La Colombie-Britannique interdit les voitures autonomes après avoir vu pendant des années les voitures autonomes entraver les efforts d'intervention d'urgence et tué un piéton.

La Colombie-Britannique interdit la conduite autonome de niveau 3 et plus. L'interdiction vise à protéger les usagers vulnérables de la route dans la province.

La Colombie-Britannique a mis à jour sa loi sur les véhicules à moteur (Motor Vehicle Act) afin d'interdire les véhicules à conduite autonome hautement automatisés sur les routes publiques.

Depuis le 5 avril, la nouvelle loi britanno-colombienne stipule que les voitures dotées d'une autonomie de niveau 3, 4 ou 5 ne peuvent pas conduire sur les voies publiques ou utiliser des systèmes d'autoconduite hautement automatisés. Les véhicules faisant partie d'un projet pilote approuvé par le gouvernement constituent l'exception, précise le gouvernement de la Colombie-Britannique.

La conduite d'un tel véhicule - même sans les fonctions de conduite autonome - est passible d'une amende de 368 à 2 000 dollars et d'une peine d'emprisonnement de six mois.


Pourquoi cette interdiction ?

Le gouvernement de la Colombie-Britannique affirme que l'interdiction renforcera la sécurité des usagers vulnérables de la route, notamment les cyclistes et les piétons.

"Ces nouveaux règlements assureront une plus grande sécurité sur nos routes et encourageront l'utilisation des transports actifs", a déclaré Rob Fleming, ministre des transports et de l'infrastructure, dans un communiqué de presse. "Il s'agit d'une nouvelle étape dans la modernisation de nos règles afin de les adapter aux nouvelles technologies qui modifient la façon dont les gens se déplacent."

Commentant l'interdiction, Vince Amodeo, directeur et responsable de la pratique technologique, et Nicole Brassard, vice-présidente de la Colombie-Britannique et coprésidente de la pratique technologique chez Global Public Affairs, indiquent que l'interdiction est "conforme à la perspective traditionnelle de la Colombie-Britannique, le gouvernement adopte une approche prudente à l'égard des véhicules autonomes par rapport à d'autres juridictions. Cependant, il est important de noter qu'il n'y a pas de véhicules autonomes de niveau 3 en vente au Canada à l'heure actuelle, de sorte que l'urgence d'un point de vue réglementaire est quelque peu réduite."

Bien que le gouvernement provincial reconnaisse que les véhicules à conduite autonome hautement automatisés feront un jour partie de la vie de ses résidents, il souligne que ces véhicules "restent une technologie de transport nouvelle et émergente".

Le gouvernement de la Colombie-Britannique déclare : "D'autres essais et l'élaboration de politiques sont nécessaires avant que les véhicules automatisés de niveau 3 ou supérieur soient considérés comme sûrs et puissent commencer à être autorisés à circuler sur les routes de la Colombie-Britannique."

Amodeo et Brassard ajoutent : "Il est toujours préférable d'être équilibré et précis que d'être le premier. Cette approche attentiste a bien servi [la Colombie-Britannique] par le passé."

Niveaux et disponibilité des véhicules automatisés

La Society of Automotive Engineers (SAE) classe l'automatisation des véhicules dans un système de 0 à 5 niveaux.

Les véhicules de niveau 0 ne sont pas automatisés. Ceux des niveaux 1 et 2 offrent des fonctions automatisées d'aide à la conduite, comme l'assistance au changement de voie ou le freinage automatique. Les niveaux 3 à 5 représentent des capacités d'auto-pilotage élevées à entièrement automatisées.

Alors qu'il n'existe pas de véhicules à conduite autonome de niveau 3 à 5 au Canada, aux États-Unis, Mercedes-Benz propose son système Drive Pilot avec une autonomie de niveau 3. Le système Drive Pilot n'est autorisé qu'en Californie et dans certaines parties du Nevada. Il fonctionne dans un trafic dense à des vitesses allant jusqu'à 65 km/h. Il est également disponible en Europe.

BMW est également prêt à commercialiser son pack Personal Pilot L3 de niveau 3 en option sur sa nouvelle BMW Série 7. Ce système n'est disponible qu'en Allemagne et fonctionne sur les autoroutes séparées à une vitesse maximale de 60 km/h. Il n'est pas disponible en Amérique du Nord.

La semaine dernière, Tesla a lancé son abonnement Full Self-Driving (FSD) au Canada pour 99 dollars par mois. Les systèmes FSD et Autopilot de Tesla sont classés au niveau 2 d'autonomie.

Et vous ?

Pensez-vous que cette interdiction est crédible ou pertinente ?
Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi :

Voiture autonome : l'utilisation des robots taxis se développe rapidement à l'échelle mondiale. 45 villes dans le monde en sont équipées ou les testent avant leur lancement

Les voitures autonomes sont à l'abri des contraventions en Californie en vertu des lois actuelles. Une immunité qui met en péril la sécurité publique

17 morts, 736 accidents : le bilan alarmant d'Autopilot et Full Self-Driving de Tesla indique-t-il une course à l'innovation au mépris de la sécurité ? Les statistiques de la NHTSA inquiètent