IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

Sécurité Discussion :

L'Iran utiliserait le système informatique SIAM pour contrôler les téléphones des manifestants


Sujet :

Sécurité

  1. #1
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Dirigeant
    Inscrit en
    juin 2016
    Messages
    2 733
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Dirigeant
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : juin 2016
    Messages : 2 733
    Points : 59 090
    Points
    59 090
    Par défaut L'Iran utiliserait le système informatique SIAM pour contrôler les téléphones des manifestants
    Anonymous affirme avoir piraté des sites Web de l'État iranien et plus de 300 caméras de surveillance
    et Signal propose aux Iraniens d'utiliser des proxies pour échapper à la censure

    Le groupe d'hacktivistes Anonymous a affirmé mercredi être à l'origine de cyberattaques contre plusieurs sites Web affiliés au gouvernement iranien dans le contexte des protestations qui ont suivi la mort le 16 septembre de Mahsa Amini, une jeune femme de 22 ans, alors qu'elle était détenue par la police. Plusieurs sites Web, dont ceux de la banque centrale, du portail national du gouvernement et de certains médias d'État, sont désormais inaccessibles. Et alors que l'Iran semble avoir pris des mesures pour empêcher les manifestants d'accéder à Internet et aux applications de messagerie, Signal propose une solution de contournement aux utilisateurs.

    L'Internet iranien serait la cible de cyberattaques orchestrées par Anonymous

    Les Iraniens ont été victimes d'une panne d'Internet généralisée mercredi, dans un contexte de manifestations de masse contre le gouvernement. Ils ont notamment perdu l'accès à Instagram et WhatsApp, deux des dernières plateformes occidentales de médias sociaux disponibles dans le pays. Signal, une application de messagerie fortement chiffrée est également indisponible dans la nation islamique. Les violents affrontements entre la police et la population ont éclaté après la mort en prison la semaine dernière de Mahsa Amini, qui avait été arrêtée par la police pour avoir prétendument porté le foulard islamique obligatoire de manière trop lâche.

    Nom : ezr.png
Affichages : 3459
Taille : 200,2 Ko

    Bien que les autorités iraniennes affirment que la police n'a pas agressé physiquement Mahsa Amini pendant sa garde à vue - elles déclarent au contraire que la jeune femme a eu une crise cardiaque et qu'elle est décédée à l'hôpital - sa famille a mis en doute ce récit, affirmant qu'elle n'avait pas d'antécédents cardiaques et qu'elle avait des bleus sur les jambes. Sa mort a suscité une indignation internationale et nationale, avec des vidéos montrant des foules acclamant des femmes mettant le feu à leur foulard - obligatoire en vertu des lois sur le hijab du régime clérical - et la police frappant violemment des manifestants, y compris des femmes.

    Dans la foulée de ces événements, le groupe international d'hacktivistes Anonymous a lancé une nouvelle opération contre l'infrastructure en ligne de l'Iran. Baptisée OpIran (Operation Iran) par Anonymous, les hacktivistes ont mis hors service un certain nombre de sites Web gouvernementaux de premier plan et piraté plus de 300 caméras de sécurité dans différentes régions du pays. Certains comptes d'Anonymous ont affirmé avoir mené des attaques destructrices sur ces sites, notamment en supprimant les bases de données associées au site du porte-parole du gouvernement, bien qu'aucune preuve n'ait été fournie à l'appui de ces affirmations.

    Selon Anonymous, le modus operandi d'OpIran comprend des attaques DDoS, des violations de données, des attaques d'ingénierie sociale, des tutoriels rapides sur la manière de déjouer la censure de l'État en utilisant le navigateur Tor, et d'échapper aux arrestations par la police. Selon certaines sources, le ministère iranien des Télécommunications a déclaré au début de cette semaine qu'il pourrait y avoir des perturbations de l'Internet en raison des implications des troubles en matière de "sécurité nationale". Toutefois, jusque-là, les autorités gouvernementales iraniennes n'ont pas publié de déclaration sur les cyberattaques des hacktivistes.

    Anonymous aurait piraté le centre de recherche médico-légale d'Iran et aurait réussi à exfiltrer une base de données d'environ 100 Mo. Le groupe a annoncé par la suite que ces données contiennent les noms, les adresses électroniques, les journaux et les adresses IP des visiteurs du site du Centre dans le monde entier. En ce qui concerne les caméras de sécurité, le piratage aurait été rendu possible grâce à une vulnérabilité dont le score de gravité est de 5,4. Anonymous avait déjà revendiqué le piratage de plus de 400 caméras de surveillance en Russie en mars dernier dans le cadre de sa cyberguerre contre le pays, après l'invasion russe en Ukraine.

    Nom : erte.png
Affichages : 1780
Taille : 411,4 Ko

    En outre, ce n'est pas la première fois que des pirates s'en prennent à des caméras de vidéosurveillance en Iran. En août de l'année dernière, des pirates du groupe Edaalate Ali (Justice d'Ali ou Cour d'Ali) ont réussi à pénétrer dans le système informatique et les caméras de sécurité d'une prison située dans le nord de Téhéran et ont diffusé des images en direct montrant les conditions sinistres et les graves violations des droits de l'homme qui ont lieu dans la prison. Depuis le lancement d'OpIran, Anonymous a revendiqué une série d'attaques DDoS contre des institutions publiques iraniennes. Parmi celles-ci, citons les suivantes :

    • le portail du gouvernement national d'Iran (Iran.gov.ir) ;
    • le site Web officiel de la Banque centrale d'Iran (Cbi.ir) ;
    • le site officiel du bureau du porte-parole du gouvernement (Dolat.ir) ;
    • le site officiel d'Ali Khamenei, le Guide suprême de l'Iran (Khamenei.ir) ;
    • le site officiel de l'agence de presse d'État iranienne IRIB News Agency (Iribnews.ir).


    Mahsa Alimardani, chercheuse principale sur les droits numériques à Article 19, une association britannique de défense des droits de l'homme, a déclaré : « ces actes de solidarité internationale, même s'ils n'entravent pas réellement la République islamique, sont des actions symboliques qui maintiennent le moral d'un peuple, d'autant plus qu'il se heurte aux chances insurmontables d'un appareil national qui n'a pas peur d'utiliser la force illégale pour le faire tomber ». Des vidéos et des messages ont été partagés sur les plateformes de médias sociaux, en particulier Twitter et Telegram, montrant des personnes scandant "mort au dictateur".

    Signal tente d'aider les Iraniens à contourner la censure du gouvernement

    Au moment de la rédaction de cet article, tous les domaines susmentionnés étaient hors ligne. En outre, plusieurs personnes ont déclaré mercredi qu'ils ne pouvaient plus accéder à Internet à l'aide d'appareils mobiles. « Nous constatons que les services Internet, y compris les données mobiles, ont été bloqués en Iran au cours des dernières heures. Il s'agit probablement d'une action du gouvernement. Je peux confirmer un effondrement quasi total de la connectivité Internet pour les fournisseurs de téléphonie mobile en Iran », a déclaré Doug Madory, directeur de l'analyse Internet chez Kentik, une société de renseignement sur les réseaux.

    NetBlocks, un groupe basé à Londres qui surveille l'accès à Internet, avait auparavant signalé des perturbations généralisées sur Instagram et WhatsApp. La société mère de Facebook, Meta, qui possède les deux plateformes, a déclaré qu'elle était consciente que les Iraniens se voyaient refuser l'accès aux services Internet. « Nous espérons que leur droit d'être en ligne sera rétabli rapidement », a-t-elle déclaré dans un communiqué. De hauts responsables iraniens utilisent des comptes publics sur ces plateformes, mais de nombreux Iraniens contournent les interdictions en utilisant des réseaux privés virtuels, appelés VPN, et des proxys.

    Nom : Anonymous-opiran-Iran-ddos-attacks.jpg
Affichages : 1730
Taille : 108,2 Ko

    Dans cette atmosphère, Signal tente d'aider les Iraniens à contourner la censure du gouvernement iranien afin d'accéder de nouveau à l'application de messagerie chiffrée. En effet, Signal a lancé un appel aux personnes se trouvant à l'étranger pour qu'elles mettent en place des serveurs proxy après que le service a été interdit en Iran, dans une tentative apparente de faire reculer les protestations déclenchées par la mort de Mahsa Amini. Dans un communiqué sur son site Web, Signal a donné des indications sur la façon dont vous pouvez mettre en place un serveur proxy.

    Comment agir en tant que proxy

    Si vous voulez aider en faisant fonctionner un proxy, pour commencer, il vous suffit d'avoir les éléments suivants : un serveur avec les ports 80 et 443 disponibles et un nom de domaine (ou sous-domaine) qui pointe vers l'adresse IP du serveur. Signal a déclaré que le proxy est extrêmement léger. Un VPS de taille moyenne et peu coûteux pourrait facilement gérer des centaines d'utilisateurs simultanés. Voici comment le faire fonctionner :

    1. connectez-vous au serveur par SSH ;
    2. installez Docker, Docker Compose et git : sudo apt update && sudo apt install docker docker-compose git ;
    3. clonez le dépôt Signal TLS Proxy : git clone https://github.com/signalapp/Signal-TLS-Proxy.git ;
    4. entrez dans le répertoire du dépôt : cd Signal-TLS-Proxy ;
    5. exécutez le script d'aide qui configure et fournit un certificat TLS de Let's Encrypt : sudo ./init-certificate.sh. Vous serez invité à entrer le domaine ou le sous-domaine qui pointe vers l'adresse IP de ce serveur.
    6. utilisez Docker Compose pour lancer le proxy : sudo docker-compose up --detach ;
    7. Votre proxy est désormais en cours d'exécution. Vous pouvez partager votre proxy avec vos amis et votre famille en utilisant le format d'URL suivant : https://signal.tube/#<votre_nom_de_domaine>.


    « Si vous avez mis en place un proxy Signal et que vous voulez le faire savoir au monde entier, vous pouvez utiliser le hashtag #IRanASignalProxy », lit-on dans le communiqué de Signal. Pour l'instant, il reste à voir quelle sera l'efficacité de la dernière opération d'Anonymous. Cependant, il est clair que le groupe est déterminé à poursuivre son combat contre ce qu'il considère comme un régime oppressif.

    Source : Signal

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Que pensez-vous de la campagne de piratage menée par Anonymous contre l'Iran ?
    Pensez-vous que les actions d'Anonymous sont d'une quelconque aide aux citoyens iraniens ? Pourquoi ?
    Que pensez-vous de cette nouvelle forme de protestation à laquelle s'adonnent les groupes d'hacktivistes désormais ?
    Pensez-vous que ces agissements doivent être punis ? Quels impacts cela pourrait-il avoir à l'avenir sur les gouvernements ?

    Voir aussi

    Anonymous affirme avoir mis la main sur 820 Go de données de l'agence fédérale russe chargée de la supervision des communications, dont 526,9 Go d'emails et 290,6 Go de données brutes

    Le collectif de pirates informatiques Anonymous déclare une "cyberguerre" contre la Russie, et désactive le site d'information de l'État

    Les hacktivistes d'Anonymous s'introduisent dans les bases de données russes et divulguent des quantités énormes de données

    Anonymous affirme avoir piraté un site Web éducatif chinois pour commémorer le massacre de Tiananmen, le groupe demande à Pékin d'en faire plus pour mettre fin à la guerre en Ukraine
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Dirigeant
    Inscrit en
    juin 2016
    Messages
    2 733
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Dirigeant
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : juin 2016
    Messages : 2 733
    Points : 59 090
    Points
    59 090
    Par défaut L'Iran coupe l'accès à l'Internet mobile au milieu des manifestations qui secouent le pays
    L'Iran coupe l'accès à l'Internet mobile au milieu des manifestations qui secouent le pays
    et accuse les États-Unis d'aggraver la crise en assouplissant les sanctions relatives à l'Internet iranien

    L'Iran a coupé de façon intermittente la semaine dernière l'Internet mobile, notamment l'accès à des applications de messagerie telles que WhatsApp et Instagram, au milieu des protestations suscitées par la mort en garde à vue de Mahsa Amini. D'autres applications de messagerie telles que Telegram, YouTube et TikTok ont également été périodiquement fermées. En outre, les autorités iraniennes ont déclaré samedi que la décision des États-Unis d'assouplir les sanctions relatives à Internet contre l'Iran fait partie de leur position hostile. Téhéran a laissé entendre que cette décision aggrave la crise qui secoue le pays.

    La mort le 16 septembre de Mahsa Amini, une jeune femme kurde de 22 ans, en garde à vue après avoir été arrêtée par la police des mœurs de l'Iran a suscité un tollé dans le pays et déclenché une vague de manifestations. Pour contrer la menace et empêcher les protestations de gagner tout le pays, les autorités iraniennes ont fait le choix de restreindre l'accès à Internet, voire de le couper temporairement dans certaines conditions. Le groupe de surveillance d'Internet NetBlocks, basé à Londres, a déclaré lundi dernier qu'Instagram et WhatsApp - deux des principaux outils de communication que l'Iran autorise habituellement - avaient été restreints.

    « Instagram et WhatsApp, deux des dernières plateformes internationales en Iran, ont fait l'objet de restrictions nationales à partir du mercredi 21 septembre, suivies d'une fermeture des réseaux mobiles à l'échelle nationale. Malgré le rétablissement temporaire du service Internet mobile depuis jeudi matin, les plateformes en ligne sont restées restreintes et la connectivité est intermittente pour de nombreux utilisateurs. L'Internet mobile a été perturbé pour un troisième jour vendredi », a déclaré NetBlocks dans un rapport. Selon ce dernier, cette catégorie de perturbation d'Internet affecte la connectivité au niveau de la couche réseau.

    Nom : 1.png
Affichages : 1597
Taille : 115,7 Ko

    Cela signifie qu'elle ne peut généralement pas être contournée par l'utilisation de logiciels de contournement ou de VPN. Le rapport indique également que d'autres plateformes, telles que Twitter, Facebook et YouTube, sont interdites depuis plusieurs années. Le mercredi 21 septembre 2022, NetBlocks a mis à jour son rapport et a indiqué que les restrictions concernant les plateformes de communication en ligne sont en vigueur à l'échelle nationale et ont été étendues à LinkedIn et Skype pour les jours suivants. Les réseaux mobiles, y compris MCI, le principal opérateur de téléphonie mobile en Iran, ont ensuite été perturbés.

    Cela a laissé de nombreux utilisateurs d'Internet complètement hors ligne dans un pays qui dépend fortement des services mobiles. Selon NetBlocks, les perturbations mobiles se sont poursuivies quotidiennement jusqu'à vendredi 23 septembre, à la manière d'un couvre-feu, tandis que les restrictions sur les plateformes sont restées en place. WhatsApp a déclaré qu'elle travaillait pour que les utilisateurs iraniens restent connectés. Mais des utilisateurs d'Instagram ont partagé leurs preuves que le contenu soutenant les protestations iraniennes avait été bloqué par Meta, accusant le propriétaire de Facebook, Instagram et WhatsApp de censure.

    Les autorités iraniennes affirment que la police n'a pas agressé physiquement Mahsa Amini pendant sa garde à vue - la police affirme que Mahsa Amini a eu une crise cardiaque et qu'elle est décédée à l'hôpital - mais sa famille a mis en doute ce récit, affirmant que la jeune femme n'avait pas d'antécédents cardiaques et qu'elle avait des bleus sur les jambes. Dans la foulée des protestations, des vidéos montrant des foules acclamant des femmes mettant le feu à leur foulard - obligatoire en vertu des lois sur le hijab du régime clérical - et la police frappant violemment des manifestants, y compris des femmes, ont fait le tour des réseaux sociaux.

    Le ministre iranien des Communications a imputé ces perturbations à des raisons de sécurité. Dans le même temps, les autorités iraniennes ont critiqué samedi la décision des États-Unis de faire des exceptions aux sanctions afin d'aider à fournir Internet aux Iraniens pendant les manifestations nationales. « En réduisant la sévérité d'un certain nombre de sanctions en matière de communication - tout en maintenant une pression maximale - les États-Unis cherchent à faire avancer leurs objectifs contre l'Iran », a déclaré le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Nasser Kanaani, cité par les médias d'État.

    Nom : meta.png
Affichages : 1575
Taille : 82,3 Ko

    L'administration Biden a délivré une licence pour assouplir les sanctions sur les services Internet en Iran, estimant que cette décision vise à "soutenir la libre circulation de l'information" pour les Iraniens dans un contexte de manifestations antigouvernementales généralisées. Dans un communiqué de presse vendredi, le département américain du Trésor a déclaré que cette décision faisait suite à la décision des autorités iraniennes de bloquer l'accès à Internet dans le pays afin de perturber les manifestations et "d'empêcher le monde d'assister à la répression violente de manifestants pacifiques".

    « Avec ces changements, nous aidons le peuple iranien à être mieux équipé afin de contrer les efforts du gouvernement pour le surveiller et le censurer », a déclaré le secrétaire adjoint au Trésor, Wally Adeyemo, dans le communiqué. De son côté, Signal, une application de messagerie fortement chiffrée également bloquée dans la nation islamique, tente d'aider les Iraniens à contourner la censure iranienne afin d'accéder de nouveau à l'application de messagerie chiffrée. Signal a lancé un appel aux personnes se trouvant à l'étranger pour qu'elles mettent en place des serveurs proxy après que le service a été interdit en Iran.

    Le groupe d'hacktivistes Anonymous participe également à la protestation. Le groupe a annoncé la semaine dernière avoir piraté des sites Web de l'État iranien et plus de 300 caméras de surveillance. Le groupe a lancé une opération contre l'infrastructure en ligne de l'Iran. Baptisée OpIran (Operation Iran), le modus operandi de l'opération comprend des attaques DDoS, des violations de données, des attaques d'ingénierie sociale, des tutoriels rapides sur la manière de déjouer la censure de l'État en utilisant le navigateur Tor, et d'échapper aux arrestations par la police.

    Certains comptes d'Anonymous ont affirmé avoir mené des attaques destructrices sur des sites iraniens de premier plan, notamment en supprimant les bases de données associées au site du porte-parole du gouvernement, bien qu'aucune preuve n'ait été fournie à l'appui de ces affirmations. Depuis le lancement d'OpIran, Anonymous a revendiqué une série d'attaques DDoS contre des institutions publiques iraniennes. Parmi celles-ci, citons les suivantes :

    • le portail du gouvernement national d'Iran (Iran.gov.ir) ;
    • le site Web officiel de la Banque centrale d'Iran (Cbi.ir) ;
    • le site officiel du bureau du porte-parole du gouvernement (Dolat.ir) ;
    • le site officiel d'Ali Khamenei, le Guide suprême de l'Iran (Khamenei.ir) ;
    • le site officiel de l'agence de presse d'État iranienne IRIB News Agency (Iribnews.ir).


    Enfin, il faut également noter que l'Iran a été confronté à une série de perturbations du réseau ces dernières années, certaines étant attribuées à des facteurs externes, d'autres au contrôle de l'information par l'État ou à des fermetures ciblées d'Internet. Notamment, en novembre 2019, l'Iran a fermé l'accès à Internet à l'échelle nationale au milieu de vastes manifestations publiques. Dans ce cas, les utilisateurs ont progressivement retrouvé l'accès, la connectivité ayant été rétablie de manière sélective après une semaine de coupures quasi-totales.

    Sources : NetBlocks, communiqué du Trésor américain

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Que pensez-vous de la coupure d'Internet par l'Iran pour freiner les manifestations ?
    Que pensez-vous de la décision des États-Unis d'assouplir leurs sanctions sur l'Internet iranien pour aider les Iraniens ?

    Voir aussi

    Anonymous affirme avoir piraté des sites Web de l'État iranien et plus de 300 caméras de surveillance, et Signal propose aux Iraniens d'utiliser des proxies pour échapper à la censure

    Bloqué par l'Iran, Signal mise sur la décentralisation des serveurs comme solution de contournement et demande aux utilisateurs du monde entier de configurer des serveurs proxy

    GitHub bloque les utilisateurs de Crimée et d'Iran à cause des sanctions US, l'open source doit-il souffrir de la politique de Trump ?

    Pour l'Iran, la réponse à l'épidémie du coronavirus est de couper l'Internet, une initiative du gouvernement pour garder la mainmise sur le récit de l'épidémie
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  3. #3
    Membre extrêmement actif
    Homme Profil pro
    Ingénieur développement logiciels
    Inscrit en
    août 2022
    Messages
    448
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 42
    Localisation : France, Hauts de Seine (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur développement logiciels
    Secteur : Communication - Médias

    Informations forums :
    Inscription : août 2022
    Messages : 448
    Points : 217
    Points
    217
    Par défaut
    Mais non l'islamisme n'est pas un problème voyons ...

  4. #4
    Membre expérimenté
    Homme Profil pro
    ingénieur qualité
    Inscrit en
    mars 2015
    Messages
    474
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : ingénieur qualité
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : mars 2015
    Messages : 474
    Points : 1 645
    Points
    1 645
    Par défaut
    Citation Envoyé par HaryRoseAndMac Voir le message
    Mais non l'islamisme n'est pas un problème voyons ...
    Qui l'a dit (en dehors de Twitter... parce que bon twitter quoi...)

  5. #5
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Bruno
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    mai 2019
    Messages
    1 130
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Produits et services télécom et Internet

    Informations forums :
    Inscription : mai 2019
    Messages : 1 130
    Points : 22 843
    Points
    22 843
    Par défaut Biden veut que SpaceX transmette Internet à l'Iran en pleine révolte
    Biden veut que SpaceX transmette Internet à l'Iran en pleine révolte,
    le service haut débit par satellite pourrait aider les Iraniens à contourner les restrictions du régime

    La Maison Blanche serait en pourparlers avec le milliardaire Elon Musk pour installer le service d'Internet par satellite Starlink de SpaceX en Iran. Par cette initiative, l'administration Biden souhaiterait apparemment que SpaceX soutienne les manifestations antigouvernementales en Iran, après que ses dirigeants aient restreint l'accès à Internet. Face à la situation incertaine du soutien de Musk à l'Ukraine, le PDG de SpaceX pourra -t-il céder à cette nouvelle demande des autorités américaines ?

    Le soulèvement a commencé à la mi-septembre après l'arrestation d'une Iranienne de 22 ans qui aurait été battue à mort pour ne pas avoir porté de hijab (un vêtement porté par des femmes musulmanes et qui couvre leur tête en laissant le visage apparent). Les troubles civils qui ont suivi ont été suivis d'une répression brutale de Téhéran contre sa propre population, qui a fait plus de 200 morts.

    Nom : Starlink.jpg
Affichages : 5279
Taille : 10,7 Ko

    Le 12 juillet, les défenseurs des droits de l'homme ont exhorté les femmes de tout le pays à publier des vidéos d'elles-mêmes en train d'enlever leur hijab en public pour coïncider avec la Journée nationale du hijab et de la chasteté dans le calendrier officiel iranien. Depuis la révolution islamique de 1979 en Iran, les femmes sont légalement tenues de porter des vêtements modestes « islamiques ». En pratique, cela signifie que les femmes doivent porter un tchador, un manteau couvrant tout le corps, ou un foulard et un manteau qui couvre les bras.

    En réponse à cette initiative, le gouvernement iranien s'est engagé à utiliser la technologie de reconnaissance faciale dans les transports publics pour identifier les femmes qui ne respectent pas la loi stricte sur le port du hijab. Le service haut débit par satellite pourrait aider les Iraniens à contourner les restrictions du régime en matière d'accès à l'internet et à certaines plateformes de médias sociaux.

    Le mois dernier, le département du Trésor américain a déclaré que certains équipements Internet par satellite pouvaient être exportés en Iran, ce qui laisse penser que SpaceX pourrait ne pas avoir besoin d'une licence pour fournir un service haut débit par satellite dans à l’Iran. En réponse au tweet du secrétaire d'État américain Antony Blinken selon lequel les États-Unis ont pris des mesures « pour faire progresser la liberté d'Internet et la libre circulation de l'information », Musk a déclaré qu'il activerait Starlink aux Iraniens.

    Le Département d'État américain et la Freedom Online Coalition, un groupe de défense composé de différents pays et axé sur l'accès à Internet, ont exhorté Téhéran à lever sa censure de l'Internet. « Des millions d'Iraniens comptent sur ces outils et d'autres pour se connecter les uns aux autres et au monde extérieur », ont-ils déclaré dans un communiqué commun.

    Voici, ci-dessous, le communiqué du Département d'État américain :

    Citation Envoyé par US Department of State
    Les États-Unis sont heureux de se joindre à la déclaration commune consensuelle de la Freedom Online Coalition sur les fermetures d'Internet en Iran.
    Nous, membres de la Coalition pour la liberté en ligne, sommes profondément alarmés par les mesures prises par l'Iran pour restreindre l'accès à Internet à la suite des manifestations nationales liées au meurtre tragique de Mahsa Amini et nous les condamnons fermement.

    Dans le cadre de ce qui est devenu un modèle de censure de longue date, le gouvernement iranien a de nouveau fermé Internet à la plupart de ses 84 millions de citoyens dans tout le pays en coupant les données mobiles, en perturbant les plateformes de médias sociaux populaires, en limitant le service Internet et en bloquant les utilisateurs individuels, les services DNS chiffrés, les messages texte et l'accès total.

    Des millions d'Iraniens comptent sur ces outils et d'autres pour se connecter les uns aux autres et au monde extérieur. En bloquant, filtrant ou fermant ces services, le gouvernement iranien supprime le droit de réunion pacifique et les libertés d'association et d'expression ; il érode l'espace civique ; il renforce le climat d'incertitude économique ; il perturbe l'accès aux soins de santé, aux services d'urgence et aux services financiers ; il empêche le paiement des salaires, des services publics et de l'éducation ; et il limite la capacité des journalistes, des défenseurs des droits humains et d'autres personnes à rendre compte et à documenter les violations des droits humains ou les abus qui ont lieu pendant les coupures d'Internet ou les interruptions des communications.

    Nous demandons instamment au gouvernement iranien de lever immédiatement les restrictions destinées à perturber ou à empêcher ses citoyens d'accéder à l'information en ligne et de la diffuser, et de communiquer en toute sécurité. À l'avenir, nous demandons également aux autorités iraniennes de s'abstenir d'imposer des fermetures partielles ou complètes d'Internet et de bloquer ou filtrer des services, et de respecter les obligations internationales de l'Iran en matière de droits humains, notamment en vertu des articles 19, 21 et 22 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques.

    Nous restons solidaires du peuple iranien dans son appel à exercer ses droits à la liberté d'opinion et d'expression, tant en ligne que hors ligne.
    « Nous avons le pied sur l'accélérateur pour faire tout ce qui est en notre pouvoir pour soutenir les aspirations du peuple iranien », aurait déclaré un haut fonctionnaire de l'administration à CNN. « C'est notre politique, point final. Dans le même temps, il s'agit véritablement d'un mouvement iranien mené par des jeunes filles et qui s'étend à d'autres aspects de la société. Et nous ne voulons en aucun cas éclipser leur mouvement. »

    Les relations entre le gouvernement américain et SpaceX sont difficiles

    La semaine dernière, il a été révélé que le fabricant de fusées a dit au Pentagone qu'il ne pouvait pas, après s'être engagé à donner des terminaux à large bande à l'Ukraine et à fournir un service satellite gratuit à la nation déchirée par la guerre, continuer à le faire pendant « une période indéfinie. »

    Depuis qu'ils ont commencé à arriver en Ukraine au printemps dernier, les terminaux Starlink ont été une source de communication vitale pour l'armée ukrainienne, lui permettant de combattre et de rester connectée alors que les réseaux de téléphonie cellulaire et d'Internet ont été détruits dans sa guerre contre la Russie. Environ 20 000 unités de satellite Starlink auraient été données à l'Ukraine jusqu'à présent. Musk a tweeté que « l'opération a coûté 80 millions de dollars à SpaceX et dépassera les 100 millions de dollars d'ici la fin de l'année ». Mais aussi vitales qu'elles soient, ces contributions "charitables" pourraient bientôt prendre fin.

    SpaceX aurait averti le Pentagone qu'il pourrait cesser de financer le service en Ukraine si l'armée américaine ne verse pas des dizaines de millions de dollars par mois. Le mois dernier, la société de fusées de Musk aurait envoyé une lettre au Pentagone pour lui dire qu'il ne pouvait plus continuer à financer le service Starlink comme il l'a fait. La lettre demandait également que le Pentagone prenne en charge le financement de l'utilisation de Starlink par le gouvernement et l'armée ukrainiens, ce qui, selon SpaceX, coûterait plus de 120 millions de dollars pour le reste de l'année et pourrait coûter près de 400 millions de dollars pour les 12 prochains mois.

    Cependnat, après sa sortie pour indiquer qu’il ne pouvait plus se permettre de financer gratuitement l'Ukraine, Musk a de nouveau réagi à travers un tweet : « Même si Starlink continue de perdre de l'argent et que d'autres entreprises reçoivent des milliards de dollars des contribuables, nous allons continuer à financer gratuitement le gouvernement ukrainien ».

    A ce jour, SpaceX a retiré sa demande au Pentagone de financer l'utilisation continue des terminaux internet Starlink en Ukraine, selon une déclaration de Musk. Cette déclaration faite sur Twitter intervient quelques heures seulement après qu'il a été rapporté que le Pentagone envisageait de payer la facture en utilisant un fonds qui finance des contrats d'armement et d'équipement pour l'armée ukrainienne. Sur les 25 300 terminaux qui ont été envoyés en Ukraine, environ 10 630 payaient le service d'Internet par satellite, a ajouté Musk qui a également déclaré qu'il cherche à obtenir des dons de Starlink pour les régions dans le besoin.

    Mais malgré la nouvelle selon laquelle SpaceX a retiré sa demande de financement, l'avenir à long terme de Starlink en Ukraine est loin d'être réglé. Alors dans ce contexte, peut-on esperer un soutien de Musk à l’Iran ? Rien n'est impossible nous dirait-on.

    Source : US Department of State

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Voir aussi :

    Elon Musk affirme que SpaceX ne peut pas financer indéfiniment le service Internet Starlink pour l'Ukraine, l'entreprise aurait demandé au Pentagone de prendre en charge la facture

    Les autorités iraniennes prévoient d'utiliser la reconnaissance faciale pour faire appliquer la loi sur le hijab, alors que des critiques craignent son utilisation à des fins d'espionnage

    Elon Musk a déclaré samedi que sa société de fusées SpaceX continuerait à subventionner son service Internet Starlink en Ukraine, invoquant la nécessité de « bonnes actions »

    Musk va solliciter des dons pour Starlink après avoir retiré sa demande de financement pour l'Ukraine par le Pentagone, SpaceX "ajoutera une option de don à Starlink" pour les zones dans le besoin
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  6. #6
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    décembre 2008
    Messages
    8 926
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 34
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2008
    Messages : 8 926
    Points : 17 316
    Points
    17 316
    Par défaut
    Si le Pentagone veut absolument que SpaceX fournisse gratuitement des accès à internet à des ukrainiens et des iraniens, il n'a qu'à payer. (les USA ont envoyé des milliards à l'Ukraine, ils peuvent en dépenser 1 de plus pour internet)
    Bon après les types de SpaceX sont un peu con d'avoir proposé de fournir gratuitement une connexion internet à des milliers de gens…

    Cela dit si tous ceux qui soutiennent le régime ukrainien achetaient des actions SpaceX pour soutenir l'initiative, alors SpaceX ne manquerait pas de moyen.
    Keith Flint 1969 - 2019

  7. #7
    Membre émérite
    Profil pro
    Inscrit en
    juin 2009
    Messages
    691
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : juin 2009
    Messages : 691
    Points : 2 277
    Points
    2 277
    Par défaut
    Et bien si l'Iran n'a pas encore investi pour détruire des satellites en orbites, il devrait pas tarder.

    On a beau dire ce que l'on veut, c'est de la pure ingérence, mais quand c'est l'oncle Sam, c'est toujours bien.

  8. #8
    Membre régulier
    Homme Profil pro
    Développeur Web
    Inscrit en
    septembre 2011
    Messages
    77
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur Web
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : septembre 2011
    Messages : 77
    Points : 113
    Points
    113
    Par défaut
    Cela dit si tous ceux qui soutiennent le régime ukrainien achetaient des actions SpaceX pour soutenir l'initiative, alors SpaceX ne manquerait pas de moyen.
    La bourse est un marché secondaire, ça ne finance pas l'entreprise sauf lors de l'émission de nouvelles actions (augmentation de capital).
    De toute façon, SpaceX n'est pas en bourse.
    Dans tous les cas, SpaceX ne va clairement pas diluer ses actionnaires pour financer un accès gracieux à leur réseau Starlink.

  9. #9
    Membre expérimenté
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    novembre 2021
    Messages
    640
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Drôme (Rhône Alpes)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : novembre 2021
    Messages : 640
    Points : 1 675
    Points
    1 675
    Par défaut
    Intéressant. A quant la même chose pour l'Arabie Saoudite ?

    C'est toujours pareil avec les États-Unis. Il y a les bonnes dictatures à les mauvaises dictatures.

    Les mauvaises dictatures, se sont des dicatures. Les bonne dictatures, se sont aussi des dictatures... mais... se sont des bonnes dictatures, quoi !

    (et je ne parle même pas de l'Australie, qui a subi une très grave dérive autoritaire sous Morrison sous le silence complice de la communauté internationales).

  10. #10
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Madmac
    Homme Profil pro
    Ingénieur développement logiciels
    Inscrit en
    juin 2004
    Messages
    1 493
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur développement logiciels
    Secteur : Alimentation

    Informations forums :
    Inscription : juin 2004
    Messages : 1 493
    Points : 1 295
    Points
    1 295
    Billets dans le blog
    7
    Par défaut
    Citation Envoyé par HaryRoseAndMac Voir le message
    Mais non l'islamisme n'est pas un problème voyons ...
    Ben justement, raison de plus pour ne pas suivre les américains dans cette aventure. Les modérés vont appréciés une interventions (à condition que cela ne tourne au désastre,comme en Iraq). Mais tu vas avoir la portion la plus fanatique qui vont vouloir vous massacrez.

    Début que je suis l'histoire de la région, je crois de plus en plus que ces pays ne peuvent pas être fonctionnels sans des gouvernement avec de la poigne.

  11. #11
    Membre expérimenté
    Homme Profil pro
    ingénieur qualité
    Inscrit en
    mars 2015
    Messages
    474
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : ingénieur qualité
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : mars 2015
    Messages : 474
    Points : 1 645
    Points
    1 645
    Par défaut
    Citation Envoyé par Madmac Voir le message
    Début que je suis l'histoire de la région, je crois de plus en plus que ces pays ne peuvent pas être fonctionnels sans des gouvernement avec de la poigne.
    Pour une fois je penses que cette intervention de ta part n'est pas raciste, tu penses ça de tous les pays :

    Citation Envoyé par Madmac Voir le message
    Je crois que beaucoup de gauchistes en Europe vont déchanté dans les années qui viendront. Je crois qu'il y a beaucoup de vérité dans cette réflexion.
    Les temps difficiles créent des hommes forts,
    Les hommes forts créent de bons moments,
    Les bons moments créent des hommes faibles,
    Les hommes faibles créent des moments difficiles.

    Et comme depuis 40 ans, vous avez eu des leaders faibles et lâches. Vous allez probablement en bavez.

  12. #12
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Bruno
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    mai 2019
    Messages
    1 130
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Cameroun

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Produits et services télécom et Internet

    Informations forums :
    Inscription : mai 2019
    Messages : 1 130
    Points : 22 843
    Points
    22 843
    Par défaut L'Iran utiliserait le système informatique SIAM pour contrôler les téléphones des manifestants
    Les autorités iraniennes utiliseraient le système informatique SIAM pour contrôler les téléphones des manifestants,
    il permet de retirer un téléphone des réseaux 3G et 4G pour le faire passer à une connexion 2G

    Mi-septembre, l'Iran a coupé de façon intermittente l'Internet mobile, notamment l'accès à des applications de messagerie telles que WhatsApp et Instagram. Aujourd'hui, les internautes iraniens font face à des coupures de réseau, de restrictions des applications mobiles et d'autres perturbations. Alors que des manifestations antigouvernementales enflammées ont balayé l'Iran, les autorités ont riposté par la force brute et la répression numérique. Beaucoup craignent que le gouvernement ne puisse suivre leurs activités grâce à leurs indispensables smartphones.

    « Instagram et WhatsApp, deux des dernières plateformes internationales en Iran, ont fait l'objet de restrictions nationales à partir du mercredi 21 septembre, suivies d'une fermeture des réseaux mobiles à l'échelle nationale. Malgré le rétablissement temporaire du service Internet mobile depuis jeudi matin, les plateformes en ligne sont restées restreintes et la connectivité est intermittente pour de nombreux utilisateurs. L'Internet mobile a été perturbé pour un troisième jour vendredi », a déclaré NetBlocks dans un rapport. Selon ce dernier, cette catégorie de perturbation d'Internet affecte la connectivité au niveau de la couche réseau.

    Muni d'une liste de numéros de téléphone en infraction, SIAM permettrait au gouvernement iranien de descendre rapidement au niveau individuel et d'extraire une grande quantité d'informations personnelles sur un client mobile donné, y compris où il a été et avec qui il a communiqué. SIAM un système informatique qui fonctionne dans les coulisses des réseaux cellulaires iraniens, fournissant à ses opérateurs un large menu de commandes à distance pour modifier, perturber et surveiller la façon dont les clients utilisent leurs téléphones.

    Nom : SIAMb.png
Affichages : 1572
Taille : 37,0 Ko

    En Iran, des femmes ont protesté contre les règles strictes du pays en matière de hijab en retirant leur foulard en public et en publiant les images sur les médias sociaux. Le soulèvement a commencé à la mi-septembre après l'arrestation d'une Iranienne de 22 ans qui aurait été battue à mort pour ne pas avoir porté de hijab (un vêtement porté par des femmes musulmanes et qui couvre leur tête en laissant le visage apparent). Les troubles civils qui ont suivi ont été suivis d'une répression brutale de Téhéran contre sa propre population, qui a fait plus de 200 morts.

    Le gouvernement iranien prévoit d'utiliser la technologie de reconnaissance faciale dans les transports publics pour identifier les femmes qui ne respectent pas la nouvelle loi stricte sur le port du hijab. La reconnaissance faciale est le processus qui consiste à identifier ou à vérifier l'identité d'une personne en utilisant son visage. Elle permet de saisir, d'analyser et de comparer des modèles basés sur les détails du visage de la personne. Elle se déroule en trois étapes.

    La mainmise de l'Iran sur la connexion du pays à l'internet mondial s'est avérée un outil efficace pour réprimer l'agitation. Le manque de clarté quant aux pouvoirs technologiques détenus par le gouvernement iranien - l'un des plus opaques et des plus isolés au monde - a engendré sa propre forme de terreur tranquille pour les éventuels dissidents. Les manifestants se sont souvent demandés comment le gouvernement était capable de les localiser ou d'accéder à leurs communications privées - des tactiques qui sont effroyablement répandues mais dont les mécanismes sont pratiquement inconnus.

    Si le fait de déconnecter sa population de l’Internet reste un instrument émoussé privilégié de la censure d'État iranienne, le gouvernement disposerait également d'outils beaucoup plus précis et sophistiqués. Une partie de la répression iranienne en matière de données peut s'expliquer par l'utilisation d'un système appelé "SIAM", un programme Web permettant de manipuler à distance les connexions cellulaires, mis à la disposition de l'Autorité iranienne de régulation des communications. L'existence de SIAM et les détails du fonctionnement du système seraient exposés dans une série de documents internes d'un opérateur cellulaire iranien.

    Selon ces documents internes, SIAM est un système informatique qui fonctionne dans les coulisses des réseaux cellulaires iraniens, fournissant à ses opérateurs un large menu de commandes à distance pour modifier, perturber et surveiller la façon dont les clients utilisent leurs téléphones. Les outils peuvent ralentir les connexions de données, casser le chiffrement des appels téléphoniques, suivre les mouvements d'individus ou de groupes importants et produire des résumés détaillés de métadonnées indiquant qui a parlé à qui, quand et où. Un tel système pourrait aider le gouvernement à mieux réprimer les manifestations en cours.

    « SIAM peut contrôler si, où, quand et comment les utilisateurs peuvent communiquer, a expliqué Gary Miller, chercheur en sécurité mobile et fellow du Citizen Lab de l'Université de Toronto. À cet égard, il ne s'agit pas d'un système de surveillance, mais plutôt d'un système de répression et de contrôle visant à limiter la capacité des utilisateurs à faire preuve de dissidence ou à protester. »

    SIAM donne à l'Autorité de régulation des communications (ARC) en Iran un accès clé en main aux activités et aux capacités des utilisateurs mobiles du pays. « Sur la base des règles et réglementations de l'ARC, tous les opérateurs de télécommunications doivent fournir à l'ARC un accès direct à leur système pour demander des informations sur les clients et modifier leurs services par le biais d'un service Web », peut-on lire dans le document.

    Secours de la maison blanche au peuple iranien

    La Maison Blanche aurait initié des pourparlers avec le milliardaire Elon Musk pour installer le service d'Internet par satellite Starlink de SpaceX en Iran. Par cette initiative, l'administration Biden souhaiterait apparemment que SpaceX soutienne les manifestations antigouvernementales en Iran, après que ses dirigeants aient restreint l'accès à Internet.

    En août, le département du Trésor américain a déclaré que certains équipements Internet par satellite pouvaient être exportés en Iran, ce qui laisse penser que SpaceX pourrait ne pas avoir besoin d'une licence pour fournir un service haut débit par satellite dans à l’Iran. En réponse au tweet du secrétaire d'État américain Antony Blinken selon lequel les États-Unis ont pris des mesures « pour faire progresser la liberté d'Internet et la libre circulation de l'information », Musk a déclaré qu'il activerait Starlink aux Iraniens.

    Les iraniens se plaignent régulièrement du ralentissement de l'accès à l'internet sur les appareils mobiles pendant les périodes de protestation - une baisse brutale du service qui rend l'utilisation des smartphones difficile, voire impossible, à des moments où cet appareil pourrait être crucial. D'après les manuels, SIAM offre un moyen simple de réduire la vitesse de transmission des données d'un téléphone, l'une des quelque 40 fonctions incluses dans le programme.

    Cette capacité à réduire la vitesse et la qualité du réseau des utilisateurs est particulièrement pernicieuse car elle peut non seulement empêcher les utilisateurs d'utiliser leur téléphone, mais aussi rendre toute communication encore possible vulnérable à l'interception.

    Le Département d'État américain et la Freedom Online Coalition, un groupe de défense composé de différents pays et axé sur l'accès à Internet, ont exhorté Téhéran à lever sa censure de l'Internet. « Des millions d'Iraniens comptent sur ces outils et d'autres pour se connecter les uns aux autres et au monde extérieur », ont-ils déclaré dans un communiqué commun.

    La technologie cellulaire, qui a évolué entre la 2G, la 3G, la 4G/LTE et maintenant la 5G, est l'un des principaux piliers des réseaux de communication. Elle permet la connectivité avec des milliers d'appareils distants déployés sur le terrain, dans tous les secteurs et cas d'utilisation.

    Comme toute technologie, la technologie cellulaire évolue au fil du temps, à mesure que de nouvelles versions des spécifications 3GPP sont développées, mises en œuvre par les fournisseurs et adoptées par les fournisseurs de services ou les opérateurs de réseaux privés. Aujourd'hui, la principale tendance du marché est celle des services 4G/LTE, tandis que de nouveaux services 5G font leur apparition dans le monde entier.

    La réaffectation du spectre précédemment utilisé sur les réseaux 2G et 3G pour l'utiliser avec des services 4G/LTE et 5G plus rapides et plus efficaces fait partie de la planification de tous les opérateurs de réseaux mobiles.

    Aperçu de la migration vers les réseaux 2G et 3G

    Bien que la liste ci-dessous ne soit pas exhaustive, elle peut aider à planifier l'impact sur le réseau.

    • AT&T - Les services 3G se sont arrêtés le 22 février 2022, tandis que le réseau 2G a été arrêté en 2017.
    • Bell Canada - Le réseau 3G CDMA a été abandonné le 30 avril 2019.
    • Orange France - Les services 2G cesseront d'exister à la fin de 2025.
    • Rogers Canada - Fermeture des réseaux 2G et 3G 1900MHz le 7 juin 2021, et 2G sur 850MHz le 31 décembre 2021.
    • Sprint - Extinction des services 3G le 31 mars 2022.
    • Telefonica Germany - Arrêt des services 3G en décembre 2021.
    • Telstra Australia - Les services 3G disparaîtront en juin 2024.
    • T-Mobile - Les services 3G prendront fin le 1er juillet 2022.
    • Verizon - Les services 3G prendront fin le 31 décembre 2022.
    • Vodafone UK - Les services 3G prendront fin en 2023.

    Toutefois, avec SIAM, le gouvernement iranien dispose d’une fonctionnalité connue sous le nom de "Force2GNumber". Elle permet à un opérateur de téléphonie mobile d'expulser un téléphone donné des réseaux 3G et 4G pour le faire passer à une connexion 2G.

    Bien que cela ne soit pas directement mentionné dans les manuels, le fait de rétablir une connexion 2G pourrait également exposer les codes d'authentification à deux facteurs transmis aux utilisateurs par SMS. Le gouvernement iranien a déjà tenté de saper l'authentification à deux facteurs, notamment par des campagnes de logiciels malveillants visant les dissidents.

    « En règle générale, forcer un téléphone à utiliser le réseau 2G lui permettrait toujours de recevoir un message d'authentification à double facteur par SMS, car les SMS sont envoyés sur le réseau de signalisation mobile », explique Miller. « Cependant, l'effet de forcer un utilisateur à rester sur le réseau 2G rendrait essentiellement inutilisables les services d'application en temps réel correspondants, tels que la communication P2P, les médias sociaux et Internet. »

    Alors que les connexions cellulaires 5G et 4G actuelles disposent de systèmes de chiffrement intégrés plus robustes pour déjouer les écoutes, la norme cellulaire 2G, introduite pour la première fois en 1991, ne chiffre généralement pas les données ou utilise des méthodes de chiffrement obsolètes faciles à craquer.

    Bien qu'il soit beaucoup moins subtil que d'être forcé de se connecter à un réseau 2G, SIAM peut également être utilisé pour débrancher complètement l'appareil d'un client à volonté. Grâce à la commande "ApplySuspIp", le système peut déconnecter entièrement d'Internet n'importe quel téléphone mobile du réseau pour une durée déterminée ou de manière permanente. Des commandes similaires permettraient à SIAM d'empêcher un utilisateur de passer ou de recevoir des appels.

    Source : The Intercept

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Pensez-vous que les gouvernements des pays prônant la liberté d'expression pourraient utiliser des systèmes tels que SIAM ?

    Voir aussi :

    Biden veut que SpaceX transmette Internet à l'Iran en pleine révolte, le service haut débit par satellite pourrait aider les Iraniens à contourner les restrictions du régime

    Les autorités iraniennes prévoient d'utiliser la reconnaissance faciale pour faire appliquer la loi sur le hijab, alors que des critiques craignent son utilisation à des fins d'espionnage
    Contribuez au club : corrections, suggestions, critiques, ... Contactez le service news et Rédigez des actualités

  13. #13
    Membre chevronné
    Profil pro
    programmeur du dimanche
    Inscrit en
    novembre 2003
    Messages
    484
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : programmeur du dimanche
    Secteur : Santé

    Informations forums :
    Inscription : novembre 2003
    Messages : 484
    Points : 1 937
    Points
    1 937
    Par défaut
    Le business plan de starlink ressemble de moins en moins à un projet civil malgré le maquillage...

    Sinon, il y a les réseau Mesh.
    Bridgefy avait été utilisée à Hong Kong, mais sa page wikipedia cite des audits de sécurité désastreux.
    J'ai installé Briar il y a peu, juste pour avoir un service minimum en zone blanche, et je découvre agréablement suite à ce billet que l'appli a passé un audit de sécurité indépendant (et que c'est financé par nos amis américains, comme signal...). Je ne sais pas ce que ça vaut dans une foule et l'usage est assez contraignant (Alice et Bob doivent être en ligne en même temps pour s'écrire).

  14. #14
    Membre éclairé
    Homme Profil pro
    Consultant en Business Intelligence
    Inscrit en
    décembre 2021
    Messages
    522
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Belgique

    Informations professionnelles :
    Activité : Consultant en Business Intelligence

    Informations forums :
    Inscription : décembre 2021
    Messages : 522
    Points : 859
    Points
    859
    Par défaut
    Bonjour

    Les autorités iraniennes utiliseraient le système informatique SIAM pour contrôler les téléphones des manifestants, il permet de retirer un téléphone des réseaux 3G et 4G pour le faire passer à une connexion 2G

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Un pays comme l'Iran , c'est comme la Chine . Tout est bon pour lutter "contre la population" . Répression, censure , chasse aux sorcières si il y a des "mauvais pensant" , muselage de la population .

    Pensez-vous que les gouvernements des pays prônant la liberté d'expression pourraient utiliser des systèmes tels que SIAM ?
    Vu que les chinois sont progressivement en train de prendre le contrôle matériel et télécom des réseaux gsm avec toute la m***e qu'ils nous vendent, je ne serai pas étonné de la possibilité technique . Même à petite échelle.

    Xiaomi, Oppo, Huawei ... Combien de marques Chinoises ? Sans Parler de China Telecom qui est le plus opérateur du monde et aussi le premier opérateur télécom chinois. Ce même opérateur fait des yeux doux pour racheter de le géant indien Bharti (Airtel - Vodafone) ...

Discussions similaires

  1. Réponses: 7
    Dernier message: 09/06/2022, 16h52
  2. Des Anonymous font tomber 20 % des sites du Dark Web
    Par Coriolan dans le forum Sécurité
    Réponses: 13
    Dernier message: 10/02/2017, 08h30
  3. Réponses: 63
    Dernier message: 08/10/2014, 10h41
  4. Réponses: 0
    Dernier message: 04/02/2014, 22h05

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo