IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

Intelligence artificielle Discussion :

L’Université Emory suspend des étudiants pour avoir créé un outil d’étude basé sur l’IA


Sujet :

Intelligence artificielle

  1. #1
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 707
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 707
    Points : 202 639
    Points
    202 639
    Par défaut L’Université Emory suspend des étudiants pour avoir créé un outil d’étude basé sur l’IA
    Une université suspend des étudiants pour avoir créé un outil d’étude basé sur l’IA, alors qu'elle leur a attribué un prix de 10 000 $ pour le développer.
    Le dilemme des universités face aux nouvelles technologies

    L’Université Emory a récemment fait les gros titres en suspendant des étudiants qui avaient créé un outil d’étude basé sur l’intelligence artificielle (IA). L’histoire met en lumière les tensions entre les universités désireuses de soutenir de jeunes entrepreneurs et les règles administratives qui n’ont pas encore rattrapé les nouvelles technologies.

    Le projet Eightball : un outil d’étude novateur

    L’outil en question, appelé Eightball, avait été développé par trois étudiants d’Emory : Benjamin Craver, Karam Khanna et Shaan Bhasin. Il s’agissait d’un générateur de cartes mémoire alimenté par l’IA. Initialement, l’université avait applaudi leur initiative et leur avait attribué un prix de 10 000 $ pour financer le développement ultérieur de l’outil.

    Les Flashcards ou cartes mémoire sont de petites fiches de révision qui te permettent d'apprendre rapidement et efficacement un grand nombre d'informations courtes. Le principe est simple : sur carte mémoire, il faut écrire une question ou un mot au recto, sa réponse ou sa définition au verso. Ensuite, il faut apprendre les cartes les unes après les autres sous forme de quizz.

    L'exercice consiste à tirer les cartes, et donc les questions, une à une, à essayer d'y répondre, puis à les répartir en fonction de la qualité de la réponse, appréciée par l'apprenant ; une autre succession de tirages intervenant quelque temps après, etc., jusqu'à ce que l'ensemble des réponses soient données sans erreur. Les cartes mémoires sont différentes des traditionnelles fiches de révision à la française. Elles doivent être beaucoup plus synthétiques pour être efficaces donc aussi plus petites.

    Eightball fonctionne de manière simple : les étudiants peuvent télécharger des documents sur un serveur privé inaccessible aux autres utilisateurs, puis utiliser l’IA pour générer des cartes mémoire. L’outil est conçu pour aider les étudiants à gagner du temps lors de leurs études.

    Eightball utilise l'API d'OpenAI en arrière-plan de l'opération, ce qui lui permet d'accéder à des informations pertinentes sur Internet en plus des informations contenues dans le fichier téléchargé, afin de créer des cartes mémoires complètes.

    Nom : emory.png
Affichages : 125706
Taille : 566,0 Ko

    La suspension inattendue

    Cependant, tout a changé lorsque les étudiants ont ajouté une fonctionnalité qui permettait à Eightball de se connecter au système d’éducation en ligne Canvas, qui est une plateforme logicielle utilisée par l'université où les professeurs téléchargent des cours, de la documentation, des devoirs, etc. Cette nouvelle fonctionnalité permettait aux utilisateurs d’Eightball de trouver des réponses à leurs questions d’étude directement dans le matériel de cours. Auparavant, les étudiants devaient télécharger manuellement le matériel de cours sur Eightball pour que l’IA génère les cartes mémoire.

    L’université a alors suspendu les étudiants, alléguant que Eightball « pourrait être utilisé pour tricher ». Pourtant, il n’y avait aucune preuve que quiconque avait effectivement utilisé Eightball de manière frauduleuse. L'établissement a également noté que la suspension intervient parce qu'ils l'ont connecté à une plateforme logicielle utilisée par l'université pour héberger des documents de cours, des devoirs et d'autres travaux sans en avoir obtenu l'autorisation expresse, bien que cette fonctionnalité ait été mentionnée lors du concours où l'outil a gagné 10 000 dollars. Il était notamment indiqué « qu'en connectant Eightball à Canvas, les étudiants seraient en mesure d'importer leurs documents de cours sur Eightball en une seule fois plutôt que de télécharger les mêmes documents individuellement ».

    Mais le conseil d'honneur de l'école n'a pas trouvé de preuve que l'outil ait été utilisé pour tricher, et un examen de l'article du conseil d'honneur montre une incroyable incompréhension de la façon dont l'outil spécifique, appelé Eightball, a été conçu et une incompréhension de la façon dont les grands modèles de langage sont formés et de ce qu'ils peuvent faire.

    « Eightball est une plateforme qui ressemble à ChatGPT mais qui est formée directement sur vos cours Canvas. Eightball se connecte à Canvas et parcourt chacun de vos cours. Pour chaque cours, il étudie les modules, les conférences, les diapositives, les lectures, tout. À partir de là, il s'agit d'une expérience de type ChatGPT, mais l'IA est personnalisée pour votre cours », explique l'un des créateurs dans une vidéo de démonstration. L'étudiant montre ensuite qu'Eightball fait apparaître des passages directement pertinents et sert, plus ou moins, de moteur de recherche pour le matériel de cours.

    Nom : docume.png
Affichages : 31946
Taille : 167,4 Ko

    Les étudiants portent plainte en vertu du premier amendement

    « Alors que rien n'a changé à propos d'Eightball, le point de vue d'Emory sur cette discipline a changé de façon spectaculaire », peut-on lire dans une plainte déposée par Benjamin Craver, l'un des étudiants suspendus, à l'encontre de l'université. « Emory admet qu'il n'y a aucune preuve que quelqu'un ait jamais utilisé Eightball pour tricher. Et à ce jour, Emory fait de la publicité pour Eightball comme un exemple d'innovation et d'esprit d'entreprise de la part des étudiants ».

    Citation Envoyé par Plainte
    Environ six mois après qu'Emory a célébré et financé le développement d'Eightball, le Honor Council d'Emory a conclu qu'Eightball était contraire aux normes communautaires d'Emory parce qu'Eightball - comme une calculatrice, des moteurs de recherche comme Google et tant d'autres outils technologiques - « pourrait être utilisé pour tricher ».

    Pour être clair, Ben n'a jamais triché, et Emory n'a jamais prétendu qu'il l'avait fait. En fait, Emory admet qu'il n'existe aucune preuve que quelqu'un ait jamais utilisé Eightball pour tricher. Aujourd'hui encore, Emory présente Eightball comme un exemple d'innovation et d'esprit d'entreprise de la part de ses étudiants.

    En concluant que Ben a violé le code d'honneur, Emory n'a pas respecté ses procédures et normes établies, rompant intentionnellement son contrat avec Ben en tant qu'étudiant universitaire. La procédure grotesque d'Emory et les mesures disciplinaires qui s'ensuivent, si elles sont maintenues, feront injustement manquer à Ben un semestre de sa dernière année d'université, l'empêcheront de rédiger une thèse avec mention, retarderont l'obtention de son diplôme, entraveront ses possibilités d'études supérieures et de carrière, et terniront sa réputation de façon permanente.
    Et pourtant, l'école a fait la promotion d'articles parlant d'Eightball. Par exemple, il y a un article datant de mars 2023 sur le site Emory Wheel titré « Les étudiants d'Emory utilisent l'IA pour améliorer l'expérience d'étude ».

    Le procès des étudiants comprend également de nombreux courriels envoyés aux cofondateurs par des professeurs et des membres du corps enseignant d'Emory, qui disaient par exemple : « J'ai été très heureux d'apprendre l'existence de votre startup, Eightball. Je vous félicite pour votre attitude entrepreneuriale et pour l'idée très intéressante que vous et vos partenaires commerciaux avez eue », et « ça a l'air génial ». Andrea Hershatter, doyenne associée de l'école de commerce d'Emory, a envoyé un courriel présentant les étudiants à un investisseur extérieur potentiel et leur a dit : « J'espère que vous passez un été merveilleux et que vous trouvez le temps et les ressources nécessaires pour poursuivre votre travail sur EightBall ».

    Un courriel envoyé par les étudiants à l'équipe qui leur a décerné le prix de 10 000 dollars explique leur projet de connexion à Canvas : « Pour rappel, Eightball se contente d'afficher les documents des étudiants issus de leurs cours sur Canvas, un peu comme une recherche avancée dans Canvas, et n'est pas capable de résoudre des problèmes de devoirs complets ou de rédiger des dissertations ou quoi que ce soit de ce genre », indique le courriel.

    Les enjeux pour les jeunes entrepreneurs et les règles universitaires

    Cette affaire soulève des questions importantes. D’un côté, les universités cherchent à encourager l’innovation et à soutenir les jeunes talents. D’un autre côté, les règles de conduite et les codes d’honneur des universités n’ont pas toujours évolué au même rythme que la technologie. Comment trouver un équilibre entre ces deux impératifs ?

    Les étudiants comme Benjamin Craver, qui n’avaient jamais eu de problèmes disciplinaires auparavant, se retrouvent pris au piège entre ces deux mondes. Ils cherchent à résoudre des problèmes réels et à améliorer l’expérience des étudiants, mais se heurtent aux règles établies.

    Conclusion

    L’affaire Eightball met en lumière les défis auxquels sont confrontés les jeunes entrepreneurs dans le domaine de la technologie. Espérons que les universités trouveront des moyens plus souples de soutenir ces initiatives tout en préservant l’intégrité académique. Après tout, l’innovation ne peut prospérer que dans un environnement qui encourage la créativité et la responsabilité.

    site de Eightball

    Source : plainte, Emory Wheel

    Et vous ?

    Quelle est la responsabilité des universités dans la promotion de l’innovation tout en maintenant l’intégrité académique ?
    Les étudiants devraient-ils être punis pour avoir créé un outil qui, bien que non utilisé à des fins malhonnêtes, pourrait potentiellement faciliter la triche ?
    Comment les institutions éducatives peuvent-elles adapter leurs codes de conduite pour accompagner l’évolution rapide des technologies d’apprentissage ?
    Quel rôle les étudiants entrepreneurs doivent-ils jouer pour s’assurer que leurs innovations respectent les règles académiques ?
    Les récompenses et les sanctions sont-elles cohérentes dans ce cas précis ? Est-ce juste de récompenser d’abord l’innovation, puis de punir son application pratique ?
    Images attachées Images attachées
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Nouveau Candidat au Club
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    Septembre 2022
    Messages
    2
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 25
    Localisation : Guinée

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : Septembre 2022
    Messages : 2
    Points : 0
    Points
    0
    Par défaut Problématique du projet Eighball
    Après une lecture attentive et complète sur le sujet "Eighball", après une longue analyse sur la problématique du sujet, j'ai compris qu'il n'y a eu aucune preuve frauduleuse par rapport à l'utilisation du projet innovant des étudiants prouvée par Emory.
    A cet effet, malgré qu'ils ne soient pas en infraction, malgré le projet financé et soutenu par Emory, cela n'exclut pas directement leur responsabilité d'avoir accéder à des espaces
    à accès limités sur une plate-forme d'enseignement, d'ailleurs où les devoirs et autres choses si importants sont stockés à titre privé, pour extraire des informations sans tenir informé les autorités de l'établissement. Je ne dit pas clairement qu'il y avait une idée derrière tout ça mais, d'une façon logique de voir les choses, ce n'est pas sans conséquence.
    En réfléchissant encore un peu plus, comment l'université ne s'est-elle pas rendu compte de cette partie de l'outil alors qu'elle sait pertinemment que le but principal c'est d'extraire les informations et encore sur une plate-forme où sont stockées les cours et devoirs des professeurs?
    Sans parler de négligence de la part d'Emory, elle doit y prêter attention aux différents projets surtout en savoir plus jusqu'où ils sont pertinents et de quoi sont-ils capables afin d'éviter d'autres cas dans l'avenir.
    Pour finir, chacun a sa par de responsabilités à assumer dans cette affaire. Si les les étudiants devraient recevoir des punitions, ça en est de même pour l'administration universitaire aussi car c'est son devoir de s'assurer que ces situations pareilles n'arrivent pas. Il n'y a pas de cause sans fait et pour garder la justesse des choses en équilibre, il ne faudrait pas remettre en cause les carrières des étudiants par leur manque d'attention causé par le manque d'attention des autorités universitaires.

Discussions similaires

  1. Réponses: 2
    Dernier message: 25/05/2011, 17h07
  2. Combiner des blocs pour avoir une image
    Par FST_PFE dans le forum OpenCV
    Réponses: 4
    Dernier message: 15/05/2008, 14h04
  3. Des astuces pour avoir une idée claire de ce qu'on veut ?
    Par Neolander dans le forum Méthodes
    Réponses: 8
    Dernier message: 17/03/2008, 08h53
  4. Algo pour choisir des effets pour avoir un minimum d'agios
    Par taupin dans le forum Mathématiques
    Réponses: 18
    Dernier message: 21/08/2007, 20h11
  5. Réponses: 7
    Dernier message: 13/04/2007, 15h39

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo