Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Chroniqueur Actualités

    5G : l'Anses publie son rapport intermédiaire sur l'exposition de la population aux champs électromagnét
    L'Anses publie son rapport intermédiaire relatif à l'exposition de la population aux champs électromagnétiques
    liée au déploiement de la 5G et aux effets sanitaires associés

    Le déploiement d’infrastructures de communication de technologie « 5G » a pour objectif de favoriser le développement de services innovants, à l’attention à la fois des particuliers et des entreprises utilisatrices, dans des domaines variés comme la santé, les médias, les transports ou encore les industries du futur. En effet, deux tendances importantes poussent les industries des technologies mobiles à développer un réseau de communication de nouvelle génération : l’augmentation très importante de l’offre en services sans-fil, qui nécessite des réseaux plus rapides et de plus grandes capacités pour fournir des services riches en contenu, comme les vidéos, et les perspectives de croissance de l’internet des objets qui alimentent le besoin d'une connectivité massive d'appareils à très faible latence pour des applications telles que les voitures connectées, les automatisations industrielles ou encore certaines applications dans la santé.

    Ces évolutions nécessitent, non seulement l’exploitation des fréquences d’ores et déjà utilisées par les précédentes générations de téléphonie mobile, mais également celle de nouvelles bandes de fréquences. Parmi elles, deux bandes de fréquences ont déjà été identifiées pour les futurs déploiements en France: la bande 3,5GHz (3,4-3,8GHz) qui permettra d’assurer l’objectif de couverture en téléphonie mobile 5G et la bande 26GHz (24,25-27,5GHz) qui couvrira des besoins de communication pour un grand nombre d’objets et avec une faible latence sur une zone géographique très localisée.

    Dans plusieurs villes de France, des opérateurs mobiles ont déjà réalisé ou commencé à préparer des expérimentations pilotes visant à tester le fonctionnement des nouvelles infrastructures encore aujourd’hui en cours de développement, en vue d’un déploiement commercial cette année. Chaque expérimentation a ses objectifs propres : tests techniques, de performance (débit, latence, forme des faisceaux...), des contraintes de déploiement mais aussi de cas d’usages (réalité virtuelle, ville intelligente, télémédecine...).

    Ces évolutions technologiques vont non seulement modifier les modalités d’exposition de la population, mais nécessiteront également d’adapter les méthodologies de mesure et d’estimation de ces expositions.

    Afin d’accompagner le déploiement et le développement de la 5G, le Gouvernement a présenté le 16 juillet 2018 sa feuille de route nationale 5G. Un des quatre chantiers lancés par le Gouvernement vise à « assurer la transparence et le dialogue sur le déploiement et l’exposition du public ».

    Dans ce cadre, l’Anses a été saisie le 9 février 2019 par les ministères en charge de la santé, de l’environnement et de l’économie afin de conduire une expertise relative à l’exposition de la population aux champs électromagnétiques liée au déploiement de la technologie de communication 5G et aux effets sanitaires associés.


    Principales conclusions du rapport préliminaire

    Le rapport très attendu des effets biologiques et sanitaires potentiels de la 5G sera publié au premier trimestre 2021 par l’ANSES. En attendant, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail a publié les résultats préliminaires de son étude sur le sujet.

    Dans le cadre du déploiement de la technologie 5G, deux nouvelles bandes de fréquences vont être utilisées.Tout d’abord la bande 3,5GHz, puis la bande 26GHz.

    Concernant la bande 3,5 GHz qui sera la première à être déployée en France dès cet été, l’agence met en évidence « un manque important, voire une absence de données relatives aux effets biologiques et sanitaires potentiels dans les bandes de fréquences considérées ». L'exposition serait proche de celle du 2,4 GHz, utilisée pour les communications Wi-Fi. Toutefois, la spécificité des signaux 5G (modulation, puissance) pourrait en influencer les niveaux. Le Comité d’experts spécialisé de l'ANSES a conclu à la nécessité de mener des études complémentaires.

    Pour ce qui est des ondes millimétriques, les effets ont été largement étudiés, mais pour les fréquences comprises entre 40 et 60 GHz. Pour le 26 GHz qui va être déployé à l'horizon 2022, il va falloir extrapoler les données disponibles à partir des fréquences autour de 30 GHz dont les propriétés seraient similaires. Mais là encore, le Comité d’experts recommande que de nouvelles études soient réalisées spécifiquement dans la bande 24,25-27,5 GHz.

    Pour le moment, aucune conclusion n'a été tirée sur l’innocuité potentielle de la 5G. Il va falloir attendre l'année prochaine les résultats de son étude finalisée.

    La méthodologie et les résultats de ces travaux ont été présentés au comité d’experts spécialisé (CES) « agents physiques, nouvelles technologies et grands aménagements » les 12 septembre et 17 octobre 2019. Les experts présents ont émis des questionnements et des recommandations sur les modalités de réalisation de l’expertise en évaluation de risques sanitaires en tenant compte des données scientifiques disponibles. Ces réflexions permettront d’orienter les travaux du groupe de travail « Déploiement de la technologie de communication 5G et effets sanitaires associés » qui sera créé par l’Anses, sous l’égide du CES.

    Au-delà des questionnements sur les interactions ondes-tissus biologiques relatives aux fréquences d’exposition et formes des signaux, une attention particulière devra être portée aux évolutions des expositions environnementales. En effet, pour atteindre les performances annoncées, la 5G utilisera des antennes dites « intelligentes », de type « MIMO ». Ces dispositifs comportent de nombreuses petites antennes, permettant ainsi de focaliser l’émission sur une zone donnée; elles permettent ainsi de diriger le signal radio uniquement vers les utilisateurs quand ils en ont besoin plutôt qu’il soit émis dans toutes les directions de manière constante. Les puissances instantanées seront donc plus importantes,mais théoriquement plus limitées dans le temps et dans l’espace, ce qui modifiera les schémas d’exposition des utilisateurs. Par conséquent, les méthodes de mesure devront être adaptées, afin de préciser l’exposition du public. L’ANFR a étudié, dans le cadre des phases pilotes de tests 5G, l’impact de ces évolutions dans la façon de mesurer les niveaux d’exposition du public aux ondes. Les données recueillies seront communiquées à l’Anses pour qu’elle conduise au mieux son expertise sur les aspects sanitaires.

    Toutefois, le CES s’interroge particulièrement sur les trois points suivants :
    • Compte tenu du manque de données dans la bande autour de 3,5GHz, peut-on extrapoler à cette bande les résultats des expertises précédentes sur les effets sanitaires des radiofréquences (8,3kHz-2,45GHz) ?
    • À partir des données de la littérature disponibles dans les fréquences entre 20 et 60GHz, peut-on identifier des effets sanitaires potentiels ?
    • Compte tenu des spécificités des signaux de la 5G, peut-on anticiper l’exposition des populations et son impact sanitaire?

    Source : rapport

    Et vous ?

    Que pensez-vous des conclusions de ce rapport ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Membre expérimenté
    En gros on sait rien du tout.

  3. #3
    Expert éminent sénior
    Citation Envoyé par blbird Voir le message
    En gros on sait rien du tout.
    Bah, les ondes, c'est pas magique.


    Tu peux faire une étude à 10GHz, et une autre à 20GHz, on te dira que t'as pas testé à 15GHz.
    Tu en fais une à 15GHz, on te dira que t'as pas testé à 12,5GHz et 17,5GHz, tu les fais, on te dira que t'as pas testé à 11GHz, 12GHz, 16GHz, 17GHz, 18GHz, et 19GHz.


    Quant à "l'absence" de données, ils sont quand même bien culotté. Les effets en fonction de la fréquence sont très bien connus, a.k.a. les effets ionisants et thermiques. Mais faudrait croire que les règles qui marchent pour toutes les ondes, subitement changent quand il s'agit de la 5G.

    Pour rappel, ces bandes sont déjà utilisées en France, pourtant ça n'avait l'air d'inquiéter personne:
    La bande des 26 GHz a été choisie au niveau européen, mais elle est déjà bien utilisée par plusieurs acteurs du numérique : opérateurs de satellites, opérateurs de réseau avec les faisceaux hertziens pour relier des stations fixes, CNES, ministère des armées, etc.
    Le problème est qu'on se fait avoir par des marchants de peur, et des journalistes en mal de titres sensationnels.
    "Parce que le diable est dans les détails, une vision sans nuance ne peut prétendre à la compréhension du monde."

