Voiture autonome : la DARPA lance un robot-char autonome de 12 tonnes avec des yeux verts phosphorescents,
il roule sur un terrain accidenté comme s'il s'agissait d'asphalte

La DARPA a franchi une étape majeure dans le développement de véhicules militaires autonomes avec son dernier exploit : le char autonome RACER Heavy Platform (RHP) de 12 tonnes. Ce mastodonte sans pilote, doté de yeux verts lumineux, a récemment été testé sur des terrains d'entraînement de l'armée américaine au Texas. Malgré des conditions difficiles comprenant des obstacles naturels variés, le RHP a parcouru 48 km à des vitesses atteignant 40 km par heure, démontrant ainsi ses capacités robustes en matière de conduite autonome. Conçu pour soutenir d'autres véhicules de la flotte RACER, le RHP représente une avancée significative dans la création de véhicules de combat sans pilote.

La DARPA prévoit de continuer à améliorer la technologie autonome du RACER, ouvrant ainsi la voie à des applications militaires plus sûres et plus efficaces, telles que la reconnaissance et le réapprovisionnement sur le champ de bataille, tout en réduisant les risques pour les vies humaines. Bien que le déploiement opérationnel de tels systèmes nécessite encore du temps, les progrès réalisés par la DARPA au cours des deux dernières décennies marquent une transition significative vers un avenir où les véhicules de combat autonomes pourraient jouer un rôle essentiel sur le champ de bataille.

Nom : Tgv.jpg
Affichages : 101260
Taille : 62,4 Ko

La DARPA travaille sur les véhicules militaires autonomes depuis deux décennies dans le cadre de son programme RACER (Robotic Autonomy in Complex Environments with Resiliency). L'objectif est de mettre au point des véhicules terrestres autonomes capables de naviguer sans intervention humaine. La course aux véhicules autonomes a connu son lot de heurts et de revers. Qu'il s'agisse de difficultés à obtenir des permis d'essai ou de conducteurs de sécurité qui ne font pas leur travail, l'industrie a un chemin semé d'embûches avant de devenir une forme de transport acceptée. Toutefois, la Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA) travaille sur des technologies similaires et a investi dans des systèmes assez incroyables capables d'accomplir des tâches qu'Uber ou Tesla n'oseraient pas.

La tendance à utiliser des plates-formes de combat de plus en plus lourdes, moins mobiles et plus coûteuses a limité la capacité des soldats et des marines à se déployer et à manœuvrer rapidement sur le théâtre d'opérations et à accomplir leurs missions dans des environnements de menace variés et en constante évolution. En outre, les véhicules de plus grande taille sont limités aux routes, nécessitent davantage de soutien logistique et sont plus coûteux à concevoir, à développer, à mettre en œuvre et à remplacer. L'armée américaine est arrivée à un point où - compte tenu de la mobilité tactique, de la mobilité stratégique, de la capacité de survie et du coût - des solutions innovantes et perturbatrices sont nécessaires pour assurer la viabilité opérationnelle de la prochaine génération de véhicules blindés de combat.

Le programme Ground X-Vehicle Technologies (GXV-T) de la DARPA est davantage axé sur la mobilité, la survivabilité, la sécurité et l'efficacité des véhicules militaires. Le programme vise à relever ces défis et à perturber les tendances actuelles de la guerre mécanisée. Le programme GXV-T vise à étudier des technologies révolutionnaires pour les véhicules terrestres qui amélioreraient simultanément la mobilité et la capacité de survie des véhicules par d'autres moyens que l'ajout d'un blindage supplémentaire, notamment en évitant la détection, l'engagement et les coups portés par les adversaires. Cette amélioration de la mobilité et de la capacité de combat permettrait aux futures forces terrestres américaines de faire face de manière plus efficace et plus rentable à des situations de combat variées et imprévisibles.

Les objectifs techniques du GXV-T comprennent les améliorations suivantes par rapport aux véhicules blindés de combat actuels :

  • Réduire la taille et le poids du véhicule de 50
  • Réduire de 50 % l'équipage nécessaire pour faire fonctionner le véhicule.
  • Augmenter la vitesse du véhicule de 100
  • Accéder à 95 % du terrain
  • Réduire les signatures qui permettent aux adversaires de détecter et d'engager les véhicules.

Le programme GXV-T vise à développer des technologies avancées dans les quatre domaines techniques suivants :

  • Mobilité radicalement améliorée : Capacité à traverser divers terrains hors route, y compris des pentes et des élévations diverses. Les capacités intéressantes comprennent des technologies révolutionnaires en matière de roues/chenilles et de suspension qui permettraient un accès plus large au terrain et des déplacements plus rapides sur route et hors route par rapport aux véhicules terrestres existants ;
  • Survie grâce à l'agilité : Éviter de manière autonome les menaces sans blesser les occupants grâce à des technologies qui permettent, par exemple, des mouvements agiles et un repositionnement actif du blindage. Les capacités intéressantes comprennent les mouvements verticaux et horizontaux du blindage pour contrer les menaces en temps réel ;
  • Renforcement de l'équipage : Amélioration de la connaissance physique et électronique de la situation pour l'équipage et les passagers ; assistance semi-autonome à la conduite et automatisation des fonctions clés de l'équipage, semblables aux capacités que l'on trouve dans les cockpits des avions commerciaux modernes. Les capacités d'intérêt comprennent la visualisation à haute résolution et à 360 degrés de données provenant de multiples capteurs embarqués et de technologies destinées à soutenir les opérations des véhicules à cockpit fermé ;
  • Gestion des signatures : Réduction des signatures détectables, notamment visibles, infrarouges (IR), acoustiques et électromagnétiques (EM). Les capacités d'intérêt comprennent l'amélioration des moyens d'éviter la détection et l'engagement par les adversaires.

L'un des systèmes issus du programme GXV-T est un véhicule capable de se conduire à grande vitesse sur des chemins de terre sinueux. Ce système, appelé ORCA (Off-Road Crew Augmentation), a été mis au point par le National Robotics Engineering Center de l'université Carnegie Mellon et comporte un cockpit fermé avec des écrans qui indiquent au conducteur la trajectoire optimale à suivre sur n'importe quelle route. Le conducteur peut piloter le véhicule à l'aide d'indications de trajectoire fournies par le système, mais celui-ci est également capable de fonctionner de manière autonome - même en dehors des sentiers battus - en évitant les obstacles.

La course à la mobilité et à la sécurité : le programme Ground X-Vehicle Technologies de la DARPA

Cette nouvelle phase a consisté à lâcher le RHP sur des terrains d'entraînement légitimes de l'armée américaine au Texas. La vidéo montre des environnements accidentés, remplis d'obstacles, avec de la végétation, des cours d'eau, des fossés et des affleurements rocheux. C'est exactement le genre de conditions infernales qui pourraient provoquer l'effondrement d'un système de conduite autonome. Mais le mastodonte sans pilote de 6 mètres de long de la DARPA a semblé gérer tout cela sans transpirer. Selon l'agence, le RHP a parcouru 48 km en suivant un itinéraire autonome et s'est déplacé à des vitesses allant jusqu'à 40 km par heure.

Une particularité qui ressort de la vidéo est celle des yeux verts lumineux du véhicule. Ils ajoutent une touche de futurisme que la DARPA a probablement essayé d'obtenir, mais ils semblent aussi parfois un peu excentriques. Apparemment, ils ont une utilité : un porte-parole de l'agence a déclaré à Gizmodo qu’« il s'agit simplement d'un voyant qui indique l'état du véhicule. Vert = il est allumé et en mode autonomie ».

Quoi qu'il en soit, la DARPA affirme que le RACER de 12 tonnes est conçu pour soutenir les autres membres de la flotte de véhicules RACER (RFV). Mais ces autres véhicules sont plutôt des VTT autopilotés. En revanche, ce RHP à l'échelle d'un char d'assaut porte les capacités autonomes à un tout autre niveau de robustesse.
La DARPA a l'intention de continuer à faire évoluer RACER tous les six mois environ, en améliorant continuellement la technologie autonome. Le RHP est basé sur une plateforme de véhicule de combat Textron utilisée par l'armée.

En fin de compte, l'agence semble viser des véhicules de combat sans pilote qui peuvent se lancer dans la bataille sans risquer des vies humaines. Ces véhicules pourraient assumer des rôles dangereux tels que la reconnaissance, le réapprovisionnement ou même l'ouverture de la voie avec une puissance de feu avant que les troupes n'entrent en action. Un char d'assaut piloté par l'IA peut sembler terrifiant. Mais il pourrait bien constituer une alternative plus sûre à l'envoi de troupes sur le terrain.

Bien sûr, il faudra encore des années avant qu'un tel système puisse être déployé. La DARPA participe à ce rodéo RACER depuis 2004, lorsqu'elle a commencé à faire naviguer une voiture autonome sur un simple parcours d'un kilomètre. Aujourd'hui, deux décennies plus tard, un char d'assaut autonome parcourt les terrains d'entraînement.

La réalisation de la DARPA avec le char autonome RACER Heavy Platform est indéniablement impressionnante sur le plan technologique. Le fait que le RHP puisse naviguer avec succès à travers des terrains d'entraînement difficiles et variés, sans intervention humaine, témoigne des progrès significatifs réalisés dans le domaine des véhicules militaires autonomes. De plus, l'objectif de la DARPA de réduire les risques pour les vies humaines en déployant des véhicules de combat sans pilote est louable, car cela pourrait potentiellement sauver des vies sur le champ de bataille.

Cependant, malgré ces avancées technologiques et les intentions nobles de la DARPA, il est essentiel de considérer les implications éthiques, morales et stratégiques de l'utilisation généralisée de telles technologies. L'introduction de véhicules de combat autonomes soulève des questions complexes sur la responsabilité, la prise de décision éthique et la légalité des actions menées par ces machines. De plus, il est crucial de garantir que ces systèmes autonomes soient résistants aux cyberattaques et aux piratages, afin d'éviter toute utilisation abusive ou détournée de leur potentiel destructeur.


En outre, bien que la réduction des risques pour les vies humaines soit un objectif important, il est également nécessaire de prendre en compte les conséquences potentielles sur l'emploi militaire et les dynamiques géopolitiques. L'automatisation croissante des systèmes de combat pourrait avoir des répercussions sur les emplois militaires traditionnels et sur la manière dont les conflits sont menés et perçus à l'échelle internationale.

Bien que les progrès réalisés par la DARPA dans le domaine des véhicules de combat autonomes soient remarquables sur le plan technologique, il est impératif de mener une réflexion approfondie sur les implications éthiques, légales et stratégiques de leur déploiement. Il est essentiel de garantir que ces technologies soient utilisées de manière responsable et éthique, dans le respect des valeurs humaines et des normes internationales.

Source : DARPA

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Quelles peuvent être les implications potentielles de la militarisation croissante des technologies autonomes sur l'emploi militaire et sur la manière dont les conflits sont menés et perçus à l'échelle internationale ?

Voir aussi :

DARPA facilite l'accès au code source de ses projets open source, via sa nouvelle plateforme d'hébergement centralisé Open Catalog

DIRPA : L'armée américaine se lance dans le développement d'une technologie sans fil, permettant de contrôler des armes avec votre esprit