Enquête auprès des développeurs de jeux : 50 % travaillent dans un studio qui utilise déjà des outils d'IA générative,
84 % sont au moins quelque peu préoccupés par l'utilisation éthique de ces outils

Une nouvelle enquête menée auprès de milliers de professionnels du développement de jeux vidéo révèle qu'une quasi-majorité d'entre eux affirment que les outils d'IA générative sont déjà utilisés sur leur lieu de travail. Mais une minorité significative de développeurs affirme que leur entreprise ne s'intéresse pas aux outils d'IA générative ou qu'elle en a carrément interdit l'utilisation.

Le rapport State of the Industry 2024 de la Game Developers Conference, publié jeudi, rassemble les réflexions de plus de 3 000 professionnels du secteur en date d'octobre dernier. Bien que l'enquête annuelle (menée conjointement avec le partenaire de recherche Omdia) existe depuis 12 ans, c'est la première fois que les répondants ont été interrogés directement sur leur utilisation d'outils d'IA générative tels que ChatGPT, DALL-E, GitHub Copilot et Adobe Generative Fill. 49 % des développeurs ayant répondu à l'enquête ont déclaré que des outils d'IA générative étaient actuellement utilisés sur leur lieu de travail. Cette quasi-majorité comprend 31 % (de tous les répondants) qui disent utiliser ces outils eux-mêmes et 18 % qui disent que leurs collègues le font.


Nom : Gamers.jpg
Affichages : 5913
Taille : 46,0 Ko

Cette enquête pointe des disparités significatives entre les différents départements des studios, révélant une adoption plus prononcée dans les domaines des affaires et de la finance par rapport aux secteurs des arts visuels et de la narration/écriture. Parmi ceux dont l'entreprise n'a pas encore embrassé les outils d'IA, 15 % se montrent « intéressés », 23 % « pas intéressés », tandis que 12 % interdisent catégoriquement leur utilisation, un pourcentage qui grimpe à 21 % pour les plus importants développeurs AAA.

En dépit de cette adoption croissante, les préoccupations éthiques demeurent persistantes, avec 42 % des répondants se déclarant « très préoccupés » et une proportion équivalente affichant une préoccupation plutôt marquée, soit 42 %. Les développeurs partagent des avis mitigés quant à l'impact global de ces outils, 57 % estimant que cet impact serait « mitigé ». Parmi les usages principaux, on retrouve l'aide au codage, l'amélioration de l'efficacité dans la création de contenu, et l'automatisation des tâches répétitives.

En parallèle, l'enquête indique un déclin de l'intérêt pour la technologie blockchain, seulement 17 % des développeurs manifestant un intérêt, en comparaison à 27 % en 2022. Alors que 57 % pensent que les travailleurs de l'industrie du jeu devraient se syndiquer, seulement 23 % déclarent être syndiqués ou avoir eu des discussions à ce sujet sur leur lieu de travail.

L'enquête met également en lumière que la volonté d'adopter les outils d'IA varie selon les différents départements des studios. Par exemple, 44 % des employés du secteur des affaires et de la finance déclarent utiliser des outils d'IA, contre seulement 16 % dans le secteur des arts visuels et 13 % dans le secteur de la narration/écriture. Parmi les 38 % des personnes interrogées dont l'entreprise n'utilise pas d'outils d'IA, 15 % indiquent que leur entreprise est « intéressée » par leur utilisation, tandis que 23 % déclarent qu'elle n'est « pas intéressée ».

Une question distincte révèle que 12 % indiquent que leur entreprise n'autorise en aucune façon l'utilisation d'outils d'IA, un chiffre qui grimpe à 21 % pour les personnes interrogées travaillant au sein des plus grands « développeurs AAA ». Par ailleurs, 7 % des personnes interrogées indiquent que l'utilisation de certains outils d'IA n'est pas autorisée, tandis que 30 % déclarent que l'utilisation d'outils d'IA est « facultative » au sein de leur entreprise.

L'année précédente a été marquée par des défis considérables pour l'industrie du jeu, avec plusieurs studios fermant leurs portes, entraînant le licenciement de milliers de développeurs. L'expansion des conglomérats de studios a modifié le paysage professionnel et le marché de l'emploi. Bien que l'IA générative semble prête à améliorer la productivité, des inquiétudes subsistent quant à ses possibles implications perturbatrices.

Néanmoins, ces défis ouvrent également la voie à des opportunités. L'essor des adaptations cinématographiques et télévisuelles attire un nouveau public vers les jeux, et les studios explorent diverses options en exploitant les moteurs de jeu. De plus, la syndicalisation gagne du terrain, surtout parmi les jeunes développeurs, avec certaines équipes formant des syndicats au sein de leurs entreprises.

Analyse des répercussions et préoccupations des développeurs

Un tiers des développeurs ont été touchés par des licenciements, et la moitié d'entre eux craignent qu'il y en ait d'autres. Un tiers des développeurs (35 %) ont déclaré avoir été touchés par des licenciements, que ce soit en raison de licenciements au sein de leur équipe ou de leur entreprise, ou parce qu'ils ont eux-mêmes été licenciés. Les développeurs en assurance qualité semblent avoir été les plus durement touchés, 22 % d'entre eux indiquant avoir été licenciés cette année, contre 7 % pour l'ensemble des développeurs.

Les professionnels du commerce et de la finance sont ceux qui ont déclaré le moins de licenciements, soit 2 %. Plus de la moitié des personnes interrogées (56 %) ont exprimé une certaine inquiétude quant à la possibilité que leur entreprise procède à des licenciements au cours des 12 prochains mois, tandis qu'un tiers d'entre elles ont déclaré ne pas être du tout inquiètes. Lorsqu'on leur a demandé de donner leur avis sur l'augmentation des licenciements dans l'industrie du jeu, de nombreux développeurs ont cité la correction de trajectoire post-pandémique, le regroupement des studios et l'incertitude économique comme explications possibles, et certains ont exprimé le désir de se syndiquer pour mieux protéger les travailleurs.

Un tiers des développeurs ont changé de moteur de jeu au cours de l'année écoulée ou ont envisagé de le faire. Selon l'enquête, Unreal Engine et Unity sont les moteurs de jeu les plus utilisés, 33 % des développeurs les classant chacun comme leur principal ensemble d'outils de choix. Viennent ensuite les moteurs propriétaires ou internes et le moteur de jeu open-source Godot. Toutefois, en septembre 2023, Unity a annoncé qu'il commencerait à percevoir une « redevance d'exécution » basée sur le nombre d'installations de jeux, ce qui a entraîné une réaction négative considérable et la modification de la nouvelle politique.

Blockchain, syndicalisation et IA générative : regards approfondis sur l'industrie du Jeu

Le rapport de la Game Developers Conference offre un aperçu intéressant de l'évolution du paysage dans le domaine du développement de jeux vidéo. Plusieurs points saillants méritent une attention particulière.

Premièrement, la montée en puissance de l'IA générative, telle que représentée par des outils comme ChatGPT et DALL-E, au sein des studios est un développement significatif. Le constat selon lequel la moitié des développeurs travaillent dans des studios utilisant ces technologies souligne leur impact croissant sur le processus de développement. Cependant, les réticences exprimées par certains développeurs et studios soulignent les préoccupations éthiques persistantes et la nécessité de débats approfondis autour de l'utilisation de l'IA dans l'industrie.

Les disparités entre les départements des studios quant à l'adoption de l'IA générative sont également intéressantes. L'adoption plus élevée dans les domaines des affaires et de la finance par rapport aux secteurs des arts visuels et de la narration/écriture suggère des perspectives divergentes sur la valeur de ces technologies dans différents aspects du développement de jeux.

Les préoccupations éthiques, avec 42 % des répondants se déclarant « très préoccupés », soulignent la nécessité de développer des normes et des réglementations pour guider l'utilisation de l'IA dans le secteur. Les débats sur les implications éthiques de l'IA, notamment en matière de création de contenu, doivent être approfondis pour équilibrer l'innovation avec la responsabilité sociale.


En ce qui concerne l'intérêt pour la technologie blockchain, le déclin noté peut refléter une évaluation critique de sa pertinence dans le contexte du développement de jeux. Cependant, la diminution de l'intérêt ne signifie pas nécessairement l'obsolescence, mais plutôt une réévaluation des priorités technologiques.

La question de la syndicalisation gagne également en importance, surtout avec 57 % des répondants pensant que les travailleurs de l'industrie du jeu devraient se syndiquer. Cela témoigne des défis persistants auxquels sont confrontés les développeurs, surtout les licenciements massifs signalés dans l'industrie. La formation de syndicats peut être perçue comme une réponse aux conditions de travail difficiles et à l'incertitude économique.

Bien que l'IA générative soit sur la voie de devenir un outil essentiel dans le développement de jeux vidéo, les défis éthiques, les disparités entre les départements, les questions de syndicalisation et les préoccupations concernant les licenciements mettent en évidence la nécessité d'une réflexion continue sur l'évolution de cette industrie dynamique. Les discussions ouvertes et les efforts collaboratifs entre les professionnels du secteur sont essentiels pour assurer un développement éthique, durable et équitable de l'industrie du jeu vidéo.

Source : Game Developers Conference

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Est-ce que les résultats présentés dans le rapport de la Game Developers Conference sont significatifs ?

Quelle est votre position concernant l'intégration des outils d'IA générative dans l'industrie du jeu vidéo et quel impact cela pourrait-il avoir sur la créativité et l'innovation des développeurs de jeux ?

Comment les développeurs, œuvrant au sein de studios qui font usage de l'IA générative, perçoivent-ils son impact concret sur la productivité et la qualité du contenu ?

Voir aussi :

La révolution de l'IA générative dans l'industrie des jeux : une voie vers une créativité sans limites, avec 20 % des professionnels envisageant une réduction des coûts

Apple Vision Pro : Apple demande aux développeurs de ne pas utiliser les termes AR, VR ou XR pour désigner leurs applications ciblant son casque, mais de dire plutôt « informatique spatiale »

Le fournisseur de logiciels de jeux vidéo Unity Software va supprimer 25 % de son personnel, soit 1 800 emplois, dans le cadre de la poursuite de la "réinitialisation de l'entreprise"