Les autorités américaines ont ouvert la voie à des enquêtes antitrust sur Nvidia, Microsoft et OpenAI, trois des plus grands acteurs de l'intelligence artificielle.

Les autorités fédérales de régulation aux États-Unis ont conclu un accord qui leur permet de mener des enquêtes antitrust sur les rôles dominants que jouent Microsoft, OpenAI et Nvidia dans le secteur de l'intelligence artificielle (IA), ce qui constitue le signe le plus évident de l'intensification de l'examen réglementaire de cette puissante technologie.

Aux États-Unis, la législation antitrust est un ensemble de lois, principalement fédérales, qui réglementent la conduite et l'organisation des entreprises afin de promouvoir la concurrence et d'empêcher les monopoles injustifiés. Les principales lois antitrust américaines interdit la fixation des prix et le fonctionnement des cartels, ainsi que d'autres pratiques collusoires qui restreignent le commerce de manière déraisonnable. Elles restreint également les fusions et acquisitions d'organisations susceptibles de réduire sensiblement la concurrence ou de créer un monopole, ainsi que la monopolisation.

Certains économistes affirment que les lois antitrust entravent en fait la concurrence et peuvent décourager les entreprises de poursuivre des activités qui seraient bénéfiques pour la société. Selon un autre point de vue, les lois antitrust devraient se concentrer uniquement sur les avantages pour les consommateurs et l'efficacité globale, tandis qu'un large éventail de théories juridiques et économiques considère que le rôle des lois antitrust est également de contrôler le pouvoir économique dans l'intérêt public.

Le ministère de la justice et la Federal Trade Commission (FTC) ont conclu un accord pour ouvrir des enquêtes antitrust sur Nvidia, Microsoft et OpenAI. Il devrait être finalisé dans les prochains jours, selon deux personnes ayant connaissance du dossier, qui n'ont pas été autorisées à s'exprimer publiquement sur les discussions confidentielles.


En vertu de cet accord, le ministère de la justice prendra la tête de l'enquête visant à déterminer si le comportement de Nvidia, le plus grand fabricant de puces d'intelligence artificielle, a enfreint les lois antitrust. La FTC jouera le rôle principal dans l'examen du comportement d'OpenAI, qui fabrique le chatbot ChatGPT, et de Microsoft, qui a investi 13 milliards de dollars américains dans OpenAI et a conclu des accords avec d'autres entreprises d'IA, ont déclaré les personnes.

L'accord signale l'intensification de l'examen par le ministère de la justice et la FTC de l'IA, une technologie qui progresse rapidement et qui a le potentiel de bouleverser les emplois, l'information et la vie des gens. Les deux agences ont été à l'avant-garde des efforts de l'administration Biden pour contenir le pouvoir des plus grandes entreprises technologiques. Après un accord similaire en 2019, le gouvernement a enquêté sur Google, Apple, Amazon et Meta et a depuis poursuivi chacun d'entre eux pour violation des lois anti-monopoles.

Pendant des mois, Nvidia, Microsoft et OpenAI ont largement échappé à la surveillance réglementaire de l'administration Biden. Mais les choses ont commencé à changer lorsque l'IA générative, qui peut produire des textes, des photos, des vidéos et des sons semblables à ceux des humains, a fait irruption sur la scène à la fin de 2022 et a suscité une frénésie dans l'industrie.

Les autorités de régulation ont récemment indiqué qu'elles souhaitaient prendre de l'avance sur l'évolution de l'IA. En juillet 2023, la FTC a ouvert une enquête pour déterminer si OpenAI avait porté préjudice aux consommateurs en collectant des données. En janvier 2024, la FTC a également lancé une vaste enquête sur les partenariats stratégiques entre les géants de la technologie et les jeunes pousses de l'IA, notamment l'investissement de Microsoft dans OpenAI et les investissements de Google et d'Amazon dans Anthropic, une autre jeune entreprise d'IA.

Pourtant, les États-Unis sont en retard sur l'Europe en matière de réglementation de l'IA. Les responsables de l'Union européenne se sont mis d'accord en 2023 sur des règles historiques pour régir cette technologie en évolution rapide, en se concentrant sur les façons les plus risquées de l'utiliser. En mai, à Washington, un groupe de sénateurs a publié des recommandations législatives sur l'IA, appelant à des dépenses annuelles de 32 milliards de dollars pour propulser les États-Unis à la tête de la technologie, mais s'abstenant de demander de nouvelles réglementations spécifiques.

Les discussions entre la FTC et le ministère de la justice au sujet des entreprises d'IA sont entrées dans leur phase finale au cours de la semaine dernière et ont impliqué les niveaux supérieurs des deux agences, a déclaré une personne ayant connaissance des discussions, qui est un fonctionnaire de la FTC. La présidente de la FTC, Lina Khan, a déclaré lors d'une interview en février qu'en ce qui concerne l'IA, l'agence essayait de repérer les problèmes potentiels dès le début plutôt que des années et des années plus tard, lorsque les problèmes sont profondément ancrés et beaucoup plus difficiles à rectifier.

Nom : 1.jpg
Affichages : 4109
Taille : 32,3 Ko

Nvidia, OpenAI et Microsoft se sont retrouvés sous les feux de la rampe en tant que grands gagnants du boom de l'IA, ce qui a soulevé des questions quant à leur position dominante.

Nvidia, un fabricant de puces de la Silicon Valley, est le principal fournisseur d'unités de traitement graphique, ou GPU, qui sont des composants adaptés aux tâches d'IA telles que l'apprentissage automatique. Après l'essor de l'IA, les entreprises technologiques se sont empressées de mettre la main sur les GPU de Nvidia, doublant et triplant ses ventes. Le cours de l'action de Nvidia a grimpé de plus de 200 % au cours de l'année écoulée, et la capitalisation boursière de l'entreprise a dépassé les 3 000 milliards de dollars américains pour la première fois le 5 juin, dépassant ainsi celle d'Apple.

Les acteurs du secteur s'inquiètent de plus en plus de la domination de Nvidia, ont déclaré deux personnes au fait de ces préoccupations, notamment de la manière dont les logiciels de l'entreprise contraignent les clients à utiliser ses puces, ainsi que de la manière dont Nvidia distribue ces puces à ses clients.

Microsoft, l'entreprise technologique publique la plus vvalorisée au monde, est également devenue l'un des principaux fournisseurs d'IA. Elle détient 49 % d'OpenAI, qui s'est fait connaître du grand public avec la sortie, en 2022, de ChatGPT. La capacité du chatbot à répondre à des questions, à générer des images et à construire du code informatique a captivé les gens et a rapidement fait de la start-up l'une des entreprises les plus en vue de l'industrie technologique.

Microsoft a intégré la technologie d'OpenAI dans ses propres produits. L'IA génère désormais des réponses pour les utilisateurs de son moteur de recherche, Bing, et peut aider à élaborer des présentations et des documents dans PowerPoint et Word. Le New York Times a intenté un procès à OpenAI et à Microsoft, arguant d'une violation des droits d'auteur sur les contenus d'information liés aux systèmes d'IA.

Les accords de Microsoft en matière d'IA ont fait l'objet d'un examen minutieux, car ils permettent à l'une des plus grandes entreprises technologiques d'exercer une influence sur une technologie émergente, tandis que certains acteurs du secteur se demandent si ces accords sont structurés de manière à permettre à Microsoft d'éviter un examen direct par les autorités de réglementation.

Selon le Times, Microsoft a structuré sa participation minoritaire dans OpenAI en partie pour éviter l'examen antitrust. Microsoft a également conclu un accord en mars pour embaucher la majeure partie du personnel d'Inflection AI, une autre start-up spécialisée dans l'IA, et obtenir une licence pour sa technologie. Comme il ne s'agit pas d'une acquisition classique, les autorités de régulation pourraient avoir plus de mal à l'examiner.

La semaine dernière, la division antitrust du ministère de la justice a organisé une conférence sur l'IA à l'université de Stanford. Dans son discours d'ouverture, M. Jonathan Kanter, le plus haut responsable antitrust de l'agence, a souligné "les structures et les tendances de l'IA qui devraient nous faire réfléchir". "L'IA repose sur des quantités massives de données et de puissance de calcul, ce qui peut conférer un avantage substantiel aux entreprises déjà dominantes", a-t-il déclaré.

Source : Le ministère de la justice et la Federal Trade Commission (FTC)

Et vous ?

Pensez-vous que ces enquêtes antitrust sont crédibles ou pertinentes ?
Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi :

Les législateurs européens adoptent la première loi importante pour réglementer l'IA dans le monde, mais elle pourrait potentiellement rendre le marché européen peu attrayant pour l'IA

Les analystes estiment que Nvidia détient 98 % du marché des GPU pour centres de données. L'hégémonie de Nvidia dans ce secteur crucial soulève des questions sur la diversité et la concurrence

Le partenariat entre Microsoft et OpenAI fait l'objet d'un examen antitrust, mais Microsoft affirme qu'elle ne détient aucune part d'OpenAI