IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

Intelligence artificielle Discussion :

Un dirigeant de Google affirme que l'IA n'est pas responsable de l'augmentation des émissions de CO2


Sujet :

Intelligence artificielle

  1. #1
    Communiqués de presse

    Femme Profil pro
    Traductrice Technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    1 224
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Traductrice Technique

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 1 224
    Points : 85 583
    Points
    85 583
    Par défaut Un dirigeant de Google affirme que l'IA n'est pas responsable de l'augmentation des émissions de CO2
    Les besoins énergétiques futurs des outils d'intelligence artificielle pourraient dépasser la consommation d'énergie des petits pays, selon une étude d'Alex de Vries.

    Des études récentes ont mis en lumière l'importante consommation d'énergie et l'empreinte carbone des grands modèles de langage alimentés par l'intelligence artificielle (IA). L'un de ces modèles, ChatGPT, a consommé 1 287 mégawattheures d'électricité en utilisant 10 000 GPU NVIDIA, soit l'équivalent de l'énergie utilisée par 121 foyers aux États-Unis pendant un an.

    Dans un commentaire publié dans la revue Joule, l'auteur Alex de Vries prévient que la demande énergétique future des outils d'IA pourrait dépasser la consommation d'énergie de petites nations. Il souligne que l'IA de Google représentera à elle seule 10 à 15 % de la consommation totale d'électricité de l'entreprise en 2021, ce qui suggère que la consommation d'énergie liée à l'IA pourrait potentiellement rivaliser avec celle d'un pays comme l'Irlande.

    Nom : 1.jpg
Affichages : 2805
Taille : 42,8 Ko

    La demande de puces d'IA est montée en flèche avec l'essor de l'IA générative, qui a entraîné un besoin accru de puissance de calcul. Le principal fournisseur de puces, NVIDIA, a annoncé un chiffre d'affaires record, soulignant l'appétit croissant pour les puces d'IA. En réponse, des entreprises comme Google et Amazon ont développé leurs propres puces d'IA, et des rumeurs suggèrent que Microsoft dévoilera bientôt son propre matériel de puce interne.

    Toutefois, cette explosion de la demande de puces d'IA s'accompagne d'un coût environnemental. Vries prévient que l'empreinte énergétique de l'industrie de l'IA continuera d'augmenter, en particulier si l'IA générative est intégrée dans chaque recherche Google. L'intégration d'un chatbot de type ChatGPT à chaque recherche nécessiterait plus de quatre millions de GPU, soit une consommation quotidienne d'électricité de 80 GWh et une consommation annuelle de 29,2 TWh.

    Alors que la recherche sur la durabilité de l'IA s'est principalement concentrée sur la phase de formation à forte consommation d'énergie, Vries souligne la nécessité de prêter attention à la demande d'énergie de la phase d'inférence : lorsque les outils d'IA génèrent des résultats sur la base de leurs données de formation. L'auteur reconnaît également que les améliorations de l'efficacité du matériel et des logiciels ne peuvent pas compenser entièrement les changements à long terme de la consommation d'électricité liée à l'IA. Néanmoins, des efforts sont déployés pour atténuer l'impact environnemental de l'IA.


    Par exemple, les chercheurs du MIT ont travaillé sur la réduction de la consommation d'énergie des modèles d'IA en plafonnant la puissance consommée par les GPU. Cette approche leur a permis de réduire de 12 à 15 % la consommation d'énergie des modèles d'IA. En outre, la réutilisation des GPU anciens et inutilisés issus des opérations de minage de crypto-monnaies, telles que l'Ethereum, pourrait constituer une solution alternative pour réduire les déchets électroniques et diminuer la demande énergétique de l'IA.

    Alors que le domaine de l'IA continue de progresser, il est crucial de prendre en compte les implications environnementales et de rechercher des solutions durables qui concilient progrès technologique et consommation d'énergie responsable.

    Source : Alex de Vries

    Et vous ?

    Pensez-vous que cette étude est crédible ou pertinente ?
    Quel est votre avis sur la consommation d'énergie et l'émission de carbone de l'IA ?

    Voir aussi :

    Vers une AIEA (Agence internationale de l'énergie atomique) de l'intelligence artificielle ? L'ONU veut créer une agence mondiale pour réguler l'IA

    La chaleur des centres de données : une source d'énergie renouvelable pour le chauffage et le refroidissement en Europe ? L'Union européenne a cette ambition

    Microsoft envisage d'utiliser des réacteurs nucléaires pour alimenter ses centres de données, l'entreprise ne veut pas être dépendante d'une source voisine pour faire fonctionner ses services cloud

  2. #2
    Communiqués de presse

    Femme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Mai 2018
    Messages
    2 135
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Âge : 34
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : Communication - Médias

    Informations forums :
    Inscription : Mai 2018
    Messages : 2 135
    Points : 158 397
    Points
    158 397
    Par défaut IA : ChatGPT consomme plus d'énergie qu'une recherche traditionnelle sur Internet
    ChatGPT consomme plus d'énergie qu'une recherche traditionnelle sur Internet : une conversation avec ChatGPT consomme environ 50 cl d'eau, soit l'équivalent d'une petite bouteille en plastique

    Trois clics pour écrire une pièce de théâtre ou créer un site web : les systèmes d'intelligence artificielle (IA) peuvent sembler magiques, mais leurs fonctions ne sont pas neutres pour l'environnement. Ils sont de grands consommateurs d'eau et d'électricité.

    L'IA ne boit pas d'eau, mais les centres de données, où sont formés les systèmes d'intelligence artificielle, en utilisent beaucoup pour refroidir leurs serveurs. Il ne s'agit là que d'une partie du puzzle en ce qui concerne la consommation d'eau numérique.

    Les systèmes d'intelligence artificielle tels que ChatGPT et Bard consomment bien plus d'eau et d'énergie qu'une recherche Internet classique. Selon une étude publiée par l'université de Californie à Riverside, une conversation avec ChatGPT consomme environ 50 cl d'eau, soit l'équivalent d'une petite bouteille en plastique. Avec près de 1,5 milliard d'utilisateurs par mois, l'addition est vite faite.

    Fluctuation des émissions de CO2

    Les centres de données, indispensables à l'apprentissage de l'IA, représentent près de 1 % de la consommation mondiale d'énergie. Ce chiffre est appelé à augmenter au cours des prochaines années.

    Mais ces centres émettent des quantités variables de CO2 selon que leur pays de base produit son électricité à partir de charbon ou de gaz, par exemple, ou à partir d'énergies renouvelables. Dans un article financé par Microsoft et l'Allen Institute for Artificial Intelligence, des chercheurs ont montré qu'en modifiant le lieu d'entraînement d'une IA, il était possible de réduire de 75 % les émissions de CO2 de l'opération.

    Les entreprises numériques parlent aussi beaucoup de "suivre le soleil", c'est-à-dire de changer les lieux d'entraînement de l'IA tout au long de la journée afin de pouvoir utiliser l'énergie solaire en continu. L'optimisation des lieux d'entraînement de l'IA pourrait être un moyen important de limiter son impact sur l'environnement.

    Plus concrètement, une IA comme Bloom, un équivalent entièrement open-source de ChatGPT développé dans le cadre du projet de recherche BigScience, a généré l'équivalent de 25 tonnes de CO2 lors de son entraînement. Et ce, malgré le fait que la majeure partie de l'énergie utilisée provenait de l'énergie nucléaire, et était donc exempte de carbone. Pour GPT-3, qui utilise ChatGPT, l'empreinte carbone estimée est 20 fois plus élevée, soit l'équivalent d'environ 300 allers-retours Paris-New York en avion.


    L'IA au service de la planète

    Malgré leur impact environnemental, l'IA a un rôle à jouer dans la lutte contre le réchauffement climatique. Elle peut par exemple aider les météorologues à prévoir les événements climatiques extrêmes ou optimiser les processus industriels pour réduire les émissions de CO2.

    Le défi particulier auquel sont confrontés les développeurs aujourd'hui est celui de la transparence. La plupart des modèles d'IA accessibles au public ne révèlent pas où ils ont été formés, ni le coût en carbone de leur utilisation.

    Lorsque les utilisateurs disposent de ces informations, ils peuvent faire leurs propres choix en connaissance de cause. Par exemple, avant de bombarder ChatGPT de questions élémentaires, on peut se contenter d'effectuer une simple recherche dans le navigateur, ce qui est moins gourmand en énergie.

    Sources : Euronews, Université de Californie Riverside

    Et vous ?

    Pensez-vous que l'étude de l''université de Californie soit crédible ou pertinente ?
    Pensez-vous qu'il faut utiliser des outils d'IA comme ChatGPT, ou alors les boycotter, ou encore les interdire ?

    Voir aussi :

    Les besoins énergétiques futurs des outils d'intelligence artificielle pourraient dépasser la consommation d'énergie des petits pays, selon une étude d'Alex de Vries.

    Le PDG d'un éditeur de logiciels affirme que l'utilisation de ChatGPT permet de réduire le temps nécessaire à la réalisation des tâches de codage, d'environ 9 semaines à quelques jours seulement

    Une recherche avec Bard de Google et ChatGPT de Microsoft coûte probablement 10 fois plus qu'une recherche par mot-clé, ce qui pourrait représenter « plusieurs milliards de dollars de surcoûts »

  3. #3
    Communiqués de presse

    Femme Profil pro
    Traductrice Technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    1 224
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Femme
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : Traductrice Technique

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 1 224
    Points : 85 583
    Points
    85 583
    Par défaut L'IA générative n'aura besoin que de deux centrales électriques pour maintenir ses applications en 2024
    L'IA générative n'aura besoin que de deux centrales électriques pour maintenir ses applications en 2024, selon Sergey Edunov, cadre de Meta.

    Sergey Edunov, cadre de Meta, affirme que l'IA générative n'a besoin que de deux centrales électriques pour maintenir ses applications en 2024. L'énergie nucléaire pourrait être en mesure de couvrir ces besoins d'après les calculs approximatifs qu'il a effectués.

    L'essor de l'IA générative est considéré comme inévitable à ce stade, mais malgré cela, certaines préoccupations pourraient rendre sa croissance plus difficile. La question la plus cruciale est peut-être celle de la quantité d'énergie que l'IA générative pourrait nécessiter. La consommation d'énergie de ce secteur gourmand est un problème majeur qu'il faudra régler au plus vite.

    Ceci étant dit, il est important de noter qu'un cadre de Meta, Sergey Edunov, est plutôt optimiste quant à l'avenir. En tant que directeur de l'ingénierie pour l'IA générative chez Meta, Edunov a une idée précise du type de consommation d'énergie dont l'industrie pourrait avoir besoin, et il a précisé que deux nouvelles centrales nucléaires suffiraient amplement pour faire le travail.

    Lors d'une intervention au Digital Workers Forum, l'ingénieur en chef du LLM open source Llama 2 de Meta a déclaré que l'énergie produite par deux centrales nucléaires suffirait pour une année d'utilisation de l'IA. Lorsqu'on lui a demandé si le monde disposait ou non de suffisamment d'énergie pour continuer à fonctionner, il a répondu que l'IA n'était pas aussi gourmande en énergie qu'elle pourrait l'être dans un avenir proche ou lointain.


    Il convient de préciser qu'Edunov faisait référence à la quantité d'énergie nécessaire à l'inférence. Il s'agit du processus par lequel l'IA peut être utilisée dans une application pour répondre à des questions et fournir des recommandations basées sur les demandes des utilisateurs, et l'existence de l'énergie nucléaire semble adéquate d'après les calculs approximatifs qu'il a effectués.

    Il sera essentiel de répondre à la question des besoins en énergie de l'IA, car c'est le genre de chose qui pourrait permettre à l'industrie de se développer. Selon le rapport de Nvidia, les un à deux millions de GPU qu'elle a mis sur le marché nécessiteront 100 000 jetons LLM par personne, et bien que cela puisse sembler beaucoup, c'est en fait beaucoup plus durable si l'on tient compte de tous les éléments. Chaque GPU a besoin de 700 watts pour le refroidissement et d'autres processus, et l'énergie nucléaire pourrait être en mesure de couvrir ces besoins.

    Source : Sergey Edunov, cadre de Meta, lors d'une intervention au Digital Workers Forum

    Et vous ?

    Pensez-vous que cette déclaration est crédible ou pertinente ?
    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Voir aussi :

    Les besoins énergétiques futurs des outils d'intelligence artificielle pourraient dépasser la consommation d'énergie des petits pays selon une étude d'Alex de Vries

    Le ChatBot IA ChatGPT consomme plus d'énergie et d'eau qu'une recherche traditionnelle sur Internet d'après une étude de l'Université de Californie

    Vers une AIEA (Agence internationale de l'énergie atomique) de l'intelligence artificielle ? L'ONU veut créer une agence mondiale pour réguler l'IA

  4. #4
    Expert confirmé Avatar de sergio_is_back
    Homme Profil pro
    Consultant informatique industrielle, développeur tout-terrain
    Inscrit en
    Juin 2004
    Messages
    1 133
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 56
    Localisation : France, Puy de Dôme (Auvergne)

    Informations professionnelles :
    Activité : Consultant informatique industrielle, développeur tout-terrain
    Secteur : High Tech - Électronique et micro-électronique

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2004
    Messages : 1 133
    Points : 5 854
    Points
    5 854
    Par défaut
    Sergey Edunov, cadre de Meta, affirme que l'IA générative n'a besoin que de deux centrales électriques pour maintenir ses applications en 2024.
    La vache... Déjà y'a centrale et centrale... Combien de réacteurs par centrale ?

    Le mec qui écrit ça, se rend-il bien compte de quoi il parle, quand il dit ça ?
    Deux centrales nucléaires donc, allez, on dit :

    • Bugey, puissance nominale 3 580 MWH,
    • Le Tricastin, puissance nominale 3 660 MWH



    Soit 7240 MWH juste pour l'IA générative... (8 réacteurs nucléaires, rien que pour ça sur les 50 environ dont on dispose en France)
    Donc ça représente à peu près 12% de toute l'électricité française produite à cette heure ci (56 000 MWH d'après RTE "en temps réel")

    Va falloir se poser bientôt se pose la question de :

    - Charger sa voiture électrique
    - Discuter avec son IA favorite
    - Se chauffer et se laver

    Ça parle à quelqu'un, la sobriété énergétique, où c'est juste un terme à la mode employé par les Green Bobos Technos de la génération XWYZ+ ?

  5. #5
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Anthony
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Novembre 2022
    Messages
    1 109
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Gironde (Aquitaine)

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique

    Informations forums :
    Inscription : Novembre 2022
    Messages : 1 109
    Points : 18 345
    Points
    18 345
    Par défaut Le PDG d'OpenAI, Sam Altman, a déclaré qu'une percée énergétique était nécessaire pour l'IA de demain
    Le PDG d'OpenAI, Sam Altman, a déclaré qu'une percée énergétique était nécessaire pour l'intelligence artificielle (IA) de demain, qui consommera beaucoup plus d'énergie que prévu

    Le PDG d'OpenAI, Sam Altman, a déclaré le mardi 16 janvier qu'une percée énergétique était nécessaire pour l'intelligence artificielle du futur, qui consommera beaucoup plus d'énergie que prévu.

    S'exprimant lors d'un événement organisé par Bloomberg en marge de la réunion annuelle du Forum économique mondial de Davos, M. Altman a déclaré que le bon côté des choses est que des sources d'énergie plus respectueuses du climat, en particulier la fusion nucléaire ou l'énergie solaire moins chère et le stockage, sont la voie à suivre pour l'intelligence artificielle.

    "Il n'y a aucun moyen d'y parvenir sans une percée", a-t-il déclaré. "Cela nous motive à investir davantage dans la fusion."


    En 2021, M. Altman a personnellement fourni 375 millions de dollars à la société privée américaine de fusion nucléaire Helion Energy, qui a depuis signé un accord pour fournir de l'énergie à Microsoft dans les années à venir. Microsoft est le principal bailleur de fonds d'OpenAI et lui fournit des ressources informatiques pour l'IA.

    M. Altman a déclaré qu'il souhaitait que le monde adopte également la fission nucléaire comme source d'énergie.

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Pensez-vous que le point de vue de M. Altman est crédible ou pertinent ?

    Voir aussi :

    Les besoins énergétiques futurs des outils d'intelligence artificielle pourraient dépasser la consommation d'énergie des petits pays, selon une étude d'Alex de Vries

    Microsoft pense que l'avenir de l'IA passe par l'énergie nucléaire, le géant de la technologie serait en train de former une IA pour l'aider à obtenir l'autorisation réglementaire

    Le ChatBot IA ChatGPT consomme plus d'énergie et d'eau qu'une recherche traditionnelle sur Internet, d'après une étude de l'Université de Californie

  6. #6
    Membre averti
    Homme Profil pro
    autre
    Inscrit en
    Juin 2014
    Messages
    122
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Aveyron (Midi Pyrénées)

    Informations professionnelles :
    Activité : autre

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2014
    Messages : 122
    Points : 449
    Points
    449
    Par défaut
    Haaaa, le technologisme : penser qu'on va régler nos problèmes de boulimie technologique avec plus de technologie, qu'est-ce que c'est beau.

    Leur IA toute puissante a pas trouvé de solution ?

  7. #7
    Membre éclairé
    Homme Profil pro
    Urbaniste
    Inscrit en
    Août 2023
    Messages
    386
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Autre

    Informations professionnelles :
    Activité : Urbaniste

    Informations forums :
    Inscription : Août 2023
    Messages : 386
    Points : 796
    Points
    796
    Par défaut
    solution => évoluer => remplacer humain endormis par machines.

  8. #8
    Expert éminent Avatar de marsupial
    Homme Profil pro
    Retraité
    Inscrit en
    Mars 2014
    Messages
    1 780
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Autre

    Informations professionnelles :
    Activité : Retraité

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2014
    Messages : 1 780
    Points : 7 233
    Points
    7 233
    Par défaut
    Le dernier modèle de mistral est aussi performant et moins gourmand en ressources.

  9. #9
    Membre chevronné Avatar de denisys
    Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    Mai 2002
    Messages
    1 134
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique

    Informations forums :
    Inscription : Mai 2002
    Messages : 1 134
    Points : 1 977
    Points
    1 977
    Par défaut
    M. Altman a déclaré qu'il souhaitait que le monde adopte également la fission nucléaire comme source d'énergie.
    Greta Thunberg aussi ???
    cela dis ...
    Je ne comprend pas pourquoi un type avachie ,
    dans une banquette en cuire ,
    ne tire pas un câble depuis Tchernobyl jusqu'a ces datas centers .
    Mais bon...
    Big burger peut ce le permette avec seulement :
    ... personnellement fourni 375 millions de dollars ...
    Nota .
    je ne suis pas un anti énergie nucléaire .
    Mais quand j'entend ou lit que des gentils écologistes veulent plus de central nucléaire .
    Pourquoi ne pas utiliser ce qui existe déjà ???
    Tchernobyl .
    Fukushima.

  10. #10
    Chroniqueur Actualités
    Avatar de Anthony
    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Novembre 2022
    Messages
    1 109
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Gironde (Aquitaine)

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique

    Informations forums :
    Inscription : Novembre 2022
    Messages : 1 109
    Points : 18 345
    Points
    18 345
    Par défaut L'IA a besoin de tellement d'énergie que les vieilles centrales au charbon sont maintenues en service
    L'IA a besoin de tellement d'énergie que les vieilles centrales au charbon sont maintenues en service, alors que la demande en énergie des centres de données devrait tripler d'ici 2030

    L’adoption de l’intelligence artificielle (IA) s’est imposée rapidement dans divers secteurs d’activité, transformant fondamentalement la manière dont les entreprises opèrent et interagissent avec leur environnement. Cependant, cette ascension fulgurante n’est pas sans son lot de répercussions, notamment en ce qui concerne la consommation d’énergie. La hausse de la demande en électricité causée par cette technologie a en effet conduit certains fournisseurs d’énergie basés aux États-Unis à reconsidérer leur projet de fermeture des vieilles centrales au charbon.

    La Virginie, où se situe le Data Center Alley, le plus grand marché de centres de données nord-américain, compte aujourd'hui plus de 250 centres de données hyperscales et environ 80 nouvelles installations y ont été ajoutées depuis 2019. Dominion Energy, la compagnie d’électricité qui dessert la région, s’attend à ce que la demande sur son territoire augmente de 5 % par an au cours des 15 prochaines années, pour atteindre presque le double de son volume de production actuel.

    Pour s’y préparer, la compagnie a investi dans la construction d’un important parc éolien et a été contrainte de suspendre temporairement les nouvelles connexions de centres de données en 2022. Mais Dominion envisage également la possibilité de retarder la mise à la retraite d’une grande centrale au charbon, ainsi que de plusieurs centrales au gaz naturel.

    Nom : dominion energy.png
Affichages : 9978
Taille : 26,4 Ko

    Dans le Kansas, la compagnie d’électricité Evergy a indiqué dans un communiqué publié en juin 2023 qu’elle maintiendrait en service une centrale au charbon vieille de plus de soixante ans, jusqu’en 2028. Cette décision a été prise en réponse à la construction d’un nouveau centre de données géré par Meta Platforms Inc. Selon le directeur général d’Evergy, David Campbell, ce projet, ainsi que le développement économique de la région, alimentent les "plus fortes croissances de la demande d’électricité depuis des décennies".

    Ce ralentissement de la fermeture des vieilles centrales au charbon s’observe au niveau de tout le territoire américain. America’s Power, un groupement de professionnels de l’industrie du charbon, a indiqué que près de deux douzaines d’installations fonctionnant au charbon, allant du Kentucky au Dakota du Nord, et dont la fermeture était prévue entre 2022 et 2028, seront maintenues en activité au-delà de cette période.

    Par ailleurs, la hausse de la demande d’énergie des centres de données ne se limite désormais plus à des régions spécifiques, mais s’étend à l’échelle nationale. Selon le Boston Consulting Group, la consommation d’électricité des centres de données américains devrait tripler par rapport aux niveaux de 2022, d’ici la fin de la décennie. Cette consommation serait alors équivalente à environ 7,5 % de la demande d’énergie prévue pour l’ensemble du pays.

    Ces prévisions n’intègrent pas encore les ajustements radicaux dus à l’adoption de l’IA et la quantité d’électricité réellement nécessaire pour soutenir l’activité de la technologie reste à ce jour floue. Toutefois, tout laisse présager que l’IA entraînera une augmentation nette de la demande en énergie au fur et à mesure qu’elle gagnera en maturité.

    "Nous n’avons pas encore pris la mesure des besoins énergétiques de cette technologie", a indiqué Sam Altman, PDG d’OpenAI, lors du Forum économique mondial de Davos, en janvier dernier. "Nous avons besoin de beaucoup plus d’énergie dans le monde que nous ne le pensions auparavant".

    En effet, la consommation énergétique des centres de données d’IA diffère considérablement de celle des centres de données traditionnels, car ils sont équipés d’unités de traitement graphique (GPU) énergivores spécialement conçues pour exécuter les charges de travail d’IA, en particulier celles relatives à l’IA générative.

    Selon une étude universitaire menée par Alex de Vries, candidat au doctorat à la School of Business and Economics de VU Amsterdam, l’utilisation d’une IA générative telle que ChatGPT dans chaque recherche Google nécessiterait plus de 500 000 serveurs A100 HGX de Nvidia, soit un total de 4,1 millions de GPU. À raison d’une demande d’énergie de 6,5 kW par serveur, cela entraînerait une consommation quotidienne d’électricité de 80 GWh et une consommation annuelle de 29,2 TWh.

    Alors que la demande énergétique de l’IA continue de croître, les experts soulignent l’importance d’adapter le réseau d’énergie pour qu’il puisse accueillir efficacement les sources d’énergie alternatives et mettent en garde sur le fait que la production d’électricité à partir de combustibles fossiles pourrait entraver les progrès vers un avenir énergétique plus durable.

    "Le pire scénario est que les services publics ne s’adaptent pas et maintiennent en ligne les anciennes capacités de production de combustibles fossiles et qu’ils n’évoluent pas au-delà", a déclaré Ari Peskoe, directeur de l’Electricity Law Initiative à la faculté de droit de Harvard.

    S’exprimant lors d’un événement en marge du Forum économique mondial de Davos, le PDG d’OpenAI, Sam Altman, a déclaré que l'IA du futur aura besoin d’une percée énergétique. Il a souligné l’importance de sources d’énergie respectueuses du climat, et a indiqué que la fusion nucléaire, l’énergie solaire et le stockage étaient la voie à suivre pour l’intelligence artificielle.


    De son côté, Microsoft envisage également d’utiliser l’énergie nucléaire pour alimenter ses futurs projets d’intelligence artificielle. Le géant de la technologie a indiqué être en train de former une IA pour simplifier les procédures réglementaires nécessaires à la construction de centrales nucléaires. La société, inspirée par les convictions de son fondateur Bill Gates, qui soutient les sources d’énergie sans émission de carbone, voit plus de potentiel dans le nucléaire que dans d’autres sources d’énergie renouvelables.

    Sources : Dominion Energy; Evergy, Inc.; America's Power; Boston Consulting Group

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?

    Pensez-vous que l'adoption des sources d'énergie alternatives permettra de répondre aux besoins énergétiques de la technologie d'IA ?

    Voir aussi :

    Le PDG d'OpenAI, Sam Altman, a déclaré qu'une percée énergétique était nécessaire pour l'intelligence artificielle (IA) de demain, qui consommera beaucoup plus d'énergie que prévu

    Les besoins énergétiques futurs des outils d'intelligence artificielle pourraient dépasser la consommation d'énergie des petits pays, selon une étude d'Alex de Vries

    L'IA générative n'aura besoin que de deux centrales électriques pour maintenir ses applications en 2024, selon Sergey Edunov, cadre de Meta

    Microsoft pense que l'avenir de l'IA passe par l'énergie nucléaire, le géant de la technologie serait en train de former une IA pour l'aider à obtenir l'autorisation réglementaire

  11. #11
    Membre expert
    Profil pro
    programmeur du dimanche
    Inscrit en
    Novembre 2003
    Messages
    831
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations professionnelles :
    Activité : programmeur du dimanche
    Secteur : Santé

    Informations forums :
    Inscription : Novembre 2003
    Messages : 831
    Points : 3 529
    Points
    3 529
    Par défaut
    Bof, l'IA a bon dos.

    La réalité, c'est que le charbon ça reste extrêmement bon marché (si la centrale est sur le gisement) et disponible, qu'il reste quelques siècles de charbon à brûler et que malgré toutes les COP et Greta Thunberg, tant qu'il y a de l'argent à se faire et que c'est légal, ça arrange tout le monde* d'avoir de l'énergie abondante et bon marché. (La consommation de charbon et la construction de nouvelles centrales sont en accélération dans le monde, par ex. outre-Rhin , en Chine, en Inde)

    Même si nous les Européens on dit que le charbon c'est mal, on est les 1ers à délocaliser et importer les produits moins chers produits à base de charbon, sans contre partie.

    *Arrange tout le monde "pour l'instant". Quand à +2° la productivité agricole va chuter, on sera moins contents d'avoir gaspillé nos ressources pour des usages futiles.

  12. #12
    Membre averti
    Profil pro
    Inscrit en
    Février 2010
    Messages
    269
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Localisation : France

    Informations forums :
    Inscription : Février 2010
    Messages : 269
    Points : 370
    Points
    370
    Par défaut le charbon peut produire de l'urée donc de l'engrais
    Les centrales à charbon peuvent dégager du CO2 avec une membrane peuvent générer du CO et via le process Haber bosh , on peut produire de l'urée pour de l'engrais ou de l'Adblue
    https://www.discoverthegreentech.com...%C3%A9pendante.

  13. #13
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    711
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 711
    Points : 12 884
    Points
    12 884
    Par défaut Les experts estiment que la fusion nucléaire n'est pas une solution immédiate aux défis énergétiques de l'IA
    Le patron de ChatGPT prétend que la fusion nucléaire est la réponse aux besoins énergétiques croissants de l'IA. « Pas si vite », affirment les experts
    de nombreux défis restent à relever

    Sam Altman, PDG d'OpenAI, a déclaré qu'une percée dans la fusion nucléaire est nécessaire pour faire face aux besoins énergétiques croissants de l'IA et réduire son empreinte carbone. Toutefois, les experts affirment que la fusion nucléaire est hors de portée à l'heure actuelle. Pour beaucoup d'entre eux, la fusion nucléaire fait l’objet d’une compétition plus diplomatique qu’industrielle et la plupart des recherches restent théoriques. Ils estiment que la fusion nucléaire est déjà trop tardive pour faire face à la crise climatique et qu'à court terme, il faudra utiliser les technologies existantes à faible teneur en carbone, telles que la fission et les énergies renouvelables.

    Le PDG d'OpenAI affirme que la fusion nucléaire, largement considérée comme le Saint-Graal de l'énergie propre, fournira un jour les énormes quantités d'énergie nécessaires à l'IA de nouvelle génération. Lors d'une interview en janvier, il a déclaré : « il n'y a aucun moyen d'y parvenir sans une percée. Nous avons besoin de la fusion [nucléaire] tout en développant d'autres sources d'énergie renouvelable ». Dans un épisode de podcast au début de ce mois, lorsque l'informaticien Lex Fridman a demandé à Altman comment résoudre "le casse-tête énergétique que pose l'IA, ce dernier a de nouveau évoqué la fusion nucléaire.

    Mais les experts estiment que la fusion nucléaire ne peut pas être considérée comme une solution immédiate aux défis climatiques posés par l'IA. Selon Alex de Vries, scientifique des données et chercheur à la Vrije Universiteit Amsterdam, cela correspond à une tendance générale à prendre ses désirs pour des réalités lorsqu'il s'agit d'agir sur le climat. Il affirme : « il serait beaucoup plus raisonnable de se concentrer sur ce que nous avons à l'heure actuelle et sur ce que nous pouvons faire à l'heure actuelle, plutôt que d'espérer que quelque chose se produise ». Ses propos font référence à l'état actuel de la fusion nucléaire.


    La fusion nucléaire est le processus par lequel deux noyaux atomiques légers se combinent pour former un seul noyau plus lourd tout en libérant des quantités massives d'énergie. Les réactions de fusion ont lieu dans un état de la matière appelé plasma : un gaz chaud et chargé, composé d'ions positifs et d'électrons en mouvement, dont les propriétés uniques sont différentes de celles des solides, des liquides ou des gaz. Par exemple, le soleil est animé par cette réaction. La fusion nucléaire porte en elle "la promesse d’une énergie illimitée, décarbonée et sûre". L'attrait de la fusion nucléaire pour le secteur de l'IA est évident.

    Cependant, elle semble hors de portée à l'heure actuelle. « Recréer les conditions du centre du soleil sur Terre est un énorme défi et la technologie ne sera probablement pas prête avant la seconde moitié du siècle », a déclaré à CNN Aneeqa Khan, chargée de recherche sur la fusion nucléaire à l'université de Manchester au Royaume-Uni. Pour de nombreux experts, l'accent mis par Altman sur une future percée énergétique illustre l'incapacité plus générale de l'industrie de l'IA à répondre à la question de savoir comment elle va satisfaire les besoins énergétiques croissants de l'IA à court terme.

    « La fusion [nucléaire] est déjà trop tardive pour faire face à la crise climatique. À court terme, nous devons utiliser les technologies existantes à faible teneur en carbone, telles que la fission et les énergies renouvelables », a déclaré Khan. Selon les experts, le problème est de trouver suffisamment d'énergie renouvelable pour répondre aux besoins croissants de l'IA à court terme, au lieu de se tourner vers les combustibles fossiles qui réchauffent la planète. Et le défi est d'autant plus grand que la tendance mondiale à tout électrifier, des voitures aux systèmes de chauffage, accroît fortement la demande d'énergie propre.

    Altman a personnellement fourni 375 millions de dollars à la société privée américaine de fusion nucléaire Helion Energy, qui a depuis signé un accord pour fournir de l'énergie à Microsoft dans les années à venir. Microsoft est le principal bailleur de fonds d'OpenAI et lui fournit des ressources informatiques pour l'IA. Altman a déclaré qu'il souhaitait que le monde adopte également la fission nucléaire comme source d'énergie. En France, dans le département des Bouches-du-Rhône, le projet ITER (International Thermonuclear Experimental Reactor) est une initiative visant à démontrer que la fusion nucléaire est possible.

    Mais bien qu'il soit porté par 35 pays, ITER connaît des revers. Des milliers d'ingénieurs et de scientifiques ont contribué à la conception d'ITER depuis que l'idée d'une collaboration internationale sur l'énergie de fusion a été lancée en 1985. Les membres d'ITER (la Chine, l'Union européenne, l'Inde, le Japon, la Corée, la Russie et les États-Unis) se sont engagés dans une collaboration pour construire et exploiter l'installation expérimentale ITER. Un réacteur de démonstration pourra être conçu sur la base de ce retour d'expérience. ITER a été lancé en 2015 et l'on espère qu'il pourra produire son premier plasma en 2026.

    Un récent rapport de l'Agence internationale de l'énergie (AIE) indique que la consommation d'électricité des centres de données, des cryptomonnaies et de l'IA pourrait doubler au cours des deux prochaines années. Selon l'AIE, ce secteur représentait environ 2 % de la demande mondiale d'électricité en 2022. L'analyse prévoit que la demande liée à l'industrie de l'IA connaîtra une croissance exponentielle, en étant au moins multipliée par 10 entre 2023 et 2026. Outre l'énergie nécessaire à la fabrication des puces et autres matériels, l'IA requiert de grandes quantités de puissance de calcul pour "former" les modèles.


    À mesure que la technologie se développe, les entreprises s'empressent de l'intégrer dans les applications et les recherches en ligne, ce qui accroît les besoins en puissance de calcul, et donc les besoins énergie. Une recherche en ligne utilisant l'IA pourrait nécessiter au moins 10 fois plus d'énergie qu'une recherche standard. « Dans le secteur de l'IA, la dynamique est la suivante : plus c'est gros, mieux c'est. C'est le principal problème de l'IA, car plus c'est gros, mieux c'est, plus c'est fondamentalement incompatible avec la durabilité », a déclaré Alex. Pour cela, les modèles sont gigantesques et gourmands en énergie.

    Pour certains, les inquiétudes relatives aux besoins énergétiques de l'IA font oublier deux points importants : le premier est que l'IA elle-même peut contribuer à la lutte contre la crise climatique. « L'IA sera un outil puissant pour faire progresser les solutions de développement durable », a déclaré un porte-parole de Microsoft. La technologie est déjà utilisée pour prédire le temps, suivre la pollution, cartographier la déforestation, etc. Un récent rapport publié par Boston Consulting Group, à la demande de Google, affirme que l'IA pourrait contribuer à atténuer jusqu'à 10 % de la pollution liée au réchauffement de la planète.

    L'IA pourrait également jouer un rôle dans l'avancement de la fusion nucléaire. En février, des scientifiques de Princeton ont annoncé qu'ils avaient trouvé un moyen d'utiliser la technologie pour prévoir les instabilités potentielles dans les réactions de fusion nucléaire, un pas en avant sur le long chemin de la commercialisation. Mais les experts sont sceptiques. « L'efficacité de l'IA s'est considérablement améliorée, mais cela ne signifie pas nécessairement que la demande d'électricité de l'IA diminuera. L'histoire de la technologie et de l'automatisation suggère que cela pourrait bien être le contraire », a déclaré Alex de Vries.

    Il a cité l'exemple des cryptomonnaies : « les gains d'efficacité n'ont jamais réduit la consommation d'énergie du minage de cryptomonnaie. Lorsque nous rendons certains biens et services plus efficaces, nous constatons une augmentation de la demande ». Des pressions politiques s'exercent à l'échelle du monde pour que les conséquences climatiques de l'IA soient examinées de plus près. Mais en attendant, le développement d'une IA de plus en plus complexe et gourmande en énergie est considéré comme inévitable, les entreprises se livrant une compétition intense pour développer l'IA la plus avancée et la plus efficace.

    Cela se traduit généralement par des modèles d'IA dont la taille est de plus en plus grande et une consommation d'énergie de plus en plus élevée. Je dirais donc qu'à chaque fois que quelqu'un dit qu'il résout le problème du changement climatique, nous devons lui demander comment il s'y prend exactement aujourd'hui pour y parvenir. Est-ce que vous faites en sorte que chaque jour qui passe soit moins gourmand en énergie ? Ou est-ce que vous utilisez cela comme un écran de fumée ? », a déclaré Michael Khoo, directeur du programme sur la désinformation climatique du mouvement international des Amis de la Terre.

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Que pensez-vous des déclarations de Sam Altman sur la fusion nucléaire ?
    La fusion nucléaire peut-elle être une solution à court terme aux besoins énergétiques de l'IA ?
    Pourquoi recréer sur Terre les conditions nécessaires à une réaction de fusion semble-t-elle aussi difficile ?
    Comment l'industrie de l'IA pourrait-elle faire face à ses gigantesques besoins énergétiques dans un avenir proche ?

    Voir aussi

    Le PDG d'OpenAI, Sam Altman, a déclaré qu'une percée énergétique était nécessaire pour l'intelligence artificielle (IA) de demain qui consommera beaucoup plus d'énergie que prévu

    L'IA a besoin de tellement d'énergie que les vieilles centrales au charbon sont maintenues en service, alors que la demande en énergie des centres de données devrait tripler d'ici 2030

    Des ingénieurs utilisent l'IA pour obtenir de l'énergie de fusion : ils ont exploité la puissance de l'IA pour prédire et éviter la formation d'un problème de plasma spécifique en temps réel

  14. #14
    Expert confirmé

    Homme Profil pro
    .
    Inscrit en
    Octobre 2019
    Messages
    1 520
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 42
    Localisation : France, Aube (Champagne Ardenne)

    Informations professionnelles :
    Activité : .
    Secteur : Conseil

    Informations forums :
    Inscription : Octobre 2019
    Messages : 1 520
    Points : 5 893
    Points
    5 893
    Par défaut
    moi je dis que c'est la sphère de dyson qui solutionner nos problèmes énergétique.



    l'europe connait une grave crise énergétique, certains pays commence déja à interdire de recharger la voiture électrique
    suisse
    wallonie

    on a besoin de solution immédiate pas de solution hypothétique dans 50ans au mieux.
    l'énergie c'est la base si on veux créer de la richesse et pas continuer à enfoncer l'occident dans le tier monde.
    donc pragmatiquement, je préconise plus rationnellement ce que font l'inde et la chine, a court terme (5-10ans) des centrale au gaz et au charbon et a moyen terme (15-20ans) des centrales nucléaire.
    On abandonne l'ukraine au russe en échange de gaz pas cher, on refait un nord stream 3, on le protège des saboteurs ukrainiens et usa (faudrait pas que ça pète comme le 2), on revient aux voiture thermiques.

    avec tous ca on aura assez d'énergie pour relancer l'industrie et arriver enfin a produire quelques chose dans ce continent.

    autrement toute notre industrie va s'effondrer, c'est déjà le cas en Allemagne ou tous ce casse en chine et aux usa.
    USA qui s'en sort face à la chine et l'inde grâce au charbons et au gaz, pendant que eux ont un beau +3% de croissance nous on a un beau -1%, mais c'est sur avec plus aucune usine, nos émissions de c02 en Europe ont baissé


    edit: je ne soutiens pas Poutine et ça guerre, je regarde juste les intérêts des européens, et on peut pas dire que les sanctions nous ont réussie, les seuls a s'en être bien mis les couilles c'est les usa en nous vendant des armes et du gaz et la chine et l'inde qui profite du gaz et charbon pas cher de la Russie.
    On est les plus baisé dans cette histoire.
    Quand à la voiture électrique, même chose ça profite plus aux chinois qu'a nous...

    Il serait temps de prendre enfin des décisions qui fera profiter l'économie européenne, de penser d’abord à nos entreprises au lieu de leurs mettre des bâtons dans les roues tous le temps.
    Que ce soit au boulanger qui a vu sa facture électricité multiplié par 10 ou a Peugeot/Renaud qui ont investie des milliards pour faire des voitures diesel pour faire plaisir au gouvernement, une réussite de nos industriels et qui démontre le talent de nos ingéneiurs car je pense que la france et le champion du monde sur le diesel, et qui sont forcément incapable de résister aux voitures électrique chinoises.

    Quand aux centrales nucléaires, champion du monde aussi y'a 40ans, abandonné par les escrologiques pour les éoliennes, les politiques girouettes veulent y revenir c'est bien mais les ingénieurs talentueux sont tous partie en retraite maintenant... et personne n'a pris ces formations car une personne intelligente ne va pas faire carrière dans un domaine qu'on annonce vouloir abandonnée car pas écologique.
    Si j'avais 20ans et je devais faire des études, je vais par exemple faire faire des études pour concevoir des moteurs essence/diesel, car vu que c'est un secteur annoncé comme mort.... j'espere que en 2035 l'europe ne nous demandera pas de refaire des voitures thermique, ca serait con ca....

  15. #15
    Futur Membre du Club Avatar de MOUHADDIB
    Homme Profil pro
    Autre
    Inscrit en
    Juin 2019
    Messages
    5
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Paris (Île de France)

    Informations professionnelles :
    Activité : Autre

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2019
    Messages : 5
    Points : 8
    Points
    8
    Par défaut
    Et la matière noire elle sent le pâté, la matière noire ?

  16. #16
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    Décembre 2008
    Messages
    9 735
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 36
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : Décembre 2008
    Messages : 9 735
    Points : 18 756
    Points
    18 756
    Par défaut
    Citation Envoyé par calvaire Voir le message
    l'énergie c'est la base si on veux créer de la richesse et pas continuer à enfoncer l'occident dans le tier monde.
    Aux USA il y a de l'énergie pas cher, donc les industries peuvent déménager là-bas. Mais c'est vrai que les nations européenne sont dans une situation critique.

    C'est dommage que les gouvernements Français successifs ont un peu tué l'énergie nucléaire.
    Maintenant il faut la relancer et ça va prendre énormément de temps.
    Ils n'ont pas anticipé qu'en 2020 on allait avoir besoin d'énergie.
    Bon après la France est un peu moins dans la merde que l'Allemagne, car elle achetait moins d'énergie russe.
    Mais d'un autre côté il n'y a pas d'industrie en France.

    Citation Envoyé par calvaire Voir le message
    a court terme (5-10ans) des centrale au gaz et au charbon
    L'UE est contre le charbon.
    Et de toute façon ça pollue trop et c'est trop dangereux.
    Il y a des types qui disent “Le charbon, la plus sale des sources d’énergies fossiles, est bien plus dangereux pour la santé que ce qu’on pensait jusqu’à présent”, il y a une histoire de particules fines de soufre et d’épurateurs dans les cheminées.
    Il parait que dans le monde le consommation de charbon augmente.

    Citation Envoyé par calvaire Voir le message
    On abandonne l'ukraine au russe en échange de gaz pas cher
    La Russie ne veut récupérer que 2 ou 3 villes. Enfin, à la base elle ne demandait pas grand chose, mais il est très probable qu'au final elle récupèrera plus.
    Il fallait négocier dès le début.

    Citation Envoyé par calvaire Voir le message
    on refait un nord stream 3, on le protège des saboteurs ukrainiens et usa (faudrait pas que ça pète comme le 2), on revient aux voiture thermiques.
    Il est théoriquement possible de réparer les 2 nord stream.
    Et il y a d'autres gazoduc qui permettent d'acheminer du gaz Russe en Europe (Yamal-Europe, Brotherhood, Blue Stream, TurkStream).
    Il suffit de demander à la Russie de nous revendre du gaz et c'est repartie.

    On n'a pas arrêté les voitures thermiques, normalement en 2035 on ne pourra pas en acheter des neuves, mais il y aura toujours beaucoup de voitures thermiques qui circuleront.

    Citation Envoyé par calvaire Voir le message
    Les seuls a s'en être bien mis les couilles c'est les usa en nous vendant des armes et du gaz et la chine et l'inde qui profite du gaz et charbon pas cher de la Russie.
    La Russie s'en sort super bien également.
    Elle est devenue plus autonome et elle gagne plus d'argent en exportant moins d'énergie.

    Citation Envoyé par calvaire Voir le message
    On est les plus baisé dans cette histoire.
    C'est clair.
    Avant l'Allemagne était la locomotive de l'UE, maintenant c'est mort.

    Citation Envoyé par calvaire Voir le message
    Il serait temps de prendre enfin des décisions qui fera profiter l'économie européenne, de penser d’abord à nos entreprises au lieu de leurs mettre des bâtons dans les roues tous le temps.
    Malheureusement l'UE est soumise aux USA.
    Donc on n'est pas prêt de se remettre pote avec la Russie.

    Citation Envoyé par calvaire Voir le message
    je pense que la france et le champion du monde sur le diesel, et qui sont forcément incapable de résister aux voitures électrique chinoises.
    Pour l'instant le pétrole ne coute rien, le baril doit être à 85$.
    Mais ce ne sera pas toujours le cas. Donc il est peut-être intelligent de chercher à développer des alternatives, par contre ce ne sera clairement pas des voitures électriques avec des grosses batteries.

    Citation Envoyé par Mathis Lucas Voir le message
    La fusion nucléaire peut-elle être une solution à court terme aux besoins énergétiques de l'IA ?
    Non, parce qu'à court terme il ne peut pas y avoir de réacteur à fusion nucléaire qui produise de l'énergie.

    Citation Envoyé par Mathis Lucas Voir le message
    Comment l'industrie de l'IA pourrait-elle faire face à ses gigantesques besoins énergétiques dans un avenir proche ?
    Elle pourrait peut-être s'installer dans le désert en Algérie.
    Au Sahara il doit y avoir moyen de transformer de l'énergie avec des panneaux solaires.

  17. #17
    Membre du Club
    Homme Profil pro
    Architecte technique
    Inscrit en
    Novembre 2022
    Messages
    10
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 27
    Localisation : France, Calvados (Basse Normandie)

    Informations professionnelles :
    Activité : Architecte technique

    Informations forums :
    Inscription : Novembre 2022
    Messages : 10
    Points : 43
    Points
    43
    Par défaut
    Donc si je comprends bien ce qu’il dit, il faut interdire l’IA ?
    Ou du moins la limiter à des cas vitaux (résolutions du réchauffement climatique, recherche sur la fusion).

  18. #18
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    711
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 711
    Points : 12 884
    Points
    12 884
    Par défaut Un cadre d'ARM affirme que l'IA pourrait engloutir un quart de l'électricité aux États-Unis d'ici 2030
    L'IA pourrait engloutir un quart de l'électricité produite aux États-Unis d'ici 2030 si elle ne se défait pas de sa grande dépendance à l'égard de l'énergie
    affirme un cadre d'Arm Holdings

    La consommation énergétique croissante de l'IA suscite de plus en plus de préoccupations. Ami Badani, directrice du markéting chez le fabricant de puces Arm Holdings, a déclaré lors d'un récent événement que l'industrie doit rapidement trouver un moyen de réduire drastiquement les besoins énergétiques de l'IA. Elle invite à adapter cette technologie émergente à nos capacités actuelles en matière de production d'énergie pour l'empêcher de submerger nos réseaux électriques dans un avenir proche. Selon elle, l'IA pourrait engloutir un quart de l'électricité produite aux États-Unis d'ici 2030 si elle ne se défait pas de sa dépendance énergétique.

    D'après Badani, l'IA devra d'abord apprendre à vivre selon les moyens de la société avant de prétendre vouloir la transformer. Elle souligne qu'à l'heure actuelle, l'IA générative a une "demande insatiable" en électricité pour alimenter les dizaines de milliers de clusters de calcul nécessaires au fonctionnement de grands modèles de langage tels que le GPT-4 d'OpenAI. Selon Badani, si l'IA générative doit un jour pouvoir fonctionner sur tous les appareils mobiles, de l'ordinateur portable à la tablette en passant par le smartphone, elle devra être capable de s'adapter sans pour autant submerger le réseau électrique mondial.

    « Nous ne pourrons pas continuer à progresser dans le domaine de l'IA si nous ne nous attaquons pas au problème de l'électricité. ChatGPT nécessite quinze fois plus d'énergie qu'une recherche traditionnelle sur le Web », a déclaré Badani lors de la conférence Fortune Brainstorm AI, qui s'est tenue à Londres lundi. Non seulement de plus en plus d'entreprises utilisent l'IA générative, mais l'industrie est lancée dans une course au développement d'outils nouveaux et plus puissants, ce qui signifie que la demande de calcul ne fera qu'augmenter, et la consommation d'énergie avec elle, à moins que l'on ne fasse quelque chose.


    Lors de son intervention, Badani a donné des exemples concrets, notamment celui du générateur de vidéo Sora, pour illustrer la gloutonnerie de l'IA en matière d'énergie. Lancé par OpenAI en février dernier, Sora peut créer des clips vidéo super réalistes ou stylisés d'une durée maximale de 60 secondes en se basant uniquement sur les invites textuelles de l'utilisateur. Selon Badani, OpenAI utilise une puissance de calcul phénoménale pour l'entraînement de Sora. « Il faut 100 000 puces d'IA fonctionnant à pleine capacité de calcul et à pleine consommation d'énergie pour entraîner Sora. C'est énorme ! », a déclaré Badani.

    Selon l'experte en markéting, les centres de données, où sont formés la plupart des modèles d'IA, représentent actuellement 2 % de la consommation mondiale d'électricité. Mais l'IA générative étant appelée à se généraliser, Badani prévoit que la technologie pourrait finir par dévorer un quart de toute l'électricité aux États-Unis en 2030. La solution à ce problème consiste à développer des puces à semiconducteurs optimisées pour fonctionner avec un minimum d'énergie. À en croire les propos de sa directrice de markéting, Arm entend adopter la même approche utilisée dans la conception des puces pour les appareils mobiles.

    « Si vous pensez à l'IA, elle a un coût et ce coût est malheureusement la puissance », a déclaré Badani. Filiale de SoftBank, Arm est une société britannique spécialisée dans le développement de processeurs d'architecture 32 bits et d'architecture 64 bits de type RISC. Ses processeurs RISC équipent actuellement 99 % des smartphones, contrairement à l'architecture x86 développée par Intel. L'architecture x86 d'Intel s'est imposée comme la norme pour les ordinateurs de bureau, mais s'est avérée trop inefficace pour faire fonctionner des appareils portables alimentés par batterie, tels que les smartphones et les tablettes.

    Si le cadre d'Arm appelle à adapter les besoins énergétiques de l'IA à nos capacités actuelles en matière de production d'énergie, d'autres acteurs de l'industrie à l'instar du PDG d'OpenAI, Sam Altman, affirment qu'une percée énergétique est nécessaire pour soutenir le développement de la technologie. Altman pense notamment à la fusion nucléaire, un domaine dans lequel l'homme d'affaires a investi des millions de dollars. Lors d'une interview en janvier, il a déclaré : « il n'y a aucun moyen d'y parvenir sans une percée. Nous avons besoin de la fusion [nucléaire] tout en développant d'autres sources d'énergie renouvelable ».

    En d'autres termes, pour Altman, il n'est pas question de réduire la consommation d'énergie de l'IA, mais de développer de nouvelles d'énergie afin d'en apporter davantage à la technologie. En 2021, Altman a personnellement fourni 375 millions de dollars à la société privée américaine de fusion nucléaire Helion Energy, qui a depuis signé un accord pour fournir de l'énergie à Microsoft dans les années à venir. Microsoft est le principal bailleur de fonds d'OpenAI et lui fournit des ressources informatiques pour l'IA. En outre, Altman a déclaré qu'il souhaitait que le monde adopte également la fission nucléaire comme source d'énergie.

    Mais les experts estiment que la fusion nucléaire ne peut pas être considérée comme une solution immédiate aux défis climatiques posés par l'IA. Selon Alex de Vries, scientifique des données et chercheur à la Vrije Universiteit Amsterdam, cela correspond à une tendance générale à prendre ses désirs pour des réalités lorsqu'il s'agit d'agir sur le climat. Il affirme : « il serait beaucoup plus raisonnable de se concentrer sur ce que nous avons à l'heure actuelle et sur ce que nous pouvons faire à l'heure actuelle, plutôt que d'espérer que quelque chose se produise ». Ses propos font référence à l'état actuel de la fusion nucléaire.

    La fusion nucléaire est le processus par lequel deux noyaux atomiques légers se combinent pour former un seul noyau plus lourd tout en libérant des quantités massives d'énergie. Les réactions de fusion ont lieu dans un état de la matière appelé plasma : un gaz chaud et chargé, composé d'ions positifs et d'électrons en mouvement, dont les propriétés uniques sont différentes de celles des solides, des liquides ou des gaz. Par exemple, le soleil est animé par cette réaction. La fusion nucléaire porte en elle "la promesse d’une énergie illimitée, décarbonée et sûre". L'attrait de la fusion nucléaire pour le secteur de l'IA est évident.

    Cependant, à l'heure actuelle, la fusion nucléaire semble hors de portée. « Recréer les conditions du centre du soleil sur Terre est un énorme défi et la technologie ne sera probablement pas prête avant la seconde moitié du siècle », a déclaré à CNN Aneeqa Khan, chargée de recherche sur la fusion nucléaire à l'université de Manchester au Royaume-Uni. Pour de nombreux experts, l'accent mis par Altman sur une future percée énergétique illustre l'incapacité plus générale de l'industrie de l'IA à répondre à la question de savoir comment elle va satisfaire les besoins énergétiques croissants de l'IA à court terme.

    « La fusion [nucléaire] est déjà trop tardive pour faire face à la crise climatique. À court terme, nous devons utiliser les technologies existantes à faible teneur en carbone, telles que la fission et les énergies renouvelables », a déclaré Khan. Selon les experts, le problème est de trouver suffisamment d'énergie renouvelable pour répondre aux besoins croissants de l'IA à court terme, au lieu de se tourner vers les combustibles fossiles qui réchauffent la planète. Et le défi est d'autant plus grand que la tendance mondiale à tout électrifier, des voitures aux systèmes de chauffage, accroît fortement la demande d'énergie propre.

    Source : Ami Badani, directrice du markéting chez Arm Holdings

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Que pensez-vous des propos de la directrice du markéting chez Arm Holdings ?
    L'industrie est-elle en mesure de réduire la consommation énergétique de l'IA ?
    Le développement de puces d'IA de type RISC peut-il permettre de répondre à ce défi ?

    Voir aussi

    Le PDG d'OpenAI, Sam Altman, a déclaré qu'une percée énergétique était nécessaire pour l'intelligence artificielle (IA) de demain qui consommera beaucoup plus d'énergie que prévu

    Le patron de ChatGPT prétend que la fusion nucléaire est la réponse aux besoins énergétiques croissants de l'IA. « Pas si vite », affirment les experts, de nombreux défis restent à relever

    L'IA a besoin de tellement d'énergie que les vieilles centrales au charbon sont maintenues en service, alors que la demande en énergie des centres de données devrait tripler d'ici 2030

  19. #19
    Membre expérimenté
    Homme Profil pro
    Développeur Java
    Inscrit en
    Mai 2019
    Messages
    485
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : France, Moselle (Lorraine)

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur Java

    Informations forums :
    Inscription : Mai 2019
    Messages : 485
    Points : 1 380
    Points
    1 380
    Par défaut
    Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
    Aux USA il y a de l'énergie pas cher, donc les industries peuvent déménager là-bas. Mais c'est vrai que les nations européenne sont dans une situation critique.

    C'est dommage que les gouvernements Français successifs ont un peu tué l'énergie nucléaire.
    Maintenant il faut la relancer et ça va prendre énormément de temps.
    Ils n'ont pas anticipé qu'en 2020 on allait avoir besoin d'énergie.
    Bon après la France est un peu moins dans la merde que l'Allemagne, car elle achetait moins d'énergie russe.
    Mais d'un autre côté il n'y a pas d'industrie en France.


    L'UE est contre le charbon.
    Et de toute façon ça pollue trop et c'est trop dangereux.
    Il y a des types qui disent “Le charbon, la plus sale des sources d’énergies fossiles, est bien plus dangereux pour la santé que ce qu’on pensait jusqu’à présent”, il y a une histoire de particules fines de soufre et d’épurateurs dans les cheminées.
    Il parait que dans le monde le consommation de charbon augmente.


    La Russie ne veut récupérer que 2 ou 3 villes. Enfin, à la base elle ne demandait pas grand chose, mais il est très probable qu'au final elle récupèrera plus.
    Il fallait négocier dès le début.


    Il est théoriquement possible de réparer les 2 nord stream.
    Et il y a d'autres gazoduc qui permettent d'acheminer du gaz Russe en Europe (Yamal-Europe, Brotherhood, Blue Stream, TurkStream).
    Il suffit de demander à la Russie de nous revendre du gaz et c'est repartie.

    On n'a pas arrêté les voitures thermiques, normalement en 2035 on ne pourra pas en acheter des neuves, mais il y aura toujours beaucoup de voitures thermiques qui circuleront.


    La Russie s'en sort super bien également.
    Elle est devenue plus autonome et elle gagne plus d'argent en exportant moins d'énergie.


    C'est clair.
    Avant l'Allemagne était la locomotive de l'UE, maintenant c'est mort.


    Malheureusement l'UE est soumise aux USA.
    Donc on n'est pas prêt de se remettre pote avec la Russie.


    Pour l'instant le pétrole ne coute rien, le baril doit être à 85$.
    Mais ce ne sera pas toujours le cas. Donc il est peut-être intelligent de chercher à développer des alternatives, par contre ce ne sera clairement pas des voitures électriques avec des grosses batteries.
    C'est pas la rareté du pétrole qui nous le fera abandonner en premier, ni le cout, c'est qu'on sera morts desséchés et asphyxiés avant de vider les réserves ...

  20. #20
    Membre extrêmement actif
    Avatar de Ryu2000
    Homme Profil pro
    Étudiant
    Inscrit en
    Décembre 2008
    Messages
    9 735
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 36
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Étudiant

    Informations forums :
    Inscription : Décembre 2008
    Messages : 9 735
    Points : 18 756
    Points
    18 756
    Par défaut
    Citation Envoyé par Mathis Lucas Voir le message
    « La fusion [nucléaire] est déjà trop tardive pour faire face à la crise climatique. À court terme, nous devons utiliser les technologies existantes à faible teneur en carbone, telles que la fission et les énergies renouvelables », a déclaré Khan. Selon les experts, le problème est de trouver suffisamment d'énergie renouvelable pour répondre aux besoins croissants de l'IA à court terme, au lieu de se tourner vers les combustibles fossiles qui réchauffent la planète. Et le défi est d'autant plus grand que la tendance mondiale à tout électrifier, des voitures aux systèmes de chauffage, accroît fortement la demande d'énergie propre.
    Le problème c'est que construire un réacteur nucléaire prend énormément de temps. Il aurait fallu anticiper que la demande en électricité allait augmenter, si des projets de construction de centrales nucléaires avaient commencé en 2000, aujourd'hui il y aurait de nouvelles centrales nucléaire.

    À moins que les choses changent avec les mini-centrales. Bill Gates a créé la société TerraPower et peut-être que cette entreprise peut livrer des centrales plus rapidement.

    Citation Envoyé par L33tige Voir le message
    c'est qu'on sera morts desséchés et asphyxiés
    On verra…

Discussions similaires

  1. Quel est le futur des outils avec VBA?
    Par Geo7850 dans le forum Microsoft Office
    Réponses: 22
    Dernier message: 06/02/2021, 14h56
  2. Quel est le futur lointain de l'intelligence artificielle et les robots ?
    Par fanmanga dans le forum Humour Informatique
    Réponses: 75
    Dernier message: 12/12/2017, 11h52
  3. MareNostrum 4 comparera les technologies du futur des superordinateurs
    Par dourouc05 dans le forum Programmation parallèle, calcul scientifique et de haute performance (HPC)
    Réponses: 0
    Dernier message: 02/07/2017, 19h13
  4. Tous les PC Lenovo seraient des outils espions sophistiqués
    Par Cedric Chevalier dans le forum Actualités
    Réponses: 22
    Dernier message: 15/08/2013, 00h10
  5. Réponses: 3
    Dernier message: 01/07/2009, 23h33

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo