IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
Navigation

Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir participer, suivre les réponses en temps réel, voter pour les messages, poser vos propres questions et recevoir la newsletter

  1. #1
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 523
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 523
    Points : 199 066
    Points
    199 066
    Par défaut Le capitalisme est mort, vive le technoféodalisme: l’essai choc de l'économiste Yanis Varoufakis
    Le capitalisme est mort, vive le technoféodalisme: comment les grandes enseignes de la Tech ont créé une nouvelle ère économique.
    L’essai choc de l'économiste Yanis Varoufakis

    Le capitalisme est-il mort ? C’est la thèse provocatrice du célèbre économiste grec Yanis Varoufakis, qui vient de publier un nouveau livre intitulé Technofeudalism: What Killed Capitalism. Selon lui, nous sommes entrés dans une nouvelle ère économique, dominée par les grandes enseignes de la technologie qui ont remplacé les marchés par des réseaux de machines. Nous sommes devenus des serfs du cloud, qui fournissent gratuitement nos données et nos préférences à des seigneurs comme Zuckerberg, Musk ou Bezos, qui en tirent d’énormes profits.

    Varoufakis, qui fut ministre des Finances de la Grèce en 2015, au plus fort de la crise de la dette, n’est pas un adepte du statu quo. Il a toujours critiqué le système capitaliste, qu’il juge injuste, inégalitaire et inefficace. Mais il reconnaît que le capitalisme avait au moins le mérite de stimuler l’imagination et la créativité des individus, en leur offrant un choix varié de biens et de services sur le marché. Il cite l’exemple de Friedrich von Hayek, un économiste libéral qui défendait le marché comme un créateur bienveillant, qui nous faisait découvrir des choses que nous ignorions vouloir

    Mais ce marché n’existe plus, affirme Varoufakis. Il a été supplanté par des systèmes centralisés de création et de satisfaction des préférences, qui nous conditionnent à vouloir ce qu’ils nous vendent. Il prend l’exemple d’Alexa, l’assistant vocal d’Amazon, qui nous apprend à lui apprendre à nous dicter ce que nous voulons. Ensuite, il nous vend directement ce que nous voulons, en contournant tout marché. Enfin, il nous fait travailler gratuitement pour lui, en nous faisant poster des avis, noter des produits, etc. Et il prélève une énorme rente sur les capitalistes qui dépendent de ce réseau de cloud capital, généralement 40% du prix de vente.

    Ce n’est pas du capitalisme, c’est du technoféodalisme, selon Varoufakis. Nous sommes revenus à une forme de servage, où nous n’avons plus de contrôle sur nos vies, nos données, nos choix. Nous sommes soumis à la tyrannie des grandes entreprises technologiques, qui ont acquis un pouvoir politique, économique et social sans précédent. Elles sont capables de manipuler l’opinion publique, d’échapper à la régulation et à l’impôt, de détruire l’environnement et les droits humains.


    Les mots de Yanis Varoufakis

    Dans Technofeudalism: What Killed Capitalism, je soutiens que nos préférences sont désormais façonnées non pas par les marchés mais par les réseaux de machines – ce que j’appelle le « capital cloud ». Alexa d’Amazon, par exemple, est le portail vers un système totalitaire et entièrement centralisé de création et de satisfaction des préférences. Premièrement, cela nous entraîne à l’entraîner à dicter ce que nous voulons. Deuxièmement, il nous vend directement ce que nous « voulons » désormais, en contournant tout marché réel. Troisièmement, il réussit à nous faire entretenir cette énorme machine de modification comportementale avec notre travail gratuit : nous publions des avis, évaluons les produits. Enfin, il récolte d’énormes rentes auprès des capitalistes qui s’appuient sur ce réseau de capitaux cloud, généralement 40 % du prix de vente. Ce n’est pas le capitalisme. Bienvenue dans le technoféodalisme.

    La peur de l’humanité face à ses créations technologiques est ancienne : des films comme Terminator et Matrix sont animés par la même anxiété qui a animé Frankenstein de Mary Shelley et le conte de Pandore d’Hésiode, dans lequel elle est un robot créé par Héphaïstos pour nous punir du crime de Prométhée. Toutes ces histoires ont un point de singularité : le moment où une machine, ou un réseau de machines, atteint la conscience. Généralement, la machine jette ensuite un regard sur nous, ses créateurs, et décide que nous ne sommes pas aptes à atteindre cet objectif, avant de procéder à notre éradication ou à notre asservissement – ou simplement à nous rendre malheureux.

    Mais pendant que nous écoutons de telles histoires, nous ignorons un danger bien réel. Les machines telles qu’Alexa et les chatbots IA tels que ChatGPT sont loin du point de singularité redouté. Ils peuvent prétendre être sensibles, mais ne le sont pas. Néanmoins, peu importe qu’ils soient des appendices stupides d’un réseau de traitement de données qui ne fait que simuler l’intelligence. Il importe encore moins que leurs créateurs aient pu être motivés par la curiosité et la recherche de rentes, plutôt que par un plan diabolique visant à subjuguer l’humanité. Ce qui compte, c’est qu’ils exercent un pouvoir inimaginable sur ce que nous faisons – au nom d’un petit groupe d’humains en chair et en os.

    Il s’agit d’une version de la singularité, quoique sous une forme plus simple, dans la mesure où c’est le moment où quelque chose inventé par « nous » devient indépendant et plus puissant que nous, nous soumettant à son contrôle. En effet, depuis la révolution industrielle originelle jusqu’à nos jours, nous avons doté les machines d’une « vie qui leur est propre » ; Des machines à vapeur aux moteurs de recherche, nos glorieux artefacts nous font nous sentir, selon les mots de Marx, comme « le sorcier, qui n’est plus capable de contrôler les puissances du monde inférieur qu’il a invoquées par ses sortilèges ».

    Au cœur de ma thèse se trouve une ironie : ce qui a tué le capitalisme, c’est le capital lui-même. Non pas le capitalisme tel que nous le connaissons depuis l'aube de l'ère industrielle, mais une nouvelle forme de capitalisme, une mutation de celui-ci apparue au cours des deux dernières décennies, tellement plus puissante que son prédécesseur que, tel un virus trop zélé, il a tué son hôte. Cette mutation – le capital cloud – a démoli les deux piliers du capitalisme : les marchés et les profits.

    Bien sûr, ces deux choses restent omniprésentes – elles l’étaient également sous la féodalité – mais elles ont été évincées du centre de notre système économique et social, repoussées à ses marges et remplacées. Les marchés, vecteur du capitalisme, ont été supplantés par des plateformes de trading numériques qui ressemblent à des marchés, mais n’en sont pas, et sont mieux comprises comme des fiefs. Et le profit, moteur du capitalisme, a été remplacé par son prédécesseur féodal : la rente. Concrètement, il s’agit d’une forme de loyer qu’il faut payer pour accéder à ces plateformes et au cloud plus largement : le loyer du cloud.

    En conséquence, le véritable pouvoir n’appartient pas aujourd’hui aux propriétaires du capital traditionnel – machines, bâtiments, réseaux ferroviaires et téléphoniques, robots industriels. Ils continuent de tirer des profits des travailleurs, du travail salarié, mais ils ne sont plus aux commandes, comme ils l’étaient autrefois. En effet, ils sont devenus vassaux par rapport à une nouvelle classe de seigneurs féodaux, les propriétaires du capital cloud. Quant à nous autres, nous sommes revenus à notre ancien statut de serfs, contribuant à la richesse et au pouvoir de la nouvelle classe dirigeante par notre travail non rémunéré – en plus du travail salarié que nous effectuons lorsque nous en avons l’occasion.

    Nom : yanis.png
Affichages : 2761
Taille : 53,4 Ko

    Loin d'être le seul

    Varoufakis n’est pas le seul à s’alarmer de l’impact des technologies sur la société. D’autres auteurs, comme Shoshana Zuboff, ont dénoncé l’âge du capitalisme de surveillance, où nos données sont exploitées pour nous influencer et nous contrôler. Mais Varoufakis va plus loin, en affirmant que le capitalisme lui-même est mort, et qu’il faut inventer un nouveau système économique, plus démocratique, plus écologique, plus humain. Il propose de créer un cloud public, qui serait géré par les citoyens, et qui garantirait la souveraineté numérique, la transparence et la participation. Il appelle à une révolution technologique, qui mettrait la technologie au service du bien commun, et non des intérêts privés.

    Varoufakis est-il un visionnaire ou un utopiste? Son livre est en tout cas un essai stimulant, qui nous invite à réfléchir sur le monde dans lequel nous vivons, et sur celui que nous voulons construire. Il nous rappelle que la technologie n’est pas une fatalité, mais un choix politique, qui dépend de nous.

    La réaction des internautes

    Certains estiment qu'il brasse du vent pour susciter de l'attention :

    Varufakis ne dit pas des choses basées sur une grande réflexion. Son objectif est de provoquer et d'attirer l'attention. Lors des négociations sur la dette grecque, il s’est vanté d’un « flou créatif », ce qui signifie qu’il parlait délibérément de manière vague dans l’intention de semer la confusion chez les partenaires de l’UE (qui seraient ceux qui paieraient la dette) et de lancer des menaces implicites. Son mandat de ministre des Finances a été un désastre et il a finalement été expulsé. Son parti a récemment été exclu du parlement grec, donc personne ne le prend au sérieux dans son pays d'origine. Ses propositions (dans n'importe quelle langue) sont généralement de vagues conneries générales que personne ne peut argumenter pour ou contre.

    Vous me rejetterez probablement pour ad hominem et pour ne pas avoir répondu à ses « arguments », mais de mon point de vue, je ne pense pas qu'il y ait une signification plus profonde dans ses écrits que ce que ChatGPT produirait et il ne mérite même pas la modeste popularité qu'il semble avoir.
    D'autres le prennent au sérieux et estiment que des solutions se mettent progressivement en place :

    Nous avons déjà des solutions éprouvées pour ces acteurs dominants du marché : on ne nationalise pas, on réglemente pour maintenir la concurrence. Les chemins de fer, les compagnies de téléphone, l'électricité et l'eau, il existe de nombreux exemples de services nationaux qui ont commencé comme privés, ont conduit à des défaillances du marché, puis ont été nationalisés et n'ont pas réussi à fournir un service adéquat, puis ont été reprivatisés dans les années 80 et 90 également comme des monopoles réglementés.

    Il n'y a aucune raison fondamentale pour laquelle nous ne devrions pas faire de même pour des choses comme l'App Store, Amazon, Starlink, etc. Ce sont tous des services avec une exclusivité technique, un fort avantage de croissance ou de très grandes barrières à l'entrée qui sont propices aux abus de monopole. Les réglementer signifierait fixer des tarifs maximaux à des valeurs raisonnables basées sur les coûts, garantir un accès ouvert et compétitif et empêcher la plate-forme de devancer ses clients, etc. Par exemple, les chemins de fer monolithiques ont été divisés en Europe en infrastructures distinctes et en branches passagers/fret, avec une infrastructure ouverte à toutes les entreprises ferroviaires compétitives. Dans le même ordre d’idées, Amazon ne devrait pas être autorisé à la fois vendeur, disposer de la plate-forme et aussi des centres de distribution. Tout cela devrait être séparé de tout ce que fait Amazon comme commerce lui-même.

    Le fait que ces acteurs du numérique soient restés non réglementés pendant si longtemps est davantage le résultat de l'inertie du gouvernement ainsi que des intérêts nationaux : pour la première fois, nous disposons de véritables monopoles mondiaux, et le bénéfice que les États-Unis, par exemple, retirent de la présence de tels champions dominants dépasse les dommages fait à ses propres consommateurs. Ils les laissent donc « innover », d'autant plus que les réguler reviendrait à ouvrir ces plateformes à une concurrence étrangère qui n'est pas également réglementée.

    Il n’est donc pas surprenant que l’UE soit la plus agressive dans ce domaine, car elle manque largement de plateformes similaires. Mais pour réglementer efficacement les services mondiaux, nous aurions besoin de régulateurs véritablement mondiaux, ou au moins de régulateurs nationaux des pays de l’OCDE agissant de concert.
    Source : Yanis Varoufakis

    Et vous ?

    Êtes-vous d’accord avec l’idée que le capitalisme est mort et que nous sommes entrés dans une ère de technoféodalisme?
    Quels sont les avantages et les inconvénients des technologies numériques sur notre vie quotidienne, notre travail, notre culture, notre démocratie?
    Est-il possible de résister à la domination des grandes enseignes de la technologie et reprendre le contrôle de nos données, de nos choix ? Si oui, comment ? Si non, pourquoi ?
    Quelles sont les alternatives possibles au technoféodalisme tel que décrit par Varoufakis ? Quel rôle peut jouer le cloud public, proposé par Varoufakis, dans la création d’un système économique plus juste et plus durable?
    Quelles sont les sources d’inspiration, les exemples, les expériences, les initiatives, qui vous semblent intéressantes ou prometteuses pour inventer un nouveau modèle de société?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  2. #2
    Expert éminent Avatar de marsupial
    Homme Profil pro
    Retraité
    Inscrit en
    Mars 2014
    Messages
    1 764
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Autre

    Informations professionnelles :
    Activité : Retraité

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2014
    Messages : 1 764
    Points : 7 187
    Points
    7 187
    Par défaut
    News judicieuse allant dans le même sens que mon point de vue où les dirigeants des GAFAM sont reçus à la maison blanche, au parlement européen, à l'Elysée, etc... avec le protocole dû aux chefs d'Etat. Ils sont plus puissants que les chefs d'états, sans armée, sans police, sans éducation, mais avec un pouvoir bien plus grand que leur procure les algorithmes, exemples : le pogrom sur les musulmans de Birmanie entretenue par l'algorithme de recommandation de Facebook ou l'élection de Trump champion d'X, ex-twitter, et ce n'est pas un compliment.

    Les algorithmes ont été conçus pour satisfaire nos instincts les plus vils pour en faire de l'argent au début. Le technoféodalisme, comme dit dans la news, s'appuie sur le capitalisme pour assoir son pouvoir toujours plus grand. Attendez que l'on sorte l'humanoïde multifonction dopé à l'IA sans les 4 lois d'Asimov. Malgré cela, je m'arc-boute sur mon refus des réseaux dits sociaux et ne me sens donc pas un serf. Sans doute est-ce car je suis d'une génération qui ne connaissait pas l'ordinateur personnel, donc encore moins le smartphone. Mais les générations futures se révolteront peut-être contre cet abus de pouvoir des algorithmes ou des market place verrouillant l'accès à ses applications disponibles, donc à ses libertés. Mais je doute d'une telle révolte.

    Satya Nadella l'a dit au procès de Google pour monopole, il est plus facile de maîtriser ses logiciels sur PC que sur smartphone même si MS a tendance à pousser mémé dans les orties aussi.

    L'idéal c'est GNU/Linux et le logiciel libre. Sans cloud. Mais ce n'est pas démocratisé.

    PS : je ne comprends pas le pouce rouge sur la news


    edit :
    Repeat after me
    Le monsieur lutte pour la défense des libertés individuelles et collectives

    Repeat after me...

  3. #3
    Chroniqueur Actualités

    Homme Profil pro
    Administrateur de base de données
    Inscrit en
    Mars 2013
    Messages
    8 523
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Canada

    Informations professionnelles :
    Activité : Administrateur de base de données

    Informations forums :
    Inscription : Mars 2013
    Messages : 8 523
    Points : 199 066
    Points
    199 066
    Par défaut Technoféodalisme : comment les géants de la technologie sont-ils devenus les nouveaux seigneurs?
    Technoféodalisme : pour Yanis Varoufakis, Apple, Facebook et Amazon ont tellement modifié l'économie qu'elle ressemble désormais au système féodal médiéval de l'Europe.
    Une vision audacieuse de l’économie moderne et de la concentration de pouvoir

    Dans une interview exclusive dans laquelle il a discuté de son livre Technofeudalism: What Killed Capitalism, l’économiste et ancien ministre des Finances grec, Yanis Varoufakis, nous plonge dans une réflexion profonde sur la nouvelle phase économique à laquelle nous sommes confrontés. Il décrit cette ère comme celle du « technoféodalisme », un concept qui remet en question les fondements mêmes du capitalisme. Mais qu’est-ce que le technoféodalisme et comment impacte-t-il notre société moderne? Analysons les points clés de cette vision audacieuse.

    Les grandes enseigne de la technologie ont renversé le capitalisme. C'est l'argument de l'ancien ministre grec des finances, Yanis Varoufakis, qui s'est rendu célèbre en essayant de défendre la Grèce endettée contre ses créanciers allemands.

    Pour Varoufakis, chaque fois que vous publiez sur X, anciennement Twitter, vous travaillez pour Elon Musk comme un serf médiéval. Musk ne vous paie pas. Mais votre travail gratuit lui rapporte, d'une certaine manière, en augmentant la valeur de son entreprise. Sur X, plus il y a d'utilisateurs actifs, plus il est possible d'afficher de la publicité ou de vendre des abonnements. Sur Google Maps, il affirme que les utilisateurs améliorent le produit - en avertissant le système des embouteillages sur leur itinéraire.

    Qu’est-ce que le Technoféodalisme?

    Le technoféodalisme est un terme intrigant qui émerge dans le contexte de l’économie actuelle. Selon Varoufakis, il s’agit d’une période où les grands seigneurs féodaux ne sont plus les propriétaires terriens, mais plutôt les géants de la technologie. Ces nouveaux seigneurs ont accumulé un immense pouvoir et une richesse colossale grâce à leur contrôle sur les données, les plateformes numériques et les infrastructures technologiques. Ils sont devenus les nouveaux gardiens de la société, détenant une influence considérable sur nos vies quotidiennes.

    Il a commencé par définir ce qu'il entend par capitalisme dans l'interview :

    « Il semble absurde d'entendre quelqu'un comme moi dire que le capitalisme est fini, parce que, où que l'on regarde, ce que l'on voit, c'est le triomphe du capital, sur le travail, sur la politique, un triomphe capitaliste en gros. Et pourtant, je suis là à dire que le capitalisme a déjà disparu.

    « Alors, pour être précis, qu'est-ce que j'entends par capitalisme ? Ce ne sont pas des marchés : l'idée que le capitalisme est un système de marchés est très très faible et ne reflète pas vraiment ce que le capitalisme était censé être. Le capitalisme était censé être le système économique qui découlait de la grande transformation du féodalisme, qui déplaçait le pouvoir des propriétaires de la terre vers les propriétaires des machines, du capital et des moyens de production, et qui canalisait également toute l'activité économique à travers les marchés. C'est là que les marchés entrent en jeu, comme les marchés du travail et les marchés immobiliers, qui n'existaient pas sous le féodalisme, de sorte que le profit remplace la rente foncière et que les marchés engloutissent l'ensemble de l'activité économique qui, à mon avis, est déjà en voie de disparition, voire de mort ».

    Alors que signifie le mot techno-féodalisme et surtout en quoi la comparaison au système féodal est pertinente ici ?

    Le profit est le moteur du capitalisme, la rente est le moteur du féodalisme. Aujourd'hui, nous sommes passés [d'un système à l'autre] à cause de cette nouvelle forme de capital super-duper, tout en chantant et en dansant : le capital cloud, le capital algorithmique. Si j'ai raison, cela crée de nouveaux fiefs numériques comme Amazon.com, comme Airbnb, où le principal mode d'extraction de la richesse ne prend pas la forme d'un profit mais d'un loyer.

    Prenez l'Apple Store. Si vous produisez une application, Apple peut retenir 30 % de vos bénéfices [par le biais d'une commission]. C'est un loyer. C'est comme un loyer foncier. C'est un peu comme si l'Apple Store était un fief. C'est un fief sur le Cloud et Apple prélève un loyer exactement comme dans le féodalisme. Mon argument n'est donc pas que nous sommes revenus du capitalisme au féodalisme. Mon argument est que nous avons progressé vers un nouveau système, qui présente de nombreuses caractéristiques du féodalisme, mais qui a une longueur d'avance sur le capitalisme. Pour le signaler, j'ai ajouté le mot « techno ».

    La transformation du profit en rente

    L’un des aspects clés du technoféodalisme est la transformation du profit en rente. Autrefois, le capitalisme reposait sur la production et la distribution de biens matériels. Aujourd’hui, les entreprises technologiques génèrent des profits en exploitant les données et en créant des monopoles numériques. Leur richesse provient de la collecte et de la vente d’informations sur nos habitudes, nos préférences et nos comportements. Ainsi, le profit devient une rente perpétuelle, alimentée par notre dépendance aux services numériques.

    « [Les entreprises ont investi] dans ce que j'appelle le Capital Cloud dans les algorithmes Big Tech, les machines, les fibres optiques, les fermes de serveurs, etc. Il y a la Silicon Valley mais aussi son équivalent en Chine. Vous avez deux géants de la tech, un géant américain et un géant chinois.

    « Et en quoi cela est-il pertinent par rapport à ce que je disais précédemment sur le capitalisme et son remplacement ou sa disparition ? Eh bien, si mon hypothèse est correcte dans mon livre, les profits ont été remplacés d'une part par l'argent de l'État, les visions quantitatives que vous avez mentionnées et par les rentes massives conservées par les grandes entreprises technologiques. Ainsi, chaque fois que vous achetez quelque chose sur amazon.com, entre 20 et 40 % du prix est soustrait par Jeff Bezos au capitaliste qui vend effectivement ce que vous achetez : un vélo électrique, un vélo d'appartement, des jumelles. Vous savez, tout ce que vous vendez est facturé à un montant énorme qui équivaut à une rente foncière en termes juridiques.

    « J'appelle cela un loyer sur le Cloud parce que c'est l'argent que les capitalistes doivent payer aux Big Tech pour avoir accès à vous. Et ajoutez à cela le remarquable mécanisme de renforcement, l'apprentissage machine, les algorithmes basés sur l'IA. Prenez par exemple Alexa ou Siri ou n'importe laquelle de ces interfaces. Ce sont des éléments de capital, mais pas de la même nature que des éléments comme les machines à vapeur ou les robots industriels parce qu'ils ne fournissent pas des moyens de production, ils fournissent des moyens de modification du comportement qui n'ont jamais existé auparavant dans l'histoire du capitalisme ».

    Nom : what.png
Affichages : 6274
Taille : 449,6 Ko
    Yanis Varoufakis

    L’addiction aux dispositifs technologiques

    L'exemple de l'App Store d'Apple ou du Play Store chez Google montre directement le lien des « loyers » payés (commissions). Mais qu'en est-il des plateformes comme Facebook ?

    Le technoféodalisme est également lié à notre addiction aux dispositifs technologiques. Les géants de la tech ont créé des produits et services conçus pour capturer notre attention et nous maintenir connectés en permanence. Cette dépendance crée un cercle vicieux où nous sommes à la fois les consommateurs et les produits. Nos données personnelles sont monétisées, tandis que nous sommes de plus en plus asservis à ces plateformes.

    « Facebook est un fief classique de l'informatique dématérialisée. Il crée un capital cloud qui est attractif pour vous, pour moi, pour d'autres personnes qui veulent communiquer les unes avec les autres - trouver des amis, ou publier leurs opinions, ou des nouvelles de leur chien ou de leur chat. Vous êtes donc attiré dans ce fief, et l'étape suivante pour Zuckerberg a été d'attirer dans ce même fief les éditeurs et les annonceurs afin de leur vendre l'attention des utilisateurs. Immédiatement après, comme le décrit si joliment Cory Doctorow dans son concept d'enshittification, vous êtes un éditeur, vous vous sentez bien parce que vos ventes augmentent grâce à Facebook, et puis soudain, vous vous apercevez que vous avez été déclassé. Vous devez alors payer un loyer plus élevé pour être rétabli [payer des publicités, par exemple, pour que les clients trouvent votre produit]. C'est le capitalisme du cloud typique, qui produit du techno-féodalisme ».

    Qu'est-ce qui fait du "cloud capitalism" un système économique pire que le capitalisme ?

    Le point de vue macroéconomique

    « Lorsqu'une somme d'argent aussi importante est extraite sous la forme d'un loyer sur le cloud, cet argent disparaît d'un flux circulaire de revenus. D'après mes calculs, entre 35 et 40 % du PIB sont détournés du flux circulaire de revenus par la rente sur le cloud, ce qui signifie qu'il y a moins d'argent dans l'économie. Les investissements sont faibles, ce qui signifie moins d'emplois de qualité dans le reste de l'économie ».

    L'impact des algorithmes

    « La deuxième raison est que ce capital virtuel est conçu pour se reproduire grâce à notre attention et à notre travail gratuit. Les plateformes ont découvert que nous passons plus de temps à faire cela, à produire du capital-nuage gratuit pour les propriétaires du capital-nuage, si nous sommes en colère. Les algorithmes sont donc préparés à empoisonner nos conversations. C'est très préjudiciable à nos démocraties, car le consensus n'est vraiment pas bon pour le capital-nuage. Il n'en veut pas. Il veut que vous et moi soyons en colère et que nous nous engueulions.

    « Aujourd'hui, en tant que professeur, j'ai remarqué l'effet sur les enfants dans les universités en Grande-Bretagne, en Australie, ici en Grèce, en Amérique. Je trouve que les étudiants d'aujourd'hui ont trop peur d'avoir une conversation face à face. Ils veulent un espace sécurisé. Ils ne veulent pas qu'on leur présente des idées stimulantes en classe. Ils protestent, ils vous expulseront de l'université si vous dites quelque chose qui les dérange, à propos de n'importe quoi. Mais si vous leur donnez un téléphone, ils deviennent toxiques et balistiques. Ce n'est pas une façon de gérer une démocratie ou une société civilisée ».

    L'interopérabilité est l'une des solutions qu'il propose. Il estime que le DMA européen ne va pas assez loin

    « Vous pouvez introduire l'interopérabilité. Je suis sur X. Je ne peux pas aller sur Bluesky. Supposons qu'Elon Musk décide de me bloquer parce que j'ai dit quelque chose qu'il n'aime pas. Il m'a déjà bloqué pendant quelques semaines. Aujourd'hui, j'ai plus d'un million de followers sur X. Je ne peux pas partir sans les perdre. Si je vais sur Bluesky, j'ai 10 followers. L'interopérabilité signifierait que si je vais sur une autre plate-forme, sur Bluesky, lorsque je publie quelque chose sur Bluesky, mon million d'adeptes sur X peut l'entendre ».

    Et d'estimer que le DMA européen ne va pas assez loin : « Il contient des idées intéressantes, comme l'interopérabilité. Mais personne au sein du gouvernement ne travaille réellement sur ce sujet. C'est là mon problème. Ce n'est pas que la tâche soit difficile, mais personne n'y travaille, parce qu'ils s'en moquent. Ils sont tous dans la poche des grands seigneurs techno-féodaux, comme je les appelle ».

    Des propos qui ne font pas l'unanimité

    Un internaute note par exemple qu'il se trompe lorsqu'il dit qu'Amazon ou d'autres sites d'achat en ligne par des tiers ne sont pas des marchés : « Bien sûr, ce sont des marchés, mais ils prennent une forme différente. Si vous voulez acheter un bien particulier, vous pouvez visiter de nombreux sites différents de tous types avant de vous décider pour l'un d'entre eux. Il se peut qu'Amazon ait les meilleurs prix et que vous choisissiez donc Amazon, mais il s'agit tout de même d'un marché. Un bien qui n'est pas à un prix compétitif ne se vendra pas et les gens iront ailleurs, comme c'est le cas pour n'importe quel autre marché[...]. Parce qu'il y a beaucoup de choix en dehors d'Amazon et d'autres entreprises similaires, on ne pourrait jamais comparer le commerce électronique au féodalisme ».

    Conclusion

    Le technoféodalisme est bien plus qu’une simple métaphore. C’est une réalité qui façonne notre avenir. Pour comprendre les enjeux de cette ère, il est essentiel de remettre en question nos croyances sur le capitalisme et d’analyser les conséquences de notre dépendance numérique. Yanis Varoufakis nous invite à réfléchir sur ces questions cruciales et à envisager des alternatives pour préserver notre liberté et notre dignité dans ce nouvel ordre économique.

    Sources : interview de Yanis Varoufakis, Technofeudalism: What Killed Capitalism

    Et vous ?

    Quelle lecture faites-vous des propos de Yanis Varoufakis ? Partagez-vous son point de vue de façon générale ou non ? Dans quelle mesure ?
    Quelle est votre opinion sur la concentration de pouvoir entre les géants de la technologie? Pensez-vous que les géants de la technologie exercent actuellement un pouvoir excessif sur nos vies ? Comment cela affecte-t-il notre liberté individuelle et notre capacité à prendre des décisions autonomes ?
    Quelles sont les conséquences possibles du technoféodalisme sur la démocratie ? Est-ce que cela renforce ou affaiblit la participation citoyenne ?
    Comment pouvons-nous équilibrer l’innovation technologique avec la protection des droits des individus? Quelles mesures devraient être prises pour garantir que les avantages de la technologie profitent à tous?
    Quels sont les risques potentiels du technoféodalisme en matière de vie privée et de surveillance? Comment pouvons-nous protéger nos données personnelles dans ce nouvel ordre économique?
    Pensez-vous que le technoféodalisme est inévitable, ou pouvons-nous encore agir pour préserver un équilibre ? Quelles alternatives pourrions-nous envisager ?
    Pensez-vous que des régulations plus strictes sont nécessaires pour contrôler le pouvoir des grandes entreprises technologiques?
    Contribuez au club : Corrections, suggestions, critiques, ... : Contactez le service news et Rédigez des actualités

  4. #4
    Membre extrêmement actif
    Homme Profil pro
    Développeur informatique
    Inscrit en
    Octobre 2017
    Messages
    1 812
    Détails du profil
    Informations personnelles :
    Sexe : Homme
    Localisation : Suisse

    Informations professionnelles :
    Activité : Développeur informatique

    Informations forums :
    Inscription : Octobre 2017
    Messages : 1 812
    Points : 5 827
    Points
    5 827
    Par défaut
    Il ne croit pas si bien dire...

    Exemple de pratiques au Moyen-Age... Le seigneur local interdit à quiconque de posséder une meule (meule = dispositif permettant de transformer les grains de céréales en farine). La moisson terminée, les paysans se retrouvent dans l’obligation de passer par le moulin du seigneur pour transformer la moisson en farine. La moitié de la moisson part pour payer l'usage du moulin (il faut aussi payer le droit de passage sur le pont du seigneur local... parce que j'ai oublié de vous dire que le seigneur interdit aussi la construction de tout pont autre que les siens pour traverser la rivière qui coule sur son territoire), on y ajoute quelques menus impôts à destination de l'église et au final, le paysan ayant travaillé toute l'année se retrouve avec 1/10 de sa moisson...

    Est-ce que certains développeurs d'applications iOS y verraient un comportement analogue chez une entreprise à la pomme?

Discussions similaires

  1. Google Glass est mort vive Google Glass
    Par berceker united dans le forum Actualités
    Réponses: 3
    Dernier message: 16/01/2015, 09h44
  2. GWT de Google est mort, vive GWT de la communauté
    Par Mickael Baron dans le forum GWT et Vaadin
    Réponses: 6
    Dernier message: 31/05/2013, 09h45
  3. BOUML (libre) est mort, vive BOUML (payant)
    Par bruno_pages dans le forum BOUML
    Réponses: 2
    Dernier message: 28/02/2012, 13h12
  4. Le roi est mort vive le roi !
    Par Paul TOTH dans le forum Actualités
    Réponses: 2
    Dernier message: 12/01/2011, 16h57
  5. Dijstra est mort, vive Dijstra
    Par mickael.canevet dans le forum Algorithmes et structures de données
    Réponses: 10
    Dernier message: 02/09/2002, 10h42

Partager

Partager
  • Envoyer la discussion sur Viadeo
  • Envoyer la discussion sur Twitter
  • Envoyer la discussion sur Google
  • Envoyer la discussion sur Facebook
  • Envoyer la discussion sur Digg
  • Envoyer la discussion sur Delicious
  • Envoyer la discussion sur MySpace
  • Envoyer la discussion sur Yahoo