Microsoft annonce la version bêta des outils Visual Studio 2017 pour Azure Functions
afin de consommer les ressources Azure avec des fonctions

Avec la montée en puissance du cloud computing, les entreprises, particuliers et autres entités peuvent désormais profiter des ressources importantes qu’elles ne pouvaient s’offrir auparavant pour créer, déployer et gérer leurs applications sur les plateformes distantes via internet.

Parmi les différents acteurs engagés dans cette guerre sans partage pour la fourniture des meilleures offres sur le marché, nous avons en seconde position après l’AWS d’Amazon, Microsoft Azure qui au fil des mois n’a de cesse de gagner du terrain. Selon Canalys, l’entreprise d’analyse du marché des technologies, Microsoft a presque doublé sa part de marché au cours de trois premiers mois de cette année 2017, avec une croissance de 93 %.

Aussi, pour améliorer davantage son offre cloud, Microsoft met à la disposition des entreprises et des particuliers Azure Functions également appelées Serverless Computing ou encore traitement informatique « sans serveur ». Généralement, Azure computing permet d’exécuter des applications et services persistants sur la plateforme cloud. Avec Azure Funtions, l’on utilise toujours le principe de client serveur, mais l'on n’a pas un processus dédié lors de l’exécution du service ou de l’application. Cette solution permet d'utiliser les ressources Azure en utilisant des fonctions conçues par le développeur afin d'exécuter et consommer les ressources cloud uniquement lorsque des évènements sont déclenchés à partir de ces fonctions. Pour cela, le développeur concevra la partie front-end de son application et utilisera un code réduit (fonctions) pour le côté back-end qui déclenchera des évènements qui vont utiliser des ressources du cloud.

L’avantage avec cette solution est que l’utilisateur ne paie que pour les ressources qu’il utilise. Ainsi, lorsqu’une fonction déclenchera un évènement qui entraînera l’utilisation d’une ressource dans le cloud Azure, il ne paiera que pour la ressource consommée dont le prix est fixé en fonction de la durée d’exécution du code (en millisecondes) sur la plateforme Azure. Ainsi, si vous avez par exemple une application ASP qui exécute du code sur Azure, vous ne payerez que pour la partie du code qui va nécessiter l’exécution des ressources cloud. Un autre avantage avec Azure Functions est que les développeurs n’ont pas à se préoccuper de la configuration des serveurs ou des machines virtuelles, ou encore pourront facilement déployer les mises à jour.

Avec Azure Functions, il est possible de réaliser les mêmes actions que l’on pourrait faire avec les applications cloud traditionnelles, comme invoquer un service HTTP, interagir avec une application ASP, déclencher des évènements à partir de fichiers, documents, des images, des notifications, etc. La différence avec les autres applications cloud persistantes est que l’application exécutant la fonction Azure n’utilise pas en permanence les ressources cloud, mais juste lorsqu’un évènement le nécessite. Lorsqu’un utilisateur utilisera par exemple une application pour téléverser une image sur la plateforme Azure, le code chargé de récupérer l’image et de l’envoyer sur le cloud sera celui qui sera pris en compte dans la facturation par Microsoft.

Depuis quelques mois, Visual Studio 2017 est disponible en version stable et les équipes de Microsoft sont à pied d’œuvre pour faire converger ses outils vers son environnement de développement intégré. Et les outils Visual Studio pour Azure Functions ne sont pas en reste. En effet, Microsoft vient de sortir la première préversion (version bêta) de l’extension Azure Functions pour Visual Studio 2017.

Pour l’utiliser, il faut bien évidemment avoir installé Visual Studio 2017 au préalable. Une fois cela effectué, il faut télécharger l’extension Azure Functions pour Visual Studio 2017 et l'installer. Dans Visual Studio 2017, il faudra créer un projet cloud en choisissant Azure Functions. Lorsque le projet Azure Functions est créé, il vous est possible de créer autant de fonctions Azure à intégrer dans les applications que vous souhaitez en faisant un clic droit sur le nom du projet et en cliquant sur Azure Functions dans le menu qui apparaît.

Ensuite, vous sélectionnez Azure Functions dans la liste des éléments qui apparaît dans la fenêtre et cliquez sur le bouton Ajouter. Dans la nouvelle fenêtre qui apparaît, vous sélectionnez la fonction que vous voulez créer à partir de la liste des fonctions prédéfinies disponibles (Blob Triggers, Event Hub Triggers, Generic Webhook, GitHub Webhook, HTTP Triggers, Queue Triggers, Service Bus Topic Triggers, and Timer Triggers) et vous cliquez sur Créer après l’avoir nommée.

Nom : AzureFunction.jpg
Affichages : 769
Taille : 56,8 Ko

En créant une nouvelle fonction Azure, Visual Studio 2017 génère le code de la fonction. Il appartient à chaque développeur de personnaliser ce code en fonction de ses besoins. Pour achever le travail entamé, le développeur doit exécuter ce code dans Visual Studio. Dans la fenêtre qui apparaît, il copie la fonction générée qui apparaît à la fin de la fenêtre qu’il peut tester en la collant dans la barre d’adresse d’un navigateur et en l’exécutant. Et une fois que la fonction est opérationnelle, l’on peut maintenant la publier sur Azure en publiant le projet entier sur la plateforme cloud de Microsoft.

Les outils d’Azure Functions sont supportés par les langages F#, C#, Node.JS, Python et PHP, batch, bash, ou n’importe quel exécutable et prend en charge l’intégration d’un nombre de services tiers. Le runtime Azure Functions est open source et disponible sur Github.

Toutefois, Microsoft doit afficher de solides arguments face à la concurrence qui dispose également des outils similaires avec AWS Lambda d’Amazon et Google Cloud Functions pour Google.

Créez votre compte et testez les services Azure gratuitement

Source : Blog MSDN

Et vous ?

Avez-vous testé ces outils Azure Functions ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi

Azure Data Lake Tools est maintenant disponible pour Visual Studio Code, ce toolkit apporte un éditeur de code pour le traitement de scripts U-SQL
Microsoft met à jour la préversion technique d'Azure Stack et lui apporte de nouvelles fonctionnalités comme Azure App Service


La Rubrique Windows Azure, Forum Windows Azure, Forum Cloud Computing