IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #161
    Expert confirmé

    Homme Profil pro
    .
    Inscrit en
    October 2019
    Messages
    1 349
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 41
    Localisation : France, Aube (Champagne Ardenne)

    Informations professionnelles :
    Activité : .
    Secteur : Conseil

    Informations forums :
    Inscription : October 2019
    Messages : 1 349
    Points : 5 390
    Points
    5 390
    Par défaut
    Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
    Peut-être que parmi les haut placés de l'entreprise certains sont envieux de ceux qui sont partis loin des grandes villes, pour avoir accès à une meilleure qualité de vie.
    Il y a des managers ou des trucs comme ça qui doivent être dégouté de devoir vivre dans un petit appartement hors de prix en ville et de se rendre au bureau chaque jour, alors que certains vivent dans des grandes maisons pas cher et travaillent depuis chez eux.
    Il y'a des salariés qui sont dégoutés des salaires de ces personnes "haut placés de l'entreprise".
    je veux bien revenir à 100% au bureau si j'ai leurs salaires...


    Bref quand on compare une situation on le fait totalement, si tu es haut placé et que ta présence est obligatoire j'imagine que le salaire doit suivre aussi.
    Chaque métiers a des avantages et des inconvénients, la tech a comme avantage la possibilité de faire du 100% de télétravail, l'inconvénient en France c'est le marché occupé à 80% par des ESN et arrivé à 5-10 ans d'xp les salaires sont très comprimés et il devient très difficile de gagner plus.
    même un chef de projet (le n+1) a pas des salaires de dingue, faut viser N+2 minimum pour un salaire correct.


    beaucoup préférais être un manager haut placé payer 100k à Paris en présentiel plutôt que développeur en province à 40k max en full remote.

  2. #162
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    June 2023
    Messages
    428
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : June 2023
    Messages : 428
    Points : 7 970
    Points
    7 970
    Par défaut Amazon bloque les promotions des employés qui ne respectent pas sa politique de retour au bureau
    Amazon bloque les promotions des employés qui ne respectent pas sa politique de retour au bureau
    selon des documents ayant fait l'objet de fuite

    Amazon durcit le ton face aux employés qui ne respectent toujours pas sa politique de retour au bureau annoncée en février. Des documents ayant fait l'objet de fuite révèlent qu'Amazon prendra des mesures sévères contre ces travailleurs : les employés qui refusent de se conformer à la politique de retour au bureau peuvent perdre leurs promotions. Les employés qui ne respectent pas les exigences en matière de présence au bureau devront obtenir l'approbation d'un vice-président pour obtenir la promotion proposée. Et pour finir, les responsables d'Amazon peuvent désormais licencier les employés qui continuent à refuser de se rendre au bureau au moins trois fois par semaine.

    Les bureaux ont été désertés au plus fort de la pandémie de la Covid-19, ce qui a laissé place à une expérience "inédite" de télétravail dans le monde entier. Mais pour Amazon, la crise sanitaire est maintenant derrière nous et il est temps que les employés reprennent leurs vieilles habitudes de travail, notamment en retournant dans leur bureau. Le problème ? C'est qu'une bonne partie des employés ont adopté un certain nombre d'habitudes auxquelles ils ont désormais du mal à renoncer. Certains employés ont déménagé dans des lieux éloignés pendant la crise et d'autres se sont tout simplement épris du télétravail en raison de la flexibilité qu'il leur offre.

    Amazon, qui a supprimé environ 27 000 emplois au cours des derniers mois, demande au reste de son personnel de retourner au bureau au moins trois fois par semaine. Mais l'entreprise a du mal à se faire entendre. En juillet, Amazon a demandé aux travailleurs qui ont démangé loin des bureaux pendant la pandémie de se rapprocher des campus ou de quitter l'entreprise. Le mois suivant, le PDG d'Amazon, Andy Jassy, a mis en garde les employés travaillant à domicile contre le risque de perdre leur emploi. Certains employés semblent avoir pris l'entreprise au mot et ont démissionné plutôt que de retourner au bureau et d'autres n'obtempèrent pas jusque-là.


    Des documents qui ont fait l'objet de fuite ont révélé qu'Amazon a pris d'autres mesures le mois dernier pour obliger les employés à respecter sa politique de retour au bureau. Selon ces documents, Amazon a fait savoir à ses cadres que les employés destinés à être promus sont tenus de se conformer à la politique de retour au bureau de l'entreprise. Si ce n'est pas le cas, ils devront obtenir l'approbation d'un vice-président, ou leurs promotions seront bloquées. Les documents ont été cités dans un rapport publié cette semaine par Insider. Le rapport indique que les documents comprennent une annonce interne, un courriel et des messages Slack.

    « Les managers s'approprient le processus de promotion, ce qui signifie qu'il est de leur responsabilité de soutenir votre croissance par des conversations régulières et des missions plus poussées, et de compléter tous les intrants requis pour une promotion. Si votre rôle est de travailler depuis le bureau 3 jours ou plus par semaine et que vous ne vous y conformez pas, votre responsable en sera informé et l'approbation du vice-président sera requise », indique l'annonce interne sur les promotions. Un document révèle qu'Amazon a bloqué la promotion d'un employé parce que la personne n'a pas respecté les exigences en matière d'assiduité au bureau.

    « Si vous n'envisagez pas de promouvoir le constructeur, rejetez l'approbation et mettez à jour le trimestre de promotion proposé (PPQ) du constructeur », indique l'e-mail séparé. Amazon utilise le terme "constructeur" pour désigner les employés du secteur de l'ingénierie, en référence à une philosophie de Jeff Bezos selon laquelle les constructeurs sont les personnes qui mettent en œuvre les idées des rêveurs. Commentant la fuite de ces documents, un porte-parole d'Amazon a déclaré que le respect strict de la politique de retour au bureau établie par l'entreprise était l'un des nombreux facteurs pris en compte avant qu'un employé ne soit promu.

    « Les promotions sont l'une des nombreuses façons dont nous soutenons la croissance et le développement des employés, et il y a une variété de facteurs que nous prenons en compte pour déterminer si un employé est prêt à passer à l'échelon supérieur. Comme toute entreprise, nous attendons des employés dont la candidature est retenue pour une promotion qu'ils respectent les lignes directrices et les politiques de l'entreprise », a déclaré le porte-parole. Il s'agit de la dernière modification apportée à la procédure de retour au bureau d'Amazon. Cette politique est controversée par les employées d'Amazon depuis qu'elle a été annoncée en février.

    Dans les commentaires, les avis sont contre Amazon. Certaines personnes affirment qu'ils ont du mal à saisir le bien fondé des ordres de retour au bureau, car leurs emplois pouvaient s'exercer entièrement à distance. D'autres estiment que ces ordres sont le fait d'investisseurs de la Tech qui ont aussi des parts dans l'immobilier. « Je me demande quels investisseurs en immobilier d'entreprise (qui détiennent probablement aussi des parts considérables dans ces entreprises technologiques) tirent les ficelles », a écrit un critique. Un internaute se présentant comme un employé d'Amazon décrire les problèmes de la politique de l'entreprise :

    • de nombreuses personnes ont été embauchées virtuellement ou dans un bureau spécifique, ce qu'Amazon a ensuite annulé en imposant des centres d'équipe spécifiques ;
    • l'outil de suivi du retour au bureau ne tient pas compte des congés payés, des congés de maladie, du travail à distance lors d'une conférence ou dans un autre lieu ;
    • les cartes de stationnement sont parfois bloquées pendant 3 à 4 mois, sans remboursement des frais de stationnement quotidiens lorsque vous devez être au bureau ;
    • le retour au centre de l'équipe (relocalisation) n'a pas été communiqué aux employés lors de l'annonce du retour au bureau. Cela signifie que vous pouvez travailler dans un bureau local d'Amazon, qui n'est pas nécessairement le bureau du reste de votre équipe ;
    • de nombreuses équipes sont déjà dispersées géographiquement, de sorte que vous vous rendez au bureau pour participer à des appels vidéo toute la journée ;
    • la nature de l'architecture orientée services et des petites équipes signifie qu'il n'est pas anormal de travailler avec ces équipes à l'étranger. Le seul moment où l'on peut vraiment se synchroniser, c'est de toute façon tôt ou tard depuis chez soi.


    Plus de 30 000 employés d'Amazon ont signé une pétition interne et d'autres ont débrayé au début de l'année pour s'y opposer. Ces employés ont fait valoir que certains d'entre eux avaient été embauchés comme travailleurs à distance pendant la pandémie et qu'ils considéraient le mandat d'Amazon comme un changement par rapport aux lignes directrices précédentes qui permettaient aux directeurs individuels de déterminer comment leurs équipes travaillaient. Le mois dernier, Amazon a fait savoir à ses responsables qu'ils avaient désormais la possibilité de licencier les employés qui refusaient de se conformer à la politique de retour au bureau.

    Les personnes visées par une promotion sont invitées à s'entretenir d'abord avec leur supérieur hiérarchique pour discuter de leur non-respect de la politique. Une fois la promotion bloquée, les responsables peuvent licencier l'employé s'il continue à ne pas respecter ses obligations de présence au bureau. Les lignes directrices actualisées en matière de promotion énoncent également deux facteurs clés de la philosophie d'Amazon en matière de promotion. Un document de la fuite indique :

    • le rôle d'un employé doit pouvoir être exercé au niveau suivant. C'est ce que l'on appelle souvent l'étendue du rôle. Si le rôle ne peut pas évoluer avec le salarié (c'est-à-dire que le rôle n'existe pas au niveau suivant), il ne peut pas y avoir de promotion dans ce rôle ;
    • un employé doit constamment faire preuve de performances au niveau suivant. Il s'agit de préparer l'employé à réussir au niveau suivant parce qu'il a déjà prouvé qu'il était capable de faire le travail.


    « Comme la plupart des processus chez Amazon, le processus de promotion est particulier, et le parcours vers la promotion est unique pour chaque employé », précise la note d'Amazon. Dans un message envoyé aux employés en août, Amazon a averti certains de ses employés de bureau basés aux États-Unis qu'il surveillait de près leur présence au travail. Cela souligne la détermination d'Amazon à faire respecter ses règles face à la réaction des employés à l'égard de cette politique et face à la tendance plus générale des entreprises à réduire le travail à distance. De nombreuses autres entreprises technologiques sont confrontées au même défi.

    Et vous ?

    Que pensez-vous de la politique de retour au bureau d'Amazon ?
    Selon vous, pourquoi les employés d'Amazon sont-ils opposés à cette politique ?
    Le blocage des promotions va-t-il obliger les employés d'Amazon à retourner au bureau ?
    Que pensez-vous de ce type de travail hybride où il faut se rendre au bureau trois fois par semaine ?
    Cela est-il avantageux pour les employés ? Accepteriez-vous de vous soumettre à cette politique ? Pourquoi ?

    Voir aussi

    Amazon voit certains de ses employés démissionner au lieu de déménager dans un nouvel État dans le cadre du mandat de relocalisation

    « Déménagez près des hubs ou quittez l'entreprise » : Amazon crée la polémique avec sa politique de retour au bureau qui s'accompagne d'une clause de « démission volontaire » en cas de refus

    Le PDG d'Amazon, Andy Jassy, met en garde les employés travaillant à domicile contre le risque de perdre leur emploi, Amazon a déjà supprimé plus de 27 000 emplois dans le monde cette année

  3. #163
    Membre extrêmement actif
    Homme Profil pro
    Graphic Programmer
    Inscrit en
    March 2006
    Messages
    1 525
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Graphic Programmer
    Secteur : High Tech - Multimédia et Internet

    Informations forums :
    Inscription : March 2006
    Messages : 1 525
    Points : 3 859
    Points
    3 859
    Par défaut
    c'est leur droit. ca me choque pas

  4. #164
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    December 2008
    Messages
    9 516
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 35
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : December 2008
    Messages : 9 516
    Points : 18 425
    Points
    18 425
    Par défaut
    Citation Envoyé par Mathis Lucas Voir le message
    Que pensez-vous de la politique de retour au bureau d'Amazon ?
    C'est pratique parce qu'Amazon n'a pas à virer des employés, ils vont démissionner tout seul.
    Donc il n'y aura pas d'article "18 000 licenciements chez Amazon".
    En plus ça fait faire des économies parce que ça coute très cher de virer quelqu'un, les entreprises préfèrent les démissions.

    Citation Envoyé par Mathis Lucas Voir le message
    Selon vous, pourquoi les employés d'Amazon sont-ils opposés à cette politique ?
    Quand un employé de bureau aime le 100% télétravail, ça le fait chier de devoir se rendre au bureau 3 jours par semaine.
    Certains ont été embauché en 100% télétravail dès le début :
    Citation Envoyé par Mathis Lucas Voir le message
    • de nombreuses personnes ont été embauchées virtuellement ou dans un bureau spécifique, ce qu'Amazon a ensuite annulé en imposant des centres d'équipe spécifiques ;
    Peut-être que certains ont déménagé parce que leur conjoint à trouver du travail très loin, et il n'y aucun bureau Amazon dans le coin.

    Citation Envoyé par Mathis Lucas Voir le message
    Le blocage des promotions va-t-il obliger les employés d'Amazon à retourner au bureau ?
    Ça dépend les priorités de chacun, si un employé de bureau est satisfait de son salaire et adore le 100% télétravail, il peut continuer en 100% télétravail.
    Après ça dépend si le travailleur préfère Amazon ou le 100% télétravail.
    Si il adore Amazon il va retourner au bureau au moins 3 jours par semaine, si il aime le 100% télétravail il va chercher un autre job.

    Citation Envoyé par Mathis Lucas Voir le message
    Que pensez-vous de ce type de travail hybride où il faut se rendre au bureau trois fois par semaine ?
    C'est toujours mieux qu'y aller 5 fois par semaine
    Il y a plein d'employé de bureau qui rêvent d'avoir droit à 2 jours de télétravail par semaine.

    Il y a des gens qui se tapent 1h30 de transport, 2 fois par jour, pour aller bosser.
    Eux si tu leur donnes 1 jour de télétravail par semaine, ils sont super heureux
    Keith Flint 1969 - 2019

  5. #165
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Bruno
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    May 2019
    Messages
    1 802
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Produits et services télécom et Internet

    Informations forums :
    Inscription : May 2019
    Messages : 1 802
    Points : 35 767
    Points
    35 767
    Par défaut Un haut responsable d'AWS affirme qu'Amazon tente discrètement d'encourager les employés à démissionner
    Un haut responsable d'AWS affirme qu'Amazon tente discrètement d'encourager les employés à démissionner
    dans le but de réduire secrètement les effectifs

    Dans un récent billet de blog, Justin Garrison, développeur senior chez Amazon Web Services (AWS), accuse la société de mener une campagne de « licenciements silencieux » pour réduire secrètement ses effectifs tout en évitant une couverture médiatique négative. Garrison affirme que des conditions de travail dégradées et des réorganisations constantes poussent passivement les employés à démissionner. Les entreprises peuvent également éviter de payer de coûteuses indemnités de départ si leurs employés seniors choisissent d'abord de partir de leur propre chef. Ces allégations soulèvent des préoccupations sur la gestion des effectifs par les grandes entreprises technologiques, en particulier dans un contexte de gel des embauches et de licenciements dans le secteur.

    Les experts avertissent que cette pratique pourrait être utilisée pour réduire secrètement les coûts de main-d'œuvre après le boom de l'embauche pendant la pandémie. D'autres entreprises technologiques, telles que Meta, ont par ailleurs été accusées de licenciements discrets. Des consultants soulignent que cette approche, bien que moralement douteuse, peut être contre-productive, entraînant la perte de talents clés et des risques juridiques. Certains estiment que la pression économique pousse les entreprises à réduire leurs effectifs, mais plaident en faveur de procédures appropriées pour éviter des conséquences coûteuses.

    Nom : Amazon.jpg
Affichages : 4439
Taille : 99,8 Ko

    Justin Garrison, qui a travaillé chez AWS pendant quatre ans, a exposé ses affirmations dans un récent post, illustrant comment, selon lui, la détérioration des conditions de travail et la reconversion continuelle des équipes de développement au sein de l'entreprise sont des méthodes passives par lesquelles les entreprises peuvent pousser les employés à démissionner.

    En 2023, Amazon a procédé au licenciement de plus de 27 000 employés, représentant toutefois un pourcentage de 1,7 % par rapport à sa vaste main-d'œuvre de 1,6 million de personnes. La majorité de ces suppressions d'emploi ont été observées dans le secteur de la vente au détail, où se concentre la majeure partie des effectifs d'Amazon. Les licenciements au sein d'AWS ont principalement touché des secteurs non rentables ou à marges plus faibles.

    Cependant, licencier publiquement un tel nombre de personnes, bien que relativement faible en pourcentage, n'est pas favorable sur le plan commercial, du moins à court terme. L'année a débuté avec une faiblesse d'action préexistante, antérieure aux licenciements massifs, pendant une période où les dépenses opérationnelles étaient élevées. Bien que des initiatives de retour au bureau (RTO) aient été annoncées, aucune modification significative n'a été constatée.

    C'est ainsi que la stratégie de la RTO a été mise en œuvre, entraînant un départ massif des employés. Ceux qui ne partaient pas immédiatement cherchaient activement un nouvel emploi ou, au minimum, attendaient leur prochain versement de RSU.

    « On m'avait assuré que cela n'aurait aucun impact sur moi ni sur les équipes avec lesquelles je collaborais. Cependant, au cours de l'été, la situation a évolué. La couverture médiatique négative liée aux licenciements s'est révélée préjudiciable. Pour réduire efficacement les dépenses opérationnelles, la décision a été prise de se débarrasser des employés coûteux. La méthode choisie pour inciter ces employés à partir sans indemnités de départ ni licenciement massif a été de les rendre malheureux et de les licencier en silence.

    « Dans mon petit cercle de personnes, il n'y avait pas un seul manager de niveau L7 qui ne voulait pas partir. D'après ce que j'ai pu comprendre, il s'agissait principalement d'une question de rémunération. Les contributeurs indépendants (CI) et les managers de niveau L7 ou supérieur gagnent généralement entre 400 et 800 000 dollars et, pour cette somme, ils sont prêts à supporter certains inconvénients. Étant donné que la rémunération d'Amazon est composée d'environ 40 % d'actions, ils ne gagnent autant d'argent que tant que les actions restent à la hausse », Justin Garrison.

    En poursuivant sa stratégie de réduction des coûts d'exploitation, Amazon observe une augmentation de ses bénéfices et une hausse de la valeur de ses actions. Cependant, cela se fait au détriment de l'épuisement des travailleurs. Étant donné la conjoncture économique, les clients cherchent à minimiser leurs propres dépenses en accordant une valeur moindre à chaque dollar dépensé pour AWS par rapport à l'année précédente. Bien que toutes les tendances soient encore à la hausse et vers la droite, la croissance montre des signes de ralentissement.

    Impact du licenciement silencieux sur l'innovation et la réputation d'Amazon

    Les clients ne se tournent plus vers le cloud uniquement pour les machines virtuelles et les réseaux excessivement coûteux. Ils recherchent des niveaux d'abstraction plus élevés, un domaine dans lequel AWS a toujours eu du mal à exceller. Ajoutons à cela le retard d'Amazon dans le domaine de l'intelligence artificielle (IA), et la croissance efficace pour l'entreprise passe par une réduction des coûts, le plus important étant celui du personnel.

    De nombreuses équipes chez Amazon ont gelé les embauches pendant plus d'un an et, actuellement, elles se séparent des employés existants. Ce changement a transformé Amazon d'un leader en suiveur, une évolution qui, selon des analystes, ne se déroule pas de manière favorable. Amazon n'a pas investi dans la recherche sur l'IA à la manière de Google sur une décennie. Son partenariat avec des entreprises externes n'égale pas celui de Microsoft. Les services à forte marge qui ont formé la base d'AWS, tels que la sortie du réseau, sont désormais proposés gratuitement par ses concurrents.

    Bien qu'Amazon ait une expertise reconnue dans la résolution des problèmes réels liés à la gestion d'un immense magasin en ligne et d'une logistique complexe, l'intelligence artificielle générative n'a été perçue comme un défi nécessitant des corrections approfondies que récemment, lorsque cela a commencé à affecter ses contrats commerciaux.

    D'autres entreprises du secteur technologique semblent adopter des licenciements discrets pour ajuster leurs effectifs. Un exemple notable est Meta, qui a été accusée de réduire secrètement son personnel en invoquant des réorganisations départementales, tout en imposant une période limitée aux employés pour postuler à d'autres postes au sein de l'entreprise. Dans certains secteurs, un faible ratio d'effectifs est même devenu un indicateur clé de performance.

    Éthique et impacts sur les employés hautement qualifiés

    Le recours au licenciement silencieux, en particulier lorsqu'il touche des employés hautement qualifiés et bien rémunérés, comme les ingénieurs en informatique, soulève des préoccupations éthiques et professionnelles significatives. Cette pratique semble être motivée par le désir de réduire les coûts sans générer de répercussions négatives immédiates sur l'image de l'entreprise, mais elle comporte plusieurs aspects critiquables.

    Tout d'abord, le licenciement silencieux manque de transparence et de communication ouverte, ce qui peut générer un climat de méfiance et d'insécurité au sein de l'entreprise. Les employés qui se sentent bloqués dans un environnement professionnel où l'incertitude règne peuvent perdre leur engagement et leur motivation, affectant ainsi la productivité globale de l'équipe.

    De plus, cette méthode de licenciement peut entraîner la perte de compétences essentielles pour l'entreprise. Les employés hautement qualifiés possèdent souvent des connaissances spécialisées et une expérience approfondie, et leur départ silencieux peut conduire à une déperdition de savoir-faire précieux. Cela peut avoir des conséquences néfastes sur la qualité des projets en cours et sur la capacité de l'entreprise à innover.


    Le licenciement silencieux met également en lumière des problèmes de gestion interne. Lorsqu'une entreprise choisit cette approche plutôt que d'aborder ouvertement les défis et les changements nécessaires, elle peut créer un climat de peur et de mécontentement parmi ses employés. Cela peut à terme nuire à la réputation de l'entreprise en tant qu'employeur attractif, compromettant sa capacité à attirer et à retenir les meilleurs talents.

    En fin de compte, le licenciement silencieux, en ciblant spécifiquement les employés hautement qualifiés, semble être une stratégie à court terme qui peut avoir des conséquences néfastes à long terme. Plutôt que d'adopter une approche secrète et potentiellement préjudiciable, les entreprises devraient privilégier une communication ouverte, la transparence et des stratégies de gestion des effectifs qui respectent la dignité des employés et contribuent à la pérennité de l'entreprise sur le long terme.

    Source : Justin Garrison's blog post

    Plus de 20 000 offres d'emploi de Développeur ou en Informatique

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Comment le recours aux licenciements silencieux affecte-t-il l'image d'Amazon en tant qu'employeur attrayant pour les talents hautement qualifiés ? Quels sont les risques pour sa réputation à long terme ?

    Quelle est votre opinion sur le fait que certains dirigeants d'entreprises adoptent des stratégies visant à placer les employés dans des situations difficiles dans le but de parvenir à un licenciement discret ? Avez-vous déjà vécu une expérience similaire ?

    Voir aussi :

    Mark Zuckerberg confirme que les licenciements chez Meta auront lieu mercredi matin. La société mère de Facebook, WhatsApp et Instagram emboîte le pas à d'autres grandes entreprises technologiques

    Amazon prévoit de licencier jusqu'à 10 000 collaborateurs cette semaine, soit l'une des plus importantes réduction du personnel de son histoire

    Google et Amazon peinent à licencier en Europe en raison de la législation du travail, la législation du travail rend difficile le licenciement du personnel en France et en Allemagne
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  6. #166
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Bruno
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    May 2019
    Messages
    1 802
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Produits et services télécom et Internet

    Informations forums :
    Inscription : May 2019
    Messages : 1 802
    Points : 35 767
    Points
    35 767
    Par défaut Apple à plus de 100 employés californiens : « déménagez au Texas ou perdez votre emploi »
    Apple à plus de 100 employés californiens : « déménagez au Texas ou perdez votre emploi »

    Apple aurait exigé de 121 employés de San Diego de déménager à Austin, sous peine de licenciement. L'ultimatum a donné aux employés jusqu'à la fin du mois de février pour prendre leur décision, et ceux qui choisissent de ne pas déménager seront licenciés le 26 avril. La majorité des employés concernés, appartenant à l'équipe Data Operations Annotations travaillant sur Siri, ne seraient pas enclins à se déplacer. Apple avait précédemment émis un mandat de retour au bureau en mars, ordonnant une présence au moins trois jours par semaine. Des mesures de contrôle de l'assiduité des employés, notamment l'utilisation de badges, ont été mises en place.

    En avril, la société a également supprimé des rôles dans sa division de vente au détail, obligeant le personnel des équipes de développement et de préservation à postuler à nouveau sous peine de licenciement. Contrairement à d'autres grandes entreprises technologiques, Apple avait évité les licenciements massifs jusqu'à présent. Toutefois, la semaine dernière, elle a été dépassée par Microsoft en tant qu'entreprise la plus précieuse au monde. La capitalisation boursière d'Apple a légèrement diminué à 2,87 billions de dollars, et l'entreprise fait face à des défis tels qu'une baisse de la demande pour l'iPhone en Chine et la concurrence croissante de Huawei. En outre, Apple prévoit le lancement prochain du casque Apple's Vision Pro en février.

    Nom : Apple.jpg
Affichages : 9836
Taille : 2,3 Ko

    En 2021, Apple a annoncé par courriel à ses employés le retour au bureau trois jours par semaine à partir de septembre, tout en offrant la possibilité de travailler à distance les mercredis et vendredis. Les équipes nécessitant une présence physique devaient revenir plus fréquemment, et les employés pouvaient également travailler à distance jusqu'à deux semaines par an avec l'approbation des gestionnaires. L'entreprise a encouragé la vaccination contre le Covid-19, offrant des congés payés pour les rendez-vous et les effets secondaires. Parallèlement, des employés de San Diego auraient été contraints de déménager à Austin sous peine de licenciement, faisant partie d'une série de mesures de retour au bureau.

    En 2022, le directeur de l'apprentissage automatique d'Apple, Ian Goodfellow, a démissionné en raison du plan de retour au travail en personne de l'entreprise. Les dates progressives fixées par Apple exigeaient au moins un jour de présence au bureau à partir du 11 avril, deux jours à partir du 2 mai, et trois jours à partir du 23 mai. Goodfellow a exprimé sa conviction qu'une plus grande flexibilité aurait été bénéfique pour son équipe, justifiant ainsi sa décision de quitter l'entreprise après plus de quatre ans chez Apple et un passé prestigieux chez Google en matière d'IA.

    Depuis le 23 mai 2022, Apple a mis en œuvre sa nouvelle politique de travail hybride, elle a proposé des ajustements tout en maintenant le même critère : le nombre de jours à passer au bureau demeure inchangé, couvrant la plupart des jours ouvrables de la semaine. En avril de la même année, des commentaires ont circulé, indiquant que les employés du géant technologique américain exprimaient leur mécontentement face à cette approche. En mai, ces préoccupations ont été formellement présentées dans une lettre ouverte adressée aux dirigeants de l'entreprise.

    Apple a imposé un ultimatum, fixant à la fin du mois de février la date limite pour que les employés décident de déménager. Comme dit précédemment, en cas de refus, le licenciement est prévu pour le 26 avril, comme indiqué dans le rapport. Cela soulève des préoccupations légitimes sur le plan de la flexibilité et du bien-être des employés. Imposer un tel ultimatum, qui contraindrait les travailleurs à changer de lieu de résidence, peut avoir des implications significatives sur leur vie personnelle et professionnelle.

    Selon des sources informées, la majorité des 121 employés concernés ont manifesté leur réticence à déménager. Ces membres de l'équipe Data Operations Annotations travaillant sur Siri ont été informés de la décision mercredi et seront fusionnés avec leur homologue texan une fois délocalisés. En mars, Apple a émis un mandat exigeant que les employés retournent au bureau au moins trois jours par semaine, comme mentionné par Zoë Schiffer de Platformer. Elle a souligné que la société surveille l'assiduité des employés via des badges et envoie des avertissements en cas de non-conformité.

    Microsoft triomphe, apple confrontée a des obstacles multiples

    Contrairement à d'autres grandes entreprises technologiques telles que Meta, Amazon et Google, Apple a évité les licenciements massifs l'année dernière. Le PDG Tim Cook a déclaré lors d'une interview que cela serait considéré comme un « dernier recours ». Récemment, Apple a été surpassée par Microsoft en tant qu'entreprise la plus précieuse au monde, avec une légère baisse de sa capitalisation boursière à 2,87 billions de dollars. La société fait face à une baisse de la demande pour l'iPhone en Chine, tandis que son concurrent Huawei progresse. Apple propose des réductions importantes sur certains iPhones en Chine, et elle prévoit de lancer son casque Apple's Vision Pro en février, suscitant des prévisions selon lesquelles il pourrait se vendre rapidement après sa sortie.

    La semaine dernière, Microsoft a dépassé Apple en capitalisation boursière, et la société fait face à des défis, dont une baisse de la demande d'iPhone en Chine et la concurrence de Huawei. En février, Apple prévoit le lancement de son casque Apple's Vision Pro. Microsoft a dépassé Apple en tant qu'entreprise la plus précieuse au monde, atteignant une capitalisation boursière de 2,89 billions de dollars, tandis que celle d'Apple a légèrement baissé à 2,87 billions de dollars. Le succès de Microsoft est attribué en partie à son investissement de 10 milliards de dollars dans l'IA via OpenAI, ce qui a été souligné lors d'un événement à San Francisco. L'IA a été un moteur majeur pour Microsoft et a contribué à la croissance du NASDAQ-100 de près de 54 % l'année dernière. Les analystes prévoient que l'essor de l'IA se poursuivra jusqu'en 2024.

    En revanche, Apple fait face à des défis en 2024, avec des problèmes juridiques liés à l'Apple Watch, des dégradations d'actions et des difficultés en Chine, notamment un ralentissement des ventes d'iPhone et des restrictions d'utilisation par les fonctionnaires chinois. L’approche autoritaire d’Apple pourrait avoir des répercussions négatives sur la moralité des employés et leur engagement envers l'entreprise. Il est important pour les entreprises de trouver un équilibre entre les besoins opérationnels et le bien-être des employés, en particulier dans un environnement professionnel en constante évolution.

    Source : Bloomberg

    Plus de 20 000 offres d'emploi de Développeur ou en Informatique

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Quelles alternatives ou options de travail hybride Apple a-t-elle envisagé avant de prendre une décision aussi contraignante ?

    Comment l'utilisation de mesures de contrôle de l'assiduité, telles que l'utilisation de badges, s'aligne-t-elle avec la politique de confiance envers les employés, et quels sont les avantages et les inconvénients de cette approche ?

    Quel impact la décision d'Apple pourrait avoir sur la motivation, l'engagement et la rétention des employés au sein de l'équipe Data Operations Annotations travaillant sur Siri ?

    Voir aussi :

    Apple demande à son personnel de retourner au bureau 3 jours par semaine à partir de début septembre et encourage les employés à se faire vacciner

    La politique de retour au bureau d'Apple laisse de nombreux travailleurs mécontents, un expert en IA démissionne

    Le siège social de Tesla va déménager à Austin, Elon Musk serait attiré par les politiques sociales de l'État du Texas
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  7. #167
    Membre éprouvé Avatar de AaâÂäÄàAaâÂäÄàAaâÂäÄ
    Homme Profil pro
    db@
    Inscrit en
    September 2021
    Messages
    429
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : db@

    Informations forums :
    Inscription : September 2021
    Messages : 429
    Points : 1 240
    Points
    1 240
    Par défaut
    Citation Envoyé par Bruno Voir le message
    Apple aurait demandé à des dizaines d'employés de San Diego de déménager à Austin sous peine d'être licenciés, selon un rapport
    2 000 km de distance, quasiment du Pacifique à l'Atlantique, 2 heures de décalage horaire...
    Austin, le Texas, ses fusils, ses rednecks...
    Où est le problème ?

  8. #168
    Membre extrêmement actif
    Homme Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    October 2017
    Messages
    1 734
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Suisse

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique

    Informations forums :
    Inscription : October 2017
    Messages : 1 734
    Points : 5 619
    Points
    5 619
    Par défaut
    Citation Envoyé par AaâÂäÄàAaâÂäÄàAaâÂäÄ Voir le message
    5 000 km de distance, quasiment du Pacifique à l'Atlantique, 2 heures de décalage horaire...
    Austin, le Texas, ses fusils, ses rednecks...
    Où est le problème ?
    San Diego = une ville de l'état de Californie qui est un des états américains ayant les impôts et taxes les plus élevés des USA

    Austin = une ville de l'état du Texas qui se caractérise pas l'absence complète de tout impôt ou taxe concernant les entreprises installées sur son sol

    Où est le problème? Ben, il y en a plus... Apple a résolu le problème: Préserver son bénéfice

    Quand à ses employés, ce n'est pas un problème, juste une gène passagère...

  9. #169
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    December 2008
    Messages
    9 516
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 35
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : December 2008
    Messages : 9 516
    Points : 18 425
    Points
    18 425
    Par défaut
    Citation Envoyé par Bruno Voir le message
    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Des grandes entreprises élaborent des stratégies afin de pousser leur employés à démissionner, parce que c'est moins cher que de les virer.
    Il faut trouver des choses légales qui donnent envie aux employés de se barrer.

    Peut-être que les grandes entreprises ont anticipé le fait qu'il y allait bientôt avoir une crise économique majeure (bien pire que 2008).
    Si ça se trouve c'est pour ça que les milliardaires construisent des bunkers.
    Il va peut-être il y avoir un krach financier en 2024 ou dans les années suivantes.
    Keith Flint 1969 - 2019

  10. #170
    Expert confirmé

    Homme Profil pro
    .
    Inscrit en
    October 2019
    Messages
    1 349
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 41
    Localisation : France, Aube (Champagne Ardenne)

    Informations professionnelles :
    Activité : .
    Secteur : Conseil

    Informations forums :
    Inscription : October 2019
    Messages : 1 349
    Points : 5 390
    Points
    5 390
    Par défaut
    Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
    Des grandes entreprises élaborent des stratégies afin de pousser leur employés à démissionner, parce que c'est moins cher que de les virer.
    Il faut trouver des choses légales qui donnent envie aux employés de se barrer.

    Peut-être que les grandes entreprises ont anticipé le fait qu'il y allait bientôt avoir une crise économique majeure (bien pire que 2008).
    Si ça se trouve c'est pour ça que les milliardaires construisent des bunkers.
    Il va peut-être il y avoir un krach financier en 2024 ou dans les années suivantes.
    Ça fait depuis que tu es inscrit (+ de 15ans) que tu parles de la fin du monde quasi 1 com sur 2.
    Ça doit être facile tous les jours ta vie si t'es dépressif a ce point.

    Ça me fait penser à ces jeunes qui sont eco anxieux et se pourrissent la vie au quotidien, ou qui partent en vacances a l'autre bout du monde en avion et qui après se sente coupable (mais continue de voyager)...
    sérieux, vivez votre vie a fond, je voyage, je bouffe, j’investis, je profite de la vie quoi !

    Voyageant beaucoup, je vois surtout cette mentalité de dépressif névrosé en Europe, ailleurs, en Asie par exemple, les gens profitent a fond ! En chine ou en thailande par exemple les habitants achètent des logements, achètent des voitures. Quand je vois qu'en France le rêve d'un français en 2024 c'est d’espérer une coloc et d'aller au boulot en vélo (même sous Mao c'était pas ca), de prendre des douches froide et pas trop longtemps, de ce chauffer à 17 degré max....

    A Singapour par exemple quand je rentre dans un bureau ou un magasin, la température maximal c'est 18 degré max, la clim tourne a fond, ils s'en foute d'économiser l'énergie.
    A Dubaï la mode en ce moment c'est de servir des cocktails avec des glaçons provenant du Groenland.

    Aux USA le marché de l'emploi est très dynamique, suffit de regarder le taux de chômage qui recule malgré ces grands licenciements.
    Comparer à 2020, le nombre d'employé dans la tech a explosé, un peu de dégraissage ne veux pas dire que c'est la crise, ces salariés trouveront un autre poste sans trop de grande difficultés.

    Depuis 1 semaine je me fais harceler par les recruteurs sur linkedin pour des postes dans ma ville, en france ou à l'étranger. ca c'était calmé pendant noël mais ça repart. si demain je me fais virer, j'ai juste à traverser la rue pour trouver un autre boulot.
    Dans le BTP malgré la crise, le carnet de commande de nombreux artisans et pleins pour plusieurs mois.

    faut relativiser et pas toujours être dépressif.

  11. #171
    Nouveau Candidat au Club
    Homme Profil pro
    Technicien maintenance
    Inscrit en
    October 2023
    Messages
    4
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 43
    Localisation : France, Doubs (Franche Comté)

    Informations professionnelles :
    Activité : Technicien maintenance

    Informations forums :
    Inscription : October 2023
    Messages : 4
    Points : 0
    Points
    0
    Par défaut
    comme le dit calvaire, le marché de l'emploie reste tendu danbs beaucoup de profession, ces salariés devrait retrouver un boulot et mieux payé.

  12. #172
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    December 2008
    Messages
    9 516
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 35
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : December 2008
    Messages : 9 516
    Points : 18 425
    Points
    18 425
    Par défaut
    Citation Envoyé par calvaire Voir le message
    sérieux, vivez votre vie a fond, je voyage, je bouffe, j’investis, je profite de la vie quoi !
    Je n'investis pas, d'après moi c'est comme jouer au Casino, c'est haram.
    Enfin le seul investissement qui m'intéresserait ce serait d'acheter une maison, parce que ça fait chier de payer un loyer.
    C'est mieux de rembourser le prêt de sa maison que de payer un loyer.

    Citation Envoyé par calvaire Voir le message
    Aux USA le marché de l'emploi est très dynamique, suffit de regarder le taux de chômage qui recule malgré ces grands licenciements.
    Je viens de tomber sur un article qui dit que la situation n'est pas si rose que ça
    Seulement 700 nouveaux emplois auraient été créés dans le secteur technologique en 2023 aux États-Unis contre 267 000 en 2022

    Citation Envoyé par calvaire Voir le message
    Dans le BTP malgré la crise, le carnet de commande de nombreux artisans et pleins pour plusieurs mois.
    Bof.
    Crise de l'immobilier : le bâtiment pense perdre 150.000 emplois en deux ans
    Il y a de moins en moins de chantiers.

    ====
    Et je n'invente pas le fait que des milliardaires construisent des bases autonomes durables au cas où il y aurait une crise économique.
    Ils ont accès à des informations que nous n'avons pas.

    2021 :
    Le milliardaire Peter Thiel construit un palace en guise de bunker en Nouvelle Zélande
    La mouvance survivaliste se prépare depuis des années à faire face à un effondrement de la société (guerre nucléaire, pandémie, krach financier). Les preppers sont souvent présentés dans les médias comme des blancs américains, d’extrême droite et armés jusqu’aux dents. Mais ceux de la Silicon Valley ne répondent pas toujours aux clichés puisque libéraux, urbains et accrocs à la technologie, très loin des stéréotypes du survivaliste.

    Si devant les caméras de télévision les startupers de la Silicon Valley vendent les nouvelles technologies comme un progrès pour l’Humanité, dans la réalité, au moins certains d’entre eux voient ça d’un autre œil.

    « Notre société s’apprête à vivre des changements économiques et technologiques spectaculaires et je ne pense pas que les gens le réalisent. Mais nous, oui, la Silicon Valley vit dans le futur. Avec l’automatisation et l’intelligence artificielle, presque la moitié des emplois américains n’existeront plus dans vingt, trente ans », déclarait à la BBC un haut cadre de Facebook.
    Les banques se portent très mal.
    L'économie se porte très mal, c'est la récession un peu partout.

    Faillites : « Le chômage des entrepreneurs pourrait rejoindre son niveau de la dernière grave crise », selon la garantie sociale des chefs d’entreprise
    Le nombre de créateurs d’entreprise ayant perdu leur emploi a bondi de plus de 36% au premier semestre. Les secteurs du bâtiment, ou du commerce de détail, paraissent particulièrement exposés. Raison de plus pour se protéger contre ce risque, comme l’indique Anthony Streicher, le président de l’association GSC, la Garantie sociale du chef d’entreprise, présent sur notre stand de LaREF 2023.
    Tout le monde ressent bien que le pouvoir d'achat diminue.
    Keith Flint 1969 - 2019

  13. #173
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    June 2023
    Messages
    428
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : June 2023
    Messages : 428
    Points : 7 970
    Points
    7 970
    Par défaut Même les cadres qui imposent le retour au bureau admettent que cela n'améliore pas la productivité
    Même les cadres qui imposent le retour au bureau admettent que cela n'améliore pas la productivité :
    Atlassian fait le point sur les 1 000 premiers jours de sa politique de "travail en mode distribué"

    Les ordres de retour au bureau se sont multipliées après le passage la pandémie de Covid-19. Cependant, une nouvelle étude d'Atlassian suggère que le retour au bureau ne se traduira pas forcément par une amélioration de la productivité des travailleurs. Selon le rapport, 99 % des dirigeants interrogés ont déclaré que le retour au bureau n'a eu aucun impact sur la productivité et s'accordent à dire que le travail en mode distribué deviendra la norme à l'avenir. En outre, 92 % des propres employés d'Atlassian déclarent que la politique de travail en mode distribué mise en œuvre par l'entreprise leur permet de donner le meilleur d'eux-mêmes.

    L'impact réel du travail à distance sur la productivité des employés reste encore difficile à déterminer. Et de nombreux dirigeants ordonnent à leurs employés de revenir au bureau, les menaçant parfois de licenciement. Mais des acteurs comme GitLab et l'éditeur australien de logiciels Atlassian pensent que le télétravail a de nombreux avantages et permet aux employés de mieux s'épanouir. Le rapport d'Atlassian, intitulé "Lessons Learned : 1,000 Days of Distributed at Atlassian", rend compte des enseignements tirés par l'éditeur sur sa politique de travail distribué et les replace dans le contexte d'un sentiment public plus large.

    Nom : inline-00@2x-1.jpg
Affichages : 62178
Taille : 73,1 Ko

    Le travail en mode distribué (ou travail distribué) est une politique de travail dans laquelle une entreprise permet à ses collaborateurs de travailler depuis n'importe où, notamment à domicile ou dans des bureaux satellites. Le travail en mode distribué actuel a évolué vers des environnements plus collaboratifs, en partie sous l’impulsion de la pandémie de Covid-19, et alimentés par une nouvelle génération d’outils dédiés comme Zoom. Le travail en colocalisation est le contraire du travail en mode distribué. Bien que la cybersécurité soit un problème majeur dans ce système, il connaît un grand succès ces dernières années.

    Dans le cadre de l'étude, Atlassian a interrogé 5 000 employés internes sur leurs sentiments à l'égard de sa politique de travail distribué, puis a sondé 100 PDG de Fortune 1000 et 100 PDG de Fortune 500. (Bien que 200 soit un petit échantillon, il y a très peu de postes de direction dans ces entreprises, ce qui fait que la représentation d'Atlassian semble assez proche de celle de ce groupe spécifique.) La quasi-totalité (92 %) des employés internes interrogés par Atlassian a déclaré que cette politique de travail (zéro jour obligatoire au bureau) fait partie intégrante de leur capacité à réaliser leur meilleur travail.

    Et 91 % ont déclaré que c'était une raison majeure pour laquelle ils restaient dans l'entreprise. Les PDG ne sont pas en reste. La quasi-totalité (99 %) des dirigeants interrogés par Atlassian a déclaré qu'ils pensaient que le travail distribué était la voie de l'avenir et que sa popularité ne ferait que croître à partir de maintenant. Selon les analystes, ce n'est pas un sentiment nouveau ni une prédiction sans fondement. En effet, les données, en tout cas depuis le début de la pandémie, montrent que les taux de travail au bureau se sont stabilisés à un peu moins de 50 % dans les dix principales zones métropolitaines des États-Unis.

    Nom : inline-01@2x-1.jpg
Affichages : 13512
Taille : 66,2 Ko

    La plupart des travailleurs ont été clairs : « le travail en personne à temps plein n'est plus compatible avec leur mode de vie, et il n'est pas non plus nécessaire pour produire leur meilleur travail ». Les patrons pourraient (enfin) être d'accord avec eux. Selon l'étude d'Atlassian, un patron sur trois des entreprises Fortune 500 et 1000 dont la société impose une certaine quantité de travail en personne déclare que cette règle n'a eu aucun impact sur la productivité. Ces mêmes chefs d'entreprises sont trois fois plus susceptibles d'affirmer que la façon dont leurs employés travaillent est plus importante que leur lieu de travail.

    C'est en tout cas ce qu'a fait Atlassian qui, comme le souligne le rapport, s'appuie toujours sur de nouvelles données pour prendre ses décisions. « Nous savions que nous devions vivre nous-mêmes les réalités d'un travail hautement distribué afin de pouvoir créer des produits et des pratiques qui aideraient les autres à bien faire les choses aussi. Pourquoi achèteriez-vous un logiciel de travail en équipe à une entreprise qui ne comprend pas comment les équipes collaborent en ligne ? », affirment les cofondateurs d'Atlassian Scott Farquhar et Mike Cannon-Brookes. Voici ci-dessous un aperçu des points forts de l'étude :

    • toutes les grandes organisations travaillent de manière distribuée, qu'elles aient ou non une politique de travail au bureau ;
    • 99 % des dirigeants s'accordent à dire que le travail deviendra de plus en plus distribué à l'avenir ;
    • 92 % des employés d'Atlassian déclarent que la politique de travail distribué leur permet de donner le meilleur d'eux-mêmes ;
    • 91 % des employés d'Atlassian affirment que le travail en mode distribué est une raison importante pour laquelle ils restent dans l'entreprise ;
    • les employés qui ont participé à une expérience de "timeboxing" de leurs principales priorités ont refusé 17 % de réunions en plus que d'habitude ;
    • ces derniers employés ont passé 13 % de temps en moins en réunion. Cela a été perçu comme une bonne chose ;
    • le sentiment d'appartenance a augmenté de 27 % après des réunions d'équipe "intentionnelles" en personne, et ce renforcement a duré 4 à 5 mois ;
    • les nouveaux embauchés et les nouveaux diplômés ont connu les plus fortes hausses de connexion d'équipe après une réunion en personne ;
    • les nouveaux embauchés et les nouveaux diplômés ont également connu le déclin le plus rapide du sentiment d'appartenance ;
    • 80 % du personnel d'Atlassian se rend dans un bureau chaque trimestre.


    La popularité de ce plan n'est pas une surprise pour Annie Dean, directrice de Team Anywhere, l'unité d'Atlassian spécialisée dans la recherche sur le travail distribué, et évangéliste de longue date en matière de travail flexible. Selon elle, les entreprises qui refusent catégoriquement de rencontrer les travailleurs là où ils se trouvent en matière de lieu de travail en subiront sans aucun doute les conséquences : un moral en berne, un taux d'attrition intenable et une baisse de la productivité. Les internautes semblent partager cet avis, affirmant que les ordres de retour au bureau semblent être une affirmation de pouvoir.

    Nom : inline-02@2x-1.jpg
Affichages : 13401
Taille : 37,3 Ko

    « Les ordres de retour au bureau ne sont pas une question de productivité, mais plutôt une question de pouvoir. L'expérience menée pendant la pandémie a prouvé que les entreprises peuvent être extrêmement rentables avec le travail à distance. Les taux d'intérêt sont aujourd'hui plus élevés et les guerres se multiplient, mais la baisse des bénéfices est imputée aux prétendues pertes de productivité dues au travail à distance. Maintenant, ils utilisent les ordres de retour au bureau et l'IA pour licencier massivement les employés. Il s'agit d'un moyen facile pour les comptables de satisfaire les actionnaires », a écrit un critique.

    Selon un récent rapport du groupe de réflexion Economist Impact, les travailleurs ne perdent pas réellement leur concentration lorsqu'ils travaillent à distance. Cela arrive plutôt lorsqu'ils ont l'impression de perdre leur autonomie ou d'être confrontés à "une infrastructure faible pour un lieu de travail prospère". À maintes reprises, les données prouvent que les travailleurs n'aiment tout simplement pas qu'on leur dise ce qu'ils doivent faire et qu'ils n'apprécient pas d'être inutilement contraints de travailler dans un bureau.

    « Même le travail à temps partiel au bureau est un échec politique, ce qui pourrait être un coup dur pour les patrons qui pensent offrir un compromis sous la forme d'un plan hybride. L'hybride est une illusion de choix », a expliqué Dean. Toute obligation de présence au bureau, qu'elle qualifie de point essentiel des régimes hybrides, supprime de nombreux avantages potentiels pour l'employé et une grande partie des avantages pour l'entreprise.

    Nom : image-20231128-012046.png
Affichages : 13454
Taille : 61,2 Ko

    Comme le montre clairement la rétrospective des 1 000 premiers jours de travail en mode distribué chez Atlassian, le bureau en lui-même ne résoudra pas les problèmes de productivité, d'innovation ou de créativité auxquels les dirigeants sont confrontés. « Il s'agit de problèmes liés à la manière de travailler, et non à l'endroit où travailler. Il s'agit d'un moment décisif pour l'innovation dans la manière dont le travail est effectué, mais nous parlons toujours de la putain de fontaine d'eau », a déclaré Dean.

    Source : Atlassian

    Et vous ?

    Que pensez-vous du travail en mode distribué ?
    Quelle comparaison faites-vous entre le travail distribué et le travail hybride ?
    Pensez-vous que le travail en mode distribué va s'imposer face au travail hybride ?
    Partagez-vous l'avis selon lequel le travail hybride est une illusion de choix ? Pourquoi ?
    Partagez-vous l'avis selon lequel le lieu de travail n'a que peu d'impacts sur la productivité d'un employé ?
    D'après votre expérience, quels sont les facteurs qui influent significativement sur la productivité d'un employé ?

    Voir aussi

    Le retour au bureau, une erreur stratégique pour les entreprises ? 80% des patrons regrettent leurs décisions initiales et admettent qu'ils auraient dû mieux écouter leurs employés, selon Envoy

    « Le retour au bureau est mort », déclare un économiste de Stanford à propos des appels au retour au bureau des entreprises qui ravivent les comparaisons entre télétravail et présentiel au bureau

    Le retour de flamme du retour au bureau : les entreprises qui mettent fin aux avantages du télétravail perdraient les meilleurs talents, selon certains professionnels

  14. #174
    Modérateur
    Avatar de grunk
    Homme Profil pro
    Lead dév - Architecte
    Inscrit en
    August 2003
    Messages
    6 690
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 39
    Localisation : France, Côte d'Or (Bourgogne)

    Informations professionnelles :
    Activité : Lead dév - Architecte
    Secteur : Industrie

    Informations forums :
    Inscription : August 2003
    Messages : 6 690
    Points : 20 211
    Points
    20 211
    Par défaut
    C'est évident qu'une politique de télétravail adaptée avec des personnes consentantes c'est au moins aussi efficace qu'une politique sur site adaptée.
    On y gagne alors en confort de vie et souvent en productivité.

    Là où ça ne marche pas c'est quand on veux appliquer au télétravail les méthodes qu'on croyais efficace avant , du genre micro management , glorification du presenteisme, etc ...
    On ajoute a ça des profils qui ont besoin de ce management (vous savez ce collègue qui branle plus rien dès que le chef est plus là) et c'est la recette de l'échec.

    Je crois au 100% télétravail puisque je le pratique mais j'ai plus de mal a croire qu'une entreprise traditionnelle arrive à se transformer complètement sans douleurs
    Pry Framework php5 | N'oubliez pas de consulter les FAQ Java et les cours et tutoriels Java

Discussions similaires

  1. Réponses: 3
    Dernier message: 28/02/2020, 10h35
  2. Réponses: 0
    Dernier message: 05/06/2019, 15h50
  3. Réponses: 1
    Dernier message: 18/01/2019, 14h37
  4. [MySQL-5.1] Retourner le nombre de jours par mois d'une période donnée
    Par Amélie Ladoque dans le forum Requêtes
    Réponses: 2
    Dernier message: 05/02/2016, 16h01
  5. Réponses: 5
    Dernier message: 08/02/2007, 17h22

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo