Les dépenses en infrastructure de cloud partagé continuent d'accélérer, avec une augmentation de 36,9 % d'une année sur l'autre, alimentée par les dépenses liées à l'IA au premier trimestre 2024, d'après IDC

Selon le Worldwide Quarterly Enterprise Infrastructure Tracker : Buyer and Cloud Deployment de l'International Data Corporation (IDC), les dépenses en produits d'infrastructure de calcul et de stockage pour les déploiements dans le cloud, y compris les environnements informatiques dédiés et partagés, ont augmenté de 36,9 % d'une année sur l'autre au premier trimestre 2024 (1T24) pour atteindre 33,0 milliards de dollars. Les dépenses en infrastructure cloud continuent de dépasser le segment non-cloud, ce dernier ayant augmenté de 5,7 % au 1er trimestre 2024 pour atteindre 13,9 milliards de dollars. Le segment de l'infrastructure cloud a connu une croissance plus lente de la demande unitaire de 11,4 %, en raison de l'augmentation continue des prix de vente moyens (ASP), principalement liée à des livraisons de serveurs GPU plus élevées que d'habitude.

« La croissance des dépenses en infrastructure cloud continue d'être tirée par l'explosion des investissements liés à l'IA, qui n'ont pas seulement un impact sur les serveurs, mais ont également commencé à avoir une influence positive sur le stockage d'entreprise », a déclaré Juan Pablo Seminara, directeur de recherche pour le Worldwide Enterprise Infrastructure Tracker d'IDC. « Même si une certaine prudence persiste sur le plan sociopolitique, il est devenu évident que les plans d'investissement dans l'IA ne ralentiront pas en 2024 et continueront à croître à un rythme élevé cette année et au-delà. En outre, l'amélioration des perspectives économiques contribue à des perspectives de dépenses très positives pour 2024 et 2025, où les dépenses basées sur le cloud augmenteront à un rythme à deux chiffres. »

Les dépenses consacrées à l'infrastructure de cloud partagé (public) ont atteint 26,3 milliards de dollars au cours du trimestre, soit une augmentation de 43,9 % par rapport à l'année précédente. La catégorie des infrastructures de cloud partagé continue de représenter la plus grande part des dépenses par rapport aux déploiements de clouds dédiés (privés) et aux dépenses non cloud. Au 1er trimestre 24, le cloud partagé représentait 56,1 % du total des dépenses d'infrastructure. Le segment de l'infrastructure de cloud dédié a connu une croissance plus faible de 15,3 % d'une année sur l'autre au 1er trimestre 24 pour atteindre 6,7 milliards de dollars.

Nom : IDC Shared Cloud Infrastructure Spending Continues to Accelerate, Fueled by AI-Related Spending .png
Affichages : 3033
Taille : 49,5 Ko

Pour 2024, IDC prévoit que les dépenses d'infrastructure cloud augmenteront de 26,1 % par rapport à 2023 pour atteindre 138,3 milliards de dollars. L'infrastructure non cloud devrait augmenter de 8,4 % pour atteindre 64,8 milliards de dollars. L'infrastructure cloud partagé devrait augmenter de 30,4 % d'une année sur l'autre pour atteindre 108,3 milliards de dollars pour l'ensemble de l'année. Les dépenses consacrées à l'infrastructure cloud dédié devraient également connaître une croissance à deux chiffres en 2024, soit 12,8 %, pour atteindre 30,0 milliards de dollars sur l'ensemble de l'année. Les prévisions de croissance modérée pour l'infrastructure non cloud (8,4 % en 2024) reflètent le fait que, même si la majeure partie de la croissance proviendra des dépenses liées au cloud, les systèmes dédiés généraux non cloud devraient se redresser cette année.

La catégorie des fournisseurs de services d'IDC comprend les fournisseurs de service cloud, les fournisseurs de service numérique, les fournisseurs de service de communication, les hyperscalers et les fournisseurs de services gérés. Au premier trimestre 24, les fournisseurs de services en tant que groupe ont dépensé 32,2 milliards de dollars en infrastructure de calcul et de stockage, soit une augmentation de 37,9 % par rapport à l'année précédente. Ces dépenses représentaient 68,7 % du marché total. Les fournisseurs autres que les fournisseurs de services (par exemple, les entreprises, le gouvernement, etc.) ont également augmenté leurs dépenses à 14,7 milliards de dollars, soit une croissance de 5,8 % d'une année sur l'autre. IDC prévoit que les dépenses de calcul et de stockage des fournisseurs de services atteindront 132,2 milliards de dollars en 2024, soit une croissance de 26,2 % d'une année sur l'autre.

D'un point de vue géographique, les dépenses en infrastructure cloud au premier trimestre de l'année 2024 ont montré des résultats très positifs en général, où seule l'Amérique latine a présenté une baisse de 2,8 % tandis que l'Europe de l'Ouest et le Moyen-Orient et l'Afrique ont été les seules régions qui ont connu une croissance à un chiffre, respectivement de 4,0 % et 5,3 %. Ces résultats ont été largement affectés par les tensions politiques qui ont retardé les plans d'investissement. Les régions qui ont affiché une solide croissance à deux chiffres sont l'Asie/Pacifique (à l'exclusion du Japon et de la Chine), le Japon, l'Europe centrale et orientale, les États-Unis, la Chine (RPC) et le Canada, où les dépenses liées au cloud ont augmenté respectivement de 85,4 %, 53,1 %, 42,6 %, 37,0 %, 33,7 % et 16,1 % d'une année sur l'autre. La majeure partie de cette croissance est liée à de grands projets de calcul à haute performance (HPC) et d'IA, dont certains ont été retardés en raison de problèmes d'approvisionnement dans le passé.

À long terme, IDC prévoit que les dépenses d'infrastructure cloud auront un taux de croissance annuel composé (TCAC) de 14,3 % au cours de la période de prévision 2023-2028, atteignant 213,7 milliards de dollars en 2028 et représentant 75,0 % des dépenses totales d'infrastructure de calcul et de stockage. Les dépenses en infrastructures de cloud partagé représenteront 77,5 % du total des dépenses cloud en 2028, augmentant à un TCAC de 14,8 % et atteignant 165,6 milliards de dollars. Les dépenses consacrées à l'infrastructure cloud dédiée augmenteront à un TCAC de 12,6 % pour atteindre 48,2 milliards de dollars. Les dépenses consacrées à l'infrastructure non cloud rebondiront également avec un TCAC de 3,6 %, pour atteindre 71,4 milliards de dollars en 2028. Les dépenses des fournisseurs de services pour l'infrastructure de calcul et de stockage devraient croître à un TCAC de 13,8 %, pour atteindre 199,9 milliards de dollars en 2028.

Le Worldwide Quarterly Enterprise Infrastructure Tracker : Buyer and Cloud Deployment d'IDC est conçu pour fournir aux clients une meilleure compréhension de la part des marchés du matériel de calcul et de stockage qui est déployée dans des environnements cloud. Le tracker ventile le chiffre d'affaires de chaque fournisseur en fonction des environnements de cloud partagé et dédié pour les données historiques et fournit des prévisions sur cinq ans. Ce tracker fait partie du Worldwide Quarterly Enterprise Infrastructure Tracker, qui fournit une vue globale du marché total adressable des quatre technologies clés d'infrastructure pour le centre de données (serveurs, systèmes de stockage d'entreprise externes et appareils spécialisés : HCI et PBBA).

Notes sur la taxonomie

IDC définit les services cloud de manière plus formelle à l'aide d'une liste de contrôle des attributs clés qu'une offre doit présenter aux utilisateurs finaux du service.

Les services de cloud partagé sont partagés entre des entreprises et des consommateurs non apparentés, ouverts à un univers largement illimité d'utilisateurs potentiels et conçus pour un marché, et non pour une seule entreprise. Le marché des services de cloud partagé comprend une variété de services conçus pour étendre ou, dans certains cas, remplacer l'infrastructure informatique déployée dans les centres de données des entreprises ; l'ensemble de ces services est appelé "services de cloud public". Le marché du cloud partagé comprend également des services numériques tels que la distribution, le partage et la recherche de médias/contenus, les médias sociaux et le commerce électronique.

Les services de cloud dédié sont partagés au sein d'une seule entreprise ou d'une entreprise étendue, avec des restrictions d'accès et un niveau d'affectation des ressources défini/contrôlé par l'entreprise (et au-delà du contrôle disponible dans les offres de cloud public) ; ils peuvent être sur site ou hors site ; et peuvent être gérés par un tiers ou par le personnel interne. Dans les clouds dédiés qui sont gérés par le personnel interne, les "vendeurs (fournisseurs de services cloud)" sont équivalents aux départements informatiques/départements de services partagés au sein des entreprises/groupes. Dans ce modèle d'utilisation, où les services standardisés sont utilisés conjointement au sein de l'entreprise/du groupe, les départements, bureaux et employés de l'entreprise sont les "utilisateurs du service".

Source : IDC

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Trouvez-vous les conclusions de cette étude d'IDC crédibles ou pertinentes ?

Voir aussi :

Les dépenses consacrées à l'infrastructure cloud partagée continuent de dominer les investissements d'infrastructure des entreprises, selon un rapport d'IDC

Les dépenses en infrastructures de cloud partagé stimulent la croissance des dépenses globales d'infrastructure des entreprises au troisième trimestre 2023, selon IDC

Les dépenses mondiales en services cloud augmenteront de 20 % en 2024, les efforts de migration vers le cloud reprennent parallèlement à une explosion de la nouvelle demande liée à l'IA, selon Canalys