    Mon ancienne page perso : https://neckara.developpez.com/

  4. #4
    Membre habitué
    Effectivement ils abusent, ça sent bon la langue de bois; de nombreuses études sont faites au fil des ans suivant l'évolution de techniques de communications (la fréquence importe mais pas que).

    Les expositions prolongés sont potentiellement nocives, ont le sait parfaitement depuis longtemps et particulièrement chez les enfants.

    Pour avoir vu des chercheurs chez FT il y a 20 ans faire des tests d'expositions (arrivée du cdma si je ne m'abuse) sur des oeufs pendant 24 heures et tous avaient cuit :p, ça interpelle.

    Les risques liés à la généralisation de la 5G sont bien réels : https://www.alerte.ch/images/stories..._5G_appeal.pdf.

    C'est d'autant plus inadmissible que la 4G est sous-exploitée (comme l'était la 3G, 2G...).

  5. #5
    Membre confirmé
    Bah en fait les liaisons 26Ghz ce sont des liaisons point à point des faisceaux très orientés, la 5G ca arrose tout autour d'un relais c'est très different comme exposition ...

  6. #6
    Expert éminent sénior
    Citation Envoyé par fodger Voir le message
    Les expositions prolongés sont potentiellement nocives, ont le sait parfaitement depuis longtemps et particulièrement chez les enfants.
    Expositions à quelles fréquences, avec quelle puissance ?

    Est-ce une corrélation ou une causalité ?
    Notamment, sur l'utilisation du portable pour les enfants, les principaux risques sont la chaleur dégagée par la batterie, ainsi que le temps passé sur le téléphone, au lieu de faire autre chose.

    Citation Envoyé par fodger Voir le message
    Pour avoir vu des chercheurs chez FT il y a 20 ans faire des tests d'expositions (arrivée du cdma si je ne m'abuse) sur des oeufs pendant 24 heures et tous avaient cuit :p, ça interpelle.
    À quelle puissance aussi ?

    Quand je mets des trucs dans mon micro-onde ça cuit aussi.


    Citation Envoyé par fodger Voir le message
    Les risques de généralisation de la 5G sont bien réels : https://www.alerte.ch/images/stories..._5G_appeal.pdf.
    Dès le début ça commence déjà plutôt mal.

    Quand déjà la première phrase pour les effets, commence par un appel à la popularité…
    Pas une seule indication des puissances employées…
    Pas une seule quantification des augmentations de risques…

    Ça parle de l'électrosensibilité… alors que cela a été prouvé être des effets contextuels…

    La première page est déjà vraiment rédhibitoire.
    Et c'est tout ??? Une seule page sur les effets ???

    On se fout de la gueule de qui ? Ils auraient copié/collé la page web de l'OMS, ils auraient déjà plus d'une page.
    N'importe qui ici est capable de faire une recherche Google "ondes danger" et de prendre les premiers liens qui leur plaisent.

    Ces scientifiques n'ont de science que le nom. On voit le niveau de recherche qu'ils ont fait pour écrire leur article.
    "Parce que le diable est dans les détails, une vision sans nuance ne peut prétendre à la compréhension du monde."

    Mon ancienne page perso : https://neckara.developpez.com/

  7. #7
    Expert éminent sénior
    Le Comité d’experts spécialisé de l'ANSES a conclu à la nécessité de mener des études complémentaires.
    Les quelques fois où je suis allé consulter les rapports de l'Anses sur des sujets de santé qui inquiètent une partie de la population, c'est cette même non réponse qui est donnée. Souvent accompagnée de "on a pas la vocation ni les moyens de répondre face à un sujet aussi complexe, il faut que quelqu'un mène des études"

  8. #8
    Inactif  
    Il y a de plus en plus de cancer, c'est forcément lié, comme pour les vaccins.

    Mais bon tant qu'on aura besoin d'une connexion internet béton pour télécharger du porno en 4K ou 8K. Les pervers vont avoir leurs méninges qui chauffent pour une fois.

  9. #9
    Membre extrêmement actif
    On va mettre des antennes 5G partout et dans 30 ans on fera le bilan pour voir si ça a eu un des effets sanitaires.
    Des centaines de millions de personnes, partout dans le monde, seront en permanence dans les ondes de la 5G, ça devrait être un échantillon représentatif.
    Là il n'y a pas le temps pour faire des études, il faut que la 5G soit rapidement en place dans les grandes villes, ça vient d'en haut :
    Le plan d'action de la Commission européenne pour la 5G
    Présenté en septembre 2016, le plan d'action de la Commission européenne pour la 5G prévoit un calendrier européen commun pour un lancement commercial coordonné des services de 5G en 2020, notamment la couverture 5G d'une grande ville par Etat membre en 2020 et de toutes les zones urbaines et principaux axes de transport en 2025.
    Il y a peut-être des études qui sont fait quelque part dans le monde en ce moment.
    Keith Flint 1969 - 2019

  10. #10
    Membre habitué
    Citation Envoyé par Neckara Voir le message
    Expositions à quelles fréquences, avec quelle puissance ?

    Est-ce une corrélation ou une causalité ?
    Notamment, sur l'utilisation du portable pour les enfants, les principaux risques sont la chaleur dégagée par la batterie, ainsi que le temps passé sur le téléphone, au lieu de faire autre chose.


    À quelle puissance aussi ?

    Quand je mets des trucs dans mon micro-onde ça cuit aussi.



    Dès le début ça commence déjà plutôt mal.

    Quand déjà la première phrase pour les effets, commence par un appel à la popularité…
    Pas une seule indication des puissances employées…
    Pas une seule quantification des augmentations de risques…

    Ça parle de l'électrosensibilité… alors que cela a été prouvé être des effets contextuels…

    La première page est déjà vraiment rédhibitoire.
    Et c'est tout ??? Une seule page sur les effets ???

    On se fout de la gueule de qui ? Ils auraient copié/collé la page web de l'OMS, ils auraient déjà plus d'une page.
    N'importe qui ici est capable de faire une recherche Google "ondes danger" et de prendre les premiers liens qui leur plaisent.

    Ces scientifiques n'ont de science que le nom. On voit le niveau de recherche qu'ils ont fait pour écrire leur article.
    Ca remonte à 20 ans, alors les détails je n'en souviens pas précisément, c'était une conséquence de l'exposition au rayonnement avec une fréquence proche des 2.4GHz(celles de ton micro-onde, fréquence de raisonnance de l'eau).
    Pas à 1000w c'est sûr. C'était dans le cadre de participation à l'élaboration de normes UMTS me semble t'il.

    Le téléphone n'est pas le seul problème.
    Le premier vrai problème est la prolifération des antennes en ville, notamment à proximité des écoles car les recommandations ne pas toujours respectées.
    J'en ai fait l'expérience récemment après avoir réussi à faire avorter un projet pour le quel des enfants âgés de 3 à 6 ans allaient se retrouver plusieurs heures par jour exposés à un groupement de 17 antennes radios (!) à de 100m de distance.
    Il suffit de consulter les données de l'ANFR. Les enfants sont beaucoup plus sensibles c'est un fait.

    Pour le pdf, évidement il faut prendre la peine de tout lire au lieu de t'arrêter à une première phrase, tu aurais trouvé facilement les nombreux liens présents dans le document étoffant cette prise de position qui ne date pas d'hier.
    Le problème est connu depuis longtemps. Ce sont des personnes sérieuses qui s'y connaissent un peu plus que nous : https://emfscientist.org/index.php/e...ientist-appeal, https://emfscientist.org/images/docs..._4068561c.docx.

    Aussi tu ne m'en voudras pas de leur apporter un peu plus de crédit.

  11. #11
    Membre à l'essai
    Citation Envoyé par xXxNeWgEnErAtIoN Voir le message
    Il y a de plus en plus de cancer, c'est forcément lié, comme pour les vaccins.

    Mais bon tant qu'on aura besoin d'une connexion internet béton pour télécharger du porno en 4K ou 8K. Les pervers vont avoir leurs méninges qui chauffent pour une fois.

    Du coup vu qu'il n'y rien de prouvé entre vaccin et cancer c'est forcément pas lié vu que c'est comme ?

    Causalité =/= Corrélation

    D'autant plus que bizarrement la courbe d'augmentation de cancer n'est pas du tout devenue exponentiel depuis l'arrivé de toutes ces ondes mobiles. Effectivement grosse causalité.

    Il y a même des corrélations entre la vente de fromage et le meurtre par étouffement en Floride. Simplifions tout, les preuves sont là.

  12. #12
    Expert éminent sénior
    Citation Envoyé par fodger Voir le message
    Il suffit de consulter les données de l'ANFR. Les enfants sont beaucoup plus sensibles c'est un fait.
    Mais je ne sais même pas de quelles données tu parles…

    Citation Envoyé par fodger Voir le message
    Pour le pdf, évidement il faut prendre la peine de tout lire au lieu de t'arrêter à une première phrase, tu aurais trouvé facilement les nombreux liens présents dans le document étoffant cette prise de position qui ne date pas d'hier.
    … comme le montre ma réponse, je ne me suis pas arrêté à la première phrase…

    Ce n'est pas parce que le document est sourcé qu'il est de qualité.
    On ne doit pas avoir à aller lire les sources pour pallier les manquements du texte, c'est la base de chez base qu'on apprend dès son premier article/rédaction.

    Certains documents sont même présenté de manière trompeuse (e.g. celui du CIRC).
    Un autre est tout simplement pas crédible rien que dans son titre (électro-sensibilité).
    Et pour les autres, d'expérience, je sais à quoi m'attendre, soit à une étude de très faible qualité, soit une étude à laquelle on fait dire ce qu'elle ne dit pas.

    Citation Envoyé par fodger Voir le message
    Ce sont des personnes sérieuses qui s'y connaissent un peu plus que nous : https://emfscientist.org/index.php/e...ientist-appeal, https://emfscientist.org/images/docs..._4068561c.docx.
    C'est marrant, parce que moi qui ne suit pas du domaine, je m'y connais déjà bien plus qu'eux…
    Je serais même capable, si l'envie m'en prenait, de rédiger un texte de bien meilleure qualité. En même temps, c'est pas bien compliqué.

    Un tel document est indigne d'un travail de master (cf mes remarques sur le message précédent). Venant de docteurs, c'est franchement la honte.


    D'ailleurs, avec seulement ~5 signataires pour la France, c'est dire à quel point ça a fait "flop".

    Citation Envoyé par fodger Voir le message
    Aussi tu ne m'en voudras pas de leur apporter un peu plus de crédit.
    Si tu avais lu de manière critique leur document, le crédit que tu leur apporterais devrait être de 0.

    Ce n'est pas parce qu'ils se présentent comme scientifiques qu'il faut boire aveuglément leur paroles.
    "Parce que le diable est dans les détails, une vision sans nuance ne peut prétendre à la compréhension du monde."

    Mon ancienne page perso : https://neckara.developpez.com/

  13. #13
    Membre habitué
    Citation Envoyé par Neckara Voir le message
    Mais je ne sais même pas de quelles données tu parles…


    … comme le montre ma réponse, je ne me suis pas arrêté à la première phrase…

    Ce n'est pas parce que le document est sourcé qu'il est de qualité.
    On ne doit pas avoir à aller lire les sources pour pallier les manquements du texte, c'est la base de chez base qu'on apprend dès son premier article/rédaction.

    Certains documents sont même présenté de manière trompeuse (e.g. celui du CIRC).
    Un autre est tout simplement pas crédible rien que dans son titre (électro-sensibilité).
    Et pour les autres, d'expérience, je sais à quoi m'attendre, soit à une étude de très faible qualité, soit une étude à laquelle on fait dire ce qu'elle ne dit pas.


    C'est marrant, parce que moi qui ne suit pas du domaine, je m'y connais déjà bien plus qu'eux…
    Je serais même capable, si l'envie m'en prenait, de rédiger un texte de bien meilleure qualité. En même temps, c'est pas bien compliqué.

    Un tel document est indigne d'un travail de master (cf mes remarques sur le message précédent). Venant de docteurs, c'est franchement la honte.


    D'ailleurs, avec seulement ~5 signataires pour la France, c'est dire à quel point ça a fait "flop".


    Si tu avais lu de manière critique leur document, le crédit que tu leur apporterais devrait être de 0.

    Ce n'est pas parce qu'ils se présentent comme scientifiques qu'il faut boire aveuglément leur paroles.
    Qui a parlé de boire leurs paroles ? Écris ton article, documente toi vraiment et je serais le premier à lire.

    Et quoi qu'il en soit les effets, risques de cancers existent que tu le veuilles ou non.
    Même l'OMS a commencé (enfin) reconnaître la chose https://www.iarc.fr/wp-content/uploa...07/pr208_E.pdf.

  14. #14
    Membre à l'essai
    Citation Envoyé par fodger Voir le message
    Qui a parlé de boire leurs paroles ? Écris ton article, documente toi vraiment et je serais le premier à lire.

    Et quoi qu'il en soit les effets, risques de cancers existent que tu le veuilles ou non.
    Même l'OMS a commencé (enfin) reconnaître la chose https://www.iarc.fr/wp-content/uploa...07/pr208_E.pdf.

    Il n'a jamais dit qu'il n'y avait pas de risques.
    Risques =/= Danger. D'autant plus que le mot risque utilisé ici n'est pas le risque scientifique.
    Sauf que ce risque dépend de pleins de facteurs. Pas juste le mot onde. Les ondes ont des propriétés toutes différentes, toutes provoquant des effets différents. C'est pas parce que vous pouvez mourir en vous jetant dans un micro-onde que ce sera le cas forcément avec une antenne téléphonique. Et pour l'instant personne ne fais la différence.

    L'OMS commence à reconnaitre qu'il est possible que .... Rien de concret donc - Et commence à l'affirmer pour prévenir tous les doutes, ça évite de se retourner contre eux.

    Les effets des ondes, on les connait, depuis longtemps. Et pourtant on n'arrive pas à statuer sur ça.

  15. #15
    Expert éminent sénior
    Citation Envoyé par fodger Voir le message
    Écris ton article, documente toi vraiment et je serais le premier à lire.
    Je n'ai pas que cela à faire, mais tu peux déjà lire mes interventions sur les autres sujets, dont le dernier doit dater d'à peine quelques jours.

    Citation Envoyé par Lokyr_Dex Voir le message
    Risques =/= Danger. D'autant plus que le mot risque utilisé ici n'est pas le risque scientifique.
    Gros +1.

    Citation Envoyé par Lokyr_Dex Voir le message
    L'OMS commence à reconnaitre qu'il est possible que .... Rien de concret donc - Et commence à l'affirmer pour prévenir tous les doutes, ça évite de se retourner contre eux.
    D'ailleurs, la classification 2B a une signification très précise.
    "Parce que le diable est dans les détails, une vision sans nuance ne peut prétendre à la compréhension du monde."

    Mon ancienne page perso : https://neckara.developpez.com/

  16. #16
    Membre confirmé
    Citation Envoyé par Lokyr_Dex Voir le message

    Risques =/= Danger. D'autant plus que le mot risque utilisé ici n'est pas le risque scientifique.
    bonsoir, voici une définition au sens de la "prévention des risques" des CHSCT ( la notion de risque implique la considération d'un danger ) :


    Qu'est-ce qu'un risque?

    Un risque est la probabilité qu'une personne subisse un préjudice ou des effets nocifs pour sa santé en cas d'exposition à un danger. Cette notion peut également s'appliquer à des situations où il y a perte de biens ou d'équipement ou des effets nocifs pour l'environnement.

    La norme CSA Z1002 Santé et sécurité au travail - Identification et élimination des phénomènes dangereux et appréciation et maîtrise du risque utilise les termes suivants :

    Risque : combinaison de la probabilité d'occurrence d'un dommage et de la gravité de ce dommage.

    Probabilité d'occurrence : possibilité qu'un événement ou un incident se produise.
    Note : Dans le domaine de l'appréciation du risque, « probabilité d'occurrence » signifie la possibilité qu'un événement ou un incident se produise, qu'il soit défini, mesuré ou déterminé objectivement ou subjectivement, qualitativement ou quantitativement, et décrit en termes généraux ou mathématiques (p. ex. une probabilité ou une fréquence au cours d'une certaine période de temps).



    source : https://www.cchst.ca/oshanswers/hspr...zard_risk.html

  17. #17
    Expert éminent sénior
    J'ai aussi un schéma ici:
    https://www.eufic.org/fr/understandi...ue-infographie


    Je sais que risque et danger sont différents, mais je ne sais jamais lequel est lequel.


    Le problème de cette définition de "danger" est que tout est un danger. Ce qui est bien quand on travaille sur de la prévention de risques. Mais dans la communication grand publique, le mot est trop négativement connoté.

    Imaginez la panique si demain on disait que la laine est un danger pour la santé humaine. Ben oui, l'ingestion de quantité importante de laine peut provoquer un étouffement. Le problème est que même si on leur dit que le risque est très faible, les gens resteront prudent et se méfieront de la laine.

    Je prends l'exemple de la laine, mais prenez n'importe quel produit dont le nom fait peur. Si je dis que le monoxyde de dihydrogène présente un danger de mort, et que je présente une bouteille étiquetée monoxyde de dihydrogène, combien en auront peur ?
    C'est pareil pour les ondes, ça fait peur, c'est magique, et puis y'a un danger.


    Derrière, la confusion se maintient aussi par le fait qu'on va généralement dire que X est un danger pour l'homme, est dangereux, seulement si le risque dépasse un certain seuil aux modes d'expositions "réalistes". C'est à dire que le danger désigne à la fois le phénomène, mais aussi la propriété d'une chose d'avoir un risque significatif aux modes d'expositions réalistes.


    Je crois que l'ordre exact est :
    • danger: un phénomène ;
    • risque: probabilité;
    • menace: si risque > t.


    Or, dans le langage courant, on a l'habitude de tout mélanger. Je vais essayer de faire un peu plus gaffe à l'avenir.
    "Parce que le diable est dans les détails, une vision sans nuance ne peut prétendre à la compréhension du monde."

    Mon ancienne page perso : https://neckara.developpez.com/

  18. #18
    Membre confirmé
    Citation Envoyé par Neckara Voir le message
    oui merci, très bon lien ! c'est exactement cette différence qu'il faut saisir

    et j'en profite pour reproduire l'image issue de cet article :



  19. #19
    Membre actif
    rhaaaaa, non, pitié !!!
    on va pas recommencer cette discussion, je croyais qu'on avait enfin fini de balayer tous les pseudo-arguments des conspis mal renseignés (ou malhonnêtes) !!!!!

    bon, je repose la vidéo faite par un VRAI scientifique, docteur en biologie, dont la thèse était justement les études des ondes sur le corps humain, qui n'a pas été publiée parce que son directeur voulait absolument donner raison aux conspis et que non, en fait, c'était daubé, et qu'il a une éthique béton sur le mensonge.
    la vidéo traite justement des arguments foireux d'une conspirationniste, annie lobé, qui n'a de journaliste scientifique que la prétention (n'étant ni journaliste, ni scientifique), et qui, ô surprise, ne défend sa thèse moisie que parce qu'elle vend des livres (alarmistes et idiots) sur le sujet.

    la vidéo ayant été strikée par cette même personne, je poste une republication d'un de leurs copains sceptiques, Arnaud de la chaine astronogeek.




    et encore un gros merci à Neckara, qui m'empèche de développer un ulcère en répondant sceptiquement et rationnellement à tous les "arguments" en faveurs de ces théories fumeuses avant moi.
    "Je ne dis pas que c'est nul, je dis qu'il y a moyen de faire mieux"

  20. #20
    Membre habitué
    Que ce soit clair, il n'y a aucune théorie du complot.

    Il y a des risques et des dangers, ça fait longtemps que la chose est étudiée et bon nombre d'études ne sont jamais publiées.

    https://www.robindestoits.org/Etudes...perme_r29.html