Les moins bonnes prévisions d'Intel se traduiront-elles en mauvaise nouvelle pour Microsoft ?

Version imprimable