IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

Android Discussion :

Apostrophy OS pourrait être l'avenir de la protection de la vie privée sur les smartphones


Sujet :

Android

  1. #1
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Bruno
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Mai 2019
    Messages
    1 788
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Produits et services télécom et Internet

    Informations forums :
    Inscription : Mai 2019
    Messages : 1 788
    Points : 35 518
    Points
    35 518
    Par défaut Apostrophy OS pourrait être l'avenir de la protection de la vie privée sur les smartphones
    Apostrophy OS pourrait être l'avenir de la protection de la vie privée sur les smartphones,
    le passage à Apostrophy OS pourrait être entravé par son coût

    Le système d'exploitation Apostrophy OS se présente comme une solution novatrice pour garantir la protection de la vie privée sur les smartphones, s'éloignant du modèle traditionnel de collecte de données pratiqué par des géants tels que Google. Face aux préoccupations croissantes concernant la surveillance constante des utilisateurs par Android, Apostrophy OS propose une alternative axée sur l'autonomisation des utilisateurs et la protection de leurs données. Apostrophy OS se présente comme une solution novatrice pour répondre aux préoccupations croissantes liées à la surveillance des utilisateurs par les géants tels que Google.

    Le système d'exploitation cherche à s'éloigner du modèle traditionnel de collecte de données en mettant l'accent sur l'autonomisation des utilisateurs et la protection de leurs données. L'initiative propose une alternative, mais elle soulève également des questions et des considérations. Une des questions clés soulevées est de savoir si les utilisateurs seraient prêts à payer une redevance mensuelle de 15 dollars pour éviter la surveillance et la collecte de données par Android, mettant en lumière le coût souvent méconnu de l'utilisation des services « gratuits ». Google est accusé de tromper les consommateurs en obtenant l'accès à leurs données de localisation, même lorsque ceux-ci tentent de désactiver le suivi.

    Nom : aspofy.jpg
Affichages : 6621
Taille : 17,4 Ko

    Google est la plus grande société de publicité numérique au monde. Elle fournit également le premier navigateur Web, la première plateforme mobile et le premier moteur de recherche dans le monde. La plateforme vidéo, le service de messagerie et l'application de cartographie de Google comptent chacun plus d'un milliard d'utilisateurs actifs mensuels. Google utilise l'énorme portée de ses produits pour collecter des informations détaillées sur les habitudes des internautes, qu'il utilise ensuite pour les cibler avec des publicités payantes. Les revenus de Google augmentent considérablement à mesure que la technologie de ciblage et les données sont affinées. Google collecte les données des utilisateurs de différentes manières :

    • Google collecte les données par des méthodes actives : l'utilisateur communiquant directement et consciemment des informations à Google, par exemple en se connectant à l'une de ses applications les plus utilisées, telles que YouTube, Gmail, etc ;
    • Google collecte également les données par des méthodes passives : par laquelle une application est configurée pour recueillir des informations pendant son exécution, éventuellement à l'insu de l'utilisateur.

    Citation Envoyé par Apostrophy
    Les données d'une personne sont la monnaie numérique originale. Le logiciel d'Apostrophy est axé sur l'autonomisation de nos utilisateurs, et non sur leur exploitation, afin qu'ils contrôlent la façon dont ils vivent leur vie mobile, selon leurs conditions.

    Nous sommes délibérément basés en Suisse, afin de pouvoir être les champions de la souveraineté des données, en offrant une alternative pour les appareils connectés dans un contexte de préoccupations croissantes en matière de monétisation des données. Nous promouvons le consentement éthique et transparent des utilisateurs, développé par une équipe qui a une longue expérience de l'innovation dans le domaine de la téléphonie mobile.

    Apostrophy OS est une implémentation sur mesure au niveau du système d'exploitation, intégrée en partenariat avec un smartphone OEM (Original Equipment Manufacturer). Bien que les services d'Apostrophy soient globalement disponibles pour toutes les plateformes informatiques, ils sont particulièrement adaptés pour travailler main dans la main avec le système d'exploitation d'un smartphone.

    Le cycle de développement de chaque smartphone équipé d'Apostrophy est géré et approuvé en Suisse par une équipe interne d'experts en développement de produits, en fabrication, en chaîne d'approvisionnement mondiale, en confidentialité des données et en cybersécurité.

    Le système d'exploitation Apostrophy OS est unique en ce sens que l'expérience de l'utilisateur est divisée en segments cloisonnés qui donnent la priorité à l'intégrité des applications et à la confidentialité des données personnelles. Les utilisateurs peuvent accéder à un magasin d'applications dédié, utiliser des mises à jour logicielles en direct partout dans le monde, personnaliser leur réseau privé virtuel (VPN) sur l'appareil et se rassurer en sachant que leur courrier électronique, leur calendrier, leurs contacts et d'autres informations personnelles sont stockés en toute sécurité en Suisse.
    Apostrophy OS, basé en Suisse, cherche à remédier à cette problématique en créant un système d'exploitation délibérément orienté vers la protection de la vie privée. En partenariat avec GrapheneOS, il se distingue en séparant les applications de l'architecture sous-jacente du système d'exploitation, empêchant ainsi un accès non autorisé aux données sensibles, notamment la localisation.

    Dans le cadre de campagnes publicitaires à travers diverses plateformes, l'entreprise a assuré aux consommateurs que la confidentialité sur leurs iPhones était une priorité, utilisant des slogans tels que « Privacy. C'est l'iPhone ». Cependant, malgré les efforts considérables d'Apple pour garantir la sécurité matérielle et, dans certains cas, logicielle, des experts estiment que l'entreprise pourrait faire plus pour protéger les données des utilisateurs contre un accès indésirable, notamment de la part des forces de l'ordre.

    Les préoccupations croissantes autour de la collecte de données personnelles

    Ces dernières années, les autorités ont de plus en plus utilisé les données stockées par les entreprises technologiques dans le cadre d'enquêtes et de procédures judiciaires, suscitant des inquiétudes parmi les experts et les défenseurs des droits civiques. Dans l’exemple des États-Unis, ces préoccupations ont été exacerbées par l'extension de l'accès des autorités aux informations numériques des consommateurs, potentiellement en violation des protections du quatrième amendement contre les perquisitions abusives, surtout dans un contexte où des comportements autrefois protégés sont criminalisés dans certains États, comme l'accès à l'avortement.

    Caitlin Seeley George, directrice des campagnes et directrice générale de Fight for the Future, un groupe de défense des droits numériques, souligne l'importance pour des entreprises comme Apple de se préparer à refuser les demandes des forces de l'ordre ou à déclarer leur impossibilité de les satisfaire, en utilisant des techniques tels que le chiffrement de bout en bout.

    Bien qu'Apple publie des rapports de transparence montrant qu'elle a coopéré avec les forces de l'ordre dans 90 % des cas au cours du premier semestre 2021, elle a également contesté ou rejeté quelques demandes. Toutefois, le taux de réponse positive d'Apple reste comparable, voire légèrement supérieur, à celui de ses homologues tels que Facebook et Google. Certains estiment que cela s'explique par la quantité relativement modeste de données que collecte Apple par rapport à d'autres acteurs du secteur, mettant en lumière la différence de modèle commercial axé sur la collecte de données.

    La société de puces pour téléphones Android, Qualcomm, aurait secrètement collecté des données privées d'utilisateurs, selon une étude de Nitrokey. Les puces de Qualcomm sont présentes dans environ un tiers des appareils Android, dont ceux de Samsung et d'Apple. L'étude affirme que ces puces téléchargent les données des utilisateurs vers un cloud appartenant à l'entreprise, sans leur consentement.

    Comme l'indique la politique de confidentialité de l'entreprise, Qualcomm peut collecter plusieurs types de données à partir du téléphone d'un utilisateur. Cette liste comprend :
    • ID unique
    • Nom du chipset
    • Numéro de série du chipset
    • Version du logiciel XTRA
    • Code du pays de la téléphonie mobile
    • Code du réseau mobile (permettant d'identifier le pays et l'opérateur sans fil)
    • Type de système d'exploitation et version
    • Marque et modèle de l'appareil
    • Temps écoulé depuis le dernier démarrage du processeur d'application et du modem
    • Liste des logiciels présents sur l'appareil
    • l'adresse IP.

    Les experts soulignent que cela pourrait violer le règlement général sur la protection des données (RGPD). Qualcomm répond en affirmant que la collecte est conforme à sa politique de confidentialité, notamment pour le service GPS assisté (A-GPS).

    Le modèle Freemium de Google : quand la gratuité se paie en données personnelles

    Google adopte la stratégie Freemium, qui combine des offres gratuites et payantes. Le terme "Freemium" résulte de la fusion de « free » (gratuit) et « premium » (qualifiant une offre payante haut de gamme). Cette approche propose une première offre gratuite avec des limitations, nécessitant une version payante pour un accès complet. D'un point de vue économique, le modèle Freemium implique une majorité d'utilisateurs bénéficiant du service gratuit (free), tandis qu'une minorité payante (premium) subventionne l'ensemble. L'équilibre entre ces deux groupes est crucial.

    Une étude sur Google Play, analysant 711 applications, indique que la stratégie Freemium est liée à une augmentation des ventes d'applications payantes. Une évaluation positive de la version gratuite stimule les ventes de la version payante, mais la visibilité du gratuit n'a pas d'impact significatif. Ainsi, une offre gratuite de qualité est cruciale pour stimuler les ventes de la version payante.

    Cependant, chez Google, la gratuité peut impliquer des coûts en termes de vie privée et de données personnelles. Google, en tant que champion du capitalisme de surveillance, génère des revenus en traçant et surveillant les utilisateurs. Des actions en justice l'accusent d'avoir trompé les consommateurs sur la collecte de leurs données de localisation, avec des accusations remontant à 2014. Malgré les efforts des utilisateurs pour désactiver le suivi, Google continue d'intercepter des données personnelles, illustrant les compromis inhérents au logiciel Android "gratuit" sur les smartphones.

    L'équilibre délicat entre protection de la vie privée et accessibilité

    Apostrophy, le créateur du système d'exploitation Apostrophy OS, affirme que « les données d'une personne sont la monnaie numérique originale ». Basé sur Android, mais purgé de l'intrusion de Google grâce à GrapheneOS (anciennement CopperheadOS), ce système vise à autonomiser les utilisateurs plutôt qu'à les exploiter. Délibérément établi en Suisse pour défendre la souveraineté des données, Apostrophy OS isole les applications de l'architecture sous-jacente, empêchant ainsi l'accès à des données personnelles telles que la localisation, cruciales pour le capitalisme de surveillance.

    Le MC02 ne sera pas équipé du Play Store à la livraison, mais l'assistant GMS d'Apostrophy (Google Mobile Services) guidera le client dans la configuration ultérieure du Google Play Store. Une fois configuré, il fonctionnera comme sur n'importe quel autre téléphone Android. Pendant la démo, j'ai installé l'application de messagerie cryptée Signal, et le processus était similaire à celui du Play Store standard. Apostrophy protège cependant les données des utilisateurs contre la monétisation, assurant que seuls les développeurs d'applications, et non des tiers tels que Google, échangent des données générées par les applications Android. L'application d'un développeur ne peut pas suivre l'utilisation que vous faites des applications d'autres entreprises, une démarche similaire à l'App Tracking Transparency d'Apple dans iOS.

    L'abonnement à Apostrophy sera facturé à environ 18 dollars, avec un an de service gratuit inclus à l'achat du téléphone chez Punkt. Le smartphone propose également un VPN intégré appelé Digital Nomad, basé sur le framework open-source Wireguard, pour sécuriser l'activité contre l'espionnage extérieur. Le VPN offre des « adresses de sortie » aux États-Unis, en Allemagne et au Japon avec l'abonnement de base.

    Apostrophy intègre un outil Ledger permettant aux utilisateurs de régler l'accès global d'une application à leurs données via un cadran à l'écran. Cette fonctionnalité comprend également une option de « réduction des émissions de carbone » évaluant la consommation d'énergie d'une application sans spéculation sur son mode de génération.

    Bien qu'Apostrophy s'engage à fournir des mises à jour logicielles pendant cinq ans, il précise que les équipementiers tels que Punkt. seront responsables de ces mises à jour. Bien que cette période soit inférieure aux huit ans de mises à jour promis par Fairphone pour ses appareils Android, il convient de noter que ces derniers ne permettent pas l'ajout facile du Play Store.

    La multiplication d'entreprises telles qu'Apostrophy, axées sur la protection de la vie privée, offre aux consommateurs une meilleure chance de bénéficier d'une sécurité accrue, même si cela peut prendre du temps pour que ces avancées parviennent à tous les utilisateurs.

    Protéger la vie privée sur les smartphones, mais à quel coût

    L'idée d'un système d'exploitation centré sur la protection de la vie privée, tel qu'Apostrophy OS, est certainement louable. La collaboration avec GrapheneOS pour éliminer l'intrusion de Google et la localisation des applications semble être une approche intelligente pour contrer la surveillance constante. La séparation des applications de l'architecture sous-jacente du système d'exploitation, avec des « segments cloisonnés », témoigne d'une volonté de protéger l'intégrité des applications et la confidentialité des données.

    Cependant, la viabilité de cette solution dépend de plusieurs facteurs. Tout d'abord, la question de savoir si les utilisateurs seront prêts à payer une redevance mensuelle de 15 dollars pour garantir la protection de la vie privée reste une interrogation cruciale. Il existe déjà des systèmes d'exploitation gratuits sur le marché, et le coût associé à la transition vers Apostrophy OS pourrait constituer un obstacle pour de nombreux utilisateurs.

    /e/ est un système d’exploitation open source basé sur Android, exempt des produits Google et doté de ses propres services Web (non obligatoires), créé par le développeur de logiciels français et fondateur de la distribution Linux Mandrake, Gaël Duval. Ces derniers ont lancé le Murena One X2. Il s'agit du premier téléphone Android haut de gamme utilisant la bifurcation open-source /e/OS Android à être commercialisé. Le cœur de la confidentialité du Murena One est /e/OS V1.

    Bien que la promesse de protection de la vie privée soit au cœur du projet d'Apostrophy OS, il serait nécessaire de vérifier de manière indépendante la robustesse des mécanismes de sécurité mis en place par Apostrophy OS. La protection des données personnelles, en particulier face aux demandes potentielles des autorités, doit être examinée minutieusement.


    Enfin, la commercialisation du téléphone associé, le MC02, au prix de 750 dollars, soulève des questions sur son accessibilité pour un public plus large, en particulier dans des régions comme l'Afrique. Alors que des initiatives telles qu'Apostrophy OS peuvent jouer un rôle crucial dans la sensibilisation à la protection de la vie privée, l'accessibilité financière reste un enjeu majeur.

    Dans l'ensemble, Apostrophy OS semble représenter un pas dans la bonne direction pour une meilleure protection de la vie privée sur les smartphones. Cependant, son succès dépendra de la manière dont il abordera ces défis et de la volonté des utilisateurs de faire le changement, en dépit des alternatives gratuites déjà disponibles sur le marché.

    Source : Apostrophy

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Pensez-vous que le système d'exploitation Apostrophy pourrait être l'avenir de la protection de la vie privée sur les téléphones portables ?

    Voir aussi :

    Le Fairphone 4, le smartphone durable et réparable, est lancé aux États-Unis avec le système d'exploitation /e/ dérivé d'Android, /e/OS se veut respectueux de la vie privée

    L'UE adopte le règlement imposant aux fabricants de smartphones de proposer des batteries amovibles et remplaçables par les consommateurs, les entreprises devront s'y conformer d'ici 2027

    Le Conseil européen de la protection de la vie privée a décidé que l'interdiction norvégienne du marketing comportemental par Meta sur Facebook et Instagram deviendra permanente et s'étendra à l'UE
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Membre régulier
    Inscrit en
    Avril 2007
    Messages
    4
    Détails du profil
    Informations forums :
    Inscription : Avril 2007
    Messages : 4
    Points : 120
    Points
    120
    Par défaut GrapheneOS
    Bonjour.
    Je trouve GrapheneOS pleinement satisfaisant en plus d'être gratuit.

  3. #3
    Membre émérite
    Homme Profil pro
    Ingénieur en génie logiciel
    Inscrit en
    Juin 2012
    Messages
    837
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur en génie logiciel
    Secteur : High Tech - Opérateur de télécommunications

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2012
    Messages : 837
    Points : 2 367
    Points
    2 367
    Par défaut
    c'est ne pas par ce que cela vient de suisse que c'est nécessairement plus sécuritaire, le passé l'a bien démontré avec protonmail, Crypto AG

Discussions similaires

  1. Réponses: 20
    Dernier message: 29/04/2011, 19h00
  2. Réponses: 0
    Dernier message: 05/04/2011, 13h54
  3. très bon debat sur les sgbd...mais qu'en est il alors?
    Par zax-tfh dans le forum Bases de données
    Réponses: 4
    Dernier message: 07/05/2004, 18h01

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo