L'IA peut imiter de manière convaincante le style d'écriture d'une personne,
selon des chercheurs

Des chercheurs de l'Université Mohamed bin Zayed d'Abu Dhabi pour l'Intelligence Artificielle (MBZUAI) ont développé une technologie capable d'imiter de manière convaincante le style d'écriture d'une personne à partir de quelques paragraphes. Utilisant un modèle de transformateur, un réseau neuronal séquentiel, les chercheurs ont obtenu un brevet pour cette innovation qui pourrait avoir des applications étendues. Bien que l'écriture manuscrite soit une technologie ancienne, ses premières traces remontent à plus de 5 000 ans en Irak. Malgré l'omniprésence des claviers et de la synthèse vocale, de nombreuses personnes continuent à écrire à la main.

L'équipe du MBZUAI, présentée comme la première université d'intelligence artificielle au monde, a développé cette technologie qui a suscité des intérêts dans le domaine académique depuis des années. Bien que la fonctionnalité exacte n'ait pas encore été publiée, elle marque une avancée significative dans le domaine. Des applications existent déjà pour générer de l'écriture manuscrite, mais les récents progrès de l'intelligence artificielle ont considérablement amélioré les techniques de reconnaissance des caractères. Cependant, les inquiétudes subsistent quant aux possibles abus et falsifications massives que cette technologie pourrait entraîner.

Nom : DEVia.jpg
Affichages : 2267
Taille : 109,5 Ko

Une comparaison qualitative entre HWT et deux autres générateurs d'écriture, GANwriting et Davis et al. Les trois générateurs ont reçu pour instruction de produire le même texte : Il n'y a pas deux personnes qui écrivent exactement de la même façon, tout comme il n'y a pas deux personnes qui ont les mêmes empreintes digitales. Les trois applications ont été entraînées sur des échantillons de textes manuscrits (colonne de gauche) produits par six écrivains différents. Davis et al. saisissent le style général d'un auteur, par exemple l'inclinaison du texte, mais peinent à imiter les détails du style propre à chaque personnage. GANwriting est limité par la longueur des mots qu'il peut imiter et n'a pas été en mesure de compléter le contenu textuel fourni - par exemple, il a généré le mot « précis » au lieu de « précisément ». L'approche des chercheurs du MBZUAI imite mieux les modèles de style globaux et locaux, générant ainsi une écriture plus réaliste.

Les chercheurs soulignent la nécessité d'une mise en œuvre réfléchie de l'outil, avec une sensibilisation du public et le développement d'outils pour lutter contre la falsification. Hisham Cholakkal, professeur adjoint de vision par ordinateur au MBZUAI, compare cette nécessité à la création d'un antivirus pour un virus. Malgré ces préoccupations, les inventeurs prévoient d'appliquer leurs recherches à des applications réelles dans les mois à venir, cherchant activement des partenaires commerciaux. Les applications potentielles vont du décodage de l'écriture des médecins à la création de publicités personnalisées.

Le modèle de transformateur utilisé par les chercheurs, formé à partir de textes manuscrits publics, est capable d'apprendre et d'écrire en anglais, et partiellement en français. Cependant, l'équipe travaille encore sur la compréhension des textes manuscrits en arabe. Bien que le modèle ne nécessite que quelques paragraphes pour être entraîné, les chercheurs expriment la prudence nécessaire dans son utilisation, conscient de la sensibilité de l'identité personnelle associée à l'écriture manuscrite. Ils soulignent également le potentiel de l'IA pour générer une écriture correspondant au style individuel.

En parallèle, l'équipe de recherche du MBZUAI a comparé son approche, appelée HWT, à deux autres technologies de génération d'écriture manuscrite. Dans un test impliquant 100 personnes, leur modèle a été préféré dans 81 % des cas. Les chercheurs ont également démontré que l'imitation d'écriture générée était difficilement distinguable de l'écriture réelle, validant ainsi la performance de leur modèle. Bien que le modèle ne nécessite pas beaucoup de données pour l'entraînement, les chercheurs se montrent prudents quant à son utilisation, soulignant la nécessité d'une réflexion approfondie avant son déploiement en raison de l'importance de l'écriture manuscrite dans l'identification individuelle.

L'IA de MBZUAI transforme la manière dont nous percevons l'écriture manuscrite

L'initiative de l'Université Mohamed bin Zayed d'Abu Dhabi pour l'Intelligence Artificielle (MBZUAI) visant à développer une technologie capable d'imiter le style d'écriture d'une personne à partir de quelques paragraphes est indéniablement novatrice. L'utilisation d'un modèle de transformateur, un réseau neuronal séquentiel, démontre une avancée significative dans le domaine de l'intelligence artificielle, offrant des perspectives prometteuses pour des applications diverses.

Le fait que l'écriture manuscrite, une technologie ancienne, puisse être reproduite avec une telle précision grâce à cette technologie est impressionnant. Les chercheurs de MBZUAI semblent avoir surmonté les limitations des méthodes antérieures en utilisant des transformateurs de vision plutôt que des réseaux générateurs adverses (GAN). Leur modèle HWT, comparé à d'autres technologies dans des tests impliquant 100 personnes, a été préféré dans 81 % des cas, soulignant son efficacité.

L'aspect le plus notable de cette avancée est la possibilité de générer une écriture manuscrite authentique qui est difficilement distinguable de l'écriture réelle. Cela pourrait avoir des applications importantes, notamment dans la décodification de l'écriture des médecins ou la création de publicités personnalisées. Cependant, les chercheurs soulignent à juste titre la nécessité d'une mise en œuvre réfléchie de cette technologie, étant conscient de son potentiel d'abus et de falsifications massives.

Les inquiétudes quant à la sécurité et à l'utilisation malveillante de cette technologie ne doivent pas être sous-estimées. La suggestion de Hisham Cholakkal de développer des outils similaires à des antivirus pour contrer les possibles falsifications est une approche pragmatique. Les chercheurs sont conscients de la sensibilité de l'identité personnelle liée à l'écriture manuscrite et appellent à une prudence particulière dans le déploiement de leur modèle.

Le potentiel de cette technologie pour générer une écriture correspondant au style individuel est également prometteur, mais il nécessitera une attention continue pour s'assurer qu'elle est utilisée de manière éthique et respectueuse de la vie privée. La comparaison avec d'autres langues, comme l'arabe, représente une extension ambitieuse du projet qui pourrait avoir un impact significatif dans des contextes multilingues.

Bien que cette avancée de MBZUAI représente un pas en avant dans le domaine de l'IA appliquée à l'écriture manuscrite, elle appelle à une réflexion approfondie et à des précautions sérieuses pour prévenir les abus potentiels. L'avenir de cette technologie réside dans sa capacité à être déployée de manière responsable, éthique et à apporter des bénéfices tangibles tout en minimisant les risques liés à la falsification et à l'usurpation d'identité.

« Nous avons également montré l'imitation d'écriture générée à des humains pour la comparer à la référence et, à notre grande surprise, le résultat de l'écriture générée était assez bon. Ils n'ont pas pu distinguer l'écriture imitée de l'écriture réelle, et c'était satisfaisant de voir ce genre de validation de la performance », a déclaré Salman Khan. Le modèle des chercheurs n'a pas besoin de beaucoup de données pour être entraîné.

Le modèle des chercheurs n'a pas besoin de beaucoup de données pour être entraîné : quelques paragraphes de l'écriture manuscrite originale lui ont suffi. « Nous sommes très prudents à ce sujet, car il pourrait être utilisé à mauvais escient », a déclaré Anwer. « L'écriture manuscrite représente l'identité d'une personne, c'est pourquoi nous y réfléchissons attentivement avant de la déployer ». « Il est important de savoir qu'il est possible d'utiliser l'IA pour générer une écriture qui corresponde au style d'une personne », a déclaré Cholakkal.

Source : Mohamed bin Zayed University of AI

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Est-il nécessaire de prendre en compte sérieusement l'utilisation malveillante de cette technologie ?

Quelles autres applications pratiques sont envisagées pour cette technologie, en dehors du décodage de l'écriture des médecins, et comment pourrait-elle bénéficier positivement à la société ?

Voir aussi :

AMIE, l'IA de Google, serait plus à l'aise au chevet des patients que les médecins humains et pose de meilleurs diagnostics, offrant une amélioration potentielle des soins médicaux

Qui a utilisé ChatGPT, Claude, ou encore Bard pour ses créations ? Quelle est l'efficacité réelle des détecteurs de contenu IA ? Les réponses dans un sujet de recherche universitaire

La Chine acquiert des puces Nvidia malgré l'interdiction des États-Unis, notamment la puce A100 et la puce plus puissante H100, dont les exportations vers la Chine et Hong Kong ont été interdites