Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Expert éminent sénior
    SAP fait appel contre Oracle dans l'affaire TomorrowNow
    SAP conteste l'amende de 1,3 milliards à verser à Oracle
    Dans le cadre de l'affaire TomorrowNow

    Mise à jour du 25/02/11s


    SAP vient d'annoncer – comme prévu – qu'il allait contester la décision qui le condamne à verser plus d'un milliard de dollars (1,3 milliards précisément) de dommages et intérêts à Oracle dans l'affaire TommorowNow (lire ci-avant).

    SAP ne fera pas appel de sa condamnation en tant que telle puisque l'éditeur Allemand a reconnu sa culpabilité. Il contestera le montant, qu'il juge « disproportionné », de la somme à verser au regard du préjudice réel subi par Oracle.

    SAP a déjà versé 120 millions de dollars uniquement pour les frais de justice. Une somme que Oracle majore de 15 millions au titre des intérêts financiers.

    Larry Ellison, le PDG d'Oracle a, semble-t-il, fait de cette procédure une question de principe et e fera aucun cadeau cadeau à un concurrent qui s'attend par ailleurs, à une année 2011 riche en nouveaux produits. Et en croissance.


    MAJ de Gordon Fowler



    SAP pourrait faire appel contre Oracle, l'entreprise vient d'embaucher quatre nouveaux avocats
    Mise à jour du 24.12.2010 par Katleen


    Nouveau rebondissement dans l'affaire SAP-Oracle. Le dernier ayant gagné un procès condamnant le second à lui verser 1.3 milliards de dollars de dommages et intérêts (voir news précédente).

    Mais visiblement, l'éditeur allemand ne compte pas en rester là. SAP s'est en effet offert les services de quatre nouveaux avocats, en sus de ceux travaillant déjà sur le dossier. Les nouvelles recrues travaillent toutes pour le cabinet Durie Tangri, basé à San Francisco et spécialisé dans "divers domaines des litiges civiles complexes, notamment la propriété intellectuelle, la fiabilité professionnelle, les class actions et les affaires de contrats".

    Son expérience est "massive" en termes de copyright.

    De son côté, SAP déclare avoir "ajouté des expertises additionnelles à son équipe tout en continuant à explorer ses options post-procès".

    L'entreprise considère que la somme qui lui est réclamée est disproportionnée, et estime devoir en réalité 40 millions de dollars à Oracle.

    Elle pourrait donc faire appel, et le recrutement de ces personnels judiciaires supplémentaires rend cette option de plus en plus crédible.

    Source : Durie Tangri

    Oracle demande 211 millions de dollars supplémentaires à SAP
    Au titre des intérêts des 1,3 milliards du verdict de l'affaire TomorrowNow

    Mise à jour du 13/12/10


    Chez Oracle, un sou est un sou.

    SAP le savait déjà, mais l'éditeur Allemand en a aujourd'hui la confirmation. Condamné à verser la somme record de 1,3 milliards de dollars à Oracle dans l'affaire TomorrowNow, sur fond de violation de copyright, d'espionnage industriel et de démarchage illégal de clientèle (lire ci-avant), SAP risque de devoir remettre la main à son porte-monnaie.

    Oracle lui réclame en effet 211 millions supplémentaires au titre des intérêts des 1,3 milliards de dollars déjà demandés.

    Pour SAP, cette somme n'a pas lieu d'être, la société considère que le verdict est « tout compris ».

    Ou presque, puisque les deux sociétés se sont mises d'accord (d'après Oracle), sur les frais d'avocats. Soit 120 millions de dollars que SAP devrait verser à Oracle.

    En cas de désaccord sur les intérêts supplémentaires réclamés officiellement depuis vendredi par la société américaine, un nouveau procès pourrait avoir lieu.

    Pas de trêve des confiseurs dans les affaires IT, donc.


    Source : Reuters


    MAJ de Gordon Fowler


    SAP condamné à verser 1,3 milliard de dollars à Oracle
    Dans l'affaire TommorowNow, SAP fera certainement appel

    Mise à jour du 24/11/10


    C'est une des plus grosses amendes infligée à un éditeur de logiciels.

    SAP vient d'être condamné à verser 1,3 milliard de dollars à Oracle dans l'affaire TomorrowNow (lire ci-avant), une affaire qui mêle espionnage industriel, concurrence déloyale et rancunes personnelles entre PDG.

    SAP avait reconnu sa culpabilité. L'issue du procès ne faisait donc aucune doute. Mais l'éditeur allemand ne s'attendait pas un tel verdict. Pour Sap, le montant des dommages et intérêts se chiffrait en millions et non en milliards de dollars.

    Le jury s'est finalement rangé aux arguments d'Oracle et en a décidé autrement.

    Ces 1,3 milliards représentent la 23ème plus grosses amende de l'histoire juridique.

    SAP a d'ores et déjà fait savoir par son porte-parole qu'il étudiait tous les recours possibles.

    Y compris, bien sûr, la possibilité - plus que probable – d'un appel.

    Source : Bloomberg


    MAJ de Gordon Fowler



    Le PDG d'Oracle engage un détective privé pour retrouver l'ancien président de SAP
    Et demande 4 milliards de dommages et intérêts à l'éditeur

    Mise à jour du 09/11/10


    Un milliard de dollars était déjà une somme conséquente.

    C'était, en tout cas, la première estimation (par Oracle) du préjudice causé par SAP à la société de Larry Ellison dans l'affaire d'espionnage et de vol de document liée à la filiale TommorowNow de l'éditeur Allemand (lire ci-avant).

    Mais pour Ellison, cette estimation est une fourchette bien (trop) basse. Il a jugé, hier, devant le Tribunal en charge l'affaire, que le rachat de TommorowNow et les mauvaises pratiques qui ont suivies, avaient abouti à la perte de 30 % des clients de PeopleSoft et de 15 % de ceux Sieble, deux sociétés rachetées par Oracle.

    La note ne s'élèverait donc pas à 1 mais à 4 milliards de dollars.

    La défense de SAP – qui a reconnu les faits et qui ne se bat plus que sur le montant des dommages et intérêts – s'étonne pour sa part que Larry Ellison n'ait pas fait état de son inquiétude de manière plus prononcée avant ce procès. Et de citer l'absence quasi totale de documents internes chez Oracle sur cette affaire et sur l'amplitude de la fuite de ses clients.

    Imperturbable, le PDG d'Oracle explique à l'avocat du groupe Allemand qu'il « essaye d'écrire ce genre de chose le moins possible ». Question de confidentialité et de superstition : « je n'ai pas écrit ce que je pensais être le pire scénario possible ».

    Une réponse certes recevable, mais peu convaincante pour plusieurs observateurs.

    L'avocat de SAP fait alors remarquer à la Cour que les « milliers de clients » partis d'Oracle à cause de ce vol de documents ne sont en fait que... 350.

    « On est bien loin des 20 ou 30 % des clients de PeopleSoft », assène-t-il à Larry Ellison, « Non ? ».

    Pour la vice-présidente d'Oracle, Safra Catz, c'est surtout le principe que la Cour devrait s’attacher à punir. « C'est comme de voler la montre de quelqu'un et de la brader 20 dollars... et de proposer de rembourser les 20 dollars ! », explique-t-elle.

    Affaire dans l'affaire, Ellison tient à impliquer personnellement l'ancien PDG de SAP. Leo Apotheker est aujourd'hui le nouveau président de HP, à la place Mark Hurd, ami personnel de Larry Ellison. HP avait par ailleurs attaqué Oracle en justice pour l'empêcher de recruter Hurd. Ellison tient visiblement à rendre la monnaie de sa pièce au constructeur.

    Problème, HP refuse de faire témoigner son tout nouveau PDG et l'a éloigné de la juridiction du procès (il pourrait ainsi être en Europe).

    Pas de quoi décourager Larry Ellison, dont on peut se demander s'il ne souhaite pas plus impliquer Apotheker que les 4 milliards de dollars. Oracle vient en effet d'engager un détective privé pour retrouver le nouveau meilleur ennemi de son PDG.

    Mais pas encore (officiellement) de tueur à gage.

    Source : Bloomberg, MarketWatch (Wall Street Journal), et Reuters


    MAJ de Gordon Fowler





    Oracle veut la tête de l'ancien PDG de SAP
    Recruté par HP, SAP verse 120 millions de dollars à Oracle de dommages et intérêts

    Mise à jour du 04/11/10



    Larry Ellison n'aime pas les victoires. Seuls les triomphes l'intéressent.

    Le PDG de Oracle avait accusé, visiblement à juste titre, SAP d'avoir dérobé des documents déposés pour tenter de démarcher des clients de sa société (lire ci-avant). En début de semaine, SAP a reconnu les agissement de TommorowNow, la filiale incriminée de la société informatique allemande.

    Hasard du calendrier, l'ancier PDG de SAP, Leo Apotheker, est devenu lundi le nouveau dirigeant de HP.

    HP qui avait lancé une procédure contre Oracle pour l'empêcher de recruter Mark Hurd, son ancien PDG. Et ami de Larry Ellison.

    Dans un climat de franche animosité réciproque, Ellison avait voulu faire d'une pierre deux coups en demandant la citation à comparaitre de Leo Apotheker. Pour lui, Apotheker était parfaitement au courant des pratiques de TommorowNow lorsqu'il était aux commandes de SAP. Et sa participation au procès ne pouvait être qu'une épine dans le pied du nouveau Board de HP, nouvel ennemi personnel de Ellison depuis l'affaire Mark Hurd.

    Pour couper court aux poursuites, SAP a donc décidé en début de semaine de reconnaître sa faute. La société s'est engagée à verser 120 millions de dollars à Oracle au titre de dommages et intérêts et pour les frais de procédures.

    Affaire terminée ?

    Pas vraiment. Ellison ne décolère pas de l'absence d'Apotheker au procès. Le Board de HP a en effet refusé que son nouveau responsable soit mêlé à cette affaire et à tout fait – comme l'avait prédit Ellison – pour qu'il soit physiquement en dehors de la juridiction du procès pendant le temps des audiences.

    Peu enclin à se laisser faire, HP contre-attaquait hier dans un communiqué de presse où la société accusait Larry Ellison « d'acharnement » contre Leo Apotheker.

    Pas du tout, rétorque alors le PDG d'Oracle qui dément vouloir le scalp de son rival. Mais qui déclare tout de même que Leo Apotheker a laissé durer les vols et l'espionnage pendant plusieurs mois de son mandat chez SAP.

    « Pourquoi aussi longtemps ? On aimerait bien savoir », s’interroge Ellison.

    Il n'aura peut-être jamais la réponse. « Ray Lane et le reste du Board de HP veulent que personne ne le sache. C'est la nouvelle marque de fabrique de HP avec Ray responsable et Leo aux commandes », lâche-t-il.

    « Il est temps de changer la devise de HP, ce n'est plus “Inventez” mais “Volez” ».

    Non, Larry Ellison n'a pas du tout l'air d'être dans l'humeur de celui qui veut un scalp.

    Il veut l'homme en entier. Et tous ceux qui l’entourent.


    Source : Première dépêche AP, et deuxième dépêche AP

    Et vous ?

    Pensez-vous que Oracle va faire « du mal » à HP ?

    MAJ de Gordon Fowler



    Le PDG d'Oracle accuse le PDG de HP d'espionnage industriel
    Et affirme qu'il peut le prouver, le torchon brule entre les deux sociétés



    Rien ne va plus entre HP et Oracle.

    Après l'affaire Mark Hurd, le PDG démis de ses fonctions par le Board de HP puis recruté par Oracle, voici l'affaire Leo Apotheker, ancien PDG de SAP... recruté par HP.

    Il est de notoriété publique que Larry Ellison, le PDG multimilliardaire d'Oracle, porte bien peu d'estime à Apotheker. Il lui voue même une franche détestation.

    En cause, une sombre histoire d'espionnage industriel entre SAP (et sa filiale TomorrowNow) et Oracle. Larry Ellison accuse la firme allemande – sans preuve disent ses adversaires du jour – d'avoir pillé la propriété intellectuelle de sa société.

    Hasard du calendrier ou pas, Leo Apotheker doit prendre ses fonctions lundi prochain.

    Larry Ellison, connu pour son caractère « combatif », lui a donc préparé un cadeau de bienvenue sous la forme d'une citation à comparaitre – lundi également – au Tribunal.

    Dans un communiqué à la presse, le PDG d'Oracle pose clairement les choses : « La défense de Monsieur Apotheker [a été de dire] que depuis toutes les années que dure cette procédure, nous n'avions aucune preuve pour l'impliquer personnellement. Et bien c'est ce que nous avons l'intention de faire durant le procès qui commence lundi » .

    Autrement dit, « vous vouliez des preuves ? Nous avons les preuves ».

    La procédure risque donc de faire des étincelles entre ces poids lourds du secteur et ces très fortes personnalités.

    Les étincelles ont d'ailleurs commencé à fuser puisque le même Larry Ellison défie déjà Apotheker. « J'espère me tromper », lance-t-il plus provocateur que jamais, « mais je pense que le nouveau président du directoire de HP (NDR : un ancien d'Oracle...) va tenter d'éloigner le plus, plus, plus possible le nouveau PDG, M. Apotheker, du Palais de Justice jusqu'à ce que le procès soit terminé ».

    En langage de Larry Ellison : « viens ici si t'es un homme » ?


    Source : La déclaration de Larry Ellison reprise par Forbes

  2. #2
    Membre chevronné
    Très bien ! Et bien si Oracle n'a pas de preuve, j'espère qu'ils seront sévèrement punis. Parce que ça doit être punissable, ce genre de harcèlement juridique, je pense...

    En fait, cette plainte est assez ridicule. SAP a peut-être espionné Oracle, mais son PDG ? Maintenant qu'il a quitté SAP, je ne suis pas sûr qu'il est très logique pour Oracle de le poursuivre lui en personne. Ca ressemble à une espèce de vendetta personnelle !
    J'appelle "Point Traroth" le moment dans une discussion où quelqu'un parle des Bisounours. A partir de ce moment, toute discussion sérieuse devient impossible, puisque la légitimité d'une des parties pour exposer son point de vue est mise en cause. C'est juste un anathème, un moyen de décrédibiliser les autres sans avoir à discuter.

  3. #3
    Expert éminent sénior
    Oracle veut la tête de l'ancien PDG de SAP
    Recruté par HP, SAP verse 120 millions de dollars à Oracle de dommages et intérêts

    Mise à jour du 04/11/10



    Larry Ellison n'aime pas les victoires. Seuls les triomphes l'intéressent.

    Le PDG de Oracle avait accusé, visiblement à juste titre, SAP d'avoir dérobé des documents déposés pour tenter de démarcher des clients de sa société (lire ci-avant). En début de semaine, SAP a reconnu les agissements de TomorrowNow, la filiale incriminée de la société informatique allemande.

    Hasard du calendrier, l'ancien PDG de SAP, Leo Apotheker, est devenu lundi le nouveau dirigeant de HP.

    HP qui avait lancé une procédure contre Oracle pour l'empêcher de recruter Mark Hurd, son ancien PDG. Et ami de Larry Ellison.

    Dans un climat de franche animosité réciproque, Ellison avait voulu faire d'une pierre deux coups en demandant la citation à comparaitre de Leo Apotheker. Pour lui, Apotheker était parfaitement au courant des pratiques de TomorrowNow lorsqu'il était aux commandes de SAP. Et sa participation au procès ne pouvait être qu'une épine dans le pied du nouveau Board de HP, nouvel ennemi personnel de Ellison depuis l'affaire Mark Hurd.

    Pour couper court aux poursuites, SAP a donc décidé en début de semaine de reconnaître sa faute. La société s'est engagée à verser 120 millions de dollars à Oracle au titre de dommages et intérêts et pour les frais de procédures.

    Affaire terminée ?

    Pas vraiment. Ellison ne décolère pas de l'absence d'Apotheker au procès. Le Board de HP a en effet refusé que son nouveau responsable soit mêlé à cette affaire et à tout fait – comme l'avait prédit Ellison – pour qu'il soit physiquement en dehors de la juridiction du procès pendant le temps des audiences.

    Peu enclin à se laisser faire, HP contre-attaquait hier dans un communiqué de presse où la société accusait Larry Ellison « d'acharnement » contre Leo Apotheker.

    Pas du tout, rétorque alors le PDG d'Oracle qui dément vouloir le scalp de son rival. Mais qui déclare tout de même que Leo Apotheker a laissé durer les vols et l'espionnage pendant plusieurs mois de son mandat chez SAP.

    « Pourquoi aussi longtemps ? On aimerait bien savoir », s’interroge Ellison.

    Il n'aura peut-être jamais la réponse. « Ray Lane et le reste du Board de HP veulent que personne ne le sache. C'est la nouvelle marque de fabrique de HP avec Ray responsable et Leo aux commandes », lâche-t-il.

    « Il est temps de changer la devise de HP, ce n'est plus “Inventez” mais “Volez” ».

    Non, Larry Ellison n'a pas du tout l'air d'être dans l'humeur de celui qui veut un scalp.

    Il veut l'homme en entier. Et tous ceux qui l’entourent.


    Source : Nom Source , Nom Source

    Et vous ?

    Pensez-vous qu’Oracle va faire « du mal » à HP ?

  4. #4
    Modérateur

    Pensez-vous que Oracle va faire « du mal » à HP ?
    A HP, j'en sais rien. Mais Oracle commence à se faire pas de mal à lui même en terme d'image surtout depuis le rachat de Sun (java, mysql, openoffice, ....). Pendant ce temps la concurrence existe, et peut-être que ça ne sera pas sans conséquence pour Oracle.
    --- Sevyc64 ---

    Parce que le partage est notre force, la connaissance sera notre victoire

  5. #5
    Membre chevronné
    [TROLL]Leo Apotheker se barre de SAP pour prendre la tête de HP. Rien que de lire que les grands discutent entre eux et se donnent le pouvoir uniquement en eux, genre le cercle fermé des intouchables, ça me dégoûte. Ils ne méritent pas qu'on perde notre temps à parler d'eux. D'ailleurs, ça influencerait en quoi notre économie, notre travail et notre vie privée ? Beurk. Politiciens et grands dirigeants : tous des bons gros magouilleurs qui me donnent la nausée.[/TROLL]
    .I..

  6. #6
    Expert confirmé
    Une autre partie de l'histoire, c'est que Leo Apotheker pense que l'évolution des SGBD classiques est arrivé à son apogée, et que des boites comme ORACLE devraient commencer à chercher d'autres voies si elles veulent rester compétitives.

    (AHMA ,au moins se lancer dans le NoSQL pour commencer).

    Comme Leo Apotheker est loin de passer pour un idiot dans "les milieux autorisés"
    (merci Coluche) : la côte d'Oracle commence à se déprécier.

    pour étayer :
    http://universite-du-si.com/en/confe...-leo-apotheker

    PS : c'est en Français
    «La pluralité des voix n'est pas une preuve, pour les vérités malaisées à découvrir, tant il est bien plus vraisemblable qu'un homme seul les ait rencontrées que tout un peuple.» [ René Descartes ] - Discours de la méthode

  7. #7
    Expert éminent sénior
    Le PDG d'Oracle engage un détective privé pour retrouver l'ancien président de SAP
    Et demande 4 milliards de dommages et intérêts à l'éditeur

    Mise à jour du 09/11/10


    Un milliard de dollars était déjà une somme conséquente.

    C'était, en tout cas, la première estimation (par Oracle) du préjudice causé par SAP à la société de Larry Ellsion dans l'affaire d'espionnage et de vol de document liée à la filiale TommorowNow de l'éditeur Allemand (lire ci-avant).

    Mais pour Ellison, cette estimation est une fourchette bien (trop) basse. Il a jugé, hier, devant le Tribunal en charge l'affaire, que le rachat de TommorowNow et les mauvaises pratiques qui ont suivies, avaient abouti à la perte de 30 % des clients de PeopleSoft et de 15 % de ceux Sieble, deux sociétés rachetées par Oracle.

    La note ne s'élèverait donc pas à 1 mais à 4 milliards de dollars.

    La défense de SAP – qui a reconnu les faits et qui ne se bat plus que sur le montant des dommages et intérêts – s'étonne pour sa part que Larry Ellison n'ait pas fait état de son inquiétude de manière plus prononcée avant ce procès. Et de citer l'absence quasi totale de documents internes chez Oracle sur cette affaire et sur l'amplitude de la fuite de ses clients.

    Imperturbable, le PDG d'Oracle explique à l'avocat du groupe Allemand qu'il « essaye d'écrire ce genre de chose le moins possible ». Question de confidentialité et de superstition : « je n'ai pas écrit ce que je pensais être le pire scénario possible ».

    Une réponse certes recevable, mais peu convaincante pour plusieurs observateurs.

    L'avocat de SAP fait alors remarquer à la Cour que les « milliers de clients » partis d'Oracle à cause de ce vol de documents ne sont en fait que... 350.

    « On est bien loin des 20 ou 30 % des clients de PeopleSoft », assène-t-il à Larry Ellison, « Non ? ».

    Pour la vice-présidente d'Oracle, Safra Catz, c'est surtout le principe que la Cour devrait s’attacher à punir. « C'est comme de voler la montre de quelqu'un et de la brader 20 dollars... et de proposer de rembourser les 20 dollars ! », explique-t-elle.

    Affaire dans l'affaire, Ellison tient à impliquer personnellement l'ancien PDG de SAP. Leo Apotheker est aujourd'hui le nouveau président de HP, à la place Mark Hurd, ami personnel de Larry Ellison. HP avait par ailleurs attaqué Oracle en justice pour l'empêcher de recruter Hurd. Ellison tient visiblement à rendre la monnaie de sa pièce au constructeur.

    Problème, HP refuse de faire témoigner son tout nouveau PDG et l'a éloigné de la juridiction du procès (il pourrait ainsi être en Europe).

    Pas de quoi décourager Larry Ellison, dont on peut se demander s'il ne souhaite pas plus impliquer Apotheker que les 4 milliards de dollars. Oracle vient en effet d'engager un détective privé pour retrouver le nouveau meilleur ennemi de son PDG.

    Mais pas encore (officiellement) de tueur à gage.

    Source : Bloomberg, MarketWatch (Wall Street Journal), et Reuters

  8. #8
    Membre émérite
    C'est assez pathétique...
    Copier c'est copier; voler c'est vendre un CD une vingtaine d'euros!


    Code C :Sélectionner tout -Visualiser dans une fenêtre à part
    1
    2
    3
    4
    5
    6
    7
    #include <stdio.h>
     
    int main(int argc, char **argv) {
     
        printf("So long, and thanks for the fish, Dennis...\n");
        return 0;
    }

  9. #9
    Membre régulier
    Le plus indécent c'est surtout pour le salarié de SAP ou d'Oracle qui voit ses augmentations gelées voire son emploi supprimé par manque de budget alors que des millions sont dépensés pour une affaire semble-t-il personnelle.

  10. #10
    Membre chevronné
    Citation Envoyé par Lag Voir le message
    Le plus indécent c'est surtout pour le salarié de SAP ou d'Oracle qui voit ses augmentations gelées voire son emploi supprimé par manque de budget alors que des millions sont dépensés pour une affaire semble-t-il personnelle.
    Encore une fois, la relation employeur <=> employé est un échange qui va dans les deux sens. Plus la société avance, plus on semble effectivement oublier que le flux c'est pas toujours patron => employé. Le patron fait n'importe quoi ? Oracle fait un bénéfice net de plusieurs millions d'euros et personne n'est augmenté parce que le PDG veut se venger, comme un gamin de 5 ans, sur l'autre môsieur kilépagentil ? Eh bien une bonne grève générale de tout le monde lui ferait du bien, afin qu'il pense aussi qu'il a des employés et que ses petites crises d'enfant gâté, il faut qu'il les mette un peu de côté.
    .I..

  11. #11
    Membre régulier
    Je crois qu'on peut dire que la compagne de dénigrement de Oracle / Larry Ellison à commencer (ou bat son plein ?) sur les média Français.
    D'un autre coté, il donne beaucoup de grain à moudre...

  12. #12
    Membre habitué
    C'est une bonne idée que d'imputer la réduction de la clientèle non pas à sa propre incompétence mais à l'espionnage et la malversation du voisin.

    Mais c'est vrai que l'espionnage industriel c'est mal. Les gens honnêtes ne font que de la veille technologique

  13. #13
    Expert éminent sénior
    SAP condamné à verser 1,3 milliard de dollars à Oracle
    Dans l'affaire TommorowNow, SAP fera certainement appel

    Mise à jour du 24/11/10


    C'est une des plus grosses amendes infligée à un éditeur de logiciels.

    SAP vient d'être condamné à verser 1,3 milliard de dollars à Oracle dans l'affaire TomorrowNow (lire ci-avant), une affaire qui mêle espionnage industriel, concurrence déloyale et rancunes personnelles entre PDG.

    SAP avait reconnu sa culpabilité. L'issue du procès ne faisait donc aucune doute. Mais l'éditeur allemand ne s'attendait pas un tel verdict. Pour Sap, le montant des dommages et intérêts se chiffrait en millions et non en milliards de dollars.

    Le jury s'est finalement rangé aux arguments d'Oracle et en a décidé autrement.

    Ces 1,3 milliards représentent la 23ème plus grosses amende de l'histoire juridique.

    SAP a d'ores et déjà fait savoir par son porte-parole qu'il étudiait tous les recours possibles.

    Y compris, bien sûr, la possibilité - plus que probable – d'un appel.

    Source : Bloomberg

  14. #14
    Membre éclairé
    Euh... Est ce que SAP les à au moins?

  15. #15
    Expert éminent
    Citation Envoyé par ArKam Voir le message
    Euh... Est ce que SAP les à au moins?
    Largement, c'est le 4e mondial quand même.

  16. #16
    Expert éminent sénior
    Citation Envoyé par psychadelic Voir le message
    Une autre partie de l'histoire, c'est que Leo Apotheker pense que l'évolution des SGBD classiques est arrivé à son apogée, et que des boites comme ORACLE devraient commencer à chercher d'autres voies si elles veulent rester compétitives.

    remarque pertinente je suis 100% d'accord avec toi
    Il en va de même pour les systèmes d'exploitation
    La théorie, c'est quand on sait tout et que rien ne fonctionne.
    La pratique, c'est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi.
    ( A Einstein)

  17. #17
    Expert éminent sénior
    Citation Envoyé par Gordon Fowler Voir le message

    C'est une des plus grosses amendes infligée à un éditeur de logiciels.

    SAP vient d'être condamné à verser 1,3 milliard de dollars à Oracle dans l'affaire TomorrowNow (lire ci-avant), une affaire qui mêle espionnage industriel, concurrence déloyale et rancunes personnelles entre PDG.
    Larry Ellison doit jubiler ; il va pouvoir agrandir sa collection de jets privés et de grosses voitures
    La théorie, c'est quand on sait tout et que rien ne fonctionne.
    La pratique, c'est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi.
    ( A Einstein)

  18. #18
    Membre régulier
    Il ne lui reste plus qu'a apotheker sa maison...

  19. #19
    Expert éminent sénior
    Citation Envoyé par sinasquax Voir le message
    Il ne lui reste plus qu'a apotheker sa maison...
    elle est très bonne
    La théorie, c'est quand on sait tout et que rien ne fonctionne.
    La pratique, c'est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi.
    ( A Einstein)

  20. #20
    Expert éminent sénior
    Oracle demande 211 millions supplémentaires à SAP
    Oracle demande 211 millions de dollars supplémentaires à SAP
    Au titre des intérêts des 1,3 milliards du verdict de l'affaire TomorrowNow

    Mise à jour du 13/12/10


    Chez Oracle, un sou est un sou.

    SAP le savait déjà, mais l'éditeur Allemand en a aujourd'hui la confirmation. Condamné à verser la somme record de 1,3 milliards de dollars à Oracle dans l'affaire TomorrowNow, sur fond de violation de copyright, d'espionnage industriel et de démarchage illégal de clientèle (lire ci-avant), SAP risque de devoir remettre la main à son porte-monnaie.

    Oracle lui réclame en effet 211 millions supplémentaires au titre des intérêts des 1,3 milliards de dollars déjà demandés.

    Pour SAP, cette somme n'a pas lieu d'être, la société considère que le verdict est « tout compris ».

    Ou presque, puisque les deux sociétés se sont mises d'accord (d'après Oracle), sur les frais d'avocats. Soit 120 millions de dollars que SAP devrait verser à Oracle.

    En cas de désaccord sur les intérêts supplémentaires réclamés officiellement depuis vendredi par la société américaine, un nouveau procès pourrait avoir lieu.

    Pas de trêve des confiseurs dans les affaires IT, donc.


    Source : Reuters