Les joueurs de Pokémon Go vandalisent de vraies cartes avec de fausses données pour attraper des Pokemon rares.
OpenStreetMap en a fait les frais

Dans le monde virtuel de Pokémon Go, la chasse aux Pokémon rares prend une tournure inattendue et problématique. Des joueurs, dans leur quête pour capturer des créatures insaisissables telles que Wiglett et Wugtrio, ont commencé à modifier les données de cartes publiques telles qu’OpenStreetMap, ajoutant de fausses plages pour attirer ces Pokémon qui apparaissent spécifiquement dans les biomes de plage.

Pokémon Go était l'un des jeux mobiles les plus populaire de 2016 et reste une force puissante à ce jour, rapportant des centaines de millions de dollars par an grâce à des dizaines de millions de joueurs actifs mensuels.

La fraîcheur du jeu repose en partie sur l'arrivée continue de nouveaux Pokémon. Le jeu a commencé avec les 151 monstres originaux en 2016 et a progressivement rattrapé la génération actuelle de jeux Switch par bribes au cours des huit dernières années. Le jeu est actuellement en train d'ajouter les monstres de Scarlet et Violet, et c'est là que cette histoire commence.

Deux des derniers ajouts à la liste de Pokémon Go sont Wiglett et Wugtrio, des riffs sur les designs de Diglett et Dugtrio, qui vivent sur les plages et ressemblent un peu à des anguilles de jardin. Pokémon Go utilise un système de biome qui limite certains Pokémon à certains types de terrains réels, comme les forêts, les montagnes et les plages. En tant que Pokémon aquatiques, Wiglett et Wugtrio apparaissent dans le biome de la plage.

Et cela a posé un problème aux joueurs enclavés qui cherchaient à attraper ces nouveaux Pokémon. Selon un rapport, certains de ces joueurs ont ajouté de fausses plages à OpenStreetMap afin de pouvoir accéder plus facilement au biome de la plage dans Pokémon Go (bien que le jeu Go ait initialement utilisé les données de Google Maps, il est apparemment passé à OpenStreetMap à un moment donné en 2017). Les contributeurs d'OpenStreetMap ont découvert des « plages » qui étaient en réalité situées dans des arrière-cours résidentielles, des terrains de golf et des terrains de sport.

Nom : revenu.png
Affichages : 13690
Taille : 10,9 Ko
Revenus annuels générés par Pokémon GO dans le monde de 2016 à 2023 (en millions de dollars américains)

Ces modifications malveillantes ne sont pas sans conséquence, car elles peuvent induire en erreur non seulement les joueurs de Pokémon Go, mais aussi le grand public qui s’appuie sur l’exactitude des cartes pour la navigation et d’autres services.

La situation est d’autant plus compliquée que Niantic, le développeur de Pokémon Go, utilise les données d’OpenStreetMap pour déterminer les biomes dans le jeu. Ainsi, les joueurs espèrent que leurs modifications frauduleuses se refléteront dans le jeu, leur donnant un accès plus facile aux biomes de plage et, par conséquent, aux Pokémon rares.

Cependant, tous les joueurs ne sont pas des vandales. Certains, après avoir découvert OpenStreetMap grâce à Pokémon Go, deviennent des utilisateurs « très soigneux et dignes de confiance » qui contribuent positivement à la carte en comblant les lacunes des données existantes. Malgré cela, les actions de quelques-uns nuisent à la réputation de la communauté et soulèvent des questions sur l’éthique et la responsabilité dans les jeux basés sur la localisation.

En réponse à ces actes de vandalisme, des membres de la communauté OpenStreetMap ont pris des mesures pour éduquer les joueurs sur l’importance des données cartographiques précises et sur la manière dont ils peuvent contribuer de manière constructive au projet.

L’incident met en lumière la tension entre le monde virtuel des jeux et leurs implications dans le monde réel. Alors que les jeux comme Pokémon Go continuent de gagner en popularité, il devient de plus en plus crucial de trouver un équilibre entre l’engagement des joueurs et le respect de l’intégrité des données publiques.

Loin d'être une première

Ce n'est pas la première fois, loin de là, que des joueurs de Pokémon Go trop enthousiastes exaspèrent les contributeurs d'OpenStreetMap. Des articles de blog entiers, des entrées wiki et des présentations de cartographes OSM existent pour combler le fossé des connaissances, en expliquant l'objectif des données OpenStreetMap aux utilisateurs de Pokémon Go et en décomposant les mécanismes du jeu Pokémon Go pour les contributeurs OSM frustrés. Parmi les éléments que les contributeurs OSM tentent d'expliquer aux joueurs de Pokémon Go : la fréquence à laquelle Niantic extrait de nouvelles données cartographiques d'OSM n'est pas claire, de sorte que vos faux biomes peuvent perturber les données cartographiques sans même vous permettre d'obtenir les Pokémon rares que vous recherchez.

Comme l'indique le billet de blog d'OSM, tous les utilisateurs qui découvrent le projet OpenStreetMap par l'intermédiaire de Pokémon Go ne finissent pas par altérer les données. Bien que de nombreux utilisateurs soient des vandales qui « altèrent la vérité » en créant des parcs, des plages et des voies piétonnes inexistants pour encourager certains Pokémon à se reproduire, d'autres deviennent des utilisateurs d'OSM « très prudents et dignes de confiance » qui « apportent de nombreux ajouts intéressants à la carte » en cartographiant avec précision les endroits où les données d'OSM sont incomplètes ou obsolètes.

Sources : OpenStreetMap, revenus annuels de Pokémon Go, nombre de joueurs actifs de Pokémon Go

Et vous ?

Quelles mesures devraient être prises pour empêcher la modification malveillante des données cartographiques par les joueurs de Pokémon Go ?
Comment Niantic peut-il équilibrer l’engagement des joueurs avec la nécessité de maintenir l’intégrité des données géographiques utilisées dans le jeu ?
Quel rôle la communauté OpenStreetMap peut-elle jouer pour éduquer les joueurs sur l’importance de la précision des données cartographiques ?
Les jeux basés sur la localisation comme Pokémon Go devraient-ils être tenus responsables des actions de leurs utilisateurs dans le monde réel ?
Comment les joueurs peuvent-ils contribuer positivement à des projets comme OpenStreetMap tout en profitant de leur expérience de jeu ?
Quelles sont les implications éthiques de l’utilisation de données publiques dans les jeux et comment les développeurs peuvent-ils les adresser ?