L’impact de l’automatisation sur l’adhésion syndicale en Europe : une étude note que l'automatisation a contribué à une réduction du taux de syndicalisation
dans les secteurs où les syndicats étaient traditionnellement plus forts

L’adhésion syndicale est un pilier fondamental du modèle social européen. En Italie, au fil des décennies, les syndicats ont veillé à des augmentations salariales proportionnelles à la croissance de la productivité et à une amélioration progressive des conditions de travail. Cependant, aujourd’hui, cette adhésion est en déclin. Selon une étude de l’Université Bocconi à Milan, la proportion d’adhérents aux syndicats a chuté de 30 % à environ 12 % en 20 ans. Moins de membres signifient moins de pouvoir de négociation, ce qui est préoccupant à une époque où les défis du développement technologique exigeraient au contraire une meilleure protection des travailleurs face à la réduction de l’emploi dans certains secteurs.

Menée par une équipe de chercheurs de l’Université Bocconi, dirigée par Paolo Agnolin, Massimo Anelli, Italo Colantone et Piero Stanig, l’étude explore l’impact des nouvelles technologies sur le paysage syndical européen. En analysant les données d’adhésion syndicale dans 15 pays européens sur une période de 20 ans jusqu’en 2018, l’étude offre un aperçu précieux du rôle évolutif des syndicats à l’ère numérique. Le manque de données officielles désagrégées sur le nombre de membres syndicaux entrave la recherche sur l’impact des changements sociaux sur les syndicats. Nous connaissons les données globales sur l’adhésion syndicale dans un pays donné et une année donnée, mais nous ne disposons pas de chiffres plus spécifiques décrivant les différences d’adhésion syndicale entre les secteurs industriels et les zones géographiques. L’étude de Bocconi, grâce à une méthode d’estimation du pourcentage de travailleurs syndiqués, a permis de créer un ensemble de données unique pour combler cette lacune d’information.

Les résultats montrent une tendance négative généralisée, l’Italie se rapprochant des pays traditionnellement syndiqués tels que la France. Les différences entre les régions et les secteurs sont évidentes : de 25 % au Trentin-Haut-Adige à 7 % en Ligurie, et de 27 % dans l’éducation publique à 6 % dans l’aide à domicile.

Mais qu’est-ce qui explique ce déclin pas si lent ? « La mondialisation et l’automatisation ont contribué à la réduction de l’emploi dans les secteurs, tels que la fabrication, où les syndicats étaient traditionnellement plus forts », explique Massimo Anelli, professeur associé au Département des sciences sociales et politiques de Bocconi et expert en économie du travail.

« De plus, des secteurs entiers qui ont prospéré grâce à la technologie, comme les activités de l’économie des petits boulots, n’existaient pas il y a quelques années, et par conséquent, les syndicats y sont pratiquement absents. » À mesure que la base sur laquelle les syndicats peuvent s’appuyer diminue progressivement, leur force de négociation diminue également.

En somme, la production de biens et de services résulte d’un processus qui mobilise deux facteurs : le travail et le capital investi. Dans la société contemporaine, où la technologie (qui fait partie du capital investi) joue un rôle de plus en plus central dans le processus de production, l’importance du travail diminue progressivement1. À moins que cette tendance ne soit inversée, la cohésion sociale est en danger.

Nom : figure.png
Affichages : 5383
Taille : 128,9 Ko
Taux de syndicalisation par pays

Voici ce que les chercheurs expliquent en introduction :

« La vague d'automatisation des dernières décennies a entraîné des gains de productivité et de bien-être, mais a des effets distributifs substantiels. Les technologies d'automatisation et de robotisation tendent à pénaliser les travailleurs des régions historiquement spécialisées dans les industries qui ont adopté davantage de robots, ainsi que les personnes dont les compétences ont été davantage remplacées que complétées par les nouvelles technologies. Ce processus a entraîné la disparition de nombreux emplois traditionnels, relativement bien rémunérés et stables, principalement dans le secteur manufacturier, tandis que de nouveaux emplois ont été créés dans les secteurs des services ou dans de nouveaux secteurs (par exemple, l'économie de l'engagement). Ces emplois nouvellement créés se caractérisent par des trajectoires salariales plus faibles, des contrats temporaires, des carrières discontinues et peu ou pas de protection de l'emploi.

« Dans l'ensemble, l'automatisation a entraîné une augmentation de l'inégalité salariale et déclenché un mécontentement économique parmi les "perdants" de ce processus, qui a à son tour déclenché des changements politiques majeurs (Anelli et al. 2021).Tout au long du 20e siècle, les syndicats ont joué un rôle crucial dans les démocraties libérales en faisant obstacle à l'augmentation de l'inégalité salariale et en canalisant les demandes politiques et le mécontentement dans une voix organisée.

« Avec l'évolution technologique et l'automatisation qui polarisent les salaires, les syndicats ont un rôle crucial à jouer pour atténuer la répartition inégale des gains de bien-être. Cependant, l'avènement du nouveau siècle a vu un déclin de l'importance et de l'efficacité des syndicats dans le processus démocratique, combiné à une atomisation des revendications politiques.

« Dans ce rapport, nous montrons que le changement technologique, et la robotisation en particulier, ont directement contribué à l'affaiblissement du rôle des syndicats. Nous utilisons de nouvelles données granulaires infranationales et sectorielles sur le taux de syndicalisation en Europe occidentale sur deux décennies pour estimer l'impact de l'adoption des robots industriels sur les taux de syndicalisation. En outre, nous présentons de nouvelles conclusions concernant le mécanisme par lequel les régions et les individus les plus exposés à l'automatisation penchent vers les partis nationalistes, isolationnistes et de droite radicale ».

Source : rapport

Et vous ?

Pensez-vous que les syndicats devraient s’adapter davantage aux nouvelles réalités technologiques ? Les syndicats ont traditionnellement joué un rôle essentiel dans la protection des droits des travailleurs. Cependant, avec l’avènement de l’automatisation et de la numérisation, les défis auxquels sont confrontés les travailleurs ont évolué. Comment les syndicats peuvent-ils s’adapter pour rester pertinents et efficaces dans ce contexte ?
Comment pouvons-nous renforcer la voix des travailleurs dans un monde de plus en plus automatisé ? L’automatisation peut entraîner des pertes d’emplois, mais elle peut aussi améliorer l’efficacité et la productivité. Comment pouvons-nous garantir que les travailleurs ne soient pas laissés pour compte ? Quelles mesures pourraient être prises pour protéger leurs droits et leur bien-être ?