Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Communiqués de presse

    Avis d'Expert : Télétravail, dématérialisation, les entreprises vont-elles enfin sauter le pas en masse ?
    Télétravail, dématérialisation, les entreprises vont-elles enfin sauter le pas en masse ?
    Jean-Marc Delesalle, Directeur général de Xelians Digital, branche digitale du groupe Xelians, leader français de l’archivage physique, de la gestion documentaire et de l’information

    La crise sanitaire que nous vivons actuellement a été un accélérateur et un révélateur du retard de beaucoup d’entreprises quant à la mise en place de la dématérialisation et du travail collaboratif à distance. En effet, le confinement les a obligées à se réorganiser en urgence pour garder leur activité à flot et a mis en exergue les retards pris par certaines d’entre elles. La France avait déjà dû faire face, depuis 2018, à beaucoup d’évènements (manifestations, grèves successives…) mettant au jour la nécessité de repenser sa manière de travailler en trouvant des solutions permettant la continuité des activités à distance. D’autre part, beaucoup d’entreprises fonctionnent d’ores et déjà sur des sites distants, avec des fuseaux horaires différents ou des équipes mobiles sans cesse en mouvement ; la dématérialisation est pour elles un atout majeur. Espérons que l’on tire de cette crise du COVID-19, des éléments pour travailler autrement dans le futur.

    C’est une petite révolution que s’apprête à vivre la France au niveau de son économie. La crise sans précédent liée au COVID-19 va amener nombre d’entreprises à une prise de conscience sur leur organisation et sur le fait que l’efficience n’est pas incompatible avec le travail à distance.


    Le fonctionnement à distance a permis d’assurer la continuité du service des entreprises en présentant de nombreux avantages, mais pas de télétravail sans dématérialisation !

    Si celle-ci a été prise en compte dans beaucoup de sociétés, nombreuses sont celles qui, notamment dans les grands groupes et contrairement à toute attente, freinent encore des quatre fers. En effet, le télétravail présente des bénéfices qui ne peuvent que profiter à l’entreprise : des employés moins fatigués, plus réactifs et surtout qui trouvent un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie familiale (en tout cas une fois les écoles rouvertes), bref plus épanouis. Et nous savons à quel point avoir des employés impliqués et motivés est essentiel à la bonne marche d’une entreprise.


    Souvent motivée par des raisons de confidentialité et de sécurité, cette réticence à épouser la transformation digitale a montré l’impact négatif qu’elle pouvait avoir sur la bonne marche de l’entreprise durant cette crise. Ces mêmes groupes sont soudain devenus plus ouverts aux solutions pouvant favoriser la collaboration à distance, au premier chef desquelles la dématérialisation.


    Des solutions pour tous types d’entreprises

    Aujourd’hui, la dématérialisation est déjà largement maîtrisée par les entreprises qui ont déployé des solutions de gestion électronique documentaire (GED), d’archivage électronique, de SaaS ou encore de courrier dématérialisé, mais l’expérience utilisateur est souvent faussée, car il leur manque certaines clefs pour exploiter totalement le potentiel de ces outils.

    Ces solutions s’adaptent aux besoins des sociétés, quels que soient leur taille ou leurs domaines d’activités. Et surtout, elles facilitent une continuité de l’activité sans être dépendant de support ou de localisation physique. C’est pourquoi une entreprise spécialiste dans ce domaine est nécessaire pour accompagner de bout en bout ces entreprises souhaitant prendre le virage du digital tout en améliorant son efficacité. Statistiquement la mise en place d’une solution de GED et de numérisation de document bien adaptée permet aux entreprises un gain en réactivité et en efficacité compris entre 30 % et 50 %.


    La crise actuelle a permis à nombre d’entreprises de s’apercevoir que, contrairement à ce qu’elles pouvaient penser, télétravailler ne se résumait pas à la mise à disposition pour certains collaborateurs de smartphones et d’ordinateurs portables. Sans une infrastructure pensée et conçue autour de la dématérialisation, les systèmes mis en place ne sont en fait que des rustines qui ne peuvent assurer un maintien optimum de l’activité.


    De plus, les entreprises matures ont eu l’occasion de démontrer que la dématérialisation permet une gestion plus fiable des documents (accès, exploitation, etc.) au service d’une réactivité accrue et permet surtout aux utilisateurs de se reconcentrer sur leur cœur de métier et sur les tâches à valeur ajoutée, tout en réduisant considérablement les risques d’oubli et d’erreur.

    Tirez des leçons de la crise

    La France, qui est l’un des pays les plus actifs sur la protection des données et la confidentialité, est la plus à même à proposer des solutions sur-mesure qui répondraient à la fois aux besoins des entreprises et à la problématique de sécurité des données qui est inhérente à chaque secteur.


    Les sociétés spécialisées dans le domaine de la dématérialisation sont la clef de voûte non seulement d’une reprise de l’économie, mais également d’une anticipation des prochaines crises éventuelles qui pourraient à nouveau impacter l’économie et mettre le pays à l’arrêt.


    Les solutions existent. Les applications abondent. Mais il est important de se faire accompagner, car les besoins sont différents en fonction de chaque entreprise. Avoir une solution adaptée est primordial au bon fonctionnement de son activité.

    Il est désormais l’heure de sauter le pas et d’adopter les bonnes pratiques et les bons réflexes pour se doter d’un tissu industriel agile et résilient.



    La société Xelians

    Xelians (Ex Groupe Archiveco) est un acteur dans l’externalisation et la gestion d’archives physiques et électroniques et la gestion de l’ensemble des fonds documentaires quelle que soit sa forme. C'est 5 sociétés (Locarchives, Archiveco, Maarch, CD-Doc et Scan Eco) et 40 années d’expertise.

    Source : Jean-Marc Delesalle, Directeur général de Xelians Digital, branche digitale du groupe Xelians, leader français de l’archivage physique, de la gestion documentaire et de l’information

    Et vous ?

    Pensez-vous que le télétravail est le mode de travail du futur ?
    Le télétravail vous permet-il vraiment d'être plus efficace ?
    La dématérialisation peut-elle vraiment pallier la présence physique au bureau et remplacer les hardware sur le long terme?
    Publication de communiqués de presse en informatique. Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Membre éprouvé
    Je ne veux pas être rabat-joie, mais en France, chasse le naturel et il revient au galop. Une fois passé la peur du virus, je pense que 99% des patrons voudront voir leur moutons sous leur yeux, parce qu'une personne que l'on ne voit/surveille pas par définition ne bosse pas. C'est malheureux mais c'est comme cela en France, on a du mal à progresser au niveau humain. La plupart des patrons et chefaillons qui vont voir leurs privilèges de chefs et leur influence disparaître vont paniquer et vont vouloir l'organisation à l'ancienne, et rebelote, on vas se retrouver comme avant le confinement. Ils sortiront certainement l'argument du "il y a des abus", "faut combattre les abus", "les gens ne sont pas disciplinés", "on ne peut pas contrôler à distance" ... "il parait que..."...
    Et je suis prêt à prendre les paris !!!
    http://www.pocketmt.com GLCD Font Creator home site.

  3. #3
    Membre régulier
    Citation Envoyé par octal Voir le message
    Je ne veux pas être rabat-joie, mais en France, chasse le naturel et il revient au galop. Une fois passé la peur du virus, je pense que 99% des patrons voudront voir leur moutons sous leur yeux, parce qu'une personne que l'on ne voit/surveille pas par définition ne bosse pas. C'est malheureux mais c'est comme cela en France, on a du mal à progresser au niveau humain. La plupart des patrons et chefaillons qui vont voir leurs privilèges de chefs et leur influence disparaître vont paniquer et vont vouloir l'organisation à l'ancienne, et rebelote, on vas se retrouver comme avant le confinement. Ils sortiront certainement l'argument du "il y a des abus", "faut combattre les abus", "les gens ne sont pas disciplinés", "on ne peut pas contrôler à distance" ... "il parait que..."...
    Et je suis prêt à prendre les paris !!!
    Pareil, je n'y crois pas une seconde.
    J'ai des ex-collègues qui me disent qu'ils ont repris le full présentiel depuis le 11 mai. ESN ou client final...

    En ce moment je suis au chômage, et passe pas mal d'entretiens... (une bonne trentaine d'entreprises au compteur depuis le début du confinement).
    Je pose systématiquement la question du télétravail après confinement.

    Pour les ESN la réponse est claire : PAS DE TELETRAVAIL ! Car c'est le client qui choisit, point final.
    Pour les entreprises "client final" PME ou grande entreprise, elles envisagent de passer de 0 à 1-2 jours par semaine, encore une fois, au cas par cas (c'est à dire qu'il faudra surement faire des sacrifices lors de l'entretien individuel annuel).
    Celles qui pratiquaient déjà du télétravail accordent 1j de + par semaine en général, mais toujours en respectant la règle de "venir au moins 1j par semaine".

    Pour moi et d'après les retours que j'ai eu, il n'y a que les startups qui proposent du full remote. Et elles ne sont clairement pas légion...

  4. #4
    Membre du Club
    Il faudrait qu’une loi soit créee (ce qui ne feront pas), afin d'obliger les entreprises (celles qui le peuvent) au télétravail (partiel). Il en va de la survie de notre planète... Nous avons vu les taux de pollutions baisser pendant les confinements
    Malheureusement nous sommes gouvernée par des politiciens corrompus par les lobbies (Total, les constructeurs de voitures etc...et j'en oublie tellement). Il faut donc que l'ont achètes des voitures, et du carburant.
    Et maintenant une nouvelle prime pour les voitures électrique s(le bilan carbone d'un véhicule et loin d'être neutre) (et EDF augmente ses tarifs de 6% en même temps), mais c'est vrai il faut que l'on consomme encore et encore...Il faut de la croissance... infinie.
    Il faut que les Français soit asservis par le métro boulot dodo (vie stressante => une consommateur de médicament) ... comme ça il ne se plaint pas et continue d'être un gentil mouton qui consomme...des besoins parfois bien artificiels.

    Pourtant le télétravail permettrait de redonner du temps au gens, et le temps et plus précieux que le reste...

    Une 6eme république forte est plus que nécessaire. Dans celle-ci on condamnerai les politiciens qui fraudent, ou qui fricote avec les lobbies à de lourde peine, et on reconnaîtrait le vote blanc à sa juste valeur (Si personne n'est élu, on recommence les élections avec des nouvelles têtes par exemple car cela signifie qu'aucuns des candidats ne correspondaient au peuple Français). On préfère diviser le peuple avec des débat politiques gauche droite, mais n'y a t-il pas de bonnes idées dans tous les camps ?

    Bref mon coup de gueule, mais la colère grandit en moi
    La croissance infinie dans un monde fini n'est pas possible (Aurélien Barrau)

  5. #5
    Membre confirmé
    Citation Envoyé par jacjac Voir le message
    Pareil, je n'y crois pas une seconde.
    J'ai des ex-collègues qui me disent qu'ils ont repris le full présentiel depuis le 11 mai. ESN ou client final...

    En ce moment je suis au chômage, et passe pas mal d'entretiens... (une bonne trentaine d'entreprises au compteur depuis le début du confinement).
    Je pose systématiquement la question du télétravail après confinement.

    Pour les ESN la réponse est claire : PAS DE TELETRAVAIL ! Car c'est le client qui choisit, point final.
    Et plus surprenant, ce sont parfois les mêmes clients qui l'ont acceptés depuis la mi-mars !
    Quand un client accepte déjà qu'une équipe d'une entreprise travaille pour lui à distance, avec des connexions sécurisées, avec un matériel dédié, que le salarié soit chez lui ou sur site de l'ESN, peu lui importe au final ...


    Citation Envoyé par jacjac Voir le message
    Pour les entreprises "client final" PME ou grande entreprise, elles envisagent de passer de 0 à 1-2 jours par semaine, encore une fois, au cas par cas (c'est à dire qu'il faudra surement faire des sacrifices lors de l'entretien individuel annuel).
    Celles qui pratiquaient déjà du télétravail accordent 1j de + par semaine en général, mais toujours en respectant la règle de "venir au moins 1j par semaine".

    Pour moi et d'après les retours que j'ai eu, il n'y a que les startups qui proposent du full remote. Et elles ne sont clairement pas légion...
    Pareil, je n'y crois pas non plus malheureusement. Très vite le présentéisme va revenir en force ... juste plus de 2 mois que les télétravailleurs(euses) font la preuve qu'un travail peut être assuré malgré ces conditions. Et ... rien ...

    Par ailleurs je suis quand même contre le 100% en télétravail. Il faut un contact physique à un moment donné. Alors pas forcément 1j obligatoire par semaine, mais se réunir de temps en temps pour :
    - des team buildings,
    - des formations,
    - des démarrages de projets,
    - des entretiens de suivi avec les RH,
    etc ...

    Toutes ces activités me paraissent fort intéressantes, mais venir faire en présentiel ce qui peut être fait à distance est une aberration complète.

  6. #6
    Membre confirmé
    Citation Envoyé par hadmagic Voir le message
    Il faudrait qu’une loi soit créee (ce qui ne feront pas), afin d'obliger les entreprises (celles qui le peuvent) au télétravail (partiel). Il en va de la survie de notre planète... Nous avons vu les taux de pollutions baisser pendant les confinements
    Malheureusement nous sommes gouvernée par des politiciens corrompus par les lobbies (Total, les constructeurs de voitures etc...et j'en oublie tellement). Il faut donc que l'ont achètes des voitures, et du carburant.
    Et maintenant une nouvelle prime pour les voitures électrique s(le bilan carbone d'un véhicule et loin d'être neutre) (et EDF augmente ses tarifs de 6% en même temps), mais c'est vrai il faut que l'on consomme encore et encore...Il faut de la croissance... infinie.
    Il faut que les Français soit asservis par le métro boulot dodo (vie stressante => une consommateur de médicament) ... comme ça il ne se plaint pas et continue d'être un gentil mouton qui consomme...des besoins parfois bien artificiels.

    Pourtant le télétravail permettrait de redonner du temps au gens, et le temps et plus précieux que le reste...

    Une 6eme république forte est plus que nécessaire. Dans celle-ci on condamnerai les politiciens qui fraudent, ou qui fricote avec les lobbies à de lourde peine, et on reconnaîtrait le vote blanc à sa juste valeur (Si personne n'est élu, on recommence les élections avec des nouvelles têtes par exemple car cela signifie qu'aucuns des candidats ne correspondaient au peuple Français). On préfère diviser le peuple avec des débat politiques gauche droite, mais n'y a t-il pas de bonnes idées dans tous les camps ?

    Bref mon coup de gueule, mais la colère grandit en moi
    Sans aller jusqu'au grand Soir, avec des lendemains qui déchantent, quelques "trucs" simples pourraient être mis en place comme :
    - une exemption progressive de charges sociales pour chaque jour de télétravail à partir du 3ème,
    - accroissement des taxes sur le tabac pour financer les exemptions de taxe pour la sécu,
    - accroissement des pistes cyclables en ville, accompagné d'incitation fiscale pour acheter un vélo
    - suppression des primes pour la voiture électrique. Pourquoi ? le bilan carbone global n'est pas fameux. D'où vient l'électricité nécessaire par exemple ...

    Après pour la consommation et les besoins artificiels, je ne sais pas trop ce que l'on pourrait faire. Quand on voit des files d'attente pour consommer un hamburger, quand on voit les gens "heureux" de se précipiter dans les grands magasins réouverts, c'est à désespérer mais je suis peut être trop pessimiste

  7. #7
    Membre du Club
    Citation Envoyé par tpericard Voir le message
    Sans aller jusqu'au grand Soir, avec des lendemains qui déchantent, quelques "trucs" simples pourraient être mis en place comme :
    - une exemption progressive de charges sociales pour chaque jour de télétravail à partir du 3ème,
    - accroissement des taxes sur le tabac pour financer les exemptions de taxe pour la sécu,
    - accroissement des pistes cyclables en ville, accompagné d'incitation fiscale pour acheter un vélo
    - suppression des primes pour la voiture électrique. Pourquoi ? le bilan carbone global n'est pas fameux. D'où vient l'électricité nécessaire par exemple ...

    Après pour la consommation et les besoins artificiels, je ne sais pas trop ce que l'on pourrait faire. Quand on voit des files d'attente pour consommer un hamburger, quand on voit les gens "heureux" de se précipiter dans les grands magasins réouverts, c'est à désespérer mais je suis peut être trop pessimiste

    Fort Heureusement la révolution arrive, déjà, des initiatives dans des villes en introduisant de nouvelles monnaies sont déjà la...par exemple, nous n'avons pas vraiment le choix, il faut profondément changer le système... je le répète beaucoup mais la croissance infinie dans un monde fini n'est pas possible, il y a forcement un crash.
    Le grand soir et les lendemains qui chantent certes peut être pas, mais il faut se rendre compte que l'on se fait entub** de partout, et je pense aux politiques, qui n’obéissent qu'aux lobbies et au banque.

    Il est temps de rentrer dans une logique de décroissance (cela tombe bien Arte de sortir un bon docu la dessus et en plus ce se souvent des économistes qui parlent) =>


    Je suis d'accord avec vos propositions, en effet la prime pour véhicule électrique ne sert qu'a vendre des voitures (alors que les gens en ont déjà une), des crédits, des assurances (la belle voiture, faut bien l'assurer), et de l’électricité. L'état offre un bon cadeau aux entreprises privée payé avec l'argent du contribuable.Et cet argent ne reviendra jamais.

    Les besoins artificiels c'est compliqué que vous dites...mais la malbouffe, la pollution etc... ça fait vendre des médicaments et des traitements contre le cancer et c'est bon pour le PIB
    La croissance infinie dans un monde fini n'est pas possible (Aurélien Barrau)

  8. #8
    Membre averti
    J'ai 2 stagiaires en télé-travail, mais dès que tu arrêtes de surveiller…ils sont en mode bosser 2-4 heures / jour maxi (je me suis permet d'espionner l'historique Dropbox).
    Donc je pense que le télé-travail va rester réserver à une minorité de personnes de confiance mais en aucun cas s'imposer (une personne de confiance va au contraire pouvoir mieux bosser).
    Par contre, le télé-travail pourrait remplacer le salariat par l'entrepreneuriat car les entreprises peuvent payer à la tache, ce qui empêche de faire semblant de travailler.

  9. #9
    Expert éminent sénior
    Ton raisonnement est fautif.

    Tu peux avoir une équipe qui travaille plus en télétravail, parce que suivi par un logiciel de tracking du travail, qu'une équipe au bureau, qui n'est suivi par aucun logiciel ou processus organisationnel qui évalue la qualité et la qualité du travail livré, et que le seul management se résume à aller voir l'écran des gens pour savoir s'ils sont en train de travailler ou de surfer sur des sites pornos, de faire leurs courses ou de jouer, voir de draguer.

    Une étude avait montré que pour les employés de bureaux : environ 50% du temps est utilisé pour des activités persos, ce qui est colossal (et je dirais inadmissible).
    Donc si tu as un employé en télétravail qui bosse 50% du temps, et bien c'est comme au bureau, c'est pas pire.
    Si tu as un employé qui est suivi par un logiciel de tracking, et qui bosse 100% du temps, et bien c'est deux fois mieux qu'au bureau.

    Donc le télétravail si c'est bien fait ça peut être plus performant qu'au bureau. Ne pas oublier que pour certains le trajet domicile -> bureau peut être long et fatiguant, ce qui donne un travailleur déjà fatigué quand il arrive au travail, et que radio moquette c'est aussi une grosse perte de temps au travail.

    Donc pour réussir :
    - logiciel de tracking du travail et organisation de contrôle de la quantité et de la qualité du travail livré.
    - bureau tranquille aménagé pour le télétravail et pas de gosses à garder en même temps.
    Ne prenez pas la vie au sérieux, vous n'en sortirez pas vivant ...