IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #161
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 534
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 534
    Points : 199 228
    Points
    199 228
    Par défaut CHIPS Act : les subventions US dans les semi-conducteurs ont provoqué un boom inattendu des investissements
    L'étonnante réussite du CHIPS Act : les subventions US dans l'industrie des semi-conducteurs ont provoqué un boom inattendu des investissements,
    les fabricants de puces ont injecté 327 milliards de dollars, soit une multiplication par 15 de leurs investissements

    La Chips Act a été étonnamment fructueuse jusqu’à présent. Les États-Unis ont déjà dépensé plus de la moitié de leurs 39 milliards de dollars d’incitations. Cette initiative a entraîné un boom d’investissements inattendu dans le secteur des puces. Les entreprises de semi-conducteurs ont annoncé des investissements de 327 milliards de dollars, selon les calculs de la Semiconductor Industry Association. Les statistiques américaines montrent que la construction d'installations de fabrication d'appareils informatiques et électroniques a été multipliée par 15. Le débat sur la loi sur les puces s'est concentré sur les retards et les difficultés de fabrication, mais l'énorme volume d'investissement raconte une autre histoire.

    Selon les statistiques de la Maison Blanche, au cours des 30 dernières années, la part des États-Unis dans la production mondiale de semi-conducteurs est passée de 37 % à 12 % seulement. Pire encore, durant ces trois dernières années, la part de la Chine dans la fabrication de puces a augmenté de près de 50 %, au point qu’elle représente environ 18 % de l'offre mondiale.

    C’est la crise mondiale de la chaîne d'approvisionnement de 2021 qui a mis en évidence le déclin de la production nationale de puces et donné lieu à des appels à la relocalisation de la fabrication aux États-Unis. Les pénuries de l'ère pandémique ont montré comment de petites déficiences en puces de base, même de faible technicité, pouvaient causer des centaines de milliards de dollars de dommages économiques.

    Ces évènements ont conduit à l’adoption en août 2022, par le Congrès américain, du Chips and Science Act (Chips Act) préparé pendant plus d'un an par l'administration Biden-Harris pour répondre aux graves pénuries de semi-conducteurs. La loi sur les puces qui en découle vise à encourager la construction de nouvelles installations de fabrication de puces (fabs) aux États-Unis. Cela permettra de réduire la dépendance à l'égard d'un petit nombre de fournisseurs d'Asie de l'Est - aujourd'hui, presque tous les processeurs de pointe sont fabriqués à Taïwan.

    La pression des acteurs de l'industrie

    Il faut rappeler qu'en mai 2021, dans une lettre adressée aux dirigeants de la Chambre des représentants et du Sénat, la Semiconductors in America Coalition (SIAC - un groupe de lobbying formé entre autres par certains des plus gros acheteurs de puces du monde, dont Apple Inc, Microsoft Corp et Google d'Alphabet Inc afin d'obtenir des subventions gouvernementales pour la fabrication de puces) a déclaré que le Congrès avait déjà montré son engagement à sécuriser les chaînes d'approvisionnement nationales en semi-conducteurs en promulguant la loi CHIPS for America, mais qu'un financement supplémentaire des programmes de cette loi était nécessaire.

    « À plus long terme, un financement solide de la loi CHIPS for America aiderait l'Amérique à construire la capacité supplémentaire nécessaire pour avoir des chaînes d'approvisionnement plus résilientes afin de garantir que les technologies critiques seront là quand nous en aurons besoin », a déclaré la SIAC dans la lettre. « Les incitations à la fabrication financées par le Congrès devraient s'attacher à combler les principales lacunes de notre écosystème national des semi-conducteurs et couvrir toute la gamme des technologies des semi-conducteurs ».

    En janvier, le Wall Street Journal a rapporté que l'administration du président Joe Biden devrait accorder des milliards de dollars de subventions « dans les semaines à venir » aux principales entreprises de semi-conducteurs afin de les aider à construire de nouvelles usines aux États-Unis

    Parmi les bénéficiaires probables des subventions, Intel a des projets en cours en Arizona, en Ohio, au Nouveau-Mexique et en Oregon qui coûteront plus de 43,5 milliards de dollars, selon le journal. Un autre bénéficiaire probable, Taiwan Semiconductor Manufacturing Co (TSMC), a deux usines en construction près de Phoenix pour un investissement total de 40 milliards de dollars. Le sud-coréen Samsung Electronics, également candidat, a un projet de 17,3 milliards de dollars au Texas. Micron Technology, Texas Instruments et GlobalFoundries comptent parmi les autres principaux prétendants, ajoute le WSJ en citant des cadres de l'industrie.

    Nom : chips.png
Affichages : 5591
Taille : 45,9 Ko

    Une stratégie qui porte déjà ses fruits

    L'augmentation des investissements qui en découle réduit ces vulnérabilités. Samsung, TSMC et Intel - les principaux fabricants de puces au monde - construisent actuellement de nouvelles usines importantes aux États-Unis. Intel y fabriquera ses puces les plus avancées, tandis que TSMC introduira son processus de pointe 2-nanomètres en Arizona environ deux ans après l'avoir mis en service à Taïwan. La secrétaire d'État au commerce, Gina Raimondo, note que d'ici 2030, les États-Unis produiront probablement environ 20 % des puces les plus avancées du monde, contre zéro aujourd'hui.

    D'ailleurs, la Semiconductor Industry Association note :

    Citation Envoyé par Semiconductor Industry Association
    Les mesures d'incitation à la fabrication prévues par la loi CHIPS ont suscité des investissements substantiels aux États-Unis.

    En fait, les entreprises de l'écosystème des semi-conducteurs ont annoncé des dizaines de nouveaux projets dans toute l'Amérique - totalisant près de 450 milliards de dollars d'investissements privés - depuis l'introduction de la loi CHIPS. Ces projets annoncés créeront plus de 56 000 emplois dans l'écosystème des semi-conducteurs et soutiendront des centaines de milliers d'emplois américains supplémentaires dans l'ensemble de l'économie américaine.

