Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Expert éminent sénior
    Première grande étape dans le développement d'OpenStack : le code source est disponible
    La seconde mise à jour du code source de OpenStack est disponible
    avec de nouvelles fonctionnalités et la participation de Cisco et Canonical

    Mise à jour du 04/02/11, par Hinault Romaric

    La communauté OpenStack vient de dévoiler la seconde mise à jour de son projet open-source Cloud OpenStack dont le code source a été baptisé « Besack ».

    Pour mémoire OpenStack est un projet initié par la compagnie RackSpace en partenariat avec plusieurs compagnies parmi lesquelles la Nasa et Microsoft (lire ci-avant).

    La seconde mise à jour du projet inclut de nouvelles technologies de stockage, une prise en charge d’IPv6 et un support préliminaire de « Glance », une nouvelle technologie qui va permettre de découvrir un nouveau service de gestion d’image virtuelle pouvant être connecté à un service Cloud public (Amazon EC2, Azure).

    La divulgation du code source de Besack marque une phase importante dans le développement du projet avec des correctifs de bug, des fonctionnalités de calcul prêtes pour les environnements de production ainsi que des preuves de faisabilités (PoC).

    Besack a également fait l’objet d’une participation accrue de la communauté des contributeurs au projet OpenStack (actuellement au nombre de 50) qui comprend désormais Cisco et Canonical.

    La prochaine libération du code source d’OpenStack est prévue pour avril et aura pour nom de code « Cactus ».


    Besack est disponible sur cette page


    Source : Blog OpenStack



    OpenStack intègre la plateforme de virtualisation Hyper-V
    Le Cloud open-source permet de mixer technologies Microsoft, non-Microsoft et libres

    Mise à jour du 25/10/10


    Les jours et les annonces se suivent pour OpenStack, l'offre d'Infrastructure as a service (IaaS) open-source encore en développement, et assez peu connu sous nos latitudes.

    La semaine dernière, OpenStack livrait son code source (lire ci-avant).

    Cette semaine, c'est Microsoft qui annonce qu'il a conclu un partenariat avec Cloud.com, l'éditeur de solutions de gestion des infrastructures, afin d'assurer l'intégration et le support de Windows Server 2008 R2 Hyper-V dans le projet OpenStack.

    L'ajout de Windows Server 2008 R2 Hyper-V est destinée à offrir plus de flexibilité et à permettre ainsi d'utiliser des technologies différentes (Microsoft, non-Microsoft et libres) sur l'infrastructure virtualisée.

    Dans le cadre de la collaboration, Microsoft fournira des conseils techniques et d’architecture à Cloud.com. De son côté, Cloud.com développera le code supportant OpenStack sur Windows Server 2008 R2 Hyper-V. Le code du projet sera reversé dans l’annuaire de code public (lire également ci-avant).

    Pour mémoire, OpenStack utilise des logiciels open-source sur du matériel standard.

    Autrement dit, le logiciel peut fonctionner sur un serveur dans un datacenter existant ou fonctionner sur du matériel configuré comme un centre de données modulaire. Il utilise la technologie de virtualisation pour créer et gérer de grands groupes de machines virtuelles.

    Le support d’Hyper-V doit permettre au client de réaliser des économies d’échelle dans des infrastructures Windows et Linux, la technologie de virtualisation de Microsoft permettant de faire fonctionner plusieurs systèmes d'exploitation différents en parallèle.

    « Nous sommes extrêmement heureux d'accueillir Microsoft dans la communauté OpenStack. Sa contribution à la plate-forme open cloud offrira plus d’opportunités aux clients, fournisseurs et partenaires commerciaux », se réjouit Jim Curry, General Manager de OpenStack.

    OpenStack a été lancé avec les contributions de code de Rackspace US et Nebula, la plate-forme Cloud de la NASA. Aujourd'hui, OpenStack est supportée par 35 fournisseurs de matériel et de logiciels sur l'ensemble du secteur IT.

    Reste à savoir si cette plate-forme plus que prometteuse ne sera pas, ironiquement, un des plus importants concurrents de Windows Azure.

    MAJ de Gordon Fowler


    Première grand étape dans le développement d'OpenStack
    Le projet de Cloud open-source : le code source est disponible

    Mise à jour du 21/10/2010 par Idelways


    Le projet open-source Cloud OpenStack initié par la compagnie d'hébergement RackSpace il y'a trois mois vient de franchir la première grande étape de son développement.

    Le code source de cette mise à jour, appelée « Austin », est disponible dès aujourd'hui.

    Il inclut le code qui propulse les solutions Cloud Files et Cloud Servers de RackSpace, rebaptisés OpenStack Compute et OpenStack Object Storage.

    La contribution de la NASA à Austin est également disponible depuis hier. Elle s'appelle « NASANebula 1.0 » et fait partie de la plateforme Cloud de l'agence spatiale américaine.

    La mise à jour d'Austin facilite le déploiement, corrige plusieurs bugs et rajoute de nouvelles fonctionnalités, comme un analyseur de statistiques et un meilleur contrôle d'accès.

    OpenStack Compute est disponible sur cette page
    OpenStack Object Storage est disponible sur celle-ci


    Source : site du projet OpenStack

    Et vous ?

    Que pensez-vous de l'avancement du projet ?
    Arrivera-t-il à se faire une place parmi les géants du secteur ?



    Mise à jour du 14.09.2010 par Katleen
    Le projet cloud open-source OpenStack se dévoile, son API et son code le rendront davantage "developper-friendly"


    Le mois dernier, nous vous annoncions les grands projets de RackSpace avec son projet OpenStack : du cloud open-source qui devait permettre aux entreprises de créer à la carte leurs propres services clouds, en interne et hébergés.

    Avec l'arrivée prochaine de la nouvelle mouture de la solution, des nouveautés étaient attendues. Elles viennent d'être présentées sur le blog d'OpenStack, par le responsable en chef du projet.
    Elles sont les suivantes :

    - Une version officielle de l'API OpenStack. Elle complètera la RackSpace Cloud API en apportant des fonctionnalités liées aux "role-based access control" ainsi qu'au networking.

    - Prise en charge des hyperviseurs XenServer, KVM, UML et VirtualBox.

    - Approche unifiée du stockage : les systèmes d'authentification pour Compute et Object Storage ne feront plus qu'un.

    - Deux modèles réseaux : L'API permettra un choix de réseau : soit une connexion statique via de vraies adresses IP ; soit des adresses IP privées à l'intérieur d'un subnet dédié que l'on atteint via NATing depuis un VPN privé sur l'Internet public.

    A noter également, le code a été refondu afin d'être davantage "developper-friendly". Son éditeur espère ainsi bénéficier de plus de contributions.

    Plus d'informations seront dévoilées lors d'une conférence à San Antonio qui débutera le 9 novembre pour s'achever le 12.

    Source : Le blog d'Open Stack

    Allez-vous contribuer à ce projet ?

    L'Open-Source est-il l'avenir du Cloud ?
    Oui pour RackSpace, qui ouvre le code de sa plateforme et milite pour l'interopérabilité : la Nasa suit



    RackSpace, entreprise spécialisée dans l'hébergement, vient d'annoncer l'ouverture du code du programme sur lequel s'appuie ses plate-formes de Cloud computing et de stockage.

    Le code passe ainsi sous licence Apache 2, ce qui permet aux tiers de le redistribuer, de le modifier, et même de le recommercialiser.

    Dans la même logique, la compagnie lancera bientôt OpenStack, une plate-forme cloud totalement open-source (dont le code sera - bien évidemment - offert au projet). La NASA participera en y incorporant des technologies qui font aujourd'hui partie de sa plate-forme cloud Nebula.

    Le but de RackSpace avec ces décisions ?

    L'entreprise entend promouvoir l'interopérabilité dans les services Cloud afin d'éviter les cloisonnements imposés par certains revendeurs. Plus généralement, l'entreprise souhaiterait que soient crées des standards pour cette industrie.

    Plus de 25 grands groupes sont sur la même longueur d'onde et adhère au projet, parmi eux citons : AMD, Citrix, Dell.

    Là encore, le code sera proposé sous une licence Apache 2.

    De quoi mettre fin à certaines réticences, notamment de la part des développeurs francophones et des responsables IT en général ?

    Non, répond Microsoft, pour qui l'avenir du Cloud passe par une meilleure confidentialité des données. Autrement dit, l'important serait de laisser le choix aux utilisateurs de les stocker sur leurs propres serveurs (Cloud privé) ou sur ceux du fournisseur (Cloud publique), en fonction de ses besoins. Pas d'Open-Source ici mais la notion de Cloud hybride. Microsoft ne se prive d'ailleurs pas de souligner qu'il est le seul à proposer ce type de solution avec Windows Azure.

    Pour RackSpace, le choix de l'open-source est en revanche une manière de se démarquer des géants - propriétaires - de ce secteur naissant (Microsoft, Google et Amazon).

    Et de proposer une réponse concrète à la question de la transparence des plateformes et de leur interopérabilité.

    Mais cette réponse Open-Source sera-t-elle l'avenir du Cloud ? Rien n'est moins sûr.


    Source : RackSpace

    Lire aussi :

    Microsoft explique Windows Azure et offre 25h gratuites par mois pour découvrir sa plateforme Cloud dédiée aux développeurs

    « Nous assistons à une accélération de l'adoption du Cloud Computing », déclare Gartner dans une étude de 18 pages à 1500 dollars

    La difficile définition du Cloud Computing fait débat

    Le hardware open-source enfin défini, le marché totalise déjà 13 milliards de dollars de revenus et devrait se développer

    Et vous ?

    Des standards pour le Cloud, bonne ou mauvaise idée ?
    Et faut-il qu'ils soient nécessairement open-source ?



    En collaboration avec Gordon Fowler

  2. #2
    Membre chevronné
    Citation Envoyé par Katleen Erna Voir le message
    Des standards pour le Cloud, bonne ou mauvaise idée ?
    Et faut-il qu'ils soient nécessairement open-source ?
    Des standards où qu'ils soient sont toujours une bonne idée à mon avis.

    Après le cloud open source... bah oui pourquoi pas. La où ça peut être un plus c'est pour "rassurer" les entreprises réticentes (celle où je travaille actuellement est clairement le cas).

    Par contre pourquoi est ce qu'avec ce code open source on ne peut pas créer de cloup privé, comme le dit Microsoft, si j'ai bien compris?
    dam's

  3. #3
    Rédacteur

    L'Open-Source est-il l'avenir du Cloud ?
    autre question : L'open-source est-il la nouvelle tactique pour faire décoller le cloud ?

    Parce que vu les millions investis par les grosses compagnies dans le Cloud-Computing, il faut absolument que ca décolle ! Et s'il faut flatter la communauté open-source pour y arriver, ils le feront, pas de doute la dessus.
    ALGORITHME (n.m.): Méthode complexe de résolution d'un problème simple.

  4. #4
    Expert éminent sénior
    Mise à jour du 14.09.2010 par Katleen
    Le projet cloud open-source OpenStack se dévoile, son API et son code le rendront davantage "developper-friendly"


    Le mois dernier, nous vous annoncions les grands projets de RackSpace avec son projet OpenStack : du cloud open-source qui devait permettre aux entreprises de créer à la carte leurs propres services clouds, en interne et hébergés.

    Avec l'arrivée prochaine de la nouvelle mouture de la solution, des nouveautés étaient attendues. Elles viennent d'être présentées sur le blog d'OpenStack, par le responsable en chef du projet.
    Elles sont les suivantes :

    - Une version officielle de l'API OpenStack. Elle complètera la RackSpace Cloud API en apportant des fonctionnalités liées aux "role-based access control" ainsi qu'au networking.

    - Prise en charge des hyperviseurs XenServer, KVM, UML et VirtualBox.

    - Approche unifiée du stockage : les systèmes d'authentification pour Compute et Object Storage ne feront plus qu'un.

    - Deux modèles réseaux : L'API permettra un choix de réseau : soit une connexion statique via de vraies adresses IP ; soit des adresses IP privées à l'intérieur d'un subnet dédié que l'on atteint via NATing depuis un VPN privé sur l'Internet public.

    A noter également, le code a été refondu afin d'être davantage "developper-friendly". Son éditeur espère ainsi bénéficier de plus de contributions.

    Plus d'informations seront dévoilées lors d'une conférence à San Antonio qui débutera le 9 novembre pour s'achever le 12.

    Source : Le blog d'Open Stack

    Allez-vous contribuer à ce projet ?

  5. #5
    Expert éminent sénior
    Première grand étape dans le développement d'OpenStack : le code source est disponible
    Première grand étape dans le développement d'OpenStack
    Le projet de Cloud open-source : le code source est disponible

    Mise à jour du 21/10/2010 par Idelways


    Le projet open-source Cloud OpenStack initié par la compagnie d'hébergement RackSpace il y'a trois mois vient de franchir la première grande étape de son développement.

    Le code source de cette mise à jour, appelée « Austin », est disponible dès aujourd'hui.

    Il inclut le code qui propulse les solutions Cloud Files et Cloud Servers de RackSpace, rebaptisés OpenStack Compute et OpenStack Object Storage.

    La contribution de la NASA à Austin est également disponible depuis hier. Elle s'appelle « NASANebula 1.0 » et fait partie de la plateforme Cloud de l'agence spatiale américaine.

    La mise à jour d'Austin facilite le déploiement, corrige plusieurs bugs et rajoute de nouvelles fonctionnalités, comme un analyseur de statistiques et un meilleur contrôle d'accès.

    OpenStack Compute est disponible sur cette page
    OpenStack Object Storage est disponible sur celle-ci


    Source : site du projet OpenStack

    Et vous ?

    Que pensez-vous de l'avancement du projet ?
    Arrivera-t-il à se faire une place parmi les géants du secteur ?

  6. #6
    En attente de confirmation mail
    Est-ce normal que dans les news on ne mentionne jamais quel est le langage utilisé ? C++, Java, C#, Pascal, ... ?
    N'est-ce pas important ?

  7. #7
    Expert éminent sénior
    OpenStack intègre la plateforme de virtualisation Hyper-V
    Le Cloud open-source permet de mixer technologies Microsoft, non-Microsoft et libres

    Mise à jour du 25/10/10


    Les jours et les annonces se suivent pour OpenStack, l'offre d'Infrastructure as a service (IaaS) open-source encore en développement, et assez peu connu sous nos latitudes.

    La semaine dernière, OpenStack livrait son code source (lire ci-avant).

    Cette semaine, c'est Microsoft qui annonce qu'il a conclu un partenariat avec Cloud.com, l'éditeur de solutions de gestion des infrastructures, afin d'assurer l'intégration et le support de Windows Server 2008 R2 Hyper-V dans le projet OpenStack.

    L'ajout de Windows Server 2008 R2 Hyper-V est destinée à offrir plus de flexibilité et à permettre ainsi d'utiliser des technologies différentes (Microsoft, non-Microsoft et libres) sur l'infrastructure virtualisée.

    Dans le cadre de la collaboration, Microsoft fournira des conseils techniques et d’architecture à Cloud.com. De son côté, Cloud.com développera le code supportant OpenStack sur Windows Server 2008 R2 Hyper-V. Le code du projet sera reversé dans l’annuaire de code public (lire également ci-avant).

    Pour mémoire, OpenStack utilise des logiciels open-source sur du matériel standard.

    Autrement dit, le logiciel peut fonctionner sur un serveur dans un datacenter existant ou fonctionner sur du matériel configuré comme un centre de données modulaire. Il utilise la technologie de virtualisation pour créer et gérer de grands groupes de machines virtuelles.

    Le support d’Hyper-V doit permettre au client de réaliser des économies d’échelle dans des infrastructures Windows et Linux, la technologie de virtualisation de Microsoft permettant de faire fonctionner plusieurs systèmes d'exploitation différents en parallèle.

    « Nous sommes extrêmement heureux d'accueillir Microsoft dans la communauté OpenStack. Sa contribution à la plate-forme open cloud offrira plus d’opportunités aux clients, fournisseurs et partenaires commerciaux », se réjouit Jim Curry, General Manager de OpenStack.

    OpenStack a été lancé avec les contributions de code de Rackspace US et Nebula, la plate-forme Cloud de la NASA. Aujourd'hui, OpenStack est supportée par 35 fournisseurs de matériel et de logiciels sur l'ensemble du secteur IT.

    Reste à savoir si cette plate-forme plus que prometteuse ne sera pas, ironiquement, un des plus importants concurrents de Windows Azure.

  8. #8
    Membre actif
    pas de cloud privé ?
    bonjour à tous,

    perso, l'info m'intéressait surtout pour faire du cloud privé ou à taille réduite.

    bon je sais ce que ça pourrait réellement apporter mais l'idée de faire l'essai me paraissait séduisante....

    en quoi ne serait il pas possible de le faire à partir de ce type de projet opensource ?

    cédric

  9. #9
    Membre éclairé
    Je suis développeur et... j'y comprends rien au cloud

  10. #10
    Responsable .NET

    La seconde mise à jour du code source de OpenStack est disponible
    avec de nouvelles fonctionnalités et la participation de Cisco et Canonical

    Mise à jour du 04/02/11, par Hinault Romaric

    La communauté OpenStack vient de dévoiler la seconde mise à jour de son projet open-source Cloud OpenStack dont le code source a été baptisé « Besack ».

    Pour mémoire OpenStack est un projet initié par la compagnie RackSpace en partenariat avec plusieurs compagnies parmi lesquelles la Nasa et Microsoft (lire ci-avant).

    La seconde mise à jour du projet inclut de nouvelles technologies de stockage, une prise en charge d’IPv6 et un support préliminaire de « Glance », une nouvelle technologie qui va permettre de découvrir un nouveau service de gestion d’image virtuelle pouvant être connecté à un service Cloud public (Amazon EC2, Azure).

    La divulgation du code source de Besack marque une phase importante dans le développement du projet avec des correctifs de bug, des fonctionnalités de calcul prêtes pour les environnements de production ainsi que des preuves de faisabilités (PoC).

    Besack a également fait l’objet d’une participation accrue de la communauté des contributeurs au projet OpenStack (actuellement au nombre de 50) qui comprend désormais Cisco et Canonical.

    La prochaine libération du code source d’OpenStack est prévue pour avril et aura pour nom de code «Cactus».


    Besack est disponible sur cette page


    Source : Blog OpenStack
    Vous souhaitez participer aux rubriques .NET ? Contactez-moi

    Si déboguer est l’art de corriger les bugs, alors programmer est l’art d’en faire
    Mon blog, Mes articles, Me suivre sur Twitter
    En posant correctement votre problème, on trouve la moitié de la solution

  11. #11
    Membre à l'essai
    J'espère que j'aurai à utiliser ces technologies dans un futur pas trop lointain.

    Je vous demande donc combien êtes vous à utiliser ce genre de techno et dans quels cadres.

    Je verrai bien la bdd énorme de gros sites, des systèmes de fichiers ultra rapide dans la recherche physique, médicale le tout partagé à différents endroits du monde mais y en a t il ici qui font ça?

  12. #12
    Membre à l'essai
    Je lis le code et je suis surpris de voir que du python.

    La doc est claire et me fait remarquer que la mise ne place est simple.

    En bref si vous voulez faire un système d'hébergement de fichier évolutif, ça paraît simple.

    Ai je tout compris ou suis je à coté de mes pompes?

  13. #13
    Membre éprouvé
    Pour ma part c'est tout l'inverse

    C'est un fatras de sites / sous sites, wikis etc. Après 20 minutes de recherche, pas moyen de comprendre comment ça fonctionne.
    De plus j'ai été lire les "coding standards" C++ et les exemples donnés contredisent ce qui est écrit ...

    <troll>
    Bref je confirme, c'est bien un projet open source : c'est tellement hermétique qu'il n'y a aucun risque à laisser voir le code, de toutes façon personne ne comprendra
    </troll>
    The greatest shortcoming of the human race is our inability to understand the exponential function. Albert A. Bartlett

    La plus grande lacune de la race humaine c'est notre incapacité à comprendre la fonction exponentielle.

###raw>template_hook.ano_emploi###