IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

Intelligence artificielle Discussion :

Un dirigeant de Google affirme que l'IA n'est pas responsable de l'augmentation des émissions de CO2


Sujet :

Intelligence artificielle

  1. #41
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 707
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 707
    Points : 202 639
    Points
    202 639
    Par défaut L’alliance controversée : l’industrie technologique s’approprie l’énergie nucléaire pour alimenter l’IA
    L’alliance controversée : comment l’industrie technologique s’approprie l’énergie nucléaire pour alimenter l’IA,
    entre solutions pragmatiques et risques environnementaux

    L’intelligence artificielle (IA) est en plein essor, et les entreprises technologiques ont besoin d’une quantité croissante d’électricité pour alimenter leurs centres de données. Face à cette demande croissante, elles se tournent vers une source d’énergie controversée : l’énergie nucléaire. Cependant, cette alliance soulève des questions complexes sur la durabilité, la sécurité et l’impact environnemental.

    En effet, l’énergie nucléaire est une source d’électricité puissante et continue, mais elle n’est pas sans risques. Les centrales nucléaires génèrent des déchets radioactifs et peuvent être vulnérables aux accidents. En s’appropriant cette énergie, les entreprises technologiques pourraient potentiellement résoudre leurs problèmes d’approvisionnement, mais à quel prix ?


    Les entreprises technologiques qui recherchent des sources d'approvisionnement en électricité dans le pays se sont concentrées sur une cible clé : les centrales nucléaires américaines.

    Les propriétaires d'environ un tiers des centrales nucléaires américaines sont en pourparlers avec des entreprises technologiques pour fournir de l'électricité aux nouveaux centres de données nécessaires pour répondre à la demande d'un boom de l'intelligence artificielle.

    Parmi ces entreprises, Amazon Web Services est sur le point de conclure un accord avec Constellation Energy, le plus grand propriétaire de centrales nucléaires aux États-Unis, en vue d'obtenir de l'électricité provenant directement d'une centrale nucléaire située sur la côte est, selon des personnes au fait du dossier. En mars, la filiale d'Amazon.com a acheté un centre de données alimenté par l'énergie nucléaire en Pennsylvanie pour 650 millions de dollars.

    Ces discussions risquent de priver le réseau d'une source d'énergie stable, alors que les problèmes de fiabilité se multiplient dans une grande partie des États-Unis et que de nouveaux types d'utilisateurs d'électricité - notamment l'intelligence artificielle, l'industrie manufacturière et les transports - augmentent considérablement la demande d'électricité dans certaines régions du pays.

    Les centres de données alimentés par l'énergie nucléaire permettraient d'associer le cheval de bataille le plus fiable du réseau à un client fortuné qui souhaite une énergie sans carbone 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, ce qui accélérerait probablement l'ajout des centres de données nécessaires à la course mondiale à l'IA.

    Mais au lieu d'ajouter de nouvelles énergies vertes pour répondre à leurs besoins croissants en électricité, les entreprises technologiques détourneraient en fait les ressources électriques existantes. Cela pourrait entraîner une hausse des prix pour les autres clients et retarder les objectifs de réduction des émissions.

    Nom : tech.png
Affichages : 5030
Taille : 300,7 Ko

    Une tendance qui pourrait entraîner une hausse des prix pour les autres consommateurs et freiner les objectifs de réduction des émissions

    Même si les entreprises technologiques compensaient les accords sur l'énergie nucléaire en finançant l'ajout d'énergies renouvelables, les experts estiment qu'il en résulterait probablement une plus grande dépendance au gaz naturel pour remplacer l'énergie nucléaire détournée. Les centrales au gaz naturel produisent des émissions de carbone mais, contrairement aux énergies renouvelables, elles peuvent fournir de l'électricité 24 heures sur 24 et sont moins chères et plus pratiques à construire que les nouvelles centrales nucléaires.

    Le mariage entre le nucléaire et la technologie alimente les tensions sur le développement économique, la fiabilité du réseau, le coût et les objectifs climatiques dans des États tels que le Connecticut, le Maryland, le New Jersey et la Pennsylvanie.

    L'accord conclu par Amazon en Pennsylvanie a sonné l'alarme pour Patrick Cicero, le défenseur des consommateurs de l'État. Cicero s'est dit préoccupé par les coûts et la fiabilité si « les gros consommateurs d'énergie ont en quelque sorte la priorité ». Il n'est pas certain que l'État dispose actuellement de l'autorité réglementaire nécessaire pour intervenir dans de tels accords. « Jamais auparavant personne n'avait pu dire à une centrale nucléaire : "Nous prendrons toute l'énergie que vous pouvez nous donner" », a déclaré Cicero.

    « Pour compléter nos projets éoliens et solaires, qui dépendent des conditions météorologiques pour produire de l'énergie, nous explorons également de nouvelles innovations et technologies, et investissons dans d'autres sources d'énergie propre et sans carbone », a déclaré une porte-parole d'Amazon.


    Un nouvel arrangement

    Le centre de données qu'Amazon a acheté en Pennsylvanie peut recevoir jusqu'à 960 mégawatts d'électricité, ce qui est suffisant pour alimenter des centaines de milliers de foyers. Cette acquisition a accéléré l'intérêt pour les contrats dits « derrière le compteur », dans lesquels un gros client reçoit de l'électricité directement d'une centrale.

    Ces accords relativement récents signifient que les centres de données peuvent être construits des années plus rapidement, car ils ne nécessitent que peu ou pas de nouvelles infrastructures de réseau. Les centres de données pourraient également éviter les frais de transmission et de distribution qui représentent une part importante des factures d'électricité.

    Le nouvel intérêt pour l'énergie nucléaire s'inscrit dans le cadre d'un revirement de fortune pour les entreprises qui possèdent des centrales électriques sur les marchés concurrentiels de l'électricité. Cette activité a été difficile pendant deux décennies à la suite d'une surconstruction dans les années 1990. Les centrales nucléaires ont eu du mal à faire face à la concurrence de l'éolien, du solaire et du gaz naturel, ce qui a entraîné une vague de fermetures.

    Mais les entreprises technologiques prêtes à payer un supplément pour une énergie presque ininterrompue et sans carbone pourraient honorer leurs engagements en matière de changement climatique tout en alimentant l'IA.

    Les actions de Vistra, le plus grand producteur d'électricité concurrentiel des États-Unis, ont plus que doublé cette année. L'entreprise a entamé des pourparlers en vue de conclure des accords derrière le compteur dans des centrales nucléaires et des centrales à gaz. « Dans ce cas, le client s'est adressé à nous et à de nombreux acteurs du secteur en disant : "J'ai besoin de toute l'énergie que vous pouvez mettre à ma disposition" », a déclaré Jim Burke, directeur général de Vistra.

    Constellation Energy, qui possède 14 centrales nucléaires américaines et produit plus d'un cinquième de l'énergie nucléaire du pays, a vu ses actions augmenter de plus de 70 % cette année. Joseph Dominguez, président-directeur général de Constellation, a déclaré qu'il y a encore beaucoup d'endroits, y compris une bande allant de la Pennsylvanie à l'Illinois, où l'offre d'électricité est excédentaire. Cela laisse de la place pour les centres de données.

    Les contrats avec les centres de données disposés à payer un supplément couvriraient le coût du renouvellement des licences, a-t-il dit, prolongeant la durée de vie des centrales de 20 ans et soutenant les investissements susceptibles d'augmenter la production d'énergie nucléaire. « Si nous ne disposons pas de ces éléments, nous perdrons à nouveau les centrales nucléaires », a déclaré Dominguez. « Nous reviendrons à la situation antérieure ».

    Beaucoup de discussions et de controverses

    Il est trop tôt pour connaître la quantité d'énergie dont les centres de données auront besoin. Selon l'Electric Power Research Institute, les estimations vont d'environ 4 % de l'énergie consommée l'année dernière aux États-Unis à 4,6 % à 9 % d'ici 2030.

    Dans le Connecticut, Norm Needleman, sénateur de l'État, n'avait jamais envisagé de retirer l'énergie existante du réseau lorsqu'il a soutenu les incitations économiques en faveur des centres de données il y a quelques années. C'est alors qu'un développeur a proposé de connecter un centre de données à la centrale nucléaire de Millstone.

    « Si nous perdons une ressource sans carbone, par quoi allons-nous la remplacer ? » a demandé Norm Needleman, dont le projet de loi visant à exiger une étude de ces projets n'a pas été adopté cette année.

    Daniel O'Keefe, commissaire du ministère du développement économique et communautaire du Connecticut, a déclaré que la proposition pourrait fonctionner si elle était mise en œuvre de manière réfléchie. Les États voisins ajoutent des centres de données, les améliorations nécessaires au réseau étant partagées par tous les clients de la Nouvelle-Angleterre, de sorte que le Connecticut devrait bénéficier de certains avantages économiques, a-t-il déclaré. « Nos électeurs paient pour ces centres de données, qu'ils se trouvent ou non dans le Connecticut », a déclaré O'Keefe.

    Dans le New Jersey, le PDG de Public Service Enterprise Group, Ralph LaRossa, a déclaré que l'entreprise était en pourparlers avec des centres de données, notamment pour la vente directe d'électricité, ce qui pourrait soutenir les efforts de développement économique du New Jersey en vue de créer un pôle d'IA. Environ 40 % de l'électricité de l'État provient de l'énergie nucléaire, notamment des centrales appartenant à PSEG.

    Les clients du New Jersey ont dépensé environ 300 millions de dollars par an au cours des six dernières années pour aider à maintenir ces centrales en activité, et des centaines de millions auparavant, a déclaré Brian Lipman, directeur de la Division of Rate Counsel du New Jersey. « Qu'est-il advenu de cet investissement ? » a demandé Lipman.

    Le New Jersey s'est également fixé pour objectif de produire 100 % d'énergie propre d'ici à 2035, ce qui, selon Lipman, serait impossible sans l'énergie nucléaire.


    Les émissions de carbone de Google ont augmenté de près de 50 % au cours des cinq dernières années

    Ces dernières années, Google s'est engagé à atteindre l'objectif de zéro émission nette pour l'ensemble de ses « opérations et de sa chaîne de valeur » d'ici 2030. Toutefois, selon le rapport environnemental 2024 de Google, les émissions de carbone ont en fait augmenté de 48 % depuis 2019 - et de 13 % par rapport à l'année dernière.

    Google invoque la demande accrue de centres de données et les « émissions de la chaîne d'approvisionnement » comme l'une des principales raisons de l'augmentation des émissions de carbone malgré les engagements environnementaux antérieurs. La consommation électrique des centres de données a en effet augmenté de 17 % rien qu'en 2023 et représente désormais 25 % du total. La chaîne d'approvisionnement représente 75 % des émissions totales de l'entreprise.

    Toutefois, Google a déclaré qu'elle « travaillait dur » pour réduire les émissions de carbone et qu'elle mettait en avant l'amélioration de l'infrastructure et l'efficacité des unités de traitement Tensor (TPU) de six générations, qui offrent une efficacité énergétique de 67 %, comme un futur domaine de réduction de la consommation d'énergie.

    Cela pourrait réduire de 100 fois l'énergie nécessaire à l'entraînement des modèles d'IA et, par conséquent, les émissions associées « jusqu'à 1 000 fois ». Les dernières méthodes seraient déjà utilisées, ce qui pourrait contribuer à soulager l'infrastructure de Google et les centres de données associés.

    Conclusion

    L’alliance entre l’industrie technologique et l’énergie nucléaire est complexe. Les décisions prises aujourd’hui auront un impact sur l’avenir de l’IA et de notre approvisionnement énergétique. Il est essentiel d’équilibrer les besoins technologiques avec la préservation de notre planète.

    Source : WSJ

    Et vous ?

    L’énergie nucléaire : Solution ou problème ? Partagez vos opinions sur l’utilisation de l’énergie nucléaire pour alimenter les centres de données. Est-ce une solution viable pour répondre à la demande croissante d’électricité, ou cela pose-t-il des risques environnementaux et de sécurité ?
    Impact sur les prix de l’électricité : Qui paie le prix fort ? Si les entreprises technologiques s’approprient l’énergie nucléaire, comment cela pourrait-il affecter les prix de l’électricité pour les ménages et les petites entreprises ?
    Alternatives vertes : Pourquoi ne pas investir dans les énergies renouvelables ? Pourquoi ne pas privilégier les sources d’énergie renouvelables telles que l’énergie solaire, éolienne ou hydraulique pour alimenter les centres de données ?
    Transparence et responsabilité : Qui contrôle l’accès à l’énergie nucléaire ? Qui décide quelles entreprises ont accès à l’énergie nucléaire ? Comment garantir que cela se fait de manière équitable et sécurisée ?
    L’IA et l’énergie : Un mariage inévitable ? Explorez la relation entre l’intelligence artificielle et l’énergie. Les progrès de l’IA nécessitent-ils inévitablement plus d’électricité, ou existe-t-il des moyens d’optimiser son utilisation énergétique ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #42
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 707
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 707
    Points : 202 639
    Points
    202 639
    Par défaut IA et énergie : la consommation d'électricité de Microsoft et de Google dépasse celle de plus de 100 pays
    IA et énergie : la consommation d'électricité de Microsoft et de Google dépasse celle de plus de 100 pays,
    tandis que ces entreprises sont à la recherche de solutions énergétiques alternatives

    En 2023, Google et Microsoft ont consommé chacun 24 TWh d'électricité, ce qui dépasse la consommation de plus de 100 pays, dont l'Islande, le Ghana et la Tunisie, selon une analyse de Michael Thomas. Si l'utilisation massive d'énergie se traduit par un impact environnemental considérable pour ces géants de la technologie, il convient de noter que Google et Microsoft génèrent également plus d'argent que de nombreux pays. En outre, des entreprises comme Intel, Google et Microsoft sont en tête de l'adoption des énergies renouvelables dans l'industrie.

    L’intelligence artificielle (IA) est en plein essor, et son impact se fait sentir dans tous les secteurs, de la médecine à l’éducation en passant par la musique et l’informatique. Cependant, l’IA a un coût énergétique considérable. Chaque requête générée par l’IA nécessite une quantité ridicule d’électricité pour alimenter ses avancées.

    De plus, elle requiert une grande quantité d’eau pour le refroidissement.

    L'IA ne boit pas d'eau, mais les centres de données, où sont formés les systèmes d'intelligence artificielle, en utilisent beaucoup pour refroidir leurs serveurs. Il ne s'agit là que d'une partie du puzzle en ce qui concerne la consommation d'eau numérique. Les systèmes d'intelligence artificielle tels que ChatGPT et Bard consomment bien plus d'eau et d'énergie qu'une recherche Internet classique. Selon une étude publiée par l'université de Californie à Riverside, une conversation avec ChatGPT consomme environ 50 cl d'eau, soit l'équivalent d'une petite bouteille en plastique. Avec près de 1,5 milliard d'utilisateurs par mois, l'addition est vite faite.

    L'année dernière, les centres de données de Google et de Microsoft ont consommé plus d'électricité que de nombreux pays

    La dégradation de l'environnement fait partie des inconvénients des progrès réalisés dans le domaine de l'IA. Toutefois, Google et Microsoft misent beaucoup sur les énergies renouvelables et se sont fait les champions de cette campagne tout en recherchant des sources d'énergie alternatives. Les besoins en énergie de Microsoft et de Google peuvent aisément satisfaire la consommation d'électricité de l'Azerbaïdjan. Pour rappel, l'Azerbaïdjan compte 10,14 millions d'habitants et son PIB est estimé à 78,7 milliards de dollars.

    La consommation d'électricité de ces entreprises est également supérieure à celle de pays comme l'Islande, le Ghana, la République dominicaine et la Tunisie ont consommé chacun 19 TWh, tandis que la Jordanie a consommé 20 TWh. Bien entendu, certains pays consomment plus d'énergie que Google et Microsoft. Par exemple, la Slovaquie, un pays de 5,4 millions d'habitants, consomme 26 TWh.


    Les data centers au cœur du problème

    Il convient de noter que l'IA est en train de devenir une entreprise lucrative. Microsoft est récemment devenue l'entreprise avec la plus grosse capitalisation boursière au monde, avec une valeur de marché de plus de 3 000 milliards de dollars. Les analystes du marché attribuent son succès à l'adoption et à l'investissement précoces dans l'IA. Le PDG de Microsoft, Satya Nadella, s'est fait l'écho de ces sentiments lors de la conférence téléphonique sur les résultats de l'entreprise. Il a attribué l'augmentation du chiffre d'affaires, du résultat d'exploitation et du résultat net à la « nouvelle ère de transformation de l'IA ».

    Microsoft et Google disposent de centres de données pour assurer le fonctionnement de leurs services cloud, notamment le stockage et le cloud computing. Ces centres de données consomment beaucoup d'énergie et d'eau pour le refroidissement. La consommation d'énergie a probablement augmenté depuis que les deux entreprises ont sauté à pieds joints dans le train de l'IA.

    L'adoption d'énergie renouvelables

    Si l'importante consommation d'électricité de Google et de Microsoft souligne la nécessité de débattre du développement durable et de l'adoption des énergies renouvelables dans l'industrie technologique, ces entreprises sont à la pointe de l'adoption des sources d'énergie renouvelables dans l'industrie.

    En fait, Google est depuis longtemps un pionnier dans l'utilisation des énergies renouvelables. L'entreprise assure être neutre en carbone depuis 2007 et a pour objectif de fonctionner 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 avec de l'énergie sans carbone dans tous ses centres de données d'ici à 2030. En 2023, Google a annoncé la poursuite de ses investissements dans des projets d'énergie renouvelable, élargissant son portefeuille à diverses sources d'énergie éolienne, solaire et autres.

    Quant à Microsoft, elle s'est engagée à devenir neutre en carbone d'ici à 2030, ce qui signifie qu'elle vise à éliminer plus de carbone de l'environnement qu'elle n'en émet. L'entreprise vise également une production de déchets nulle et une utilisation positive de l'eau d'ici la même année. En 2023, Microsoft a porté son portefeuille d'actifs d'énergie renouvelable sous contrat à plus de 19,8 gigawatts, couvrant des projets dans 21 pays. L'entreprise s'efforce également de réduire ses émissions opérationnelles directes et de s'attaquer à ses émissions indirectes, en particulier celles liées à la construction de nouveaux centres de données et de composants matériels.

    Nom : solaire.png
Affichages : 4888
Taille : 582,9 Ko

    D'autres problèmes d'alimentation se posent

    Elon Musk a affirmé que nous sommes sur le point de réaliser la plus grande avancée technologique avec l'IA, mais qu'il n'y aura pas assez d'énergie d'ici 2025. Les sentiments du milliardaire sont cohérents avec le rapport ci-dessus, en particulier avec la croissance exponentielle de l'IA.

    Sam Altman a exploré une source d'énergie alternative potentielle pour les efforts d'OpenAI en matière d'IA, la fusion nucléaire figurant en tête de sa liste. Microsoft est également à la recherche d'une source d'énergie alternative pour ses efforts en matière d'IA et a conclu un partenariat avec Helion. Helion devrait commencer à produire de l'énergie nucléaire par fusion nucléaire d'ici 2028 et forme actuellement des LLM pour accélérer le processus réglementaire.

    Si la fusion nucléaire semble être la solution idéale pour répondre aux besoins en énergie de l'IA en raison de son impact sur l'environnement, les scientifiques et les chercheurs estiment qu'il est « trop tard pour faire face à la crise climatique » et considèrent la fission et les énergies renouvelables comme de meilleures options.


    Le boom de l'IA a entraîné une énorme demande d'énergie

    Les modèles d'IA générative comme ChatGPT s'améliorent grâce à la puissance de calcul brute des centres de données, qui traitent d'énormes ensembles de données pour trouver des modèles et améliorer les réponses. Mais la puissance de calcul est coûteuse et, pendant des années, elle n'a pas été un investissement rentable pour de nombreux opérateurs de centres de données. Lorsque IREN, un centre de données et une société de minage de bitcoins, a cherché à utiliser ses espaces pour l'apprentissage automatique il y a quatre ans, « il n'y avait tout simplement pas assez de volume d'un point de vue commercial pour que cela ait un sens », déclare Kent Draper, directeur commercial d'IREN.

    Mais le succès gargantuesque de ChatGPT à partir de la fin 2022 a changé la donne, et d'autres entreprises d'IA se sont empressées d'entraîner et d'exécuter leurs propres modèles dans l'espoir de surpasser le modèle phare d'OpenAI. Cela nécessite une quantité d'énergie considérable : une requête ChatGPT, par exemple, consomme 10 fois plus d'énergie qu'une requête Google standard.

    Les entreprises d'IA sont donc à la recherche d'un accès direct à des sources d'énergie bon marché, de vastes terrains pour abriter des entrepôts remplis de milliers d'ordinateurs et de ressources telles que de l'eau ou des ventilateurs géants pour refroidir leurs machines. Leur activité vorace fait qu'il devient de plus en plus compétitif de trouver des sites qui répondent à ces critères, en particulier en Amérique du Nord. Certaines juridictions ont mis en place de longues listes d'attente pour que les grands centres de données puissent se connecter au réseau. Et une fois que les entreprises ont obtenu l'autorisation initiale, la construction d'un centre de données à partir de zéro peut prendre des années, coûter des millions de dollars et nécessiter un long parcours à travers la réglementation et la bureaucratie.

    « Si vous revenez cinq ou dix ans en arrière, 80 % des charges des centres de données se trouvaient sur six ou sept marchés principaux », explique Nazar Khan, directeur de l'exploitation et directeur technique de la société d'exploitation minière de bitcoins Terawulf. « Ces marchés sont saturés et certains d'entre eux ont déjà décrété un moratoire sur la construction de nouveaux centres de données. Ces centres de données sont donc à la recherche de nouveaux lieux d'hébergement ».

    Nom : 10.png
Affichages : 727
Taille : 41,5 Ko

    L'implication des sociétés de minage de bitcoins

    Alors que les entreprises spécialisées dans l'IA travaillent d'arrache-pied pour améliorer l'intelligence et l'utilité de leurs produits, leur demande d'énergie abondante et bon marché est montée en flèche. Cette ruée vers l'or a été extrêmement profitable pour un bénéficiaire improbable : les mineurs de bitcoins.

    Ces derniers mois, les principales sociétés de minage de bitcoins ont commencé à remplacer certains de leurs équipements de minage par des plates-formes utilisées pour faire fonctionner et former des systèmes d'IA. Ces entreprises estiment que la formation à l'IA pourrait constituer une source de revenus plus sûre et plus régulière que l'industrie volatile des cryptomonnaies. Jusqu'à présent, ces changements ont été bien accueillis par les investisseurs, de sorte que la capitalisation boursière de 14 grandes sociétés de minage de bitcoins a augmenté de 22 %, soit 4 milliards de dollars, depuis le début du mois de juin, comme l'a indiqué J.P. Morgan le 24 juin.

    Cette transition reflète plusieurs tendances actuelles : l'engouement pour l'IA, la diminution de l'accès à l'électricité et la fragilité du paysage minier du bitcoin suite à la division par deux de la valeur de cette cryptomonnaie.

    Vers un avenir plus durable

    La croissance de l’IA ne montre aucun signe de ralentissement, et la demande en électricité continuera d’augmenter. Il est essentiel que les entreprises technologiques continuent d’explorer des solutions durables pour répondre à ces besoins croissants. L’IA est un domaine lucratif, mais il doit également être géré de manière responsable pour préserver notre planète.

    Sources : Michael Thomas, Google, Microsoft

    Et vous ?

    Quelle est votre opinion sur l’impact environnemental de la croissance de l’intelligence artificielle ?
    Pensez-vous que les entreprises technologiques devraient être plus transparentes sur leur consommation d’énergie ?
    Comment pourrions-nous encourager les entreprises à adopter des pratiques plus durables en matière d’énergie ?
    Croyez-vous que l’IA puisse contribuer à résoudre les problèmes liés au changement climatique ?
    Quelles alternatives énergétiques devraient être explorées pour alimenter les data centers ?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  3. #43
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Rédacteur technique
    Inscrit en
    Juin 2023
    Messages
    715
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Bénin

    Informations professionnelles :
    Activité : Rédacteur technique
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : Juin 2023
    Messages : 715
    Points : 12 941
    Points
    12 941
    Par défaut Un dirigeant de Google affirme que l'IA n'est pas responsable de l'augmentation des émissions de CO2
    Un dirigeant de Google affirme que l'IA n'est pas responsable de l'augmentation des émissions des centres de données
    notant que la charge de travail des LLM n'est pas aussi importante que vous le pensez

    Jeff Dean, directeur scientifique de Google, affirme que l'IA est injustement tenue pour responsable de l'augmentation des émissions de Google, ces dernières ayant grimpé de 13 % en 2023 et de 48 % par rapport à l'année de référence 2019. Il a laissé entendre que les rapports sur les émissions liées à l'IA sont alarmistes. Mais l'augmentation des émissions coïncide avec l'intensification des efforts de Google en matière d'IA, laissant planer un doute sur son objectif "net zéro d'ici 2030". Selon Goldman Sachs, l'IA fera augmenter la demande d'énergie pour les centres de données et les émissions de CO2 pourraient plus que doubler par rapport aux niveaux de 2022.

    Un cadre de Google tente de minimiser la consommation d'énergie de l'IA et son impact sur le climat

    Google a semé le trouble dans le débat sur le changement climatique ce mois-ci en révélant que les émissions de ses centres de données avaient augmenté significativement au cours de ces cinq dernières années. Le rapport environnemental annuel de Google révèle que ses émissions de CO2 pour 2023 ont augmenté de 13 % par rapport à l'année précédente et de 48 % par rapport à l'année de référence 2019. Le rapport attribue cela à l'augmentation de la consommation d'énergie des centres de données et des émissions de la chaîne d'approvisionnement, ce qui a poussé les analystes à mettre en cause "la transition vers l'IA".

    L'appétit énergétique de l'IA met à rude épreuve les réseaux énergétiques dans le monde entier, Google étant l'une des sociétés Internet qui a continué à intensifier ses efforts en matière d'IA au cours des deux dernières années. Cependant, Jeff Dean, directeur scientifique de Google Research et de Google DeepMind, ne partage pas cet avis. Dans une interview accordée à Fortune lors de la conférence annuelle Fortune Brainstorm Tech qui s'est tenue cette semaine, Dean a déclaré que l'IA n'était pas aussi responsable de l'augmentation des émissions de carbone des centres de données que certains experts tentent de le faire croire.


    « On a beaucoup insisté sur l'augmentation de la consommation d'énergie de l'IA, et à partir d'une base très restreinte, cette consommation augmente incontestablement. Je pense que les gens font souvent l'amalgame avec l'utilisation globale des centres de données - dont l'IA ne représente qu'une très petite partie à l'heure actuelle, mais qui croît rapidement - et attribuent ensuite le taux de croissance de l'informatique basée sur l'IA à l'utilisation globale des centres de données », a souligné Dean. En d'autres termes, Dean dit que l'IA ne représente qu'une petite part de la charge de travail des centres de données de la société.

    Dean a déclaré qu'il était important d'examiner "toutes les données" et les "véritables tendances qui sous-tendent tout cela", sans toutefois préciser quelles étaient ces tendances. Il a poursuivi en déclarant que Google ne revient pas sur son engagement d'utiliser 100 % d'énergie propre d'ici à la fin de 2030. Cependant, il a ajouté que ce progrès n'est pas nécessairement linéaire, car certains travaux de Google avec des fournisseurs d'énergie propre ne seront mis en œuvre que dans plusieurs années. Le dirigeant de Google semble laisser entendre que le géant mondial de la recherche pourrait atteindre cet objectif avec du retard.

    Dean a expliqué : « ces éléments permettront d'augmenter considérablement le pourcentage d'énergie sans carbone, mais nous voulons également nous efforcer de rendre nos systèmes aussi efficaces que possible ». Le rapport environnemental indique que ses émissions de type 2, qui comprennent celles des fournisseurs d'énergie, ont augmenté de 37 % pour représenter 24 % de son empreinte carbone totale en 2023. Toutefois, si le géant de recherche couvre 100 % de sa consommation d'électricité avec des énergies renouvelables, pourquoi ses émissions de type 2 augmentent-elles au lieu d'être normalement nulles ?

    Google s'est posé la question et explique que c'est parce que son approche de l'adéquation des énergies renouvelables diffère de la la manière dont les émissions du champ d'application 2 sont calculées dans le protocole des gaz à effet de serre, entre autres raisons. Google indique aussi que si la charge électrique totale de tous ses centres de données a augmenté d'environ 3,5 TWh (17 %) au cours de l'année 2023, il a maintenu une moyenne mondiale de 64 % d'utilisation d'énergie sans carbone. Mais cela n'explique pas réellement comment l'entreprise compte atteindre 100 % d'énergie propre d'ici la fin de cette décennie.

    Alors que Dean affirme que l'IA ne représente qu'une petite partie de la charge de travail globale des centres de données, un rapport récent de Goldman Sachs estime que l'IA fera augmenter la demande mondiale d'énergie pour les centres de données de 160 % d'ici 2030. Il ajoute que les émissions de CO2 pourraient plus que doubler par rapport aux niveaux de 2022. Dans son dernier rapport, TrendForce affirme que la demande de serveurs d'IA plus performants (et donc plus gourmands en énergie) se poursuit à un rythme soutenu. Selon Omdia, l'IA fera augmenter les dépenses dans les centres de données de 28,5 %.

    L'appétit énergétique de l'IA remet en cause les engagements des entreprises en faveur du climat

    Google a émis 14,3 millions de tonnes d'équivalent dioxyde de carbone (CO2e) l'année dernière, en précisant : « à mesure que nos activités et notre secteur continuent d'évoluer, nous nous attendons à ce que nos émissions totales de gaz à effet de serre augmentent avant de diminuer pour atteindre notre objectif de réduction des émissions absolues ». Cependant, Google ne précise nulle part dans son rapport pourquoi il s'attend à ce que les émissions augmentent avant de diminuer ni combien de temps durera cette augmentation. Ce qui laisse planer un doute sur l'objectif "net zéro d'ici 2030" de l'entreprise.

    Étant donné qu'une seule requête d'IA générative consomme près de 10 fois plus d'énergie qu'une recherche Google - et que Google ainsi que d'autres géants de la technologie intègre la technologie dans tous les domaines de leurs activités - cette gigantesque augmentation de la consommation d'énergie n'est pas surprenante. Elle pourrait également s'avérer insoutenable, les réseaux électriques du monde entier ayant déjà du mal à faire face aux niveaux de demande actuels. Selon un rapport de Grid Strategies, l'appétit énergétique de l'IA met déjà à rude épreuve le réseau électrique aux États-Unis.

    Aux États-Unis, les analystes rapportent que les réseaux électriques atteignent peu à peu leur limite. L'année dernière, les prévisions à cinq ans de Grid Strategies tablaient sur une croissance de 2,6 %. Depuis, ce chiffre a presque doublé pour atteindre 4,7 % et les planificateurs de Grid Strategies s'attendent à ce que la demande de pointe augmente de 38 gigawatts. Cela équivaut à la quantité nécessaire pour alimenter 12,7 millions de foyers, soit un peu plus que le nombre total d'unités d'habitation au Texas. Mais plus inquiétant encore, les analystes pensent que ce chiffre est probablement une sous-estimation des besoins réels.

    Grid Strategies émet un avertissement clair : « le réseau électrique américain n'est pas prêt à faire face à une croissance importante de la charge ». Certains experts de l'industrie craignent des pénuries d'électricité. AES, une société de services publics basée en Virginie, a expliqué à ses investisseurs que les centres de données pourraient représenter jusqu'à 7,5 % de la consommation totale d'électricité aux États-Unis d'ici 2030, en citant des données du Boston Consulting Group. Une éventuelle pénurie d'énergie pourrait entraîner des maux de tête pour les consommateurs.

    Omdia prévoit que l'IA dépassera certainement la plupart des autres charges de travail des serveurs avant la fin de cette année et deviendra la principale charge de travail des serveurs d'ici à 2027. Selon le cabinet d'analyse, les ventes de serveurs devraient augmenter de 74 % pour atteindre 210 milliards de dollars cette année, contre 121 milliards de dollars en 2023. Toutefois, les dépenses liées à la gestion thermique des centres de données devraient augmenter de 22 %, pour atteindre 9,4 milliards de dollars en 2024. TrendForce s'entend également à des tendances similaires sur le marché des serveurs au cours de cette année.

    Par ailleurs, Google n'est pas la seule entreprise à avoir du mal à respecter ses engagements en matière de consommation nette zéro. Microsoft a admis dans son propre rapport sur la durabilité environnementale que ses émissions de CO2 ont augmenté de 29,1 % par rapport à la base de référence de 2020, ce qui s'explique par la construction et l'équipement de nouveaux centres de données pour répondre à la demande des clients en matière de services de cloud computing.

    Amazon a annoncé ce mois-ci que l'entreprise fonctionne désormais à 100 % avec de l'énergie propre, mais les employés disent qu'il s'agit plutôt de 22 %. Mais un groupe d'employés contredit cette déclaration. Le groupe a déclaré dans un rapport que les calculs de l'entreprise sont trompeurs. Le rapport indique que seuls 22 % des centres de données du géant mondial du commerce électronique aux États-Unis fonctionnent en réalité avec une énergie propre.

    Source : interview de Jeff Dean, directeur scientifique de Google, au Brainstorm Tech

    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    Partagez-vous l'avis du directeur scientifique de Google sur l'impact environnemental de l'IA ?
    Pensez-vous les entreprises technologiques telles que Microsoft et Google atteindront leurs objectifs "net zéro" d'ici 2030 ?

    Voir aussi

    Les émissions de carbone de Google ont augmenté de près de 50 % au cours des cinq dernières années, bien que l'entreprise se soit engagée à atteindre l'objectif de zéro émission nette d'ici à 2030

    L'IA fera augmenter les dépenses dans les centres de données de 28,5 % et deviendra la principale charge de travail des serveurs d'ici à 2027, selon un rapport du cabinet d'analyse Omdia

    Amazon affirme que l'entreprise fonctionne désormais à 100 % avec de l'énergie propre, mais les employés disent qu'il s'agit plutôt de 22 % et accusent l'entreprise de déclarations trompeuses

  4. #44
    Membre chevronné
    Homme Profil pro
    Chargé de projets
    Inscrit en
    Décembre 2019
    Messages
    507
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Âge : 33
    Localisation : France, Hérault (Languedoc Roussillon)

    Informations professionnelles :
    Activité : Chargé de projets
    Secteur : High Tech - Éditeur de logiciels

    Informations forums :
    Inscription : Décembre 2019
    Messages : 507
    Points : 2 152
    Points
    2 152
    Par défaut
    Citation Envoyé par Mathis Lucas Voir le message
    Un dirigeant de Google affirme que l'IA n'est pas responsable de l'augmentation des émissions des centres de données
    notant que la charge de travail des LLM n'est pas aussi importante que vous le pensez
    Par ailleurs, Google n'est pas la seule entreprise à avoir du mal à respecter ses engagements en matière de consommation nette zéro. Microsoft a admis dans son propre rapport sur la durabilité environnementale que ses émissions de CO2 ont augmenté de 29,1 % par rapport à la base de référence de 2020, ce qui s'explique par la construction et l'équipement de nouveaux centres de données pour répondre à la demande des clients en matière de services de cloud computing.

    Amazon a annoncé ce mois-ci que l'entreprise fonctionne désormais à 100 % avec de l'énergie propre, mais les employés disent qu'il s'agit plutôt de 22 %. Mais un groupe d'employés contredit cette déclaration. Le groupe a déclaré dans un rapport que les calculs de l'entreprise sont trompeurs. Le rapport indique que seuls 22 % des centres de données du géant mondial du commerce électronique aux États-Unis fonctionnent en réalité avec une énergie propre.


    Et vous ?

    Quel est votre avis sur le sujet ?
    [/URL]
    Mon avis c'est que plus on est un mastodonte plus on peut dissimuler et mentir sur la réalité.

    Mais si je veux vendre mon appart je dois payer un mec qui va me racketter pour dire que mon appartement est pas assez éco friendly.

    Enfait on parle à longueur de temps de pleins de sujet pour pas parler du sujet principal : au vu du nombre de truc dingue qu'on voit tout les jours, est-on sur d'être encore libre dans ce monde pourri ?

    Dans deux semaines c'est les vacances. J'ai besoin de souffler un coup je crois.

Discussions similaires

  1. Quel est le futur des outils avec VBA?
    Par Geo7850 dans le forum Microsoft Office
    Réponses: 22
    Dernier message: 06/02/2021, 14h56
  2. Quel est le futur lointain de l'intelligence artificielle et les robots ?
    Par fanmanga dans le forum Humour Informatique
    Réponses: 75
    Dernier message: 12/12/2017, 11h52
  3. MareNostrum 4 comparera les technologies du futur des superordinateurs
    Par dourouc05 dans le forum Programmation parallèle, calcul scientifique et de haute performance (HPC)
    Réponses: 0
    Dernier message: 02/07/2017, 19h13
  4. Tous les PC Lenovo seraient des outils espions sophistiqués
    Par Cedric Chevalier dans le forum Actualités
    Réponses: 22
    Dernier message: 15/08/2013, 00h10
  5. Réponses: 3
    Dernier message: 01/07/2009, 23h33

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo