Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Expert éminent sénior
    Etude : Le Cloud a le vent en poupe chez les développeurs californiens
    Etude : Le Cloud a le vent en poupe chez les développeurs californiens

    Selon une étude de la société californienne Evans Data, presque la moitié des développeurs (48%) affirment qu'ils travailleront, dans les années à venir, sur des applications destinées à des Clouds privés.
    Un peu plus de 29% déclarent d'ailleurs être en train de le faire.

    L'étude porte sur 500 professionnels.

    Sur ces 500 interviewés, environ 48% utilise le langage Java et le C# arrive en deuxième position. Les services d'Amazon sont eux aussi très populaires puisqu'ils sont utilisés par la moitié des sondés.

    L'analyste de Redmonk, Michael Cote, note que le Cloud est en train d'évoluer. Il serait dors et déjà passé de la phase expérimentale à celle des applications "secondaires" (tableur, traitement de texte, etc.). Pour lui, le Cloud va maintenant rentrer dans une troisième étape, celle des applications professionnelles véritablement critiques.

    La montée en puissance de ce secteur et son arrivée à maturité n'étonnent pas plus que cela Michael Dortch, directeur de Recherche à Focus.
    Pour lui, il est même étonnant que seulement 48% des développeurs pensent travailler un jour sur le Cloud, "vu que les SaaS (NDR : Software as a Service) et les applications de type dans les nuages sont les seuls secteurs du marché qui montrent une croissance constante et significative".

    Pour lui, de plus en plus de développeurs devront se pencher sur le Cloud puisqu'il répond à deux besoins des entreprises : la flexibilité et la réduction des coûts.

    Toujours est-il qu'aujourd'hui le Cloud en est toujours à sa phase "applications basiques".
    On y trouve des offres pour des CRM, mais il est encore impensable, par exemple, d'avoir une application délocalisée qui gèrerait un système de réservation de voyage.
    C'est en tout cas l'avis de Davis Hakala, lui aussi de Focus : "ces applications ne peuvent pas encore être déployées sur le Cloud qui est un paradoxe en soi, il est flexible, mais ses plateformes de développement, elles, le sont très peu".

    Il reste également un problème de confiance des clients sur la sécurité, l'accessibilité des données et la pérennité des fournisseurs. Or ce problème n'est pas réglé.

    Mais tous ces experts semble d'accord sur un point : cela ne saurait tarder.

    Source : L'étude de Evans Data en pré-consultation.

    Lire aussi :

    Les débats sur le Cloud et sa définition font rage

    Et vous :

    Pensez-vous développer pour le Cloud ? Et si oui avec quel langage ?
    A votre avis, le Cloud représente-t-il l'avenir de l'informatique ou n'est-il qu'un concept marketing confus ?

  2. #2
    Expert éminent sénior
    Citation Envoyé par Gordon Fowler Voir le message
    A votre avis, le Cloud représente-t-il l'avenir de l'informatique ou n'est-il qu'un concept marketing confus ?

    c'est curieux cela : un sondage qui donne 50% d'opinions favorables minimum alors que certains éditeurs ( majeurs ) vont sortir un système d'exploitation qui supportera et tirera parti du cloud computing

    Perso je n'y crois pas trop je me souviens il y a quelques années de cela on parlait déjà de la location d'applications comme Word ou Excel en ligne c.a.d qu'on pouvait utiliser des outils de bureautique ( et même des softs de 3d comme Bryce !) entièrement en ligne.
    Mais ceci est mon point de vue
    La théorie, c'est quand on sait tout et que rien ne fonctionne.
    La pratique, c'est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi.
    ( A Einstein)

  3. #3
    Membre éclairé
    Citation Envoyé par Mat.M Voir le message
    il y a quelques années de cela on parlait déjà de la location d'applications comme Word ou Excel en ligne c.a.d qu'on pouvait utiliser des outils de bureautique ( et même des softs de 3d comme Bryce !)
    Bin ça va arriver ça, avec office 2010.

    Et il y a déjà google docs. Et pour la 3D en ligne, il y a un paquet de monde qui propose des solutions (Flash, virtools...).

    [troll]
    M'enfin perso, je trouve ultra bidon et ultra marketing le cloud.

    Pour info, Excel 2000 est fournit avec un contrôle ActiveX qui permet de jouer à un jeu de caisse en ligne, réalisé en 3D/DirectX, bien que cela ressemble à de la 2D.

    Donc les "regardez c'est super génial, on fait de la 3D dans un browser, c'est tout nouveau tout beau", ça me fait doucement rigoler.

    Et quand on voit la lourdeur des applis bureautique, les réécrire en JavaScript (Ou dans une techno pseudo-interprété) me paraît particulièrement osé, pour rester poli.
    [/troll]

  4. #4
    Expert confirmé
    Le cloud ça sent le nom de code du web 3.0

  5. #5
    Membre habitué
    Le cloud, c'est encore un truc vaporeux, qu'on n'arrive pas à saisir ni à toucher du doigt...
    Enfin bref, encore un super concept marketing pour vendre des appli webs qu'elles sont vachement mieux que les anciennes.

  6. #6
    Membre du Club
    C'est vrai qu'on nous la ressort bien souvent, la fameuse date où tout sera à 50% dans la nouveauté
    On oublie que chez les humains, on est conservateurs. On continue à rouler en Ford Mustang des années 60 même quand on a assez de thune pour se payer la dernière merveille sportive venue du Japon.

  7. #7
    Membre du Club
    Aura-t-il de l'avenir ?
    Personnelment je ne vois pas très bien le Cloud Computing évoluer pour des applications critiques en raison du stockage des données. Est-ce que vou voyez une banque internationale confier ses données confidentielles dans un serveur distant, moi pas.

  8. #8
    Rédacteur

    Le Cloud computing n'est qu'une facon d'assoir sa domination en matiere de technologie et d'outils.

    On peut presque dire que c'est l'opposé de l'open-source, d'une part on n'a pas le code source et on n'a meme pas l'application. Juste une image.

    C'est aussi un danger pour la vie privée, les données n'étant souvent meme plus sur votre machine mais sur un serveur distant, ce qui laisse le champ libre au propriétaire du serveur d'analyzer ou de tirer des conclusions quand a votre usage des outils. bien sur ce genre d'aveux ne sera jamais fait de la part de l'hebergeur en question.
    Systèmes d'Informations Géographiques
    - Projets : Unlicense.science - Apache.SIS

    Pour un monde sans BigBrother IxQuick ni censure RSF et Les moutons

  9. #9
    Membre habitué
    On peut presque dire que c'est l'opposé de l'open-source, d'une part on n'a pas le code source et on n'a meme pas l'application. Juste une image.
    En revanche on a la performance. Faut savoir ce que tu recherche. Un énorme paquet d'utilisateurs en tout genre seront ravis de savoir qu'ils n'ont plus besoin de courir après une configuration sans cesse plus moderne.

    Quand au danger sur la vie privée, je ne vois pas la différence avec un SGBD ou quelconque système d'enregistrement de données sur un serveur distant.

    Est-ce que vou voyez une banque internationale confier ses données confidentielles dans un serveur distant, moi pas.
    Il faut être logique et arrêter de généraliser. Une "banque internationale" n'aura pas besoin de confier ses données, ou si elle en a besoin, alors ce besoin n'arrive pas avec le cloud computing mais est déjà présent. Le cloud computing, c'est avant tout le partage du traitement, ça peut très bien se faire dans ton propre salon avec 3 PC qui se partagent le traitement de ton serveur local pour en faire profiter une 4ème machine qui ne dispose pas de cette puissance. Une grosse banque aura les compétences et l'argent pour internaliser tout ça.

    Enfin bref, encore un super concept marketing pour vendre des appli webs qu'elles sont vachement mieux que les anciennes.
    Les applis web ne sont qu'une faible partie des possibilités du cloud computing. Le "cloud gaming" devrait te mettre sur la voie, va faire quelques recherches sur ton moteur favoris avant de cracher sur un concept dont tu ne connais que le nom.

  10. #10
    Rédacteur

    Citation Envoyé par jbeaussier Voir le message

    Quand au danger sur la vie privée, je ne vois pas la différence avec un SGBD ou quelconque système d'enregistrement de données sur un serveur distant.
    Pour la plus grand majorité des utilisateurs , ses applications seront de type, carnet d'adresse, boite mail, editeur de texte, tableur, gestionnaire de photos, de musique, ...etc...
    Se sont des données bien plus personnelles que ce qu'on stoque sur un sgbd ou un ftp.
    Systèmes d'Informations Géographiques
    - Projets : Unlicense.science - Apache.SIS

    Pour un monde sans BigBrother IxQuick ni censure RSF et Les moutons

  11. #11
    Membre habitué
    Pour la plus grand majorité des utilisateurs , ses applications seront de type, carnet d'adresse, boite mail, editeur de texte, tableur, gestionnaire de photos, de musique, ...etc...
    Se sont des données bien plus personnelles que ce qu'on stoque sur un sgbd ou un ftp.
    Ca existe déjà depuis longtemps, subitement ça devient dangereux pour les données personnelles ? "boite mail", elles existaient avant même que je ne pose les yeux sur mon premier PC.

    Il ne faut pas réduire le cloud computing aux simples appli web. Les recherches pour la santé qui utilisent des milliers d'ordinateurs de particuliers qui le souhaitent, pour utiliser leur puissance de calcul, c'est du cloud.

    Toutes les nouvelles technologies pour le jeu-vidéo qui utiliseront ça, c'est autant d'argent en plus pour l'utilisateur qu'il n'a pas besoin d'investir dans sa machine.

    Si ça te fait peur au point que même une boite mail te soit suspicieuse, peut-être devrait tu te remettre au papier a lettre et au crayon. Depuis un certain temps sur les forums de developpez.com on crie partout au loup quant à la protection des données personnelles, et les exemples cités ici sont ridicules.

  12. #12
    Membre émérite
    Citation Envoyé par jbeaussier Voir le message
    En revanche on a la performance. Faut savoir ce que tu recherche. Un énorme paquet d'utilisateurs en tout genre seront ravis de savoir qu'ils n'ont plus besoin de courir après une configuration sans cesse plus moderne.
    C'est vrai que j'y connais strictement rien aux technologies associées, mais pour le moment je trouve que les applications web (donc exécutées dans un navigateur avec le javascript comme langage local) sont moins performantes que des programmes compilés et installés en local. Donc va falloir sortir des choses plus adaptées au traitement d'applications distantes qu'un simple navigateur si on veut que ça soit agréable à utiliser.

    Et puis dans le principe je trouve ça plus simple d'avoir 1000 utilisateurs avec un pc moyen qui répartir les charges, plutôt que quelques serveurs qui du coup doivent être surpuissants pour supporter les 1000 traitements.

  13. #13
    Membre habitué
    mais pour le moment je trouve que les applications web (donc exécutées dans un navigateur avec le javascript comme langage local) sont moins performantes que des programmes compilés et installés en local.
    Tant que c'est exécuté dans le navigateur côté client, ça n'est pas du cloud computing. Le cloud serait justement que ça soit le serveur qui face tous ces traitements et ne renvoi que le résultat. Il faut bien comprendre que l'idée même du cloud computing c'est de répartir les charges, il ne s'agit pas juste d'héberger un site qui fait du javascript sur le navigateur de l'utilisateur... Pour un ordinateur client, la seule contrainte du cloud est son débit.

  14. #14
    Membre éprouvé
    Je pense que le cloud computing ne s'adresse qu'à des applications très courantes / répandues : une suite bureautique en cloud ça a du sens, par contre les logiciels spécifiques à une activité (banque etc ...) gagneront toujours à être créés sur mesure, sur des machines sur mesure.

    D'un autre côté je pense que l'intérêt du cloud pour les multinationales, c'est la quasi-impossibilité du piratage. Ils auront un contrôle quasi-total de qui se connecte à leurs serveurs.

    Par exemple pirater une suite bureautique cloud, impliquerait d'obtenir le code qui tourne sur le serveur (pas impossible, mais déjà plus à la portée du premier venu) et de faire tourner un serveur pirate avec ledit code.

    Je vois pas un "simple" pirate faire tourner un serveur H24 pour offrir au monde la possibilité de traiter des documents textes, par contre certains "pros" pourraient se faire payer.

    Et entre stocker mes documents chez une multinationale américaine ou chez une mafia russe, je pense que j'utiliserai la dernière version d'Open Office à ne pas être "cloudée"

    Enfin pour ce qui est de la protection de la vie privée, faut pas rêver : le contrôle systématique des citoyens n'a jamais été qu'une question de moyens. Avant l'informatique il fallait un flic par personne.
    Actuellement ils n'ont pas de moyen réaliste de scanner nos disques durs en masse mais le jour où ces données seront cloudées plus rien ne les empêchera de le faire.

    N'oubliez pas l'argument "pédonazi". Après un fait divers bien sanglant, on nous expliquera que le gouvernement met au point un logiciel de scan des données cloudées afin de détecter les vilains (pour notre sécurité, bien entendu).
    "Après tout, vous vous laissez bien filmer par des caméras de surveillance, alors si vous n'avez rien à cacher ... bla bla"
    The greatest shortcoming of the human race is our inability to understand the exponential function. Albert A. Bartlett

    La plus grande lacune de la race humaine c'est notre incapacité à comprendre la fonction exponentielle.

  15. #15
    Membre éclairé
    Citation Envoyé par jbeaussier
    Le "cloud gaming" devrait te mettre sur la voie
    C'est bien ce que tout le monde dit... Un concept de marketing. N'importe quel développeur qui a un peu roulé sa bosse comprend que c'est en grande partie du flan.

    Si tu avais déjà codé un vrai jeu en 3D, tu saurais ce que ça demande en terme de puissance de calcul. Alors imaginé un serveur à l'autre bout de la planète avec la partie calcul matriciel, qui au lieu d'envoyer les infos à l'écran encode tout sous forme de vidéo pour envoyer ça au client...
    T'imagine les temps de latence ? Le débit nécessaire ? Et tout ça pour de la vidéo compressée, alors que tu pourrais avoir du vrai [insérer votre résolution ici]. Et faudrait un serveur par joueur...

    Les jeux 3D en réseau, à l'heure actuelle (Wow, CS...), fonctionne "logiquement", la plupart des calculs se font sur les clients, le serveur ne fait pratiquement rien à part fournir les positions des autres joueurs... Et pourtant ça lague parfois même en LAN !

    Et les jeux dans les navigateurs, j'espère que tu sais qu'ils sont (presque tous) en flash, autrement dit qu'un gros .swf est téléchargé, et que celui-ci est exécuté par une machine virtuelle en local. Au mieux y a deux trois requêtes vers le serveur.

    Citation Envoyé par jbeaussier
    Tant que c'est exécuté dans le navigateur côté client, ça n'est pas du cloud computing. Le cloud serait justement que ça soit le serveur qui face tous ces traitements et ne renvoi que le résultat. Il faut bien comprendre que l'idée même du cloud computing c'est de répartir les charges, il ne s'agit pas juste d'héberger un site qui fait du javascript sur le navigateur de l'utilisateur... Pour un ordinateur client, la seule contrainte du cloud est son débit.
    Ah... Donc, d'après ta défintion :
    1) Google docs n'est pas du cloud ! C'est un énorme pavé de javascript. Vérifie avec FF/FireBug si tu ne me crois pas.
    2) Siverlight non plus, après tout ce n'est qu'une machine virtuelle
    concurrente du flash.
    3) On oublie AJAX, qui est par définition passe par l'exécution de javascript. Au final, le cloud coté client, c'est que du HTML ?

    Citation Envoyé par jbeaussier
    Le cloud computing, c'est avant tout le partage du traitement
    Bin perso j'appelle ça du calcul distribué ou de la répartition de charge suivant le contexte... Avec tous les avantages et les inconvénients qu'on lui connait, vu que comme tu le dis, c'est vraiment pas nouveau, et ce à toutes les échelles (Serveur en front pour le load balancing en entreprise, projet SETI, grille de calcul du CERN...).
    Si c'est ça, pourquoi lui donner un nouveau nom ?

    Il me semble qu'il y a quand même un concept plus ou moins nouveau : la vente de temps CPU. Globalement, j'ai l'impression que M$ (Avec Azure), Amazon et google essaie de vendre tu temps CPU (Pay as you consume, marketing, encore...) aux entreprises tout en proposant des technologies installées sur leurs serveurs, à base de .NET/Sharepoint ou java.

    Un peu comme tous ces hébergeur destiné aux particuliers, style OVH, qui propose un bout de serveur et un environnement à base d'interpréteur PHP, une base MySQL... Sauf qu'ils visent les particulier et ne font pas payer les requêtes SQL à l'unité !

  16. #16
    Membre habitué
    N'importe quel développeur qui a un peu roulé sa bosse comprend que c'est en grande partie du flan.
    Tu prend par exemple la start-up OnLive qui lance un prémisse de console basée sur ce principe. De gros éditeurs comme Ubisoft ont déjà prévu des jeux pour cette console. Mais bon, Ubisoft n'a jamais codé "un vrai jeu 3D" hein . D'ici quelques temps le concept se généralisera.

    Si tu avais déjà codé un vrai jeu en 3D, tu saurais ce que ça demande en terme de puissance de calcul.
    C'est mon job même Et la "puissance de calcul" c'est bien le concept du cloud, c'est une machine surpuissante qui fera le calcul. La seule contrainte pour l'utilisateur c'est sa bande passante, et celà reviendra au même avec le streaming HD avec quelques bémols sur le temps de réponse entre le jeu et les actions du joueur.

    Et pourtant ça lague parfois même en LAN !
    Le lag peut avoir 2 sources : un problème de débit, côté client ou côté serveur, et, très souvent, un problème de synchronisation entre les clients et le serveur, ce dernier attendant et coordonnant les messages vers les clients. Quand un client ram, car sa machine n'est pas assez puissante, il arrive très souvent que le lag se retrouve répercuté sur les autres joueurs également. Si le jeu se base sur du cloud gaming, il n'y aura pas ce problème .

    Au final, le cloud coté client, c'est que du HTML ?
    Au final le "cloud côté client" c'est pas du cloud. Tu m'explique l'intérêt de transférer le traitement que devrait effectuer ma machine, vers cette même machine, pour l'alléger ? Comprend le principe avant de t'enflammer l'ami.

    Si c'est ça, pourquoi lui donner un nouveau nom ?
    C'est toi qui ne connaissais pas ce nom tout simplement.

  17. #17
    Membre confirmé
    Citation Envoyé par jbeaussier Voir le message


    Au final le "cloud côté client" c'est pas du cloud. Tu m'explique l'intérêt de transférer le traitement que devrait effectuer ma machine, vers cette même machine, pour l'alléger ? Comprend le principe avant de t'enflammer l'ami.



    C'est toi qui ne connaissais pas ce nom tout simplement.
    1) Entre vous deux, c'est toi qui ne comprends pas bien la definition je pense. Le cloud n'empeche pas qu'il y ait du Javascript cote client pour ameliorer l'interaction homme/application. Salesforce aussi est bourre de javascript. Le Cloud Computing c'est l'utilisation de services sur le web de maniere transparente sans avoir besoin de connaitre la technologie/ l'architecture technique sous jacente.

    2) Il a raison aussi sur ce point, le simple fait de repartir des charges ou du calcul sur plusieurs machines, c'est du calcul distribue et ca existait des annees avant que le concept de cloud computing ne soit cree.

    Une des proprietes du cloud est de pouvoir repartir la charge sur plusieurs machines pour assurer la scalabilite, ce n'est pas sa finalite premiere.
    "Most Java programs are so rife with concurrency bugs that they work only by accident"

  18. #18
    Membre habitué
    1) Entre vous deux, c'est toi qui ne comprends pas bien la definition je pense. Le cloud n'empeche pas qu'il y ait du Javascript cote client pour ameliorer l'interaction homme/application. Salesforce aussi est bourre de javascript.
    Je répondais à la remarque de quelqun qui parlait d'une appli web dont tout le traitement est fait uniquement en javascript. Quant aux outils tels que google doc, les machines font bien tourner ms office et ooo, ça n'est ni une histoire de puissance ni de mémoire, c'est juste une application web classique avec un client et un serveur, et pour le cas, affirmer que c'est du cloud, e suis d'accord avec toi c'est juste du marketing. Par contre tu me mets un logiciel tel que After Effect ou 3DSMAX dont les calculs sont effectués sur un serveur très puissant, et dont le client n'a que besoin d'interagir sans rien calculer, alors là c'est pas du flan.

    le simple fait de repartir des charges ou du calcul sur plusieurs machines, c'est du calcul distribue et ca existait des annees avant que le concept de cloud computing ne soit cree.

    Une des proprietes du cloud est de pouvoir repartir la charge sur plusieurs machines pour assurer la scalabilite, ce n'est pas sa finalite premiere.
    Peu importe la répartition de charge dès lors que le traitement n'est pas fait par la machine cliente, c'est ce qui compte.

    Petite définition trouvée au hasard sur le net :

    Le "cloud computing" fait référence à l'utilisation de la mémoire et de la capacité de calcul d'ordinateurs et de serveurs répartis dans le monde entier, et liés à travers un réseau.
    Quand aux termes lui même, ça existe depuis très longtemps. Le cloud c'est comme le net, la toile, ça symbolise internet et plus généralement des serveurs reliés entre eux par un réseau. Ce concept existe depuis longtemps mais ne commence à se développer réellement que depuis quelques temps.

    Depuis longtemps le domaine de la santé, par exemple, utilise ce concept sans qu'on le nomme comme ça, pour utiliser nos PC comme source de puissance de calcul et de mémoire.

  19. #19
    Membre habitué
    Je répondrais que pour les développeurs c'est surtout l'envie qu'en faisant du cloud, pu de problème que X personnes ait une version cracké de votre logiciel. Car il faut bien manger tous les soirs.

  20. #20
    Membre chevronné
    C'est rigolo de voir tant de personnes s'engueuler pour un terme purement marketing.

    Quant à avoir autant de certitudes sur la définition du cloud, c'est super, parce que la derniére fois que j'ai posé la question, aux différents acteurs (entre le cloud, le grid, le distribué et le para; personne n'a su me répondre)

    C'est un peu comme cuda et d'utiliser les GPU : il faut envoyer les données.

    Donc réduire le cloud à de la puissance de calcul, c'est idiot, car sur le vrai calcul intensif (pas un moteur id software...), le problème c'est la taille des données.

###raw>template_hook.ano_emploi###