Les employés de bureau comprennent le risque lié à la cybercriminalité mais ne changent pas leur comportement, 12 % des victimes ne prennent pas la cybersécurité plus au sérieux, selon BlueFort Security

Près d'un quart (24 %) des employés de bureau ont été victimes d'une violation de données, mais 12 % d'entre eux affirment que rien ne les incitera à prendre la cybersécurité plus au sérieux, et un tiers ne prendra pas de précautions supplémentaires.

Une enquête menée par BlueFort Security auprès de plus de 2 000 employés de bureau révèle que 34 % d'entre eux estiment que la sensibilisation à la cybersécurité est le principal problème en matière de travail hybride, et 33 % citent l'utilisation personnelle des appareils de l'entreprise comme un autre risque important.

Les participants pensent également que la gestion des cyberrisques ne fera que se compliquer à l'avenir. Cela s'explique par le fait que la surface des menaces s'élargit et devient plus disparate (39 %), que la gestion d'une personnel à distance est plus difficile (35 %) et que la localisation des terminaux sera moins claire (26 %).

"Il est frustrant de constater que, bien qu'ils soient conscients des risques, de nombreux employés de bureau ne semblent pas disposés à modifier, même légèrement, leur comportement afin d'aider leurs collègues chargés de la cybersécurité, qui sont souvent surchargés de travail et manquent de ressources", déclare Ian Jennings, cofondateur et directeur général de BlueFort. "Et le fait que beaucoup d'entre eux aient été eux-mêmes victimes d'un cybercrime ne fait qu'aggraver la situation. Étant donné que c'est le mois de la sensibilisation aux menaces internes en ce moment, l'ironie des résultats de l'enquête ne m'échappe pas."

Nom : bluefortquote.png
Affichages : 753
Taille : 23,7 Ko

Les employés continuent d'adopter des comportements à risque : 30 % admettent avoir utilisé leur appareil d'entreprise à des fins personnelles, et 23 % disent avoir téléchargé des fichiers non liés au travail depuis qu'ils travaillent à domicile.

En outre, 23 % admettent qu'ils n'ont pas sauvegardé de fichiers sur le système de l'entreprise. 22 % déclarent avoir emporté des appareils de l'entreprise à son domicile à son insu et près d'un sur cinq (18 %) a perdu des appareils de l'entreprise depuis qu'il travaille à domicile.

M. Jennings ajoute : "Les résultats de cette dernière étude soulignent l'importance d'une formation continue à la cybersécurité, associée à une technologie qui protège les données sensibles où qu'elles se trouvent, que ce soit sur l'appareil de l'utilisateur final, stockées sur site, hébergées dans le cloud et, de plus en plus aujourd'hui, partagées via un outil de collaboration en ligne."

Source : Bluefort Security

Et vous ?

Trouvez-vous ce rapport pertinent ?
Les employés de votre entreprise se sentent-ils concernés par la sécurité de l'entreprise, que ce soit au bureau ou à distance ?
Pensez-vous que les employés qui négligent sciemment les protocoles de sécurité devraient être sanctionnés ?

Voir aussi :

91 % des équipes informatiques se sont senties "obligées" de sacrifier la sécurité au profit d'opérations commerciales, la sécurité est loin d'être la priorité dans le cadre du télétravail, selon HP

Le travail à distance requiert un changement de mentalité en matière de sécurité, 60 % des personnes interrogées s'appuient encore sur des outils de sécurité traditionnels, selon une enquête de Thales

Seules quelques entreprises disposent du système de cybersécurité adéquat pour effectuer des téléchargements de fichiers, 32% n'ont aucun protocole pour détecter tout malcontenant, selon Opswat