IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #141
    Membre émérite
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    November 2021
    Messages
    947
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Drôme (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : November 2021
    Messages : 947
    Points : 2 557
    Points
    2 557
    Par défaut
    Citation Envoyé par totozor Voir le message
    Ils le sont s'il en a.
    Ceci dit j'ai l'impression que son message n'est pas de laisser les enfants accéder à ces sites mais que la méthode de contrôle doit être plus raisonnable.
    Pour moi il y a quelques grandes différences entre entrer physiquement dans un sex shop et sur un site web:
    _ J'ai plus la tête d'un mineur donc si je rentre dans un sex shop on ne me demanderais même pas de preuve de ma majorité. Donc on ne me demandera probablement rien.
    _ Si on me demandais une preuve de ma majorité je tendrais ma carte d'identité, 2023-1983 >> 18, on passe à la suite. Le vendeur ne se rappellera même pas de mon prénom. Si un site me demande une preuve de mon identité je vais lui fournir le numéro de ma carte, recherche dans une base, prénom : Toto, nom : zor, date de naissance : xx/yy/1983 etc comment avoir la garantie que toutes ces informations ne sont ni exploitées ni enregistrées?
    Je suis totalement d'accord, et cela me fait penser à autre chose :

    Dans le cas d'un sex-shop (ça pourrais être une boite de nuit ou autre chose du genre), dans tout les cas où on pourrai avoir l'idée de demander une pièce d'identité, c'est qu'il y a une ambigüité physique. Or dans le cas d'un enfant ou un jeune ado qui rentre dans un sex-shop, il n'y a aucune ambigüité, donc pas besoin de pièce d'identité, ça va de soit qu'il ne pourra pas rentrer.
    Or s'il y a ambigüité, c'est que justement ce n'est pas grave si un "mineur" proche de la majorité entre dans un sex-shop !
    Cela prouve qu'instaurer un age fixe de la majorité, surtout pour ce genre de chose, est totalement absurde. C'est d'ailleurs le propre des paniques morale : elles paraissent très forte, alors qu'elles n'ont aucun fondement.
    Il y a longtemps (j’étais encore mineur à l'époque ), j'avais inventé une blague pour illustrer ce système absurde : une personne est d'abord enfant, ensuite elle devient mineur, puis majeur, et enfin adulte .

    Surtout quand on vit dans un pays qui se puritanise et qui risque de faire la chasse aux "déviants" (et je ne parle pas de pédophiles & co qui ne vont pas sur ces sites qui ne contiennent pas ce genre de contenu mais de fétichistes ou d'homosexuels)
    + 1000
    Et je rajoute que ce pays traque fréquemment des mineurs qui cherche juste à avoir une vie sexuel épanoui, sous prétexte qu'il sont mineurs. Il y a des eu des ados condamnés pour avoir pris des photo d’eux même nu...

  2. #142
    Membre émérite
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    November 2021
    Messages
    947
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Drôme (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : November 2021
    Messages : 947
    Points : 2 557
    Points
    2 557
    Par défaut
    Citation Envoyé par TotoParis Voir le message
    Alors poussons la logique de se raisonnement de pervers sexuel : il faut autoriser les cinémas pornographiques et les sex-shops aux mineurs, ainsi que les clubs échangistes et autres boites à partouze. Il faut aussi autoriser la prostitution des mineurs. Logique, non ? Mais sinon, qu'en est-il donc du respect des lois de cet Etat en matière d'accès à la pornographie ? Car si un mineur ne peut rentrer dans un sex-shop, et en cas de doute le gérant doit contrôler (en France) l'identité de l'individu en question, pourquoi contrôler l'identité d'un individu voulant accéder à ce type de ce site serait une violation du 1er amendement sur la vie privée ? il n'y a pas de manière idéale de faire ce contrôle d'identité, car c'est de cela qu'il s'agit et de rien d'autre. Mais le décision du juge est bien exrême. Ce serait bien que ses enfants mineurs soient concernés...s'il en a.
    Vous êtes exactement dans la panique moral dont je parle plus haut.

    Autant j'imagine que tout le monde sera d'accord pour dire qu'un site pornographique est inapproprié pour un enfant, autant je ne voit pas en quoi c'est grave si quelqu'un proche de l'age de la majorité y va. D'ailleurs vous dite que la même logique risquerai d'autoriser tel ou tel lieu aux mineurs ; vous dite mineur, et pas enfant, ce qui fait une énorme différence. Je pense que dire que c'est grave qu'une personne proche de l'age fatidique de la majorité entre dans les lieux que vous citez est totalement stupide, c'est uniquement une panique morale sans aucun fondement. En quoi quelques mois de différence d'âge change les conséquences de tout cela ???? C'est absurde.
    C'est vrai que la loi est faite comme cela, mais la loi n'est pas forcément bien faite... Inutile de me traiter de pervers sexuel, je pensai déjà exactement la même chose que j’étais moi-même mineur.

    D'autre part, vous affirmer qu'il n'y a pas de problème de confidentialité : cela est factuellement faux. Comme le dit totozor, l’identité est indéfiniment enregistré lors de la connexion (et même si ce n'était pas le cas, ce sera toujours possible de faire une attaque homme du milieu), ce qui pose un énorme problème de confidentialité, surtout qu'il s'agit du domaine de la sexualité, qui et il me semble un des domaine les plus privé de la plupart des gens.
    D'ailleurs il y a peu de monde dans les sex-shop, justement parce que c'est possible de connaitre l'identité...
    Je trouve que la décision du juge est une excellente décision, qui n'est pas du tout extrême : je trouve par contre votre point de vue extrême, puisque vous défendez une abolition de la vie privé concernant toute activité lié à la sexualité sur le web.
    Ce n'est d'ailleurs pas la première fois, à lire vos commentaire, vous défendez régulièrement les positions anti-liberté et anti-vie privé Franchement je n'aimerai pas vire dans votre monde rêvé.

  3. #143
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    March 2013
    Messages
    8 315
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : March 2013
    Messages : 8 315
    Points : 195 128
    Points
    195 128
    Par défaut La Cour suprême autorise la Maison Blanche à lutter contre la désinformation sur les réseaux sociaux
    La Cour suprême autorise la Maison Blanche à lutter contre la désinformation sur les réseaux sociaux,
    une décision controversée qualifiée par certains de censure du discours politique protégé

    La Cour suprême des États-Unis a annoncé vendredi qu’elle bloquerait indéfiniment une décision d’une cour inférieure qui limitait les efforts de l’administration Biden pour lutter contre les publications controversées sur les réseaux sociaux, portant notamment sur le COVID-19 et la sécurité électorale. Les juges ont déclaré qu’ils entendraient les arguments d’une plainte déposée par la Louisiane, le Missouri et d’autres parties, qui accusent les responsables de l’administration de réduire au silence les points de vue conservateurs de manière inconstitutionnelle. Cette nouvelle affaire s’ajoute à un mandat déjà chargé de questions liées aux réseaux sociaux.

    Vendredi, la Cour suprême a temporairement autorisé l’administration Biden à poursuivre ses efforts pour amener les sociétés de médias sociaux à supprimer de leurs plateformes les publications que le gouvernement juge trompeuses.

    L'administration avait demandé aux juges de suspendre une décision d'un tribunal inférieur selon laquelle de hauts responsables avaient probablement violé le premier amendement en faisant pression de manière inappropriée sur les entreprises technologiques pour qu'elles suppriment ce qu'elles considéraient comme des publications problématiques sur la santé publique et la désinformation liée aux élections.

    Comme cela arrive à l'accoutumée dans les décrets d’urgence, la majorité n’a pas expliqué les raisons pour lesquelles elle a accédé à la demande de l’administration. Mais les juges conservateurs Samuel A. Alito Jr., Clarence Thomas et Neil M. Gorsuch étaient en désaccord avec la décision de ne pas maintenir en vigueur l’ordonnance du tribunal inférieur, qualifiant cette évolution de « très inquiétante ».

    Le juge Alito a critiqué la majorité pour avoir agi « sans entreprendre un examen complet du dossier et sans aucune explication » et avoir permis à l'administration de poursuivre ses interactions jusqu'à ce que le tribunal se prononce enfin, « un événement qui pourrait ne se produire qu'à la fin du printemps de l'année prochaine ».

    Il a ajouté : « À ce moment de l’histoire de notre pays, ce que la Cour a fait, je le crains, sera considéré par certains comme un feu vert au gouvernement pour utiliser des tactiques musclées visant à fausser la présentation des opinions sur les médias qui domine de plus en plus la diffusion de l’information. C’est très regrettable ».

    Nom : cour.png
Affichages : 611
Taille : 473,8 Ko

    « Une occasion importante pour la Cour suprême de résoudre une question de plus en plus urgente et pertinente »

    Le procès contre le gouvernement fédéral, initié par les procureurs généraux républicains de Louisiane et du Missouri, soulève des questions importantes et inédites sur la manière dont les protections de la liberté d'expression s'appliquent en ligne, avec des implications sur la manière dont les représentants du gouvernement interagissent avec les sociétés de médias sociaux et communiquent avec le public sur les plateformes populaires.

    Jameel Jaffer, directeur exécutif du Knight First Amendment Institute de l'Université de Columbia, a qualifié cette affaire d'occasion importante pour la Cour suprême de résoudre une question de plus en plus urgente et pertinente.

    Les juges ont « peu parlé de la façon dont les tribunaux inférieurs devraient distinguer la persuasion autorisée de la coercition inconstitutionnelle », a déclaré Jaffer. « Ce sont des questions capitales et épineuses, et la manière dont le tribunal les résoudra aura de vastes implications pour la sphère publique numérique. »

    Le procureur général du Missouri, Andrew Bailey (républicain), a qualifié le lobbying de l’administration sur les réseaux sociaux de « pire violation du premier amendement de l’histoire de notre pays ».

    « Nous sommes impatients de démanteler la vaste entreprise de censure de Joe Biden devant le plus haut tribunal du pays », a-t-il déclaré dans un communiqué.

    En demandant à la Cour suprême d'intervenir dans l'affaire, la solliciteure générale Elizabeth B. Prelogar a écrit dans un dossier judiciaire que l'ordonnance rendue par une cour d'appel le mois dernier imposerait des « limites sans précédent » à la capacité de l'administration à « utiliser la chaire des intimidateurs pour aborder des questions d’intérêt public » et attire l’attention sur les contenus en ligne potentiellement dangereux.

    Censure du discours politique protégé

    Le procès affirme que les responsables gouvernementaux ont censuré un discours politique protégé en exhortant les entreprises technologiques à modifier les publications concernant les élections et le vaccin contre le coronavirus. Les conservateurs soutiennent depuis longtemps que les employés libéraux des entreprises technologiques travaillent avec les responsables démocrates pour faire taire les opinions conservatrices lorsqu’ils prennent des décisions de modération de contenu – une affirmation que contestent les entreprises technologiques et les représentants du gouvernement.

    « L'ingérence fédérale transforme fondamentalement le discours en ligne, rendant des points de vue entiers pratiquement innommables sur les réseaux sociaux », ont déclaré les procureurs généraux devant la Haute Cour dans un dossier exhortant les juges à laisser l'ordonnance de la cour d'appel prendre effet.

    En juillet, un juge d'un tribunal de district de Louisiane s'est rangé du côté des États et a émis une injonction radicale interdisant à des milliers d'employés fédéraux de divers ministères et agences gouvernementaux de faire pression ou de contraindre indûment les entreprises technologiques à supprimer un contenu spécifique.

    La Cour d’appel conservatrice du 5e circuit des États-Unis a limité le mois dernier cette ordonnance à la Maison Blanche, au bureau du chirurgien général, aux Centers for Disease Control and Prevention et au FBI.

    Nom : washington.png
Affichages : 525
Taille : 438,2 Ko

    Le panel de trois juges de la cour d’appel a déclaré que la Maison Blanche avait probablement « contraint les plateformes à prendre leurs décisions de modération au moyen de messages d’intimidation et de menaces de conséquences néfastes ». Le panel a également constaté que la Maison Blanche « avait considérablement encouragé les décisions des plateformes en réquisitionnant leurs processus décisionnels, tous deux en violation du premier amendement ».

    L’avis détaille les efforts de la Maison Blanche pour faire pression sur les sociétés de médias sociaux afin qu’elles suppriment les informations erronées sur la pandémie de coronavirus. Les responsables « n’ont pas hésité à formuler des demandes », appelant à la suppression des messages « dès que possible » et se montrant « persistants et en colère », selon le jugement. Il décrit une période controversée en juillet 2021, qui a atteint un point d’ébullition lorsque le président Biden a accusé Facebook de « tuer des gens ».

    « Nous constatons, comme le tribunal de district, que les communications des fonctionnaires – les lisant dans leur contexte et non de manière isolée – étaient dans l’ensemble intimidantes », ont écrit les juges.

    Le panel a ensuite élargi son ordonnance ce mois-ci pour l'étendre aux responsables gouvernementaux de l'Agence de cybersécurité et de sécurité des infrastructures, affirmant que ces responsables avaient probablement agi de manière inappropriée en essayant de se coordonner avec la Silicon Valley pour protéger les élections des canulars en ligne.

    Le premier amendement protège contre les atteintes à la parole du gouvernement. Les responsables sont autorisés à informer une entreprise lorsque le contenu de son site Web est problématique ou trompeur, et à plaider en faveur de politiques administratives. Mais les autorités ne peuvent pas contraindre les entreprises privées à agir au nom du gouvernement ni menacer de punir les personnes qui expriment des opinions différentes. La question que les tribunaux doivent résoudre est de savoir comment faire la distinction entre les discours autorisés du gouvernement et les contraintes ou menaces qui sont interdites.

    Les responsables gouvernementaux collaborent régulièrement avec des entreprises comme Facebook et YouTube. Le FBI, par exemple, partage avec des plateformes des informations sur des comptes qui semblent être utilisés par des acteurs étrangers secrets pour influencer le public américain. Les entreprises technologiques et le gouvernement ont intensifié leurs efforts pour lutter contre la désinformation en ligne après l’ingérence russe sur les plateformes lors des élections de 2016. Mais ces efforts de modération de contenu se sont retrouvés mêlés aux guerres culturelles du pays, et de nombreuses entreprises réduisent désormais le nombre d’employés effectuant ce travail.

    Conclusion

    Dans sa demande à la Cour suprême de bloquer temporairement l’ordonnance du 5e circuit pendant qu’elle fait l’objet d’un appel, l’administration Biden a mis en garde contre des « conséquences dramatiques » si les limites imposées aux fonctionnaires du gouvernement entrent en vigueur. « Il existe une distinction fondamentale entre persuasion et coercition. Et les tribunaux doivent veiller à maintenir cette distinction en raison des conséquences dramatiques résultant d’un constat de coercition », a écrit Prelogar.

    Alito a déclaré vendredi dans sa dissidence de cinq pages que ses collègues auraient dû permettre que la décision du tribunal inférieur soit maintenue pendant que la haute cour résout l'affaire. Alito a déclaré qu'il doutait que le type de discours de « chaire d'intimidation » dont Prelogar s'inquiétait soit interdit si l'injonction du 5e circuit était en vigueur. Il a noté que Biden ne serait pas soumis à l’ordonnance de la cour d’appel, qui s’applique uniquement lorsque le gouvernement franchit la ligne pour contraindre ou contrôler les droits à la liberté d’expression d’autrui.

    « La censure gouvernementale du discours privé est contraire à notre forme démocratique de gouvernement, et par conséquent la décision d’aujourd’hui est très inquiétante », a écrit Alito, rejoint par Thomas et Gorsuch. « À ce stade de l’histoire de notre pays, ce que la Cour a fait, je le crains, sera considéré par certains comme un feu vert au gouvernement pour utiliser des tactiques musclées visant à fausser la présentation des opinions sur le média qui domine de plus en plus dans la diffusion de l’information. »

    La Cour suprême a également accepté d’examiner deux affaires distinctes concernant la suppression de contenus controversés sur les plateformes de médias sociaux. L’administration Biden a demandé au tribunal d’annuler une décision confirmant une loi du Texas interdisant aux entreprises de supprimer des postes sur la base d’une idéologie politique. Cette décision est en contradiction avec une décision d’une autre cour d’appel, qui a empêché l’entrée en vigueur d’une loi similaire de Floride.

    Sources : décision de justice, sollicitation de la Cour suprême par Prelogar, réponse des procureurs du Missouri et de la Louisiane

    Et vous ?

    Quelle est votre opinion sur la décision de la Cour suprême de permettre à la Maison Blanche de lutter contre les informations erronées sur les réseaux sociaux ?
    Pensez-vous que les responsables de l’administration Biden ont exercé une pression inconstitutionnelle sur les plateformes médiatiques ou qu’ils ont simplement encouragé la suppression des contenus dangereux ou trompeurs ?
    Craignez-vous que cette affaire ne crée un précédent qui permette au gouvernement de contrôler davantage le contenu en ligne et de réduire la liberté d’expression ?
    Quel rôle devraient jouer les entreprises de réseaux sociaux dans la modération du contenu en ligne et la prévention de la propagation des informations erronées ?
    Quelles sont les conséquences potentielles des informations erronées sur les réseaux sociaux pour la santé publique, la sécurité nationale et la démocratie ?
    Images attachées Images attachées
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

Discussions similaires

  1. Réponses: 8
    Dernier message: 15/01/2021, 16h38
  2. [XL-2010] Impossible de changer de calendrier Outlook pour créer des RDV via une Macro
    Par xico8 dans le forum Macros et VBA Excel
    Réponses: 5
    Dernier message: 17/02/2015, 14h25
  3. Réponses: 11
    Dernier message: 08/04/2011, 18h41
  4. Réponses: 1
    Dernier message: 01/04/2011, 23h14

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo