Le travail à distance requiert un changement de mentalité en matière de sécurité, 60 % des personnes interrogées s'appuient encore sur des outils de sécurité traditionnels, selon une enquête de Thales

Bien que la COVID-19 ait signifié une évolution vers le travail à distance, six personnes sur dix interrogées dans le cadre d'une nouvelle enquête menée par Thales s'appuient encore sur des outils de sécurité traditionnels et 44 % n'ont pas confiance dans leur capacité à s'adapter au travail à distance.

L'étude menée auprès de 2 600 décideurs informatiques, commandée par Thales et réalisée par 451 Research, vise à mieux comprendre les nouveaux risques et défis en matière de sécurité causés par l'essor du travail à distance et la transformation du cloud.

Le VPN est la technologie d'accès à distance la plus courante, citée par 60 % des personnes interrogées, mais l'accès réseau sans confiance/le périmètre défini par logiciel (ZTNA/SDP) est le premier choix de ceux qui prévoient de nouveaux déploiements (44 %). Près de 40 % d'entre eux prévoient de remplacer leur VPN par le ZTNA/SDP, tandis que 38 % prévoient de passer à une solution d'authentification multifactorielle (MFA).

"Du jour au lendemain, l'accès à distance est passé du statut d'exception à celui de modèle de travail par défaut pour une grande partie des employés. En conséquence, les entreprises naviguent dans un monde volatile et complexe, et l'adoption d'un modèle de confiance zéro en matière de cybersécurité leur permettra de continuer à mener leurs opérations en toute sécurité au milieu de l'incertitude", explique François Lasnier, vice-président des solutions de gestion des accès chez Thales.

"L'un des principaux obstacles auxquels les entreprises sont confrontées lorsqu'elles entament leur voyage vers la confiance zéro est l'équilibre entre le verrouillage de l'accès sans interrompre le flux de travail. Les personnes ont besoin d'accéder à des données sensibles pour travailler et collaborer, et les chefs d'entreprise doivent veiller à ce qu'une baisse de productivité ne devienne pas un effet secondaire indésirable. L'étude montre que les professionnels de l'informatique considèrent de plus en plus la gestion des accès et les capacités d'authentification modernes comme des éléments clés pour atteindre un modèle de confiance zéro."

Nom : thales.png
Affichages : 1022
Taille : 4,1 Ko

Malgré les limites bien connues des mots de passe, l'investissement des entreprises dans le MFA reste en retrait par rapport à d'autres outils de sécurité tels que les pare-feu, la sécurité des points d'accès, le SIEM et la sécurité du courrier électronique. Les utilisateurs d'accès à distance restent le principal cas d'utilisation de la MFA (71 %).


Source : Thales

Et vous ?

Que pensez-vous de ce rapport ? le trouvez-vous pertinent ?
Quels outils de contrôle de sécurité sont utilisés au sein de votre entreprise pour assurer la sécurité dans le cadre du travail à distance ?

Voir aussi :

52 % des travailleurs à distance utilisent le VPN (réseau privé virtuel) pour la préservation de leur vie privée, tandis que 15 % ne le font pas du tout, d'après YouGov

La technologie zero-trust (ZTNA) serait mieux adaptée que le VPN pour répondre aux enjeux du télétravail, d'après Systancia

Le manque de visibilité sur les postes de travail à distance met les entreprises en danger, car le VPN ne permet pas de surveiller le trafic des réseaux domestiques, selon un nouveau rapport d'Illumio