Un ancien cadre d’Uber accusé d’avoir payé le "prix du silence" pour dissimuler une violation de données

Version imprimable