La Chine a autorisé neuf constructeurs automobiles à tester des véhicules dotés de technologies de conduite autonome avancées sur les voies publiques, afin d'accélérer l'adoption des voitures autonomes

La Chine a donné son accord à un premier groupe de neuf constructeurs automobiles pour effectuer des tests sur des véhicules dotés de technologies avancées de conduite autonome sur les routes publiques, dans le cadre d'un plan visant à accélérer l'adoption des voitures autonomes.

Une voiture autonome, également appelée voiture sans conducteur, robotaxi, voiture robotisée ou robo-car, est une voiture capable de fonctionner avec une intervention humaine réduite, voire inexistante. Les voitures autonomes sont responsables de toutes les activités de conduite, telles que la perception de l'environnement, la surveillance des systèmes importants et le contrôle du véhicule, ce qui inclut la navigation du point d'origine au point de destination.


Les tests des technologies de conduite autonome dites de niveau 3 seront effectués par des constructeurs automobiles tels que BYD et Nio, ainsi que par de grands constructeurs publics tels que Changan Automobile, GAC et SAIC, selon un communiqué publié le mardi 4 juin par le ministère de l'Industrie.

Les opérateurs de flottes, tels que les sociétés de covoiturage, seront également impliqués dans les tests.

L'industrie automobile a défini cinq niveaux de conduite autonome, allant des fonctions d'aide à la conduite telles que le régulateur de vitesse au niveau 1 jusqu'aux voitures entièrement autonomes au niveau 5.

En novembre dernier, la Chine a publié les lignes directrices du programme national pour commencer à accepter les demandes des entreprises qui cherchent à déployer des véhicules de conduite entièrement autonomes en vue d'une adoption à grande échelle.

Dans le cadre de ce plan, les conducteurs des véhicules d'essai sont autorisés à lâcher le volant, les constructeurs automobiles et les opérateurs de flotte étant responsables de la sécurité.

Le ministère a déclaré que l'essai ouvrirait la voie à la commercialisation de technologies de conduite autonome plus avancées, sans donner plus de détails. Les dirigeants des constructeurs automobiles ont déclaré qu'il s'agissait d'un pas de plus vers l'autorisation de vendre et d'utiliser des véhicules de niveau 3 aux acheteurs individuels et aux opérateurs de flottes.

Au moins dix constructeurs automobiles et fournisseurs, dont Huawei et Xpeng, proposent en Chine des capacités de conduite autonome de niveau 2, qui nécessitent toujours un conducteur attentif ayant les mains sur le volant.

Tesla se prépare aussi à livrer son logiciel « Full Self-Driving » (FSD) aux utilisateurs chinois dans le courant de l'année. FSD est également un système de niveau deux, mais le PDG de Tesla, Elon Musk, a déclaré que des véhicules entièrement autonomes étaient sur le point de voir le jour.

Source : Ministère chinois de l'Industrie

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Trouvez-vous cette décision de l'administration générale chinoise crédible ou pertinente ?

Voir aussi :

Huawei va investir 1 milliard $ dans une technologie automobile qui, selon lui, surpasse celle de Tesla, signe d'une tentative de trouver une alternative au secteur des télécommunications

Chine : les constructeurs étrangers de véhicules autonomes ne peuvent pas cartographier les routes comme ils veulent, pour des raisons de sécurité

Une première mondiale, AutoX, une startup soutenue par Alibaba, déploie des robotaxis sans conducteur sur les routes publiques de Shenzhen en Chine, la flotte pouvant se déplacer dans toute la ville