    À ce jour, le bureau du programme CHIPS (CPO - CHIPS Program Office) a annoncé l'octroi de 29,337 milliards de dollars de subventions et d'un maximum de 25,1 milliards de dollars de prêts à sept entreprises dans le cadre de 16 projets dans dix États. Ces projets prévoient un investissement total d'au moins 347,5 milliards de dollars sur deux décennies, la grande majorité étant investie d'ici 2030. Les projets devraient également créer plus de 100 000 nouveaux emplois - plus de 33 000 emplois dans le secteur manufacturier et plus de 75 000 emplois dans le secteur de la construction. Des dizaines d'autres annonces d'attribution sont attendues dans les mois à venir. Les annonces faites jusqu'à présent concernent un protocole d'accord préliminaire (PMT - preliminary memorandum of terms), qui est un accord non contraignant entre les entreprises et le bureau du programme CHIPS. Le PMT est suivi d'une phase de vérification diligente, à l'issue de laquelle les fonds seront déboursés.
    Nom : quelques.png
Affichages : 868
Taille : 38,8 Ko
    Quelques annonces de subventions au nom de la CHIPS Act

    Les États-Unis ne sont pas à l'abri du besoin pour autant

    Cela ne signifie pas pour autant une autosuffisance totale, puisque les États-Unis consomment plus d'un quart des puces mondiales. La production de smartphones et d'électronique grand public serait perturbée en cas de crise en Asie de l'Est, une crainte toujours présente. Mais cette production serait à peu près suffisante pour les besoins des infrastructures critiques comme les centres de données et les télécoms. Les puces ne sont pas parfaitement fongibles, bien sûr, et toutes les usines ne peuvent pas produire facilement tous les types de puces, mais les États-Unis disposeront d'une plus grande marge de manœuvre pour gérer les chocs.

    Comme l'ont montré les pénuries liées à la pandémie, les puces avancées ne sont pas les seules à revêtir une importance économique cruciale. Les fabricants d'automobiles, de missiles ou d'appareils médicaux ont également besoin de gros volumes de puces de base. Là aussi, le Chips Act fournit un nouvel approvisionnement important. Ford et GM ont annoncé d'importants contrats de fourniture à long terme avec le fabricant américain de puces GlobalFoundries, qui augmente sa production grâce à 1,5 milliard de dollars de fonds du Chips Act. Microchip, un fabricant de puces de microcontrôleur très répandu en Arizona, a également reçu une subvention pour son expansion. Texas Instruments construit une série de nouvelles usines de fabrication de puces fondamentales au Texas et dans l'Utah, grâce à de généreux crédits d'impôt à l'investissement. Peu de ces investissements, voire aucun, n'auraient vu le jour sans le Chips Act.

    La production dans les pays alliés y contribue également

    Le Japon et l'Europe investissent dans des capacités de production de puces fondamentales. Microchip et Analog Devices, un autre fabricant américain de puces, ont tous deux annoncé leur intention de transférer une partie de la production de TSMC à Taïwan vers la nouvelle usine de l'entreprise au Japon, afin de mieux résister aux risques liés à la Chine.

    Les critiques s'inquiètent de ce que toutes ces incitations créent une course aux subventions, mais celle-ci a commencé bien avant le Chips Act. Une étude de l'OCDE réalisée en 2019 a révélé qu'entre 2014 et 2018, au moins deux entreprises américaines ont reçu plus d'argent d'un gouvernement étranger que des États-Unis. C'est en partie pour cette raison que la fabrication de puces a migré vers des sites où les subventions sont élevées. Aujourd'hui, le Chips Act et des mesures incitatives similaires au Japon et en Europe attirent à nouveau les investissements.

    Toutes les usines promises seront-elles construites ? Nombre d'entre elles le sont déjà. L'ampleur de la construction d'usines aux États-Unis met à rude épreuve la capacité des entrepreneurs à trouver des travailleurs spécialisés. TSMC prévoit une production de puces à haut volume dans sa première usine d'Arizona au début de l'année prochaine. Si le marché des puces se tasse, certaines usines pourraient être reportées, mais le versement des subventions est lié aux progrès réalisés dans la mise en service des fabs.

    Le risque demeure que les contribuables payent pour des capacités excédentaires si ces nouvelles installations ne trouvent pas de clients. Toutefois, de nombreux dirigeants du secteur technologique, comme Sam Altman d'OpenAI, s'inquiètent davantage d'une pénurie de puces d'IA que d'une surabondance. TSMC indique que son usine d'Arizona travaillera avec Apple, Nvidia, Qualcomm et AMD, quatre de ses principaux clients. Intel a récemment annoncé un accord pour la fabrication de processeurs d'IA pour Microsoft.

    Source : Semiconductor Industry Association

    Et vous ?

    Quelle est l’importance des semi-conducteurs dans notre vie quotidienne ?
    Comment le CHIPS Act peut-il renforcer la souveraineté technologique d’un pays ? Quels sont les avantages de la production nationale de semi-conducteurs et son impact sur la sécurité économique et nationale ?
    Quels défis les entreprises de semi-conducteurs pourraient-elles rencontrer lors de la mise en œuvre de ces nouveaux projets ? Quels pourraient être les obstacles potentiels (pénurie de main-d’œuvre qualifiée, contraintes environnementales, coûts, etc.) ?
    Quelles autres industries pourraient bénéficier de cet investissement massif dans les semi-conducteurs ? Quelles pourraient être les retombées positives pour d’autres secteurs, tels que l’intelligence artificielle, l’Internet des objets et les véhicules autonomes ?
    Quelles sont les implications géopolitiques de cette initiative ? Des implications sur les relations internationales et la compétition entre les pays pour la suprématie technologique ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #162
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Bruno
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Mai 2019
    Messages
    1 887
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Produits et services télécom et Internet

    Informations forums :
    Inscription : Mai 2019
    Messages : 1 887
    Points : 36 967
    Points
    36 967
    Par défaut Les processeurs chinois de fabrication locale rattrapent AMD et Intel
    Les processeurs chinois de fabrication locale rattrapent AMD et Intel,
    les Loongson 3B6600 et 3B7000 égaleraient les performances des processeurs Intel de la 10e génération

    Les processeurs chinois de la marque Loongson, tels que le 3B6600 et le 3B7000, font des avancées significatives dans le marché des processeurs en Chine, rivalisant désormais avec les offres d'AMD et d'Intel. Ces processeurs octa-core mettent l'accent sur les performances monocœurs, bien qu'ils accusent un retard dans les performances multicœurs par rapport à la concurrence. Malgré cela, Loongson annonce une amélioration significative par rapport à ses précédents modèles, avec des performances se rapprochant de celles des processeurs AMD Zen 4 et Intel Raptor Lake. Le 3B7000, en particulier, offre une gamme de fonctionnalités, y compris la prise en charge de PCIe 4.0, SATA III, USB 3.0, GMAC, HDMI, ainsi que des accélérateurs Tensor INT8 pour les charges de travail LLM.

    Loongson vise à rivaliser avec les architectures x86 et ARM avec sa propre architecture « Dragon », notamment suite aux restrictions gouvernementales chinoises sur l'utilisation de processeurs étrangers dans certains secteurs. Cependant, le succès de ces processeurs sur le marché grand public reste à prouver. Malgré les commentaires antérieurs sceptiques, les progrès de sociétés comme Loongson remettent en question l'idée que la Chine est en retard dans la fabrication de puces, suggérant que les sanctions pourraient même stimuler l'innovation et les parts de marché des entreprises chinoises.

    Nom : ProcessuerChinois.jpg
Affichages : 55427
Taille : 43,3 Ko

    Fast Technology, le 25 avril, Longchip a dévoilé au grand jour le nouveau processeur de bureau, respectivement 3B6600 et 3B7000. Zhang Ge, vice-président de Longchip, a déclaré que les principaux cœurs de propriété intellectuelle des processeurs Longchip étaient développés par l'entreprise elle-même, et que ces cœurs de propriété intellectuelle développés par l'entreprise elle-même amélioraient considérablement le rapport prix/performance.

    Au cours des dix dernières années, les performances générales du cœur unique des processeurs Longchip ont été améliorées de 20 fois, la fréquence principale a été améliorée de 2 à 3 fois et la capacité de conception a été améliorée de 5 à 10 fois. En termes de détails techniques, le 3B6600 est cadencé à 3,0 GHz et intègre également l'écran central LG200, tandis que le 3B7000 peut être cadencé jusqu'à 3,5 GHz et dispose d'un riche ensemble d'interfaces E/S, notamment PCIe4, SATA3, USB3, GMAC et HDMI.

    En outre, le GPU interne de deuxième génération prendra en charge l'accélération graphique OpenGL4.0, ainsi que le calcul généraliste OpenCL3.0, les composants d'accélération de calcul tensoriel INT8 intégrés pour mieux prendre en charge l'accélération de l'IA, et l'évolutivité améliorée de l'architecture. Les performances d'un seul nœud vont de 256 GFlops core à 1TFlops solo.

    Au début de cette année, l'administration du président Joe Biden a révélé son intention d'allouer des milliards de dollars de subventions aux grandes entreprises de semi-conducteurs, telles qu'Intel et Taiwan Semiconductor Manufacturing Co (TSMC), dans le but de les soutenir dans la construction de nouvelles usines aux États-Unis, rapporte le Wall Street Journal.

    Selon des sources industrielles bien informées des négociations, ces annonces à venir sont destinées à dynamiser la production de semi-conducteurs de pointe utilisés dans les smartphones, l'intelligence artificielle et les systèmes d'armement. Il est prévu que certaines de ces annonces soient faites avant le discours de M. Biden sur l'état de l'Union, prévu pour le 7 mars.

    Parmi les entreprises susceptibles de bénéficier de ces subventions, Intel prévoit des projets en Arizona, en Ohio, au Nouveau-Mexique et en Oregon, représentant un investissement total de plus de 43,5 milliards de dollars, indique le journal. TSMC, un autre candidat probable, a déjà deux usines en construction près de Phoenix, pour un investissement total de 40 milliards de dollars. Samsung Electronics, basé en Corée du Sud, est également en lice avec un projet évalué à 17,3 milliards de dollars au Texas. D'autres grandes entreprises, telles que Micron Technology, Texas Instruments et GlobalFoundries, sont également mentionnées comme des prétendants sérieux, selon des sources industrielles citées par le Wall Street Journal.

    Le département américain du commerce n'a pas souhaité commenter les candidats potentiels ni les informations concernant le calendrier. Un porte-parole du ministère a déclaré qu'il s'agissait d'un processus basé sur le mérite et impliquant des négociations commerciales ardues. Les subventions CHIPS (Creating Helpful Incentives to Produce Semiconductors for America's Future) seront accordées en fonction des projets susceptibles de stimuler l'économie américaine et de renforcer la sécurité nationale, selon un fonctionnaire du ministère du Commerce.

    L'objectif des efforts de Longchip est de faire de l'architecture Dragon une architecture de premier plan aux côtés de X86 et ARM

    Loongson a admis que si les 3B6600 et 3B7000 sont en retard sur la concurrence en ce qui concerne les performances multicœurs, l'entreprise a considérablement réduit l'écart en ce qui concerne les performances monocœurs. Loongson revendique une amélioration de 20 fois par rapport aux processeurs précédents de la société. Nous avons déjà vu le 3A6000 en action, affichant un niveau d'IPC similaire, proche du Zen 4 d'AMD et du Raptor Lake d'Intel.

    Le 3B6600 dispose de huit cœurs de CPU LA854 et d'un cœur graphique on-chip LG200 cadencé à 3,0 GHz. Le processeur 3B7000 dispose également de huit cœurs LA864 cadencés à 3,5 GHz, mais il ne mentionne pas son iGPU.

    D'après les informations fournies par la société, le 3B7000 prend en charge PCIe 4.0, SATA III, USB 3.0, GMAC et la sortie HDMI. Il intègre également des accélérateurs Tensor INT8 pour les charges de travail LLM. Il prend également en charge le calcul OpenCL 3.0 et l'accélération graphique OpenGL 4.0. Ses graphiques intégrés peuvent atteindre 256 GFLOPs de performance de calcul, et avec une solution graphique discrète, il peut atteindre jusqu'à 1TFlops. Il n'y a pas d'autres informations, mais le mini PC avec le CPU 3A6000 ne prenait en charge que la 4K à 30Hz. Il est donc possible que cet iGPU manque de fonctions et de support. Il est intéressant de noter qu'il semble prendre en charge plusieurs interfaces de mémoire vive telles que SRAM, SDRAM, DDR2 et DDR3, puis DDR4.

    La diapositive présente des informations contradictoires : l'une d'entre elles indique que ces puces sont des « puces pour ordinateurs portables de la prochaine génération », tandis que la feuille de route indique qu'il s'agit de processeurs pour ordinateurs de bureau. L'avenir nous le dira. Bien que ces puces soient destinées au marché national, on ne peut s'empêcher de spéculer sur la possibilité de les voir commercialisées dans un pays touché par les sanctions imposées par les États-Unis et l'Union européenne.

    Loongson a l'ambition de concurrencer les offres x86 et ARM avec son architecture « Dragon ». La Chine ayant déjà bloqué l'utilisation des processeurs Intel et AMD pour l'usage officiel du gouvernement et les écoles commandant des puces fabriquées dans le pays, Loongson aura une part beaucoup plus importante du marché national dans de nombreux secteurs. Toutefois, son succès reste à démontrer sur le marché grand public.

    La comparaison entre l'IPC et les unités centrales de Loongson me rappelle le commentaire de Pat Gelsinger selon lequel les unités centrales fabriquées en Chine ont des décennies de retard. Mais avec des entreprises comme Loongson qui font de tels progrès, on peut se demander si les fabricants de puces nationaux peuvent combler l'écart avant dix ans.

    Fabriquer des unités centrales est plus facile à dire qu'à faire, mais la Chine a toujours importé des outils de fabrication de puces par tous les moyens. Les sanctions pourraient être considérées comme une bénédiction déguisée pour les entreprises chinoises de production de puces en termes de parts de marché et d'innovation. Cela dit, la Russie doit encore atteindre le même niveau de réussite avec ses entreprises de fabrication de puces.

    Bien que les performances monocœurs soient importantes dans de nombreux cas d'utilisation, le retard dans les performances multicœurs par rapport à la concurrence pourrait être un inconvénient pour les utilisateurs ayant besoin de capacités de traitement parallèle plus élevées. De plus, bien que Loongson annonce des améliorations significatives par rapport à ses précédents modèles, une comparaison directe avec les processeurs AMD Zen 4 et Intel Raptor Lake serait nécessaire pour évaluer pleinement leur compétitivité.

    En ce qui concerne la visée de Loongson à rivaliser avec les architectures x86 et ARM, il est important de souligner que ces architectures ont déjà établi leur domination sur le marché mondial des processeurs, et que percer ce marché représente un défi de taille pour toute nouvelle architecture. De plus, bien que les restrictions gouvernementales chinoises sur l'utilisation de processeurs étrangers puissent fournir une opportunité pour les entreprises locales comme Loongson, leur succès dépendra également de leur capacité à répondre aux besoins et aux attentes des consommateurs.

    Enfin, l'idée que les sanctions pourraient stimuler l'innovation et les parts de marché des entreprises chinoises est intéressante, mais elle doit être considérée avec prudence. Les sanctions peuvent en effet inciter les entreprises à investir davantage dans la recherche et le développement pour réduire leur dépendance aux technologies étrangères, mais elles peuvent également entraîner des effets néfastes tels que des barrières commerciales accrues et des perturbations dans les chaînes d'approvisionnement mondiales.

    Dans l'ensemble, le progrès des processeurs Loongson représente une évolution significative dans le paysage des processeurs chinois, mais leur succès à l'échelle mondiale reste à prouver, et il est important d'adopter une perspective équilibrée sur les implications des sanctions et de la concurrence sur le marché des processeurs.

    Source : Revelation of Zhang Ge, the CEO of Loongson

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Quels sont les défis que Loongson pourrait rencontrer dans sa tentative de rivaliser avec les architectures x86 et ARM, qui dominent actuellement le marché mondial des processeurs ?

    Voir aussi :

    TSMC travaille à l'élaboration de puces à mille milliards de transistors et à la fabrication de puces à 1 nm, cependant, les opinions divergent quant à la viabilité et aux implications de ces avancées

    Les USA devraient accorder des milliards de dollars de subventions aux grandes entreprises de semi-conducteurs, dont Intel et TSMC, afin de les aider à construire de nouvelles usines
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  3. #163
    Membre confirmé

    Inscrit en
    Décembre 2009
    Messages
    168
    Détails du profil
    Informations forums :
    Inscription : Décembre 2009
    Messages : 168
    Points : 494
    Points
    494
    Par défaut
    La Chine rattrape son retard technologique à grands pas et ceci en partie à causes des sanctions US et EU.
    Vu la taille de l'appareil industriel et sa croissance, les "experts" économiques estiment ... qu'on est foutus.

  4. #164
    Membre expérimenté

    Homme Profil pro
    Collégien
    Inscrit en
    Juillet 2010
    Messages
    549
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Afghanistan

    Informations professionnelles :
    Activité : Collégien

    Informations forums :
    Inscription : Juillet 2010
    Messages : 549
    Points : 1 430
    Points
    1 430
    Par défaut
    Pour garder notre avance, on va avoir besoin de plus de réglementation et plus de taxes.

  5. #165
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    Décembre 2008
    Messages
    9 651
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 36
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : Décembre 2008
    Messages : 9 651
    Points : 18 597
    Points
    18 597
    Par défaut
    Citation Envoyé par kmedghaith Voir le message
    les "experts" économiques estiment ... qu'on est foutus.
    C'est clair que les nations européennes sont foutues.
    Elles ont été anti-nucléaire pendant des décennies.
    Ensuite elles ont été contre le pétrole.
    Maintenant elles n'achètent plus d'énergie Russe.

    Que des mauvaises décisions.
    L'industrie nécessite d'avoir accès à de l'énergie bon marché, en Europe il n'y a plus d'énergie pas cher. Donc c'est mort.
    Enfin, on peut commencer de construire des centrales nucléaires aujourd'hui, mais elles seront fonctionnel dans 25 ans…
    D'un côté ça pourrait rapporter à la France, parce qu'il y a des pays voisins qui aimeraient acheter de l'énergie verte, et il n'y a pas plus propre que l'énergie nucléaire (même si l'Allemagne est en guerre contre la France sur ce sujet (elle fait chier l'Allemagne)).

    Citation Envoyé par mith06 Voir le message
    Pour garder notre avance
    Là ça parle d'entreprises US et d'entreprise chinoises.
    Les nations européennes n'ont rien à voir là-dedans, elles ne produisent que dalle, elles sont juste consommatrice de produit chinois ou US.

    L'Europe est loin derrière et, selon comment on regarde, la Chine est devant les USA.
    J'ai l'impression que l'occident est en déclin alors que les BRICS sont en pleine croissance.

    Citation Envoyé par Bruno Voir le message
    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Ça va être difficile de faire aussi bien qu'AMD.
    Mais peut-être qu'en injectant des centaines de milliards dans la recherche et le développement, des entreprises chinoises vont y arriver.
    Keith Flint 1969 - 2019

  6. #166
    Membre extrêmement actif
    Homme Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    Octobre 2017
    Messages
    1 817
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Suisse

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique

    Informations forums :
    Inscription : Octobre 2017
    Messages : 1 817
    Points : 5 842
    Points
    5 842
    Par défaut
    Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
    C'est clair que les nations européennes sont foutues.... Maintenant elles n'achètent plus d'énergie Russe.
    Cette affirmation est fausse!

    1. Les pays européens dont la France achètent toujours de l'uranium à la Russie pour leur centrales nucléaires. En 2022, la France a acheté à la Russie 312 tonnes d'uranium enrichi, pour un montant de 358 millions d'euros!!!


    2. Les pays européens achètent toujours de gaz à la Russie soit directement, soit via des pays intermédiaires. Auditionné par le sénat français ce lundi 29 avril 2024, le PDG de TotalEnergie Patrick Pouyanné a avoué « Si l’on bannit le GNL russe, les prix du gaz en Europe vont repartir à la hausse ». « Il y a une importation de GNL russe en Europe : 14 millions de tonnes en 2022 et en 2023. On importe actuellement en Europe entre 105 et 110 millions de tonnes, c’est donc 12 à 13 % des importations »

    https://www.publicsenat.fr/actualite...-totalenergies


    3. Les pays européens achètent toujours du pétrole à la Russie en passant par des intermédiaires comme l'Inde ou comme certaines anciennes républiques de l'URSS dont le nom se termine en "...stan" qui bien que n'ayant pas la moindre goutte de pétrole sur leur sol sont devenus depuis le début de la guerre en Ukraine des exportateurs de pétrole pour les européens... D'après vous, ils l'obtiennent où le pétrole qu'ils nous vendent?????


    En conclusion, quand on affirme des choses, il ne faut pas se limiter aux discours officiels des politiques, ni de certaines chaînes d'info qui font plus dans la propagandes que dans l'information...

  7. #167
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    Décembre 2008
    Messages
    9 651
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 36
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : Décembre 2008
    Messages : 9 651
    Points : 18 597
    Points
    18 597
    Par défaut
    Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
    Cette affirmation est fausse!
    Bon écoutez, on va dire que c'était une figure de style. (peut-être une hyperbole ou un truc comme ça)

    - On n'importe moins d'énergie Russe
    - Si elle passe pas des intermédiaires, elle coute plus cher
    - L'industrie allemande prend très cher, donc il y a forcément quelque chose qui a changé quelque part (même en France le prix de l'électricité a bondit)
    - Un des "tuyaux" de Nord Stream 2 est toujours fonctionnel, la Russie est prête à envoyer du gaz, pourtant on ne l'utilise pas

    Il n'y avait pas de besoin de saboter les Nord Stream, puisque la décision "nous arrêtons d'utiliser Nord Stream" a été prise.
    Ça profite aux USA puisqu'on va augmenter nos importations d'énergie US et diminuer nos importations d'énergie Russe.



    Pétrole, gaz : en 2022, les Etats-Unis sont devenus les premiers fournisseurs de la France
    Les Etats-Unis devancent désormais la Norvège et la Russie, qui fournit encore l'Hexagone en gaz à hauteur de 15%, d'après le « Chiffres clés de l'énergie 2023 » publié jeudi. Une conséquence directe du déclenchement de la guerre en Ukraine par la Russie et des embargos énergétiques décidés par les Occidentaux.
    Les USA ne vont pas laisser les nations de l'UE se remettre pote avec la Russie quand la guerre sera terminée.
    Alors qu'il est dans l'intérêt des nations européennes de commercer avec la Russie.
    C'est dommage de perde un partenaire comme ça.
    Keith Flint 1969 - 2019

  8. #168
    Membre extrêmement actif
    Homme Profil pro
    Graphic Programmer
    Inscrit en
    Mars 2006
    Messages
    1 557
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Graphic Programmer
    Secteur : High Tech - Multimédia et Internet

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2006
    Messages : 1 557
    Points : 3 978
    Points
    3 978
    Par défaut
    a prendre avec des pincettes comme tout ce que dit la chine sur elle meme

  9. #169
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    Décembre 2008
    Messages
    9 651
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 36
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : Décembre 2008
    Messages : 9 651
    Points : 18 597
    Points
    18 597
    Par défaut
    Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
    Cette affirmation est fausse!
    Hey j'ai relu mon message, il y avait 3 arguments, 2 d'entre eux étaient 100% vrai et le dernier au moins 50% vrai.
    Donc j'avais raison dans les 83%. (bon après vous avez la logique des professeurs, ils disaient "donner les réponses les plus concises possible, ça diminuera la probabilité de dire une connerie", dans les DS il faut toujours en dire le moins possible, en en disant plus on risque de faire baisser sa note)

    C'est un peu mal honnête de chercher le détail pas parfait dans une liste.
    C'est un peu du pilpoul.

    Ce n'est pas faux de dire que les nations européennes importent moins d'énergie Russe.
    Vu que les Nord Stream ont été saboté.

    Voilà ce que dit l'UE :
    L’Europe peut-elle se passer du gaz russe ?
    "Nous devons assurer notre indépendance vis-à-vis du pétrole, du charbon et du gaz russes. Nous devons agir maintenant pour atténuer les effets de la hausse des prix de l'énergie, diversifier notre approvisionnement en gaz pour l'hiver prochain et accélérer la transition vers une énergie propre" - Ursula von der Leyen, Présidente de la Commission européenne (8 mars 2022)
    Il y a un projet pour 2027.

    Citation Envoyé par Aiekick Voir le message
    a prendre
    Il y a bien des gens qui vont acheter une carte mère, un processeur et qui vont faire des tests.
    Il ne faut pas sous estimer les entreprises chinoises, il y en a des très fortes.

    Par exemple que la Chine est forte en véhicule électrique.
    Il y a une industrie en Chine.
    Keith Flint 1969 - 2019

  10. #170
    Communiqués de presse

    Femme Profil pro
    Traductrice Technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    1 067
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Traductrice Technique

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 1 067
    Points : 74 264
    Points
    74 264
    Par défaut Les États-Unis vont augmenter de 100 % les droits de douane sur les semi-conducteurs chinois en 2025
    Les États-Unis vont augmenter de 100 % les droits de douane sur les semi-conducteurs chinois en 2025, pour protèger les 53 milliards de dollars consacrés à la loi CHIPS, mais la Chine promet des représailles.

    Joe Biden augmente fortement les droits de douane américains sur une série d'importations chinoises. Les autorités américaines affirment que cela protège les 53 milliards de dollars consacrés à la loi CHIPS, mais la Chine a immédiatement promis des mesures de représailles.

    Le CHIPS and Science Act est une loi fédérale américaine adoptée par le 117e Congrès des États-Unis et promulguée par le président Joe Biden le 9 août 2022. Cette loi autorise environ 280 milliards de dollars de nouveaux financements pour stimuler la recherche nationale et la fabrication de semi-conducteurs aux États-Unis, pour lesquels elle affecte 53 milliards de dollars.

    La loi comprend 39 milliards de dollars de subventions pour la fabrication de puces sur le sol américain ainsi que 25 % de crédits d'impôt à l'investissement pour les coûts des équipements de fabrication, et 13 milliards de dollars pour la recherche sur les semi-conducteurs et la formation de la main-d'œuvre, dans le double but de renforcer la résilience de la chaîne d'approvisionnement américaine et de contrer la Chine.

    Le président américain Joe Biden a annoncé une forte augmentation des droits de douane sur toute une série d'importations chinoises, dont les batteries de véhicules électriques, les puces électroniques et les produits médicaux, risquant ainsi d'engager un bras de fer avec Pékin au cours de l'année électorale, alors qu'il cherche à séduire les électeurs américains qui n'apprécient guère sa politique économique.

    "Les travailleurs américains peuvent surpasser n'importe qui tant que la concurrence est loyale, mais depuis trop longtemps elle ne l'est pas", a déclaré M. Biden lors d'un discours prononcé dans la roseraie de la Maison-Blanche devant des syndicats et des entreprises. "Nous n'allons pas laisser la Chine inonder notre marché."

    La Chine a immédiatement promis des représailles. Son ministère du commerce a déclaré que Pékin était opposé à la hausse des droits de douane américains et qu'il prendrait des mesures pour défendre ses intérêts.


    M. Biden maintiendra les droits de douane mis en place par son prédécesseur républicain Donald Trump et en augmentera d'autres, notamment en quadruplant les droits de douane sur les véhicules électriques, qui passeront à plus de 100 %, et en doublant les droits de douane sur les semi-conducteurs, qui passeront à 50 %.

    Les nouvelles mesures concernent 18 milliards de dollars de produits chinois importés, notamment de l'acier et de l'aluminium, des semi-conducteurs, des véhicules électriques, des minéraux essentiels, des cellules solaires et des grues, a indiqué la Maison Blanche. Le chiffre relatif aux véhicules électriques, bien qu'il fasse la une des journaux, pourrait avoir un impact plus politique que pratique aux États-Unis, qui importent très peu de véhicules électriques chinois.

    En 2023, les États-Unis ont importé 427 milliards de dollars de marchandises de Chine et exporté 148 milliards de dollars vers la deuxième économie mondiale, selon le Bureau du recensement américain, un écart commercial qui persiste depuis des décennies et qui est devenu un sujet de plus en plus sensible à Washington.

    La représentante américaine au commerce, Katherine Tai, a déclaré que les droits de douane révisés étaient justifiés par le fait que la Chine volait la propriété intellectuelle américaine. Cependant, Mme Tai a recommandé des exclusions tarifaires pour des centaines de catégories d'importations de machines industrielles en provenance de Chine, dont 19 pour des équipements de fabrication de produits solaires.

    Voici la fiche d'information de la Maison Blanche :

    Le président Biden prend des mesures pour protéger les travailleurs et les entreprises des États-Unis contre les pratiques commerciales déloyales de la Chine

    Le plan économique du président Biden soutient les investissements et crée de bons emplois dans des secteurs clés qui sont essentiels pour l'avenir économique et la sécurité nationale des États-Unis. Les pratiques commerciales déloyales de la Chine en matière de transfert de technologie, de propriété intellectuelle et d'innovation menacent les entreprises et les travailleurs américains. La Chine inonde également les marchés mondiaux d'exportations à des prix artificiellement bas. En réponse aux pratiques commerciales déloyales de la Chine et pour contrer les préjudices qui en résultent, le président Biden ordonne aujourd'hui à son représentant au commerce d'augmenter les droits de douane en vertu de l'article 301 de la loi sur le commerce de 1974 sur 18 milliards de dollars d'importations en provenance de Chine, afin de protéger les travailleurs et les entreprises américains.

    Le programme Investing in America de l'administration Biden-Harris a déjà catalysé plus de 860 milliards de dollars d'investissements commerciaux grâce à des incitations publiques intelligentes dans des secteurs d'avenir tels que les véhicules électriques, l'énergie propre et les semi-conducteurs. Avec le soutien de la loi bipartisane sur les infrastructures, de la loi CHIPS et de la loi sur la science, et de la loi sur la réduction de l'inflation, ces investissements créent de nouveaux emplois américains dans les secteurs de la fabrication et de l'énergie propre et aident les communautés qui ont été laissées pour compte à revenir sur le devant de la scène.

    Comme le dit le président Biden, les travailleurs et les entreprises américains peuvent surpasser n'importe qui, à condition de bénéficier d'une concurrence loyale. Mais depuis trop longtemps, le gouvernement chinois a recours à des pratiques déloyales et non commerciales. Les transferts forcés de technologie et le vol de propriété intellectuelle ont permis à la Chine de contrôler 70, 80, voire 90 % de la production mondiale d'intrants essentiels pour nos technologies, nos infrastructures, notre énergie et nos soins de santé, créant ainsi des risques inacceptables pour les chaînes d'approvisionnement et la sécurité économique de l'Amérique. En outre, ces mêmes politiques et pratiques non commerciales contribuent à la surcapacité croissante de la Chine et à l'augmentation des exportations qui menacent de nuire considérablement aux travailleurs, aux entreprises et aux communautés des États-Unis.

    Les mesures prises aujourd'hui pour contrer les pratiques commerciales déloyales de la Chine sont soigneusement ciblées sur des secteurs stratégiques, ceux-là mêmes dans lesquels les États-Unis réalisent des investissements historiques sous l'égide du président Biden afin de créer et de maintenir des emplois bien rémunérés, contrairement aux récentes propositions des républicains du Congrès qui menaceraient l'emploi et augmenteraient les coûts de manière générale. L'accord commercial conclu par l'administration précédente avec la Chine n'a pas permis d'accroître les exportations américaines ni de stimuler l'industrie manufacturière américaine comme il l'avait promis. Dans le cadre du programme Investing in America du président Biden, près de 800 000 emplois manufacturiers ont été créés et la construction de nouvelles usines a doublé après avoir chuté sous l'administration précédente, et le déficit commercial avec la Chine est le plus bas depuis dix ans - plus bas que n'importe quelle année sous l'administration précédente.

    Nous continuerons à travailler avec nos partenaires du monde entier pour renforcer la coopération afin de répondre aux préoccupations communes concernant les pratiques déloyales de la Chine, plutôt que de saper nos alliances ou d'appliquer sans discernement des droits de douane de 10 % qui augmentent les prix de toutes les importations en provenance de tous les pays, qu'ils soient ou non engagés dans des pratiques commerciales déloyales. L'administration Biden-Harris reconnaît les avantages pour nos travailleurs et nos entreprises d'alliances fortes et d'un système commercial international fondé sur des règles et une concurrence loyale.

    Semi-conducteurs

    Le taux des droits de douane sur les semi-conducteurs passera de 25 % à 50 % d'ici à 2025.

    Les politiques de la Chine dans l'ancien secteur des semi-conducteurs ont conduit à une augmentation de la part de marché et à une expansion rapide des capacités qui risque d'évincer les investissements des entreprises axées sur le marché. Au cours des trois à cinq prochaines années, la Chine devrait représenter près de la moitié de toutes les nouvelles capacités de production de certaines plaques de semi-conducteurs. Pendant la pandémie, les perturbations de la chaîne d'approvisionnement, y compris les puces anciennes, ont entraîné des hausses de prix pour un large éventail de produits, notamment les automobiles, les appareils ménagers et les dispositifs médicaux, soulignant ainsi les risques d'une dépendance excessive à l'égard d'un petit nombre de marchés.

    Avec le CHIPS and Science Act, le président Biden investit près de 53 milliards de dollars dans la capacité de production de semi-conducteurs, la recherche, l'innovation et la main-d'œuvre américaines. Cela permettra de contrer des décennies de désinvestissement et de délocalisation qui ont réduit la capacité des États-Unis à fabriquer des semi-conducteurs sur le territoire national. Le CHIPS and Science Act prévoit 39 milliards de dollars d'incitations directes à la construction, à la modernisation et à l'extension des installations de fabrication de semi-conducteurs, ainsi qu'un crédit d'impôt à l'investissement de 25 % pour les entreprises de semi-conducteurs. Le relèvement des droits de douane sur les semi-conducteurs est une première étape importante pour promouvoir la durabilité de ces investissements.
    Source : Annonce de la Maison Blanche

    Et vous ?

    Pensez-vous que ces mesures sont crédibles ou pertinentes ?
    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Voir aussi :

    Le président américain Joe Biden accorde 8,5 milliards de dollars à Intel dans le cadre du programme Build Chip Plants, qui vise à reconstruire l'industrie nationale des semi-conducteurs

    Joe Biden appelle le Congrès à adopter le CHIPS Act, une loi qui fournirait 52 milliards de dollars de subventions pour faire progresser la fabrication de semi-conducteurs aux Etats-Unis

    Les sanctions américaines auraient permis à la Chine de booster son industrie des puces électroniques. Le pays renfermerait désormais les fabricants de puces les plus prospères
    Publication de communiqués de presse en informatique. Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  11. #171
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 534
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 534
    Points : 199 228
    Points
    199 228
    Par défaut Autonomie quantique : la Chine annonce avoir remplacé un composant d'ordinateur quantique importé
    Autonomie quantique : la Chine annonce avoir remplacé un composant d'ordinateur quantique importé par un produit national
    quelques jours seulement après les sanctions américaines

    La Chine a annoncé une avancée significative dans le domaine de l’informatique quantique, seulement quelques jours après l’imposition de nouvelles sanctions par les États-Unis. La société de recherche chinoise Origin Quantum a révélé avoir développé un composant essentiel pour les ordinateurs quantiques, le « module d’interconnexion micro-ondes haute densité », auparavant importé.

    Il y a quelques jours, Joe Biden a annoncé une augmentation forte des droits de douane américains sur une série d'importations chinoises. Les autorités américaines affirment que cela protège les 53 milliards de dollars consacrés à la loi CHIPS, mais la Chine a immédiatement promis des mesures de représailles.

    Le CHIPS and Science Act est une loi fédérale américaine adoptée par le 117e Congrès des États-Unis et promulguée par le président Joe Biden le 9 août 2022. Cette loi autorise environ 280 milliards de dollars de nouveaux financements pour stimuler la recherche nationale et la fabrication de semi-conducteurs aux États-Unis, pour lesquels elle affecte 53 milliards de dollars.

    La loi comprend 39 milliards de dollars de subventions pour la fabrication de puces sur le sol américain ainsi que 25 % de crédits d'impôt à l'investissement pour les coûts des équipements de fabrication, et 13 milliards de dollars pour la recherche sur les semi-conducteurs et la formation de la main-d'œuvre, dans le double but de renforcer la résilience de la chaîne d'approvisionnement américaine et de contrer la Chine.

    Le président américain Joe Biden a annoncé une forte augmentation des droits de douane sur toute une série d'importations chinoises, dont les batteries de véhicules électriques, les puces électroniques et les produits médicaux, risquant ainsi d'engager un bras de fer avec Pékin au cours de l'année électorale, alors qu'il cherche à séduire les électeurs américains qui n'apprécient guère sa politique économique.

    « Les travailleurs américains peuvent surpasser n'importe qui tant que la concurrence est loyale, mais depuis trop longtemps elle ne l'est pas », a déclaré Biden lors d'un discours prononcé dans la roseraie de la Maison-Blanche devant des syndicats et des entreprises. « Nous n'allons pas laisser la Chine inonder notre marché ».

    Biden maintiendra les droits de douane mis en place par son prédécesseur républicain Donald Trump et en augmentera d'autres, notamment en quadruplant les droits de douane sur les véhicules électriques, qui passeront à plus de 100 %, et en doublant les droits de douane sur les semi-conducteurs, qui passeront à 50 %.

    La Chine a immédiatement promis des représailles. Son ministère du commerce a déclaré que Pékin était opposé à la hausse des droits de douane américains et qu'il prendrait des mesures pour défendre ses intérêts.


    La Chine prétend se libérer de l'emprise des sanctions américaines et produit un module quantique essentiel

    La société chinoise Origin Quantum, spécialisée dans l'informatique quantique, a annoncé une percée dans la création d'un « module d'interconnexion à micro-ondes à haute densité », un composant essentiel pour les ordinateurs quantiques. Cette révélation intervient quelques jours seulement après que les États-Unis ont imposé une nouvelle série de sanctions, empêchant les entreprises américaines de vendre des technologies et des matériaux à certaines entreprises chinoises.

    Ces modules gèrent le grand nombre de connexions nécessaires pour contrôler et lire les données des qubits. Traditionnellement, ces connexions sont réalisées à l'aide de câbles coaxiaux. Grâce à la dernière avancée, des modules d'interconnexion à micro-ondes de haute densité peuvent désormais être produits dans le pays. Selon le South China Morning Post, Kong Weicheng, chercheur à Origin Quantum, a déclaré aux médias grand public que les puces quantiques « fonctionnent à des températures proches du zéro absolu » (-452 degrés Fahrenheit ou -169 degrés Celsius). Les modules doivent donc être « capables d'isoler la chaleur ».

    Il est également nécessaire de disposer d'un canal stable et à grande vitesse pour la transmission précise de signaux et d'informations quantiques entre le « cerveau » de l'ordinateur quantique et les dispositifs externes.

    Jusqu'à présent, les câbles coaxiaux adaptés devaient être importés du Japon.

    Le module nouvellement développé peut fournir des canaux de transmission de signaux micro-ondes pour les puces quantiques de plus de 100 bits, permettant une transmission stable des signaux dans des zones de refroidissement extrêmes.

    Nom : origin.png
Affichages : 19035
Taille : 348,8 Ko
    Origin Wukong est l'ordinateur quantique développé par Origin Quantum qui a été ouvert aux utilisateurs du monde entier en janvier.

    Accélérer l'autonomie

    La mise au point du module d'interconnexion hyperfréquence à haute densité marque une étape importante dans la réduction de la dépendance de la Chine à l'égard des autres pays et dans l'acquisition d'une autonomie en matière de technologie quantique. Cet objectif est d'autant plus important que la guerre technologique avec l'Occident s'intensifie.

    Le 9 mai, le ministère américain du commerce a publié une liste actualisée des contrôles à l'exportation, sur laquelle figurent 22 des principaux acteurs chinois de la recherche et de l'industrialisation quantiques. Cette décision a été qualifiée de « sans précédent » par les physiciens chinois. La liste, officiellement appelée « Entity List », met à l'index la quasi-totalité des principaux atouts du pays en matière de recherche sur l'information quantique.

    Selon le South China Morning Post, cette liste noire pourrait amener les États-Unis à se montrer plus stricts dans « l'octroi de visas aux étudiants chinois dans les domaines liés aux STIM ». En outre, les chercheurs chinois pourraient faire l'objet d'un examen plus approfondi lorsqu'ils tentent de faire publier leurs résultats dans des revues universitaires telles que Nature.

    Faire progresser les capacités quantiques

    Origin Quantum, l'épine dorsale de la recherche chinoise en informatique quantique et de ses applications industrielles, figure également sur la liste des sanctions. Fondée en 2017 par les physiciens quantiques Guo Guoping et Guo Guangcan de l'Université des sciences et technologies de Chine, l'entreprise a collaboré avec le 40e Institut de recherche du Groupe de technologie électronique de Chine pour créer le module.

    Au début de l'année, l'ordinateur quantique développé indépendamment par Origin Quantum, Origin Wukong, a été ouvert aux utilisateurs du monde entier, avec un puissant « bouclier anti-attaques quantiques ». Cette initiative a surpris, car les ordinateurs quantiques américains ne sont pas accessibles aux utilisateurs chinois.

    Nommé d'après le roi singe de la mythologie chinoise, l'Origin Wukong, l'ordinateur quantique le plus avancé de Chine, est désormais doté de nouvelles méthodes de chiffrement conçues pour remplacer les systèmes de cryptographie à clé publique conventionnels, tels que RSA.

    Selon l'agence de presse étatique China News Agency, Origin Wukong a réalisé plus de 183 000 tâches de calcul quantique.

    Conclusion

    Cette percée est une réponse directe aux restrictions imposées par les États-Unis et marque une étape importante vers la réduction de la dépendance de la Chine vis-à-vis des autres nations. Elle souligne également la résilience et la rapidité d’adaptation de la recherche scientifique chinoise face aux défis géopolitiques actuels.

    Source : South China Morning Post

    Et vous ?

    Quelles implications cette avancée dans l’informatique quantique pourrait-elle avoir sur l’équilibre géopolitique mondial ?
    Comment les autres pays réagiront-ils à cette percée chinoise et comment cela pourrait-il influencer leurs propres recherches en informatique quantique ?
    Quels sont les avantages et les inconvénients de l’autosuffisance technologique dans des domaines aussi pointus que l’informatique quantique ?
    En quoi cette réalisation de la Chine pourrait-elle changer la donne pour les entreprises et les investisseurs dans le secteur de la technologie quantique ?
    Quelles sont les implications éthiques et de sécurité liées à l’utilisation de l’informatique quantique dans le contexte géopolitique actuel ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

Discussions similaires

  1. Réponses: 3
    Dernier message: 26/03/2020, 14h15
  2. Réponses: 9
    Dernier message: 24/09/2019, 16h19
  3. Réponses: 0
    Dernier message: 20/09/2016, 20h33
  4. Réponses: 5
    Dernier message: 15/03/2015, 19h45
  5. Réponses: 2
    Dernier message: 23/07/2014, 21h17

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo