenue précieuse pour les entreprises. L'acquisition légale de données dépend généralement du consentement et de la considération.

    Il existe également des sociétés spécialisées dans la conservation et la vente d'ensembles de données à des fins de formation à l'IA, qui contiennent des informations obtenues avec le consentement explicite des créateurs de contenu ou des sujets des informations personnelles ou protégées par le droit d'auteur. L'utilisation de ces ensembles de données peut être plus coûteuse que le vol, mais les données présentent un avantage essentiel*: elles sont légales. Dans ce contexte, la décision de Google de prendre à la place des données personnelles sans préavis, consentement ou compensation équitable viole non seulement les droits individuels de millions de personnes, mais donne également à Google un avantage injuste sur les concurrents plus petits qui achètent ou obtiennent légalement des données de formation à l'IA sur le marché.

    Dans le cadre de son vol de données personnelles, Google a illégalement accédé à des sites Web restreints et par abonnement pour prendre le contenu de millions de personnes sans autorisation et a enfreint au moins 200 millions de documents explicitement protégés par le droit d'auteur, y compris des biens précédemment volés sur des sites Web connus pour des collections de livres piratées et autres créations. Sans ce vol massif d'informations privées et protégées par le droit d'auteur appartenant à de vraies personnes, communiquées à des communautés uniques à des fins spécifiques et ciblant des publics spécifiques, de nombreux produits d'IA de Google, y compris Bard, n'existeraient pas. Les accusés continuent d'alimenter les données volées de leurs produits d'intelligence artificielle par le biais de mises à jour régulières avec de nouvelles informations personnelles et protégées extraites des internautes sans aucun consentement.

    Les accusés doivent être interdits de ces violations continues de la vie privée et des droits de propriété de millions de personnes et condamnés à mettre fin au vol illégal de données Internet. Ils doivent également être contraints de permettre aux internautes ordinaires de se retirer des efforts de collecte de données illicites de Google et supprimer les données déjà obtenues illégalement ou payer les propriétaires de ces données sous la forme de dividendes de données continus ou d'une autre compensation équitable. Plus fondamentalement, Google doit comprendre, une fois pour toutes*: Internet ne lui appartient pas, il ne possède pas nos créations, il ne possède pas les expressions de notre personnalité, les photos de nos familles et de nos enfants, ou quoi que ce soit d'autre simplement parce que nous les partageons en ligne. "Disponible au public" n'a jamais signifié libre d'utilisation à quelque fin que ce soit.

    Nom : bard.png
Affichages : 1098
Taille : 132,5 Ko

    La réaction de Google

    Dans une déclaration donnée à Reuters, Google a estimé que les accusations de la plainte sont « sans fondement ». Halimah DeLaine Prado, avocate générale de Google, a déclaré à Reuters que la société avait été « claire depuis des années » sur le fait qu’elle utilisait des données provenant de sources publiques, comme celles publiées sur le web ouvert et les ensembles de données publics, pour entraîner les modèles d’IA derrière des services comme Google Translate.

    « Le droit américain soutient l’utilisation des informations publiques pour créer de nouveaux usages bénéfiques, et nous avons hâte de réfuter ces accusations sans fondement », a déclaré DeLaine Prado au média.

    La plainte a été déposé environ deux semaines après que Clarkson Law Firm ait déposé une plainte similaire contre OpenAI, alléguant que la société avait volé « des quantités massives de données personnelles » et les avait utilisées pour entraîner ChatGPT, y compris des dossiers médicaux et des informations sur les enfants.

    Cette plainte intervient alors qu’une nouvelle génération d’outils d’IA a suscité une attention considérable ces derniers mois pour leur capacité à générer des œuvres écrites et des images en réponse aux demandes des utilisateurs. Les grands modèles de langage qui sous-tendent cette nouvelle technologie sont capables de le faire en s’entraînant sur d’énormes quantités de données en ligne. Dans le processus, cependant, les entreprises font également l’objet d’un examen juridique croissant sur les questions de droit d’auteur liées aux œuvres capturées dans ces ensembles de données, ainsi que sur leur utilisation apparente de données personnelles et possiblement sensibles d’utilisateurs ordinaires, y compris des données provenant d’enfants, selon la plainte contre Google.

    Source : plainte

    Et vous ?

    Que pensez-vous de l’utilisation des données publiques par Google pour entraîner son IA ?
    Avez-vous déjà utilisé un produit d’IA basé sur un grand modèle linguistique, comme Bard ou ChatGPT ? Quelle a été votre expérience ?
    Pensez-vous que les créateurs devraient avoir plus de contrôle sur l’utilisation et la modification de leurs œuvres par l’IA ?
    Quelles sont les mesures que vous aimeriez voir prises pour réguler et encadrer l’utilisation des données par l’IA ?
    Quels sont les avantages et les inconvénients des produits d’IA capables de générer des contenus écrits ou visuels en réponse aux demandes des utilisateurs ?
    Images attachées Images attachées
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  18. #38
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    422
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 422
    Points : 7 908
    Points
    7 908
    Par défaut Le chatbot Bard de Google est enfin lancé dans l'UE et prend désormais en charge plus de 40 langues
    Le chatbot Bard de Google est enfin lancé dans l'UE et prend désormais en charge plus de 40 langues
    mais les préoccupations en matière de protection de la vie privée persistent

    Google a élargi jeudi la disponibilité de son chatbot d'IA Bard à l'Union européenne et au Brésil. Bard, qui n'était jusque-là disponible qu'aux États-Unis, prend en charge désormais 43 langues, y compris le français et l'allemand. Le chatbot ajoute également d'autres fonctionnalités, dont la voix qui lui permet de lire les réponses à haute voix et les utilisateurs peuvent désormais épingler les conversations ou les renommer. Google tente ainsi de rattraper son retard sur son rival ChatGPT, mais les problèmes de sécurité des données qui ont retardé son lancement dans l'UE persistent et les garanties données par l'entreprise restent peu convaincantes.

    Google élargit l'accès à Bard et lui ajoute plusieurs nouvelles fonctionnalités

    Google a présenté Bard pour la première fois en février 2023, dans ce qui semblait être une réponse précipitée à la croissance explosive de ChatGPT d'OpenAI. Mais le fossé entre ChatGPT et Bard s'est très vite fait remarquer, le chatbot d'IA de Google souffrant de nombreuses lacunes. En outre, Google s'est vu contraint de limiter la disponibilité de Bard aux États-Unis et retarder le lancement dans l'UE en raison de problèmes de compatibilité avec les lois européennes en matière de protection des données. L'annonce d'aujourd'hui suggère que Google a donné des garanties de sécurités aux autorités européennes chargées de la protection des données.

    Dans un billet de blogue publié aujourd'hui, Google a annoncé que Bard prend désormais en charge 43 nouvelles langues, y compris le danois, le français, l'allemand, l'hindi, l'arabe, le chinois, l'espagnol, le portugais et de nombreux autres dialectes parmi les plus parlés au monde. La mise à jour devrait être disponible dans toutes les régions du monde, et les utilisateurs du Brésil et de l'UE devraient désormais avoir accès au chatbot. Google a ajouté des fonctionnalités destinées à affiner les réponses de Bard et à renforcer le potentiel de productivité du chatbot. Certaines d'entre elles ont été présentées en avant-première au début du mois de mai.


    Toutefois, c'est aujourd'hui qu'elles sont déployées à grande échelle. Ainsi, Bard permet désormais aux utilisateurs d'épingler et de renommer les conversations listées à gauche sur l'interface utilisateur, d'écouter une version audio des réponses et de partager des liens vers les résultats de Bard. Google permet ensuite aux utilisateurs d'accéder à la fonctionnalité Google Lens pour partager des images avec Bard. Selon l'entreprise, le chatbot peut décrire les images et même créer une légende pour les images. Cette fonctionnalité n'est actuellement disponible qu'en anglais, mais Google a promis qu'elle serait disponible dans d'autres langues à l'avenir.

    En outre, Bard peut désormais exporter du code vers davantage d'endroits - en particulier du code Python vers Replit, l'environnement de développement intégré (EDI) basé sur un navigateur. Avec les nouvelles fonctionnalités, Google affirme que Bard s'améliore de manière "mesurable", en particulier dans des domaines tels que les mathématiques et la programmation. Le chatbot a également gagné des extensions, y compris des applications et des services de Google ainsi que des partenaires tiers comme Adobe, et la capacité d'expliquer le code, de structurer les données dans un tableau et de faire apparaître des images dans ses réponses.

    En effet, Google a eu beaucoup de mal avec Bard au début du cycle de vie du chatbot, ne parvenant pas à égaler la qualité des réponses de chatbots concurrents tels que ChatGPT. Bard a donné des réponses factuellement incorrectes, accompagnées de citations inventées, ce qui a conduit même des employés de Google à qualifier le chatbot de "pire qu'inutile" et de "menteur pathologique". L'action de la société a brièvement chuté de 8 % lors du lancement de Bard.

    L'UE impose à Bard des règles strictes en matière de protection des données

    Le lancement de Bard dans l'UE a pris du retard en raison de problèmes de conformité avec les lois européennes en matière de protection des données, notamment au règlement général sur la protection des données (RGPD). La Commission irlandaise de protection des données (DPC), qui régit la protection des données dans l'UE, a déclaré le mois dernier que si Google l'avait informée de son intention de lancer Bard dans l'UE, l'entreprise n'avait pas fourni à l'autorité de régulation suffisamment d'informations pour répondre à ses préoccupations en matière de protection de la vie privée. Mais, avec le lancement d'aujourd'hui, il semble que cela a été fait.

    Pour accéder au marché européen, Google a dû faire quelques concessions en matière de protection de la vie privée et donner des garanties "acceptables" à la DPC. « Nous nous sommes engagés de manière proactive avec des experts, des décideurs politiques et des régulateurs de la vie privée sur cette expansion », ont écrit Jack Krawczyk, chef de produit Bard, et Amarnag Subramanya, vice-président de l'ingénierie, dans un billet de blogue. À la mi-juin, il a été signalé que Google était en pourparlers avec les responsables de la protection des données de l'UE. Cependant, les résultats de ces discussions n'ont pas encore été rendus publics.

    Selon certains, les préoccupations soulevées par les autorités européennes de régulation pourraient être aussi liées aux transferts de données transatlantiques. Après l'annulation du Privacy Shield, Google, Meta et les autres géants de la Silicon Valley s'appuient sur ce qu'ils appellent les clauses contractuelles types (standard contractual clauses - SCC) pour transférer les données personnelles des Européens de l'autre côté de l'Atlantique. Cependant, la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) a déclaré à plusieurs reprises que les États-Unis n'avaient pas mis en place des contrôles suffisants pour protéger les informations personnelles des Européens.

    Les chatbots collectent une grande quantité de données, tout en apprenant de leurs conversations avec les utilisateurs. L'on ignore si les données des Européens sont traitées directement en Europe ou sont envoyées aux États-Unis où les lois sur la protection des données sont beaucoup plus tolérantes que dans l'UE. Washington a déclaré avoir pris de nouvelles mesures visant à faire en sorte que les agences de renseignement américaines respectent les règles régissant l'accès à ces données. À ce propos, Facebook risque une amende de plus de 746 millions d'euros pour avoir transféré les données des Européens vers les États-Unis.

    La DPC a déclaré que la poursuite des transferts de données du géant des réseaux sociaux vers les États-Unis ne répondait pas aux "risques pour les droits et libertés fondamentaux" des personnes dont les données étaient transférées de l'autre côté de l'Atlantique. Les États-Unis et l’UE se sont mis d'accord ce mois-ci sur un nouvel accord pour le transfert de données transatlantiques. Cependant, si les deux parties se félicitent de ce nouveau texte, il est déjà ciblé par les critiques et les défenseurs de la vie privée. Le texte est baptisé Data Privacy Framework (DPF) et les critiques affirment qu'il ne s'agit que d'une copie de l'ancienne loi, le Privacy Shield.

    Bard, ChatGPT, Claude et leurs concurrents souffrent de nombreux biais

    La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a déclaré lundi que l'exécutif européen avait adopté une décision dite d'adéquation, permettant à des milliers d'entreprises de transférer en toute sécurité des données vers les États-Unis sans craindre d'enfreindre la législation européenne en matière de protection de la vie privée. Cependant, Didier Reynders, commissaire européen chargé de la justice, a déclaré qu'il était "certain" que le nouveau pacte serait contesté devant la plus haute juridiction de l'UE, comme ses deux prédécesseurs, rejetés en raison de craintes liées à la faiblesse des mesures de protection de la vie privée.

    Selon un rapport du Wall Street Journal, la DPC a déclaré que Google avait accepté de proposer aux régulateurs un rapport sur la protection de la vie privée dans les mois à venir. OpenAI, le fabricant de chatbots, est également confronté à ces réglementations sur l'IA, bien que l'application de chatbot soit disponible dans plusieurs pays européens depuis ses débuts en novembre dernier. Selon le rapport, dans le cadre de l'accord, l'équipe de Bard doit faire appel à de vrais humains pour essayer de pousser Bard à leur donner des réponses préjudiciables dans chacune des langues prises en charge. Ils devront ensuite corriger ces problèmes.

    « Google a apporté un certain nombre de changements avant le lancement de Bard, en particulier une plus grande transparence et des changements dans les contrôles pour les utilisateurs. Nous poursuivrons notre dialogue avec Google au sujet de Bard après son lancement et Google a accepté de procéder à un examen et de fournir un rapport à la DPC trois mois après le lancement de Bard dans l'UE. En outre, le Conseil européen de la protection des données a créé un groupe de travail, dont nous sommes membres, qui se penchera sur un large éventail de questions dans ce domaine », a déclaré Graham Doyle, commissaire adjoint de la DPC.

    Ce qui a toutefois été oublié, c'est le problème inhérent aux chatbots modernes et à leurs données de formation qui les rendent déjà très biaisés. L'IA est déjà capable de comprendre les langues simplement parce qu'elles existent dans ses données d'apprentissage. Les données d'entraînement de GPT-3 comprenaient des centaines de gigaoctets de données provenant du Web, la plupart de Wikipédia en anglais, de livres et d'un autre ensemble de données centré sur l'Occident (appelé Common Crawl). Les analystes indiquent que les documents relatifs à ce vaste référentiel montrent que plus de 50 % des données étaient hébergées aux États-Unis.

    Cela entraînera inévitablement un biais (en raison du fait que les données sont centrées sur l'Occident) dans les résultats de l'IA, quelle que soit la langue qu'elle utilise actuellement. Google va former l'IA sur la base des données fournies par les utilisateurs, mais il faudra beaucoup de données fournies volontairement et librement par les utilisateurs pour combler ce fossé culturel. L'UE n'a pour l'instant pas expliqué comment elle comptait lutter contre ces biais ni résoudre les autres problèmes des chatbots d'IA modernes.

    Source : Google

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Que pensez-vous des nouvelles fonctionnalités de Bard ?
    Bard peut-il désormais rivaliser efficacement avec ChatGPT ?
    Que pensez-vous des problèmes de sécurités liés à Bard et à ses rivaux ?

    Voir aussi

    Bard serait meilleur en matière de logique et de raisonnement grâce à une nouvelle technique appelée "implicit code execution", d'après Google

    Google est contraint de reporter le lancement du chatbot Bard dans l'UE pour des raisons de protection de la vie privée, l'entreprise n'a pas fourni toutes les informations nécessaires sur son outil

    Facebook risque une amende de plus de 746 millions d'euros pour avoir mal traité les données personnelles des Européens, l'entreprise est appelée à cesser les transferts de données transatlantiques

    Les grandes entreprises de la Tech peuvent transférer les données des Européens aux États-Unis, selon une décision de la Commission européenne. Une victoire pour Google et Facebook

  19. #39
    Membre émérite Avatar de curt
    Homme Profil pro
    Ingénieur Etudes
    Inscrit en
    Mars 2006
    Messages
    1 561
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur Etudes
    Secteur : Bâtiment Travaux Publics

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2006
    Messages : 1 561
    Points : 2 479
    Points
    2 479
    Par défaut PAS SI INTELLIGENT QUE ÇA...
    Bonjour à tous,

    BARD n'est pas plus intelligent que CHATGPT...
    A la question : Peux-tu démontrer l'hypothèse de RIEMANN, cette "intelligence" renvoi :

    Je ne suis pas en mesure de démontrer l'hypothèse de Riemann. C'est un problème très difficile, et de nombreux grands mathématiciens ont essayé de le résoudre sans succès.

    Donc pas plus intelligente que l'homme.... Puisque personne n'a résolu l'hypothèse, je ne peux la résoudre moi-même. Quelle arnaque l'IA !
    Pas de demande par MP, sinon j'correctionne plus, j'dynamite, j'disperse, j'ventile !!!
    ---------------------------------------------------------------------
    Vous avez un talent insoupçonné... Faites-en profitez les autres. Un p'tit CLIC pour une grande cause.
    Et si vous faisiez un bon geste en 2024 ? Soyez utile, ça vous changera ! Moi, ça m’a changé !

  20. #40
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    422
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 422
    Points : 7 908
    Points
    7 908
    Par défaut Bard de Google peut désormais accéder à vos applications Gmail, Docs et Drive pour trouver des réponses
    Le chatbot d'IA Bard de Google peut désormais accéder à vos applications Gmail, Docs et Drive pour trouver des réponses
    mais le risque de fuite de données inquiète les utilisateurs

    Google déploie une mise à jour important pour son chatbot d'IA Bard. Bard ne se contentera plus d'extraire des réponses de ses données d'entrainement : il peut désormais accéder à l'ensemble des outils de Google - dont YouTube, Drive et Flights - afin d'aider les utilisateurs dans une plus grande variété de tâches. Les utilisateurs pourront, par exemple, demander à Bard de planifier un voyage à venir, avec des options de vol réelles. Un utilisateur pourra également demander à l'outil de résumer les notes prises lors d'une réunion dans un récent document Drive. Bien que ces fonctionnalités puissent être utiles, le risque de fuite de données inquiète les utilisateurs.

    Google tente de chiper la position de leader à OpenAI sur le marché des chatbots d'IA générative. Après avoir apporté de nombreuses améliorations à Bard au cours des derniers mois, Google a décidé désormais d'autoriser le chatbot à accéder à sa suite d'applications, y compris les applications de divertissement et de productivité. Cette mise à jour permet à Bard d'accéder aux services de Google tels que Gmail, Docs, Drive, Maps, YouTube, ainsi que Google Flights et les Google Hotels. La firme de Mountain View a déclaré mardi que ces nouvelles améliorations permettront d'augmenter les capacités de Bard et de personnaliser davantage les réponses.

    Les cas d'utilisation de ces intégrations, que Google appelle des "extensions", sont multiples, mais elles devraient vous éviter de devoir passer au crible une montagne d'e-mails ou de documents pour trouver une information particulière. Vous pouvez ensuite demander à Bard d'utiliser cette information d'une autre façon, par exemple en l'insérant dans un graphique ou en créant un résumé avec une liste à puces. Pour l'instant, cette fonctionnalité n'est disponible qu'en anglais. Vous n'avez pas non plus à activer les intégrations avec les services Gmail, Docs et Drive. Google vous demandera d'abord de l'activer et vous pourrez la désactiver à tout moment.


    Jack Krawczyk, chef de produit chez Bard, a expliqué que pour utiliser cette fonctionnalité, vous pouvez soit demander à Bard d'effectuer une recherche directe dans votre boîte Gmail, par exemple en faisant précéder votre question de @mail. Ou bien vous pouvez simplement demander : "cherche dans ma messagerie des informations relatives à mon prochain vol". Cela signifie également que vous pouvez désormais demander à Bard d'obtenir des informations sur les vols en temps réel, de trouver des attractions à proximité, de remonter des vidéos YouTube sur un certain sujet, et bien d'autres choses encore. Google activera ces trois extensions par défaut.

    Si le fait de donner à Bard l'accès à vos messages et documents personnels suscite des inquiétudes quant à la confidentialité et à l'utilisation des données, Krawczyk a déclaré que vos informations personnelles ne seront pas utilisées pour entrainer Bard et qu'elles ne seront pas non plus vues par des évaluateurs humains. Annoncées pour la première fois lors de la conférence Google I/O en mai, les extensions n'ont pas été immédiatement déployées, car l'entreprise a expliqué qu'il cherchait à le faire d'une manière qui offrirait une expérience sûre et digne de confiance. Les informations personnelles partagées avec les modèles sont exposées à un risque de fuite.

    Un incident similaire est déjà intervenu au début de l'année avec ChatGPT. Le chatbot d'OpenAI a divulgué l'historique des conversations de certains utilisateurs. OpenAI a attribué l'incident à un bogue dans une bibliothèque open source utilisée par le modèle d'IA. Le bogue pourrait avoir divulgué des informations relatives au paiement de 1,2 % des abonnés de ChatGPT Plus. Les préoccupations concernant la sécurité du chatbot d'IA s'accroissent. « Un petit pourcentage d'utilisateurs a pu voir les titres de l'historique des conversations d'autres utilisateurs. Nous nous sentons très mal à l'aise à ce sujet », avait annoncé Sam Altman, PDG d'OpenAI après l'incident.


    Google a déclaré avoir pris les précautions nécessaires pour éviter ce genre d'incident. « Cela ressemble à la façon dont nous avons abordé le filtrage des spams dans les services Google par le passé. Vos informations personnelles ne sont pas lues, car nous pensons que la confiance est le pilier le plus important sur lequel nous nous appuyons. C'est un peu tôt, et vous perdez un peu de précision. Cependant, nous pensons qu'il y a un long chemin à parcourir pour rendre cette technologie utile. Et nous préférons le faire correctement. Nous préférons le faire en instaurant la confiance dès le départ », explique Krawczyk en réponse aux préoccupations.

    Pour les extensions qui n'exploitent pas les données personnelles (YouTube, Flights, Hotels et Maps), l'inscription est automatique, mais vous pouvez choisir de ne pas y participer. L'entreprise explique qu'elle souhaite à terme prendre en charge des services tiers via ce même modèle d'extensions, mais qu'elle veut d'abord tester et tirer des enseignements de cette fonctionnalité en utilisant ses propres applications et services. Par ailleurs, Google tente de lutter les hallucinations de son chatbot et a introduit une nouvelle fonctionnalité de vérification des faits. Il s'agit en effet d'un problème épineux qui empêche l'adoption à grande échelle des chatbots d'IA.

    Un bouton appelé "Google it" a été ajouté à Bard afin de vérifier la réponse du chatbot. Selon les déclarations de l'entreprise, cette fonction s'appuie sur les travaux de Google Research et de Google DeepMind. Lorsque vous appuyez sur l'icône "G", chaque phrase écrite par Bard est validée par une recherche Google afin de vérifier s'il existe du contenu sur le Web pour étayer le contenu. Une fois la réponse évaluée, vous pouvez cliquer sur les phrases surlignées pour en savoir plus grâce à Google Search. « Nous nous efforçons constamment de réduire ces hallucinations dans Bard », a déclaré Sissie Hsiao, directeur général de Google Assistant et Bard.

    Nom : poli.png
Affichages : 1025
Taille : 219,2 Ko

    Cela devrait aider les utilisateurs à mieux comprendre quand l'IA "hallucine. « Nous sommes très enthousiastes à l'idée de franchir cette étape vers l'instauration d'un climat de confiance avec les modèles de langage. Cette fonction permettra également à l'IA de s'améliorer, car elle apprend à reconnaître les erreurs qu'elle commet grâce aux commentaires des utilisateurs et s'en sert pour créer un meilleur modèle », a déclaré Krawczyk. Toujours à propos de cette nouvelle fonctionnalité, Hsiao a ajouté : « c'est un peu comme un correcteur d'orthographe, mais avec une double vérification des faits ». Google envisage d'autres améliorations à l'avenir.

    Enfin, une amélioration permet aux utilisateurs de Bard de collaborer entre eux. Désormais, lorsque quelqu'un partage un chat Bard avec vous via un lien public, vous pourrez poursuivre la conversation et poser à Bard des questions supplémentaires sur le même sujet. Vous pouvez également vous en servir comme point de départ pour vos propres idées. Parallèlement à ces nouveautés, Google étend à plus de 40 nouvelles langues l'accès aux fonctions existantes de Bard en anglais, notamment la possibilité de télécharger des images avec Google Lens, d'obtenir des images de recherche dans les réponses et de modifier les réponses de Bard.

    Bard n'en est qu'à ses débuts. Depuis sa présentation en février, Google a progressivement ajouté de nouvelles fonctionnalités, notamment la possibilité de générer et de déboguer du code, ainsi que de créer des fonctions pour Google Sheets. L'outil d'IA indique toujours sur son site Web qu'il peut afficher des informations inexactes ou choquantes qui ne représentent pas l'opinion de Google. Mais cette dernière mise à jour offre un aperçu de la manière dont Google pourrait finalement chercher à intégrer l'IA générative dans ses différents services. Google semble devancer Microsoft qui envisage également d'intégrer son chatbot à ses applications.

    Source : Google

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Que pensez-vous des améliorations apportées à Bard ?
    Ces nouveautés pourront-elles permettre à Bard de supplanter ChatGPT ?
    Quels sont les risques liés à l'intégration de Bard dans les services comme Gmail et Docs ?
    Que pensez-vous des garanties de sécurités données par Google ? Suffisent-elles ?
    Que pensez-vous de la solution trouvée par Google pour vérifier les réponses de Bard ?
    S'agit-il d'une solution efficace contre l'hallucination des chatbots ou du travail pour l'utilisateur ?

    Voir aussi

    Le chatbot Bard de Google est enfin lancé dans l'UE et prend désormais en charge plus de 40 langues, mais les préoccupations en matière de protection de la vie privée persistent

    Des utilisateurs de ChatGPT signalent qu'ils peuvent voir l'historique des conversations d'autres personnes dans la barre latérale, ce qui suscite des préoccupations sur la sécurité de l'outil d'IA

    Microsoft ne s'inquiète pas du chatbot Bard de Google qu'elle qualifie d'inférieur à Bing Search

Discussions similaires

  1. appliquer une condition pour extraire une valeur de tags
    Par K2carca dans le forum Format d'échange (XML, JSON...)
    Réponses: 12
    Dernier message: 05/09/2020, 21h28
  2. Calculs sur une colonne pour extraire trois valeurs
    Par sp2308 dans le forum SQLite
    Réponses: 2
    Dernier message: 27/03/2014, 13h47
  3. Réponses: 1
    Dernier message: 04/01/2013, 22h13
  4. Choix d'une méthode pour extraire des données web
    Par Serphone dans le forum Général Conception Web
    Réponses: 6
    Dernier message: 26/06/2012, 11h25
  5. Servlet qui permet de récupérer des informations relatives à une application
    Par L'aigle de Carthage dans le forum Servlets/JSP
    Réponses: 5
    Dernier message: 21/06/2011, 13h19

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo