Microsoft ajoute le service Managed Instance sur SQL Server dans Azure,
pour faciliter la migration des charges de travail vers le cloud

Jusqu’à présent, le service SQL Database se composait de deux offres principales pour les clients de SQL Server souhaitant migrer dans le PaaS Azure : d’une part Managed Database, un service de base de données isolé et self-contained qui a des fonctionnalités de portée de base de données, d’autre part, Elastic pool, un groupe de bases de données Azure SQL partageant les mêmes ressources.

Cependant, comme l’explique Jovan Popovic, responsable de programme pour Azure SQL Database chez Microsoft, les offres de base de données SQL Azure actuelles ne fournissent pas toute l'instance SQL Server « Instance as a Service » en tant que modèle PaaS. Par conséquent, certaines fonctionnalités au niveau de l'instance dans Azure SQL Database PaaS, telles que SQL Agent ou les serveurs liés, ne sont pas prises en charge, car elles ne sont pas applicables au niveau de la base de données.

Et de préciser « Qu’actuellement, la seule façon d'obtenir l'instance SQL Server complète dans Azure est d'utiliser Azure SQL VM qui gère l'infrastructure sous-jacente (par exemple, les disques), mais qui ne dispose toujours pas de fonctionnalités SQL PaaS comme Azure SQL Database. »

Aussi, Microsoft a annoncé l’arrivée de Managed Instance, un nouveau service de base de données gérée qui représente l'instance SQL Server entièrement gérée dans le cloud Azure. Il partage le même code que la dernière version de SQL Server Database Engine et dispose des dernières fonctionnalités, améliorations de performances et correctifs de sécurité. Ce service est actuellement en préversion publique.

« Azure SQL Database Managed Instance est une instance de moteur de base de données SQL Server entièrement gérée, hébergée dans Azure et placée dans votre réseau. Il possède la plupart des fonctionnalités SQL Server 2017 (à l'exception de certaines fonctionnalités Windows en local telles que les connexions Windows ou des fonctionnalités potentiellement dangereuses telles que les procédures stockées étendues) et vous permet de mettre presque toutes les bases de données dans l'instance SQL Server locale. Chaque instance est entièrement isolée de l'autre instance client et placée dans votre sous-réseau dédié avec des adresses IP privées », a expliqué Jovan.

Managed Instance, qui vient en complément à Managed Database, est donc destinée principalement à aider les entreprises à migrer les charges de travail de base de données vers les centres de données. Ces charges de travail sont généralement essentielles à la mission, et les mises à jour de service de Microsoft visent à faciliter leur exécution dans Azure, ce qui pourrait inciter davantage de clients à déplacer leurs applications sur le cloud de l’entreprise.

D’ailleurs, en parlant de migration, Managed Instance vient faciliter la migration de vos bases de données vers Azure. La manière la plus simple de migrer la base de données est de créer une sauvegarde, de la déplacer vers le stockage Azure Blob et de restaurer la base de données sur l'instance gérée à l'aide de l’instruction standard RESTORE DATABASE …. FROM URL T-SQL. Si vous avez besoin d'un temps d'arrêt minimal pendant la migration, vous pouvez utiliser Azure Database Migration Service.

L'instance gérée vous permet de choisir le nombre de cœurs de processeur que vous souhaitez utiliser et la quantité de stockage dont vous avez besoin. Vous pouvez créer une instance gérée avec 16 cœurs et 500 Go de stockage, puis augmenter ou diminuer ces nombres en fonction de vos besoins. La modification du processeur ou du stockage peut être effectuée via le portail Azure à l'aide du curseur simple comme le montre l’image ci-dessous

Nom : reglages.png
Affichages : 967
Taille : 85,6 Ko

L'instance gérée est une ressource de votre réseau hébergée par le cloud Azure. Vous devez créer Azure VNET et un sous-réseau dédié dans lequel l'instance doit être déployée. Il existe certaines contraintes de mise en réseau pour le sous-réseau/sous-réseau VNET que vous devez examiner avant de créer une instance gérée.

Il n'y a pas d'adresse IP publique dédiée à l'instance gérée. Seules les applications du réseau client peuvent accéder à l'instance gérée. En outre, vos administrateurs réseau ont le contrôle total et peuvent configurer l'accès à l'instance gérée à l'aide de méthodes standard telles que les groupes de sécurité réseau et les pare-feu.

Les utilisateurs de MySQL peuvent tester Managed Instance sur le cloud public de Microsoft. Pour l’instant, le service est disponible sur 20 régions Azure dont l’Europe du Nord et de l’Ouest.

Côté facturation, il y avait jusque-là deux niveaux : facturation de base et Standard. Le niveau de base est maintenu, le niveau Standard est renommé « Usage général » et un niveau premium est ajouté sous le nom de « Mémoire optimisée » pour les charges de travail nécessitant des performances in-memory plus rapides. Microsoft détaille ces niveaux tarifaires sur son site : à partir de 0,017 €/heure pour un cœur pour Database pour MySQL et pour Database pour PostgreSQL.

Au passage, rappelons que Microsoft organise deux webinars gratuits sur sa plateforme cloud Azure les 20 mars et 3 avril prochains

S'inscrire au webinar sur Remote Desktop Services (20 mars 2018)
S'inscrire au webinar sur Azure Migrate (3 avril 2018)

Source : Microsoft, tarification MySQL, tarification PostgreSQL

Voir aussi :

Microsoft ouvre officiellement quatre datacenters en France et prévoit d'en ouvrir d'autres en Allemagne, en Suisse et aux EAU