IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

Conception Web Discussion :

La lauréate du prix Nobel Maria Ressa accuse Mark Zuckerberg et Elon Musk d'être des "dictateurs"


Sujet :

Conception Web

  1. #1
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    640
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 640
    Points : 11 636
    Points
    11 636
    Par défaut La lauréate du prix Nobel Maria Ressa accuse Mark Zuckerberg et Elon Musk d'être des "dictateurs"
    « Les patrons d'entreprises de médias sociaux tels que Mark Zuckerberg et Elon Musk sont les plus grands dictateurs »
    Selon la lauréate du prix Nobel de la paix en 2021

    La journaliste philippine Maria Ressa, cofondatrice du site d'information Rappler et lauréate du prix Nobel de la paix en 2021 pour son combat en faveur de la liberté de la presse, a récemment déclaré que les patrons des sociétés de médias sociaux sont les dictateurs les plus puissants. Elle fait remarquer que les plateformes de médias sociaux ont la capacité de changer la façon dont nous nous sentons, ce qui à son tour change la façon dont nous voyons le monde et change la façon dont nous agissons. Selon elle, les plateformes de médias sociaux visent à dresser davantage les gens les uns contre les autres et à créer le chaos en favorisant la peur, la colère et la haine.

    « Les frères de la technologie tels que Mark Zuckerberg et Elon Musk sont les plus grands dictateurs », a déclaré Maria Ressa dans un discours lors du Hay Festival, un festival littéraire organisé à Hay-on-Wye, en Angleterre. La journaliste a passé plusieurs années à lutter contre les accusations dont elle a fait l'objet sous l'administration de Rodrigo Duterte, alors président des Philippines. Ressa a déclaré que si l'ancien président philippin Rodrigo Duterte est bien un dictateur, il est un plus petit dictateur comparé à Mark Zuckerberg, PDG du groupe de réseaux sociaux Meta, et Elon Musk, propriétaire de X (anciennement Twitter).

    Ressa affirme que Zuckerberg et Musk ont prouvé que, indépendamment de la culture, de la langue ou de la géographie, nous avons tous beaucoup plus en commun que nous avons de différences parce que nous sommes tous manipulés de la même manière. Elle a ajouté que les plateformes de médias sociaux ont la capacité de changer la façon dont nous nous sentons, ce qui à son tour change la façon dont nous voyons le monde et change la façon dont nous agissons. En outre, la journaliste a également déclaré que les discussions sur l'idéologie de l'identité en ligne sont de plus en plus polarisées dans le monde entier.


    Ressa a donné comme exemple de cette polarisation le fait d'être riche ou pauvre aux Philippines, ou blanc ou d'une autre couleur de peau aux États-Unis. « Les plateformes de médias sociaux visent à dresser davantage les gens les uns contre les autres et à créer le chaos, les entreprises technologiques favorisant la polarisation et attisant la peur, la colère et la haine. Ces pratiques nous changent sur le plan individuel et sociétal », dit-elle. Ressa a reçu un doctorat honorifique en droit à l'université de Harvard le jeudi 23 mai. Elle s'est aussi adressée à la promotion 2024 de Harvard lors de la cérémonie de remise des diplômes.

    Lors de son discours à Harvard, elle a déclaré : « vous vous trouvez sur les décombres du monde qui était, reconnaissez-le. Je l'ai dit lors de la conférence Nobel. Une bombe atomique a explosé dans notre écosystème de l'information parce que les médias sociaux ont mis notre monde sens dessus dessous, propageant des mensonges, plus vite que les faits, tout en amplifiant la peur et la colère, alimentant la haine. À dessein. Pour le profit. Qu'il s'agisse de l'IA, des médias sociaux ou de l'IA générative, nous n'avons pas d'intégrité de l'information, nous n'avons pas d'intégrité des faits ». Ressa va plus loin en déclarant ce qui suit :

    Citation Envoyé par Maria Ressa

    Et voici trois phrases que j'ai répétées à maintes reprises. Sans faits, il n'y a pas de vérité. Sans vérité, il n'y a pas de confiance. Sans ces trois éléments, nous n'avons pas de réalité partagée, pas d'État de droit, pas de démocratie. Nous ne pouvons pas commencer à résoudre des problèmes existentiels comme le changement climatique.

    Cette économie de l'indignation - construite sur nos données, nous ciblant à l'extrême - a transformé notre monde, récompensant le pire de l'humanité. La violence en ligne est une violence réelle. Et des gens meurent - du génocide au Myanmar, alimenté par Facebook selon l'ONU et Meta lui-même, à l'Ukraine, au Soudan, à Haïti, à l'Arménie, à Gaza.
    Bien que Ressa décrive une société dystopique, elle a néanmoins déclaré qu'il est possible de mettre fin à la dictature des plateformes de médias sociaux. Pour réduire le pouvoir des entreprises technologiques sur leurs utilisateurs, Ressa estime que le gouvernement américain devrait abroger la section 230 de la loi sur la décence des communications (Communications Decency Act -CDA). La section 230 stipule que les fournisseurs de services en ligne ne sont pas responsables des informations transmises par des tiers. Elle fait l'objet d'un grand débat depuis des années et Ressa affirme qu'elle donne à ces entreprises l'impunité.

    Selon les personnes qui militent pour qu'elle soit abrogée, la section 230 protège les sociétés Internet contre les poursuites judiciaires concernant les contenus publiés par leurs utilisateurs. « Si vous avez des enfants, vous ne devriez pas les laisser utiliser les médias sociaux tant qu'ils ne sont pas en âge de le faire, car ils créent une légère dépendance », affirme Ressa. Bien qu'elle félicite les tentatives d'interdiction de TikTok, propriété de la Chine, aux États-Unis et en Italie, elle a déclaré que ce n'est pas seulement de TikTok qu'il faut s'inquiéter, mais de tous les réseaux sociaux ; et de l'Internet dans son ensemble.

    Ressa a également abordé la question de l'IA générative lors de son discours au Hay Festival. « Avec l'IA générative, la qualité des informations que vous obtenez est déjà de plus en plus mauvaise », a-t-elle déclaré, citant une étude publiée plus tôt cette année qui a montré qu'une quantité "choquante" du Web est générée par une IA de mauvaise qualité. Ressa a exhorté le public à entrer dans "le monde réel" et à s'organiser avec leurs familles et leurs amis, car ils sont la cible d'opérations d'informations. Certains critiques partagent l'avis de Ressa sur les patrons des frères de la technologie, dont Musk et Zuckerberg.

    « Le comportement dictatorial des barons des médias sociaux ouvre la voie à l'oppression et aux dictatures dans le monde réel. Il existe de nombreux exemples dans le monde d'aujourd'hui », a écrit un critique. D'autres ne sont pas de cet avis. « Je ne suis pas un fan des barons des réseaux sociaux et je pense qu'ils ont beaucoup trop de pouvoir sur une technologie qui est devenue beaucoup trop puissante et omniprésente pour qu'une seule personne puisse la contrôler, mais les qualifier de dictateurs me semble être une hyperbole. Ils doivent être soumis à une régulation plus stricte », a déclaré un autre critique.

    Précédemment, Pavel Dourov, fondateur de Telegram, a déclaré que les gouvernements ne sont pas les plus grands obstacles à la liberté d'expression sur Internet, mais bien Google et Apple. Il affirme que Google et Apple possèdent les deux principaux magasins d'applications dans le monde, et que ce sont leurs règles qui contrôlent la liberté d'expression en ligne. Par le passé, la messagerie a dû se conformer aux règles de Google et Apple afin de rester dans leurs boutiques d'applications. Telegram a longuement milité contre ces monopoles avant l'avènement des lois de l'UE sur les marchés et services numériques.

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Que pensez-vous des allégations portées contre Mark Zuckerberg et Elon Musk par la lauréate du prix Nobel Maria Ressa ?
    Que pensez-vous de son appel à abroger la section 230 de la "Communications Decency Act" ? Quels seraient les impacts potentiels ?
    Les sociétés de médias sociaux peuvent-elles être considérées comme responsables de ce que les utilisateurs publient sur leurs plateformes ?

    Voir aussi

    Pavel Dourov, fondateur de Telegram, affirme que Google et Apple sont les véritables ennemis de la liberté d'expression sur Internet en raison de leur monopole sur la distribution des applications mobiles

    Les réseaux sociaux non réglementés constituent une menace pour la démocratie, déplore Barack Obama qui appelle chacun à "choisir son camp"

    La dénonciatrice de Facebook demande au Sénat de tenir les réseaux sociaux pour responsables de leurs algorithmes en modifiant l'article 230 de la Communications Decency Act

  2. #2
    Membre éprouvé Avatar de der§en
    Homme Profil pro
    Chambord
    Inscrit en
    Septembre 2005
    Messages
    779
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Loir et Cher (Centre)

    Informations professionnelles :
    Activité : Chambord
    Secteur : Transports

    Informations forums :
    Inscription : Septembre 2005
    Messages : 779
    Points : 985
    Points
    985
    Par défaut
    Il n’y a que moi que cela choque de mettre Mark Zuckerberg et Elon Musk dans le même panier ?

  3. #3
    Membre habitué
    Homme Profil pro
    Architecte réseau
    Inscrit en
    Février 2024
    Messages
    60
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 43
    Localisation : Allemagne

    Informations professionnelles :
    Activité : Architecte réseau

    Informations forums :
    Inscription : Février 2024
    Messages : 60
    Points : 177
    Points
    177
    Par défaut
    Le problème est le cadre juridique favorable dont bénéficient les médias sociaux.

    Pour un média classique, c'est l'entreprise et le responsable de la publication qui sont condamnés si l'auteur du délit de presse ne peut être identifié. Bizarrement les médias sociaux échappent à ce principe.

    T'inquiète pas que Facebook, Twitter et Instagram vont vite rentrer dans le droit chemin si on les force à payer pour les conneries de leurs utilisateurs.

  4. #4
    Rédacteur

    Avatar de SQLpro
    Homme Profil pro
    Expert bases de données / SQL / MS SQL Server / Postgresql
    Inscrit en
    Mai 2002
    Messages
    21 822
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Var (Provence Alpes Côte d'Azur)

    Informations professionnelles :
    Activité : Expert bases de données / SQL / MS SQL Server / Postgresql
    Secteur : Conseil

    Informations forums :
    Inscription : Mai 2002
    Messages : 21 822
    Points : 52 894
    Points
    52 894
    Billets dans le blog
    5
    Par défaut
    Citation Envoyé par RenarddeFeu Voir le message
    Le problème est le cadre juridique favorable dont bénéficient les médias sociaux.

    Pour un média classique, c'est l'entreprise et le responsable de la publication qui sont condamnés si l'auteur du délit de presse ne peut être identifié. Bizarrement les médias sociaux échappent à ce principe.

    T'inquiète pas que Facebook, Twitter et Instagram vont vite rentrer dans le droit chemin si on les force à payer pour les conneries de leurs utilisateurs.
    Il faudrait pour cela modifier beaucoup le droit :
    1) appliquer la responsabilité diffamatoire sur les média et non sur les internautes
    2) relocaliser le droit de cette responsabilité sur le sol de publication (un média peut dire que puisque l'entreprise est américaine, ou l'auteur aux USA la loi qui s'applique est aux USA...)
    3) prévoir des "class action" à l'américaine afin de mutualiser les plaintes... Parce que faire un procès par personne ayant vu une publication (droit actuel français de la Loi sur la diffamation) c'est pisser dans un violon (twitter travaillant avec plus d'un millier d'avocats)
    4) renforcer le délit de propagation de fausses nouvelles
    5) ajouter un délit de de diffusion d'information complotiste de nature à déstabiliser la démocratie ou de nuire à l'image de marque de l'état

    En ce moment par exemple circule sur les réseaux sociaux une vague d'incitation à éviter la France des JO, faite par des influenceurs dont on a la certitude qu'ils ont été payés par des puissances étrangères...

    A +
    Frédéric Brouard - SQLpro - ARCHITECTE DE DONNÉES - expert SGBDR et langage SQL
    Le site sur les SGBD relationnels et le langage SQL: http://sqlpro.developpez.com/
    Blog SQL, SQL Server, SGBDR : http://blog.developpez.com/sqlpro
    Expert Microsoft SQL Server - M.V.P. (Most valuable Professional) MS Corp.
    Entreprise SQL SPOT : modélisation, conseils, audit, optimisation, formation...
    * * * * * Expertise SQL Server : http://mssqlserver.fr/ * * * * *

  5. #5
    Membre chevronné
    Homme Profil pro
    Chargé de projets
    Inscrit en
    Décembre 2019
    Messages
    462
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 33
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Chargé de projets
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : Décembre 2019
    Messages : 462
    Points : 1 981
    Points
    1 981
    Par défaut
    Citation Envoyé par der§en Voir le message
    Il n’y a que moi que cela choque de mettre Mark Zuckerberg et Elon Musk dans le même panier ?
    Pour moi ce n'est pas très étonnant, ça rentre dans la logique de la critique du techno féodalisme.

    En gros la réflexion c'est de dire que les anciens capitalistes "traditionnel", de l'économie réelle et non numérique travaillent en fait désormais pour les Musk, Gates, Bezos ou autre, Zuckerberg y compris.

    Le capitalisme avait le mérite de réinvestir les profits dans la vie réelle, et maintient ainsi les infrastructures : production alimentaire, transports, industries. Les entreprises sont forcées de réinvestir une grande part de leurs profits pour maintenir leur compétitivité.

    Mais des entreprises comme Amazon semblent avoir hacké le système :
    “Ce n’est plus un marché. Ce n’est pas du capitalisme. Ce qui se passe, c’est qu’Amazon ponctionne 40 % au capitaliste qui produit les produits que vous achetez : Amazon ne produit rien. Il s’agit de se passer complètement des marchés”, note Varoufakis. Autrement dit, l’argent du beurre, mais sans même produire de beurre. C’est le concept de Cloud Capital, qui fonctionne comme une gigantesque machine à aspirer la valeur économique. Car pour extraire cette rente, le féodalisme 2.0 s’appuie sans scrupule sur les capacités du cloud computing : applications, plateformes, solutions de stockage de données, et toute autre ressource disponibles via Internet.
    Les détenteurs des moyens de productions traditionnels deviennent progressivement les vassaux des rentiers du cloud capital, déchargés de toute contrainte d’investissement. Une pure rente retirée immédiatement, entrainant une austérité structurelle. Car où atterrit ce surplus d’argent ? Dans les marchés financiers et le développement des plateformes numériques.

    À long terme, les technos-maîtres n’auront plus du tout besoin du capitalisme en tant que mode de production. Car contrairement au capitalisme, ce système dégénéré ne produit rien. Surtout : il n’en a pas besoin. Ces nouveaux rapports de pouvoir se retrouvent d’ailleurs déjà dans le travail. David Graeber, l’inventeur du concept de bullshit job, parle ainsi d’un “féodalisme managérial” déjà à l’œuvre dans le monde de l’entreprise.

    Et on est en plein dedans avec les news, qui font les choux gras des réseaux sociaux mais ne les produisent pas ni n'en assument la responsabilité, ils sont surement même déjà prêt à se passer des médias traditionnels dont ils piquent le boulot en plus de prendre de l'argent pour la pub et le référencement au profit de l'IA.

  6. #6
    Membre chevronné
    Homme Profil pro
    Chargé de projets
    Inscrit en
    Décembre 2019
    Messages
    462
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 33
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Chargé de projets
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : Décembre 2019
    Messages : 462
    Points : 1 981
    Points
    1 981
    Par défaut
    Citation Envoyé par SQLpro Voir le message
    En ce moment par exemple circule sur les réseaux sociaux une vague d'incitation à éviter la France des JO, faite par des influenceurs dont on a la certitude qu'ils ont été payés par des puissances étrangères...
    Je pense que ça va vraiment être de la m**de. De toute façon la Macronie crie à l'ingérence chaque fois qu'elle se sent déstabilisée quand on lui reproche de tier mondisé le pays. L'ingérence en France c'est plus la Macronie qui détruit le pays que les Russes... Trop drôle. D'ailleurs personne ne parle des ingérences européenne à l'est de l'Europe, ou même chez nous, enfin bref c'est du bruit pour qu'une fois de plus on ne parle pas des vrais problème et de qui doit en assumer les conséquences, comme le fait que c'est bien Macron qui transforme ce pays en trou à m**de depuis deux mandats.


    Désolé mais ces gens sont bon à jeter à la poubelle ou à être condamné pour haute trahison...

  7. #7
    Membre du Club
    Homme Profil pro
    mécanicien
    Inscrit en
    Mai 2024
    Messages
    31
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Lot (Midi Pyrénées)

    Informations professionnelles :
    Activité : mécanicien

    Informations forums :
    Inscription : Mai 2024
    Messages : 31
    Points : 44
    Points
    44
    Par défaut
    Il n’y a que moi que cela choque de mettre Mark Zuckerberg et Elon Musk dans le même panier ?
    Mm, ils étaient censés se rencontrer sur un ring façon MMA.
    En fait, ce ne sont que deux des créatures légendaires, qui peuplent le filet (de nos introjections holomorphiques) du cloud. Cela dit, à l'instar du père Fouettard, le muskelon sera connu par les enfants (XXI-XXII) comme celui qui risque de débarquer pour leur coller un implant dans le crâne s'ils persistent à ne pas être sages (cf. "pyramids as time travel architectures", quoiqu'il y ait un hic de taille dans cette technique).

    Les détenteurs des moyens de productions traditionnels deviennent progressivement les vassaux des rentiers du cloud capital, déchargés de toute contrainte d’investissement.
    Cela me fait penser plutôt à la dynamique de peuplement des mégapoles : les derniers arrivants se mettent au service de leurs prédécesseurs, qui se déplacent alors vers l'hypercentre convoité de la richesse (qui a ici une qualité centripète inhérente à toute organisation hiérarchisée ?). La contrainte d'investissement étant shuntée par une contrainte d'engagement, qui relève d'un schème (?) comportemental (et permet une pseudo-idiosyncrasie ?).

Discussions similaires

  1. Réponses: 2
    Dernier message: 06/10/2022, 09h40
  2. Tim Berners-Lee lauréat du « Prix Nobel de l’informatique » 2016
    Par Stéphane le calme dans le forum Actualités
    Réponses: 1
    Dernier message: 06/04/2017, 15h09
  3. Edward Snowden bientôt prix Nobel de la paix ?
    Par Stéphane le calme dans le forum Actualités
    Réponses: 18
    Dernier message: 05/02/2014, 01h59
  4. Trois chercheurs reçoivent le prix Nobel de chimie
    Par Cedric Chevalier dans le forum Actualités
    Réponses: 3
    Dernier message: 13/10/2013, 09h36
  5. Réponses: 67
    Dernier message: 27/11/2009, 10h33

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo