Les enfants âgés de 3 à 6 ans font confiance aux robots plutôt qu'aux humains en matière de fiabilité et choisiront de faire confiance aux robots plutôt qu'aux humains si tous les deux sont fiables et exacts.

Une nouvelle étude publiée dans la revue Computers in Human Behaviors révèle que les enfants sont plus enclins à faire confiance aux robots qu'aux humains. L'étude a révélé que les enfants âgés de 3 à 6 ans choisissent de faire confiance aux robots plutôt qu'aux humains si les informations fournies par les uns et les autres sont fiables et exactes. La raison de cette étude était de savoir à qui les enfants feraient confiance s'ils se trouvaient dans une situation conflictuelle et devaient choisir entre l'un ou l'autre.

Pour l'étude, les chercheurs ont rassemblé 118 enfants par le biais de différents canaux et ont retenu 111 participants pour l'étude. L'enquête a été réalisée en ligne via la plateforme Qualtrics et les parents étaient présents avec les enfants pendant toute la durée de l'enquête. Les enfants ont été invités à regarder différentes vidéos présentant trois types de situations : une vidéo avec un humain fiable et un robot fiable, une vidéo avec un humain fiable et un robot non fiable et une vidéo avec un humain non fiable et un robot fiable.

L'enquête s'est déroulée en trois phases : historique, test et préférences. Au cours de la phase historique, les enfants ont été invités à regarder des vidéos montrant des humains et des robots avec des objets qui leur étaient familiers. Dans l'étape suivante, appelée phase de test, des vidéos montraient des humains et des robots étiquetant des objets inconnus. Cette phase mesure le degré de confiance que les enfants accordent aux humains ou aux robots en ce qui concerne les objets inconnus. Dans la dernière phase, appelée « préférence », les enfants ont été interrogés sur leur jugement et leurs préférences à l'égard des deux agents.

Nom : 1.jpg
Affichages : 4783
Taille : 51,7 Ko

Les chercheurs ont constaté que les enfants faisaient confiance à l'agent qu'ils jugeaient fiable dans la phase historique. L'âge est également un facteur qui a donné lieu à des résultats différents. Les enfants plus âgés ont montré des signes de confiance envers les humains, tandis que les enfants plus jeunes ont montré des signes de confiance envers les robots. À l'ère de l'IA et des robots, il n'est pas surprenant que les enfants choisissent de faire confiance aux robots.

Même si cette étude est une excellente initiative pour comprendre comment les enfants font davantage confiance aux robots, elle présente également certaines limites. La plus importante d'entre elles est le fait que l'enquête a été réalisée en ligne et à l'aide de vidéos, ce qui ne permet pas de savoir comment les enfants réagiraient s'ils étaient exposés à des humains et à des robots dans la vie réelle.

Nom : 2.jpg
Affichages : 330
Taille : 70,7 Ko

Les chercheurs résument l'étude en déclarant :

On sait peu de choses sur la manière dont les enfants perçoivent les robots sociaux, leur font confiance et apprennent d'eux par rapport aux humains. L'objectif de cette étude était de comparer un robot et un agent humain dans une tâche de confiance sélective à travers différentes combinaisons de fiabilité (les deux fiables, seulement l'humain fiable, ou seulement le robot fiable). 111 enfants, âgés de 3 à 6 ans, ont participé à une étude en ligne au cours de laquelle ils ont visionné des vidéos d'un humain et d'un robot étiquetant des objets familiers et nouveaux.

Nous avons constaté que, bien que les enfants préféraient approuver l'étiquette d'un objet nouveau fournie par l'agent qui avait précédemment étiqueté correctement des objets familiers, lorsque l'humain et le robot étaient tous deux fiables, ils penchaient davantage pour le robot. Leurs évaluations sociales tendaient également beaucoup plus vers une préférence générale pour le robot. La conceptualisation par les enfants de l'erreur commise par les agents différait également, de sorte qu'un humain non fiable était considéré comme faisant les choses volontairement, mais pas un robot non fiable.

Ces résultats suggèrent que la perception qu'ont les enfants de la fiabilité d'un robot est distincte de leur évaluation de sa désirabilité en tant que partenaire d'interaction sociale et de son agence perçue. En outre, ils indiquent qu'un robot qui commet une erreur ne réduit pas nécessairement le désir des enfants d'interagir avec lui en tant qu'agent social.

Conclusion

L'étude a comparé les évaluations par des enfants de 3 à 6 ans de paires de robots et d'agents humains dont la fiabilité différait systématiquement. Ils ont constaté, conformément aux recherches antérieures, que les enfants préféraient généralement approuver les étiquettes fournies par l'agent qui était précédemment fiable, qu'il s'agisse d'un humain ou d'un robot.

Cependant, contrairement aux prévisions, lorsqu'il s'agit d'évaluations sociales, la plupart des enfants ont tendance à préférer le robot, même lorsque le robot qu'ils ont vu n'était pas fiable auparavant. Ils ont également constaté que, lorsque ni l'humain ni le robot ne commettaient d'erreur, les enfants avaient une préférence pour le robot. En outre, ils ont trouvé un modèle provisoire de résultats indiquant que, bien que les enfants perçoivent un humain qui a fait une erreur comme l'ayant fait exprès, la même chose n'est pas nécessairement vraie pour un robot.

Ces résultats suggèrent que non seulement les enfants perçoivent différemment les erreurs des robots et des humains, mais aussi que lorsqu'il s'agit d'évaluer les erreurs des robots, les conceptualisations par les enfants de la fiabilité des robots, de la désirabilité sociale et de l'agence perçue sont conceptuellement distinctes et ne conduisent pas nécessairement à un impact négatif sur l'interaction. Bien que des recherches à plus long terme soient nécessaires, cette fascination pour les robots pourrait être exploitée dans des contextes éducatifs afin de surmonter le déficit social associé à d'autres formes de technologies éducatives.

Source : "When is it right for a robot to be wrong? Children trust a robot over a human in a selective trust task"

Et vous ?

Pensez-vous que cette étude est crédible ou pertinente ?
Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi :

Les enfants préfèrent apprendre avec des robots compétents qu'avec des humains moins compétents, d'après une nouvelle étude menée par des chercheurs de l'Université Concordia

L'ère numérique et son impact sur l'enfance : une forte baisse du raisonnement critique et de la résolution de problèmes, en corrélation avec l'augmentation de l'addiction aux médias sociaux

Une étude révèle que les enfants apprennent mieux sur le papier que sur les écrans : quelles implications pour l'avenir de l'éducation ?