IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 674
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 674
    Points : 201 956
    Points
    201 956
    Par défaut Harcèlement en ligne à l’école : des collégiens ont utilisé TikTok pour diffamer leurs enseignants
    Harcèlement en ligne à l’école : des collégiens ont utilisé TikTok pour lancer des campagnes de diffamation de leurs enseignants,
    il s'agit de la première attaque de ce genre aux États-Unis selon la presse

    Des élèves de 8th (eighth) Grade (équivalent de la classe de 4ème en France) d’une « banlieue aisée de Philadelphie » ont récemment ciblé des enseignants lors d’une campagne de harcèlement en ligne extrême. Selon le New York Times, il s’agit de « la première attaque de groupe TikTok de ce type menée par des collégiens contre leurs enseignants aux États-Unis ». Les élèves de la Great Valley Middle School ont créé au moins 22 faux comptes, imitant environ 20 enseignants de manière offensante. Ces comptes fictifs ont diffusé des « insinuations pédophiles, des mèmes racistes » et des publications homophobes, ainsi que des messages inventant des « liaisons sexuelles entre enseignants ».

    En février, Patrice Motz, professeur d'espagnol chevronné à la Great Valley Middle School de Malvern (Pennsylvanie), a été prévenu par un autre enseignant que des problèmes se préparaient. Des élèves de 4ème de son école publique avaient créé de faux comptes TikTok en se faisant passer pour des enseignants. Madame Motz, qui n'avait jamais utilisé TikTok, a créé un compte.

    Elle a trouvé un faux profil pour @patrice.motz, qui avait posté une vraie photo d'elle à la plage avec son mari et leurs jeunes enfants. Un texte en espagnol sur la photo de vacances en famille demandait : « Aimez-vous toucher les enfants ? » La réponse était : « Sí ».

    Dans les jours qui ont suivi, une vingtaine d'éducateurs, soit environ un quart du corps enseignant de l'école, ont découvert qu'ils étaient victimes de faux comptes d'enseignants contenant des insinuations pédophiles, des mèmes racistes, de l'homophobie et des relations sexuelles inventées entre enseignants. Des centaines d'élèves ont rapidement vu, suivi ou commenté les comptes frauduleux.

    Dans la foulée, le district scolaire a brièvement suspendu plusieurs élèves, selon les enseignants. Lors d'une pause déjeuner, le principal a réprimandé la classe de quatrième pour son comportement.

    Ce sont les enseignants comme madame Motz qui ont le plus souffert de ce que des élèves s'en prennent avec autant de désinvolture aux familles de leurs professeurs. Le harcèlement en ligne a fait craindre à certains enseignants que les plateformes de médias sociaux ne contribuent à freiner le développement de l'empathie chez les élèves. Certains enseignants hésitent désormais à interpeller les élèves qui se comportent mal en classe. D'autres ont déclaré qu'il était difficile de continuer à enseigner.

    « C'était tellement décourageant », a déclaré madame Motz, qui enseigne depuis 14 ans dans cette école située dans une banlieue aisée de Philadelphie. « Je n'arrive pas à croire que je me lève encore et que je fais cela tous les jours ».

    Selon le New York Times, l'incident de Great Valley est la première attaque TikTok de groupe connue de ce type, menée par des collégiens contre leurs professeurs aux États-Unis. Il s'agit d'une escalade significative dans la manière dont les collégiens et les lycéens se font passer pour des enseignants, les trollent et les harcèlent sur les médias sociaux. Avant cette année, les élèves se faisaient passer pour un seul enseignant ou directeur à la fois.

    La réaction de l'établissement

    Suite au reportage du Times, le superintendant du Great Valley School District (GVSD), Daniel Goffredo, a posté un message à la communauté décrivant l'impact sur les enseignants comme « profond ». Une enseignante a déclaré au Times qu'elle s'était sentie comme « frappée à l'estomac » par le comportement « sauvage » des élèves, tandis qu'une autre a accusé les élèves de calomnie et d'assassinat. Tous deux ont été décrits dans de faux messages avec des insinuations de pédophilie.

    « Je vous invite à profiter de l'été pour discuter avec vos enfants de l'utilisation responsable de la technologie, en particulier des médias sociaux », a déclaré Goffredo. « Ce qui semble être une plaisanterie a des conséquences profondes et durables, non seulement pour la personne visée, mais aussi pour les élèves eux-mêmes. Notre meilleure défense est celle de la collaboration ».

    Goffredo a confirmé que le district scolaire avait envisagé des réponses juridiques à l'attaque du groupe. Mais en fin de compte, le district a estimé qu'elles étaient « limitées » car « les tribunaux protègent généralement les droits des élèves à la liberté d'expression en dehors du campus, y compris la parodie ou le dénigrement des éducateurs en ligne - sauf si les messages des élèves menacent d'autres personnes ou perturbent l'école », a rapporté le Times.

    Au lieu de cela, le collège a « brièvement suspendu plusieurs élèves », ont expliqué les enseignants au Times, et a organisé une assemblée en classe de quatrième pour sensibiliser les élèves aux méfaits de la cyberintimidation, en invitant les parents à se joindre à eux.

    Becky Pringle, présidente de la National Education Association - le plus grand syndicat d'enseignants des États-Unis - a déclaré au Times que les enseignants n'avaient jamais été confrontés à un harcèlement d'une telle ampleur. D'ordinaire, selon le Times, les élèves s'en prennent à un seul éducateur à la fois. Selon Pringle, les enseignants risquent de voir le harcèlement en ligne se normaliser de plus en plus. Cela « pourrait pousser les éducateurs à envisager de quitter la profession », a déclaré Pringle, à un moment où le ministère américain de l'éducation lutte déjà contre une pénurie d'enseignants.

    Si Goffredo a déclaré que les enseignants n'avaient que peu d'options pour riposter, il a également indiqué aux parents, dans un courriel, que le district « s'engageait à travailler avec les forces de l'ordre pour soutenir les enseignants susceptibles d'intenter une action en justice ».

    « Je réitère ma déception et ma tristesse de voir que le comportement de nos élèves a causé de telles difficultés à notre personnel », indique le message de Goffredo à la communauté. « Il est également décourageant de voir le GVSD occuper une place aussi importante dans l'actualité pour un tel comportement ».

    Nom : signaler.png
Affichages : 3270
Taille : 30,4 Ko

    Signaler les faux comptes d'enseignants sur TikTok

    Les directives communautaires de TikTok interdisent l'usurpation d'identité, à l'exception des comptes « parodiques ou basés sur des fans ». La plateforme propose des chemins dans l'application et sur son site web pour signaler une usurpation d'identité, et demande aux enseignants de présenter une pièce d'identité pour demander le retrait de leur compte.

    Jusqu'à présent, l'application de TikTok semble inégale. Certains enseignants ont déclaré au Times qu'ils avaient signalé de faux comptes et qu'ils n'avaient jamais reçu de réponse de TikTok. D'autres ont déclaré qu'ils ne se sentaient pas à l'aise de partager une pièce d'identité avec TikTok pour des raisons de confidentialité et n'ont donc jamais signalé les faux comptes. Le fait que TikTok promette de supprimer les données après avoir authentifié les identités peut toutefois en rassurer certains.

    Les seuls comptes qui semblent avoir été rapidement supprimés sont quatre faux comptes signalés par un journaliste et dont TikTok a confirmé la suppression. TikTok a constaté que la majorité des autres comptes signalés n'étaient pas disponibles.

    Mais dans certains cas, les faux comptes qui avaient disparu ont tout simplement réapparu à une date ultérieure, à la grande consternation des enseignants. Certains enseignants ont cessé de publier des photos en ligne ou dans leur classe par crainte d'être à nouveau harcelés. D'autres ont peur de sanctionner des élèves qui pourraient exercer des représailles sur TikTok.

    Des experts ont déclaré au Times que le harcèlement permanent et la peur des représailles « pourraient nuire à la santé mentale et à la réputation des enseignants ».

    Les craintes des enseignants semblent fondées, selon le Times. Même les deux jeunes filles qui ont été brièvement suspendues n'ont pas été immédiatement dissuadées de poursuivre leurs attaques, promettant dans une vidéo « d'excuses » sur TikTok de recommencer bientôt à publier de nouvelles vidéos en utilisant des paramètres de confidentialité plus stricts pour échapper aux mesures disciplinaires.

    Les élèves suppriment la vidéo « d'excuses »

    Les deux jeunes filles qui ont été brièvement suspendues n'ont vraisemblablement eu accès à TikTok que récemment, la plateforme n'autorisant que les utilisateurs âgés de 13 ans et plus. En juin, après avoir été sanctionnées, elles ont posté une vidéo d'excuses sur TikTok, mais ces excuses ont semblé vaines à certains, car la vidéo avait été postée sous un faux compte d'enseignant et prétendait que les enseignants faisaient toute une histoire pour rien.

    « Nous n'avons jamais voulu que cela aille aussi loin, évidemment », a déclaré un élève, tandis qu'un autre a demandé aux enseignants de « passer à autre chose » et « d'apprendre à plaisanter ». « J'ai 13 ans », a déclaré l'autre élève, « et vous en avez 40 ans, bientôt 50 ».

    Alors qu'une élève a insisté sur le fait qu'elle « n'a jamais voulu être suspendue », les deux élèves ont menacé de publier bientôt de nouvelles vidéos de harcèlement des enseignants, prévoyant de s'appuyer sur les paramètres de confidentialité pour poursuivre l'attaque de la foule.

    Le rapport du Times semble avoir dissuadé les jeunes filles d'adopter un comportement répréhensible pour l'instant. Après que le journal a demandé au district scolaire de partager son rapport avec les parents, la vidéo d'excuses a été supprimée et le nom de l'enseignant a été retiré du faux compte, a rapporté le Times. Le compte comprendrait désormais un avertissement disant : « Les gars, nous n'agissons plus comme nos professeurs, c'est du passé !! ».

    Goffredo a expliqué aux parents que l'école ne pouvait pas faire grand-chose, si ce n'est concentrer ses efforts sur la dissuasion de ce comportement avant la prochaine année scolaire.

    « Au cours de l'été, les administrateurs du district s'efforcent d'identifier des moyens clairs et réalisables pour renforcer l'accent mis sur la citoyenneté numérique dans notre programme d'études », a écrit Goffredo dans son message à la communauté. Il a averti les parents de ne pas compter sur le district scolaire pour mettre un terme à ce comportement, car les élèves semblaient avoir le droit d'usurper l'identité d'un enseignant en ligne. Outre la limitation de l'utilisation des téléphones à l'école, le district n'a que peu d'influence sur ce que font les élèves pendant leur temps libre.

    « S'il est facile de réagir en suggérant que les élèves auraient dû être plus sévèrement sanctionnés à l'école, certains de leurs comportements, mais pas tous, sont protégés par le droit à la liberté de parole et d'expression », a écrit Goffredo.

    Sources : Great Valley School District, NYT, TikTok (1, 2)

    Et vous ?

    Tendance internationale : Y a-t-il une tendance similaire de cyberharcèlement des enseignants dans votre pays ?
    La liberté d’expression des élèves : Jusqu’où devrait aller la liberté d’expression des élèves en dehors du campus scolaire ? Devrions-nous limiter leur capacité à parodier ou diffamer leurs enseignants en ligne ?
    Responsabilité des parents : Les parents devraient-ils être tenus responsables des actions de leurs enfants sur les réseaux sociaux ? Comment pouvons-nous encourager une utilisation plus responsable d’Internet chez les jeunes ?
    Impact sur la réputation des enseignants : Comment ces attaques de groupe peuvent-elles affecter la réputation des enseignants ? Quelles mesures peuvent être prises pour protéger leur intégrité professionnelle ?
    Rôle des écoles : Quel rôle les écoles devraient-elles jouer dans l’éducation des élèves sur les comportements en ligne et la cyberintimidation ? Comment pouvons-nous sensibiliser davantage à ces problèmes ?
    Conséquences légales : Devrions-nous revoir les lois concernant la liberté d’expression des élèves en ligne ? Quelles conséquences légales devraient s’appliquer dans de tels cas ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Membre averti Avatar de fmartini
    Homme Profil pro
    Ingénieur en Cybersécurité
    Inscrit en
    Mai 2013
    Messages
    63
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Suisse

    Informations professionnelles :
    Activité : Ingénieur en Cybersécurité
    Secteur : Aéronautique - Marine - Espace - Armement

    Informations forums :
    Inscription : Mai 2013
    Messages : 63
    Points : 311
    Points
    311
    Par défaut
    Liberté d'expression des élèves
    La liberté d'expression est un droit, même pour les étudiants/enfants. Toutefois, il est primordial de faire une distinction entre parodie et diffamation. En France, la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse garantit la liberté d'expression tout en punissant les abus tels que la diffamation. La parodie est donc protégée tant que l'enseignant n'est pas identifié ou identifiable, à condition qu'elle ne soit pas considérée comme une diffamation ou une injure.


    Responsabilité des parents
    Il est pour moi important que les parents prennent entièrement en charge l'éducation de leurs enfants en ce qui concerne l'usage d'Internet. Les parents sont, selon l'article 371-1 du Code civil français, les premiers responsables de la protection, de l'éducation et de la sécurité de leurs enfants. Cela englobe leur attitude en ligne. Il est par conséquent essentiel que les parents enseignent à leurs enfants dès leur plus jeune âge à utiliser Internet de manière responsable et éthique, en leur transmettant les valeurs et les compétences indispensables pour devenir des adultes dévoués. Le fait de rejeter cette responsabilité sur le système ou d'autres acteurs est (encore) une façon de se déresponsabiliser, ce qui ne fait qu'aggraver le problème des comportements inappropriés en ligne.


    Rôle des écoles
    Les établissements scolaires doivent se focaliser sur leur mission académique et apporter leur soutien aux enseignants qui pourraient être victimes de diffamation en ligne. Au lieu de chercher (encore) à remplacer les parents dans l'éducation des enfants, les écoles et/ou l'éducation nationale devraient apporter un soutien et des ressources aux enseignants afin de gérer et de lutter contre les conséquences néfastes de la cyberintimidation et de la diffamation. Je compte dans ce soutien des conseils juridiques, des formations sur la gestion de la réputation en ligne et l'aide dans les procédures judiciaires si besoin.

Discussions similaires

  1. Réponses: 0
    Dernier message: 14/12/2023, 16h51
  2. Réponses: 3
    Dernier message: 28/10/2020, 15h10
  3. Réponses: 2
    Dernier message: 27/10/2020, 15h05
  4. Réponses: 4
    Dernier message: 02/10/2020, 10h22
  5. Réponses: 0
    Dernier message: 08/03/2012, 12h26

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo