IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

Emploi Discussion :

Les employés de SAP se sentent trahis par l'ordre de retour au bureau et menacent de démissionner


Sujet :

Emploi

  1. #1
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    422
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 422
    Points : 7 907
    Points
    7 907
    Par défaut Les employés de SAP se sentent trahis par l'ordre de retour au bureau et menacent de démissionner
    La rébellion du télétravail : l'ordre de retour au bureau de SAP incite 5 000 employés à signer une lettre dans laquelle ils affirment qu'ils se sentent "trahis"
    et menacent de démissionner

    Des milliers d'employés du géant allemand des logiciels SAP ont signé une pétition faisant part de leur mécontentement par rapport à la nouvelle politique de retour au bureau de l'entreprise. La lettre affirme que les signataires se sentent "trahis" par la volte-face radicale de l'entreprise sur le télétravail. SAP leur avait promis qu'ils pouvaient continuer à travailler à distance, mais le mois dernier, l'éditeur a brusquement changé d'avis et a demandé aux employés de se rendre dans un bureau ou chez un client au moins 3 jours par semaine. Plus de 5 000 travailleurs ont signé la lettre dans laquelle ils menacent de chercher un autre employeur plutôt que de revenir.

    Le mois dernier, SAP a ordonné à ses employés dans le monde entier, soit un peu plus de 100 000 travailleurs, de retourner au bureau ou de travailler depuis les installations d'un client 3 jours par semaine à partir d'avril. Il s'agit d'un revirement par rapport à ses politiques de travail flexible introduites en juin 2021, qui permettaient au personnel de travailler à domicile, à distance ou au bureau. Christian Klein, directeur général de SAP, a déclaré que le travail à distance pourrait coûter à SAP sa culture et son esprit d'équipe. Selon lui, les outils de collaboration à distance ne permettent pas de créer des liens solides.

    « Je ne crois pas vraiment qu'une plateforme de vidéoconférence permette de comprendre notre culture, de se former et de se donner les moyens de faire son travail au mieux », a déclaré Klein la semaine dernière, à la suite des résultats financiers de l'entreprise. Cependant, un grand nombre de ses employés ne sont pas de cet avis. Une lettre ouverte interne critiquant la politique de retour au bureau de SAP a recueilli plus de 5 000 signatures en moins de deux semaines. Les employés du géant allemand des logiciels menacent de chercher un autre emploi plutôt que d'accepter les nouvelles règles sur le retour au bureau.


    « Nous nous sentons trahis par une société qui, jusqu'à récemment, nous encourageait à travailler à domicile, pour ensuite nous demander de changer radicalement de direction », peut-on lire dans la lettre, qui a été publiée en interne et vue par Bloomberg News. Le comité d'entreprise européen de la société, un groupe qui représente les employés de SAP sur le continent, a déclaré que l'exigence d'être de retour au bureau était déraisonnable après que les employés aient été informés qu'ils pouvaient continuer à travailler à distance. Selon les signataires de la lettre, cette nouvelle politique n'est pas soutenable.

    Par exemple, la lettre souligne que "l'absence d'augmentations salariales significatives" au fil des ans a contraint le personnel à trouver des moyens de s'adapter. « Pour compenser cela, nous avons profité de la possibilité de travailler à distance et avons déménagé là où le coût de la vie était moins élevé, loin des métropoles coûteuses », indique la lettre. De son côté, SAP a déclaré que le retour au bureau est essentiel pour atteindre ses objectifs, ajoutant que l'entreprise a pris cette décision pour s'aligner sur les meilleures pratiques du marché et sur sa propre expérience en tant que pionnier du travail hybride :

    « Trouver le bon équilibre entre le télétravail et le travail au bureau permet de stimuler la productivité, l'innovation et le bien-être des employés. Nous faisons évoluer notre politique de travail flexible pour l'aligner sur les meilleures pratiques du marché et sur notre propre expérience en tant que pionniers du travail hybride ». Selon certains critiques, SAP force les employés à travailler sur site contre leur gré. Par conséquent, cela pourrait ne pas conduire aux résultats escomptés, voire nuire à la productivité des travailleurs. D'autres critiques pensent que SAP pourrait utiliser cette situation pour réduire son personnel.

    La grogne monte de plus en plus contre les ordres de retour au bureau dans l'industrie technologie. Les entreprises veulent mettre fin au travail entièrement à distance en exigeant des employés qu'ils se rendent dans un bureau ou chez un client au moins 3 jours par semaine, ce qui peut être considéré comme une politique de travail hybride. Cependant, les travailleurs n'en veulent pas et se rebellent contre leurs employés. De Google à IBM en passant par Amazon, les employés dont les responsabilités peuvent être assumées entièrement à distance s'opposent aux nouvelles règles et menacent même de démissionner.

    De nombreuses entreprises ont renforcé leurs exigences en matière de retour au bureau au cours de l'année écoulée, remplaçant les mesures incitatives favorables aux salariés, telles que les subventions pour les trajets domicile-travail, par des mesures plus punitives, notamment des mesures disciplinaires ou une progression de carrière limitée si les objectifs d'assiduité ne sont pas atteints. Au début du mois dernier, IBM a annoncé à ses managers qu'ils sont désormais tenus de s'installer près d'un bureau et de commencer à assister aux réunions trois fois par semaine. Dans le cas, ils sont invités à quitter l'entreprise.

    Les ordres de retour au bureau sont souvent considérés comme un facteur d'attrition. Ainsi, les employés de SAP ont écrit dans leur lettre que si la nouvelle exigence est conçue comme une stratégie de réduction du personnel à coût zéro, elle ne fera qu'éloigner les employés talentueux. Ces règles ont été durcies au fur et à mesure que le marché se dégradait et que le risque de suppressions d'emplois faisait pencher la balance en faveur des employeurs. Pourtant, selon les données de la société Kastle Systems, la fréquentation des bureaux est restée relativement stagnante tout au long de l'année 2023.

    Moins d'un mois après avoir présenté sa politique de retour au bureau, SAP a annoncé une restructuration qui concernerait 8 000 employés. SAP a déclaré qu'elle identifierait les "efficacités induites par l'IA" dans ses opérations et qu'elle restructurerait certaines parties de l'entreprise pour faire face aux changements. L'entreprise affirme qu'elle prévoit de terminer l'année 2024 avec un effectif similaire à celui d'aujourd'hui. Selon des données compilées par Bloomberg, SAP comptait près de 108 000 employés à la fin du mois de décembre.

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Que pensez-vous de l'ordre de retour au bureau de SAP ?
    Que pensez-vous de l'argument avancé par SAP pour justifier l'ordre de retour au bureau ?
    Cet argument est-il crédible ? S'agit-il d'une stratégie pour obliger les employés à démissionner d'eux-mêmes ?

    Voir aussi

    Le travail à distance n'a vraisemblablement ni freiné ni stimulé la croissance de la productivité, selon une étude des économistes de la Fed de San Francisco

    Une étude révèle que le travail à distance entraîne une pénalité cachée pour les jeunes professionnels, ils ne bénéficient pas d'une bonne supervision et leur carrière n'évolue pas correctement

    Le retour au bureau, une erreur stratégique pour les entreprises ? 80% des patrons regrettent leurs décisions initiales et admettent qu'ils auraient dû mieux écouter leurs employés, selon Envoy

  2. #2
    Membre extrêmement actif
    Homme Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    Octobre 2017
    Messages
    1 732
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Suisse

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique

    Informations forums :
    Inscription : Octobre 2017
    Messages : 1 732
    Points : 5 620
    Points
    5 620
    Par défaut
    Ils menacent de démissionner?

    Ben mince alors, ils ne vont pas laisser la liberté à leur patron de les virer suite à l'introduction de l'IA...

    On avait déjà eu droit aux menaces de démission des ministres de gauche du gouvernement Macron...

    Quand on en a dans le pantalon, on ne menace pas, on le fait!

  3. #3
    Expert confirmé

    Homme Profil pro
    .
    Inscrit en
    Octobre 2019
    Messages
    1 346
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 41
    Localisation : France, Aube (Champagne Ardenne)

    Informations professionnelles :
    Activité : .
    Secteur : Conseil

    Informations forums :
    Inscription : Octobre 2019
    Messages : 1 346
    Points : 5 366
    Points
    5 366
    Par défaut
    je le dis tout le temps, la loyauté en entreprise et dans le business ca n'existe pas.
    ce qui est récompensé ce sont les "mercenaires".

    je suis jamais resté dans une boite plus de 5ans, c'est le seul moyen de gagner en avantage et en salaire. Et c'est aussi un bon moyen d'etre compétent, changer de contexte permet de changer de technos de voir pleins de trucs plutot que de faire 10ans dans un même projet.
    si les conditions de travail change a votre insu dans la boite, changer votre profil linkedin en open to work, et pendant que vous prospectez, foutez en le moins possible dans la boite, ménagez vous. Ça ne sert à rien de performer.

    l’intérêt de la boite c'est de trouver le mouton à 5 pattes payé au smic et faisant gratos des heures supp, l’intérêt du salarié c'est de rien foutre payé comme un ministre.
    quand un équilibre est trouvé c'est bon, quand l'équilibre n'est plus à votre avantage il faut partir. C'est le jeu du marché.

    et les boites mal géré disparaissent, je reprends depuis 2ans le cas Atos, j'y ai travaillé il y'a plus de10ans, cette boite était mal géré, je suis resté 4ans avant d'aller voir ailleurs avec +20% sur mon salaire et des conditions de travails bien meilleur.
    Et je suis tres content car quand je vois ce que devient Atos....

    Quand à l'éthique des boites, les exemple ne manque pas, Lafarge par exemple qui à collaboré avec les terroristes, n'aura aucun scrupule a vous exploité au maximum.

Discussions similaires

  1. Réponses: 9
    Dernier message: 05/12/2022, 17h21
  2. Réponses: 0
    Dernier message: 24/06/2022, 23h49
  3. Réponses: 0
    Dernier message: 01/08/2020, 03h55
  4. Réponses: 2
    Dernier message: 13/01/2014, 12h41
  5. Réponses: 5
    Dernier message: 07/11/2011, 11h52

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo