Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1001
    Membre expérimenté
    et qu'est ce qui pourrait empecher les pirates de mettre un logo "Hadopi certified" sur leur site ?

  2. #1002
    Expert éminent
    Citation Envoyé par bombseb Voir le message
    et qu'est ce qui pourrait empecher les pirates de mettre un logo "Hadopi certified" sur leur site ?
    J'ai pensé exactement la même chose.

    J'imagne bien les logos avec non pas :
    certifié par HDOPI, mais non certifié par hadopi comme image de marque..
    Mon profil linked in

    Chez Adaptive, nous cherchons un dev senior python / Cloud sur Toulouse sud.
    Nous diffusons de la presse digitale à bord des avions avec les plus beaux partenaires !

    Envoyez moi un mp

  3. #1003
    Membre émérite
    Citation Envoyé par Katleen Erna Voir le message
    [B]Mise à jour du 16.11.2010 par Katleen
    Il s'agit en fait de réglementer les sites Internet proposant des contenus piratables, comme de la musique ou des vidéos. Ce tri sélectif sera fait à l'aide de labels certifiés.
    Encore une fois ces crétins étalent leur incompétence : aucun site ne propose du contenu illégal, ça se passe ailleurs que sur le Web. Et puis qui ça branche d'avoir un label Hadopi sur son site ? Pourquoi pas un label UMP pendant qu'ils y sont ? Moi j'ai mis un "label Rouge" sur le mien, car je certifie que les balises qui composent ce site ont été élevées en plein air et nourries exclusivement au grain
    "Toute l'histoire de l'informatique n'a été que l'histoire des systèmes d'exploitations" (Le Manifeste du PC)

  4. #1004
    Membre à l'essai
    Citation Envoyé par bombseb Voir le message
    et qu'est ce qui pourrait empecher les pirates de mettre un logo "Hadopi certified" sur leur site ?
    La loi ?
    Il s'agirait au minimum d'une utilisation de l'image sans en posséder les droits, ce pour quoi Hadopi ne manquerait pas de porter plainte.

  5. #1005
    Membre averti
    Citation Envoyé par Chauve souris Voir le message
    Et puis qui ça branche d'avoir un label Hadopi sur son site ? Pourquoi pas un label UMP pendant qu'ils y sont ?
    C'est clair ...

    Un site non certifié par Hadopi serait limite plus valorisé par les internautes qu'un site certifié... Faut pas déconner, voilà où part l'argent de nos impôts ... Ouais Hadopi Ouais !!!!! Haaaaa faut rester calme

  6. #1006
    Inactif  
    Citation Envoyé par bombseb Voir le message
    et qu'est ce qui pourrait empecher les pirates de mettre un logo "Hadopi certified" sur leur site ?
    La loi !
    T'as jamais entendu parlé de "Faux et Usage de Faux" ?
    Ça peut coûter très cher !

    Maintenant, une fois de plus, nos politiques-législateurs réfléchissent en "Pays" alors qu'internet vit en "Monde". Toutes ces lois, décisions et autres décrets ne montrent qu'une seule chose : "Les politiques n'ont rien compris à internet". C'est leur incompétence qu'ils mettent en lumière, ainsi.

  7. #1007
    Membre confirmé
    Citation Envoyé par Louis Griffont Voir le message
    La loi !
    T'as jamais entendu parlé de "Faux et Usage de Faux" ?
    Ça peut coûter très cher !

    Maintenant, une fois de plus, nos politiques-législateurs réfléchissent en "Pays" alors qu'internet vit en "Monde". Toutes ces lois, décisions et autres décrets ne montrent qu'une seule chose : "Les politiques n'ont rien compris à internet". C'est leur incompétence qu'ils mettent en lumière, ainsi.
    je pense qu'à la base, les sites pirates, ils en ont pas grand chose à faire de ton "faux et usage de faux" ^^

  8. #1008
    Membre expérimenté
    oui surtout si le site en question est hébergé dans un autre pays que la France

  9. #1009
    Inactif  
    Citation Envoyé par kohsaka Voir le message
    je pense qu'à la base, les sites pirates, ils en ont pas grand chose à faire de ton "faux et usage de faux" ^^
    Citation Envoyé par bombseb Voir le message
    oui surtout si le site en question est hébergé dans un autre pays que la France
    Tout à fait d'accord, c'est juste pour rappeler qu'en théorie, c'est prévu, mais, comme je l'ai fait remarqué ensuite, c'est surtout pas adapté !

  10. #1010
    Membre habitué
    Je suppose que la liste des sites certifiés sera consultable sur le site d'hadopi, donc mettre un faux certificat n'aurait que peu d'intêret.

    Ou du moins, l'utilisateur ne pourrait se dédouaner en disant "mais je pensais qu'il était certifié" sans être allait vérifier à la source.

  11. #1011
    Membre confirmé
    Citation Envoyé par jamiria Voir le message
    La loi ?
    Il s'agirait au minimum d'une utilisation de l'image sans en posséder les droits, ce pour quoi Hadopi ne manquerait pas de porter plainte.
    C'est sur qu'en ce qui concerne les droits des images, des polices d'écriture et des chansons Québécoises, Hadopi peut donner des leçons

    Je sens qu'on a pas fini de rigoler avec cette Haute Autorité

  12. #1012
    Membre éprouvé
    La seule réaction face à ce type de loi, c'est que chaque citoyen se mette à télécharger "illégalement" tout de suite et de façon ininterrompue.

    Quand une loi devient liberticide et répressive à ce point, la désobéissance civique devient non pas un droit, mais un devoir, sans quoi il ne restera plus du terme "liberté" que la liberté pour une élite d'oppresser le reste du monde. L'Histoire a retenu que ceux qui appliquaient et respectaient les lois n'étaient pas toujours, et de loin, les plus respectables.

    Un Homme politique élu démocratiquement n'a pas reçu un chèque en blanc : pour la durée de son mandat il est censé représenter les intérêts de son peuple. Or, je me demande quel peut bien être l'intérêt des Français dans une loi de ce genre? Ca protège de quoi (parce que, si vous l'avez remarqué, toutes les lois récentes consistent à "protéger" au détriment de la liberté)? Des pertes financières de Sony? Des baisses de revenus du pauvre Johnny (qui a tout fait pour tenter d'aller payer ses impôts ailleurs en niant sa nationalité française)? Ca vous chagrine? Ca pose un problème à la France?

    Moi je vais plus loin, le partage privé de musique (par exemple) n'a pas à être soumis à un payement, c'est normal qu'on puisse copier à usage privé. Ceux dont on télécharge les morceaux sont les plus connus, et donc les plus riches : ils ne gagnent pas assez avec leurs concerts et leurs produits dérivés, plus les droits sur les diffusions publiques (TV, radio, dancing), il faut encore qu'on paye pour écouter en privé???? Quand je siffle en rue, je suis aussi soumis au droit d'auteur? Ben oui manifestement! Des artistes connus et célèbres ont maintes fois rappelé (Madonna par exemple) que ce qui les faisaient vivre c'étaient en premier les produits dérivés et en second les concerts. Ca ne suffit pas?

    Il faut que les enfants des enfants d'un chanteur puissent continuer à toucher un "salaire" à chaque fois qu'on écoute une chanson, prestée une unique fois par leur parent? Vous touchez des droits, vous, sur les pièces fabriquées par votre père à l'usine? Vous continuez à percevoir un salaire quand vous rentrez chez vous après la fin de votre journée? Non, au contraire, on vous tape au rebut lorsqu'on n'a plus besoin de vous.

    Il ne faut pas se battre contre Hadopi, il faut se battre dès le départ, pour mettre à bas ce que les gens ont fini par trouver "normal" : une redevance à vie à payer sur un "travail" effectué une seule fois par une "élite". Fin des droits d'auteur pour utilisation privée = fin du téléchargement "illégal", et fin des lois liberticides. Il n'y a aucune autre alternative, sans quoi on se retrouve à devoir choisir entre lois liberticides à outrance ou instauration d'un non-droit de fait. On est en train de se battre pour voir de quelle couleur on doit peindre un mur, alors que ce mur n'a tout simplement pas lieu d'être. On trouve "naturel" de payer à vie pour une chanson, mais on ne trouverait pas naturel de payer une redevance à vie à un pompier pour chaque vie sauvée : ça vous semble logique?

    Et qu'on ne parle pas de la sauvegarde de la culture, ça me fait marrer :

    - Ce sont les gros éditeurs, comme Sony qui font du pognon avec les droits. Or, ces gens sont tout sauf des découvreurs de talents: ils éditent ce qui rapporte et donc participent au nivellement (par le bas) de la culture. Ils ne financent jamais les petits artistes "à risque".

    - Ce ne sont pas les droits d'auteur qui sont visée depuis le début, ce sont "les droits d'éditeur". La propagation de la musique de façon gratuite ne dérange pas parce que ça "prive" l'artiste de ses maigres revenus (pauvre Michel, tu veux échanger ton salaire contre le mien? Tu te crois plus utile à la société?).

    Non, ça dérange parce que ça court-circuite ceux qui tirent du pognon de la production, de la vente, et de la distribution. Le combat mené ici est simple : c'est la condamnation de ce qui est gratuit en tant que concurrence déloyale à ce qui est payant. Rien de plus, rien de moins : c'est une loi visant à rappeler que notre monde est un monde libéral basé sur le commerce, et que tout ce qui perturbe ce monde de fonctionnement est nuisible.

    Partant de là, si on ne fait rien, la suite logique est de rendre illégal tout ce qui est gratuit (les logiciels entre autres), les droits d'auteur sont juste un test grandeur nature pour voir jusqu'où on peut soumettre les gens sans qu'ils ne se révoltent. Ensuite, viendra l'attaque contre le reste du gratuit, et donc de la solidarité et de la fraternité. Sachant que de la liberté il ne reste déjà plus grand chose, il sera temps de changer la devise nationale française par quelque chose du genre : Libéralisation/Pouvoir/Loi du marché.

    Du reste, quand on voit comment la TV se vante d'arriver à produire une "star" de façon parfaitement artificielle et mécanisée, payer des "droits" à ces "stars" n'est pas une hérésie suffisamment visible? Qui ignore que le but est en fait de permettre aux lanceurs de "stars", en tant que denrées périssables, d'engranger du pognon, quitte à larguer leur "star" sitôt qu'elle montre des signes d'épuisement (au sens commercial)? C'est à ça que servent les droits perçus? A transformer un jeune en orange qu'on presse? C'est ça la culture? Ca protège l'artiste, cette méthode basée sur le pognon?

    - Dès la sortie du CD, on nous a dit : "c'est cher, mais c'est à cause du prix de revient de la réalisation d'un CD comparé au vinyl, ça baissera lorsque la technologie sera maîtrisée". Vous avez vu baisser les CD, vous? 18 Euros pour un CD de 0,01 euro contenant une copie d'une prestation unique faite en studio, vous trouvez que c'est "un juste salaire"????

    - On nous a dit aussi "les ventes de CD baissent, c'est à cause du piratage". Heuu, se faire concurrence soi-même avec d'autres produits (DVD, Blu-ray, téléchargement "légal", etc), ça n'explique pas les baisses des ventes d'un produit particulier? Et le pouvoir d'achat du citoyen qui baisse, ça n'a aucune répercussion? Le citoyen hésite à s'acheter de la nourriture de qualité mais va continuer d'acheter des CD sans réduire son budget "loisirs"?

    - On nous indique aussi que quelqu'un qui télécharge fait "perdre" de l'argent parce qu'il n'a pas acheté l'album en question. Mais m'sieur, encore faut-il démontrer que s'il ne l'avait pas téléchargé qu'il l'aurait acheté, parce qu'il faut avoir assez de pognon pour suivre la cadence actuelle. Payer cher un produit qui sera périmé en 3 semaines, ça devient dur à assumer dans un ménage. On a transformé les prestations musicales en produits périssables, il est temps que les "droits" liés suivent le même chemin. J'ai été DJ des années : quand j'achetais un beau slow de 1970 j'en prenais soin et il avait toujours du succès en 1985. Maintenant, un DJ ne range plus ses disques après usage, il les jette parce que ça ferait ringard de le passer 3 semaines de suite. Ca finit par coûter bonbon.

    - On a mis en place un "téléchargement légal" qui est une arnaque monumentale. Graver 18 titres soi-même pour 18 euros, sans bénéficier de rien de concret comme service, c'est hallucinant que des idiots acceptent cette méthode. Bientôt on pourra cultiver ses légumes soi-même dans son jardin à condition d'en aller reverser la contre-valeur aux agriculteurs, pour motif d' "agriculture légale".

    - On est même allé plus loin : "on" (Sony par exemple) vend des CD officiels qui sont tellement bourrés de "protections anti-copie" (entendez par là : d'erreurs volontaires rendant le CD non conforme à la norme et donc au label que vous achetez) qu'ils ne sont plus utilisables dans un lecteur de CD... de la même marque. Hallucinant, non? Et le pire c'est qu'il vous est interdit maintenant d'en faire une copie destinée à simplement utiliser le produit que vous avez acheté (il est illégal en France de contourner un mécanisme de protection). Et personne ne dit rien ???? Bientôt on vous vendra (de force) un CD dont on aura supprimé les pistes audio pour vous éviter de le copier. Rigolez pas, on n'en est pas loin. Comme je l'ai dit, on vous forcera à acheter, comme maintenant on va vous forcer à télécharger légalement même si vous n'écoutez rien : on va vous ajouter un montant à vos impôts qui sera destiné à être redistribué aux jeunes sous forme d'un certain nombre de titres à télécharger légalement : même les sourds vont payer le téléchargement de musique, fallait oser, c'est fait.

    Toutes ces lois ne sont que la conséquence du fait qu'on a accepté l'idée même de devoir payer "un droit d'auteur" pour pouvoir écouter une simple chanson. Avec ce principe, on devrait payer un droit d'auteur pour le fait de parler une langue donnée, d'utiliser une expression, de faire une citation, de parler d'un livre avec son voisin, de réaliser une recette de cuisine, de faire du feu, et j'en passe.

    L'idée du droit d'auteur pouvait avoir une certaine justification s'il s'était agit de permettre à quelqu'un ayant travaillé dur pour pour "inventer" une chanson de récupérer un montant équivalant au travail fourni. On est loin de là avec la musique actuelle : un chanteur arrive en studio, on lui donne un texte écrit par d'autres (le plus souvent), on lui passe une musique déjà jouée (par des musiciens qui ne toucheront que dalle des droits d'auteur), et il ne fait qu'ajouter un instrument naturel : sa voix. Après une demi-journée de travail il pourra maintenant toucher sa vie durant, ainsi que ses enfants et les enfants de ses enfants (mais aussi son éditeur), une rente payée par l'intégralité des citoyens de la planète. Et on trouve ça "naturel" ??? Le droit d'auteur doit être payé lorsque celui qui utilise l'oeuvre en tire un bénéfice : Dancing, radio, TV, etc, et rien de plus. C'était comme ça il y a peu avec le droit d'auteur, et si le droit d'auteur ne s'applique pas, alors l'échange de musique entre particulier ne doit pas s'appliquer non plus, c'est de la même nature.

    Il faut arrêter le délire : Hadopi n'est pas en soi une monstruosité, c'est une loi qui vise "simplement" à rendre applicable une monstruosité bien pire.

    Je l'ai dit : soit on se bat pour la fin des privilèges de ce genre de droits d'auteur, soit on maintient ce système mais on l'outrepasse dans les faits (situation actuelle), soit on maintient ce système et on l'applique réellement (Hadopi, Loppsi, Dadvsi, et bientôt Acta). Donc, il convient de bien choisir sa cible, sans quoi il renaîtra toujours une loi des cendres de la précédente, car ce genre de loi découle d'une ignominie qu'on a acceptée au départ.

    Dans l'attente, si chacun se met à télécharger activement, je vois mal comment un état pourrait s'en prendre à l'intégralité de ses citoyens. Chaque personne qui accepte une telle loi et se met à la respecter contribue à faire du monde destiné à ses enfants un espace de non-liberté. Chaque personne qui ne télécharge plus contribue à mettre plus en évidence ceux qui continuent à le faire : souvenez-vous qu'il vous reste encore les termes "solidarité" et "fraternité", faites-en bon usage.

    A+
    Claude

  13. #1013
    Modérateur

    Super... MERCI !
    Il nous suffira de rechercher les sites non tagués pour trouver ce que l'on souhaite :-)
    Consignes aux jeunes padawans : une image vaut 1000 mots !
    - Dans ton message respecter tu dois : les règles de rédaction et du forum, prévisualiser, relire et corriger TOUTES les FAUTES (frappes, sms, d'aurteaugrafe, mettre les ACCENTS et les BALISES) => ECRIRE clairement et en Français tu DOIS.
    - Le côté obscur je sens dans le MP => Tous tes MPs je détruirai et la réponse tu n'auras si en privé tu veux que je t'enseigne.(Lis donc ceci)
    - ton poste tu dois marquer quand la bonne réponse tu as obtenu.

  14. #1014
    Membre à l'essai
    Citation Envoyé par ClaudeBg Voir le message
    Bientôt on vous vendra (de force) un CD dont on aura supprimé les pistes audio pour vous éviter de le copier. Rigolez pas, on n'en est pas loin.


    A+
    Claude
    Déjà prêt de chez moi (sen dire le nom du magasin ) on trouve des DVD, ou une foi mis dans le lecteur sous le faisceaux il vous reste 24 heurs pour le regardé ensuite le DVD deviens inutilisable.

    Mais pour le moment je ne me fait pas trop de souci il nous reste, dans la CEDH, la liberté de communication est protégée à l'article 10, le deuxième paragraphe déterminant les cas dans lesquels cette liberté peut être restreinte :



    « 1. Toute personne a droit à la liberté d'expression. Ce droit comprend la liberté d'opinion et la liberté de recevoir ou de communiquer des informations ou des idées sans qu'il puisse y avoir ingérence d'autorités publiques et sans considération de frontière. Le présent article n'empêche pas les Etats de soumettre les entreprises de radio- diffusion, de cinéma ou de télévision à un régime d'autorisations.


    2. L'exercice de ces libertés comportant des devoirs et des responsabilités peut être soumis à certaines formalités, conditions, restrictions ou sanctions prévues par la loi, qui constituent des mesures nécessaires, dans une société démocratique, à la sécurité nationale, à l'intégrité territoriale ou à la sûreté publique, à la défense de l'ordre et à la prévention du crime, à la protection de la santé ou de la morale, à la protection de la réputation ou des droits d'autrui, pour empêcher la divulgation d'informations confidentielles ou pour garantir l'autorité et l'impartialité du pouvoir judiciaire. »



    L'article 8 de la CEDH, qui protège le droit au respect de la vie privée et familiale prévoit également un encadrement pour toute remise en cause de ce droit.

    Bien a vous.

  15. #1015
    Membre averti
    Déjà prêt de chez moi (sen dire le nom du magasin ) on trouve des DVD, ou une foi mis dans le lecteur sous le faisceaux il vous reste 24 heurs pour le regardé ensuite le DVD deviens inutilisable.
    C'est déjà énorme comme pratique O_O'
    Je suis presque sidéré

  16. #1016
    Membre averti
    Citation Envoyé par zouuc Voir le message
    C'est déjà énorme comme pratique O_O'
    Je suis presque sidéré
    C'est de la location vidéo et ça fait des années que ça existe.

  17. #1017
    Expert confirmé
    Citation Envoyé par ngetal Voir le message
    la liberté de communication est protégée à l'article 10, le deuxième paragraphe déterminant les cas dans lesquels cette liberté peut être restreinte
    Aha, et on y lit:

    à la protection de la réputation ou des droits d'autrui
    Et le droit d'auteur étant un droit d'autrui, pas de surprises de ce coté là.
    "L'éducation, c'est le début de la richesse, et la richesse n'est pas destinée à tout le monde" (Adolphe Thiers)

  18. #1018
    Membre éclairé
    Citation Envoyé par ClaudeBg Voir le message
    Il faut que les enfants des enfants d'un chanteur puissent continuer à toucher un "salaire" à chaque fois qu'on écoute une chanson, prestée une unique fois par leur parent? Vous touchez des droits, vous, sur les pièces fabriquées par votre père à l'usine? Vous continuez à percevoir un salaire quand vous rentrez chez vous après la fin de votre journée? Non, au contraire, on vous tape au rebut lorsqu'on n'a plus besoin de vous.
    +1
    J'avais déjà dit ça plus avant et je trouve incroyable voir des gens ici que trouvent ça normale...


    Citation Envoyé par ClaudeBg Voir le message
    Ce sont les gros éditeurs, comme Sony qui font du pognon avec les droits. Or, ces gens sont tout sauf des découvreurs de talents: ils éditent ce qui rapporte et donc participent au nivellement (par le bas) de la culture. Ils ne financent jamais les petits artistes "à risque".

    Dès la sortie du CD, on nous a dit : "c'est cher, mais c'est à cause du prix de revient de la réalisation d'un CD comparé au vinyl, ça baissera lorsque la technologie sera maîtrisée". Vous avez vu baisser les CD, vous? 18 Euros pour un CD de 0,01 euro contenant une copie d'une prestation unique faite en studio, vous trouvez que c'est "un juste salaire"????

    - On a mis en place un "téléchargement légal" qui est une arnaque monumentale. Graver 18 titres soi-même pour 18 euros, sans bénéficier de rien de concret comme service, c'est hallucinant que des idiots acceptent cette méthode. Bientôt on pourra cultiver ses légumes soi-même dans son jardin à condition d'en aller reverser la contre-valeur aux agriculteurs, pour motif d' "agriculture légale".

    L'idée du droit d'auteur pouvait avoir une certaine justification s'il s'était agit de permettre à quelqu'un ayant travaillé dur pour pour "inventer" une chanson de récupérer un montant équivalant au travail fourni. On est loin de là avec la musique actuelle : un chanteur arrive en studio, on lui donne un texte écrit par d'autres (le plus souvent), on lui passe une musique déjà jouée (par des musiciens qui ne toucheront que dalle des droits d'auteur), et il ne fait qu'ajouter un instrument naturel : sa voix. Après une demi-journée de travail il pourra maintenant toucher sa vie durant, ainsi que ses enfants et les enfants de ses enfants (mais aussi son éditeur), une rente payée par l'intégralité des citoyens de la planète. Et on trouve ça "naturel" ??? Le droit d'auteur doit être payé lorsque celui qui utilise l'oeuvre en tire un bénéfice : Dancing, radio, TV, etc, et rien de plus. C'était comme ça il y a peu avec le droit d'auteur, et si le droit d'auteur ne s'applique pas, alors l'échange de musique entre particulier ne doit pas s'appliquer non plus, c'est de la même nature.
    Tous que t'as dit là c'est une industrie que n'arrive pas a changer, ou pire, ils ont peur de changer. On voit des services gratuits pour les consommateurs qui font des milliards d'euros à ses créateurs. Pour quoi la musique serait-elle différente?

    Je pense que la propre industrie sait que la qualité des musiques faites aujourd'hui n'est pas bonne, et une grand part de ses revenus viennent des choses qu'ont été faites depuis long temps, c'est pour ça qu'ils essayent de convaincre qu'on volle quelqu'un quand on télécharge une ouvre faite depuis 30 ans.

    La culture est un droit, et la difuser c'est presque une obligation des gens. Je peux parrier que la majorité absolute des artistes partagent cet avis (les vrais artistes, au moins)

    Quelqu'un ici m'a déjà dit, par exemple, que John Lennon ne voulait pas partager ses chansons...

  19. #1019
    Membre confirmé
    La meilleure façon de soutenir un artiste selon moi est la scène, c'est beaucoup plus rentable pour l'artiste et tellement plus vivant.

    Pas mal d'artiste semblent s'orienter vers ce modèle, ils distribuent leur musique gratuitement sur leur site web (revenus de la pub, dérisoires mais revenu quand même), et se bougent un peu pour proposer de nombreux concerts.

    Pas comme certains qui pondent un album tous les deux ans et font une tournée a 100€ la place dans des stades de foot. (A l'acoustique immonde, mais c'est un autre débat )

  20. #1020
    Membre à l'essai
    Citation Envoyé par grafikm_fr Voir le message
    Aha, et on y lit:



    Et le droit d'auteur étant un droit d'autrui, pas de surprises de ce coté là.
    Oui et non l'article dit

    réputation ou des droits d'autrui,
    pour empêcher la divulgation d'informations
    confidentielles.

    Une chanson ou une musique 'et plus confidentielles puisque l'auteur le donne lui même. a disposition du publique pour l'écoute.

    Bien a vous

###raw>template_hook.ano_emploi###